Archives par mot-clé : Jules Philippe

La renaissance de l’Académie florimontane

Peu avant 1850, un certain Éloi Serand (1826-1891) avait ouvert, dans son logement de la rue Filaterie, à Annecy, un salon de conversation. Passionné de numismatique, d’archéologie et d’histoire, nommé conservateur du Musée d’Annecy en 1850, il s’agissait d’un vieil Annécien ; chez lui se rendaient régulièrement Louis Bouvier (1819-1908), Étienne Machard (1824-1887), Jules Philippe (1827-1888).

Le premier, né à Saint-Félix, avait été professeur d’histoire naturelle au collège Chaptal de 1841 à 1846, et faisait des études de médecine : il devint docteur en 1850, mais n’exerça pas. Ardent adepte de Jean-Jacques Rousseau, il se fit bientôt connaître par des travaux de botanique, notamment après son mariage et son déménagement à Lancy, dans le canton de Genève, en 1867. Son ouvrage le plus célèbre fut Flore des Alpes, de la Suisse et de la Savoie (1878). Il mourut à Buenos-Aires, où il avait rejoint son fils, émigré. Machard était un industriel ; né à Annecy dans une famille de négociants, il fit des études de physique et de chimie et installa la première usine à gaz d’Annecy en 1846. Il se montra très inventif et œuvra en France et en Italie, où il est mort.

Jules Philippe est le plus écrivain de tous : né à Annecy d’une famille libérale, il devient en 1839 élève du pensionnat de Mathias-Alphonse Briquet, à Genève. Il poursuit ses études à Annecy et à Chambéry, en droit, qu’il abandonne pour exercer divers métiers, dont le principal était journaliste d’opinion. Il fonda ou racheta de nombreux journaux libéraux, quotidiens ou hebdomadaires : Le National savoisien en 1848, premier du genre en Savoie, opposé à L’Echo du Mont-Blanc, et dont l’existence s’arrête en 1849 ; L’Ami du peuple en 1853 ; Le Moniteur savoisien en 1854 ; Les Alpes, en 1868. Il devint préfet de Haute-Savoie en 1870, puis fut révoqué en 1873, mais il demeura député.

Ces quatre hommes eurent l’idée de ressusciter l’Académie florimontane, et de s’adjoindre tous les hommes cultivés de la ville, y compris les prêtres. Car si le feu qui les habitait n’était plus celui de la Restauration, des années postérieures à 1815, mais celui de 1848 et du Statut constitutionnel ; et s’ils n’étaient pas, comme les fondateurs de l’Académie de Savoie, des prélats et des nobles, ou au moins des professeurs conservateurs et soumis à la royauté, mais des bourgeois éclairés, ils n’entendaient pas pour autant se dresser contre l’ordre traditionnel. N’était-ce pas le Roi lui-même qui avait accordé les libertés qui allaient bientôt être supprimées en France ? Et le catholicisme était trop solidement implanté pour qu’on pût raisonnablement l’affronter.

D’ailleurs, dès 1839, Éloi Serand avait créé le Musée d’Annecy avec un prêtre, l’abbé Joseph-Marie Hector Favre (1808-1865) : personnage intéressant, professeur de mathématiques au collège de Bonneville en 1833, directeur spirituel du collège de Thonon en 1836, professeur de philosophie au Collège chappuisien d’Annecy en 1841 – et membre fondateur de l’Association florimontane. Il dirigea le premier le Musée et la Bibliothèque d’Annecy et comme un de ses concurrents malheureux au poste s’en plaignait, évoquant tout ce qui opposait la science et la religion, il publia en 1841 un Coup d’œil sur le Progrès ou réponse à la Lettre que M. le D. Calligé a publiée récemment. Or, on y trouve l’idée que le Progrès embrasse à la fois le spirituel et le matériel, et qu’en aucun cas les deux ne s’opposent : « l’homme a une double destination, l’une surnaturelle, toute de foi et de sainteté, qui le rattache à Dieu ; et l’autre, humaine et sociale, de justice et d’amour, qui l’unit à ses semblables » : le progrès matériel, en rendant service corporellement aux hommes, appartient à la seconde catégorie ; « Il y a des rapports nécessaires et continuels entre ces deux manières d’être ; et plus chaque homme et tout un peuple s’élèvent sur l’échelle de l’une et de l’autre, plus ils avancent sur les hauteurs de la perfection. » À cette idée d’une évolution qui ne se fait bien que si elle intègre l’âme et sa quête intime, fera écho Victor Hugo dans Les Misérables (1862) : « La grandeur de la démocratie, c’est de ne rien nier et de ne rien renier de l’humanité. Près du droit de l’Homme, au moins à côté, il y a le droit de l’Âme », énoncera-t-il.1 La différence étant qu’il ne croit pas que le dépassement de l’opposition entre progrès matériel et progrès spirituel puisse se faire par le catholicisme. Car c’est ce qu’affirmait Joseph Favre, citant la préface de La Coupe de l’exil (1840) de Jean-Pierre Veyrat, qui venait d’avoir un succès immense :

Ajoutons, avec un jeune et brillant poète, rendu depuis peu à la foi et à notre patrie, que « l’homme et la société existent par deux idées fondamentales : la liberté, l’unité. La liberté est la force de l’homme, l’unité est la force sociale. Quand l’une de ces deux forces fait violence à l’autre, la civilisation est compromise, et la société est en alarmes. L’histoire tout entière n’est que le drame résultant de ces deux forces en action et en réaction… Il avait été réservé à la grande idée catholique de trouver l’équilibre divin, et, comme le compensateur de ces deux forces opposées, de préparer ainsi le terrain à la plus magnifique civilisation dont les annales du monde aient jamais parlé. »

Le catholicisme est, dans le monde moderne, le principe générateur de toute espèce de progrès.2

Telle est la conclusion de l’abbé Favre. Or, en 1874, dans les dernières pages de Quatrevingt-Treize, Hugo écrira : « Otaïti est un paradis. Seulement, dans ce paradis, on ne pense pas. Mieux vaudrait encore un enfer intelligent qu’un paradis bête.3 » Et on ne peut pas croire que cette défense du rationalisme de principe ait été partagée par le clergé : la position de Billiet sur l’enseignement secondaire en dit assez long ; le Hugo de 1830 qui disait dans Claude Gueux que la science sans la conscience était pire que l’ignorance avait évolué vers une position plus progressiste. Mais il demeurait fidèle à son spiritualisme de toujours, et on peut estimer que, à sa suite, les libéraux annéciens qui, en fondant l’Association florimontane, avaient voulu s’adjoindre l’abbé Favre étaient d’accord avec lui pour dire que la science et la religion se complétaient plus qu’elles ne s’opposaient.

François de Sales, certes, avait écrit que la pieuse ignorance valait mieux que la fausse science ; mais il n’en avait pas moins montré l’exemple d’une science qui nourrissait la foi, en fondant l’Académie florimontane. Les libéraux annéciens, minoritaires face aux conservateurs, mais portés par un élan nouveau, n’en étaient pas au point de rupture avec le clergé, comme l’étaient ceux de France. Dans celle-ci, peut-être, chacun voulait faire prévaloir son penchant propre : la foi, la raison. Et dans le débat l’on touchait aux extrêmes, les uns condamnant la science, les autres la religion. Victor Hugo voulait conserver un équilibre ; l’abbé Favre aussi.

Or en Savoie le débat ne fut pas assez tendu pour que le fil se brisât : on acceptait que l’Église se pensât le juste milieu, même chez les partisans de la laïcité et du rationalisme. On n’eût pas osé proclamer son athéisme ; il eût choqué spontanément.

Le petit pays qu’était la Savoie ne pouvait pas se permettre des positions extrêmes. Le lien social était trop fort.

D’ailleurs, aussitôt fondée, l’Association florimontane accueillait dans ses rangs l’éminence qu’était Louis Rendu, devenu récemment évêque d’Annecy et défenseur fougueux des droits de l’Église. À sa mort, en 1859, son successeur, Charles-Marie Magnin, était à son tour reçu membre : le lien avec l’évêché ne devait pas être coupé.

Parmi les premiers membres se trouvait également l’avocat Jacques Replat (1807-1866), un des plus importants écrivains savoisiens du temps, oncle de Jules Philippe, situé à mi-chemin entre le conservatisme et le libéralisme, fantaisiste et imaginatif en même temps que passionné d’histoire.

Si officiellement il s’agit de mettre à la portée du plus grand nombre les sciences utiles, les premières proclamations de l’Association montrent une foi en la capacité de l’esprit à percer tous les secrets de l’univers. Et comme la religion et ses questions ne sont pas exclues, on verra paraître des communications qui s’efforcent de percer ces secrets au-delà des aspects physiques et chimiques ou de ce que la raison était habituée à appréhender comme vrai. Replat, dans l’une des siennes, ne dira-t-il pas, sans qu’on sût s’il plaisantait, que l’herbe des ruines était plus belle et plus verte qu’ailleurs parce que les fantômes des belles dames et les fées y venaient danser sous la lune4 ?

Les sciences naturelles sont cultivées, et sans restriction matérialiste. On lie la nature à la vie morale ; elle a un langage, et semble donner des leçons à l’humanité. En tout cas, les florimontans qui se consacrent à la géologie, volontiers littéraires, s’expriment de cette façon – que ce soit par conviction ou pour orner leurs discours. On s’intéresse aussi aux pouvoirs du magnétisme, et on conteste les certitudes de l’Académie de Médecine de Paris, simplement au nom des faits étranges dont on s’est rendu directement témoin.5

On a de la science une conception encyclopédique mais chrétienne dans le même temps : c’est un encyclopédisme qui n’exclut pas le religieux. Et s’il ne s’en prévalait pas comme celui de l’Académie de Savoie, il entendait lui accorder toute sa place, ne le bannir en rien. Politiquement, d’ailleurs, la Florimontane prétendait à l’impartialité, et le trop libéral Jules Philippe y était souvent mis en minorité.

Mais son orientation populaire et novatrice éclata quand elle mit en place des cours du soir gratuits, portant sur des matières à la fois traditionnelles et nouvelles. La théologie n’en faisait pas partie, et on trouvait au contraire des cours d’opérations bancaires, donnés par le directeur de la Banque de Savoie, Bétrix, ou des cours de droit commercial, donnés par l’avocat Mugnier.6 Machard s’adonne à des expériences publiques de chimie, pensant ainsi encourager l’innovation. Mais on attend du gouvernement qu’il aide les professeurs, qui sont bénévoles. Et comme les subventions qui accompagnent l’autorisation de donner ces cours ne sont pas assez importantes pour assurer des rémunérations, on reverse celle de 1853 au Collège royal d’Annecy, afin qu’il ouvre un cours spécial, commercial et technique, permettant notamment d’accéder aux grades inférieurs de l’administration : la subvention permet de rémunérer l’enseignant. L’objectif de ces cours du soir était donc expérimental : à terme, on espérait la création officielle de cours nouveaux dans les établissements royaux. Ceux qui ne purent pas être intégrés de cette façon finirent par disparaître, malgré leur bonne fréquentation.

L’orientation populaire de la Florimontane se distingue encore par l’institution d’un prix de poésie dialectale, qui fera connaître plusieurs poètes patoisants. L’Académie de Savoie avait globalement répugné à s’intéresser au patois, dans la lignée de Joseph de Maistre, qui avait parlé contre lui.

Après le rattachement de la Savoie à la France, la Florimontane protestera aussi contre les erreurs publiées par les historiens français sur la Savoie, ou le mépris dans lequel certains tiendront les historiens savoisiens, faisant mine de ne pas connaître leur existence.7

Elle fut un jalon important de l’essor de la culture dans la Savoie du XIXe siècle.

Notes :

1 Tome II, livre VII, chapitre V.

2 Cf. Bernard Premat, De l’Association florimontane à l’Académie florimontane, histoire d’une renaissance, 1851-2007, Mémoires et documents publiés par l’Académie florimontane, t. 5, Annecy, Académie florimontane, 2009, p. 16-17.

3 Troisième partie, livre VII, chapitre V.

4 Cf. « Voyage au long cours sur le lac d’Annecy », lu en séance le 22 avril 1858 et publié dans le Bulletin de l’Association florimontane, vol. 3, 1857-1858, Annecy, Jules Philippe, 1859, p. 89-204 ; p. 188, on trouve la remarque suivante : « ici, comme auprès de tous les vieux châteaux, les herbes et les mousses, plus qu’ailleurs, sont fraîches, émeraudées et reluisantes. Quelle est la cause de ce phénomène végétal ? Possible, me disais-je, que les fantômes des belles dames viennent ici rôder à la brune et pleurer leurs amours. Possible encore que les fées dansent, au clair des étoiles, sur le velours qui tapisse les ruines. »

5 Voir à ce sujet Alph. Despines, « Du magnétisme, souvenirs », in Revue savoisienne, 15 janvier 1861, 2ème année, n° 13, p. 6-9 : « Dans quelques instants nous allions être appelés à la réalité d’un fait que l’académie de médecine de Paris devait plus tard, en octobre 1840, déclarer impossible, à la suite de l’expérience que tenta le docteur Teste, concourant au prix Burdin. Dans cette circonstance, le Journal de médecine pratique formula une condamnation en termes assez légers. », p. 8.

6 Cf. Bernard Premat, De l’Association florimontane à l’Académie florimontane, histoire d’une renaissance, 1851-2007, Mémoires et documents publiés par l’Académie florimontane, t. 5, Annecy, Académie florimontane, 2009, p. 74-75.

7 Ibid., p. 85.

La poésie lyrique de Jacques Replat

Jacques Replat (1807-1866) fut plus apprécié pour ses promenades en prose poétique autour d’Annecy ou même pour ses romans moyenâgeux que pour sa poésie. Avait-il un tempérament trop léger pour habiter pleinement de son souffle l’alexandrin ? Il composa pourtant de charmantes Stances à Chavoire :

Adieu mes doux plaisirs au bord du flot tranquille !
Adieu les peupliers au panache mobile !
Adieu les volets verts, qui se mirent toujours
Dans le golfe d’azur ! Adieu, modeste asile
Où j’ai compté quelques beaux jours !

Adieu, refrains joyeux d’une folle jeunesse !
Là, souvent l’amitié, divine enchanteresse,
Au choc de nos flacons répondait avec bruit .
Et la flamme du punch bleuissait dans l’ivresse,
Comme un follet danse à minuit.

Un jour aussi l’amour a touché ce rivage :
Mes doigts d’un blanc jasmin parèrent son corsage…
Que les vents étaient doux ! Que le ciel était beau !
Ah ! bien souvent, dès lors, j’ai rêvé sur la plage
Où son pied quitta le bateau.

Adieu mon frais abri d’une saison fleurie,
Adieu donc ! L’homme ainsi ne peut dans cette vie
Sur le même sillon fixer toujours ses pas.
Il faut qu’il marche ! il faut que la fleur soit flétrie,
Et que l’été mène aux frimas!

La riante oasis, image de ce monde,
Pour un jour seulement rafraîchit de son onde
Le cavalier arabe ; et, loin des palmiers verts,
Il portera demain sa tente vagabonde
Sous le vent brûlant des déserts.1

Les thèmes semblent hérités du Lac de Lamartine : la fuite du temps, la marche incessante de l’être humain. Mais Replat n’avait pas l’esprit tragique qui permettait à Lamartine de contempler les abîmes du néant. Son style paraît au contraire s’accommoder fort bien de l’impermanence du réel, puisqu’il volète d’une image à l’autre, n’hésitant pas à sortir des limites de la Savoie pour évoquer les cavaliers arabes du désert, abordant un exotisme jusqu’alors inconnu dans le Duché. Il évoque également ses amours de jeunesse, à sa façon accoutumée, et sans entrer dans les détails matériels : une fleur blanche suffit à ramener tout un monde, et à le porter à des exclamations émues. L’anaphore de l’adieu manifeste sa tendance à se laisser dominer par son émotion, et la « divine enchanteresse » que constitue l’amitié à créer des allégories vivantes. La comparaison avec le « follet » installe dans une atmosphère fantastique rappelant Charles Nodier. Mais mêlée à la nostalgie elle peut aussi faire songer à Gérard de Nerval.

Replat imitait la poésie médiévale dans sa manière de créer des allégories confinant à la mythologie par leur vivacité. Loin de rester dans l’intellect, elles devenaient chez lui vision, rencontre avec des êtres spirituels, comme dans le poème La Nouvelle Année2 – lui aussi consacré à la fuite du temps :

Dans mon obscur réduit se glissant ce matin,
Et voilée à demi d’une gaze légère,
Une femme est venue avec un doux mystère
Entrouvrir mes rideaux et me tendre la main ;
Elle était jeune, et l’espérance
Soupirait dans sa voix des sons harmonieux ;
Son regard souriait, mais un peu de souffrance
Pleurait dans le fond de ses yeux :

« Poète, adieu, s’écria-t-elle ;
Sur mes pas il faut t’élancer ;
Dans sa course le temps m’appelle,
Salut ! je suis l’aube nouvelle,
Le nouvel an va commencer :
Vois ces fleurs qui parent ma tête,
Les songes caressants vont composer ma cour,
Je brille de l’éclat du jour,
Et je vivrai longtemps !… suis-moi, jeune poète,
Des lauriers la guirlande est prête,
Et je promets beaucoup d’amour !… »

— « Hé! va, lui dis-je, jeune folle !
Elle était belle aussi, ta sœur.
Elle aussi modulait cette douce parole
Qui remet l’espérance au cœur ;
Sur ses pas effeuillant des roses,
Les amours la berçaient sur l’aile du plaisir :
Où sont-ils maintenant ? Un souffle peut flétrir
Tes fleurs à peine écloses ;
Tu crois vivre longtemps… ta sœur vient de mourir! »

La sensualité de l’allégorie venant visiter le poète le matin dans son « obscur réduit » et « entrouvrant les rideaux » a une ambiguïté troublante, qui lui donne vie. Mais poignant est l’air de souffrance que ses yeux portent, comme si l’amour, même donné par les divinités, n’était qu’un vain rêve. Les « songes caressants » dont est composée la « cour » de cette année nouvelle sont appelés à se dissiper. Le souvenir de l’année précédente, de la « sœur », dément les promesses de cet an neuf. Le poète ne s’apitoie pas sur lui-même, préférant modeler cette image, cette figure, et la rendre vivante, en faire un être animé ; mais en profondeur on perçoit les déceptions de la jeunesse, les leurres de l’amour. Ces sœurs qui se renouvellent sans cesse sont aussi les amours qui ne durent pas, qui sont soumises au régime de l’impermanence, et ne sont que nuages plus ou moins colorés que le vent fait passer dans le ciel du poète. Replat choisit de ne pas en appeler à des concepts compliqués, mais à des images légères qui dans leur légèreté même, dans leur fluidité, leur évanescence, renvoient au vide de l’existence. Car, disparues, elles laissent le poète dans sa solitude, son aspiration.

Peut-être le laissent-elles, aussi, là où elles l’ont brièvement porté : près des harmonies célestes, désormais plus senties globalement que vues par bribes, au moyen de leurs reflets dans l’Imaginal. Replat à certains égards semble loin de nous, comme parti dans un monde autre, alors même qu’il affirme que les figures de ce monde ne cessent de se dissiper. Les « songes caressants » portent-ils dans le lointain, même quand ils n’existent plus ? François de Sales conseillait l’imagination pour porter l’âme à la dévotion3 : elle hisse vers la divinité, même si elle vient de l’être humain. Ainsi pourrait-on voir, jusque chez quelqu’un comme H. P. Lovecraft (1890-1937), une sorte de vie spirituelle inconsciente, le portant vers la divinité alors même qu’il ne croyait pas en son existence, parce qu’il a créé une mythologie, un monde se tenant en profondeur du monde visible – et cela, même si cette mythologie était de type infernal, même si elle s’apparentait à une démonologie, et laissait en principe le ciel vide de Dieu, pour n’y placer que des divinités hostiles ayant pour aspiration de détruire l’humanité et le monde qui est lui est familier. Dans ce vide, ne connaît-on pas une initiation ? Les tragédies de Sénèque, pareillement, étendaient la peur à l’échelle cosmique, en ne montrant, en action, que des entités sublunaires ou infraterrestres ; or, cela avait une intention initiatique explicite.

Cependant, chez Replat, on est loin de la peur : il préfère la mélancolie des espoirs déçus ; il n’évoque pas les monstres. Dans le vide laissé par leur dissolution, il devait y avoir aussi une forme d’initiation. L’art est plus celui d’un Racine que d’un Sénèque. Et, comme il implique le poète intimement, on peut, je crois, penser de nouveau à Gérard de Nerval.

Notes :

1. Vers cités par Jules Philippe, Les Poètes de la Savoie, Annecy, Jules Philippe, 1865, p. 250-251.

2. Cf. Jules Philippe, op. cit., p. 245-246.

3. Cf. François de Sales, Introduction à la vie dévote, Paris, Seuil, 1995, coll. « Livre de Vie », p. 72-73.

Un voyage au long cours sur le lac d’Annecy

9782919117284FSLe 1er mars dernier, les éditions Livres du Monde, à Annecy, ont réédité un des chefs-d’œuvre de la littérature romantique savoisienne : Voyage au long cours sur le lac d’Annecy, de Jacques Replat (1807-1866)1. Le titre annonce l’imitation de Xavier de Maistre et du Voyage autour de ma chambre (1794) ;  l’esprit humoristique et rêveur s’y retrouve, mais prolongé dans l’histoire et le paysage. Rodolphe Töpffer (1799-1844) est également cité2.

Pour comprendre la genèse de ce petit livre, il faut remonter à la refondation de l’Académie florimontane à Annecy au début des années 1850 par quatre érudits locaux, dont Jules Philippe (1827-1888), beau-frère de Jacques Replat. Celui-ci proposera à la lecture, en séance, en 1858, son opuscule, qui n’est autre que le récit des nouveaux Florimontans explorant les environs d’Annecy depuis son lac. De fait, en profondeur du paysage, Replat propose que l’histoire, le souvenir et l’imagination transfigurent le sensible. Pour cela, il commence par mêler le trajet en barque sur le lac au voyage qui est dans les montagnes qui s’y reflètent3. Brouillant les pistes, ou simplement la raison, il ouvre le champ de l’imagination,  jugée plus féconde que l’observation simple des faits extérieurs. Rapidement, il se place sous le parrainage de la reine Mab4, la fée celtique citée par Shakespeare (dans Romeo and Juliet), qu’il déclare voir en vision, et qu’il décrit5. Parfois elle lui apparaît sous la forme d’une paysanne, messagère de la fée6.

Il accomplit ce que Parsifal déclarait (dans l’acte I de l’opéra éponyme de Wagner) :

Je fais quelques pas et me voici déjà loin.

On se souvient que Gurnemanz lui répond :

Tu vois, mon fils, ici le temps se fait espace.

C’est le moment où Parsifal entre dans le royaume du Graal, c’est à dire du mythe. Et Replat fait de même.

Il évoque les souvenirs personnels, amoureux, qui le lient aux rives du lac, rappelant Gérard de Nerval lorsqu’il songe à cette demoiselle, « beau rêve aux yeux bleus » de sa jeunesse, le saluant des fenêtres du château de Duingt7, ou à cette autre, rencontrée sous les frondaisons du château de Menthon-Saint-Bernard8. Les souvenirs d’enfance aussi reviennent, avec les évocations de l’allure gothique et féodale du second, rempli de trophées de chasse9.

L’histoire apporte aussi son lot de rêverie, et Replat retrace la carrière des grands qui ont vécu dans tel ou tel romantique château des bords du lac annécien – notamment, de nouveau, celui de Duingt10.

Il ose déclarer que l’herbe est particulièrement verte aux alentours des vieux châteaux sans doute parce que les fantômes des belles dames, ou alors les fées, les hantent11.

Et puis il a une vision, celle d’une théorie d’hommes imaginaires ou illustres qui ont passé en Savoie, menée par le « bon roi Gontran » et assimilée à la « grande chasse de Saint-Hubert »12.

Il évoque également les destinées de celle-ci, qu’il juge digne d’être une nation à part entière13. Nous sommes deux ans avant l’intégration à la France.

La fin, qui voit tomber la neige et fuir les pèlerins du lac, emporte définitivement dans le monde du rêve éveillé dont d’emblée Replat se réclamait14. Il voulait créer l’image mythique de la Savoie, telle qu’il la ressentait intimement.

L’édition proposée est préfacée par Michel Amoudry, vice-président de l’Académie florimontane et président des Amis du Vieil Annecy, et j’ai rédigé les notes et la postface.

Notes :

1. Jacques REPLAT, Voyage au long cours sur le lac d’Annecy précédé d’une Ascension au Semnoz, Annecy, Livres du Monde, 2016, préface de Michel Amoudry, notes et postface de Rémi Mogenet, 168 pages, 16 €.

2. Cf. p. 21.

3. Cf. p. 53 : « LA FLORIMONTANE DÉCRÈTE : UNE PROMENADE SUR LA CIME BLANCHE DU FOND DU LAC ! »

4. « À la pensée, à madame Argumentabor, je préfère le rêve : celui de l’homme éveillé ; la flânerie qui vagabonde ici ou là, qui muse sur tout et rien. Vive donc la reine Mab ! la fée qui préside aux songes […]. » Op. cit., p. 65-66.

5. Cf. p. 114 : « la petite reine Mab qui, la coiffe aux vents, les pommettes un peu barbouillées de vin pur, vient d’entrer par la fenêtre, et s’est mise à danser dans le réfectoire [de l’abbaye de Talloires]. »

6. Cf. p. 142 : « Ses joues vermillonnées se cachaient sous un simple chapeau d’innocente bergère. »

7. Cf. p. 111 : « Il y a de cela bien longtemps : entre Duingt et Talloires, à la veille du départ, et le cœur rempli d’une douce tristesse, j’avais vu disparaître derrière les arbres la dernière ondulation d’une écharpe flottante, dernier adieu envoyé du rivage. […] Or, il était une fois une fée dans la tourelle du jardin de Châteauvieux. On l’avait surnommée la Belle du lac »

8. Cf. p. 102 : « Menthon occupe aussi une place chère et voilée dans les limbes de notre adolescence »…

9. Cf. p. 101 : « Dans les vastes chambres, tapissées de haute lisse ou de serge verte, dans les couloirs étroits et mystérieux, on respirait un arôme des anciens temps »…

10. Cf. p. 127, l’histoire des Duin-la-Val-d’Isère, jusqu’à l’évocation des derniers Valois, p. 131.

11. Cf. p. 141-142 : « ici, comme auprès de tous les vieux châteaux, les herbes et les mousses, plus qu’ailleurs, sont fraîches, émeraudées et luisantes. Quelle est la cause de ce phénomène végétal ? Possible, me disais-je, que les fantômes des belles dames viennent ici rôder à la brune et pleurer leurs amours. Possible encore que les fées dansent, au clair des étoiles, sur le velours qui tapisse les ruines. »

12. Cf. p. 146 et suivantes.

13. Cf. p. 156-157 : Mab affirme que la Savoie n’appartiendra pas au « Latium » (l’Italie en formation), mais « aux montagnards Ombriens et Lacustres » – c’est dire qu’elle reviendra à ses habitants primitifs, dits ici de race celtique ; « d’ici là notre vieille Gauloise prendra patience avec un brin d’esprit français », ajoute la fée.

14. Cf. chapitres XXVIII et XXIX.

Jean-François Ducis et la nostalgie de la Savoie

3729294297_ba1c746a52_oJean-François Ducis (1733-1816) fut le premier poète intime de la Savoie. Il eut certainement une influence sur les poètes romantiques savoisiens.

Il était né à Versailles, où son père, un artisan assez pauvre, s’était installé, après être né et avoir vécu à Hauteluce, en Tarentaise. Il composa quelques tragédies, qui pour certaines eurent du succès, notamment celles qui adaptaient Shakespeare. Quoiqu’il l’édulcorât, on trouvait les drames du célèbre Anglais encore trop sauvages sous sa plume. Quelques insuccès l’invitèrent à prendre sa retraite, et c’est là qu’il devint intéressant, non seulement comme poète, mais aussi comme demi-Savoyard.

Il se rendit deux fois en Savoie, dont une pour rencontrer la famille de son père et y régler une succession, et cela avait été pour lui une révélation. La vision des Alpes laissa sur lui une marque indélébile : il eut le sentiment d’avoir trouvé sa vraie patrie. Et que ce fût une illusion ou une réalité, il se mit, à la fin de sa vie, à composer des vers chantant ses origines savoisiennes :

Savoie, ô mon pays, berceau de mes aïeux,
Climat doux à mon cœur, qui vit naître mon père
Sous un modeste toit où la vertu fut chère,
Au pied d’un mont audacieux
Qu’en montant sur son char le soleil radieux
Fait resplendir au loin de sa haute lumière,
Qu’embellit de ses dons le retour du printemps,
Qui mêle avec ses fleurs les trésors renaissants
De mainte plante salutaire,
Au bruit de cent ruisseaux sous les frimas errants,
Qui, seuls, croisés, unis, cachés, reparaissants,
Amoureux de la primevère,
Ruisseaux encor, bientôt torrents,
A travers les rochers et leurs débris roulants
Vont tous avec fracas se jeter dans l’Isère […].1

On pourrait estimer que cette phrase qui n’en finit pas, avec ses propositions relatives toujours relancées, relève d’un manque de goût, et d’une absence de maîtrise de la langue classique ; mais dans ce refus de s’arrêter, ce désir de multiplier les évocations de la nature, peut-être faut-il aussi voir une exaltation qui préfigure le romantisme, ce que tendent à prouver les hyperboles et les énumérations. Plus significative encore est l’élément de merveilleux chrétien qui comme chez François de Sales montre un être saint regardant les hommes depuis le ciel :

Savoie, ô mon pays ! berceau de mes aïeux,
Montre-moi, découvre à mes yeux
Les asiles sacrés, les retraites austères
Où saint Bruno, du haut des cieux,
Vit de ses chers enfants les essaims solitaires
Se poser, colons volontaires,
Dans tes déserts religieux.

La terre même de Savoie semble mystique, bien que saint Bruno, dans les faits, ait plutôt fondé son ordre dans le Dauphiné… Mais c’est dans la Grande Chartreuse que, vingt ou trente ans plus tard, Jean-Pierre Veyrat aura sa crise intérieure et retournera à la foi de ses ancêtres.

Jean-François Ducis tenait-il de son père l’œuvre lue et méditée de François de Sales, ou l’image des abeilles qui suit relève-t-elle de la coïncidence ? On sait que l’évêque de Genève pensait qu’en méditant sur la nature on pouvait saisir les messages de la divinité, et distinguer l’esprit et la vie morale du monde. Or les abeilles de Ducis enseignent les vertus, et le plus étonnant est qu’il fallait qu’elles fussent savoisiennes : celles de Versailles ne parlaient-elles pas ?

Salut, trois fois salut, cellule où Dieu m’attire,
Où mon cœur reste et d’où j’admire
Sous ses hauts monts glacés, dans le ciel suspendus,
Sur ses frimas percés de mille fleurs nouvelles,
Les abeilles cueillir leurs trésors blancs comme elles
Au milieu des parfums dans les airs répandus !
Peuple aimable de sœurs ! oui, vos soins assidus,
Oui, vos travaux semblent me dire :
C’est ici qu’il nous faut produire,
Nous, le doux miel des fleurs, vous, celui des vertus.

Ainsi, dans ce lieu alpin, la nature soudain parle. Elle vibre de vie, d’esprit. Elle est bénie, elle est plus proche du royaume divin :

Désert, heureux désert, quels sont tes privilèges !
De mille appâts, de mille pièges
Tu préserves mon cœur, mes oreilles, mes yeux.
Ton asile est un ciel d’où je m’élève aux cieux ;
Où je change en printemps l’hiver dont tu m’assièges,
Où, parmi les rocs et les neiges,
La nuit entend gémir tes chants mystérieux.
Sois mille fois béni, désert qui me protèges !

À vrai dire, l’influence de Jean-Jacques Rousseau peut être ici sensible. L’idée d’un asile protecteur renvoie à l’auteur des Confessions, dont on se souvient qu’à propos des Charmettes il composa dans sa jeunesse ces vers :

Verger, cher à mon cœur, séjour de l’innocence,
Honneur des plus beaux jours que le ciel me dispense,
Solitude charmante, asile de la paix,
Puissé-je, heureux verger, ne vous quitter jamais !2

La Savoie était une terre à demi céleste depuis que Rousseau l’avait peinte telle ; mais la doctrine de La Profession de foi du vicaire savoyard fut inspirée par des prêtres savoyards réels, d’une part ; et, d’autre part, que Jean-François Ducis ouvrît le recueil de Jules Philippe (1827-1888) sur Les Poètes de la Savoie (1865) manifeste une volonté d’accepter sa naturalisation au nom de ses ancêtres. Certes, les Savoyards lisaient Rousseau, de toute façon ; mais par Ducis, ils pouvaient faire leur cette philosophie qui faisait de leur pays un monde enchanté, plus imprégné de vertu céleste que le reste du monde, ou du moins de l’Europe.

Le poème de Ducis se termine par une prière au « désert » savoisien, de garder ses « soupirs », ses « pas silencieux », son « humble toit religieux », le jardin de sa « jeune abeille », son « doux repos » et, enfin, sa « conscience »

Et la paix de mon âme, et son vol vers les cieux.

La Savoie gardera longtemps cette imagé de piédestal du paradis qui nourrissait le patriotisme local.

D’une façon typique, Ducis attribuait le tempérament qu’on lui avait reproché dans ses tragédies à son origine « allobroge ». Dans son Portrait il écrivait :

Sans le prévoir, Jean-François fut auteur.
La tragédie eut pour lui mille charmes ;
Trop loin peut-être, il porta la terreur,
Et la pitié, douce source des larmes.
De père en fils, Allobroge il était.
Vers ses rochers, poétique héritage,
Un vif instinct, certaine humeur sauvage
Dans ses chagrins fortement l’appelait.
Simple, mais fier, pour lui ce monde étrange
Ou l’attristait, ou n’offrait rien de beau ;
Il se sentait, dans un confus mélange,
Doux ou terrible, ou torrent ou ruisseau.3

Qu’il se nomme par son prénom renvoie sans doute encore à Rousseau. Mais il est étrange qu’il ait lié sa propension à ce qu’on appelait alors le mauvais goût, à son origine savoyarde. Car ce mauvais goût était celui qu’on reprochait à Shakespeare, dont la révélation, en Allemagne et en France, fut la source d’une révolution romantique dans le théâtre. Les excès de Ducis se rapportaient pour lui-même à son penchant pour les « rochers » des Alpes, comme si la Savoie était romantique par essence. Son image était la butée d’une aspiration à s’arracher aux chagrins d’un monde laid. La mythologie de la montagne, commencée avec Rousseau, se poursuivait, mais elle entrait désormais dans le patrimoine savoyard même. Un lien avec le romantisme peut encore être décelé dans cet aveu personnel :

Né pour l’amour et la mélancolie,
Grave et rêveur il fut dès son berceau ;
Il se plaisait à l’aspect d’un tombeau,
Au jour mourant d’un funèbre flambeau ;
Il l’invoquait, et sa mère attendrie,
Craignant son cœur, trembla pour son cerveau.4

Il avait des goûts morbides, était attiré par le monde de la mort, et l’on craignait pour sa raison… Les vers désespérés de Lamartine, les méditations sur la mort, les figures funèbres, étaient déjà en germe chez Ducis, pris comme modèle particulier par ses compatriotes de Savoie. Jules Philippe devait déclarer :

Quant à nous, ses compatriotes, nous avons un dernier hommage à rendre au poète du saule ; nous devons lui payer un juste tribut de reconnaissance pour le souvenir qu’il garda de son pays d’origine, durant sa vie entière. À cet égard, il ne ressembla, point à quelques-uns des nôtres qui, une fois arrivés à l’apogée de leur gloire, renièrent presque leur patrie et rougirent de s’appeler Savoyards, de ce nom qu’on a essayé d’abaisser, mais dont l’histoire a fait le synonyme de loyauté et de courage. Ducis aimait à parler du la Savoie, et dans plusieurs du ses poésies il a chanté ses chères montagnes et ses vallées bien-aimées, où il se reportait si souvent par la pensée.

Né à Versailles, il eût pu aisément cacher son origine, comme tenta de le faire Berthollet et d’autres que nous pourrions citer ; mais la franchise, la loyauté natives, l’en empêchèrent : Ducis resta Savoyard de cœur et d’esprit.5

Pour Jules Philippe, Ducis inaugurait d’une tradition, faite de patriotisme et du sentiment que la Savoie comblait l’âme humaine parce qu’elle était un reflet des vertus.

Notes :

1. Cité par Jules PHILIPPE, Les Poètes de la Savoie, Annecy, Jules Philippe, 1865, p. 62-63.

2. Vers cités par Jean ORIZET, Anthologie de la poésie française, Paris, Larousse, 2007, p. 253.

3. Cf. Jules PHILIPPE, Les Poètes de la Savoie, Annecy, Jules Philippe, 1865, p. 64.

4. Ibid., p. 64-65.

5. Ibid., p. 58-59.

Auguste de Juge de Pieuillet

Outre son beau-frère et ami d’enfance Louis de Vignet, Lamartine en Savoie eut un lien avec un autre poète local : Auguste de Juge de Pieuillet (1797-1862)1.

Né à Serrières, il suivit des études de Droit à Grenoble puis à Turin, où il fut reçu docteur en 1816. Il fut d’abord avocat fiscal à Albertville (1827), puis Juge-Mage à Bonneville (1833) et à Annecy (1837). Il devint membre effectif du Sénat de Savoie en 1840, et fut mis à la retraite en 1860 avec le titre de Président honoraire de la Cour d’Appel de Savoie. Il mourut dans son château de Pieuillet, près de Rumilly, en 1862.

Il dirigea l’Instruction publique dans le Faucigny puis à Chambéry, réclamant alors l’enseignement de l’histoire de la Savoie dans le Duché et le conseillant aux maîtres, et fut un membre éminent de l’Académie de Savoie. Il cultiva toute sa vie la poésie.

Il publia, en 1824, un poème satirique sur Chambéry, et fréquenta alors Lamartine, qui l’encouragea à écrire. Jules Philippe assure qu’ils se promenaient ensemble et admiraient d’un même élan le grand spectacle de la nature alpestre. Plus tard, ils correspondirent. Et comme Lamartine le disait trop modeste et dur avec lui-même, il composa un poème sur le lac Léman qui reçut l’approbation du maître. En voici le début :

Le jour déjà vient de s’éteindre
Sur les aiguilles du mont-Blanc ;
La lune qui commence à poindre,
De sa pâle lueur va teindre
Les flots bleuâtres du Léman.

Le poète se rend alors sur le lac et, depuis l’onde, regarde les coteaux

où les ténèbres
Ne tombent jamais qu’à regret

En effet, bien des noms célèbres ont laissé là un souvenir : « Ici riait, causait Voltaire » et « Rousseau maudissait son destin » en portant

Dans l’âme de sa Julie
Le feu qui dévorait son sein

Byron aussi y vint faire retentir « Sa voix infernale ou divine ».

Auguste de Juge écrivit également un poème sur une source du Salève,

Dont on aime, d’un œil avide,
A suivre les divers destins.

Il la personnifie et l’anime, en la comparant à une vierge farouche qui, sortant d’un monastère, veut échapper aux regards, ou au contraire à une bacchante

Qui, sous le dieu qui la tourmente,
Fait éclater ses chants d’amour

– parce qu’elle est tantôt petite parmi les pierres, tantôt luisante aux feux du jour en passant parmi les champs. Saisi d’émotion le poète s’écrie :

Ô source pure, onde chérie,
Vers cette lointaine prairie,
Garde-toi de hâter ton cours ;
Là-bas est un abîme immense,
Où ta passagère existence
Ira se perdre pour toujours…

On peut reconnaître des idées et des mots de Lamartine ; mais son style est bien différent, et De Juge se fit surtout connaître, par la suite, par des fables plus légères. Il s’était pourtant essayé, en 1834, à des Inspirations religieuses dont le titre seul trahit le modèle lamartinien ; mais peu leur accordèrent une valeur réelle.

Auguste de Juge laissa aussi quelques comptes-rendus du prix de poésie de l’Académie de Savoie, dont il fut le rapporteur. Il consacra en particulier le génie de Jean-Pierre Veyrat, et celui de Marguerite Chevron – sur laquelle nous reviendrons. De Juge appréciait le romantisme, même s’il le trouvait excessif ; il savait reconnaître la grandeur, quand il la voyait.

Notes :

1. Voir Jules PHILIPPE, Les Poètes de la Savoie, Annecy, Jules Philippe, 1865, p. 211-228.