Archives par mot-clé : Antoine Favre

La Savoie de 1860 à 1920 (première partie) : les résistances à l’intégration française

Des vieux symboles savoisiens, dont les âmes s’étaient si profondément nourries depuis 1815, que pouvait-il rester après l’Annexion ? Vouait-on encore, parmi les écrivains, un culte à la dynastie ? Voyait-on encore, comme au temps de Veyrat, de Jacquemoud, un lien entre eux, le peuple de Savoie et les montagnes ? Vénérait-on même encore le mont-Blanc ? Ou les références sont-elles devenues subitement Paris, la Seine, les rois de France, les châteaux de la Loire ? Comment a évolué culturellement la Savoie après 1860 ?

Pendant plusieurs décennies, beaucoup de choses, en Savoie, restèrent en réalité inchangées. Les Savoyards, fiers de leurs origines, ne les avaient pas oubliées, et ils en cultivaient jalousement le souvenir.

Jean de Pingon, dans son livre Savoie française, cite une lettre du « préfet de Haute-Savoie » datée du 27 janvier 1865 affirmant : « Il y a encore beaucoup à faire en Savoie, M. le ministre, au point de vue de l’annexion morale… »1. Il évoque également les réflexions d’ « E. Lombard, rédacteur en chef du journal Chambérien Le Statut et la Savoie », écrivant, « deux ans après l’annexion », que les « représentants de la France annexionniste » n’ont trouvé qu’un accueil froid, et une méfiance égale à « celle qu’on avait pour les Piémontais » :

Artisans ou cultivateurs, nobles ou bourgeois, font preuve de la même antipathie. Les riches costumes des officiers, les habits brodés et galonnés des employés français n’y peuvent rien, nos salons restent obstinément fermés devant eux. Ç’a été pour nos nouveaux maîtres une déception complète, aussi en retour de notre froideur ils nous donnent l’injure : nous ne sommes plus, comme au temps de l’annexion, « les bons Savoisiens », le peuple loyal, aux mœurs douces et affables, nous sommes redevenus les Savoyards, les montreurs de marmottes, le pékin vil et pauvre.2

Les Savoyards ne se sentent pas aussi prêts qu’on a cru à s’imprégner de l’esprit français : ils restent liés au sentiment de leur communauté propre, distincte autant de la France que de l’Italie, malgré la proximité de langue.

Mickaël Meynet rapporte qu’Adelin Ballaloud, devenu maire peu après l’Annexion, n’était plus le fougueux utopiste d’autrefois, que son travail consistait essentiellement à convaincre ses administrés que les décisions du Préfet étaient les bonnes et que s’y soumettre était conforme à la morale.3

Une anecdote concernant la Société florimontane traduit, encore, la persistance du patriotisme savoisien, voire une certaine susceptibilité. Elle s’était après 1860 rapprochée de la Société impériale des Antiquaires de France, dont le président était Ernest Renan. Or, dans le Bulletin de cette société, se trouvaient des erreurs que les historiens savoisiens trouvaient insultantes : on méprisait leurs travaux ; on faisait comme s’ils n’existaient pas. On assurait découvrir des éléments déjà présents dans les livres publiés en Savoie depuis longtemps. En 1867, François Rabut, un des fondateurs de la Société Savoisienne d’Histoire et d’Archéologie, publia un article intitulé Les Grains de sable de l’Histoire de la Savoie. Il est d’une ironie mordante, et peu amène, et pourfend le dédain des historiens français pour leurs homologues de Savoie.4

Un fait plus grave, d’une portée en tout cas plus profonde, parle particulièrement. La Société florimontane ne put bientôt plus consacrer comme autrefois des conférences aux sciences naturelles. Celles-ci se spécialisaient à l’extrême et le séduisant encyclopédisme qui avait prévalu en Savoie n’était plus possible dans l’ensemble français. Le duché n’avait pas eu d’enseignement d’élite, et, isolé, il pouvait faire se rencontrer la poésie, la science, la religion, sans se voir reprocher la confusion des genres. Désormais, les moyens dont disposaient les universités françaises pour mener des expériences et construire des instruments d’observation et d’analyse rendaient impossible la concurrence à Chambéry ou Annecy. La Société florimontane délaissa la physique et la chimie pour se consacrer essentiellement à l’histoire, et, qui plus est, à celle de la Savoie.5 C’est par ce biais qu’elle conservait une légitimité.

Elle tentait d’en conserver une aussi sur le plan littéraire, en évoquant les écrivains qui avaient parlé de la Savoie, ou qui y avaient séjourné. Mais surtout, elle lança un concours de poésie dialectale qui donna au patois un nouvel élan.6 C’est sous son impulsion que fut créé le dictionnaire de Constantin et Désormaux, qui étaient membres. Louis Terreaux rappelle7 que le patois, en s’enracinant dans la culture familiale et personnelle, avait été favorisé par le romantisme, que son essor en était un effet. On commença à l’écrire et à l’étudier, de manière informelle, au cours du dix-neuvième siècle ; mais il émanait toujours de la paysannerie. Comme celle-ci était regardée comme un pilier de la société saine, son parler n’avait pas été honni ; Alexis Billiet avait établi un glossaire de celui de son village natal. Mais l’Académie de Savoie se réclamait de François de Sales et d’Antoine Favre : elle cultivait le français, et était, à cet titre, néoclassique. La Société florimontane, dont la vocation était plus populaire, ne cessa de promouvoir le dialecte et sa production poétique spécifique.

L’intégration dans la France orientait la culture, en Savoie, vers le particularisme, comme une forme de réaction. Or, le liant profondément au romantisme, Ricarda Huch affirme que « l’amour du particularisme n’est rien d’autre que l’amour de l’inconscient chez l’homme, la recherche des sources les plus cachées dont la réunion a créé son être »8. Le paradoxe est bien que le rattachement à la France, dans un premier temps, a développé l’amour de cette quête, et accru la production en patois, qui devenait dès lors un trait plus distinctif que les institutions. Mieux encore, il a émietté l’identité, qui n’était plus tant relative au duché de Savoie qu’à ses différentes vallées. Les auteurs patoisants sont distingués selon leurs variations dialectales et les communes auxquelles ils appartiennent. Le duché de Savoie n’existant plus, son âme se fragmente entre ses parties. D’ailleurs, le patois évoque plus souvent l’esprit des éléments naturels que les figures du symbolisme traditionnel. Et même en français, la littérature s’oriente vers la célébration de la vallée, de la cité : Maurice-Marie Dantand glorifie Thonon et ses environs dans le Gardo (1891) ; François Arnollet compose un drame barbare sur les antiques Keutrons (1889), peuplade de la Tarentaise ; Jacques Replat, après avoir publié des romans consacrés au duché de Savoie en général (Le Siège de Briançon, 1836, Le Sanglier de la forêt de Lonnes, 1840), se concentre sur Annecy et le Genevois (Voyage au long cours sur le lac d’Annecy, 1858, Bois et vallons, 1864) ; Amélie Gex s’inscrit dans le paysage de Chambéry et de ses alentours, tant en patois qu’en français ; quant à Joseph Dessaix, après avoir, en 1854, commencé la publication d’un gros ouvrage sur la Savoie9, il se concentre, après 1860, sur le Chablais, où il était né et où il était revenu au soir de sa vie10 : il avait fait la promotion du libéralisme à Chambéry, il faisait à présent celle du tourisme à Evian.

Dans cette période française, l’épopée n’est plus tant dynastique que folklorique. La liberté de la presse, sous la Troisième République, favorisa cette tendance, les républicains défendant fréquemment l’expression populaire contre l’académisme.

Quant au courant catholique, il était également en réaction. Mais il l’était de façon globale, en lien avec le catholicisme français, auquel il tendait à s’assimiler. L’exemple de Charles Buet (1846-1897) à cet égard éclaire. Avant 1860, les écrivains savoyards qui partaient à Paris étaient des libéraux qui trouvaient la Savoie trop étroite pour leurs visions d’avenir et de gloire : tel avait été notamment Pierre Lanfrey (1828-1877). Sensible à la « morale évangélique » mais hostile au « dogme » et aux « mystères », il s’était installé à Paris en 1853 pour y poursuivre une carrière littéraire et il fut reçu dans les salons, notamment celui de la comtesse d’Agoult, grâce à des ouvrages sur Napoléon et le Pape, dans lesquels il pourfendait le despotisme sous toutes ses formes. Mais il n’oublia pas de faire l’éloge de la naïveté savoyarde et de condamner la science peu consolante de Paris. Proche de Thiers, il fut élu député républicain en 187111.

Buet était d’un tout autre bord. Né à Saint-Jean-de-Maurienne d’un père épicier, il fut à partir de 1867 journaliste à L’Univers avec Louis Veuillot, et avait pour maître à penser le philosophe catholique Ernest Hello. Il fonda à Paris un salon auquel se rendaient Barbey d’Aurevilly, Léon Bloy, Huysmans. Ses romans historiques inventifs et vite écrits eurent un certain succès ; ils s’appuyaient fréquemment sur les traditions savoyardes. En 1885, il dut revenir en Savoie, faute d’argent; Il s’installa à Thonon et participa à la fondation de l’Académie chablaisienne, dont il fut président en 1888 et 1889. Mais, mal reconnu, doté de connaissances imprécises, orienté dans sa vision historique et isolé parmi les intellectuels locaux, il est notoire et significatif qu’il s’ennuyait, et qu’il aspirait à retourner à Paris ; ce qu’il fit en 1894.12 Désormais, la Savoie n’était plus un horizon pour la littérature. Elle subissait la polarisation parisienne.

Charles-Albert Costa de Beauregard pareillement se mêla à la vie littéraire de la grande cité. Élu à l’Académie française dans le fauteuil d’Alfred de Vigny en 1896, il fut connu surtout pour ses ouvrages sur le « marquis Henry »13, son ancêtre qui vécut sous la Révolution, et sur le roi Charles-Albert14 ; mais il écrivit aussi des ouvrages qui exploraient la France de l’émigration, notamment sur Auguste de La Ferronnays15, issu de la noblesse bretonne. Comme Buet, au fond, il n’entendait pas se limiter à la Savoie, quoiqu’il demeurât essentiellement le défenseur du « Trône et de l’Autel ».16

(À suivre.)

Notes :

1 Cf. Jean de Pingon, Savoie française, Yens-sur-Morges, Cabédita, 1996, p. 30.

2 Ibid., p. 39-40.

3 Op. cit., p. 97-99.

4 Cf. Bernard Premat, De l’Association florimontane à l’Académie florimontane, histoire d’une renaissance, 1851-2007, Mémoires et documents publiés par l’Académie florimontane, t. 5, Annecy, Académie florimontane, 2009, p. 85.

5 Ibid., p. 94-96.

6 Voir Louis Terreaux (dir.), Histoire de la littérature savoyarde, Académie de Savoie, Documents, deuxième série, tome 2, 2010, La Fontaine de Siloé, Montmélian, 2011, p. 916.

7 Ibid., p. 914.

8 Ricarda Huch, Les Romantiques allemands 2, Aix-en-Provence, Pandora, 1979, p. 251.

9 La Savoie historique, pittoresque, statistique et biographique.

10 Voir par exemple Evian-les-Bains et Thonon : guide du baigneur et du touriste, 1864.

11 Cf. Culture et société à Chambéry au XIXe siècle, Chambéry, Société savoisienne d’histoire et d’archéologie, 1982, p. 52-60.

12 Voir la notice qui a été publiée à son sujet (rédigée par A. Weigel) dans Louis Terreaux (dir.) Histoire de la littérature savoyarde, Académie de Savoie, Documents, deuxième série, tome 2, 2010, La Fontaine de Siloé, Montmélian, 2011, p.732-743.

13 Un Homme d’autrefois, Paris, Plon, 1877.

14 Prologue d’un règne. La Jeunesse du roi Charles-Albert, Paris Plon, 1889 ; Épilogue d’un règne. Milan, Novare et Oporto. Les dernières années du roi Charles-Albert, Paris, Plon, 1890.

15 Souvenirs tirés des papiers du comte de La Ferronnays, Paris, Plon, 1900.

16 Cf. Louis Terreaux (dir.) Histoire de la littérature savoyarde, Académie de Savoie, Documents, deuxième série, tome 2, 2010, La Fontaine de Siloé, Montmélian, 2011, p. 726-731 (notice rédigée par Paul Guichonnet).

Sources du lyrisme savoisien : Antoine Favre

5611382368_63b7584e6b_oLes quelques lignes que François de Sales put, au cours de sa vie, écrire sur le paysage savoyard, ont eu quelque chose de plus fondateur, peut-être, que cela n’a été décelé par la critique. Le classicisme, en France, ne peignait pas les paysages, ou le faisait peu. François de Sales peignit essentiellement, lui aussi, un paysage mental. Mais par certains traits, il marqua son attachement à la nature alpine. Outre le passage sur les chevreuils et les chamois de Chamonix, déjà cité, il faut évoquer les mots qu’il prononça sur les environs d’Annecy, dont il aimait le lac et ses abords, particulièrement Saint-Germain, au-dessus de Talloires, où s’élevait un monastère dans lequel il déclara désirer prendre sa retraite : « Quel site délicieux ! », s’écria-t-il. « Ici, les grandes et belles pensées nous viennent en tête aussi dru et menu que les neiges y tombent l’hiver »1. Sans revenir sur son goût des comparaisons, qui ici assimilent les pensées à la neige, il faut tirer de ces paroles une marque supplémentaire de sa conviction que la nature a en elle de l’âme, de l’esprit, et que certains lieux sont plus propices que d’autres à l’élévation intérieure. S’ils parlent au cœur, c’est bien que Dieu y est présent. Idée déjà romantique, et qui annonce Jean-Jacques Rousseau, d’ailleurs disciple, nous l’avons dit, de prêtres savoyards qu’il consacra dans sa Profession de foi du vicaire savoyard. On affirme que François de Sales refusa de devenir coadjuteur du cardinal de Retz, à Paris, pour ne pas avoir à quitter son pays, qu’il aimait2.

Pourtant, les premiers poètes lyriques de Savoie n’évoqueront guère celles-ci. Marc-Claude de Buttet, pour l’essentiel, chanta son Amalthée sur le modèle des poètes de la Renaissance et de Pétrarque. On cite péniblement quelques vers où il évoqua les montagnes3, auxquelles du reste il préférait la ville de Chambéry :

Déjà l’hiver qui tout tremblant frissonne,
Des monts tout blancs, droit nous darde ça bas
Une froideur tant âpre qu’elle étonne
Mes champs aimés, mes soulas, mes ébas…

Il parle de la nature alpine essentiellement pour se plaindre qu’elle l’empêche de mener sa vie normale, d’homme civilisé fréquentant les dames. Rien n’est plus classique, à vrai dire. Voltaire, à Ferney, aura des vers comparables.

D’un lyrisme plus vibrant fut peut-être l’ami de François de Sales, Antoine Favre. Né à Bourg-en-Bresse en 1557, il vécut à Annecy puis à Chambéry, où il mourut en 1624 après avoir présidé le Sénat de Savoie durant de longues années. Il composa des vers religieux dans lesquels il créait des métaphores assez saisissantes pour peindre les tourments de son âme : elles étaient inspirées par l’Évangile. Son détournement du sonnet, issu de Pétrarque, au profit d’une mystique chrétienne, est intéressant, et bien dans l’esprit de François de Sales :

Quelles sont, ô bon Dieu, ces cordes qui te lient,
Sinon tant de péchés qui me tiennent captif !
Qui sont ces fiers bourreaux qui t’écorchent tout vif,
Sinon ces vanités, qui te toi me délient !

Quelle colonne à qui tant de cordes s’allient,
Si ce n’est la durté de mon cœur trop rétif !
Quel est ce fleuve de sang qui coule si naïf ?
N’est-ce tant de pardons, dont mes péchés se rient ?

Secours, ô Dieu, secours, las, toujours le péché
Tiendra-t-il mon malheur à l’enfer attaché ?
Si la corde te plaît, les bourreaux , les gendarmes,

La colonne et le sang, rends-moi la Charité
Pour corde, pour bourreaux un remords effronté,
Pour colonne, ta Croix, pour sang, l’eau de mes larmes.4

La poésie est un moyen de perfectionner son âme, car elle peuple l’intériorité humaine de symboles. Mais ces symboles sont ceux de la tradition chrétienne : Favre ne les crée pas. Quoique le style et la langue soient ceux du XVIIe siècle, l’esprit de ce poème rappelle l’allégorie médiévale. Un autre sonnet, moins imagé, plus directement moral, rend mieux compte de l’ensemble de ses Entretiens spirituels (Turin, 1601), recueil poétique d’inspiration religieuse :

C’est grand cas, mais bien peu de l’homme, et de sa vie :
A peine est il eclos de son premier berceau,
Qu’il court au grand galop à son dernier tombeau
Las de vivre, ains qu’avoir de mourir nulle envie !

A peine il sait à quoi il faut qu’il s’étudie,
Que la mort lui soustrait son livre et son flambeau,
Encor de ce peu d’ans faut-il que le plus beau
S’écoule aux vanités d’une longue folie.

Sa vie n’est que mort, encor ne peut-il point
Apprendre la leçon de mourir bien a poinct :
Plus il vit, moins il sait l’heur et l’art de bien vivre.

Par bien vivre il faudrait apprendre à bien mourir,
Mais pour bien vivre, quoi ? Avant coup discourir

Comme on vivrait jà mort, si l’on pouvait revivre.5

Le ton funèbre de ce sonnet, cependant, peut rappeler une veine du romantisme. Le premier quatrain préfigure le désespoir de l’homme face au temps, à l’éternité, qui ne fait de lui qu’un bref songe. L’esprit baroque, peut-être, préside à cette pensée. Le second tercet est particulièrement frappant, puisque les leçons tirées de la vie ne sont de nul profit pour la vie même, à moins que l’on puisse revivre : ce que ne croyait sans doute pas Favre, mais le thème des vies successives, à l’époque romantique, a bien été déployé6. Ici, le salut n’est que dans l’autre monde.

Jean-Pierre Veyrat, après sa conversion, n’eut pas d’autre doctrine. Toutefois, il l’exprima dans des images plus riches, et dans un style plus ardent. Favre est dans une retenue toute classique.

Notes :

1 Cité dans l’ouvrage de J. Prieur et H. Vulliez, Saints et saintes de Savoie, Annecy, Le Vieil Annecy-La Fontaine de Siloé, 1999, p. 129.

2 Voir Louis Terreaux, « Littérature », dans Savoie, Paris, Christine Bonneton, 1978, p. 224.

3 Ibid., p. 220.

4 Cité par Paul Guichard, Anthologie poétique des pays de l’Ain, t. I, Trévoux, Éditions de Trévoux, 1971, p. 62.

5 Ibid., p. 61.

6 En France, par exemple par Gérard de Nerval (dans Fantaisie, in Poésies et souvenirs, Paris, Poésie/Gallimard, 1974, p . 96), Charles Baudelaire (dans La Vie antérieure, in Les Fleurs du mal, Paris, Ganier-Flammarion, 1964, p. 45) ou Lamartine, à travers La Chute d’un ange, qui évoque pour l’ange du titre, sept incarnations, contemporaines de celles de la femme pour laquelle il s’est fait homme.

François Blanc et la mort du jeune poète

Philippe Paillard, dans son article sur la poésie savoyarde à l’époque de la Restauration sarde, voit dans François Blanc le seul poète qui échappe à la platitude de l’ensemble : les autres, affirme-t-il, sont surprenants d’impersonnalité, ne s’adonnant qu’à des œuvres de circonstance, liées aux événements dynastiques. Mais François Blanc constitue une « rafraîchissante découverte »1. En particulier sa Mort du jeune poète, dédiée à Byron, trouve grâce à ses yeux.

Il était né à Saint-Julien-en-Genevois, à une date que ne mentionne pas Jules Philippe ; il dit seulement qu’il est mort très jeune, d’une « maladie cruelle », en 18252. Il se fit surtout connaître par un Chant lyrique sur la Grèce, paru l’année même de sa mort : il était principalement inspiré par Casimir Delavigne, à qui il dédia une Épître le félicitant d’avoir pris fait et cause pour les Hellènes :

O Lavigne ! entends-tu ? pour chanter ses enfants
La Messène chrétienne a réclamé tes chants ;
De Parthénope aux fers, déesse fugitive,
La Vierge d’Ipsara se lève encore plaintive,
De ses habits de sang dépouille les lambeaux
Et retrouve sa gloire au fond de ses tombeaux…

Ce sont des vers pleins d’allant et d’ardeur. L’image de la résurrection d’un peuple est belle. Les noms propres ont quelque chose d’exotique et de suggestif. Mais c’était déjà le cas chez Racine.

Malgré la dédicace à Byron, La Mort du jeune poète, poème élégiaque en trois chants, fait écho aux vers de Lamartine. Avant d’expirer, François Blanc voulut exprimer sa peine de devoir quitter la vie, alors qu’il conservait toutes ses espérances de jeunesse, et dire adieu à tout ce qu’il avait aimé. Il compara la muse à un oiseau :

Au bord de sa couche arrondie

Que le zéphyr vient balancer,
Voyez-vous l’oiseau plein de vie
Qui n’ose encore s’élancer
Parmi les fleurs de la prairie ?

Inquiète, et belle d’amour,
Sa mère, rasant de son aile
Du nid le modeste contour,
L’invite et tendrement l’appelle.

Avec des yeux pleins de douceur,
Ainsi la Muse qui m’inspire
D’une main me guide au bonheur
Et de l’autre me tend sa lyre.

Cette image tirée de la nature pour décrire une divinité, ou au moins un phénomène de l’âme, est bien une sorte de similitude à la mode de François de Sales ; mais elle reste classique.

Face à la mort, il invoqua un « ami » défunt :

Ombre qui m’est toujours si chère,
Descends sourire à ma prière !
Je t’invoque, console-moi !
Et dans ce monde où tout s’efface,
Si l’affreux reptile m’enlace,
Je ne demande que la grâce
D’aimer… de mourir comme toi !

Est-ce un écho des Entretiens spirituels d’Antoine Favre ? Cet ami pourrait bien être le Christ. Mais le style est plus sentimental que celui de Favre. Les exclamatives plus nombreuses. L’image de « l’affreux reptile » plus crue.

Dans un autre passage il se compare à un cygne céleste, à un fils d’immortel tombé d’en haut :

Paix au cygne étranger, exilé sur la Terre,
Né d’un sang immortel, et remontant aux cieux !
Sur les bords inspirés du lac harmonieux,
Longtemps il a chanté plaintif et solitaire ;
Sa voix est douce encore ; écoutez ses adieux !

C’est une image de l’âme du poète. Le « lac harmonieux » fait écho aux vers de Lamartine, qu’il avait dû lire. François Blanc fut poignant dans ses derniers mots :

Adieux ! sœurs que j’aimais ! compagnes du poète,
Vierges du Pinde, adieu ! mes beaux jours vont finir ;
Dites ! le dernier son de ma lyre muette
Doit-il être un soupir ?…

Les métaphores sont antiques. L’expression rappelle André Chénier. Mais elle ne manque pas de sincérité.

Notes :

1 Voir Philippe Paillard, « Poètes et poésies en Savoie à l’époque de la restauration sarde », in Culture et pouvoir en Italie et dans les États de Savoie de 1815 à 1860, Cahiers de civilisation alpine, Universités de Turin et de Savoie, Éditions Slatkine, 2000, p. 86-91.

2 Voir Jules Philippe, Les Poètes de la Savoie, Annecy, Jules Philippe, 1865, p. 127-136.

Aux sources de l’Académie de Savoie : l’Académie florimontane

22303545668_b4d49cb5a5_oEn 1820, l’Académie de Savoie avait certainement pour projet, sous la coupe d’Alexis Billiet, de ramener la science vers la religion1. Or, cela avait déjà été le projet de l’institution qui lui avait servi de modèle, l’Académie florimontane, créée à Annecy par François de Sales et Antoine Favre. Il s’était agi de lier les humanités à la religion catholique : les deux fondateurs, constatant que la science s’écartait de celle-ci, et que ce que Georges Gusdorf2 appelait la révolution galiléenne mettait à mal le dogme traditionnel, avaient eu pour intention de montrer que la vraie science soutenait la foi, au lieu de la miner.

Son nom renvoie aux « muses [qui] fleurissent parmi les montagnes de Savoie », et ses objets principaux sont « l’exercice de toutes les vertus, la souveraine gloire de Dieu, le service des sérénissimes Princes et l’utilité publique »3. Les orateurs seront invités à traiter, sous forme de leçons, des sept sciences médiévales théologie, politique, philosophie, rhétorique, cosmographie, géométrie, arithmétique. Mais toutes les sciences seront convoquées, amenées à s’inscrire de manière plus ou moins explicite dans l’une des catégories séculaires4.

Créée en 1606 ou en 1607, elle devait sans doute aux académies italiennes, François de Sales ayant été étudiant à Padoue et Antoine Favre à Turin5. Elle fut placée sous la protection du duc de Genevois-Nemours, prince de Savoie cousin du duc Charles-Emmanuel, et comme maître d’un apanage autonome rassemblant le Faucigny et le Genevois depuis plusieurs décennies. Si elle ne fonctionna qu’en 1610, année à partir de laquelle Antoine Favre fut nommé à Chambéry, elle n’en demeura pas moins comme un symbole puissant de renouveau des lettres savoisiennes et de la religion catholique.

Alfonse Delbène en était membre, et il avait déjà fait partie, à Paris, de l’Académie du Palais, fondée en 1570 par le poète Jean-Antoine de Baïf avec l’appui de Charles IX, et qui devait se réunir jusqu’en 1584. Beaucoup de parallèles existaient entre les deux académies. Néanmoins Baïf en avait trouvé le modèle en Italie, et la ressemblance peut être due à ce modèle italien commun.

Antoine Favre, lui, appartenait à l’Académie papinienne de Turin, fondée en 1573. Des similarités plus précises existaient avec l’Académie florimontane.6

L’esprit de François de Sales sera imposé au style adopté : « on traitera de l’ornement des langues, et surtout de la françoise […] ; le stile de parler ou de lire sera grave, exquis, plein, et ne ressentira en point de façon la pédanterie »7. L’auteur de l’Introduction à la vie dévote détestait les recherches rhétoriques de la Renaissance. On a pu voir en lui l’initiateur du classicisme, justement avec Honoré d’Urfé. Vaugelas n’était-il pas le propre fils d’Antoine Favre ? L’auteur des Remarques sur la langue française (1647) fut aussi un membre supposé de cette Académie. Il put former son goût en écoutant les hommes éminents invités à prononcer des discours dans l’hôtel Bagnoréa8, où l’Académie se réunissait, et où les Favre ont résidé à partir de 16089.

Officiellement, le « prince » de l’Académie est Henri Ier de Savoie, duc de Genevois-Nemours ; François de Sales et Antoine Favre ne sont que ses deux « assesseurs », mais ils exercent tour à tour la fonction de président effectif. L’amitié profonde qui les lia ne fut pas pour peu dans la construction de la légende de la Florimontane. Comme plus tard dans l’Académie de Savoie, les membres doivent être de bons catholiques, connus pour être des hommes de bien et de fidèles sujets du Prince. À leur entrée, ils doivent présenter par écrit ou paroles un discours prouvant leurs qualités littéraires. Chaque membre reçoit alors un surnom, comme plus tard dans la franc-maçonnerie. Mais il est en français. Les assemblées générales invitent « tous les braves hommes des arts honnêtes » ; les réunions privées sont réservées aux académiciens. Les discours mêlent volontiers les vers et la prose, et peuvent être des hommages rendus au Prince et aux siens10.

Outre les dignitaires, on trouve parmi les membres plusieurs auteurs d’ouvrages littéraires11, tels Louis de Sales (1577-1654), frère cadet de François, qui composa une tragédie et un traité pour l’instruction de la noblesse ; Claude-Etienne Nouvellet (1545-1613) qui, aumônier d’Anne d’Este12, séjourna avec elle à Paris, y devint l’ami de Dorat, père de la Pléiade, traduisit Ovide et des hymnes religieux, et se rendit l’auteur de discours sérieux et facétieux (Le Bracquemart en cent sonnetz) ; René-Favre de la Valbonne (1582-1656), frère de Vaugelas, auteur du Bien public pour le fait de la justice (1647), dénonciation de la mauvaise administration de la justice en Savoie ; Gaspard Schiffordegher (1583-1631), originaire de Breslau, en Silésie, et compilateur de la littérature juridique : il soutint les idées d’Antoine Favre, correspondit avec lui et composa une étude de ses écrits (Ad Anton. Fabrum) ; Alfonse Delbène, nous l’avons dit ; et Pierre Fenouillet (1580-1652), qui fut l’auteur d’oraisons funèbres de deux rois de France (Henri IV, en 1610, et Louis XIII, en 1643).

On pense que, outre Vaugelas et Honoré d’Urfé, Jean-Pierre Camus (1584-1652) fut membre, ainsi que Pierre Baranzano (1590-1622), professeur de physique et d’hébreu au collège chappuisien : il répandit la théorie de Copernic, correspondit avec Galilée et Bacon et rédigea Uranoscopia seu de coelo (1617), ouvrage mal accueilli par la hiérarchie ecclésiastique. Son cours, publié en partie, s’efforçait de concilier l’aristotélisme officiel avec les données de la science de son temps. Il est la marque que l’aspiration à faire se converger la science et la religion existait à Annecy au début du XVIIe siècle. François de Sales la soutenait puisqu’il assista à l’inauguration du cours de Baranzano, en 1615, et le nomma prêtre dans la foulée. Mais les critiques ne devaient pas épargner le téméraire. Sans doute était-il plus simple de rejeter en bloc Galilée et Bacon.

Notes :

1. Voir les mots d’André Palluel-Guillard sur Alexis Billiet, dans Jean-Pierre LEGUAY (dir.), La Savoie de Révolution française à nos jours, XIXe-XXe siècle, t. 4, Evreux, éd. Ouest France, 1986, p. 187 : « Il participe à la fondation de l’Académie de Savoie d’autant plus activement qu’il est persuadé, à la différence d’Auguste Comte, que la science ne peut aboutir qu’à Dieu et la religion. »

2. Cf. Georges GUSDORF, Le Romantisme I, Paris, Payot & Rivages, 2011, p. 184 : « En dépit du tribunal romain, la révolution galiléenne ouvre la voie de la science expérimentale […]. »

3. Cf. Julien COPPIER, La Florimontane et ses académiciens : 400 ans au service de la connaissance, Journal de l’exposition du 7 décembre 2007 au 30 avril 2008, Annecy, Archives départementales de la Haute-Savoie, 2007, p. 8.

4. Ibid., p. 9.

5. Ibid., p. 7.

6. Ibid., p. 6.

7. Ibid., p. 8.

8. Au 18, rue Sainte-Claire, à Annecy.

9. Ibid., p. 9.

10. Ibid., p. 10.

11. Ibid., p. 11-12.

12. Mère de Henri Ier, épouse de Jacques de Savoie, le modèle du héros de La Princesse de Clèves (1678).

Fondation de l’Académie royale de Savoie

Le Saint Chapelle - Cappella della sindoneLa floraison universitaire qui eut lieu en Allemagne après la chute de Napoléon eut peut-être son pendant en Savoie dans la création de l’Académie Royale des Sciences et Belles-Lettres. Toute proportion gardée, on peut songer à la manière dont le roi de Bavière Louis Ier, sous l’influence de Johann Nepomuk Ringseis (1785-1880), anima culturellement son royaume à partir de 1825, créant à Munich une université d’un genre nouveau, devant accueillir Schelling, Baader, Görres. La différence considérable est que Ringseis avait demandé le rattachement de rattacher l’Académie des Sciences de Munich, fondée en 1759, à cette université, disant : « Une académie sans université est privé de sa véritable signification ; elle ne possède pas d’efficacité vivante »1. Ce sera précisément le problème de l’Académie de Savoie, créée seulement au moment où celle de Munich était rattachée à son université refondée et renouvelée !

Toutefois, elle était le début, l’ébauche de quelque chose ; et, quoique privée d’étudiants, réservée à l’élite intellectuelle chambérienne, elle cherchera continuellement à acquérir cette efficacité vivante que sa situation l’empêchait d’avoir : elle s’efforcera de dynamiser la vie culturelle en Savoie.

Les origines de cette institution ont été retracées par un de ses fondateurs, Georges-Marie Raymond (1769-1839)2. Il enseignait au collège de Chambéry, où il demeura jusqu’en 1829 ; il put y fréquenter Louis Rendu, qu’il revoyait aux séances de l’Académie. L’ensemble de l’histoire de l’Académie de Savoie au XIXe siècle a été présenté par Louis Pillet (1819-1895) en 1892.

Celui-ci raconte que dans le courant de l’année 1819, quatre hommes se concertèrent pour y créer une société scientifique et littéraire sur le modèle de l’Académie Royale de Turin. D’abord, un représentant de l’ancienne noblesse de Savoie, membre lui-même de cette Académie de Turin, le comte Mouxy de Loche (1756-1837). Ensuite, un représentant de la noblesse de robe, beau-frère de Lamartine, neveu de Joseph et Xavier de Maistre, Xavier de Vignet (1780-1844), frère de Louis, le poète. Le clergé était représenté par Alexis Billiet, alors professeur au Grand-Séminaire, le corps des enseignants laïcs par Georges-Marie Raymond. Toute la bonne société savoisienne était présente à travers eux. Dès le premier jour, ils firent membres Louis de Vignet, Louis Rendu et deux médecins, Guilland (1773-1855) et Antoine Gouvert (mort en 1842).3 Ce dernier était un admirateur de Xavier Bichat (1771-1802), dont Gusdorf rappelle le refus que fussent appliqués les principes des sciences physiques à la biologie.4

Le comte de Loche, premier président, s’était fait connaître par des travaux d’entomologie. Xavier de Vignet, porté vers l’histoire, se fit apprécier pour sa fougue à défendre les symboles dynastiques, même admis comme fallacieux : en particulier, il chercha à prouver que la Maison de Savoie venait bien de Bérold, issu des rois de Saxe, comme le disaient les vieilles chroniques ; or, cela avait été contesté depuis, et il semble que cela soit une pure légende. Mais il voulait en rétablir la gloire. Georges-Marie Raymond, érudit et d’esprit rigoureux et logique, s’employait à démontrer les illusions de la philosophie des Lumières, de limiter la portée d’un romantisme trop échevelé, de contester le matérialisme supposé de Descartes. Il était également le fondateur et directeur du principal périodique savoyard, Le Journal de Savoie, profondément favorable au roi de Sardaigne.

Raymond expliqua que le but de cette Académie était d’abord de rendre des services concrets à la Savoie : il s’agissait de s’occuper de médecine, d’agriculture, d’industrie et de moralité publique.5 L’intention était essentiellement pratique et utilitaire. La littérature n’avait qu’une importance secondaire : elle devait recréer, délasser les hommes de science, et leur apprendre à communiquer avec élégance leurs découvertes.6

Il rappela néanmoins que l’inspiration première de sa création n’avait pu s’établir que « spontanément », et non par un acte de l’Autorité ; « Dès lors, les personnes qui en forment le premier noyau reçoivent leur mission de la pensée qu’ils ont eue de fonder une institution utile à leur pays […]. »7. Raymond croyait au génie individuel ; le terme de « mission » ne laisse pas de suggérer qu’il lui accordait une forme de puissance supérieure.

Il proposa l’instauration d’une filiation morale avec l’Académie florimontane, fondée à Annecy en 1607 par François de Sales et Antoine Favre. Il le faisait surtout par égard pour le second, un magistrat aux travaux solides qui montrait la voie aux nouveaux académiciens. Dans son discours du 4 avril 1825, il s’écria :

La Société académique de Savoie, à l’instar de toutes les compagnies littéraires, doit avoir un Sceau ; elle doit placer sur ses Diplômes un emblème, une devise qui, par une allégorie convenablement choisie, soient comme l’expression abrégée de l’objet de ses travaux.

Vous reconnaissez, Messieurs, tout le pouvoir et toute l’heureuse influence des souvenirs glorieux. En attachant de tels souvenirs aux établissements nouveaux, on donne, pour ainsi dire, à ceux-ci des racines dans le passé, on les place et on les affermit sur un sol consacré ; on répand sur une institution naissante quelque chose de ce vénérable caractère d’ancienneté qui frappe l’imagination et commande le respect. Les souvenirs dont je parle élèvent la pensée, ennoblissent les intentions et dirigent les vues.8

Sans doute, malgré la solennité du « Sceau », est-il difficile, ici, de distinguer le romantisme : on est davantage dans une forme de néoclassicime  ; Raymond n’était pas imaginatif. Il reculait, devant les images flamboyantes des Lamennais, des Victor Hugo. Mais l’invocation aux grandes figures du passé, savoisiennes qui plus est, se situe dans le mouvement de retour aux traditions vénérables et ancestrales dont nous avons parlé. L’adjectif « glorieux » transmet assez la fierté patriotique, et la joie de pouvoir à nouveau se référer aux grands hommes de Savoie, dont Raymond fait d’ailleurs la liste au début de sa Notice préliminaire. On se retrouvait en bonne compagnie, dans une communion oubliée, mais authentique, chargée de souvenirs porteurs pour l’âme, avec les grands défunts.

Au reste, Raymond, à la fin de son texte, s’efforce de se faire lyrique : « La Société s’honorera de marcher sous la bannière des illustres fondateurs de l’Académie Florimontane, et de rattacher, en quelque sorte, son existence à une aussi noble origine. » Dans ce but, l’Académie de Savoie fit ériger un monument en l’honneur d’Antoine Favre, afin de « reproduire son image parmi nous ». Le monument fut placé dans l’église métropolitaine de Chambéry au cours d’une cérémonie d’une « grande solennité. »9 Le lien avec la religion s’établissait ; et si Raymond se garde de prétendre que depuis les hauteurs célestes Antoine Favre veille sur ceux qui l’honorent, comme plus tard le diront plusieurs auteurs de François de Sales, ou comme Ducis l’avait dit de saint Bruno, il n’en tente pas moins d’émouvoir par l’évocation de cette image consacrée, et de faire du souvenir du passé une force morale.

L’emblème adopté est Flores et Fructus, qui avait déjà été celui de l’Académie florimontane, et qui devait sans doute plus à l’esprit poétique de François de Sales, amateur de vie végétale et qui y voyait l’expression de la vie divine, qu’à l’esprit juridique du président Favre ; mais Favre était particulièrement lié à Chambéry, où il avait résidé.

Notes :

1. Cf. Georges GUSDORF, Le Romantisme I, Paris, Payot, 2011, p. 691-692. La citation est tirée d’Erinnerung des Dr. Johann NEPOMUK VON RINGSEIS, hgg. v. Emilie RINGSEIS, Bd. II, Regensburg und Amberg, 1886, p. 219.

2. Georges-Marie RAYMOND, « Notice préliminaire sur l’établissement de la Société académique de Savoie et sur ses travaux depuis son origine jusqu’à mars 1825 », dans Mémoires de Mémoires de l’Académie des sciences, belles lettres et arts de Savoie, tome I, 1825.

3. Op. cit., p. 7-8.

4. Georges GUSDORF, Le Romantisme 2, Paris, Payot, 1993, p. 491.

5. Op. cit., p. 4.

6. Op. cit., p. 14.

7. Op. cit., p. 9.

8. Op. cit., p. 40-41.

9. Op. cit., p. 43.