Collecte de contes dans le Quercorb

L’association Noyau. Au cœur du conte, que je préside, a commencé sa collecte de contes du Quercorb dans le bourg poétique de Puivert. Notre rédactrice Rachel Salter a bien voulu rédiger le récit d’une première rencontre avec des acteurs culturels locaux par les belles lignes suivantes: La collecte de contes a commencé…… avec une surprise! Une collecte de contes a déjà été faite dans le Quercorb par André Lagarde, «grand militant de la cause occitane et collecteur infatigable de contes et d’histoires locales». Ah d’accord, tout d’un coup je me sens toute petite, comme si j’avais avalé une étrange potion magique [telle Alice, bien connue de tous les lecteurs anglophones, et de bien des francophones aussi]. Je suis sidérée par cette nouvelle – mais à la fois étrangement rassurée qu’il y ait déjà un corps de littérature orale sur cette région que moi aussi je trouve si riche en histoires.

Samedi dernier, 30 mars, nous avons rencontré une femme fabuleuse à la Brasserie du Quercorb: Sophie Jacques de Dixmude, une musicienne/joueuse de cornemuse et gardienne de milliers d’histoires sur le Quercorb, la plupart en occitan. Elle nous raconte une petite histoire qui nous charme (Quequeriquet!) et allez hop, l’aventure commence……. Derrière ses yeux bleus je commence à voir les battements de queue de la Vouivre dans le ruisseau, et je ressens l’appel pour aller à la rencontre des autres êtres fantastiques enfouis dans ce pays rêvé…….

Donc nous marchons avec précaution, soucieux de ne pas piétiner le territoire de ce grand homme, André Lagarde, qui est encore vivant et donne parfois des conférences à Belesta.

Je regarde Sophie Jacques droit dans son œil de saphir et je lui demande: «Est-ce que ça vaut la peine que nous aussi faisions une collecte?»

Et comme ça arrive parfois la réponse vient d’une autre source. Un homme s’assoit à notre table, Jean-Phillippe Desbordes, un air d’aventure l’entoure. Il a rendez-vous avec Bernard qui lui prête (ou lui donne?) une épée d’aïkido en bois. Jean-Phillippe fait quelques éclairs dans l’air pour nous montrer sa grande prouesse chevaleresque. Mon fils est très impressionné. Il nous raconte quelques histoires merveilleuses qui lui sont arrivées dans cette région. De vraies histoires. D’une épée samouraï cassée par magie, d’une nuit paisible passée à la belle étoile au pied de Montségur, et qui le lendemain l’a ouvert à une vieille légende révélatrice du destin de son âme. Mon stylo commence à vrombir dans ma poche. Beh oui, Rachel (dit mon stylo), c’est ce genre d’histoires qui t’intéresse, des histoires des gens ici et maintenant, des histoires merveilleuses et vraies à la fois, des histoires hautement symboliques qui ont lieu dans ces endroits si mystérieux!

Donc, oui, nous décidons de continuer, chaque collecte sera différente selon le caractère des gens qui la font. Nous avons un très grand respect pour le travail d’André Lagarde et celui de Sophie sur l’Almanach occitan qu’elle publie chaque année, réunissant plusieurs éléments de la culture locale en Occitanie: contes, recettes, légendes, photos, blagues. Mais nous sommes sûrs que notre collecte sera différente…

Ainsi commençons-nous à pénétrer l’âme d’un lieu, grâce à ce qui s’en dessine dans les âmes, et à ce qui transparaît dans les mots, les récits que les gens font.

Soutenance de thèse et méthode historique

L’autre semaine, j’ai évoqué mon dialogue avec le professeur Christian Sorrel lors de ma soutenance de thèse relatif à l’Église de Savoie, qu’il voulait au fond faire plus conforme au catholicisme rationaliste contemporain qu’on pratique en France, qu’elle ne l’avait été. Mais un autre point de discorde a surgi, qui m’est cher : la méthode historique. J’en avais parlé dans mon discours préliminaire, en disant que les historiens restaient à la surface des sentiments des peuples en ne lisant pas les œuvres littéraires qu’ils produisent !

Était-ce une provocation ? Je le pense vraiment. Ils déduisent ces sentiments selon la vraisemblance et à partir de faits répertoriés par les administrations, et en général cela tombe à côté, ne correspond pas à ce qu’on trouve dans la littérature produite.

Christian Sorrel me reproche donc de faire s’appuyer l’histoire sur la littérature alors que les deux ont en principe leurs outils propres. En effet, affirme-t-il, la littérature n’est faite que de discours, et l’histoire s’appuie sur des faits solides. Ah ? les documents administratifs, rédigés par des fonctionnaires, sont donc fiables, et pas les œuvres des poètes ? Et pourquoi donc ? Je lui ai répondu que les documents administratifs étaient aussi des discours – qu’on pouvait, si on voulait, ne pas s’appuyer sur ceux des poètes, mais qu’on pouvait aussi s’appuyer sur eux. Chacun sa méthode, en somme. On peut avoir foi en la parole des fonctionnaires, ou en celle des poètes, selon sa préférence. La mienne est claire, mais je laisse les autres avoir librement la leur, aussi.

L’argument selon lequel les poètes seraient de classe bourgeoise et ne permettraient pas de connaître le peuple tient un peu mal, si on ne se fie du coup qu’aux documents rédigés par les fonctionnaires : eux non plus ne sont pas du peuple – ils le sont même encore moins, en moyenne. Qu’ils assurent le représenter n’y change rien, d’ailleurs les poètes ont souvent aussi cette prétention. C’est donc affaire de goût, voire de préférence catégorielle, de sentiment corporatif, et moi, je me sens d’abord poète – même si je n’en veux aucunement aux historiens conventionnels de se sentir fonctionnaires avant tout !

Sérieusement, quand plusieurs auteurs, individus libres, vont dans le même sens, c’est un fait fiable, pour appréhender l’esprit d’une époque. C’est bien la vérité. On m’en a voulu, une fois, à l’association des Guides du Patrimoine de Genève, d’avoir montré, dans une conférence, que les Savoyards, en 1602, étaient favorables à leur duc et défavorables à la cité de Calvin en m’appuyant sur les écrits de François de Sales, qui était savoyard, et aimé et suivi de la majorité des Savoyards. J’ai cité d’autres écrits, allant dans le même sens. On aurait bien voulu établir autre chose. Et le fait est que quand on ne lit pas les œuvres littéraires du temps, et qu’on trace des lignes à partir de quelques faits répertoriés par des fonctionnaires, on peut dire ce qui est le plus agréable à entendre – sans être trop contredit. Hélas, la réalité est parfois cruelle. Oui, les Savoyards étaient nourris de merveilleux chrétien dans la lignée du treizième siècle et dans l’esprit de l’art baroque. Non, ils ne voulaient pas se rallier aux rationalismes de Calvin et de Descartes. On croit cela impossible – comme les Chinois croient le Tibet une aberration. Mais cela existe : il existe réellement des aberrations.

Contes et légendes dans le Quercorb

L’idée première de l’association Noyau. Au cœur du conte – dont la direction artistique et rédactionnelle est assurée par la conteuse Rachel Salter, le secrétariat par le musicien Bernard Nouhet et la présidence par moi -, remonte à une époque où je n’allais pas encore régulièrement en Occitanie – temps fabuleux qui, par notre rédactrice, a été exprimé comme suit: “Il était une fois, à Puivert, un festival Troubadours qui a semé une graine. Et cette graine a été caressée par le vent, chauffée par le soleil et aimée par la terre. Elle est devenue un arbre qui a porté un fruit. Au cœur de ce fruit, un noyau”. Puivert est un village élégant du sud-ouest du département de l’Aude, comprise autrefois dans la seigneurie du Quercorb.

Le premier projet de l’association, Contes et légendes en Quercorb, a justement pour but une “collecte d’histoires dans le Quercorb, petite région historique de l’Aude limitée par trois rivières qui sont le Blau, l’Hers et la Sour. Le chef-lieu, Chalabre, centralise une petite vingtaine de communes, allant de Puivert au sud jusqu’à Seignalens au nord. L’objectif de ce projet est d’initier un fond commun de patrimoine immatériel en recueillant des témoignages personnels de la vie sociale locale. Contes, légendes, mais aussi les aspirations et rêves, événements insolites et phénomènes mystérieux, sont une façon de se connaître et de reconnaître en l’autre une humanité qui n’apparaît souvent qu’au bout de nombreuses années de côtoiement. Rêves et légendes en Quercorb est un projet qui promet d’être convivial, avec des rencontres entre personnes de tous âges et de toutes origines. Le projet (qui se fera en partenariat avec diverses instances et personnes du Quercorb) aboutira à une restitution sous forme de soirées contées, une édition papier, et nous prévoyons de collaborer avec un réalisateur local pour une restitution filmée.”

J’ajouterai, féru d’événements antiques, que le Quercorb est apparu trois fois dans l’histoire. La première, lorsqu’il a servi de frontière entre l’extension franque (du temps de Clovis) et ce qui restait de la Septimanie, ou royaume des Wisigoths. La seconde, lorsqu’il a servi de tampon à l’avancée des croisés du nord contre les Cathares réfugiés au château de Montségur. La troisième, lorsqu’il a reçu des privilèges du roi de France en échange d’une protection assurée par ses habitants contre l’Espagne.

C’est un pays dit de moyenne montagne, au pied des Pyrénées, et lié au comté de Foix. Il a été relativement autonome, dans sa cité étrange de Chalabre, grosse mais silencieuse et peu habitée, témoin d’une ancienne activité noble et belle. C’est en tout cas une région frontalière – entre le monde français et le monde espagnol, entre le monde catholique et le monde cathare, entre le monde languedocien et le monde catalan.

Entre le réel et le rêve, peut-être aussi! Dans le tremblement propre aux frontières, souvent apparaissent les fées, gardiennes des bornes. Nous avons bon espoir que ce pays vert et mystérieux, comme conservé du passé – que son massif paisible et romantique ait gardé la trace du passage des êtres de songe qui, paraît-il, peuplaient autrefois le monde. Les personnes qui, d’une façon ou d’une autre, y ont senti la présence de vivants souffles – y ont perçu des voix chuchotantes, entre les arbres ou sur la surface des lacs -, sont invitées à se manifester auprès de l’association (par exemple en passant par ce blog).

Jean-Jacques Rousseau était-il savoyard ?

La première question qui me fut posée lors de ma soutenance de thèse, après mon petit discours, vint, préalablement à tout commentaire, de Michael Kohlhauer, mon directeur de recherche, qui me demanda si selon moi Jean-Jacques Rousseau était savoyard. Je ne l’avais pas présenté comme tel dans ma thèse. Je répondis non. Mais le premier il a parlé des Alpes, me répliqua-t-on. Outre, reprends-je, qu’il a surtout parlé des Alpes valaisannes, il a constamment adopté le point de vue d’un Genevois, en parlant des Savoyards comme d’un peuple qu’il aimait, certes, mais auquel il n’appartenait pas. Dans La Nouvelle Héloïse, il marque même ce qui le sépare de la tradition savoyarde: lui est du côté de la liberté, du protestantisme et de la république, les Savoyards sont catholiques et soumis à leur roi.

Il y a plus, cependant. Jusque dans son style, il était surtout genevois. Son rejet des figures du merveilleux chrétien est caractéristique, et impensable en Savoie, où ce merveilleux chrétien s’est bientôt prolongé vers le merveilleux païen, avec l’intrusion des fées et dieux celtiques chez Replat ou Arnollet, ou des dieux antiques chez Dantand. Même chez Jacquemoud, le lien entre les anges et les dieux païens est patent. Rousseau avait horreur de cela. Son style est tout autre.

En un sens, il écrit mieux que la plupart des Savoyards, et c’est le cas des écrivains genevois en général, plus souples, plus naturels, plus distingués en français, leur langue première et spontanée. Les Savoyards parlaient entre eux patois et leur français manque globalement d’élégance. Je veux bien l’avouer. Il a un caractère légèrement empesé. À l’inverse, leur distanciation de cette noble langue leur a permis d’introduire le merveilleux populaire d’une belle et libérale façon, que ne connaissaient guère les Genevois, plutôt abstraits. À chacun ses qualités, pour ainsi dire. Le problème des universitaires est que, dirigés depuis Paris, ils ne peuvent s’empêcher de trouver que les facultés d’élocution et de composition, c’est à dire la capacité à parler facilement la langue officielle et d’organiser le discours, sont supérieures à l’invention ou à l’imagination. Or, c’est faux. Et le fait est qu’en termes d’invention et d’imagination, les Savoyards sont souvent admirables. Jusque dans leur style, comme Joseph de Maistre l’a constamment montré, ils savent être inventifs.

Rousseau a un dynamisme et une fluidité que même Joseph de Maistre n’a pas. D’autres Genevois ont un style raffiné et pur, comme Töpffer ou Amiel. Ce n’est pas que je n’aime pas ce style, j’adore les écrivains que j’ai cités. Mais il y a une différence, qui n’est pas annulée par la célébration de Rousseau par les Chambériens.

Je sais bien que Louis Terreaux a mis Rousseau parmi les auteurs savoyards. Il n’a pas mis Lamartine. Pourquoi? Celui-ci a bien dit: On est toujours, crois-moi, du pays que l’on aime – à propos de la Savoie. Mais si j’aime, aussi, Lamartine, lui non plus n’a pas en réalité un style typiquement savoyard. Son éloquence est toute française. Ses images abstraites n’ont rien qui le renvoient à la Savoie, à l’inspiration en fait plus populaire des Savoyards. Louis Terreaux a simplement voulu rendre hommage aux Chambériens qui ont mis une statue de Rousseau dans leur ville. Cela ne s’appuie pas sur les faits.

Magie de Noël à Narbonne

À Narbonne, en Occitanie, j’ai assisté à Noël à un spectacle de contes et de marionnettes destiné aux enfants, appelé Renata la Renne et la Magie de Noël, écrit par mon amie Rachel Salter secondée par Johan Brauns, et un élément m’a frappé par sa beauté. Car les personnages joués par des acteurs étaient soudain placés sur une petite scène au pied d’un rideau vert, sous la forme de marionnettes. Un autre espace s’ouvrait – plus intime, plus mystérieux, plus hiératique.

Or, en son sein, une discussion s’élevait entre Renata la femme-renne et un certain Jean Gingembre, garde-forestier farouche et sans pitié, sur la Magie de Noël : le second affirmait qu’elle n’existait pas, et que l’important était de piéger les loups – pas de les apprivoiser. Le problème de Renata était en effet que le grand Caribou lui avait demandé d’inviter Louis le Loup au banquet de Noël, et qu’elle craignait de se faire dévorer…

Jean Gingembre, tout à son matérialisme froid, essayait même de capturer le Père Noël. Finalement, des hauteurs de cette fenêtre du monde des marionnettes une poudre dorée tombait, recueillie par la belle Renata: elle matérialisait la magie de Noël, et j’adore, justement, qu’une force spirituelle soit manifestée – rendue visible par un objet devenu dès lors talisman, grigri.

Or, dans la scène suivante, Renata, jouée par Rachel Salter, apparaissait en chair et en os devant le décor, et elle avait un sac rouge contenant la poudre jaune. À son appel, les enfants, levés de leurs chaises, venaient la chercher, et elle la leur versait dans les mains, afin qu’ils l’aident à résoudre son problème.

Soudain, noir, grand, marchant sur deux jambes, vêtu d’une salopette bleue et joué par Johan Brauns, Louis le Loup apparaît, et s’en prend à Renata, affirmant adorer la chair de renne. À son cri, les enfants accourent pour jeter la poudre : le loup s’écroule, abattu par leur pouvoir d’anges.

Le passage entre le monde secret, ou semi-secret des marionnettes, et les acteurs humains qui à leur tour se liaient aux enfants du public, avait quelque chose de magique en soi, qui aussi était la féerie de Noël. Comme si le monde avait plusieurs plans, et que, de plan en plan, on pouvait matérialiser la magie jusqu’à la faire venir dans le monde ordinaire. D’ailleurs, d’où tombait cette poudre d’or ? Le plan, cette fois, était trop intime pour être montré. On ne pouvait que l’imaginer, ou le pressentir.

Le loup finalement se relève et, converti au Bien, devient le bon ami de la Renne – dansant avec elle. Le retournement était sympathique, amusant. La magie ne doit pas seulement matérialiser des pouvoirs extraordinaires, comme dans la science-fiction américaine, mais aussi, et surtout, des puissances morales cachées. Ce qui agit dans le monde, et qui émane de l’amour. Cela existe plus qu’on ne croit.