Archives par mot-clé : Marguerite Chevron

Une littérature injustement plongée dans l’oubli, ou le romantisme savoisien face à la tradition universitaire en France (3)

Nous avons vu, la semaine dernière, que le romantisme français était assimilé au progressisme, quand le romantisme allemand était essentiellement conservateur ; or la Savoie ressemble à cet égard à l’Allemagne, et s’en trouve exclue de l’Université française : essentiellement francophone, elle ne trouve sa place nulle part. Quoiqu’elle ait fait partie jusqu’au bout (seul exemple dans l’aire francophone), du Saint-Empire romain germanique ; quoique l’étrangeté, au regard de la tradition française, de Joseph de Maistre ait été aussi rapprochée de ce Saint-Empire1 et que sa spiritualité ait été dite plus germanique que latine2, il n’en reste pas moins impossible de rattacher la Savoie à l’Allemagne – la langue l’interdisant.

Il reste la question même de la mythologie. Georges Gusdorf rappelle que le véritable romantisme lui est lié3. L’Université, toute à ses catégories traditionnelles, préfère voir en quoi le romantisme a surtout renouvelé le classicisme, a créé de nouveaux auteurs de référence selon les principes réputés éternels de la littérature – tels qu’ils ont été établis sous les rois absolus4. Le véritable romantisme à vocation mythologique, c’est celui de La Fin de Satan, de La Chute d’un ange, d’Éloa : c’est à dire des œuvres qui, contrevenant aux préceptes de Chateaubriand, prenaient pour sujet le merveilleux lui-même5. Elles le faisaient comme l’avait fait la poésie de William Blake, ou le Faust de Goethe, et, au-delà du romantisme, Milton, Dante et Klopstock – que condamnait à ce titre Chateaubriand6. Or, les Savoyards, à l’image d’Aloysius Bertrand et de Charles Nodier, ont bien désobéi à celui-ci. C’est le cas évident de Maurice Dantand, dont la langue parfois brouillonne n’explique pas à elle seule l’obscurité dans laquelle il est demeuré : d’avoir pris comme sujet l’histoire des dieux de l’Olympe réécrite sous la lumière du christianisme ne laisse pas de manquer aux habitudes les plus consacrées du classicisme. Même Louis Terreaux avouait, à titre privé, qu’il ne comprenait pas réellement la Station poétique de Veyrat, parce qu’elle était trop ancrée dans les symboles et le merveilleux, déplaçait trop l’histoire dans la sphère de l’esprit. Que dire dès lors de Dantand ? Malgré un engagement de sa part, lorsque nous lui eûmes envoyé une notice qui lui était consacrée pour une publication dans sa volumineuse Histoire de la littérature savoyarde, il a finalement renoncé. Jusque Marguerite Chevron, avec ses anges, n’a pu y trouver de place. Ce n’est pas seulement que les Savoyards ont créé une mythologie catholique ; mais qu’ils ont créé une mythologie.

Dans une perspective de littérature comparée, rapprochés des Anglais, des Allemands, des Italiens ou même des Asiatiques, qui ont aussi créé des mythologies dans le fil des doctrines consacrées, ils pourraient, certes, occuper un espace plus visible que dans la seule tradition française. Les littératures régionales et francophones pourraient y être intégrées de façon globale. À notre connaissance, d’autres trésors tendant à créer des récits de nature mythologique et donc d’un romantisme profond et authentique, attendent des mises en valeur plus poussées. Sans parler de l’œuvre de Frédéric Mistral qui reste tout de même marginale dans les programmes d’étude (et qui le doit peut-être autant à son merveilleux chrétien qu’à sa langue provençale), il existe en Franche-Comté, par exemple, de vrais récits mêlant les mortels et les êtres surnaturels dans une perspective locale et historique à la fois, sous forme donc d’épopées ébauchées7. Or, il est remarquable qu’il s’agisse d’une province également imprégnée de la tradition du Saint-Empire romain germanique, et que Victor Hugo, né à Besançon, ait repris cette tradition fréquemment dans ses textes les plus marqués par le merveilleux, tels Les Burgraves ou La Légende des siècles. Il y aurait là, dans cette tendance au mythologique qui doit peut-être à l’influence allemande, une réflexion à fournir. La littérature francophone belge, si imprégnée de tradition flamande, pourrait y avoir sa part, dans un esprit fédérant par-delà les frontières : Charles De Coster (1827-1879) avait à son tour une tendance profonde au merveilleux, et son épopée en prose de La Légende d’Ulenspiegel est une des plus convaincantes du XIXe siècle. À l’heure européenne, il est sans doute devenu déraisonnable de rester limité par la seule tradition littéraire parisienne.

Notes :

1 Voir par exemple Jean-Marc Vivenza, Maistre, Puiseaux, Pardès, 2003, p. 16 : « Terre d’Empire, elle [la Savoie] était également terre d’une civilisation originale et d’une culture attachante et paisible dont Maistre bénéficia pendant ses études à l’université ».

2 Notamment par Jean-Louis Darcel (cité par Louis Terreaux, « Aspects de la littérature savoyarde », in L’Histoire en Savoie, n° 117, mars 1995, p. 38).

3 Cf. Georges Gusdorf, Le Romantisme I, Paris, Payot, 2011, p. 149-150.

4 Cf. Georges Gusdorf, Le Romantisme I, p. 138.

5 François-René de Chateaubriand, Génie du christianisme I, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, p. 225.

6 Cf. Chateaubriand, Génie du christianisme I, pp. 228 (pour Milton et Dante) et 234 (pour Klopstock).

7 Voir par exemple, de Louis Jousserandot (1813-1887), Le Diamant de la vouivre (1843), roman liant l’histoire comtoise au merveilleux païen : né à Lons-le-Saunier, il est mort à Genève : Paris ne l’a quasiment pas vu entre ses murs.

Marguerite Chevron, poétesse des anges

Outre Louis de Vignet et Auguste de Juge, la dette à Lamartine, quoique par des biais indirects, est également avérée chez une poétesse qui étonna la Savoie de son temps, Marguerite Chevron (1818-1862)1.

Née à Barberaz dans une famille nombreuse et modeste de cultivateurs, elle n’apprit à lire que vers l’âge de quinze ans dans un livre d’Heures. Puis, elle pratiqua des ouvrages de piété avant de découvrir, chez une sœur qui tenait un petit commerce à Chambéry, un volume de vers de Lamartine. Ce fut une révélation, et elle s’essaya à la poésie. Elle obtint d’abord, en 1849, une mention honorable au concours de l’Académie de Savoie pour une Épître au roi Charles-Albert, puis, en 1850, le premier prix pour un texte intitulé Corrigez-moi. Le rapporteur était Auguste de Juge, et il fut  dithyrambique.

Sa facilité dans la versification et sa maîtrise des sujets mystiques lui valurent de nombreux éloges des hommes de lettres savoyards. Loin des tourments de maints autres poètes, elle assumait parfaitement son goût pour la poésie et les tableaux du monde supérieur :

Je dédaigne la gloire et n’ai pas la manie
De suer sang et eau pour paraître un génie ;
Mais alors qu’insensible aux charmes du succès,
Je voudrais savourer les douceurs de la paix,
Le foyer de mon cœur, ardent de poésie,
Dessèche dans mon sein la sève de la vie ;
La pensée en déborde en de brûlants accords,
Et mon esprit, saisi d’indicibles transports,
Méprisant ce bas monde et ses biens éphémères,
Plane sur les hauteurs des immortelles sphères.
Son aile peut trahir son vol audacieux,
Mais pour le rappeler des profondeurs des cieux,
C’est en vain qu’un censeur armé de la satire
Sous les coups du mépris voudrait briser ma lyre.

Elle défiait les sceptiques qui eussent voulu se moquer de sa foi et de ses visions. Davantage que Vignet, qui reculait devant le Mystère, elle avait dû aimer, chez Lamartine, les poèmes qui évoquaient dans un style moderne et clair les anges, car elle-même s’employa à son tour à peindre leurs attributs :

Et puisqu’il faut parler un terrestre langage,
Les esprits ont aussi des sens à leur usage,
Des organes divers ainsi que ceux des corps,
Dont Dieu, pour une fin, combina les rapports :
Car il ne jeta pas dans un moule semblable
Les degrés différents de l’échelle admirable
Qui, posant les deux bouts sur les deux infinis,
De l’être et du néant tient les deux pôles unis.
Ainsi, lorsque puisant dans ses trésors immenses,
Il peupla l’univers par des intelligences,
Chaque ange, de sa main s’élançant radieux,
Portait sa destinée en traits mystérieux.
Le séraphin marqué par le sceau du génie
Fut créé pour bénir la sagesse infinie ;
Pure essence d’amour, le tendre chérubin
Fut la source brûlante où boit le cœur divin.
Aux pieds du Tout-Puissant incliné sur ses ailes,
Un autre, s’élançant des voûtes éternelles
Pour porter les décrets de la divinité,
Bien plus prompt que l’oiseau, fendit l’immensité.
Mais l’ange dégradé, digne objet d’anathème,
Sur sa lyre sacrée entonne le blasphème ;
Le cœur ne goûtant plus l’ineffable beauté,
Corrompu dans sa voie, aime l’iniquité ;
Le messager du ciel fit servir sa puissance
A porter contre Dieu la révolte et l’offense ;
Et tout déchu qu’il est, Satan, même en enfer,
Conserve l’attribut, le rang de Lucifer ;
Ainsi qu’aux cieux jadis il fut le premier ange,
Il est encor le roi de la sombre phalange.

Un tableau inspiré par la tradition, déjà présente dans le Nouveau Testament, notamment dans les épîtres de saint Paul (pour les rangs angéliques) et saint Pierre (pour la chute de l’ange rebelle).

Or, ajoute la poétesse,

Ce qui se fait au ciel se reflète ici-bas

L’homme est à l’image du monde spirituel, et son âme est à la fois

Dans la fange ou l’éther, son premier élément

L’esprit humain est lié naturellement et substantiellement au monde divin. C’était la doctrine de François de Sales, qui affirmait que l’âme tenait au Ciel par un cheveu, et que sa source était céleste. Le romantisme tendit à refuser, de la même manière, de couper l’âme humaine de Dieu, et la nature terrestre de la nature céleste, comme l’avaient fait, plus ou moins, les théologiens protestants et gallicans, ou Blaise Pascal. Comme ils plaçaient l’âme essentiellement dans l’intellect, ils ne pouvaient que constater que Dieu n’y était pas ; mais pour François de Sales l’âme était surtout dans le sentiment, dans le cœur, et il pensait que, par l’amour, on pouvait toucher à Dieu, quoique ce fût en franchissant les limites de l’entendement2 – quoique ce fût, donc, au delà de la conscience ordinaire. Marguerite Chevron, par la poésie, se hissait de même jusqu’au monde des anges.

Elle avait fondé à Chambéry une école pour les enfants pauvres. Épuisée par le dénuement et le dévouement, elle mourut juste après avoir donné une dernière leçon.

Notes :

1. Voir Jules PHILIPPE, Les Poètes de la Savoie, Annecy, Jules Philippe, 1865, p. 229-242.

2. Voir par exemple François de SALES, Traité de l’amour de Dieu, Paris, Monastère de la Visitation, 1984, p. 244 : « [saint André de Verceil répète] plusieurs fois que l’amour pénètre où la science extérieure ne saurait atteindre, et dit que plusieurs évêques ont jadis pénétré le mystère de la Trinité, quoiqu’ils ne fussent pas doctes ».

Auguste de Juge de Pieuillet

Outre son beau-frère et ami d’enfance Louis de Vignet, Lamartine en Savoie eut un lien avec un autre poète local : Auguste de Juge de Pieuillet (1797-1862)1.

Né à Serrières, il suivit des études de Droit à Grenoble puis à Turin, où il fut reçu docteur en 1816. Il fut d’abord avocat fiscal à Albertville (1827), puis Juge-Mage à Bonneville (1833) et à Annecy (1837). Il devint membre effectif du Sénat de Savoie en 1840, et fut mis à la retraite en 1860 avec le titre de Président honoraire de la Cour d’Appel de Savoie. Il mourut dans son château de Pieuillet, près de Rumilly, en 1862.

Il dirigea l’Instruction publique dans le Faucigny puis à Chambéry, réclamant alors l’enseignement de l’histoire de la Savoie dans le Duché et le conseillant aux maîtres, et fut un membre éminent de l’Académie de Savoie. Il cultiva toute sa vie la poésie.

Il publia, en 1824, un poème satirique sur Chambéry, et fréquenta alors Lamartine, qui l’encouragea à écrire. Jules Philippe assure qu’ils se promenaient ensemble et admiraient d’un même élan le grand spectacle de la nature alpestre. Plus tard, ils correspondirent. Et comme Lamartine le disait trop modeste et dur avec lui-même, il composa un poème sur le lac Léman qui reçut l’approbation du maître. En voici le début :

Le jour déjà vient de s’éteindre
Sur les aiguilles du mont-Blanc ;
La lune qui commence à poindre,
De sa pâle lueur va teindre
Les flots bleuâtres du Léman.

Le poète se rend alors sur le lac et, depuis l’onde, regarde les coteaux

où les ténèbres
Ne tombent jamais qu’à regret

En effet, bien des noms célèbres ont laissé là un souvenir : « Ici riait, causait Voltaire » et « Rousseau maudissait son destin » en portant

Dans l’âme de sa Julie
Le feu qui dévorait son sein

Byron aussi y vint faire retentir « Sa voix infernale ou divine ».

Auguste de Juge écrivit également un poème sur une source du Salève,

Dont on aime, d’un œil avide,
A suivre les divers destins.

Il la personnifie et l’anime, en la comparant à une vierge farouche qui, sortant d’un monastère, veut échapper aux regards, ou au contraire à une bacchante

Qui, sous le dieu qui la tourmente,
Fait éclater ses chants d’amour

– parce qu’elle est tantôt petite parmi les pierres, tantôt luisante aux feux du jour en passant parmi les champs. Saisi d’émotion le poète s’écrie :

Ô source pure, onde chérie,
Vers cette lointaine prairie,
Garde-toi de hâter ton cours ;
Là-bas est un abîme immense,
Où ta passagère existence
Ira se perdre pour toujours…

On peut reconnaître des idées et des mots de Lamartine ; mais son style est bien différent, et De Juge se fit surtout connaître, par la suite, par des fables plus légères. Il s’était pourtant essayé, en 1834, à des Inspirations religieuses dont le titre seul trahit le modèle lamartinien ; mais peu leur accordèrent une valeur réelle.

Auguste de Juge laissa aussi quelques comptes-rendus du prix de poésie de l’Académie de Savoie, dont il fut le rapporteur. Il consacra en particulier le génie de Jean-Pierre Veyrat, et celui de Marguerite Chevron – sur laquelle nous reviendrons. De Juge appréciait le romantisme, même s’il le trouvait excessif ; il savait reconnaître la grandeur, quand il la voyait.

Notes :

1. Voir Jules PHILIPPE, Les Poètes de la Savoie, Annecy, Jules Philippe, 1865, p. 211-228.