Archives par mot-clé : Paul Guichonnet

Une publication sur Louis Rendu

La Revue savoisienne éditée en 2019 (158e année), parue fin septembre, a publié les communications réalisées en son sein en 2018, et elle contient, ainsi, le texte d’une conférence que j’ai donnée devant ses membres sur Louis Rendu – intitulée Des Sciences naturelles au projet social européen1.

Rendu, j’en ai déjà parlé, était professeur de philosophie et de sciences au Collège Royal de Chambéry dans la première moitié du dix-neuvième siècle, puis il fut nommé évêque d’Annecy. Ses diverses fonctions et sa participation à l’Académie de Savoie l’amenèrent à se consacrer d’abord aux sciences naturelles, et il est l’auteur d’une Théorie des glaciers qui fait encore autorité, parce qu’il a le premier établi comment se formaient et évoluaient les glaciers. On a peine à se représenter que jusqu’à lui, on fantasmait beaucoup sur la question, sans trouver le vrai, fautes d’observations directes et attentives. Rendu notamment montre comment Horace-Bénédict de Saussure s’est beaucoup fourvoyé, faute d’être resté assez longtemps sur le terrain. Car s’il y est resté, c’était pour gravir les montagnes, plus que pour observer les choses. Quant aux autres savants, dit Rendu, ils se sont contentés d’imaginer les processus depuis leurs cabinets de travail…

Une élévation dans l’Antarctique porte à présent son nom, ainsi qu’un glacier en Alaska.

Mais le plus intéressant est que Rendu était romantique dans sa démarche scientifique, cherchant les marques de l’action divine dans la nature – notamment dans l’eau, assez plastique pour la porter activement, assez physique pour la porter visuellement. Il a établi une grande loi de la circulation qui fait aller les corps d’un état à l’autre, et l’âme même du Ciel à la Terre et inversement – et qui pour lui était universelle, étant la marque sur l’univers sensible de la sagesse divine. Les implications théologiques en sont lourdes, mais il ne les a pas nommées. Il n’a pas par exemple parlé des vies successives, ou du lien entre l’âme et les éléments de l’air et du feu, gazeux et calorique.

Cependant sa méthode rappelait celle de Goethe étudiant les plantes, puisqu’il disait qu’à force d’observations une raison plastique, une imagination raisonnée et disciplinée pouvait naître, dans l’esprit des savants qui pour cela avaient assez de foi et d’amour.

À la fin de sa vie il s’est plutôt consacré à la vie sociale, tentant de répertorier les croyances dites païennes des gens de son diocèse, et se projetant vers un avenir universel parce que dominé dans le monde par des institutions chrétiennes : il laissait les nations aux particularismes sans valeur légale décisive. Cet universalisme chrétien préfigurait d’autant mieux Pierre Teilhard de Chardin que Rendu regardait les progrès techniques (par exemple le télégraphe) comme manifestant la providence divine, et l’aspiration au progrès comme un reflet, dans l’espace physique, de l’appel de la divinité à aller toujours plus loin, à chercher toujours davantage l’éternité et l’infini. Il fondait en quelque sorte la science-fiction dans sa dimension mystique !

Sinon, dans ce numéro de la Revue savoisienne, il y a des hommages à Paul Guichonnet, qui présida longtemps l’Académie florimontane, et qui est mort récemment. Je l’ai un peu connu. Un jour je suis allé chez lui avec mon père, car ce dernier et moi projetions de rééditer son histoire de Bonneville2, écrite dans sa jeunesse, avec un certain feu, une certaine tendresse qui allait, chose surprenante au regard de la réputation de l’auteur, jusqu’à une forme de nostalgie pour l’époque des rois de Sardaigne. Plus tard, notamment après 1960, il devait être davantage connu pour sa glorification de la France éternelle… Nous avons bien, au reste, réédité ce livre, dans la maison Le Tour, et, grâce à la mairie de la noble cité concernée, cela a été un succès.

Notes :

1. Pages 37 à 58.

2. Paul Guichonnet, Notre Bonneville d’hier à aujourd’hui, Samoëns, Le Tour, 2007.

Christian sorrel et la littérature savoisienne

Christian Sorrel est un historien sympathique, professeur à l’université de Lyon, qui a consacré une partie de ses travaux à l’ancienne Savoie, et que, à ce titre, j’ai dû consulter et citer dans ma thèse de doctorat. Et s’il a des lumières spécifiques sur la Savoie du dix-neuvième siècle et en particulier sa vie religieuse, j’ai été un peu heurté, je dois l’avouer, par la manière dont, presque en passant, il porte, dans ses écrits, des jugements sur des auteurs savoisiens d’autrefois, sans les justifier. Il a par exemple, dans le gros livre qu’il a fait avec feu Paul Guichonnet lors du cent-cinquantième anniversaire de l’Annexion en 2010, fait allusion à une pièce de théâtre de Joseph Dessaix, représentée en 1860 et racontant comment le mont-Blanc avait été enlevé par les montagnes de Suisse. Il y a mis dedans son hymne de la Liberté, dit des Allobroges, et s’est plaint de la manière méprisante dont les Français traitaient les Savoyards. Or, Christian Sorrel dit que cette pièce a peu de valeur littéraire; et je veux bien le croire, mais il ne s’en justifie aucunement. C’est ce qu’on appelle un jugement gratuit.

À vrai dire, il est de bon ton d’affirmer que les œuvres de la littérature savoisienne dont l’université française ne s’occupe pas ne valent rien: qu’elle ne s’en occupe pas n’en est-il justement pas la preuve? On n’aura, en disant cela, aucun collègue contre soi et, avec soi, on aura les instances qui veulent qu’on étudie de préférence la littérature française de Paris. Peu de monde pour demander des comptes – la justification d’un jugement!

Mais le fait est que j’ai lu cette pièce – et je ne sais même pas si c’est le cas de Christian Sorrel, puisqu’il n’en donne non plus aucune preuve, ne citant rien du texte. Or, la partie sur les Français qui méprisent indûment et en parfaite ignorance de cause les Savoyards est plutôt amusante et bien vue, elle résonne de façon juste, socialement, car cela existe encore. Davantage, la fin de la pièce fait parler le mont-Blanc d’une manière séduisante, romantique et cosmique, l’assimilant à une sorte d’entité antique, préhistorique, un géant des âges obscurs, comme les montagnes du Tibet sont par les locaux assimilées à des divinités. Tout cela est plaisant et agréable à lire. Ça l’est même plus qu’un roman d’André Malraux, quoique ça tombe moins souvent à l’Agrégation de Lettres.

Dans le même ouvrage, Christian Sorrel évoque le conflit qui opposa les historiens d’État aux autonomistes savoisiens – qui se piquaient aussi d’histoire, quoiqu’en amateurs. De nouveau, mon collègue fait comme s’il était évident que les seconds avaient tort, sans entrer dans leurs arguments. Or, il est évident qu’ils se sont beaucoup inspirés du professeur Jacques Lovie, une figure majeure de l’histoire universitaire, qui enseigna à Chambéry. Pour moi, c’est un historien qu’on n’a pas dépassé depuis, car même quand on a apporté des éléments supplémentaires, on n’a pas eu de vision plus équilibrée, plus judicieuse. On ne peut pas faire comme s’il était évident qu’il avait tort parce qu’il avait des sympathies pour l’Ancien Régime, de l’affection pour le vieux duché de Savoie.

Dans un autre article, par ailleurs intéressant, Christian Sorrel racontait la restauration des évêchés de Maurienne et Tarentaise en 1825 en terminant son discours par l’affirmation que leur suppression, qui remonte à 1966, est définitive. Si l’histoire s’appuie sur des données avérées, comment connaît-il l’avenir – qui n’a pas encore eu lieu?

Il peut y avoir une portée prophétique à l’histoire pratiquée à l’Université – mais c’est à condition d’aller dans le sens de l’État unitaire et centralisé.