Adelin Ballaloud par Mickaël Meynet

Mickaël Meynet, l’auteur des Frahans (2009)1, publie un nouveau livre, consacré à Adelin Ballaloud (1823-1881), homme politique savoyard du dix-neuvième siècle, libéral et nourri de symbolisme maçonnique, et qui a œuvré à Samoëns, dont il fut syndic et maire. Il est sous-titré Un républicain précurseur, et on voit apparaître sur la couverture, également, que j’en ai assuré la préface. Et quoi de plus normal ? Il est excellent, et restitue parfaitement l’atmosphère politique de la Savoie du Risorgimento, à l’époque du Statut constitutionnel de 1848 : un fort courant libéral s’est alors fait jour, plein d’enthousiasme, et a commencé à faire pièce au parti conservateur et catholique, majoritaire. En particulier, dans le Faucigny, il était puissant, par l’influence de Genève2.

Ma famille étant de Samoëns j’ai été amené à étudier en particulier l’histoire de cette paroisse, et à travailler aussi sur Jean-Alfred Mogenet, mon arrière-grand-oncle, poète dialectal qui politiquement était à l’opposé de Ballaloud : je prépare une édition bilingue de son œuvre, avec mon camarade Marc Bron.

Les positions étaient claires, et tranchées : Ballaloud pensait que le progrès amenait « le bien-être de tous »3 ; Jean-Alfred Mogenet le regardera comme dénaturant l’être humain et provoquant sa déchéance morale, en coupant son lien avec des traditions abritant la divinité4.

Les Ballaloud n’étaient pas originaires de Samoëns, mais de la vallée de l’Arve ; Adelin, même, s’est marié avec une Genevoise.

J’ai aimé le livre de Mickaël Meynet parce qu’il fait apparaître l’intériorité de Ballaloud, son âme : il ne se contente pas des faits extérieurs. Il le montre fasciné par les symboles maçonniques hérités de ses ancêtres5, qui les avaient acquis avant la Révolution : il les contemplait dans son château du Bérouze et il sentait naître en lui la flamme. Celle-ci s’est cristallisée ensuite dans ses écrits, rédigés à l’intention de l’association de la Pipe-gogue, se réclamant de la fumée du tabac où sont enclos des mystères et des assemblées païennes jadis interdites par l’Église6. Puis, devenu secrétaire de la Société des Maçons (issue de la confrérie des Frahans, ou tailleurs de pierre de Samoëns), il déploie, dans ses comptes-rendus de séance, un utopisme social mêlé d’humour7.

Jean-Alfred Mogenet bientôt essayera de son côté de s’enflammer une fois encore pour les symboles traditionnels, les croix, les chapelles, les oratoires, et ce qui était lié aux ducs de Savoie8 ; ce n’était pas facile. Les temps n’y étaient pas favorables. Ballaloud avait le vent en poupe et il devint maire sous Napoléon III, chargé de faire passer les décisions du Préfet auprès des habitants9. Ce n’était pas facile non plus, et le romantisme était fini : Ballaloud était devenu une sorte de moraliste laïque.

Il faut dire que l’antagonisme symbolisé par ces deux camps existe toujours plus ou moins à Samoëns, et qu’il donne lieu à quelques batailles.

Un livre donc très éclairant que celui de Mickaël Meynet pour bien comprendre les enjeux politiques internes à la Haute-Savoie, le socialisme y étant resté assez minoritaire.

Mickaël Meynet
Adelin Ballaloud 1823-1881. Un républicain précurseur
Le Tour Livres
160 pages
18 €

Notes :

1. Samoëns, Le Tour, 2008.

2. Voir Sylvain MILBACH, L’Éveil politique de la Savoie – Conflits ordinaires et rivalités nouvelles (1848-1853), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008.

3. Op. cit., p. 147.

4. Le montre par exemple le poème « Le Corzolet » (lampe à huile), publié dans l’Echo des paroisses du Haut-Giffre de février, mars et avril 1913 ; en remplaçant la vieille lampe, une lanterne électrique a laissé un vide moral, car l’autre guidait les hommes sur le chemin spirituel : « Pauvre lampe à huile,  l’air de tristesse / Qu’il y a partout m’a désorienté, / Rallume-toi, montre-moi, cela presse, / Le chemin de l’Eternité » (trad. M. Bron).

5. Op. cit., p. 23.

6. Op. cit., p. 29.

7. Op. cit., p. 56.

8. Ce sont les principaux sujets de ses poèmes.

9. Cf. op. cit., p. 97-99.

J’adore Jacques Replat

Depuis que je l’ai découvert, j’adore l’écrivain savoyard Jacques Replat (1807-1866). Il a réinventé la Savoie médiévale en la plongeant dans le lac du rêve, dont il l’a ressortie transfigurée. Il avait une vision éminemment poétique de l’histoire. Et la Savoie perçue depuis l’âme, cela donnait par exemple ce genre de passages, reliant la Terre au Ciel par le lac d’Annecy :

Comme une étincelante pyramide renversée dans le mirage des déserts, la lune déploie sur ses eaux la magnificence de ses gerbes argentées ; l’étoile de Vénus y jette aussi un reflet doux et voilé, comme une pensée d’amour dans le sein d’une vierge.1

Ce décor servira bientôt de tableau aux chastes amours de deux amants.

Il captait merveilleusement bien les symboles médiévaux, créant, à la façon de Victor Hugo, des forteresses gigantesques, effrayantes, que la lune éclaire2 :

La nuit était sombre ; pourtant, la lune perçait par intervalles des nuages longs et immobiles, étendus comme des cadavres ; son globe argenté semblait naviguer à travers leurs ombres gigantesques, comme ces vaisseaux phosphorescents, fabuleuses inventions des matelots, apparaissant à l’équipage lorsqu’il va sombrer dans les mers du sud.

On était arrivé à l’endroit où le sentier se replie pour remonter la pente de l’Isère ; Pierre était à quelques pas en avant, déjà il avait passé le contour du rocher et disparu derrière son promontoire ; la lune, dégagée de son funèbre linceul, jetait ses brillantes lueurs sur la cascade de Napelouze, tandis que la masse noire des créneaux de Briançon confondait ses teintes menaçantes avec celles des montagnes, formant ainsi une muraille immense de hauteur, comme une barrière infranchissable pour l’homme, accessible aux seuls pieds des esprits invisibles.

Il participait de la mode gothique.

Il est pourtant assez oublié aujourd’hui. Outre son appartenance à la Savoie – qui le rend marginal au sein de la culture française -, une raison en est son spiritualisme implicite, nourri de religiosité chrétienne, mais aussi d’une mythologie celtique à laquelle il se réfère souvent. Reliant les Savoyards aux Gaulois, il affirme3 :

Enfants des Allobroges, ils subissent le charme puissant qui entraînait le Gaulois sous la voûte des chênes.

Et il aime à évoquer Merlin4 :

L’air vif et pur apporté par le courant du Fier, la fumée bleue des wigwams, puis la cascade et le sureau à grains rouges, enfin la grosse clochette et le collier de cuir de la matrone, nous avaient entraîné dans le cercle des enchantements de la grande montagne. Or, si l’on a mis un pied dans cet orbe magique, le pied oublie d’en sortir : il est sous le charme de la fée Viviane.

Vous savez tous que cette fée des bois a ensorcelé Merlin l’enchanteur, et le retient captif dans le palais qu’elle a construit sous un buisson d’aubépine au milieu d’une forêt druidique.

Pour rompre le charme je ne sais qu’un moyen : peut-être vous le dirai-je un jour si cela vous amuse.

En attendant, c’est la fée des bois qui nous guide.

Il était un grand lecteur de littérature médiévale.

Sa sensibilité volontiers bretonne plaçait, sur les eaux du lac annécien, des brumes semblant remplies de fées mystérieuses et ouvrant sur un infini envoûtant, mais inaccessible. L’image en est poignante, presque douloureuse.

Son style effraie, au fond, le matérialisme. Et puis il tendait à glorifier la Savoie, en la mêlant au rêve et, par-delà, au divin. Or, ce faisant, il crée une forme d’angoisse jusque chez les Savoyards amoureux de leur petite patrie (comme on disait au temps des rois de Sardaigne), puisqu’il place la Savoie dans une strate du monde qui est entre le Ciel et la Terre, dans le monde intermédiaire et imaginal dont parla souvent Henry Corbin5, et où se tient, selon celui-ci, l’Imâm caché, le Sage immortel qui attend de se manifester à nouveau – mais qui en attendant crée, dans les âmes, les songes, les images vivantes du monde supérieur. Le matérialisme ordinaire préfère d’instinct le réalisme, ou le naturalisme.

J’ai souvent essayé de réhabiliter Replat, qui plut beaucoup, en son temps, à ses compatriotes. Je lui ai consacré un chapitre dans mes Portes de la Savoie occulte6, quelques pages dans le volume Haute-Savoie des encyclopédies Bonneton7, et j’ai réédité ses deux romans, Le Siège de Briançon8 et Le Sanglier de la forêt de Lonnes9. Les Romantiques français bénéficient de leur lien avec l’histoire de France ; Replat reste à la marge. Il avouait regarder l’histoire de l’intérieur des âmes qui s’étaient placées dans la sujétion des comtes de Savoie, et c’est ce qu’on ne lui pardonne pas.

Notes :

1. Jacques REPLAT, Le Siège de Briançon, Samoëns, Le Tour, 2003, p. 33.

2. Ibid., p. 89.

3. Jacques REPLAT, Bois et vallons, Annecy, Jules Philippe, 1864, p. 14.

4.Ibid., p. 202.

5. Voir par exemple Henry CORBIN, L’Homme et son ange, Paris, Fayard, 2003, p. 21 : « Déjà l’expression de ‘la ville qui est au milieu’ évoque ce monde intermédiaire entre le sensible et l’intelligible pur, qui est proprement le monde de l’Imaginal, monde des Idées de l’individuel, c’est à dire de l’actualisation des Archétypes en leurs individus permanents […]. C’est un monde qui correspond à celui de la Magia-Imaginatio de Jacob Boehme, un troisième règne […]. Il prend naissance à l’illuminatio matutina […]. »

6. Cf. Rémi MOGENET, Portes de la Savoie occulte, Cran-Gevrier (Annecy), Agoralp, 2004, p. 59-78.

7. Cf. Catherine HERMANN et alii, Haute-Savoie, Paris, Bonneton, 2010, p. 194-196.

8. C’est l’édition citée dans les notes 1 et 2.

9. Jacques REPLAT, Le Sanglier de la forêt de Lonnes, Cressé, éditions des Régionalismes, 2015.

Tarentaise des songes

Souvent, on fait des voyages culturels dans des lieux prestigieux, consacrés par la tradition : on se rend en Grèce, accomplissant le pèlerinage des hauts lieux de la vie spirituelle antique – ou même à Paris. On peut aussi effectuer des parcours spécifiquement littéraires, et j’ai essayé d’en formaliser un avec mon livre De Bonneville au mont Blanc1, qui reprend les textes des écrivains qui ont remonté le cours de l’Arve pour contempler ce pilier du monde qu’est le mont Blanc – et parlé, bien sûr, de ce qu’ils ont vu.

Je suis allé il y a quelque temps à Bourg-Saint-Maurice, en Tarentaise, pour dédicacer mes Muses contemporaines de Savoie2, livre consacré aux écrivains contemporains de Savoie et de Haute-Savoie. Sur le chemin, mille noms pour moi sacrés me sont apparus : car on le sait peu, mais la Tarentaise fut une terre riche en auteurs qui glorifiaient tantôt leur vallée, tantôt la Savoie en général, et écrivaient des choses fabuleuses.

Ainsi, le nom de Hauteluce me rappela instantanément Jean-François Ducis (1733-1816), le dramaturge qui à Paris adapta Shakespeare et puis chanta ce village de ses ancêtres en vers assez élégants et purs3. Un peu plus loin, Saint-Paul-sur-Isère fit renaître le souvenir en moi de Louis Dimier (1865-1943), le critique d’art qui, magnifiquement, rejetait l’inspiration nationale, n’admettant pour inspirateur que le Saint-Esprit se liant individuellement aux artistes4, et qui passa les dernières années de sa vie à Saint-Paul : il écrivit une histoire de la Savoie qui insistait sur les particularités remarquables de l’ancien Duché5.

Notre-Dame de Briançon et la haute cascade de Napelouze me rappela la forteresse de Briançon que Jacques Replat (1807-1866) peint de façon sublime dans son Siège de Briançon6.

Pour Moûtiers, capitale historique de la Tarentaise, j’y ai vu l’ombre de deux écrivains qui y sont nés et que je trouve sublimes : Antoine Jacquemoud (1806-1887), auteur d’une épopée en alexandrins sur le Comte Vert, qui bien sûr le glorifiait, le faisant bénir par les anges7 ! Et François Arnollet, qui, né en 1862,  composa un drame barbare mais flamboyant sur le peuple antique de la Tarentaise, les Keutrons8, les montrant invoquant leurs dieux et combattant des Romains animés par des entités monstrueuses de l’ombre, cherchant à faire tomber sur ceux-ci des blocs de roche de hauteurs que je pouvais moi-même, alors, contempler. Il leur fit même prononcer maintes prophéties devant immanquablement s’accomplir !

A mesure que je progressais dans la vallée, mon esprit ramenait du souvenir ces fabuleuses images, arrachées jadis aux profondeurs du rêve. La Tarentaise a sa mythologie propre. Arnollet a même donné à l’Isère un créateur sacré : l’archange Mikaël, dans un poème imité de Hugo : abattant Lucifer, il fit sortir la divine rivière de sa plaie9 !

Cela a plus de valeur qu’on ne l’admet en général.

Notes :

1. Samoëns, Le Tour, 2009.

2. Samoëns, Le Tour, 2010.

3. Voir Jules PHILIPPE, Les Poètes de Savoie, Annecy, Jules Philippe, 1865, p. 53-71 .

4. Voir Louis DIMIER, Le Nationalisme littéraire et ses méfaits chez les Français, Paris, Corrêa, 1935.

5. Louis DIMIER, Histoire de Savoie, des origines à l’annexion, Paris, Nouvelle Librairie nationale, 1913.

6. Jacques REPLAT, Le Siège de Briançon, Samoëns, Le Tour, 2003 (réédition).

7. Antoine JACQUEMOUD, L’Épopée du Comte Vert, Paris, Prudhomme et Blanchet, 1844.

8. François ARNOLLET, Les Keutrons, Moûtiers, Darentasia, 1889.

9. François ARNOLLET, La Chanson de l’Isère, Moûtiers, Ducloz, 1890.

Amélie Gex : patois et mystères

Amélie Gex (1835-1883) fut sans doute le meilleur poète dialectal savoyard. Or, le patois lui permettait de se plonger avec vigueur dans l’état d’esprit foncièrement mythologique des paysans. Un poème censé restituer le chant d’une procession en donne un exemple clair : il dit celle-ci si belle que Dieu ne pourra pas ne pas remplir les celliers :

Fleurs de savû et roûse éin sâva
Sont mai que robans de satin ;
Noutra croaî sara la pe brâva
Qu’i vont beni demain matin !…
Quand l’êincorâ, zo se bânnieres,
Quand le portuze de lomiéres
Brâm’ront : Propitius esto !
Dièn lo z’airs qu’on varrà traluire
On êintêindra le bon Dio dire :
« Si forcha d’êmpli leur sartot !… »

(Fleurs de sureau et roses en sève
Valent mieux que rubans de satin :
Notre croix sera la plus belle
Qu’ils vont bénir demain matin !…
Quand le curé, sous ses bannières,
Quand les porteuses de lumières
Chanteront : Propitius esto !
Dans les airs qu’on verra reluire
On entendra le bon Dieu dire :
« Je suis forcé de remplir leurs celliers !…)1

Le rituel avait une valeur magique ; le dieu impliqué aurait pu être Bacchus.

En français, dans son recueil de souvenirs2, Amélie Gex se contente, à propos des processions, d’exprimer sa nostalgie : elle mentionne avec émotion que la foi y était  vive – sans dire qu’elle la partageait3 :

Et les belles processions de la Fête-Dieu, alors que toutes les cloches de la ville égrenaient dans l’air limpide et frais leurs plus joyeuses sonneries ! Alors que les bannières enrubannées, se gonflant à la brise du matin, ondulaient gracieusement sous les guirlandes et les draperies des reposoirs ; que les sénateurs en toge rouge, les chanoines en manteaux violets, les pénitents noirs encapuchonnés et les confréries multicolores s’allongeaient en interminables files sous les arbres touffus de nos boulevards ou de chaque côté de nos places transformées en parterre embaumé. Oh ! que c’était beau ces choses auxquelles tout le monde en ce temps-là, même ceux qui les prescrivaient, croyaient simplement et sincèrement !

Dans son ouvrage La Savoie jadis et naguère, consacré à Amélie Gex et Henry Bordeaux, Philippe Terreaux a bien remarqué que le patois sporadique utilisé dans les récits en français de la première est destiné à une imprégnation facilitée de la psychologie des Savoyards anciens, de leurs croyances4.

Toute son œuvre atteste qu’elle ressentait les choses de cette façon : le français servait aux souvenirs, aux idées abstraites (dont ses poèmes dans la langue de Paris, imités de Lamartine, sont effectivement remplis). Mais le patois la plaçait dans une lignée plus médiévale : c’est en savoyard qu’elle évoque une malédiction tombant sur un château « du pays du mont-Blanc » dont le seigneur péchait et qui fut changé en rocher par un ange à l’épée de feu5, ou bien qu’elle compose un conte en octosyllabes ressuscitant le roi Salomon et le rendant amoureux d’une reine de Saba montée sur un serpent volant et surgissant du fabuleux Ouest6. Car elle a placé l’Ancien Testament dans la féerie comme seul osait le faire le Moyen Âge ; en français, se le serait-elle permis ?

Henry Bordeaux était classicisant ; cela a fait dire qu’il était surtout un Parisien d’origine savoyarde7. Il évoquait les croyances des Savoyards avec une certaine tendresse, mais qui confinait à l’idéologie, puisqu’il louait leur amour de la terre à travers leur idée qu’elle avait une âme ; d’ailleurs cette âme se confondait avec celle des ancêtres. Mais pour les montagnes que personne n’avait habitées, quel sens cela avait-il ?

Bordeaux tendait à faire des sarvants des revenants, ou des sorciers8, alors que Gex avait bien saisi qu’il s’agissait d’esprits de la nature : elle en a fait un poème fantastique, inquiétant et beau à la fois9.

On peut songer à  Ramuz, qui admirait Amélie Gex, et on peut se demander s’il était de son côté, ou de celui de Henry Bordeaux. Sans doute, il était entre les deux : il essayait d’entrer plus profondément que Bordeaux dans l’âme des montagnards, mais la visée psychologique demeurait : il ne reprenait pas totalement à son compte leur mythologie. Toutefois son style apparemment inséré dans le milieu paysan était bien fait pour participer à celle-ci de façon approfondie.

Le dialecte est un moyen de pénétrer l’âme d’un lieu – et d’y déceler les êtres élémentaires, les bons et les mauvais génies. Que Genève ait conservé son hymne dialectal en est certainement la marque : il s’agit bien de s’attirer, en le chantant, les bonnes grâces de son bon ange !

Notes :

1.Passage cité par Philippe TERREAUX, La Savoie jadis et naguère, d’Amélie Gex à Henry Bordeaux, Centre d’études franco-italien, Cahiers de civilisation alpine, éditions Slatkine, 1990, p. 179.

2. Vieilles gens et vieilles choses, 1889.

3. Passage cité par Philippe TERREAUX, Op. cit., p. 178.

4. Cf. P. TERREAUX, Op. cit., p. 34.

5. « Le Diton du Çatiau mort », in Contes et chansons populaires de Savoie, Chambéry, Curandera, 1986, p. 318-323.

6. « Le Contio de la colouvra », in Contes et chansons populaires de Savoie, Chambéry, Curandera, 1986, p. 188-211.

7. C’est ce qu’affirme, encore, Philippe TERREAUX, Op. cit., p. 42 : « Henry Bordeaux est avant tout un écrivain parisien qui a trouvé dans la Savoie un cadre riche et varié pour ses romans, un reste de tradition rurale ou citadine – en particulier le monde des robins – qui s’adaptait à merveille au schéma romanesque qu’il s’était choisi. Mais il n’a jamais cru ni visé à la promotion d’une culture savoyarde. La notion même lui en échappait. »

8. Cf. Philippe TERREAUX, Op. cit., p. 22-23.

9. « La Rima du Sarvant », in Contes et chansons populaires de Savoie, Chambéry, Curandera, 1986, p. 64-67.