Jean-Alfred Mogenet, poète de Samoëns (5) : hyperboles et métaphores

p-78-79Dans sa poésie, Jean-Alfred Mogenet était chiche d’adjectifs et d’adverbes. Mais il pratiquait l’hyperbole. Les mots « mille », « jamais », tous », reviennent sous sa plume. En l’honneur de la Jaÿsinia, il dira :

On vey sourti mille plantes novales,
Mille boquets qu’on avey jamais vius.
1

Les oratoires perçoivent, eux, « tous les mystères du vieux temps ».

Pour la Lampe à huile, une hyperbole est accompagnée d’une comparaison confirmant sa dimension religieuse :

Pet mais d’ion al y-avey la place
Qu’a la lampa des sacrements,
Al y-avey pet le fare face
Mille reliques du v’ye temps.2

Les comparaisons et métaphores sont assez nombreuses et riches. Les vers comparent les rêves à des « papillons en voyage »3, leur rendant une vie que la psychologie moderne leur a fait perdre. La goutte d’eau dont se sert l’oiseau pour ressusciter une marguerite est dite briller « comme un grain d’argent » : elle en devient magique. Les croix ont semblablement « le brillant verni de l’or » et les dentelles sur lesquelles elles reposent « valent souvent un trésor ». Pour la vieille horloge,

Près du plafond son cadran brille
Et tint solet à la famille ;
[…]

Alignat contre la mouraille,
E dépasse tot de sa taille ;
On crey vi, tant é se tint drey,
On grenadi du temps dés rey.4

La comparaison sert à la fois à glorifier et à personnifier : pour Jam tout être glorieux doit avoir une âme !

Le clocher a un chant « pareil à un coup de tonnerre » et est comparé au « phare sur la grève » qui voit

les vagues en cadence
Creytre et mouri su l’océan5

Le clocher, lui, voit les générations naître et mourir… Le poète se fait philosophe.

Les « temps nouveaux » sont assimilés à un « ouragan » – et implicitement, à de barbares envahisseurs :

Lou temps novés ant des airs mais que sombres ;
Su leu shemin on peshhey que décombres ;
Y massacrant l’uvra é devantis
Man l’ouragan abat lou v’ye noyis.6

Ce sont des destructeurs universels.

Au contraire, quand le soleil brille sur les Vieilles maisons, il y jette de l’or :

Sous rayons rossets, pet les rendre
Sesshes et de de bouna façon.
Ant pas pur d’ey fare détiandre
L’or qui sénant su la meshhon.7

La fontaine traditionnelle est plus belle que des verres à champagne :

Fé u temps des reys de Sardagne
Al a consarvâ sa fréshieu.
Lous verres qu’on bey le champagne
Ant pas l’ensemble pe gracieux.8

Mais les comparaisons peuvent aussi se faire dépréciatives, lorsqu’il s’agit d’objets nouveaux, liés au progrès :

A sa place on bec électrique
Ey peusse man on ran de pey.9

Les objets religieux reflètent, eux, le « paradis », ou montrent le pays des « rêves inconnus » :

Sa purta a z’u pet modèle
La vrai purta du paradi […] ;
Son polet vet le ciel attire
L’ouet vet des réves incougnius […].10

Les images parfois confinent au fantastique et deviennent visions. Après avoir vu la poussière sauter « comme des abeilles » au passage du balai, Jam a soudain peur d’être pris de folie :

La niola que le détérâve
Avey prey le biau tiant rosset
Du rayon de solet qu’entrâve
En shalnant le lan d’on volet.

D’ai cru, tant le pêle étey roje,
Que d’étieu u mêtan d’on for,
Poure me ! d’ai cru que la plioje
Shi nos tombâve en prevets d’or.11

Folie ou non, illusion ou pas, le balai n’en fait pas moins des sortes de miracles : son action transfigure la chambre !

Une image suggestive est également présente pour La Lampe à huile :

A l’vi shalmâ on ar pu crère.
Qu’on rayon du solet ceushant
Courieux de shershi on mystére
S’ir lashhia enfremâ dedian.12

Petit mythe qui accompagne l’idée de lampe magique :

Car pas pe tou qu’al éclairive
A travers le pêle endremi
L’ambra du réve s’alignive
Cota tot çan qu’on povey vi.13

Elle ajoute le monde invisible au monde visible. La métaphore chez Jam a une fonction qui va plus loin que l’ornement : elle se lie, comme chez les meilleurs poètes, au pays intérieur, dont l’extension est mystérieuse.

Notes :

1 « On voit sortir mille plantes nouvelles, / Mille fleurs qu’on n’a jamais vues. »

2 « Pour plus d’un, elle y avait la place / Qu’a la lampe des sacrements, / Il y avait pour lui faire face / Mille reliques du vieux temps. »

Les Moutons blancs.

4 « Près du plafond son cadran brille / Et tient lieu de soleil à la famille. / […] Alignée contre le mur, / Elle dépasse tout de sa taille ; / On croit voir, tant il se tient droit, / Un grenadier du temps des rois. »

5 « les vagues en cadence / Mourir et croître sur l’océan. »

6 « Les temps nouveaux ont des airs plus que sombres ; / Sur leur chemin on ne perçoit que des décombres ; / Ils massacrent l’œuvre des générations précédentes / Comme l’ouragan abat les vieux noyers. »

7 « Ses rayons jaune roux, pour les rendre / Sèches et de belle allure, / N’ont pas peur d’y faire déteindre / L’or qu’ils sèment sur la moisson. »

8 « Faite au temps des rois de Sardaigne / Elle a conservé sa fraîcheur. / Les verres dans lesquels on boit le champagne / N’ont pas un ensemble plus gracieux. »

9 «À sa place un bec électrique / Y pousse comme une rame de haricots. » (Le Bec verseur.)

10 « Sa porte a eu pour modèle / La vraie porte du paradis […] ; / Son coq vers le ciel attire / L’œil vers des rêves inconnus. » (La Chapelle du Bérouze.)

11 « Le nuage qu’il déterrait / Avait pris le beau teint doré / Du rayon de soleil qui entrait / En étincelant le long d’un volet. / J’ai cru, tant la chambre était rouge, / Que j’étais au milieu d’un four. / Pauvre de moi ! J’ai cru que la pluie / Chez nous tombait en grosses poussières d’or. »

12 « À la voir faire des éclairs on aurait pu croire / Qu’un rayon du soleil couchant / Curieux de chercher un mystère / S’était laissé enfermer dedans. »

13 « Car pas plus tôt qu’elle éclairait, / À travers la pièce principale endormie, / L’ombre du rêve s’alignait / À côté de tout ce que l’on pouvait voir. »

Jean-Alfred Mogenet, poète de Samoëns (4) : la personnification du monde

Le style de Jean-Alfred Mogenet se distingue par un procédé qui relève peut-être de la croyance, tant il est récurrent : la personnification. Tout chez lui a une âme. Et une âme intellective, comme eût dit Thomas d’Aquin : douée d’intentions et de raison. Il en fait l’objet de son espèce d’apologue sur une Goutte d’eau, puisqu’il s’agit d’un oiseau qui, découvrant une fleur fanée, s’en attriste :

Pruva qu’al t’ey pas de la race
D’isés que fant ran que shantâ.1

Il a aussi une conscience ! La peine qu’il éprouve le pousse à courir pour aller chercher une goutte d’eau :

Jamais pet sogni na malâda
On méd’cin a coru ashh fort.
[…]
Al avey la téta penshia

Su liey d’on air de dire : bey.
2

L’oiseau ressent une compassion tout humaine. Or, Jam assure avoir été directement témoin de ce phénomène. La nature était à ses yeux imprégnée d’humanité.

Les animaux domestiques se comportent volontiers comme des hommes : le coq en particulier imite son propriétaire.

Mais le plus étonnant est l’âme que notre poète attribue aux objets. Ils ont une volonté délibérée. Ainsi, la croix du chemin :

Pet casshi son air de misère,
On la vey, en tôte sêyon,
Se crevi de follyes de lière […].

Le béney, u louan dian la planna,
La meshhon, lou shamps, lou fourrés ;
U passant qu’avance avoué panna,
On la vey tendre lou dou brés
.3

Les oratoires pareillement :

Sans répi y-ey montant la garda
Su le passâje é pélérins.
4

Idolâtrie ? Pour l’Église, les objets sacrés sont des signes renvoyant à la divinité ; pour Jam, l’objet lui-même a une âme.

Le clocher est un « penseur triste » qui

contemple en silence
Les générations qui s’en vant.
5

Pour la chapelle du Bérouze :

Mio que lous amis de passâje,
Le vindra pliorâ nutra mort.
6

Il a une confiance profonde dans les symboles religieux ; plus étonnante est l’âme qu’il attribue aux outils. Il concède, à propos du rouet, qu’indubitablement leur vie intérieure émane des vieux qui les ont utilisés : il ne lui donne pas d’autre origine. Les sentiments de ceux qui les possèdent sont transférés sur eux, comme pour la Luge à roues :

L’est tant vilye ! L’a renoncia
Tot de bon à se fare vi7

La lampe à huile tient presque le rôle d’un ange gardien :

Dian l’temps s’est tey fé on affare
Qu’é sey pas zu premi témouan ?
Et, atant qu’al a pu ey fare
A t’é pas aidia mon rir’grand ?

Poué t’ey pas lui qu’a éclairia
Le shemin devant me le jor
Que d’m’engrenâve dian la via
En tâtenant tot alentor ?8

Elle était une aide, un secours. Elle prenait soin des hommes. Le poète s’adresse à elle, la supplie de flamboyer à nouveau :

Ravia-te, moutra me, y presse,
Le shemin de l’Eternitâ.9

Sa fonction religieuse est claire.

La brouette est « ennuyée d’être calomniée » ; le pique-feu s’est « tordu la gueule » (en cherchant à manier les bûches).

Le balai peut nettoyer l’esprit aussi bien que le plancher : il a une fonction psychique, lui aussi. Et que dire de la louche, qui se déplace dans la soupe comme un poisson ?

L’y-est à se n’éye ; le s’ey r’gollye,
L’ey plonje, l’ey bey, l’ey bômey10

Avec ardeur, elle lutte contre les légumes point encore écrasés dans la soupe, malgré leurs supplications :

Lous shus ant biau queriâ « arréta »
Sans pedia l’en fâ na pélâ.11

Trait épique : souvent les héros chez Virgile tuent des hommes qui les prient de n’en faire rien.

Les légumes ne sont pas les seuls végétaux à avoir une pensée et à pouvoir l’exprimer ; l’herbe délibérément entoure les croix :

Près de liey, l’herba vint pe hiauta
Pet l’ufri l’encens des boquets.12

Un sentiment religieux l’anime.

Le nuage se mire et se coiffe dans l’eau du lac. Et les rochers ont des songes que la bergère perçoit :

La berjire vet s’asta pet soprendre
Çan qu’y révant […].
13

La bise, de façon plus classique, chante « en berçant les sapins ».

Le célèbre Gros Tilleul, couvert de neige, ressemble à un prince :

Hablia man çan, biau man on grand d’Espagne,
Le Tlly alors a l’air que le convint,
L’air que convint u rey de la montagne14

Il est même comparé à un géant :

Serjia de ney, é plane su la place
En élanjant sou grous brés vet le ciel,
E fâ l’effet d’on bon géant que passe
Dian na niola et qu’béney lous mortels.15

L’image du géant revient lorsqu’il défie l’orage :

Sûr de lui, y-est per lui na féta
De luttâ aoué la tempétâ
Qu’é semble menashhi de louan
En montrant sou brès de géant.16

C’est un exemple assez rare, chez Jam, d’allusion à la mythologie. Le Gros Tilleul le méritait tout particulièrement. Notons qu’en bénissant il acquiert à son tour une aura religieuse.

Le Criou fait pareillement l’objet d’une célébration, au moyen de différentes images laudatives : il se couvre au lever du soleil « d’épis d’or » mieux que le ne ferait un « diamant » : c’est tout comme si, sautant de leurs « barrières », « les étoiles descendaient en cascade ». Il ressemble à un « bloc de cristal », et la « gloire » le couvre : le mot est à prendre dans son sens religieux. Et il est tel qu’un « drapeau planté sur le monde » – l’emblème de l’univers. Jam aura été difficilement plus grandiose, dans ses éloges : le Criou suscite en lui une vraie dévotion.

Des bois, il crée un tableau fabuleux :

Quand per dessus on biau solet épanshe
Sous prevets d’or et le tiant des canons,
Et qu’on lous vey, man çan, pet moué, en ranshe,
On a l’idée qu’y-est bin des bataillons.

Des bataillons que semblant voley prendre
On grou élan pet fare assaut u ciel,
Çan qu’ey dit preux et qu’ey baille à comprendre
Y’est que, lé-bas, Giffre bat le rappel.17

L’appel du torrent semble confirmer qu’un mythe est en train de se créer, que Jam veut forger une image de légende. Mais le rapport peut-être manque d’évidence : s’il avait évoqué des esprits infraterrestres habitant les arbres pour les pousser effectivement à attaquer le ciel, on aurait plus cru à de la mythologie. Il ne va pas jusque-là : il ne s’embarrassait d’aucune idée ésotérique. Même les croyances propres au folklore, qu’on trouve chez Amélie Gex, n’ont pas chez lui d’entrée significative. Il ne fait que créer des images pour traduire un sentiment. On doit néanmoins reconnaître qu’elles lui sont propres : il a une originalité appréciable. Moins imprégné de merveilleux que l’auteur du Dit de la couleuvre, il ne laisse pas de surprendre par son inventivité.

Ce qui tendrait à faire croire qu’il accordait sincèrement une âme aux choses, cependant, est qu’il allait jusqu’à attribuer des intentions au temps et aux saisons.

Ainsi, dans La Lampe à huile :

Le temps, tot le lan su la rota,
S’en va d’l’avant sans se rev’ri :
Tant pis se quâqu’ran dey sa l’hotta
S’pérd et vint à shèdre dérri.18

Le temps est ici un personnage à figure humaine ; il doit d’ailleurs se cacher pour jeter un objet non obsolète : il a des vices.

Le printemps est personnifié à la manière antique :

Son soffle tant que dian les tannes
Passe en déjalant les fontannes
Et l’éd’ye ey coule à son signal
Man du cristal.19

Divinité qui crée de la merveille, elle est bien aidée par le rejet en fin de strophe d’un vers plus court instaurant une heureuse comparaison…

L’hiver est plus inquiétant :

Perdian lous prâs et les revenes
L’hiver remonte son trosset
Volor é va dian les épenes
Robâ é mèrles leu sebliet.20

Un peu plus loin, dans le poème consacré à la même saison, le soleil a les yeux en colère…

De façon plus conventionnelle, le hasard rappelle la déesse Fortune des anciens Romains :

Maître du shemin, est pas tendre
Pet cé que vit pas à l’écart.
21

Si la personnification la plus belle est peut-être celle du printemps, la plus originale est sans doute celle de l’ombre :

L’ambra y-a pur, l’ey fâ la mourta
Dérri lous moubles vermolus.22

La peur qu’elle inspire soudain est celle qu’elle possède ! Mais elle peut aussi agir :

Coup su coup quand yena se pensshe
Se n’ambra saute tant qu’u tey.
23

L’opposition dans les mouvements la rend particulièrement vivace.

Il est clair que ces personnifications ont pour but d’ennoblir un environnement. Pourtant, il doit s’y mêler une forme d’animisme, car les hyperboles ne sont pas excessivement nombreuses.

Nous les étudierons la semaine prochaine.

Notes :

1 « Preuve qu’il n’était pas de la race / Des oiseaux qui ne font rien que chanter ». (Cette traduction, et celles qui suivent en note, sont généralement de Marc Bron.)

2 « Jamais pour soigner une malade / Un médecin n’a couru aussi vite […] ; / Il avait la tête penchée / Vers elle d’un air de dire : bois. »

3 « Pour cacher son air misérable, / On la voit, en toute saison, / Se couvrir de feuilles de lierre […]. / Elle bénit, au loin dans la plaine, / La moisson, les champs, les fourrés ; / Au passant qui avance avec peine, / On la voit tendre les deux bras. »

4 « Sans répit ils montent la garde / Sur le passage des pèlerins. »

5 « vont ».

6 « Mieux que les amis de passage, / Elle viendra pleurer notre mort. »

7 « Elle est si vieille ! Elle a renoncé / Pour de bon à se faire voir. »

8 «  Autrefois, s’est-il fait une affaire / Dont elle ne fût le premier témoin ? / Et autant qu’elle a pu le faire,  / N’a-t-elle pas aidé mon arrière-grand-père ? / Puis n’est-ce pas elle qui a éclairé / Le chemin devant moi le jour / Où je m’engageais dans la vie / En tâtonnant tout alentour ? »

9 « Rallume-toi, montre-moi, cela presse, / Le chemin de l’Éternité. »

10 « Elle y est à son aise, elle s’y ébroue, / Elle y plonge, elle y boit, elle y vomit. »

11 « Les choux ont beau crier : « Arrête », / Sans pitié elle en fait une bouillie. »

12 « Près d’elle, l’herbe pousse plus haut / Pour lui offrir l’encens des fleurs. »

13 « La bergère va s’asseoir pour surprendre / Ce qu’ils rêvent » (La Bourgeoise)

14 « Habillé comme cela, beau comme un grand d’Espagne, / Le Tilleul alors a l’air qui lui convient, / L’air qui convient au roi de la montagne. »

15 « Chargé de neige, il plane sur la place / En allongeant ses gros bras vers le ciel, / Il fait l’effet d’un bon géant qui passe / Dans un nuage et qui bénit les mortels. »

16 « Sûr de lui, c’est pour lui une fête / De lutter avec la tempête / Qu’il semble menacer de loin / En montrant ses bras de géant. »

17 « Quand par-dessus un beau soleil épanche / Ses grosses poussières d’or et le teint des canons / Et qu’on les voit, comme cela, par tas, en rang, / On a l’idée que ce sont bien des bataillons. / Des bataillons qui semblent vouloir prendre / Un gros élan pour prendre d’assaut le ciel. / Ce qui le dit bien et qui le donne à comprendre / C’est que là-bas, le Giffre bat le rappel. »

18 « Le temps, tout au long de sa route, / S’en va de l’avant sans se retourner : / Tant pis si quelque chose de sa hotte / Se perd et vient à tomber derrière. »

19 « Son souffle, jusque dans les grottes / Passe en dégelant les fontaines / Et l’eau y coule à son signal / Comme du cristal. »

20 « À travers les prés et les ravines / L’hiver remonte son trousseau ; / Voleur, il va dans les fourrés / Dérober aux merles leur sifflet. »

21 La Lampe à huile. (« Maître du chemin, [il] n’est pas tendre / Pour celui qui ne vit pas à l’écart. »)

22 « L’ombre a peur, elle fait la morte / Derrière les meubles vermoulus. »

23 La Veillée. (« Coup sur coup, quand une se penche, / Son ombre saute jusqu’au toit. »)

Jean-Alfred Mogenet, poète de Samoëns (3) : souvenirs de la vie paysanne

13285004993_135a9b336a_oJam se souvenait de Samoëns avec émotion, et sa poésie s’appuie essentiellement sur sa mémoire. L’ensemble se veut réaliste. La vie à la montagne ne donnait pas chez lui lieu à trop de réflexions générales, et en cela il se démarquait de la grande tradition de l’éloquence à la française, qui tire fréquemment, de l’évocation du réel, des pensées sur l’ordre ou le destin du monde. Il ne plongeait pas non plus dans le monde de l’âme ; ne s’épanchait pas : il décrivait, plutôt, ce qui l’avait marqué.

Il se différenciait d’Amélie Gex en ce qu’il ne reprenait pas la mythologie des paysans, les légendes locales, les rites : il était attaché au sensible. Cela peut être lié à l’esprit des montagnards ; cela peut aussi être mis en relation avec l’époque : le Romantisme était bien fini. L’époque tendait à se concentrer sur le palpable, le physique. Le naturalisme était devenu une sorte d’évidence.

Il faut, en premier lieu, remarquer le plaisir de notre poète à évoquer les outils anciens – ceux notamment qu’on n’utilisait plus, la mécanisation les ayant rendus obsolètes. On voit ainsi passer le rouet, le plot, l’horloge, la luge à roues, le bec verseur, la brouette, le tabouret, le seau à traire, la louche, la lampe à huile, les fours (à pain), le grenier, la table, le tisonnier, le balai… Tous objets qui marquent une civilisation fondée sur le sens de l’utile, et dont Jam regrette constamment le délaissement : il maudit le progrès qui les a remisés.

Sans doute ces évocations reflétaient indirectement sa nostalgie de l’enfance, au sein duquel ces outils occupaient toute l’existence. Il lie une fois ces objets à ses grands-parents.

La complainte des fours à pain dit l’ingratitude des hommes, qui les laissent se détériorer et se couvrir de végétation : il accuse les proscriptions officielles de les avoir abandonnés honteusement ; il fait allusion à une réglementation qui interdisait leur utilisation au nom de la sécurité. Simple prétexte, à ses yeux, pour remplacer la galette par le pain blanc…

La lampe à huile a rendu mille services appréciables : elle était un guide dans l’existence, et la lumière électrique n’a pas du tout cette faculté ! Le bec verseur de la fontaine, datant du roi de Sardaigne, a été également remplacé par une lanterne électrique, et c’est encore l’occasion de dire tout ce qu’a fait perdre le progrès – tout ce qu’il a dénaturé. Les temps nouveaux ont détruit les consciences et créé partout des décombres : ce qui reste de bon vient toujours des anciens !

Les outils qu’il chante sont ceux de la tradition séculaire. Ils peuplaient un univers moral autant que physique. Ils parlaient, avaient une âme. Les machines n’en ont pas. Jam ne fantasmait sans doute pas qu’un jour on pourrait créer des robots doués de conscience ! Si l’idée lui est jamais passée sous les yeux, il l’a certainement jugée impie. Ce qui avait une âme, c’était les objets ancestraux : ils la tenaient des générations antérieures. Il restait spiritualiste.

Il affectionne la simplicité des « Vieilles maisons1 », qui pourtant, dit-il, déplaisent au préfet ; l’éloge indirect des rois de Sardaigne, dont plusieurs coutumes vénérables sont issues, montre non pas, certes, des tendances séparatistes, mais au moins traditionalistes.

Une autre sorte d’objets qu’il chante est constituée par les symboles communaux ou religieux. Le principal est peut-être le Gros Tilleul. Il évoque brièvement son histoire : arbre emblématique datant du duc Amédée VIII, il commémore le don par celui-ci de sept alpages aux Septimontains, qui d’ailleurs en tirent leur nom. Il est rempli de gloire, affirme notre poète ; il résiste victorieusement à l’orage, éclate de splendeur sous la neige.

Jam évoque aussi le cimetière, Gerdil et Biord (qui ont leurs figures peintes sur les vitraux de l’église2), les oratoires, le clocher, les croix des chemins, la chapelle du Bérouze…

Ces objets sont l’occasion de glorifier la commune et son histoire ; mais aussi de rendre à la religion toute sa dimension protectrice et salutaire, sa faculté à jalonner l’existence humaine et à en prendre soin. Ils sont la marque de l’amour humain et divin, ils rassurent et créent des repères. Même lorsque la mort fait retentir ses tristes appels, ils représentent un espoir : les hommes les ont créés pour s’arracher au vide de la destinée. Car, au-delà des positions de principe qu’affecte le très catholique Jam, on perçoit ses angoisses, ses inquiétudes, ses tristesses, face au temps qui passe, emporte les choses, tire le monde vers le néant. Le souvenir des objets symboliques et bienveillants lui paraît propre à consoler !

Il était sensible aux éléments naturels, eux aussi emblématiques d’un lieu et d’une communauté. Il chanta le Criou (montagne qui surplombe Samoëns), le lac de Gers (alpage fameux), la Bourgeoise (autre montagne de Samoëns), les bois… Moins nombreux dans sa poésie que leurs homologues créés par l’être humain, ces objets naturels donnent lieu à de belles envolées, qui contredisent l’idée que les Savoyards ne discerneraient pas leur beauté parce qu’ils vivent en permanence parmi eux. La Bourgeoise et le Criou sont loués pour leur majesté, la puissance de leur sommet, ou les effets de la lumière sur leur paroi ; et le lac de Gers est vanté pour la pureté de son teint et la beauté de ses rives, pleines de vie et d’animaux sauvages.

Les saisons de même le charment, en particulier le printemps et l’hiver. S’il est vrai que le froid du second fait penser à la mort, il rivalise de beauté avec le premier, lorsqu’à Noël le Gros Tilleul se couvre de neige.

Il chantait encore les animaux de la basse-cour (le coq, les vaches, les moutons) et les moments importants de la profession agricole (la montée de l’alpage, la garde des troupeaux, la veillée). L’existence des montagnards était idéalisée. Le coq, aussi bien que les objets inanimés, doit susciter la reconnaissance des hommes. Les vaches, au printemps, mènent une bataille épique pour s’imposer dans les troupeaux, qui fait plaisir à voir. Le sort des bergères a assez touché Jam pour qu’il lui consacre deux textes ; ils montrent le plaisir qu’elles ont à se raconter des histoires, à se faire peur, ou à se donner de faux espoirs – dont parfois elles meurent, les malheureuses. La psychologie féminine intéressait notre poète.

Il allait parfois jusqu’à l’anecdote drôle, comme avec Le Gâteau3. Un récit (La Goutte d’eau4) semble fait pour découvrir la morale propre à la nature en attribuant à un oiseau des intentions charitables. Une feuille d’arbre donne aussi une leçon de vie à un vieil homme qui l’interroge. Jam fait parler les choses pour qu’elles enseignent à l’humanité la soumission aux lois du monde. Enfin, il s’en prend directement aux engins motorisés (Tram et autos).

En somme, il chante l’univers rassurant, consolant, des ancêtres, de la tradition, à travers les mille choses qui l’ont peuplé. La nature n’en est pas la contradiction, mais l’extension. Il s’oppose à ce qui change ce monde, le détruit, même s’il essaye aussi de se résigner et de ne pas se laisser effrayer par l’avenir.

L’emploi du patois s’en justifie : il est en soi une marque de la vie paysanne ancienne, un objet digne de reconnaissance et d’admiration. Il y a une cohérence profonde entre le dialecte et ce qu’il nomme. L’affection qu’on voue au vieux monde passe par la langue du village, qui est la première qu’on ait apprise, et est celle de la famille et de l’enfance, des anciens !

Notes :

1 Titre d’un poème publié dans L’Echo des paroisses du haut-Giffre de mars 1911.

2 Hyacinthe-Sigismond Gerdil fut cardinal et manqua de devenir pape, en 1800, lors du Conclave de Venise ; Jean-Pierre Biord (1719-1785) devint évêque de Genève et à ce titre combattit Voltaire, Ferney dépendant de son diocèse : celui-ci l’appellera « pédant d’Annecy » ou « petit-fils de mon maçon », allusion aux maçons de Samoëns qui lui bâtirent son château.

3 Publié dans L’Echo des paroisses du haut-Giffre de janvier 1913.

4 Publié dans L’Echo des paroisses du haut-Giffre de juin 1914.

Jean-Alfred Mogenet, poète de Samoëns (2) : retour à Samoëns et poésie en patois

En 1893, Jean-Alfred Mogenet est à Samoëns, où il se remet de son séjour africain et de ses fièvres. Il épouse alors, à trente-et-un ans, Marie-Antoinette Deron, qui lui donnera trois enfants. En 1895-1896, il assure la direction de la première revue mensuelle de Samoëns, L’Écho des sept montagnes. Après une année d’existence, la publication est arrêtée pour des raisons économiques. En 1895, il devient membre de la Société des Maçons, illustre dans une commune connue pour sa confrérie des Quatre Couronnés, fondée en 1659.

Dans sa retraite septimontaine, il s’occupe de la propriété familiale tout en préparant son livre sur le Congo. En 1898, Émile Chautemps, Conseiller général de Chamonix, député de la Haute-Savoie et ancien ministre des Colonies, devient président de la Société des Maçons de Samoëns. Jean-Alfred Mogenet se serait alors vu proposer un poste de percepteur à Chamonix mais aurait refusé parce que la condition en eût été qu’il entrât dans la franc-maçonnerie (probablement dans la loge Le Réveil du Faucigny, qui venait de s’ouvrir à Cluses).

En 1900, il emmène sa famille à Paris, où il est employé à La Samaritaine avec le titre de Chef Inspecteur aux cuisines. Surnommé « Jésus-Christ » par les jeunes vendeuses à cause de son passé et de sa barbe, il y reste jusqu’en 1922. C’est durant ces années parisiennes qu’il commence à écrire ses poèmes en patois : au total il y en eût eu cent douze, mais seuls quarante-huit ont été publiés, d’abord dans L’Écho des paroisses du haut Giffre, de  1910 à 1914, ensuite, en 1926 et 1927, dans le Bulletin paroissial de Samoëns qui lui a succédé. Ils sont signés « JAM » : ses initiales. Il rédige également, durant cette période, une monographie sur l’abbaye de Saint-Jean-d’Aulps, restée à l’état de manuscrit.

Il rentre à Samoëns en 1922, vivant à demi de ses rentes. Il meurt dans l’après-midi du 3 septembre 1939 – jour de la déclaration de guerre.

En 1944, ses manuscrits furent dispersés et brûlés ; il reste donc, de son œuvre poétique, essentiellement ce qu’il a pu publier de son vivant, et qui a fait date : ses vers sont connus de réputation, et ont été imités. Retraçant la vie au village autrefois, ils sont un pendant aux musées paysans qu’on a vu fleurir ces dernières décennies.

Les vers en sont classiques et imités, sur le plan formel, de la poésie française. Il éprouve une dilection particulière pour l’octosyllabe, et ses strophes préférées sont le quatrain à rimes croisées. Schéma simple et clair.

Lorsqu’il veut traiter un sujet qu’il regarde comme particulièrement noble ou sérieux, il allonge le vers, passant au décasyllabe : ainsi en est-il de l’éloge qu’il fait du parc de la Jaÿsinia1, fondé par sa cousine, ou du Gros Tilleul à Noël2. Il peut aussi, par ce vers plus long, s’efforcer de créer une atsmophère épique, comme dans Les Bois3. Il reprend en cela la rhétorique traditionnelle.

Les strophes offrent également des variations, lorsqu’il décide de créer un vers plus court en quatrième position du quatrain : ainsi, Le Billot4 et Le Renouveau5 finissent chaque strophe par un vers de quatre syllabes. Cette variation trahit l’inspiration romantique et l’aspiration au lyrisme. Mais il a pu s’agir aussi d’atteler le poème à un air préexistant, afin qu’il soit chanté (comme dans Méraille6) : le ton se fait alors plus léger.

Les enjambements et les rejets existent ; Jam pouvait rechercher des effets de rythme. Mais de ce point de vue il restait chiche, n’abusant pas du procédé, ne s’adonnant pas à la fantaisie. Les milieux catholiques reprochaient au Victor Hugo tardif ses trop nombreuses licences, et Jam y était peut-être sensible. Il rappelle parfois la poésie médiévale, en ce qu’il cherchait surtout à faire entrer la syntaxe dans les limites des vers et des strophes.

Quelques poèmes intègrent une sorte de refrain qui les fait tendre vers la ballade, en particulier dans Le Seau à traire7 – triste histoire d’une paysanne morte en ville après y avoir rêvé d’un monde plus beau -, et Le Printemps8, dont les strophes se terminent toutes par le titre.

Ajoutons que l’absence d’alexandrins manifeste la volonté de ne pas faire dans l’oratoire. Le patois ne s’y prête sans doute pas ; tout discours magistral se faisait en français, même sous les rois de Sardaigne. D’ailleurs Jam évoquait des choses concrètes, plus qu’il ne maniait des concepts. Ceux-ci ne venaient qu’en fin de poème, à la façon d’une morale, ou en introduction.

Notes :

1 In L’Echo des paroisses du haut-Giffre de mai 1911.

2 Publié dans L’Echo des paroisses du haut-Giffre de décembre 1912.

3 Publié dans L’Echo des paroisses du haut-Giffre de juin 1912.

4 Publié dans L’Echo des paroisses du haut-Giffre de mai 1914.

5 Publié dans L’Echo des paroisses du haut-Giffre de mai 1912.

6 Publié dans L’Echo des paroisses du haut-Giffre de juin 1913.

7 Publié dans L’Echo des paroisses du haut-Giffre de mai 1913.

8 Publié dans L’Echo des paroisses du haut-Giffre d’avril 1910.