Jean-Alfred Mogenet, poète de Samoëns (1) : de la naissance au voyage au Congo

10340149_10152442591417420_7729825167950429902_nJean-Alfred Mogenet, poète patoisant, chantre des vieux objets et des symboles de son village, est né le 24 février 1862 au hameau du Tour, à Samoëns. Il était fils de François Marie Aimé Mogenet et de Josette Angélique Richard, mariés en 1857. Il était le troisième enfant de ce ménage qui en comptera dix et dont huit survivront. Quatre d’entre eux travailleront au magasin La Samaritaine, tenu à Paris par leur cousine germaine Marie-Louise Cognacq-Jaÿ.

Élevé chrétiennement, il va à l’école des Frères qui enseignent de 1861 à 1887 dans les trois salles mises à disposition au château de la Tour, ancienne demeure des seigneurs de Gex. Après des études primaires où il se révèle suffisamment bon élève, il accède à l’école de latinité, qu’il fréquente durant trois ans (1874-1877).

Voulant devenir prêtre, il se rend chez les Pères du Saint-Esprit et arrive au séminaire de Cellule à Saint-Sauveur, en Auvergne, à l’âge de quinze ans. Il est muni d’une recommandation de Mgr François Duboin, qui précise : « Excellente famille, un modèle de piété ». Il suit les cours du séminaire jusqu’en 1881 et se fait surtout remarquer par ses capacités aux travaux manuels et son caractère bien trempé. Mais, dès 1879, sa santé laisse à désirer. En 1878, il a été admis à revêtir l’habit des religieux après en avoir fait la demande et annoncé qu’il prenait pour patron de religion son saint compatriote François de Sales.

Dans une lettre de 1881, il évoque sa tentation de quitter la Congrégation, son père étant ruiné et une bonne place l’attendant à Paris ; mais il affirme : « Jamais un enfant de la Savoie n’a violé ses engagements dans la Congrégation ; j’estimerais mon malheur bien grand si le premier j’étais parjure ». Son attachement à sa petite patrie dans ces mots se dévoile…

En 1882, il est Surveillant à la Colonie Agricole de Saint-Jean, en Bretagne (près de Saint-Brieuc) – afin, dira-t-il, de fuir l’influence de sa famille, qui voudrait le voir entrer dans le monde. Un examen se passe mal : il se sent victime d’une injustice. Il semble qu’il ait suite à cela renoncé à ses vœux de prêtrise. Il doit payer la bourse dont il a bénéficié : il devient, en 1883, maître d’étude des grands et responsable de la bibliothèque dans la maison des Pères du Saint-Esprit à Saint-Pierre de la Martinique. Il en revient en 1886 pour effectuer le service militaire de son frère Joseph, administrateur de La Samaritaine. Il pense partir pour le Tonkin. Il écrit,dans une lettre datée du 21 août  : « J’ai ainsi pensé qu’une mort glorieuse étoufferait tout ce trouble qui torture mon esprit » : il se remet difficilement de son échec en religion.

Mais l’Indochine ne fut pas son destin. Après quelque temps passé à Grenoble, il part, en 1890, exercer une fonction de Chef de Mission à Lastourville, aux confins du Congo et de l’actuel Gabon : il l’occupera deux ans.

À son arrivée, c’est la stupéfaction : malgré le prestige dont jouit Savorgnan de Brazza, les colonies ne sont pas dans un bon état. La France ne se donne pas les moyens d’y exercer son autorité. Les chefs de poste sont continuellement assiégés par les indigènes, qui refusent de se soumettre sans contrepartie. Les fièvres vigoureuses ne sont pas combattues par des infrastructures médicales adaptées. Grande est la déception. Jean-Alfred en tire son premier et seul livre : Au Congo français1. Comme il permet de mieux connaître sa personnalité, nous nous permettrons d’en évoquer le contenu.

Il mêle une émotion contenue à une ironie froide, prenant le contre-pied du Romantisme et des pensées de Jean-Jacques Rousseau sur le bon Sauvage : la réalité lui paraît différente. Il se montre convaincu que la civilisation morale s’acquiert – l’inné étant marqué par le péché originel. Les mœurs africaines ne lui semblent pas exemplaires.

Un passage intéressant est celui où il s’exprime sur les pratiques matrimoniales. Les chefs de tribus prennent plusieurs femmes ; or, les plus âgées, peu honorées des maris, sont souvent infidèles. La loi, cependant, n’est pas trop dure : en général, les amants indélicats ne sont soumis qu’à des amendes. Mais, selon notre auteur, il en découle un véritable commerce : les époux, avec la complicité des épouses, utilisent le procédé pour s’enrichir.

Un autre passage critique les idées qu’on a pu avoir sur la poésie des peuples primitifs. Les Africains chantent lorsqu’ils rament sur leurs pirogues, le long des cours d’eau ; mais c’est seulement pour garder le rythme : les paroles s’inspirent en réalité de ce qu’ils ont sous les yeux : les arbres, les berges, les animaux… Il n’y a pas là, selon Jean-Alfred Mogenet, de véritable poésie.

La fin du livre est plus édifiante. L’auteur assiste à une cérémonie rituelle où l’on joue du tam-tam. Il décrit alors en détail : on le sent ému par la ferveur des participants. L’ensemble a un aspect magique : il y a la nuit, les cris, le feu, la musique, les chants, les danses – et l’écrivain voyageur reconnaît à ce spectacle une certaine grandeur. L’âme de l’Afrique ne lui est pas restée étrangère. Mais, resté fidèle au catholicisme, il se montre convaincu que seule la communauté chrétienne élève l’homme à un état digne de lui-même. La religiosité congolaise lui paraît sans doute être un pressentiment des vérités qui ennoblissent l’humanité ; les coutumes locales ne manifestent cependant pas l’onction divine. Au reste, peut-être faut-il rapprocher sa pensée de celle d’un autre ressortissant de Samoëns : le cardinal Hyacinthe-Sigismond Gerdil (1718-1802), auteur de plusieurs ouvrages théologiques et philosophiques. Car, dans son Traité des combats singuliers (1759), il met en relation la civilisation gréco-latine avec le christianisme, comme si le second prolongeait la première. Même s’il affirme, annonçant le Romantisme, que les fruits verts valent mieux que les fruits pourris, les Germains primitifs mieux que les Romains décadents, Jean-Alfred Mogenet semble avoir été heurté par la simplicité et la franchise des Congolais.

Toutefois, sa rancœur semble s’être principalement exercée contre la République et son administration coloniale. Non seulement il commence par affirmer que les colonies anglaises sont bien mieux gouvernées que les françaises, mais il termine son texte par un mot plutôt énigmatique, peu préparé par les passages qui précèdent : « Ne vous dévouez jamais ! » La tradition veut qu’il ait été hostile au régime, auquel il reprochait son impiété ; mais dans ses écrits, il demeurera discret, à cet égard – préférant ne pas se perdre dans la polémique. Tout au plus, comme nous le verrons, s’en prendra-t-il au progrès technique d’une façon globale – ainsi qu’aux nouvelles normes imposées par le Préfet !

Notes :

1 Cluses, 1898.

Charles-Albert de Savoie ou le « Hamlet italien » (6) : la consécration de Costa de Beauregard

Le plus vibrant hommage qui ait été rendu au roi Charles-Albert, en littérature, fut constitué par les deux tomes de Charles-Albert Costa de Beauregard (1835-1909) racontant sa vie : La Jeunesse du roi Charles-Albert paraît en 1889, Les Dernières Années du roi Charles-Albert en 1890. Dans le premier volume on apprend que le futur roi fut un jeune homme tourmenté, profondément blessé par l’abandon de sa mère, qui l’avait envoyé loin d’elle lorsqu’elle s’était remariée. Dans le second, on l’observe une fois installé sur le trône. L’auteur affirme qu’il cherchait surtout à sauver la religion et la royauté en prenant la tête du mouvement italien. Il le montre versatile, mystique, velléitaire, plein de songes qu’il ne parvient pas à réaliser.

Un passage trouble, tragique, manifeste l’amertume de sa destinée : il le montre à Milan, pourchassé par les insurgés milanais qui lui en veulent d’avoir capitulé devant l’Autriche :

Toutes les troupes piémontaises étaient en retraite, à l’exception du bataillon qui devait faire la remise de la Porte Romaine à l’ennemi.

Quant au Roi, vers deux heures du matin, après avoir sommeillé quelques instants, il repartait à pied, entouré de la même escorte de bersaglieri qui l’avait sauvé.

Des cris furieux retentirent de nouveau, et une hideuse troupe se met à courir vers la Porte Vercellina, en suivant des rues parallèles à celles que prenait le Roi. De tous côtés, les coups de fusil repartent. Les cloches recommencent à sonner le tocsin. Çà et là, quelque incendie rougit encore la nuit.Vraiment la scène est terrible.1

Costa de Beauregard pensait que l’esprit d’un homme se plaçait dans toutes ses actions et que l’histoire par conséquent ne s’éclairait que par la dimension personnelle et humaine donnée aux faits.

Le mystère de l’âme toujours hésitante de Charles-Albert fut percé, selon lui, par ses liens avec une visionnaire savoyarde qu’il avait dotée pour qu’elle entre au couvent et qui, malade, logeait à Cognin. Là, elle écrivait des lettres qui arrivaient jusqu’à Turin, au palais royal, et qui faisaient grande impression sur le roi. En effet :

Une âme, ou plutôt un cœur de femme mystique ne peut s’exalter à demi. Perdue sans cesse dans une prière voisine de l’extase, la Sœur Marie-Thérèse en était venue à confondre dans un même amour séraphique Dieu et le Roi. Bientôt, elle crut voir un symbole dans cette main charitable qui s’était tendue vers elle. Cette même main devait se tendre à tout un peuple opprimé. Et s’exaltant de plus en plus de tous les bruits politiques qui circulaient autour d’elle, les apparitions, pour la voyante, succédèrent aux visions. Le secret de Dieu, qu’elle n’avait que deviné jusque-là, la Sœur Marie-Thérèse crut l’entendre. Dieu appelait le roi Charles-Albert, le bienfaiteur de l’humble religieuse, à jouer un grand rôle dans l’histoire. La Vierge elle-même intervenait pour tracer au libérateur de l’Italie le but à atteindre ; l’heure sonnait, il fallait agir.

L’analogie entre ces sommations mystérieuses et celles de Catherine de Sienne commandant au Pape de revenir à Rome, ou celles de Jeanne d’Arc ordonnant à Charles VII de se faire sacrer à Reims, était trop frappante pour que le Roi n’en fût pas profondément ému.

Le mystique, le méditatif qui, depuis un quart de siècle bientôt, n’attendait qu’un signal d’en haut pour agir, pouvait-il ne pas entendre la voix qui semblait venir du Ciel, quand elle s’accordait si bien avec celles de la terre ?2

Pour Costa de Beauregard, le secret de Charles-Albert est tout entier dans ce mysticisme excessif. Il dessine l’espèce de mythologie intérieure qui l’habitait.

Bientôt néanmoins celle-ci devait précipiter l’armée sarde dans des affres terribles. Car dès le début de la campagne de 1848 contre l’Autriche, le comportement du Roi étonne. On remarque ses incohérences. On décèle que ses variations correspondent à l’arrivée de lettres mystérieuses. On fait des recherches, et leur source est découverte. Sœur Marie-Thérèse, au nom du Ciel, lisant les dépêches qu’on lui mettait sous les yeux, enjoignait au Roi tantôt d’agir, tantôt de rester inactif. Pendant les moments d’inaction qui impatientaient l’état-major, il faisait faire à l’armée des cérémonies expiatoires sous la pluie battante, au lieu de profiter de ses premiers succès. La révolte grondait. La reine Marie-Christine fit directement requérir l’archevêque de Chambéry, Alexis Billiet, de faire cesser immédiatement ce commerce mystique. Monseigneur Billiet s’exécuta, mais on dut s’y prendre à deux fois.3

Pourtant, Charles-Albert montra beaucoup de dignité lorsqu’il dut renoncer à l’étiquette royale pour laisser place à la démocratie. Costa de Beauregard parle à ce sujet d’un « miracle psychologique » qui, comme le font les miracles théologiques, a scandalisé, laissé incrédule, ou du moins étonné. La « monarchie se faisant tout à coup citoyenne » était incomprise de son entourage mais admirée de la bourgeoisie :

Le premier jour où il ouvrit son palais à la bourgeoisie de Turin et à la garde nationale, Charles-Albert se promenait seul parmi ses invités, dont le flot s’ouvrait respectueusement sur son passage. Il s’arrêtait ici et là, pour dire un mot aux gens qu’il pouvait connaître.4

L’historien savoyard peint en majesté le roi de Sardaigne : majesté si grande qu’elle ne s’abaissait en rien dans les temps nouveaux, parmi les gens inférieurs arrivés au pouvoir avec les révolutions. Il demeurait un inébranlable souvenir vivant des temps anciens où les rois guidés par des mystiques accomplissaient les desseins de la Providence !

Costa de Beauregard rapporte encore des paroles significatives : ayant abdiqué et se dirigeant vers le Portugal en passant par la France, il aurait, à Antibes, dit ces mots : « Ma vie a été un roman ; je n’ai point été connu ». L’historien traduit : « il n’y avait dans cette âme royale qu’un regret, regret amer, de n’avoir vécu que de songes et de n’avoir été pour autrui qu’une énigme… »5. Il demeurait irrémédiablement seul avec son rêve, tel un héros romantique. Car il n’en était pas ridicule : il en était tragique.

Il est ici difficile de séparer la littérature de l’histoire, tant Costa de Beauregard est convaincant et semble, tout en parlant de Charles-Albert comme d’un héros de roman, évoquer des faits absolument authentiques, et créer même une histoire plus vraie que l’histoire conventionnelle. Il assure que, parvenu en Espagne, où il avait jadis combattu, le Roi était comparé par le peuple, qui l’acclamait, à ses anciens héros ; et, donnant au fond aux Espagnols, en la matière, un instinct sûr, il construit lui-même un mythe :

Le génie de l’Espagne chevaleresque saluait le Roi chevalier. Celui-ci arrivait avec sa bravoure et son mysticisme comme l’incarnation de toutes les légendes chères à cette foule. Pour elle, Charles-Albert était de la race de ses saints et de ses héros. Parmi ces enthousiastes, plus d’un, sans doute, crut entendre ce grand bruit d’armes qui retentit dans la châsse du bienheureux saint Jacques quand arrive en Espagne un grand événement.6

Cette perception miraculeuse n’est pas forcément attestée : Costa de Bauregard ici peint un chœur à l’antique, et lui attribue des perceptions suprasensibles.

Lorsque Charles-Albert parvient au Portugal, il crée un décor qui, s’appuyant sur la tradition légendaire, ne laisse pas d’instaurer l’image d’un paradis païen, sans doute annonciateur d’un autre :

Bientôt, accompagnée d’un essaim de petits bâtiments accourus à sa rencontre, la barque qui le portait, franchissant les sables et les rochers situés à l’embouchure du fleuve Lima, s’avançait vers l’adorable ville qui s’appelle Viana.

On pourrait dire de Viana qu’elle est une corbeille de verdure et de fleurs jetée sur les bords du fleuve. Heureux fleuve ! voilà quatre mille ans, au dire de Strabon, que ses eaux bleues ont un étrange privilège. Les ombres qui le traversaient perdaient le souvenir des maux et des joies de la vie. Ce petit fleuve qu’allait à son tour passer Charles-Albert s’appelait jadis le Léthé.

Mais hélas ! les morts seuls oublient… Le Roi emportait, où qu’il allât et quoi qu’on fît, vivante, poignante, la torture du souvenir.7

C’est le fleuve chrétien, spirituel, que doit franchir Charles-Albert. La gloire terrestre qu’il obtient dans cet extrême Occident, comme jadis le roi Arthur dans l’île d’Avalon, ne peut plus combler le vide qui s’est fait en lui. Après avoir été semblable aux vieux chevaliers, il devient, au seuil de la mort, comparable aux saints, nous dit l’historien :

Sur son visage émacié, dans l’expression de ses yeux, c’était la ferveur qu’a surnaturellement traduite le Dominiquin dans la Communion de saint Jérôme. Du reste, dans leurs deux existences, dans l’existence du Roi poursuivi par son rêve, dans celle de l’ascète hanté par ses troublants souvenirs, la passion, si différente qu’elle ait été, avait amené une pénitence égale. Les mêmes larmes avaient creusé les mêmes sillons, la même souffrance avait imprimé la même grande ride ;… enfin, la même expiation faisait naître la même immortelle espérance.

[…] Son visage rayonnait de cette joie qu’un poète a prêtée au Juif errant sur la terre lorsque le Christ lui donna pour preuve de son pardon qu’il pouvait enfin mourir. Charles-Albert avait tant cherché la mort ! Enfin elle lui ouvrait ses bras…8

Nous reviendrons sur le style de Costa de Beauregard. Qu’il suffise ici de montrer le romantisme de ce portrait glorieux, dans lequel on a voulu faire de Charles-Albert une survivance d’un temps passé, et l’essence de l’être humain partagé entre la Terre et le Ciel – les vains projets terrestres et les espoirs légitimes placés dans l’au-delà. Il marque à quel point, en Savoie, Charles-Albert fut perçu non comme une abstraction, un souverain lointain, l’incarnation impersonnelle d’une fonction, mais comme un homme à part entière, un héros, un mystique, un chevalier errant. Dans l’esprit des Savoyards, il ressuscitait à lui seul les chevaliers de la Table ronde. Une mythologie s’était créée autour de sa personne, qui alimentait la littérature. Plus tard, Victor Hugo évoquera avec émotion Garibaldi ; mais pour les Savoyards, le roi Charles-Albert restait le seul grand homme, puisqu’il synthétisait le passé et le présent, les symboles médiévaux et les visions du futur.

À vrai dire, il demeurait plus lié au passé et à la monarchie, à la religion, qu’au libéralisme et au mouvement national italien ; sans doute cela l’empêcha-t-il de fédérer autour de lui comme il aurait voulu. En s’effaçant derrière Cavour et Garibaldi, son fils Victor-Emmanuel II réussit là où il avait échoué. Mais dans l’esprit des Savoyards, ce passéisme de principe était justement son côté admirable. Leur conservatisme rejetait le libéralisme turinois, et ils n’étaient pas sensibles au rêve italien. Certes, on ignorait que Charles-Albert suivait les conseils d’une mystique savoyarde ; mais cela manifestait son attachement secret à la Savoie. Le Duché restait cette terre depuis laquelle les princes de Savoie devaient agir, penser, ressentir ; elle était leur point d’appui, leur lien avec leur légitimité – avec le sacré.

Dès lors que la bourgeoisie turinoise est devenue le centre du royaume et de son gouvernement, la Savoie s’est sentie exclue. Elle n’était plus la source légendaire de la dynastie, mais une province excentrée votant majoritairement pour l’opposition. Avec Charles-Albert disparaissait l’image de la Maison de Savoie des yeux des Savoyards ; désormais elle appartenait au passé.

Notes :

1 Charles-Albert Costa de Beauregard, Les Dernières Années du roi Charles-Albert, Paris, Plon, 1895, p. 339.

2 Ibid., p. 133-134.

3 Ibid., p. 261-263.

4 Ibid., p. 423.

5 Ibid., p. 507.

6 Ibid., p. 514.

7 Ibid., p. 516.

8 Ibid., p. 538-539.

Charles-Albert de Savoie ou le « Hamlet italien » (5) : évocations de Maurice Dantand & Amélie Gex

6152847585_04bdabe82c_o Les Savoyards sont restés longtemps fidèles en pensée au roi Charles-Albert : sa mémoire leur restait chère. Dans l’Olympe disparu, le Thononais visionnaire Maurice Dantand (1828-1909) se souvenait en termes émouvants et épiques du temps où il combattait dans l’armée sarde –

se préparant à sa deuxième campagne contre l’Autriche, pour l’indépendance italienne, campagne qui prit fin le 23 mars 1849 par la défaite du roi Charles-Albert, à Novare, bataille où je fus honoré de trois balles. Je te recommande, lecteur, de te louer, si ta louange profite à la patrie.

[…] Marchant dans la trombe des feux des régiments et canons de l’ennemi, mon vêtement fut troué, mon pompon emporté, je vous vis tomber coude à coude avec moi Barnoud, Regard, Distral, bons camarades de Thonon, Coln, genevois, Quêta, de Maurienne, Blanchin, aimable canut lyonnais, et tant d’autres aux noms oubliés. Les Croates tiraient dans notre tas, nous tirions dans le leur, la fusillade se faisant à moins de quatre-vingts pas et n’étant, de part et d’autre, qu’à qui tirait et rechargeait le plus vite, deux fois je jetai mon fusil devenu brûlant pour prendre un de ceux de mes camarades morts, l’odeur de la poudre m’enivrait, au moment où j’inclinais de nouveau mon fusil pour faire feu, un coup énorme frappait mon havresac, brisa la bretelle sous mon bras, me fit tourner comme une toupie, je tombai et me relevai étonné en remerciant Dieu d’être sans blessure ; mais nos jeunes bataillons écrasés battaient en retraite tout en se défendant, ce qui me mit, pendant quelques secondes, entre les deux armées. Louange à l’Eternel, je rentrai sain et sauf dans le rang salué d’un hourra de joie par ma compagnie, et plusieurs dirent : Ou il a une peau de fer ou les balles s’écartent si l’heure de notre mort n’est pas venue […].

Impénétrables sont les desseins de l’Eternel puisqu’il a voulu que de ce désastre de Novare soient nées l’indépendance et l’unité de l’Italie.1

Le sacrifice glorieux de Charles-Albert n’avait pas été vain : l’image rayonnante de sa tentative échouée devait porter durant dix années le gouvernement sarde et le roi Victor-Emmanuel II, fils de Charles-Albert, à œuvrer pour réaliser l’unité italienne, acquise en 1861.

Même après le rattachement à la France, les Savoyards regardaient le temps de Charles-Albert comme féerique : le Roi était le père du peuple. Et Amélie Gex (1835-1883), dans son recueil de souvenirs, en parlait de cette façon :

J’ai vu l’entrée triomphale de la brigade de Savoie venant tenir garnison dans ses propres foyers. Ah ! quelle joie, mon Dieu ! quelle fête ! Quand lo noûtro (les nôtres), comme disaient les vieux attendris, défilèrent fièrement à travers la ville, nous rapportant le cher drapeau tout en loques, devant lequel chaque front s’inclinait…

Qu’ai-je vu encore ? Des cortèges royaux dorés, reluisants, tapageurs ; les grands valets écarlates écartant les curieux trop tenaces ; les carabiniers superbes avec leurs plumets ondoyants ; les généraux, les aides de camp… puis le Roi !

Le Roi ! ce quelqu’un qu’on adorait sans le connaître… Le Roi qui passait souriant et incliné au milieu de la foule enthousiaste et ravie !…2

Charles-Albert faisait l’objet d’un véritable culte.

Notes :

1 Maurice-Marie Dantand, L’Olympe disparu. Livre V, Thonon, Dubouloz, 1906, p. 229-230.

2 Amélie Gex, Vieilles Gens et vieilles choses, Chambéry, Dardel, 1925, p. 125.

Charles-Albert de Savoie ou le « Hamlet italien » (4) : l’hommage d’Alfred de Vigny

6152847587_45d249181b_oLe roi Charles-Albert chercha à réformer la système judiciaire et administratif mais, en 1848, sous la pression de la foule et dans le mouvement européen qui à Paris avait instauré la Seconde République, il accorda au royaume une constitution, appelée Statut. Les ministres libéraux issus des élections ne lui laissaient que peu de marge de manœuvre et il tenta de sauver sa suprématie en agissant à l’extérieur et en prenant la tête, contre l’Autriche, du mouvement patriotique italien. Abandonné néanmoins par les Milanais, Charles-Albert ne put se maintenir en Lombardie : sa faible armée et son isolement diplomatique ne lui laissaient aucune ressource. Une succession de défaites, une retraite et un armistice humiliant ne l’empêchèrent pas de rêver un miracle, et il mena en 1849 une campagne militaire encore plus désastreuse que la précédente : l’armée sarde fut écrasée à Novare avant même d’avoir pu mener la moindre offensive. Celui que Costa de Bauregard devait nommer le Hamlet italien1 (autre point de rencontre avec Louis II de Bavière, souvent surnommé « Hamlet-Roi »2) abdiqua, et s’en fut vers l’ouest, vers le Portugal et Oporto, où il mourut la même année. Le romantisme de cette abdication et de cette fuite devait frapper les esprits, et Alfred de Vigny, dans son Journal d’un poète, lui rendit hommage par un « poème à faire » dont il reste la note suivante :

Un mépris profond m’avait saisi. La satire amère sortait de mon cœur et répandait au dehors ses flots verts. Mais j’ai vu ceux dont le sang a coulé, et mon âme a surmonté ce torrent dans lequel elle allait être submergée pour toujours. J’ai vu des choses belles et grandes, des choses d’hier, et je veux les chanter.

Roi Charles-Albert, vous avez combattu comme Sobieski pour des ingrats. Vous avez délivré Milan, Milan a fait feu sur vous ; Gênes a pris les armes pour renverser votre trône. Alors, vous avez crié : « À la rescousse! » comme les chevaliers et comme Amadis de Gaule avec Galaor et Esplandian, quand vous avez chargé les hussards de Hongrie.

Vous êtes revenu couvert du sang des ennemis et du vôtre, laissant vos chevaux morts entre vos éperons, et, comme Roderick le Goth, vous avez quitté la bataille et la couronne en passant à pied sur les corps de vos lanciers. Vous avez préféré la solitude à un trône souillé par le vainqueur tudesque, ou sapé par les condottieri.3

En ces temps de grisaille, soudain Charles-Albert ressuscitait les vieux héros, les chevaliers du Moyen Âge, errants et solitaires, œuvrant pour la gloire et pour la liberté des peuples.

Notes :

1 Cf. Paul Guichonnet, « Charles-Albert Costa de Beauregard », in Louis TERREAUX (dir.), Histoire de la littérature savoyarde, Académie de Savoie, Documents, deuxième série, tome 2, 2010, La Fontaine de Siloé, Montmélian, 2011, p. 726-731

2 Par exemple par Guy de Pourtalès dans le livre qu’il lui a consacré (Louis II de Bavière ou Hamlet Roi, Paris, Gallimard, 1951).

3 Voir op. cit., Paris, Michel Lévy, 1867, p. 268-269.

Charles-Albert de Savoie ou le « Hamlet italien » (3) : le pont de la Caille par Jean-Pierre Veyrat

La semaine dernière, nous avons pu lire le poème consacré par le libéral Antoine Jacquemoud au pont de la Caille créé à l’initiative du roi Charles-Albert. Il était enthousiaste. Quoiqu’il reprenne les mêmes images issues du merveilleux médiéval, antique ou oriental, Jean-Pierre Veyrat, dans ses vers, fut plus ambigu, parce que plus rivé à une morale catholique qui lie volontiers, comme dans les contes, les merveilles de l’industrie à un « pacte infernal » :

Et j’allais devant moi, tout plein de ces doux rêves,
Cueillant des fleurs aux bords, des pierres sur les grèves,
Mon butin de science et mon trésor du jour
Trésor des doux loisirs retrouvés au retour !
Tout-à-coup je m’arrête. À l’horizon sublime,
Un arc démesuré s’élance sur l’abyme,
Et mon œil ébloui se demande comment
S’est posé dans les cieux ce hardi monument ?
Quel habitant de l’air, quel démon, quelle fée
A suspendu si haut ce magique trophée ?
Sur ces pics où l’oiseau qui règne dans les airs
Seul osait habiter parmi les rocs déserts,
À ce séjour des vents battus par la rafale
Qui donc a pu jeter cette arche triomphale ?
Satan a-t-il construit ce pont audacieux
Pour tenter de nouveau l’escalade des cieux ?
Quel charme a pu produire un aussi grand prestige ?
Quel sublime enchanteur ce sublime prodige?
Comme chez nos aïeux, quelque vieux nécroman
L’a-t-il fait d’une nuit avec un talisman ?
S’est-il dressé tout seul aux accords d’une lyre ?
Est-il né de l’abyme ou du ciel en délire ?
Et l’homme sur ce pont qui tremble au moindre vent,
Sans un pacte infernal peut-il passer vivant ?

Non, non, ce n’est point là l’ouvrage de l’abyme ;
L’homme seul a vaincu cette invincible cime !
Son regard descendit dans le gouffre béant
Et remonta vainqueur du gouffre et du néant.
Il s’était dit : Troublant l’aigle au fond de son aire,
Je prendrai son chemin à l’oiseau du tonnerre,
À ces monts révoltés je jetterai mon frein ;
Et le pont s’éleva sur ses câbles d’airain !
L’aigle d’un vol brillant abandonna ce faite,
Le chamois déserta troublé dans sa retraite
Et l’homme ayant conquis ces sommets glorieux,
Sur le pont triomphal passa victorieux !
1

Il termine son poème par une note plus réaliste : il salue l’homme et son œuvre, même s’il le fait troubler une nature innocente, les aigles et les chamois. Mais la suite du poème montrera tout ce qu’avait de prémonitoire l’idée du pacte avec le diable : rencontrant un vieillard au crâne chauve illuminé de la « splendeur première », il l’écoute prononcer, nouvel Homère, des imprécations contre un progrès matériel corrupteur et dangereux. Seul le progrès moral, conclut le poète, importe !

Charles-Albert pensionna Veyrat quand il revint de son exil, lui pardonnant ses vers passés après qu’André Charvaz lui eut présenté l’Épître qu’il lui avait dédiée. On dit même que le Roi à sa lecture fut « ému jusqu’aux larmes » et qu’il se souvint de la rigueur exercée contre lui par Charles-Félix après « l’erreur d’un moment ».2 Cette épître raconte sous forme de parabole l’histoire, prise de Klopstock, de l’ange du repentir, Abadonna, qui a été entraîné avec Lucifer dans les profondeurs de l’abîme mais qui toujours regarde avec nostalgie vers la clarté d’en haut, où se tient son intime ami, un ange resté auprès de Dieu. Veyrat se présente comme semblable à cet ange, exilé et banni par ses erreurs de jeunesse, et aspirant bientôt à regagner les rives de la patrie. Et s’adressant au Roi il lui demande de bien vouloir reverser sur lui l’espérance et « sa douce rosée ». Puis il lui promet que si l’oubli de ses fautes l’absout, il mettra sa plume au service du Roi et de la Maison de Savoie, créera des épopées.3

Charles-Albert put être sensible à cette promesse autant qu’aux protestations de repentance, car il fut, au cours de son règne, continuellement soucieux de culture et d’histoire, s’efforçant de trouver une légitimité dans les références au passé et les symboles dynastiques. Il créa une Deputazione di Storia Patria, une Junte pour les antiquités et les Beaux-Arts, une Académie des Beaux-Arts qui deviendra plus tard l’académie albertine, et une bibliothèque royale, ouverte au public. Il fit restaurer l’abbaye de Saint-Michel de la Cluse en pensant en faire une métropole pour les Carignan qui pût rivaliser avec l’abbaye d’Hautecombe, et entretint une amitié avec l’historien piémontais Cibario, les sculpteurs Marochetti et Pelagi, les intellectuels Cesaro Balbo, Cesare Alfieri de Sostegno et Massimo d’Azeglio.4

En somme, un roi protecteur des arts et des lettres, et soutien des ouvrages d’art. Il voulait justement donner l’image d’un prince surplombant libéralement les abîmes !

Notes :

1 Vers cités par Louis Rendu, « RAPPORT de M. le Chanoine Rendu, Secrétaire perpétuel, sur les différentes pièces de vers adressées à la Société pour le concours de 1840 », in Mémoires de l’Académie royale de Savoie, tome X, Chambéry, Puthod, 1841, p. 20-21.

2 Cf. Alfred Berthier, Le poète savoyard Jean-Pierre Veyrat, Paris, Honoré Champion, 1921, p. 140.

3 Jean-Pierre Veyrat, « A S. M. le roi de Sardaigne », in La Coupe de l’exil, Chambéry, Puthod, 1845, p. 303-314.

4 Voir André Palluel-Guillard, page consacrée à Charles-Albert sur le site Internet de l’Assemblée des Pays de Savoie, www.sabaudia.org/3180-la-maison-de-savoie.htm.