L’art baroque en Savoie (II)

3964989883_e392bcd697_oParmi les figures sculptées de l’art baroque savoisien, il faut remarquer une figure d’archange singulière, celle de saint Gabriel à Saint-Nicolas-de-Véroce. Un lien semble exister avec François de Sales. En effet, il semble montrer, de son bras droit, le ciel, de son bras gauche, la terre. Or dans l’Introduction à la vie dévote, le pieux évêque invite à dix méditations dont deux rappellent cette figure archangélique, la neuvième et la dixième. Il invite Philothée à s’imaginer en « rase campagne », seule avec son « bon Ange », « et qu’il vous fait voir en haut le Paradis ouvert […] ; puis, du côté d’en bas, l’enfer » : l’âme dévote est entre les deux, et doit suivre son ange sur le chemin qu’il indique, du paradis1. La dixième méditation invite encore à s’imaginer en « rase campagne » avec son ange ;

et, à côté gauche, vous voyez le diable assis sur un grand trône haut élevé, avec plusieurs des esprits infernaux auprès de lui, et tout autour de lui, une grande troupe de mondains qui tous, à tête nue, le reconnaissent et lui font hommage, les uns par un péché, les autres par un autre. […]

Du côté droit, voyez Jésus-Christ crucifié qui, avec un amour cordial, prie pour ces pauvres endiablés afin qu’ils sortent de cette tyrannie, et qui les appelle à soi ; voyez une grande troupe de dévots qui sont autour de lui avec leurs Anges. Contemplez la beauté de ce royaume de dévotion. Qu’il fait beau voir cette troupe de vierges, hommes et femmes, plus blanche que le lys […].2

Si l’enfer est peu présent, et seulement sous la forme du purgatoire3, dans les églises baroques savoyardes, il n’est pas trop hardi, croyons-nous, de mettre en relation cette imagination méditative de l’évêque de Genève avec les merveilles des retables baroques. L’ange qui montre le haut et le bas, ou qui fait se distinguer sa gauche et sa droite, est un guide pour pénétrer le sens mystique des visions sculptées et peintes des églises bâties dans la foulée de ses années d’épiscopat.

On pourra encore admirer le dynamisme des archanges de la chapelle du monastère des Bernardines de La Roche sur Foron. Michel, en particulier, avec son vêtement doré qui semble voler au vent, emporté par des volutes et des enroulements irréguliers ; avec sa jambe gauche soulevée, tandis que la droite écrase le dragon ; avec ses cheveux blonds rejetés en arrière, comme s’il faisait face à une bourrasque ; sa robe dont le bas est soulevé par le mouvement, tandis qu’il s’apprête à frapper le monstre de sa lance qu’il tient à deux mains4 : Michel, disons-nous, est impressionnant et nous montre l’élan de l’âme qui se purifie de ses péchés, dans une forme d’enthousiasme qui refuse la tristesse, la mélancolie.

Si le cadre général des retables est régulier, les formes des statues affectent une vie soumise aux éléments, parlant au cœur et humaines, représentant l’attitude d’êtres charnels habités par la passion pieuse que l’on entend représenter.

Un retable d’allure singulière, et en même temps d’une grande beauté, se trouve au maître-autel de l’église de Saint-Nicolas-la-Chapelle, dans le Val d’Arly5. Il est en claire-voie, et, campées sur des caissons verts et ornés de motifs dorés, six colonnes torsadées vermeilles, autour desquelles s’enroulent des pampres, des tiges de rosiers et des branches de lauriers dorés, entourent, au-dessus d’un volumineux tabernacle, saint Nicolas dans une gloire ovale aux multiples rayons d’or : il semble traverser une nuée céleste au sommet de laquelle deux anges l’attendent pour lui remettre une mitre et une crosse. Au-dessus encore est une grande mais fine couronne tenue sur des entablements par des volutes. L’ensemble mesure plus de dix mètres de haut, et est couvert d’argent nacré, donnant le sentiment d’un objet forgé dans le métal précieux. Le faste s’allie à l’élégance, à la légèreté, et le sentiment vient d’un monde féerique à portée de main, et pourtant inaccessible : on le voit, et le désir se soulève en sa faveur. Mais on ne l’atteint pas encore ; il semble évanescent.

De chaque côté du retable, on observe6, au-dessus de deux fausses portes richement décorées, les statues élégantes et brillantes du bienheureux Amédée IX, ancien duc de Savoie qualifié sur le socle de « Saint », et de saint Victor : il s’agit des deux patrons spirituels du roi de Sardaigne Victor-Amédée III, et est un hommage : il avait aidé à la construction de l’église. Mais il faut remarquer, à travers Amédée IX, l’entretien du culte de la dynastie, que l’on retrouvera après 1815 et la Restauration.

On notera également qu’un hommage est rendu à François de Sales dans presque chacune des églises de la Savoie du nord décorée à cette époque. Il est présent en général sous forme de statue, parfois de statuette ornant un tabernacle, ou dans un tableau. Son influence peut être dite avérée par cette omniprésence. N’était-il pas le chantre de l’amour divin, et l’art baroque ne proposait-il pas avant tout l’image des merveilles à venir, si le désir du fidèle était suffisant et bien gouverné ?

Dans cet art, le monde humain était beau, et mêlé à des éléments idéalisés, porteurs de forces d’extase et de divinité. Les monstres ne sont guère présents qu’aux pieds des anges et des saints qui les ont terrassés7. Georges Gusdorf nous en rappelle la philosophie en évoquant8

les tentations d’une religion visuelle et sensuelle, accueillante, qui efface doucement les marques du péché, ouvrant toutes grandes les portes d’un ciel rose et bleu, où les anges ressemblent à des amours et où les fidèles trouveront place sans difficulté dans un espace qui propose aux usagers les charmes d’un boudoir.

Si, ici, le « boudoir » est inapproprié, puisque les fidèles sont essentiellement des paysans, il faut admettre que, en Savoie aussi bien qu’ailleurs, « le baroque, mutation des formes, ne met pas en cause le fond, les valeurs9 » : il ne va pas jusque-là, comme le fera le romantisme, « radicalisation du baroque10 » : il n’affrontera pas les ténèbres. Il n’affronte pas même le mystère de l’imagination créatrice, car la débauche de symboles et de figures pieuses ne doit pas entretenir l’illusion qu’à cet égard les artistes étaient libres. Les symboles étaient soigneusement codifiés, répertoriés, et limités en nombre ; il était défendu de créer de nouvelles images sans l’autorisation de l’évêque11.

Le Sacré-Cœur est, historiquement, le dernier symbole créé : il le fut par saint Bonaventure, disciple de saint François d’Assise, et quelques mystiques rhénans, et on le vit paraître au cours du XVe siècle dans des églises allemandes12.

Les symboles nouveaux sont rendus impossibles, dans les faits, par la nécessité de se soumettre à l’orthodoxie13 : les images d’inspiration hérétique, bien sûr, sont interdites14 et le Saint-Esprit ne peut être représenté que comme il l’est « dans les Évangiles et les Actes des apôtres » : comme colombe, ou « pluie de langues de feu »15.

Les artistes n’ont donc pas de possibilité d’expression personnelle. On ne leur accorde aucunement un génie propre à imager librement même les articles fondamentaux du dogme. Seul leur sens des formes est requis.

Au reste, cela ne laisse pas d’être indirectement expliqué par François de Sales dans la préface de l’Introduction à la vie dévote, à travers notamment l’exemple de la bouquetière Glycéra, qui montre tout ce que le baroque doit encore au classicisme :

La bouquetière Glycera savait si proprement diversifier la disposition et le mélange des fleurs, qu’avec les mêmes fleurs elle faisait une grande variété de bouquets, de sorte que le peintre Pausias demeura court, voulant contrefaire à l’envi cette diversité d’ouvrage, car il ne sut changer sa peinture en tant de façons comme Glycéra faisait ses bouquets : ainsi le Saint-Esprit dispose et arrange avec tant de variété les enseignements de dévotion, qu’il donne par les langues et les plumes de ses serviteurs, que la doctrine étant toujours une même, les discours néanmoins qui s’en font sont bien différents, selon les diverses façons desquelles ils sont composés.16

Le génie individuel est dans la combinaison ; les fleurs sont données à l’avance, le cadre doctrinal aussi. Les fleurs, certes, sont belles et colorées ; elles doivent parler à l’âme profondément, et leur assemblage plus encore. Il s’agit bien de permettre à chacun de vivre pleinement, dans le sentiment, les vérités du christianisme ; mais il ne s’agit pas de laisser les découvrir par soi-même au fond de l’abîme intérieur, encore moins de laisser y trouver des principes contradictoires. On ne saurait autoriser, par exemple, quiconque à donner au Saint-Esprit les traits d’un perroquet, comme le fera la Félicité de Flaubert dans Un Cœur simple !

Malgré ces limites, il est possible d’admettre, chez les Savoyards, une prédisposition à la tendance romantique consistant à installer la féerie dans un monde dont les lignes brisées sont ouvertes sur un théâtre, et un rêve : leur art baroque les y invitait. Cela peut expliquer une nuance qui leur fut propre, et qui les laissa au second plan : la relative absence, dans leur littérature, de ce qui était admiré en France, la rhétorique classique, laquelle fut pourtant un frein à l’essor romantique17. Ce frein n’existait pas au même degré en Savoie : François de Sales, nous l’avons vu, méprisait un art oratoire trop élaboré, lui préférant la sincérité, et la vivacité des images, la faculté de l’imagination à mettre le dévot en présence de la divinité.

Cependant, à l’inverse, on peut soupçonner le romantisme savoisien d’être resté, comme le baroque, dans les limites du catéchisme, et de n’avoir pas osé le radicaliser jusque dans l’ordre philosophique : si les romantiques de Savoie furent imaginatifs, ils ne remirent pas directement en cause le dogme de l’Église et la prééminence des prêtres. Si radicalisation il y eut, elle se fit individuelle, et souvent inconsciente, sans intention de polémiquer, ou de changer l’ordre social. Elle ne devint jamais globale. Cela peut être lié à la force du baroque, tel qu’il s’exprima aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Notes :

1 Voir François de Sales, Introduction à la vie dévote, Paris, Seuil, 1995, coll. « Livre de Vie », p. 50-51.

2 Ibid., p. 52-53.

3 Par exemple sur le retable latéral du Sacré-Cœur (à gauche en entrant) du sanctuaire Notre-Dame de l’Assomption de Notre-Dame-de-la-Gorge : un relief, placé sous la niche contenant une statue, représente la délivrance des âmes du purgatoire (cf. Fernand Roulier & Denis Vidalie, Un Art retrouvé – Le Faucigny. Églises et chapelles baroques, La Balme de Sillingy, Éditions Rossat Mignod, 2002, p. 72) ; dans l’église de Saint-Nicolas-de-Véroce, l’un des deux autels latéraux placés à droite est consacré aux Âmes du purgatoire, et son retable contient un tableau représentant les âmes souffrantes parmi des flammes rouges : l’un d’entre ces personnages est saisi à la main par un ange à visage d’enfant, qui tend l’autre main vers les bras levés d’un autre ; juste au-dessus de l’ange, vers la gauche, est un Christ en croix, à droite est la sainte Vierge sur un nuage, et dont les vêtements sont emportés par un vent venant de derrière, tandis qu’elle tend la main vers le crucifié, semblant être en extase (ibid., p. 83) : remarquons que, dans les deux cas, les peines du purgatoire s’effacent devant la possibilité du salut.

4 Voir Fernand Roulier & Denis Vidalie, Un Art retrouvé – Le Faucigny. Églises et chapelles baroques, La Balme de Sillingy, Éditions Rossat Mignod, 2002, p. 218.

5 Cf. Fernand Roulier & Denis Vidalie, Un Art retrouvé – Chablais & Genevois. Églises et chapelles baroques, La Balme de Sillingy, Éditions Rossat Mignod, 2002, p. 165-166.

6 Ibid.

7 Outre les dragons présents sous les pieds des statues de saint Michel précédemment mentionnées, on peut évoquer la tarasque que tient enchaînée sainte Marthe sur le retable de la chapelle Sainte-Marie-Madeleine du Pernant (Jean-Paul Gay, Colette Gérôme, Christian Regat, Bernard Sache, Haute-Savoie baroque, Montmélian, La Fontaine de Siloé, 2010, p. 137), sculptée par Jean-Antoine Groslambert, Français installé à Sallanches.

8 Georges Gusdorf, Le Romantisme I, Paris, Payot & Rivages, 2011, p. 280.

9 Ibid.

10 Ibid.

11 Cf. Fernand Roulier, Un Art retrouvé. Voies d’approche. Tome 1, La Balme de Sillingy, Éditions Rossat Mignod, 2001, p. 111.

12 Ibid., p. 131.

13 Ibid., p. 112.

14 Ibid., p. 111.

15 Ibid., p. 115.

16 François de Sales, Introduction à la vie dévote, Paris, Seuil, 1995, coll. « Livre de Vie », p. 11.

17 Cf. George R. Havens, Romanticism in France, Publications of the Modern Language Association (P.M.L.A.), 1940, pp. 18-19 (cité par Georges Gusdorf, Le Romantisme I, Paris, Payot & Rivages, 2011, p. : 138) : « l’ordre classique et la logique persistent dans le romantisme français. Le sens de la composition et de la forme bien balancées demeure toujours puissant. […] Les grands romantiques français n’ont pas le culte de l’obscurité, le goût prononcé du surnaturel, la recherche de la Fleur Bleue. Le classicisme, contre lequel le romantisme se dressait d’une manière si décidée, continuait à exercer sur la France une puissante influence ».

L’art baroque en Savoie (I)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Georges Gusdorf mettait en relation étroite le baroque et le romantisme. Tous deux « proposent des modes d’échappement au contrôle de la raison classique », et, dans les deux cas, « la révolte de l’inspiration contre l’ordre ouvre les portes de l’aventure à travers un monde où l’imagination peuple l’espace de formes imprévues »1. Les lignes claires sont dérangées et, dans les failles, « notre monde s’ouvre en abîme sur un autre monde, illuminé de radiances surnaturelles2 ».

Or, c’est peut-être une des différences importantes qui ont existé entre la Savoie et la France, que la seconde fut surtout classique, la première surtout baroque. L’art baroque des églises savoyardes construites dans la foulée de l’action pastorale de François de Sales et de la Contre-Réforme a été étudié abondamment, liant le vieux duché à un courant esthétique original, aux manifestations colorées et sensuelles, jurant avec le paysage austère des Alpes et l’esthétique versaillaise. Par là il ne se rattachait pas, en effet, à la France, mais, d’une part, à l’Italie du nord, et, d’autre part, aux Allemagnes catholiques (Autriche, Bavière, Bade-Wurtemberg). En particulier les régions de montagnes – Faucigny, Tarentaise, Maurienne et Chablais – furent concernées3, apparemment pour des motifs sociaux et économiques : les habitants de ces massifs, privés de travail l’hiver, sont fréquemment devenus colporteurs, et comme la Savoie faisait partie du Saint-Empire romain germanique, ils se rendaient volontiers dans les parties catholiques des Allemagnes, où ils faisaient fortune dans le commerce et s’installaient4. Par l’intermédiaire des évêques, les curés des communautés montagnardes faisaient demander à ces Savoyards enrichis de participer, par des dons, à la construction et à l’ornementation des églises nouvelles5, et ils s’exécutaient, tantôt en envoyant de l’argent, tantôt en faisant parvenir, directement, tableaux et retables d’Allemagne ou d’Autriche6. Lorsqu’on commandait une œuvre à des artistes itinérants et qu’ils la créaient sur place, ils étaient généralement piémontais, souvent savoisiens, parfois français, parfois aussi originaires du monde allemand7.

Le résultat est sensible dans diverses églises assez visitées et connues. L’élément le plus remarquable, d’un point de vue artistique, est sans doute les retables. Ils sont comme des panneaux ouvrant sur le monde divin, et, par delà les formes qu’ils enchâssent, parfois fantastiques, ils sont puissamment organisés, selon des principes rigoureux, et, dans le même temps, symboliques.

Ils sont essentiellement composés de trois étages8. Celui du bas est constitué généralement de caissons de soutènement, éventuellement flanqués d’anges épais servant de cariatides9, comme dans l’église Saint-Michel d’Arâches. L’étage majeur est le second, où, entre des colonnes généralement torsadées et enroulées d’acanthes et de vignes dorées ou argentées, sont, dans des niches, des statues de saints elles-mêmes encadrant une peinture évoquant une scène de la légende sainte. Ces retables étant plus ou moins grands (selon, d’une part, la taille de l’église, d’autre part, leur place dans cette église), il peut y avoir, de chaque côté, du tableau, deux10 ou une11 statues. Les couleurs sont vives, franches, avec du vert, du rouge, du bleu, ou du blanc imitant la pierre. Les dorures sont abondantes, bien que le retable soit en bois, et l’impression métallique est constante. Jusqu’aux grappes de raisin sur les colonnes peuvent avoir un aspect doré ou argenté.

L’étage supérieur, ou couronnement, est plus petit et représente le Ciel, le monde divin. On peut y trouver des statues de saints12, mais en principe c’est la divinité qui s’y exprime sous la forme de la Trinité entourée de chérubins, et c’est dire qu’on y trouve un vieillard13 parfois surmonté d’un triangle doré14, la colombe du Saint-Esprit15, le Sacré-Cœur16, un triangle doré (peint ou en relief) contenant un œil17, le Christ18, un Christ-séraphin muni de six ailes19 (rappelant une vision de saint François d’Assise évoquée par François de Sales20), la Vierge21, des archanges22, des anges, l’Arche d’Alliance23. La Vierge Marie, à la fois du monde humain et du monde divin, a un statut original manifestant un trait du baroque, notamment dans l’église Notre-Dame de l’Assomption de Peillonnex24, où, accueillie par le monde divin, elle est entre l’étage principal et la partie supérieure du retable, franchissant la limite entre les deux dans des mouvements venteux représentés par son manteau bleu enroulé autour d’elle et aux formes irrégulières, et sa robe rouge aux nombreux plis : elle a la main gauche sur le cœur et regarde vers les hauteurs, pendant qu’au-dessus l’attendent, tenant une couronne, à sa gauche le père éternel, à sa droite le Christ tenant une croix. Et tout en haut se trouve le Saint-Esprit dans une gloire. Des nuages pleins de chérubins font un cercle quasi complet, rompu par la gloire du Saint-Esprit ; mais les parties nuageuses supérieures semblent avoir été plus écartées que supprimées, car deux nuages abritant des chérubins sont juste à l’extérieur d’un rideau tenu par trois anges et abritant comme un dais l’ensemble de la scène précédemment décrite. La Vierge Marie, mimant sur son visage, blanc mais rougi aux joues par l’émotion, le sentiment mystique humain, invite par son exemple les fidèles à s’enflammer à sa suite, à se laisser porter par le vent de la foi, et à gagner avec elle le monde des anges et de la sainte Trinité. C’est un théâtre, et c’est un mystère. Ce retable original date du début du XVIIIe siècle25.

Notes :

1 Georges Gusdorf, Le Romantisme I, Paris, Payot & Rivages, 2011, p. 279.

2 Ibid.

Chantal et Gilbert Maistre, Colporteurs et marchands savoyards dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles. Mémoires et documents publiés par l’Académie salésienne, t. 98, Annecy, Académie salésienne, 2000, p. 25.

4 Ibid., p. 32 : « les Savoyards restent fidèles jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, aux régions alémaniques et à leurs grandes foires » ; p. 34 : « L’historien badois Gothein compara l’apport bénéfique des Savoyards dans l’économie de l’Allemagne du Sud à celui des huguenots dans l’Allemagne protestante du Nord, après la révocation de l’Edit de Nantes » ; p. 36, il est mentionné que la colonie savoyarde de Vienne « bénéficie de la protection du prince Eugène de Savoie, passé au service de l’Empire » ; p. 38, que « les destinations alémaniques de l’émigration marchande [savoyarde] sont fort anciennes, comme le prouve le Rôle des émigrés, dressés en 1614, pour une quinzaine de paroisses du Haut Faucigny, à la demande du duc de Genevois-Nemours », etc.

5 Ibid., p. 129 : « Tous les colporteurs et marchands migrants participent volontiers à ces élans de générosité, si caractéristiques de l’âge baroque […]. »

6 Ibid., p. 167 : A Megève, le retable du maître-autel est transporté, en pièces détachées, depuis Vienne […]. »

7 Voir Fernand Roulier, Un Art retrouvé. Voies d’approche. Tome 1, La Balme de Sillingy, Éditions Rossat Mignod, 2001, p. 95-98.

8 Voir Dominique Peyre, « Le retable dans le nouvel espace du culte », in La Savoie des retables, Grenoble, Glénat, 2006, p. 25-38, en particulier p. 34-36,

9 Voir Fernand Roulier & Denis Vidalie, Un Art retrouvé – Le Faucigny. Églises et chapelles baroques, La Balme de Sillingy, Éditions Rossat Mignod, 2002, p. 184 ; l’ange-cariatide peut aussi être présent dans l’étage principal, intermédiaire, comme dans le retable du maître-autel de l’église de Peisey-Nancroix (cf. Denis Vidalie, Chemins du baroque, Cran-Gevrier, Éditions Rossat-Mignod, 1993, p. 15) ou dans celui de l’église de Doucy (cf. La Savoie des retables, Grenoble, Glénat, 2006, p. 83).

10 Comme pour le retable du maître-autel de l’église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon (Fernand Roulier & Denis Vidalie, Un Art retrouvé – Le Faucigny. Églises et chapelles baroques, La Balme de Sillingy, Éditions Rossat Mignod, 2002, p. 134-135).

11 Comme pour le retable du maître-autel de l’église Saint-Pierre d’Argentière, où d’ailleurs le tableau central n’est pas peint, mais est un relief rehaussé de dorures représentant L’adoration des mages (ibid., p. 19).

12 Ibid., p. 18.

13 Voir, dans l’église Saint-Jean Baptiste des Houches, le retable du maître-autel (ibid., p. 29).

14 Comme sur le retable du maître-autel de l’église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon (ibid., p. 150).

15 Comme sur le retable du maître-autel de l’église Saint-Gervais et Saint-Protais de Saint-Gervais (ibid., p. 43).

16 Comme sur le retable latéral du Rosaire (à gauche en regardant l’autel) de l’église de la Sainte-Trinité des Contamines-Montjoie (ibid., p. 57).

17 Retable du maître-autel de l’église Saint-Nicolas de Saint-Nicolas-de-Véroce (ibid., p. 77).

18 Retable du maître-autel du sanctuaire Notre-Dame de l’Assomption de Notre-Dame-de-la-Gorge (ibid., p. 68).

19 Retable du maître-autel de la chapelle Saint-Jean-Baptiste du Villaret (La Savoie des retables, Grenoble, Glénat, 2006, p. 119).

20 Saint François de Sales, Traité de l’Amour de Dieu, Paris, Monastère de la Visitation, 1984, p. 280 : « eh ! combien fut extrême l’attendrissement du grand saint François quand il vit l’image de Notre-Seigneur se sacrifiant lui-même sur la croix ! image que non une main mortelle, mais la main maîtresse d’un séraphin céleste avait tirée et effigiée sur son propre original, représentant si vivement et au naturel le divin Roi des anges […] ! ».

21 Retable du maître-autel du sanctuaire Notre-Dame de l’Assomption de Notre-Dame-de-la-Gorge (Fernand Roulier & Denis Vidalie, Un Art retrouvé – Le Faucigny. Églises et chapelles baroques, La Balme de Sillingy, Éditions Rossat Mignod, 2002, p. 68).

22 Gabriel et Raphaël sur le retable du maître-autel de l’église Saint-Nicolas de Saint-Nicolas-de-Véroce (ibid., p. 77), Michel sur celui de l’église Saint-Michel d’Arâches (ibid., p. 185), Michel et Gabriel sur celui de l’ancienne chapelle du monastère des Bernardines de La Roche sur Foron (ibid. p. 216), etc.

23 Sur le retable de l’ancienne chapelle du monastère des Bernardines de La Roche sur Foron (ibid. p. 216).

24 Ibid., p. 231.

25 Ibid., p. 225.

La personnalité de Charles-Félix

La statue de Charles-Félix de Sardaigne, oeuvre de Paul-Émile Barberi, et le Palais Bellevue; Quartier du Port, Nice, Côte d'Azur, France
La statue de Charles-Félix de Sardaigne, oeuvre de Paul-Émile Barberi, et le Palais Bellevue; Quartier du Port, Nice, Côte d’Azur, France

En 1821, le Piémont connut une insurrection qui contraint le roi Victor-Emmanuel Ier à abdiquer. Il est remplacé par son frère Charles-Félix (1765-1831). On a discuté pour savoir si la Savoie avait participé à cette insurrection. Il semble bien que cela n’ait pas été le cas. Le nouveau roi la visite, et les communes rivalisent toutes de zèle pour la saluer, à un tel point que le monarque félicita le peuple du berceau de sa dynastie de lui être resté fidèle1 ; mais il l’entendait aussi sans doute pour ce qui s’était accompli durant l’insurrection – c’est à dire, en Savoie, rien. Il en gardera, aux Savoisiens, une reconnaissance profonde, ainsi que le montrera la restauration d’Hautecombe. Par son autorité, Charles-Félix est particulièrement le roi qui ramena l’ancien régime.

Il s’agissait d’un réactionnaire violent et acharné. Joseph de Maistre avait déjà eu affaire à lui à l’époque où il était gouverneur de la Sardaigne, en 1802. Sous le nom de duc de Genevois, le futur roi en commandait la garnison, et était le vrai gouverneur de l’île. Il imposait sa politique, et le vote des magistrats aux tribunaux ! Maistre s’en plaignit, et officieusement on compatit, mais officiellement, on donna raison au duc de Genevois, qui lui aussi écrivit de longues lettres pour récriminer contre du magistrat-philosophe. Celui-ci fut démis2.

La haine que Charles-Félix vouait à Napoléon se manifesta quand, après 1815, il exprima l’opinion qu’on aurait dû le fusiller : son beau-père,3 son beau-père, disait-il, avait eu bien raison de le faire avec Murat à Naples4.

Il avait néanmoins des goûts simples, parlait patois avec le peuple, lors des fêtes populaires auxquelles il participait5. Il était fait pour plaire aux Savoyards. Mais aux Turinois, moins, leur ville étant selon lui un lieu : « où les mauvais sont tous lettrés et les bons sont tous ignorants6 ». La lecture corrompait les cœurs, et l’intellect en se perfectionnant se détachait de la foi.

Il voyait avant tout l’exercice du pouvoir comme une mission ; il plaçait son honneur et sa conscience dans le devoir de restaurer les anciennes formes de la monarchie, et cela devint l’idée centrale de sa politique. Il écrira que la première obligation d’un citoyen était de se soumettre « de bon cœur à l’autorité de celui qui en a été investi par la souveraine puissance » : la citoyenneté était d’abord religieuse, et la conséquence en était que « nous ne pourrons considérer comme bon citoyen, celui qui se permettra seulement de murmurer contre les mesures que nous jugerons nécessaires. » La dictature en était légitimée ; toute opposition, assimilée à l’impiété. Charles-Félix appliquera scrupuleusement ses principes.7

S’agissait-il d’un despotisme éclairé ? Lui, en tout cas, en jugeait ainsi. Mais cela passait par le rétablissement de la religion catholique. Et, en 1822, après l’insurrection piémontaise, il déclara : « La base d’un gouvernement stable et éclairé est de remettre en place la religion, la moralité et les vrais principes d’honneur, entièrement perdus dans le monde. Tout autre moyen qui n’a pas ce but-là est réprouvé de Dieu et ne réussira jamais. »8 Il croyait à l’action de la providence, pensait qu’elle favorisait les princes soucieux de morale publique. Il était profondément croyant, quoique d’une façon simple. Cela va favoriser, au moins en Savoie, un romantisme profondément catholique.

Mettant en œuvre son programme de réhabilitation de l’Église, Charles-Félix rétablit l’ancienne organisation ecclésiastique, supprimée durant l’intermède français. On restaure le diocèse d’Annecy, alors que sous la Révolution un évêque avait été donné au département du Mont-Blanc, dont Chambéry était le chef-lieu.9 Les évêchés de Maurienne et de Tarentaise sont rétablis en 1825 ; Charles-Félix les proclame « les plus anciens du duché et leur suppression fut un malheur pour les deux provinces10 ». On considère qu’il s’agit d’une consolation pour les populations, après les guerres permanentes de l’Empire, et la disette.

La Savoie, rurale et catholique, souhaitait retrouver un régime respectant la religion ; la Révolution et l’Empire y étaient perçus comme ayant été des facteurs de dissolution morale et sociale. Ses habitants furent donc particulièrement aimés de Charles-Félix11.

C’était réciproque. Sans l’avoir voulu, le nouveau roi se retrouvait avec Joseph de Maistre lorsqu’il tentait de régénérer la monarchie par le retour au premier plan de la religion catholique. Un destin peut-être les liait – eux qui s’étaient si farouchement opposés à Cagliari que le duc de Genevois avait dénoncé, chez le magistrat, les « airs hautains et déplacés, [le] bavardage et [les] imprudences [qui] lui ont gagné le mépris universel12 ». Maintenant, il accomplissait en Savoie la politique dont eût rêvé l’auteur des Soirées de Saint-Pétersbourg. Celui-ci, mort depuis 1821, n’eut pas le temps de le constater ; mais ses disciples, en Savoie, en furent satisfaits.

Notes : 

1 Voir Jean-Henri Viallet, « Charles-Félix et le duché de Savoie », La Revue savoisienne, 2011, p. 150.

2 Le récit en est effectué par Jean-Marc Vivenza, Maistre, Puiseaux, Pardès, 2003, p. 37-39. Charles-Félix y est décrit comme « un homme qui conjugue son inculture crasse à un goût immodéré de l’état militaire » (p. 37).

3 Son épouse, Marie-Christine de Bourbon-Siciles, était fille du roi Ferdinand Ier des Deux-Siciles et de Marie-Caroline d’Autriche.

4 Jean-Henri Viallet, « Charles-Félix et le duché de Savoie », La Revue savoisienne, 2011, p. 147.

5 Ibid., p. 146.

6 Ibid., p. 151.

7 Ibid., p. 146.

8 Ibid.

9Ibid., p. 156.

10 Ibid., p. 157.

11 Ibid., p. 150.

12 Cité par Jean-Marc Vivenza, Maistre, Puiseaux, Pardès, 2003, p. 38.

H. P. Lovecraft : matérialisme et mythologie

8528224365_5917ff7dd2_oAvant de m’occuper de littérature savoisienne, je travaillais essentiellement sur la littérature fantastique, en particulier H. P. Lovecraft (1890-1937) et J. R. R. Tolkien (1892-1972), parce qu’ils avaient créé des mythologies, et que j’ai toujours aimé les mythologies.

Il m’a souvent semblé que comme Lovecraft était, en privé, un matérialiste affiché, et grand amateur de sciences exactes, on le tirait vers cet aspect, et on minimisait sa dimension mythologique. Le paradoxe surprenait, et on essayait, comme presque toujours, de le résoudre par une sorte de monisme naïf. On oubliait que ses poèmes et ses nouvelles n’étaient pas des traités scientifiques, mais de l’art, des réalisations esthétiques.

D’un autre côté, j’ai songé que si on lui avait en quelque sorte pardonné sa tendance à la mythologie, si même on s’était autorisé à la reprendre à son compte, en quelque sorte pour rire, c’est bien parce qu’elle émanait d’un esprit par ailleurs marqué par le matérialisme et le scientisme : dans son expression même, elle est proche du langage contemporain. C’est aisément visible chez lui parce son œuvre a deux périodes, ou deux courants : l’un1 appartenait profondément à la fantasy et devait au modèle de Lord Dunsany (1878-1957), que lisait aussi Tolkien,  l’autre2, plus original, demeurait pour l’essentiel dans notre monde, et y faisait progressivement intervenir des entités fabuleuses. L’influence de Poe peut-être s’y décelait davantage.

Le second genre était fait pour impressionner, puisqu’il ouvrait depuis un univers familier sur autre chose, et, partant d’une forme de réalisme apparent, emmenait le lecteur moderne vers d’autres dimensions. Il est du reste fondé sur une intrigue un peu répétitive, montrant des hommes au sens rassis, rationalistes et souvent savants peu à peu aux prises avec un autre monde, qui les envahit et les déstabilise, au point de les jeter dans un abîme d’horreur et d’incertitude. Au fond, ce sera la démarche fondamentale de Jean-Paul Sartre dans La Nausée (1938) : soudain le monde habituel, apparemment ordonné, se déchire, laissant place à un monde informe, une pâte immonde, qui est le vrai monde, qui est l’univers dans sa nudité. La différence avec Lovecraft est que celui-ci, par surcroît, anime ce monde, et le peuple d’entités disposant d’une volonté, d’un sentiment et d’une pensée : il ne le laisse pas inerte et passif. C’est en cela qu’il créa une mythologie et ne se contenta pas de faire part d’expériences individuelles déstabilisantes.

On connaît à cet égard en particulier l’entité Cthulhu, sans doute parce qu’elle apparaît dans une des premières nouvelles foncièrement mythologiques de Lovecraft, The Call of Cthulhu (1926). Jusque-là3, les êtres épouvantables étaient suggérés, mais, à présent, ils étaient peints dans une perspective cosmique d’ensemble. La célèbre introduction l’annonçait :

We live on a placid island of ignorance in the midst of black seas of infinity, and it was not meant that we should voyage far. The sciences, each straining in its own direction, have hitherto harmed us little ; but some day the piecing together of dissociated knowledge will open up such terrifying vistas of reality, and of our frightful position therein, that we shall either go mad from the revelation or flee from de the deadly light into the peace and safety of a new dark age.4

Cthulhu peut être dit le symbole de cette réalité totale effrayante, ou effarante, cachée aux esprits fragmentaires, puisque c’est justement lui qui, au cours de la nouvelle, apparaît quand les différents morceaux d’une science éclatée sont enfin mis en relation.

Or, il y est affirmé que les Grands Anciens (le peuple auquel appartient Cthulhu) n’ont pas de corps physique :

The Great Old Ones, Castro continued, were not composed altogether of flesh and blood. They had shape […] but that shape was not made of matter. When the stars were right They could plunge from world to world through the sky, but when the stars were wrong, They could not live. But although They no longer lived, They would never really die. […] Their mode of speech was transmitting thought […]. In the elder times men had talked with the entombed Old Ones in dreams […].5

Ils ont une forme mais pas de corps : ce sont des êtres psychiques que l’imagination peut se représenter, mais que les sens ne peuvent pas saisir. L’idée que les étoiles leur donnent la possibilité de vivre et de se mouvoir rappelle curieusement une image de Victor Hugo dans Les Travailleurs de la mer, celle de la divinité de la grotte faite de lumière concentrée, peut-être stellaire :

Sur ce piédestal d’où émanait une indicible extase, on imaginait une blancheur, vivante et debout. L’esprit se représentait, au milieu de l’adoration muette de cette caverne, une Amphitrite, une Téthys, quelque Diane pouvant aimer, statue de l’idéal formée d’un rayonnement et regardant l’ombre avec douceur. C’était elle qui, en s’en allant, avait laissé dans la caverne cette clarté, espèce de parfum lumière sorti de ce corps étoile. L’éblouissement de ce fantôme n’était plus là ; on n’apercevait pas cette figure, faite pour être vue seulement par l’invisible, mais on la sentait ; on avait ce tremblement qui est une volupté. La déesse était absente, mais la divinité était présente. 6

On pourrait, par rapprochement, estimer que la forme des Grands Anciens, liée aux astres, un lien avec celle-ci.

À partir de ce passage de The Call of Cthulhu, dont le sens n’est pas démenti ultérieurement dans la nouvelle, et semble au contraire être confirmé par d’autres7, on peut se demander dans quelle mesure Lovecraft, s’il était matérialiste, prétendait à un tableau scientifique.

L’introduction de la nouvelle éclaire peut-être. Car elle admet que la théosophie a pressenti la réalité de la chose :

Theosophists have guessed at the awesome grandeur of the cosmic cycle wherein our world and human race form transient incidents. They have hinted at strange survival in terms which would freeze the blood if not masked by bland optimism.8

Il condamne seulement son « bland optimism », son spiritualisme qui lui fait croire à de radieux avenirs. Cela résonne de façon curieuse au lecteur des tragédies de Sénèque. Celles-ci en effet « depict a world of passion and moral chaos »9 dont la portée est cosmique, puisqu’elle intègre les dieux : la mythologie est toujours là, mais elle est pessimiste et nie que ces dieux soient au ciel : ils sont plutôt liés aux passions destructrices, et sont sous l’orbe de la Lune10. En 2012, Marshall Buchanan établit de manière convaincante des liens forts entre Lovecraft et Sénèque – en comparant, justement, The Call of Cthulhu et Thyestes11.

Lovecraft était-il une sorte de théosophe pessimiste ? Admettait-il une forme de science des « choses qui n’ont point de corps », comme les appelait Pierre Corneille12 ?

Sa correspondance peut aider à y voir clair. Nous en parlerons, peut-être, une prochaine fois.

Notes :

1. Voir les nouvelles The Dream-Quest of Unknown Kadath, The Doom that Came to Sarnath, The White Ship, The Quest of Iranon, The Cats of Ulthar

2. Cf. The Call of Cthulhu, The Shadow Over Innsmouth, The Dunwich Horror, The Whisperer in Darkness, The Thing on the Doorstep, The Shadow Out of Time, The Case of Charles Dexter Ward, At the Mountains of Madness

3. Par exemple dans The Rats in the Wall (1923) ou The Festival (1925).

4. H. P. Lovecraft, Omnibus 3. The Haunter of the Dark, London, Grafton Books, 1985, p. 61.

5. Ibid., p. 80-81.

6. Victor Hugo, Les Travailleurs de la mer, Paris, Le Livre de Poche, 1965, p. 437-438.

7. Par exemple par The Shadow Out of Time (1936), où il est écrit : « the mind of the Great Race was older than its bodily form » (H. P. Lovecraft, Omnibus 3. The Haunter of the Dark, London, Grafton Books, 1985, p. 490).

8. H. P. Lovecraft, Omnibus 3. The Haunter of the Dark, London, Grafton Books, 1985, p. 61.

9. John G. Fitch, « Introduction », in Seneca VIII. Tragedies, Cambridge (Massachusetts), London, Harvard University Press, 2002, p. 25.

10.  Ibid., p. 9 : « Gods never intervene in these plays to prevent an atrocity or to correct one. Neptune acts in a mechanical way to carry out Theseus’ curse on his son, but he will not act to redress matters, as Theseus pointedly notes ». Voir aussi les deux derniers vers de Medea, prononcés par Jason pour Médée s’envolant sur son char tiré par des dragons : Per alta vade spatia sublime aetheris ; / testare nullos esse, qua veheris, deos (1026-27) (« À travers les espaces sublimes du ciel, voyage ; / atteste que, là où tu te transportes, il n’est point de dieux »). Pourtant Médée avait invoqué les divinités infernales et Hécate (la Lune) pour rendre efficiente sa magie noire (740-842).

11. Cf. Marshall Buchanan, Horror in Seneca’s Thyestes and Lovecraft’s “The Call of Cthulhu”, 2012, in Academia.edu.

12. Dans l’Épître précédant l’édition de La Suivante, in Pierre Corneille, Théâtre complet 1, Paris, Garnier-Flammarion, 1968, p. 307.