Savoyard et savoisien à l’université

Je me souviens que, durant ma soutenance de thèse – plutôt à la fin, comme pour conclure sur le fond du problème que posait mon travail –, on m’a reproché de ne pas poser la question politique impliquée par l’emploi du mot savoisien. Il semblait presque qu’on m’avait inventé des défauts pour justifier qu’on s’en prît à moi à cause de mon indifférence à cette question. Ce n’est pas qu’on m’accusait d’être indépendantiste, on me reprochait de ne pas avoir parlé contre les indépendantistes. Cela démontrait que j’étais de leur côté. Si je les laissais naturellement croître sans m’opposer à eux, si je laissais la nature séparatiste du peuple se déployer librement, c’est que je n’étais pas républicain. La République, c’est d’imposer la nation rationaliste, peut-être!

Je répondais que j’avais utilisé les deux mots, savoyard et savoisien, sans connotation, sans implication particulière, simplement pour éviter les répétitions, ou alors pour me replacer dans le contexte de l’ancienne Savoie – où, dans l’aristocratie, qui effectivement croyait à la nationalité savoisienne, on utilisait le mot savoisien. Le fond du problème était que, aux yeux des universitaires, ce mot était dangereux et fallacieux, puisque le peuple se sentait français avant tout. Il fallait donc utiliser le mot savoyard. Mais le peuple ne se sentait pas forcément français avant tout, ce n’est pas vrai, on ne peut pas l’affirmer.

Cela rappelle le jour où le footballeur Zinédine Zidane a accepté l’hommage officiel de l’État algérien. Mais vous, en tant que Kabyle, vous n’avez pas de rapport avec cet État, vous préférez la France qui a libéré la Kabylie, lui disait-on. Il répondait qu’il recevait cet hommage avec bienveillance, que l’État algérien représentait aussi les Kabyles. Le colonialisme français avait toujours le même argumentaire. L’État turinois représentait bien les Savoyards avant 1860, cela ne fait aucun doute, les rois de Sardaigne étaient bien les rois des Savoyards.

Pour me défendre, encore, je disais avoir utilisé « savoisien » comme Paul Guichonnet avait utilisé « Hexagone » pour France, pour varier les mots. Bruno Berthier me dit que ça n’a rien à voir, que Hexagone ne porte pas en lui de connotation politique. Bien sûr que si, je réplique, il renvoie à la perfection mathématique dont les historiens patriotes veulent nimber la France, il désigne une forme idéale qu’il est interdit de changer. Chez Paul Guichonnet, grand patriote hexagonal, c’était patent, c’était évident.

Bruno Berthier a bien été obligé d’en convenir.

Mais cette forme de la France républicaine, justement, est le prétexte pour me faire des reproches vides de sens. Il y a une sorte d’idolâtrie, à son endroit, qui empêche simplement d’avoir des vues lucides sur la question – calmes et intelligentes, sages et pures. On en revient toujours à la politique, au lieu de regarder les faits.

Le sentiment personnel des supérieurs a-t-il une autorité légitime?

Poursuivant ma réflexion sur la tendance des universitaires et professeurs à partager les mêmes sentiments et à ainsi former une communauté indépendamment d’une véritable réflexion critique, je voudrais parler de ma fille, qui fait des études de lettres et de sociologie à un niveau poussé, sans doute supérieur à celui que j’aie jamais atteint. Parti avec elle en Norvège pour voir son frère qui y vit, j’ai eu l’occasion de converser des sujets de dissertation qu’elle doit traiter, et il y en avait un qui nous a occupés un certain temps, qui était de savoir si la théorie pouvait influencer la pratique et changer les choses en bien – améliorer l’humanité, l’aider à évoluer.

Je lui ai demandé si elle avait développé l’idée que le darwinisme avait favorisé en Amérique l’esprit d’entreprise en même temps que l’individualisme et l’égoïsme – puisque toutes ces choses sont liées et sont les faces noires et blanches de la même pièce. Moi-même je l’avoue, j’aime les humains, et regarde surtout la faculté des Américains à entreprendre, leur courage à le faire, leur liberté à créer, bien que je sois aussi rebuté, comme presque tout le monde, par la sauvagerie des rapports sociaux.

Ma fille me répond, justement, que ses professeurs ne veulent absolument pas entendre parler du moindre bienfait permis par le darwinisme social, qu’ils ne font qu’en dire du mal, qu’ils n’y voient que ténèbres et horreur. Que par conséquent elle n’aurait jamais osé faire le moindre paragraphe sur la question, parce que, au-delà de l’objectivité affichée, c’est le sentiment commun aux professeurs qu’il faut considérer dans ces sortes de choses.

Un pragmatisme lucide, mais qui me montrait ce qui peut-être m’a empêché de réussir pleinement dans les études supérieures: le sentiment commun aux professeurs qui corrigent, je m’en moquais. C’est offensant, en un sens. Mais j’aime réellement la logique pure hors de tout communautarisme émotionnel. À ma façon propre, je suis moi aussi un gros individualiste.

Pour plaisanter à demi, j’ai répondu qu’en ce cas on n’avait qu’à montrer comment la théorie marxiste avait permis de grands progrès sociaux en Chine et en Russie. C’est plus dans la ligne, pour ainsi dire. Plus dans les sentiments de ces gens. Même s’ils disent que non, maintenant qu’on sait ce que ça a donné, moins de bien qu’on pouvait espérer. Mais moins de mal qu’on le dit parfois, aussi. Cela dit en toute objectivité. Les femmes en Chine sont plus libres qu’au temps de l’Empereur.

Cela me rappelle Jacques Chirac, qui ne faisait rien mais énonçait ses sentiments en public en pensant qu’ils allaient influencer le peuple. Il aurait fallu pour cela que son avenir dépendît de ses affections personnelles, comme pour les étudiants notés par les professeurs; car s’ils se plient à leurs sentiments, c’est aussi parce qu’ils espèrent avoir un métier et gagner de l’argent. L’argent a plus d’influence qu’on pourrait croire sur les études. Comme en Amérique. C’est seulement qu’en France l’État est proportionnellement plus riche. L’individualisme y est donc moins bien vu.