Mythologie du Chablais, par Maurice Dantand

5055148627_c93c421291_oSon Olympe disparu étant d’accès difficile, Maurice Dantand (1828-1909) est connu à Thonon surtout pour son Gardo (1891), recueil de légendes locales. Il semble y avoir mis beaucoup de lui-même ; mais il paraît n’en avoir pas été parfaitement conscient.

Une anecdote remarquable à ce sujet nous a été donnée par Arnold Van Gennep1, qui s’enquit directement auprès de lui de ses « sources ». Il raconte :

Pendant l’été 1907, à Publier, au-dessus d’Amphion, entre Thonon et Evian, j’entrepris des enquêtes de folklore dans la région. A Thonon, j’achetai L’Olympe disparu et le Gardo de Maurice Dantand et je trouvai dans ce dernier volume quelques descriptions de cérémonies populaires d’un si grand intérêt que je résolus de demander à l’auteur de plus amples explications. J’allai donc à Thonon, et Maurice Dantand étant absent, je lui laissai un mot, auquel répond sa première lettre. Les brochures dont il s’agit eussent été, d’après leur titre, d’une importance capitale.

La deuxième lettre répond à une lettre de moi où, après lecture attentive de L’Olympe disparu et du Gardo, je soumettais à l’auteur une timide demande d’authentification de ses descriptions. Depuis, j’ai relu souvent les notes du Gardo ; il s’y rencontre certainement des faits vrais, mais l’auteur n’ayant pas donné de criterium, on ne sait jamais ce qu’il faut prendre et ce qu’il faut laisser. Il ne se rendait certainement pas compte dans quel embarras il jetterait les folkloristes ; et quoique je sois victime de l’indécision où il nous laisse, je me garderai de lui en vouloir. Car, au témoignage de ceux qui l’ont approché, c’était un homme excellent à tous égards. Si je publie ces lettres, c’est uniquement pour éviter à d’autres, que l’Olympe et le Gardo pourraient enthousiasmer, une déception ultérieure trop rude.

Ces lettres sont assez remarquables, en vérité, et en disent long sur l’écrivain visionnaire. La première, datée du 30 août 1907, disait :

Monsieur,

Je regrette de n’avoir pas eu l’honneur de vous voir lors de votre visite ; relativement à son objet, je crois devoir vous dire que je ne puis ajouter que peu à ce que contient le Gardo.

Daignez, Monsieur, agréer mes sentiments les meilleurs.

Réponse laconique.

La seconde lettre, datée du 16 septembre suivant, était plus diserte :

Cher Monsieur A. van Gennep,

Je suis perplexe pour vous répondre ; ce que je puis vous dire, c’est :

1°, J’ai été témoin des faits récents que je rapporte ; pour ceux d’un âge reculé, je les tiens de la tradition et je n’ai pas motif à douter que tous y ajoutaient foi comme moi-même.

2°, J’ai été amené à écrire l’Olympe par des songes et visions qui ont frappé mon esprit ; hallucinations, pourra-t-on dire ? cependant, j’ai vu, j’ai entendu, j’ai touché.

3°, Dans mon jeune âge, notre peuple ne croyait point aux fées et en parlait peu, mais on causait beaucoup des faits et gestes des Servants, espèces de gnomes serviteurs. L’instruction a chassé cette naïve plutôt que méchante chimère.

Agréez, cher Monsieur, l’assurance de mes meilleurs sentiments.

Nous verrons plus tard que Dantand se pensait inspiré par un esprit divin dans ses visions de L’Olympe disparu2. Il en appelle en outre, pour son Gardo, à la tradition dont personne ne doutait. Enfin, comme Jacques Replat dans Bois et vallons, il ne voit pas de mal dans la croyance aux Servants.

Quelles étaient les « traditions » rapportées par Dantand ? Elles sont hautes en couleurs : on a peine à croire que le Chablais du XIXe siècle ait été si porté au merveilleux.

Il est question de héros mythiques, qui ont combattu les Maures – notamment « Cénan », mis à la tête de l’armée thononaise dans un récit tenant de la courte épopée3, et qui, après avoir vaincu un roi ennemi, est trompé par sa fille Safet : faussement convaincu d’avoir copulé avec elle, il est « fouetté à la vue de tout le peuple », puis « exposé nu à l’ardeur du soleil sur un roc isolé » jusqu’à ce que mort s’ensuive.4  On parle aussi « d’Hipapan, le seul homme de l’âge de pierre dont le nom reste connu » ; de « Dahi appelé le Père du Fer et qui fut le Nemrod de nos rivages » ; de « Brelat » confondu avec le dieu Mars, plus grand qu’Hercule mais vaincu par lui – de passage à Thonon – et devenu le Minotaure après s’être exilé en Crête5 ; de « L’Etové de Chavin que connut Jason » ; de « Malbé » « à qui César confia le commandement de la tour de Rive »6 ; d’« Arthas » qui fonda Thonon en plantant « trois pieux dans le lac »7 ; du « forgeron Pinclet », qui vainquit un « géant des Tartares » à coups de marteau et qui en fut tué au moment où il s’écroulait sur lui sa lance pointée en avant8.

Tous ne sont pas des héros anciens ; « Mamet », un siècle auparavant, est parti pour échapper aux gendarmes à qui il avait joué un mauvais tour : grâce à ses exploits (trop nombreux, dit l’auteur, pour être retracés tous), il « est devenu la légende préférée des veillées du peuple de l’Inde » et a épousé « la petite-fille du grand Mogol Aureng-Zeb, empereur des Indes et le monarque le plus riche du monde »9.

Une place spéciale doit être donnée aux héros « Planchamp et Laramée » : héros de la Renaissance, redoutables bretteurs, ils fuient l’Europe parce que les armes à feu y sont « la sépulture de la valeur10 ». Leurs exploits sont résumés : le vieil écrit qui les expose n’a pas encore été traduit, affirme Dantand, et il ne donnera que les titres et sommaires des chapitres11. Ils se sont rendus en Asie, y ont libéré des femmes victimes de cultes barbares, ont été adorés d’elles et ont dû les fuir, ont aboli maintes superstitions et idolâtries, ont mis par leur vaillance la paix entre des princes en guerre12 ! Leurs aventures ont quelque chose de plus moderne que celles de Cénan et rappellent Jules Verne ou Edgar Rice Burroughs.

Le diable est régulièrement évoqué. Il offre un jour une récompense à celui de ses démons qui pourra ramener une âme de Tully, à l’abri de ses menées depuis « dix ans » ; Dantand a l’audace de nommer celui qui se propose, « Tramontra, appelé depuis Mézevé » : il met à l’épreuve en vain les habitants de ladite localité, et souffre au contraire de leurs invocations continuelles à Dieu.13 Une autre fois, voulant prendre femme, Satan parcourt toute la Terre et arrête son choix sur « une jeune pâtre de Thonon » qui, ne l’aimant pas en retour, parvient par ruse à refuser de l’épouser : elle le lasse par une histoire interminable qui, lui faisant perdre patience, l’amène trois fois à insulter l’homme qui l’a mise au monde ; or, cela rend, dit-elle, impossible le mariage.14

Des fantômes, bien sûr, sont présents – tel celui « d’un colossal sanglier », réputé être celui qui provoqua la chute d’Amédée VII dans la forêt de Lonnes, et tenant dans sa mâchoire un ermite qu’il avait dévoré. Dantand ajoute que, même si on peut le « traiter de visionnaire », « deux fois » il a accouru « aux cris de gens tombant d’effroi devant l’effroyable apparition » – sans voir lui-même autre chose que le « balancement du feuillage du bois ».15 Un brigand voit, au bout de sa propre ombre, projetée par la lune, « un globe de feu » qu’il regarde comme l’âme de celui qu’il vient d’assassiner.16

Des dons divins sont faits pour des moines pieux durant un temps de famine : « une main céleste, à l’exemple de celle de Noé », fait apparaître une « javelle » où n’avaient été que « quelques épis ».17 Une église s’élargit jusqu’à devenir le royaume céleste, le prêtre figurant saint Pierre et les anges descendant des fresques puis jouant d’« instruments aux accords célestes ».18 Un curé de Thonon « barra le feu » en demeurant sauf de la fournaise qui l’entourait.19

Invoqués par le curé de Bogève, inquiet de ce que sa nièce et son jeune époux, partis de Thonon, ne soient pas encore arrivés chez lui, saint Martin et saint Maurice apparaissent, revêtus « d’armes étincelantes », à la porte d’une auberge mal famée, où le couple est retenu par des brigands : ils assiègent sa chambre fermée. Les deux saints, véritables géants, font voler la porte en éclat, et l’un d’eux attrape par la chevelure l’ignoble meneuse, puis « cueille l’un après l’autre les brigands, les jette au bas des escaliers comme des soldats de carton, des jouets d’enfants, ils s’y entassent les membres brisés ». Puis les cavaliers remontent à cheval et s’en vont. Le lendemain, l’hôtesse maudite fut « trouvée morte ; son corps était devenu noir comme du charbon et sans doute que le diable n’avait pas voulu attendre d’emporter sa vilaine âme en enfer ».20

Un franc-maçon est réputé pouvoir faire aller son cheval « dans les airs » jusqu’à un « pays inconnu » « dont les arbres étaient remplis de fruits, bien qu’on fût en janvier » : il en rapporte chez lui.21

Merlin l’enchanteur, passant par les airs pour se rendre en Italie depuis l’Angleterre, est « saisi d’une violente colique », et, comme il est interdit de souiller l’air, il descend et s’arrête dans « la forêt de Marno » ; là, il est dépouillé par trois brigands. Il se réfugie dans une cabane de bûcheron, où la femme du chef des voleurs l’accueille et le cache à son mari, à son retour. Elle enivre celui-ci et ses compagnons, qui se battent ; Merlin en profite pour récupérer son talisman, parmi ses hardes, et pour s’envoler à nouveau. Malheureusement, à son retour, il repasse par la même forêt pour le même motif, et le même désagrément s’abat sur lui. Les voleurs, découvrant le talisman, une bague de plomb, s’amusent à le mettre au doigt du vieillard pour qu’il épouse la femme qui l’avait recueilli, son mari ayant été tué.

Merlin n’eut pas plus tôt son talisman qu’il appela deux dragons qui, fendant les airs comme des traits de feu, furent bientôt à lui, ils enlacent dans leurs queues les deux voleurs, les étouffent et en même temps rompent avec leurs dents les liens qui retiennent leur maître.

Il aide la femme à ensevelir son mari, puis l’emmène sur un de ses dragons pour lui montrer la Terre. Mais malgré toutes les merveilles du monde, elle reste triste, étant amoureuse depuis sa jeunesse d’un pasteur nommé Genicoud Marc. Il fait annoncer que celui-ci doit se présenter pour « un héritage immense », et il s’avère que, depuis que ses parents, pour une « haine de famille », ont refusé de le laisser épouser la nouvelle amie de Merlin, il est devenu fou, défiguré et perclus ; le mage lui rend ses esprits et sa santé, le mariage se fait. Merlin parvient même à obtenir du roi burgonde « Olomer » qu’il fasse de Genicoud Marc un « baron », auquel il donne les secrets d’un trésor enfermé dans la tour de Langin. Malgré sa fantaisie et ses détails scabreux, ce petit récit est d’un merveilleux plaisant, et assez grandiose22.

À vrai dire, il est à l’image de l’ensemble du Gardo, dont le ton est toujours très sérieux, mais où la profusion est telle qu’il est difficile de ne pas rire. Le folklore s’y approfondit vers la mythologie, et on peut quasiment parler d’une légende des siècles thononaise. Le burlesque semble y être plus présent que chez Hugo, mais on ne sait s’il est volontaire. Dantand certifie, en leur sein même23, tenir ces récits soit de la tradition, soit d’anciens ouvrages, de la véracité desquels, nous l’avons vu dans sa lettre envoyée à Van Gennep, il ne doutait pas. Mais il ne donnait pas, non plus, de sources précises. On peut le soupçonner d’en avoir rajouté, consciemment ou non. Il est possible que, dans sa propre imagination, quelques récits entendus dans son enfance aient pris des proportions énormes. À ce titre, il rappelle les auteurs épiques serbes du début du XXe siècle. Comme, par ailleurs, il avait foi en ses propres visions, il apparaît comme une survivance, dans l’espace francophone, de l’épopée traditionnelle, préclassique.

Comme pour la poésie dialectale d’Amélie Gex, on pourrait admettre que le romantisme a émancipé l’aède thononais, bien qu’il n’en ait pas adopté consciemment les principes. Il les applique spontanément, assimilant son imagination, mêlée à la tradition populaire, à la vérité. En un sens, un tel phénomène – même tardif, dans le siècle – atteste au moins autant du triomphe du romantisme que les illustrations théoriques de celui-ci, produites soixante ans auparavant en France. À Thonon, apparemment, la conception médiévale du récit était toujours valable en 1891.

Notes :

1 Cf. Arnold Van Gennep, « Deux lettres de feu Maurice Dantand, de Thonon », dans La Revue savoisienne 1912, cinquante-quatrième année, Annecy, J. Abry, 1912, p. 251-252.

2 L’aplomb avec lequel il en parle au célèbre folkloriste est plaisant.

3 Maurice-Marie Dantand, Le Gardo, Thonon, Dubouloz, 1891, p. 192-202.

4 Ibid., p. 7-8.

5 Ibid., p. 32.

6 Ibid., p. 34.

7 Ibid., p. 37.

8 Ibid., p. 42-43.

9 Ibid., p. 224 et suivantes.

10 Ibid., p. 237.

11 Ibid., p. 238.

12 Ibid., p. 238-246.

13 Ibid., p. 15-17.

14 Ibid., p. 147-151.

15 Ibid., p. 21, n. 1.

16 Ibid., p. 48.

17 Ibid., p. 25.

18 Ibid., p. 28.

19 Ibid., p. 30-31.

20 Ibid., p. 179-183.

21 Ibid., p. 50.

22 Ibid., p. 158-167.

23 Voir, par exemple, op. cit., p. 204, n. 1.

Léon Ménabréa historien épique (2) : l’âme de la nation savoisienne

emmanuel-philibertLéon Ménabréa (1804-1857), outre le merveilleux, aimait caresser l’idée d’une nation savoisienne. Ce qui fait, en outre, vibrer notre auteur d’émotion, est l’idée nationale savoisienne. Il en cherche les origines, et les voit dans la loi du roi Gondebaud, chez les Burgondes qui avaient, au cinquième siècle, constitué un royaume à partir de la Savoie. Il qualifie de « violent et injuste1 » le renversement de la royauté burgonde par les Francs, et assure que la « lex gundebada » s’est maintenue quelque temps après2. En effet, supérieure à la loi salique des Francs, elle atteste d’une « organisation compacte, régulière, une véritable existence politique3 ». Le royaume burgonde était parvenu à créer une unité entre les Germains et les Gaulois, contrairement au royaume franc :

Mais tout n’est pas là : le roi Sigesmund, promulgateur de la deuxième partie de la lex gundobada, avait promis un code aux anciens possesseurs du sol ; or, ce code fut rédigé, et il est connu de nos jours sous la désignation pseudonyme de Papiani responsa. On voit donc que le gouvernement des Burgunden offrait quelque chose de modérateur, de transactionnel, de doux que l’on ne rencontre pas chez les Francs. Ainsi une réciprocité indulgente dut s’établir entre les vainqueurs et les vaincus, une adhésion, sinon une fusion, très favorable à la consolidation monarchique et au développement de la nationalité, conséquence de cette unité.4

La comparaison entre la Savoie et la France est à l’avantage de la première, bien plus fondée dans le principe d’organisme national que la seconde. Ménabréa défend l’idée paradoxale que ce duché francophone a une âme plus vive et plus concrète que la France même. Il constitue une entité non réductible à l’identité française, et impossible à dissoudre dans l’ensemble qu’avait essayé de rétablir Napoléon. Nous retrouvons ici l’aspiration nationale et le Volksgeist, la justification du retour des rois de Sardaigne en 1815. Car on ne peut douter que la « nationalité » à laquelle il fait allusion soit celle des Savoisiens :

La lex gundobada attaquée, persécutée, méprisée, vint d’elle-même rayer son nom qui figurait naguère à côté de ceux des lois salique, ripuaire, lombarde, allemande ; mais une grande partie de ses dispositions ne demeurèrent pas moins chez le peuple ; elles s’y implantèrent à titre de coutumes ; et si nous avions le temps de nous livrer à cette étude intéressante, nous verrions que, sur plusieurs points, notre dernière jurisprudence se ressentait encore de leur influence.5

La spécificité savoisienne n’a pas d’autre origine. Ménabréa ose suggérer que la fondation du Second Royaume de Bourgogne, en 879, était une réponse à une attente du peuple6, et qu’elle a servi de rempart au principe de dissolution en créant un « lien de nationalité », notamment autour de l’abbaye de Saint-Maurice7. De la fusion des Allobroges et des Burgondes consacrée par Gondebaud était né un réseau de coutumes manifestant l’esprit d’un peuple.

Néanmoins, le royaume de Bourgogne s’étendait loin au-delà de la Savoie, embrassant aussi le Dauphiné, la Suisse romande, et allant jusqu’à Valence et Embrun8. Il a fallu, pour faire face au principe de dissolution, autre chose encore, attestant indirectement du patriotisme de Ménabréa ; la Savoie a dû produire une « série d’hommes éminents dont le génie posa la seconde base de sa future grandeur9 » : ses princes.

Il présente ces derniers comme de romantiques héros, notamment lorsqu’ils combattent le comte de Vienne leur voisin, ou le roi de France. Ainsi du comte Humbert III, qui dut, par devoir, renoncer à la vie mystique qu’il s’était choisie : « abandonnant ses occupations contemplatives, et s’arrachant à sa vie toute pacifique et toute sainte, endossa le haubert, et accourut contre le Dauphin, qu’il battit et força à la retraite10 ». Le décès « d’Amé V », en 1323, donne l’occasion d’un panégyrique : «  Ce prince, doué d’un esprit vif, d’un courage héroïque, d’une constance rare, a reçu de la postérité le titre de grand que l’histoire se plaît à confirmer. Sous son règne, qui fut de trente-huit ans, la Savoie entra dans une période de puissance et de gloire qui dura plus d’un siècle, grâce aux Edouard, aux Aymon, aux Amé VI, aux Amé VII, à cette série d’hommes éminents et dont les autres dynasties princières n’offrent pas d’exemples11 ». Le plus beau, dans ce passage, est que, ici, l’histoire « confirme » la « postérité » : pour ainsi dire, la science confirme la poésie dynastique. La comparaison avec les « autres dynasties princières » trahit le sentiment de vénération que l’épopée de Jacquemoud traduisait déjà. La maison de Savoie est regardée comme surhumaine, supérieure aux autres. C’est son « génie » qui lui aurait permis de créer un « état passablement compact »12.

Ménabréa fait un vibrant éloge d’Emmanuel-Philibert, qui reprit la Savoie à la France :

J’aurais beaucoup à faire si je voulais peindre en entier le génie organisateur de Philibert-Emmanuel : sous le règne de cet homme vraiment digne du titre de grand que lui a décerné la postérité, de cet homme dont la volonté aussi éclairée que ferme creusait une voie à travers les obstacles, non moins sûrement que la mine au sein des rochers, tout se retrempe, tout se recompose, tout est préparé pour se réunir autour d’un centre commun.13

Il y a, là, la puissance d’un démiurge, d’un nouveau fondateur national. Le feu de l’orateur se décèle aux anaphores : voici encore un héros qui eût pu faire l’objet d’un poème épique !

Avec Charles-Emmanuel, notre historien est contraint d’admettre ses erreurs ; mais si elles venaient d’une confiance en soi excessive, celle-ci s’appuyait sur des qualités indéniables :

Charles-Emmanuel avait montré dès son enfance un esprit vif, ingénieux, un coup d’œil rapide, une rare souplesse de caractère, une élocution facile, entraînante, un courage bouillant sans témérité, un génie porté aux grandes entreprises ; l’âge ne tarda pas à développer en lui une ambition démesurée ; et l’on disait de son temps, qu’il s’estoit fantasié de la surintendance de la chrestienté.14

Est-ce que son ambition démesurée ne pouvait pas naître d’un excès de témérité dans son jeune âge ? Il nous semble que Ménabréa minimise les défauts de l’orgueilleux prince. Son énumération de vertus est généreuse. Plus loin, il ose même faire de la versatilité du duc de Savoie une qualité héroïque, le dotant d’un

caractère mobile qui, semblable au caméléon, se colore en un instant de mille nuances, et qui, luttant d’agilité, d’imagination, de fécondité, d’invention, de puissance avec le Protée de la Fable, cherche à échapper par de rapides transformations au bras qui l’étreint.15

L’allusion mythologique et le retour de l’énumération ne laissent pas de brosser du personnage un tableau grandiose, malgré ses difficultés face à Henri IV.

À l’inverse, il donne des exemples de l’infériorité morale des dynastie rivales, notamment des comtes de Vienne. Il évoque ainsi une triste fin :

Avec Guigues VII périt la gloire militaire des Dauphins. Quelques auteurs ont cherché à laver ce prince de l’accusation de luxure vaguement répandue contre lui : il n’y aurait rien de bien étonnant qu’à cette époque où les mœurs ne se piquaient pas d’être plus pures qu’il ne fallait, le jeune Guigues ait donné prise à la médisance, et qu’il n’y eût un fond de vérité à ce qu’on disait de lui, qu’il estoit en maulvaise réputation comme coustumier de solliciter à paillardise les femmes d’aultruy. Le fait est qu’après sa mort on fit courir le bruit que son allié, son ami, Charles de Bohème, avait vu en songe un adolescent que l’on chastroit par commandement d’un personnage ayant figure et apparence de divinité ; que s’étant empressé de demander qui estoit ce beau jeune fils que l’on traictoit si cruellement, on lui répondit : c’est le Dauphin, qui par ordre de Dieu, est puni de ses adultères.16

Ici, l’histoire, telle que la raconte notre auteur, confirme les visions du monde spirituel, et la prudence apparente dissimule peu l’envie de noircir l’ennemi des comtes de Savoie conformément à la tradition légendaire. Que Ménabréa ait conçu l’histoire comme révélant des intentions morales divines peut se déceler à ce type de passages : même si un seul ne peut servir de preuve, au moins sert-il d’indice.

La France est peinte comme prédatrice : « Les grandes puissances voisines de la Savoie, la France principalement, s’habituaient à regarder cet antique patrimoine comme une proie qu’elles devaient infailliblement engloutir17 ». L’image, discrète, n’en fait pas moins de l’ennemie une bête sauvage. Louis XIV sera peint sous des dehors peu flatteurs, dans ses actions contre le Duché, recourant « en vain aux menaces, à la force, à la surprise, à la trahison, à toutes les ressources de l’orgueil irrité18 » : énumération cette fois négative, qui ramène le glorieux roi de France vers une impuissance haineuse d’ange déchu.

Le combat multiséculaire que la Savoie a mené contre Paris puis Versailles a commencé au XVIe siècle et Ménabréa assure que des signes célestes l’ont annoncé :

Aux appréhensions […] qui assombrissaient l’avenir de notre pays, se joignirent mille prodiges, mille prédictions qui, à cette époque encore crédule et superstitieuse, frappaient fortement les imaginations. L’opposition de Saturne et de Mars, et la rencontre de deux éclipses, auraient suffi seules aux effrayantes déductions des astrologues ; mais il y a plus : on avait vu en l’air des armées fantastiques se livrer des combats acharnés, on avait entendu à Turin des plaintes, des gémissements, des paroles de calamité sortir du fond des tombeaux de la basilique de St-Jean.19

Ménabréa attribue-t-il ces signes à la seule peur crédule, comme il le dit ? Ou bien laisse-t-il entendre que cette peur était le pressentiment de grandes douleurs, pour la Savoie ? L’étrangeté de ce passage, rappelant l’histoire ou la mythologie antique, manifeste son désir, au-delà des protestations rationalistes, de créer un récit dont l’enchaînement suggère l’action de la Providence, la présence du Destin. Il en résultera, bien sûr, la ruine du fort de Montmélian, cristallisation de la gloire de la Savoie :

Alors disparut de la scène du monde une forteresse dont les annales se rattachent aux noms les plus grands, aux événements les plus importants de l’histoire. Sur les flancs de ce rocher abrupt, les Allobroges, les Carthaginois, les Romains, les Goths, les Burgunden, les Francs, les Sarrasins, les Hongrois ont laissé l’empreinte de leurs pas ; le moyen-âge y a gravé ses pages vivaces ; une famille illustre, étonnante par sa longue série de héros, y a inscrit l’énigme de son élévation politique ; François Ier, Philibert-Emmanuel, Charles-Emmanuel, Lesdiguières, Sully, Henri IV, Louis XIII, Catinat, sont venus enfin s’y grouper comme une auréole qui se maintiendra flamboyante à travers les siècles, jusqu’à ce qu’il plaise à Dieu de la dissiper et de lui imposer la loi de toutes les gloires humaines. Aujourd’hui, semblable à un guerrier outragé, Montmélian paraît vouloir se soustraire aux nobles souvenirs qui l’entourent ; une écharpe de pampres verts a remplacé sa ceinture de remparts ; et bientôt cette vigne capricieuse aura grimpé au front du géant dont la bouche tonnante vomissait naguère la flamme et la destruction : il est des choses qu’il ne faut pas travestir ; nous avons une infinité de ruines qui résument les glorieux antécédents de notre pays ; ces ruines mériteraient d’être respectées, car la patrie est aussi éloquente dans les vestiges du passé que dans les enseignements du présent et dans les promesses de l’avenir.20

Cette description romantique ramène habilement au présent, après la théorie des grands hommes dont l’ombre demeure dans les ruines du fort. Ce dernier est peint comme un « géant », un « guerrier » portant une « auréole », et la personnification achève de placer ce récit dans le mythe. Parler d’une dynastie « étonnante », dont l’élévation politique est une « énigme », mais est constituée « d’une longue série de héros », fait évidemment affleurer l’idée du miracle, de l’intervention divine. C’est aussi mystérieux que la Révolution française sous la plume de Joseph de Maistre. À partir du genre historique, Ménabréa sera allé aussi loin que possible sur la voie de l’épopée. À cet égard, quoiqu’il demeure chrétien et royaliste, il rappelle Jules Michelet.

Notes :

1 Léon Ménabréa, Montmélian et les Alpes, Marseille, Laffitte Reprints, 1979, p. 219.

2 Ibid.

3 Ibid., p. 220.

4 Ibid., p. 221.

5 Ibid., p. 226.

6 Ibid.

7 Ibid., p. 228-229.

8 Ibid., p. 229.

9 Ibid., p. 293.

10 Ibid., p. 326.

11 Ibid., p. 342.

12 Ibid., p. 504.

13 Ibid., p. 564.

14 Ibid., p. 586-587.

15 Ibid., p. 623.

16 Ibid., p. 348-349.

17 Ibid., p. 521.

18 Ibid., p. 768.

19 Ibid., p. 528.

20 Ibid., p. 772-773.

Léon Ménabréa historien épique (1) : le goût du merveilleux

Léon Ménabréa (1804-1857) fut un historien savoisien en quête du Volksgeist. Il cherchait l’âme de la Savoie – s’efforçant de la cerner, d’en trouver l’origine.

Son chef-d’œuvre, encore réédité de nos jours, est Montmélian et les Alpes1. Cette vaste fresque prend comme point de départ l’histoire de la forteresse de Montmélian, démantelée par Louis XIV, pour explorer la Savoie médiévale et féodale, en donner les origines, et la fin : la forteresse, réputée imprenable, en est le symbole.

Dans son introduction, il précise son projet. Il ressortit, certes, aux « sciences historiques2 », et il s’agit de déceler l’origine de la Savoie dans l’étude des « institutions burgondes » ; elles « ont en effet semé parmi nous le germe du régime féodal », affirme-t-il3. Il ne pose pas la question : il annonce d’emblée sa thèse, et ne cherchera pas tant à la démontrer qu’à l’illustrer. Il ne suit donc pas de méthode d’investigation particulière, ni n’effectue un discours destiné à convaincre.

Son intention essentielle est autre. Il entend faire œuvre philosophique et artistique. En effet, dit-il,

Cette vaste zone [des Alpes] a été le théâtre d’une série d’événements assez retentissants, et renferme, dans la portion intime de ses annales, des traits assez caractéristiques, pour que l’historien-philosophe puisse se flatter d’y puiser des lumières inespérées à l’égard de bien des questions obscures, et pour que l’historien-narrateur ait la certitude d’y trouver des textes pleins de chaleur, de poésie et d’entraînement.4

L’histoire savoisienne pourra éclairer moralement sur la marche des événements, d’une part, et donner le plaisir et l’émotion du récit, d’autre part. L’histoire est donc d’abord un genre littéraire.

On pourrait estimer que Ménabréa n’est pas sorti de la tradition antique ; mais il le dit clairement, et donc l’assume. Au progrès des sciences, dont il attribue l’origine à « la munificence du roi Charles-Albert5 », il entend associer la poésie et la philosophie, refusant d’opérer une scission qui ne se fera, en Savoie, que plus tard.

Son goût pour les légendes l’atteste6. Il relate par exemple l’origine mythique du nom même de Montmélian, liée au roi Arthur qui faisait alors « sa grande pérégrination d’Italie ». Un « chat géant d’une épouvantable férocité » avait élu domicile « au pied d’une montagne connue auparavant sous la dénomination bénigne de Montmonix, ou Montmun, Mons Munnus, Mons munitus, et à laquelle, depuis l’apparition de cet hôte dangereux, l’on ne donnait plus que le nom significatif de Mont-du-Chat, qu’elle retient encore de nos jours. » « Arthus », qu’accompagnent Merlin et de nombreux chevaliers dont Ménabréa livre la liste, ordonne à deux d’entre eux, Bérius et Mélianus, de chasser le chat. Après l’avoir tué, ils se sont installés dans le pays : Bérius a fondé Chambéry (Campus Berii) et Mélianus a fait sa demeure là où est aujourd’hui Montmélian.7

Il évoque également8 le rôle des héros, des saints, des démons, des fées, dans les constructions humaines selon la tradition, et même s’il admet que c’est la « crédulité du peuple » qui « donne cours aux récits extraordinaires », emporté par son élan, il recense toutes les forteresses naturelles réputées habitées par les fées. Cela tient dans son livre une place importante, s’étendant sur plusieurs pages.

Ainsi, plus ou moins consciemment, renoue-t-il avec les vieilles chroniques, qui faisaient débuter la chronologie dans la mythologie, et offrait une forme de continuité avec l’épopée. Certes, dans une note, il s’excuse, et prie le lecteur de lui « passer ces puérilités ». Il affirme : « je n’ai pas pu résister au désir de donner ici un spécimen de nos traditions populaires ». Il se justifie par le goût de l’ethnologie. Mais il faut aussi y voir, sans doute, une propension spontanée à mêler l’histoire à la légende.

D’ailleurs il s’appuie volontiers sur des éléments romanesques médiévaux :

L’auteur du roman de Garin-le-Loherain appelle Valparfonde le théâtre de ce combat [contre les Sarrasins] ; il suppose qu’un roi de Maurienne, roi fabuleux sans doute, opprimé par les Sarrasins, demanda du secours à Pépin-le-Bref, qui arriva suivi de ses paladins et vainquit les Barbares. La chronique de Turpin fait remporter cette victoire au fameux Roland ; héros obligé de la plupart des livres de chevalerie ; mais à la place de Valparfonde c’est Grenoble qui figure comme ville assiégée. […] Un vieux registre de l’ancienne Chambre des Comptes du Dauphiné ne mentionne pourtant point Grenoble, et s’accorde entièrement avec le récit de Garin-le-Loherain.9

En d’autres termes, le roman légendaire serait plus fiable que la chronique, et le registre confirmerait le récit mythique. Même la concession que le roi de Maurienne est fabuleux s’efface ici devant la possibilité du roman épique.

Il s’appuie volontiers sur la tradition orale, pour établir ses faits ; les précautions d’usage ne peuvent pas dissimuler son projet de créer une histoire qui, se réconciliant avec la voix du peuple, intègre le merveilleux. Ainsi parle-t-il du peuplement du massif des Bauges :

Si l’on doit ajouter foi aux traditions populaires, les restes de ces hordes d’étrangers [les Sarrasins] se seraient sauvés dans la haute vallée des Bauges, où ils fournissent le texte d’un nouveau récit. Les Bauges, comme chacun sait, forment au milieu de la Savoie une espèce de citadelle ayant des montagnes pour remparts, citadelle géante, dont la base est baignée au sud par l’Isère qui tourbillonne, et au nord par les eaux bleues du lac d’Annecy. Une rivière limpide, qui charrie des paillettes d’or et qui roule dans un lit de grès, le Chéran, partage en deux cette contrée aussi riche en productions agricoles, que remarquable en sites pittoresques. […] Or, les Sarrasins poursuivis par les gens de guerre, avaient franchi le col du Frêne (Fraxini collum), et s’étaient établis dans les Bauges supérieures, d’où ils ne cessaient d’inquiéter les populations environnantes. Les habitants de Ste-Reine et d’Ecole résolurent de se délivrer des hôtes dangereux ; ils se réunirent en armes, et marchèrent contre les infidèles ; il y eut un gros combat ; les Sarrasins vaincus passèrent le Chéran et se retirèrent à Jarsy où, après s’être fortifiés, et avoir fondé une petite colonie, ils se décidèrent enfin à recevoir le christianisme ; mais leur tache originelle subsiste, ils la portent encore de nos jours empreinte sur le front ; et quand un villageois de Jarny dispute avec un villageois d’Ecole ou de Ste-Reine, on a soin de lui rappeler qu’il est de race Sarrasine, et que ses pères furent païens et mécréants.10

Ménabréa n’hésite pas à faire passer ces faits pour vrais, et à regarder la coutume comme indiquant des événements anciens. Lui-même s’adonne à une poésie qui trahit son ambition d’écrivain épique : comparer les Bauges à une « citadelle géante » entourée d’eau est suggestif, et l’évocation de l’or que charrie le Chéran, même si elle correspondait à la vérité, n’en serait pas moins gratuite : sa présence ressortit quasiment à l’ornement poétique.

En outre, il fonde l’évolution historique non sur des lois abstraites, théoriques, comme on en verra plus tard, mais sur les hommes. Il manifeste en particulier son admiration pour Charlemagne, qu’il appelle plusieurs fois un « génie » et compare à un « éclatant météore » qui « éclaira la scène du monde ». Il est doué d’une force quasi surhumaine, propre à créer des États nouveaux :

En même temps qu’il réprimait le mouvement d’invasion, jusque-là continu, des peuples barbares, ce prince vraiment digne du titre de grand, travaillait à relever dans l’état le principe monarchique, à centraliser l’action du gouvernement, à faire jouir ses sujets d’une administration régulière, forte, intelligente ; sous son règne tout se coordonne, tout se symétrise, du moins tout semble marcher vers ce but ; de nouveaux liens rattachent au pouvoir royal les existences individuelles.11

Il magnétise les volontés et les coordonne. Il a en lui la puissance créatrice des empires. Comme chez François Parseval, à cette lumière centralisatrice et civilisatrice s’opposent les forces démoniaques de « dissolution », notamment la « barbarie » aux « ailes noires »12. La métaphore suffit, certainement, à personnifier le « principe » féodal ; mais, en profondeur, l’opposition avec l’empire ordonné relève du classicisme, en ce qu’elle place du côté du bien les lumières de l’ordre et de la raison. Si le style est imaginatif, la pensée reste conventionnelle. Nous avons vu que c’était un trait du baroque, et que la Savoie peut-être avait un romantisme qui lui devait beaucoup, et avait refusé à remettre en cause les fondements philosophiques de la tradition. Si cela paraît démenti par l’ambiguïté d’un Replat ou d’un Dantand, Ménabréa va bien dans ce sens.

Là où il rejoint étrangement Jacquemoud évoquant sans anathème les figures islamiques, c’est dans son idée que

les sciences, les arts, la civilisation s’étaient réfugiés au sein d’une nation nouvelle, parmi ces Arabes naguère idolâtres, nomades et pasteurs, maintenant conquérants et adorateurs d’un seul Dieu sous la bannière de leur prophète.13

Outre la personnification qui fait des activités humaines des êtres autonomes, il faut noter la loi selon laquelle la civilisation se rallie nécessairement au monothéisme : cela rappelle Joseph de Maistre. L’Islam est préféré à l’idolâtrie – et au féodalisme, assimilé au fond au paganisme : il est notamment symbolisé par les « Bretons » et les « Normands » qui « ravageaient le nord de la France »14.

Ménabréa en général aime les images célestes appliquées aux êtres humains ; Charlemagne est également assimilé à une « étoile15 » et les Hongrois envahisseurs à « un de ces effrayants météores qui vomissent la foudre, et que le vent chasse au loin16 ». Néanmoins, on le voit, le météore peut servir à désigner tantôt le bien, tantôt le mal, et si ces allusions rappellent les descriptions des phénomènes célestes qu’on trouve chez Grégoire de Tours, et auxquels celui-ci donne une signification prophétique, Ménabréa ne va pas si loin : il s’agit d’ornements poétiques qui, peut-être, entretiennent l’idée d’interventions providentielles, mais sans les nommer directement.

Notes :

1 Chambéry, Puthod, 1841, 634 pages.

2 Léon Ménabréa, Montmélian et les Alpes, Marseille, Laffitte Reprints, 1979, p. XVI.

3 Ibid., p. VIII.

4 Ibid., p. IV.

5 Ibid., p. XVI.

6 Voir à ce sujet Ricarda Huch, Les Romantiques allemands, tome second, Aix-en-Provence, Pandora, 1979, p. 68 : « L’historien romantique exploite volontiers pour l’histoire les légendes, les chroniques, les traditions de tout genre, persuadé qu’il est que les mystères ont leurs racines dans l’inconscient aussi bien que dans la conscience ».

7 Léon Ménabréa, Montmélian et les Alpes, Marseille, Laffitte Reprints, 1979, p. 165-166.

8 Ibid., p. 356-360.

9 Ibid., p. 180-181.

10 Ibid., p. 183-184.

11 Ibid., p. 189.

12 Ibid., p. 192-193.

13 Ibid.

14 Ibid., p. 192.

15 Ibid., p. 204.

16 Ibid., p. 208.

Jean-Alfred Mogenet, poète de Samoëns (6) : les sentiments du poète – et conclusion

bourneauJean-Alfred Mogenet livrait peu ses sentiments personnels : son style est essentiellement descriptif. Une certaine atmosphère de tristesse est répandue dans nombre de ses textes, alimentée par un vocabulaire représentatif. La Chapelle du Bérouze rappelle des moments pénibles :

Quand prés du mort, man dian la planna
Le fâ retenti sous regrets,
Quand l’ékot, sensible à sa panna,

Plieurt, à l’écart, u fond des bouets,

Tant triste que sey son langâge.1

Le monde résonne du malheur : les éléments s’y mêlent, créant une angoissante profondeur… Ici l’écho rappelle la nymphe antique, dans son « écart au fond des bois » ; mais ce n’est pas l’amour de Narcisse qu’elle répète inlassablement : plutôt une lamentation…

Naturellement le cimetière n’est pas en reste : « il y choit des feuilles et des gens » – rapprochement mélancolique non surmonté par les promesses de monde plus beau que peut livrer la croix. Le plus émouvant est sans doute l’assimilation de la porte qui grince aux cris des bergères d’une colline à l’autre : contraste saisissant, emmenant l’âme vers l’infini.

On ne peut pas s’étonner que quand enfin Jam fait part de sa vie intérieure, ce ne soit pas la joie qui domine :

Vey, y-est bin tard ; ja l’hiver sombre,
Le jâl, la biye ant tot nèya ;
Mais de vais, mais le ciel s’encombre
De nioles ; y-est bin ney d’ava.2

Une strophe remarquable, en ce qu’elle ne nomme pas directement les sentiments : elle peint l’âme au travers de phénomènes naturels, renversant les personnifications habituelles – et, peut-être, leur donnant leur sens secret. Jam ne se sentait pas à l’aise, dans son temps.

Malgré la relative raideur de son langage, qu’il voulait maîtrisé, il ne laisse pas de s’adonner à l’exclamative :

Ah ! se grand-mâre ettey pas mourta,
Sûr, tôt âtre sarre son sort
On le traitre d’on âtra shhourta,
Y-étiant tuis dous tant bin d’accord !

[…]
Abosshia contre la mouraille,
Mon Diu qu’al triste ! Y-en fâ mâ.3

Les questions rhétoriques au néant sont également répétées :

Qu’a-t-on reteria de l’affare ?
Quement baguâ çan qu’on a fé ?
4

Menashhivant-ey lous solis ?
Quin tour ant-ey fé é grenis ?
S’y-égardâvant adey leu place
En uvrant leu gueula vorace
Pertot tâ peussâve du bliâ
Avey-t’on à s’en inquiétâ ?5

Il tend alors au reproche, à la polémique. Il trompe d’ailleurs fréquemment son amertume par de l’ironie. Les inventions nouvelles font volontiers l’objet de ses moqueries, tel le lampadaire électrique,

Shandéli que monte et que sonde
Le ciel à l’hauteur d’on prômi.
Shandéli qu’écliére le monde
A dix pas alentor de lui.
6

Les élans brisés par le vers qui suit sont d’un bon effet. Comme Henry Bordeaux à la même époque, il aimait à se gausser des hommes politiques, et, parlant d’un gâteau, il dit :

Grou, gras, ventru y me semblâve
Vi devant me on sénateur.7

Sa bonne humeur se décèle en outre dans l’anaphore par laquelle il célèbre les Vieilles Maisons : « J’aime », dit-il à maintes reprises en début de vers en guise d’anaphore, créant une sorte de refrain.

Enfin, c’est par l’épopée burlesque qu’il semble avoir le plus nettement surmonté sa mélancolie, se plaçant avec joie dans l’action et l’imagination. Deux poèmes à cet égard sont marquants.

En premier lieu, L’Alpage évoque la lutte âpre que se mènent les vaches au printemps pour devenir les chefs du troupeau. Les actions s’enchaînent rapidement, et « la terre / Tremble » : le verbe est rejeté au vers suivant, comme dans la poésie de Hugo, afin de créer un effet. « On ne voit que des rages affreuses », affirme Jam : voulant dire que les vaches sont toutes enragées ; mais, certes, la rage en elle-même ne se voit pas : comme dans l’épopée, l’impulsion psychique est seule perceptible ; le corps qui la porte est oublié. Les bergers achèvent de remplacer le récit circonstancié par les fusées de leurs cris :

– Hardi ! Bosshard, hardi ! haro !
– T’â le dessus. hardi ! Meraille.
Bravo ! ma Meraille, bravo !8

Ces clameurs qui se répètent n’ont plus d’ordre : on n’est plus que dans l’émotion.

Le plus beau est peut-être le combat mené par la louche contre les morceaux épais qu’il reste à réduire dans la « soupe blanche » :

Le râté en avant le doble
Sa fource en allant à r’coulon,
Mais vêtia qu’on pourâ l’encoble,
Le reste à jot su le bacon.9

Ce rare exemple d’objet domestique se comportant comme un fauve crée un comique qui rappelle le Roman de Renart. Nous avons déjà évoqué le moment où la louche anéantit les légumes qui la supplient d’arrêter : la personnification n’est pas forcément une fin en soi : il s’agit aussi d’entrer dans une forme nouvelle de poésie héroïque.

Enfin le burlesque peut se faire mystique lorsque Jam affirme que son coq est si bon qu’il pourra finir au sommet d’un clocher : lieu où, comme on sait, souvent un coq symbolique en fer est juché. Idée amusante, puisqu’un tel coq n’étant pas vivant peut sembler inférieur à celui de chair et d’os ; mais cet animal de gloire est l’image d’un ange.

Jam s’appuya sur son environnement pour créer un univers poétique original. Peu nourri dans son inspiration de quelconques modèles, il n’entre pas dans un imaginaire prédéterminé, ni celui de la mythologie classique, ni celui des romantiques, ni celui du merveilleux populaire. À ce titre, il est atypique, mais au fond de son temps. Il ne compte que sur lui-même, ses propres souvenirs, pour approfondir le monde sensible vers celui du cœur.

Sa pensée, en revanche, est plutôt rigide : elle doit essentiellement au parti auquel il appartenait, fait de traditionalisme et de réaction. Il ne fait pas à cet égard dans la nuance, rejetant systématiquement la modernité. Moins souple et subtil qu’Amélie Gex, il n’est pas non plus porté par une conscience politique personnelle, comme l’était Just Songeon (son contemporain). Il voue à la religion catholique un culte de principe, qui ne semble pourtant pas avoir pu le consoler des malheurs des temps.

Ce qui le sauve est d’avoir eu une foi en la tradition assez sincère pour fuir la polémique et le porter à l’évocation d’un monde disparu. Il y a mis une énergie remarquable, et trouvé des voies d’expression singulières, qui le rendent assurément inimitable. On ne sait qui pourrait à ce point voir dans les éléments et les objets une âme voulante, sentante, pensante. En ce sens, il avait quelque chose du visionnaire campagnard. Chez lui, cela n’avait rien d’un procédé extérieur : il le vivait.

Cela a une cohérence avec son rejet du progrès, puisque celui-ci s’accompagnait d’une expansion du matérialisme qui, loin d’attribuer à la nature et aux objets une forme de psychisme, cherchait la source de celui-ci dans la complexité cérébrale – qu’il essayait, finalement, de reproduire dans les machines. Là où Jam aurait pu être pris en défaut est que l’affection qu’il avait pour les objets domestiques s’est bien transférée sur les engins familiers de la vie moderne : la chère automobile qui nous a emmenés aux quatre coins du monde, nous l’aimons et lui attribuons une âme aussi bien que Jam le faisait pour sa lampe à huile. Et si un jour des robots devaient infester l’existence, nous aurions pour eux la même affection et la même impression qu’ils sont doués de sentiment.

Mais cette constance montre, en un certain sens, qu’il avait raison sur le fond : ce n’est pas du degré de complexité que vient l’âme des objets. Elle vient de ce que nous nous retrouvons en eux. Elle vient plus de la poésie que de la technique.

Et c’est cela qui compte essentiellement : rien d’autre ne fixe leur valeur.

Notes :

1 « Quand près du mort, comme dans la plaine / Elle fait retentir ses regrets, / Quand l’écho sensible à sa peine / Pleure à l’écart au fond des bois ! / Si triste que soit son langage… »

2 « Oui, c’est bien tard ; déjà l’hiver sombre, / Le gel, la bise ont tout noyé ; / Plus je vais, plus le ciel s’encombre / De nuages ; c’est bien noir en bas. »

3 « Ah, si grand-mère n’était pas morte, / Sûr, tout autre serait son sort ! / On le traiterait d’une autre façon, / Ils étaient tous deux tellement d’accord ! […] / Renversé contre la muraille, / Mon Dieu qu’il est triste ! Cela fait mal. » (Le Rouet.)

4 « Qu’a-t-on retiré de l’affaire ? / Comment vanter ce qu’on a fait ? (La Lampe à huile.)

5 « Menaçaient-ils les granges ? / Quel tort ont-ils fait aux greniers ? / S’ils regardaient de leur place / En ouvrant leur gueule vorace / Partout où il poussait du blé / Avait-on à s’en inquiéter ? » (Les Fours à pain.)

6 « Chandelier qui monte et qui sonde / Le ciel à hauteur d’un prunier. / Chandelier qui éclaire le monde / À dix pas autour de lui. » (Le Bec verseur.)

7 « Gros, gras, ventru, il me semblait / Voir devant moi un sénateur. »

8 « – Hardi Bochard, hardi ! Haro ! / – Tu as le dessus, hardi ! Meraille, / Bravo ! ma Meraille, bravo ! »

9 « Le dos en avant elle double / Sa force en allant à reculons, / Mais voilà qu’un poireau l’entrave, / Elle reste juchée sur le lard. »