Archives par mot-clé : Allobroges

La réinvention d’une tradition : la Savoie restaurée en 1815

Parc du BelvŽdre, statue du gŽnŽral Dessaix.
Joseph Marie Dessaix est nŽ ˆ Thonon-les-Bains le 24 septembre 1764. Docteur en mŽdecine acquis aux idŽes de la rŽvolution il deviendra gŽnŽral.
Dessaix, plusieurs fois blessŽ, fut fait prisonnier par les autrichiens ˆ Rivoli, fut ŽchangŽ et devint dŽputŽ au Conseil des Cinq-Cents.
Dessaix conserva son commandement malgrŽ son opposition au 18 brumaire et fut par la suite nommŽ gŽnŽral de brigade par le Premier consul.
Dessaix se rallia ˆ la Monarchie lors de la premire Restauration ce qui n’empcha pas NapolŽon de lui donner le commandement de Lyon lors des Cents-Jours.
Aprs la seconde abdication de NapolŽon le 7 juillet 1815, il quitta la France pour la Suisse puis le PiŽmont. Il fut arrtŽ en 1816 et enfermŽ dans la forteresse de Fenestrelle pendant 4 mois. La forteresse de Fenestrelle Žtait au royaume de PiŽmont-Sardaigne depuis 1713. C’Žtait la plus grande forteresse d’Europe.
Dessaix fut nommŽ commandant de la garde nationale de Lyon aprs la rŽvolution de 1830.
Dessaix est mort paisiblement ˆ Thonon le 26 octobre 1834. Son nom figure sur l’Arc de Triomphe.
La statue a ŽtŽ financŽe par souscription publique et inaugurŽe le 6 septembre 1910 par le prŽsident Fallires ˆ l’occasion du cinquantime anniversaire de l’annexion de la Savoie ˆ la France.

Il peut paraître logique, d’un point de vue historique, de montrer que les forces économiques ont été premières, et que la justification culturelle de l’action égoïste a été seconde. Ce que Marx appelait la superstructure ne peut pas, du point de vue matérialiste, avoir précédé le réel. Pourtant, si le plus succède au moins, le moins ne peut pas être la cause du plus, car il n’existe pas de génération spontanée – même pas, en réalité, dans le monde des idées prégnantes. Ce qui dans l’ordre chronologique se révèle peu à peu peut aussi bien être la cause secrète de ce qui s’est manifesté dans l’ordre économique d’emblée : dans leur inconscient, qui sait ce qui menait les hommes qui croyaient agir selon leurs intérêts privés ?

La Savoie fut rendue en 1815 au roi de Sardaigne selon un enchaînement des faits complexe, qui semble faire prédominer les relations économiques objectives. C’est ce que montre Sylvain Milbach dans un article intitulé « Élites en transition. Gérer le territoire en guerre et assurer le changement de nationalité »1, publié en 2016. Or, au bout du compte, ces forces économiques ont fait prédominer une idée mythique qui n’est peut-être pas aussi artificielle qu’on pourrait le croire.

Dès 1814, s’est posée la question de l’avenir de la Savoie : allait-elle être divisée, répartie entre la France et le royaume de Sardaigne, comme un premier règlement international le stipulait ? Cela ne satisfaisait pas le sentiment des notables, économiquement gênés par les nouvelles frontières2. La partition donnait même des idées au septentrion savoisien, prêt à rejoindre le nouveau canton de Genève3. La réaction ne se fit pas attendre : il fallait garder l’unité, et le clergé fit circuler une pétition contre ce projet, ensuite portée à la Diète de Zurich4. Toutefois le vrai débat était de savoir si la Savoie, pour échapper au démembrement qui déplaisait à tous5, devait rester tout entière en France, ou retrouver en entier le royaume de Sardaigne6. La première solution eut quelques soutiens – qui invoquèrent la « Grande Nation », le « régime sagement constitutionnel » de la France et les « frontières naturelles »7. Le général Joseph Dessaix assure que les souvenirs de la Maison de Savoie « sont effacés », et que les Savoyards ont pris, dans leur âme, une « direction nouvelle »8. Mais il s’avère que « le parti du roi de Sardaigne était à la fois plus influent et plus actif »9.

La noblesse, qui avait bénéficié des faveurs de l’Empire, veillait, attendait son heure, et, au moment d’agir, elle fit valoir la nationalité savoisienne, protestant de son lien profond avec la dynastie de Savoie10, citant les Allobroges et le mythique roi Bérold : l’identité ne s’invente pas à partir de vues abstraites, affirme-t-elle, mais dépend d’une tradition ancienne et ancestrale11.

Avec l’appui du clergé, un « plébiscite occulte » fut même organisé, sans que le préfet du Mont-Blanc pût l’empêcher12. Il devait faire contrepoids à celui de 1792, qui avait penché vers la France13. Les résultats furent clairs : une majorité écrasante s’exprima en faveur de la dynastie emblématique14. On pouvait anéantir tout souvenir de la France, et on s’y employa. Comme le remarque Sylvain Milbach, c’est cette même noblesse, dominant économiquement le Duché tout au long du XIXe siècle et même au-delà, qui l’anima aussi culturellement. Prenant appui sur le clergé auréolé par les persécutions révolutionnaires, elle créa l’image de la tradition nationale savoisienne15 – ou la restaura en la réaffirmant, en la renouvelant.

Dans le vide laissé par la chute de Napoléon, elle put remettre à l’honneur les vieux symboles, et s’imposer aux esprits avec plus de force que le général Dessaix évoquant les grands projets communs de la nation française. Énonçons l’hypothèse que les principes généraux, théoriques, issus de la philosophie des Lumières, quoique intellectuellement supérieurs a priori, ne parlaient en réalité guère aux âmes, plus touchées, somme toute, par la mythologie s’appuyant sur le passé, sur la légende des Allobroges, celle du roi Bérold, et la présence d’une mystérieuse entité collective savoisienne. Les images en étaient plus nettes. Cette noblesse nourrie des vieilles chroniques devait permettre, dans un premier temps, un retour radical à l’ancien régime.

Ainsi, l’enchaînement objectif révélait, au moins autant qu’il n’inventait, un ressort profond de l’âme humaine : le besoin d’une mythologie parlant au cœur, s’enracinant dans le paysage – et le transfigurant. Si elle a fonctionné, ce n’est peut-être pas seulement parce qu’elle émanait des plus riches, mais aussi parce que, pour l’occasion, les dominants avaient simplement trouvé ce qui, dans l’inconscient général,  résonnait en profondeur.

Notes :

1 Cf. Sylvain Milbach, « Élites en transition. Gérer le territoire en guerre et assurer le changement de nationalité », in Savoie occupée, partagée, restaurée. 1814-1815, Société Savoisienne d’Histoire et d’Archéologie, Mémoires et documents, 2016, n° CXIX, p. 92.

2 Ibid., p. 93-94.

3 Ibid., p. 96.

4 Ibid., p. 97.

5 Ibid.

6 Ibid.

7 Ibid.

8 Ibid., p. 98.

9 Ibid., p. 100.

10 Ibid., p. 101.

11 Ibid., p. 102.

12 Ibid., p. 105.

13 Ibid., p. 106.

14 Ibid., p. 102.

15 Ibid., p. 108.

J’adore Jacques Replat

Depuis que je l’ai découvert, j’adore l’écrivain savoyard Jacques Replat (1807-1866). Il a réinventé la Savoie médiévale en la plongeant dans le lac du rêve, dont il l’a ressortie transfigurée. Il avait une vision éminemment poétique de l’histoire. Et la Savoie perçue depuis l’âme, cela donnait par exemple ce genre de passages, reliant la Terre au Ciel par le lac d’Annecy :

Comme une étincelante pyramide renversée dans le mirage des déserts, la lune déploie sur ses eaux la magnificence de ses gerbes argentées ; l’étoile de Vénus y jette aussi un reflet doux et voilé, comme une pensée d’amour dans le sein d’une vierge.1

Ce décor servira bientôt de tableau aux chastes amours de deux amants.

Il captait merveilleusement bien les symboles médiévaux, créant, à la façon de Victor Hugo, des forteresses gigantesques, effrayantes, que la lune éclaire2 :

La nuit était sombre ; pourtant, la lune perçait par intervalles des nuages longs et immobiles, étendus comme des cadavres ; son globe argenté semblait naviguer à travers leurs ombres gigantesques, comme ces vaisseaux phosphorescents, fabuleuses inventions des matelots, apparaissant à l’équipage lorsqu’il va sombrer dans les mers du sud.

On était arrivé à l’endroit où le sentier se replie pour remonter la pente de l’Isère ; Pierre était à quelques pas en avant, déjà il avait passé le contour du rocher et disparu derrière son promontoire ; la lune, dégagée de son funèbre linceul, jetait ses brillantes lueurs sur la cascade de Napelouze, tandis que la masse noire des créneaux de Briançon confondait ses teintes menaçantes avec celles des montagnes, formant ainsi une muraille immense de hauteur, comme une barrière infranchissable pour l’homme, accessible aux seuls pieds des esprits invisibles.

Il participait de la mode gothique.

Il est pourtant assez oublié aujourd’hui. Outre son appartenance à la Savoie – qui le rend marginal au sein de la culture française -, une raison en est son spiritualisme implicite, nourri de religiosité chrétienne, mais aussi d’une mythologie celtique à laquelle il se réfère souvent. Reliant les Savoyards aux Gaulois, il affirme3 :

Enfants des Allobroges, ils subissent le charme puissant qui entraînait le Gaulois sous la voûte des chênes.

Et il aime à évoquer Merlin4 :

L’air vif et pur apporté par le courant du Fier, la fumée bleue des wigwams, puis la cascade et le sureau à grains rouges, enfin la grosse clochette et le collier de cuir de la matrone, nous avaient entraîné dans le cercle des enchantements de la grande montagne. Or, si l’on a mis un pied dans cet orbe magique, le pied oublie d’en sortir : il est sous le charme de la fée Viviane.

Vous savez tous que cette fée des bois a ensorcelé Merlin l’enchanteur, et le retient captif dans le palais qu’elle a construit sous un buisson d’aubépine au milieu d’une forêt druidique.

Pour rompre le charme je ne sais qu’un moyen : peut-être vous le dirai-je un jour si cela vous amuse.

En attendant, c’est la fée des bois qui nous guide.

Il était un grand lecteur de littérature médiévale.

Sa sensibilité volontiers bretonne plaçait, sur les eaux du lac annécien, des brumes semblant remplies de fées mystérieuses et ouvrant sur un infini envoûtant, mais inaccessible. L’image en est poignante, presque douloureuse.

Son style effraie, au fond, le matérialisme. Et puis il tendait à glorifier la Savoie, en la mêlant au rêve et, par-delà, au divin. Or, ce faisant, il crée une forme d’angoisse jusque chez les Savoyards amoureux de leur petite patrie (comme on disait au temps des rois de Sardaigne), puisqu’il place la Savoie dans une strate du monde qui est entre le Ciel et la Terre, dans le monde intermédiaire et imaginal dont parla souvent Henry Corbin5, et où se tient, selon celui-ci, l’Imâm caché, le Sage immortel qui attend de se manifester à nouveau – mais qui en attendant crée, dans les âmes, les songes, les images vivantes du monde supérieur. Le matérialisme ordinaire préfère d’instinct le réalisme, ou le naturalisme.

J’ai souvent essayé de réhabiliter Replat, qui plut beaucoup, en son temps, à ses compatriotes. Je lui ai consacré un chapitre dans mes Portes de la Savoie occulte6, quelques pages dans le volume Haute-Savoie des encyclopédies Bonneton7, et j’ai réédité ses deux romans, Le Siège de Briançon8 et Le Sanglier de la forêt de Lonnes9. Les Romantiques français bénéficient de leur lien avec l’histoire de France ; Replat reste à la marge. Il avouait regarder l’histoire de l’intérieur des âmes qui s’étaient placées dans la sujétion des comtes de Savoie, et c’est ce qu’on ne lui pardonne pas.

Notes :

1. Jacques REPLAT, Le Siège de Briançon, Samoëns, Le Tour, 2003, p. 33.

2. Ibid., p. 89.

3. Jacques REPLAT, Bois et vallons, Annecy, Jules Philippe, 1864, p. 14.

4.Ibid., p. 202.

5. Voir par exemple Henry CORBIN, L’Homme et son ange, Paris, Fayard, 2003, p. 21 : “Déjà l’expression de ‘la ville qui est au milieu’ évoque ce monde intermédiaire entre le sensible et l’intelligible pur, qui est proprement le monde de l’Imaginal, monde des Idées de l’individuel, c’est à dire de l’actualisation des Archétypes en leurs individus permanents […]. C’est un monde qui correspond à celui de la Magia-Imaginatio de Jacob Boehme, un troisième règne […]. Il prend naissance à l’illuminatio matutina […].”

6. Cf. Rémi MOGENET, Portes de la Savoie occulte, Cran-Gevrier (Annecy), Agoralp, 2004, p. 59-78.

7. Cf. Catherine HERMANN et alii, Haute-Savoie, Paris, Bonneton, 2010, p. 194-196.

8. C’est l’édition citée dans les notes 1 et 2.

9. Jacques REPLAT, Le Sanglier de la forêt de Lonnes, Cressé, éditions des Régionalismes, 2015.