Martinès de Pasqually, Joseph de Maistre, Frankenstein

Martinès de Pasqually (1727-1774) est le fondateur du courant illuministe martinésiste, animé par Louis-Claude de Saint-Martin (1743-1803) son disciple. Il est connu essentiellement par un Traité de la Réintégration qu’il aurait écrit en mauvais français vers 1770 et que Saint-Martin aurait corrigé pour que la langue en fût plus nette1. Il commente l’Ancien Testament, de la Genèse à l’Exode, en entrant dans des détails inconnus permettant de saisir la portée morale et ésotérique des textes. Il est un des meilleurs textes français du genre.

On y trouve des passages qui peut-être sont à l’origine des idées les plus marquantes du romantisme. En particulier, la théorie, si on peut dire, du monstre de Frankenstein semble être exposée par les mots suivants, adressés à Israël par Moïse2 :

pour procréer ta ressemblance corporelle, tu n’as pas d’autre recours à d’autres principes d’essences spiritueuses que ceux qui sont innés en toi ; et si tu voulais, de ton chef, employer des principes opposés à ta substance d’action et d’opération spirituelle divine et temporelle, il n’en proviendrait pas de reproduction, ou, s’il en provenait une, elle resterait sans participation d’opération divine, elle serait mise au rang des brutes ; elle y serait même regardée comme un être surnaturel, et elle y répugnerait à tous les habitants de la nature temporelle.

Un être créé par l’intelligence de l’homme, et sans que la divinité ou la nature assume sa création, serait un monstre qui épouvanterait le monde, et qui aurait l’âme d’une bête.

Cela renvoie aussi au Golem, et l’on pense que Pasqually connaissait l’ésotérisme juif ; certains disent qu’il l’aurait connu à Alicante, dont il était originaire3. Mais le roman de Meyrink date de 1915, et je ne crois pas que Mary W. Shelley (1797-1851) ait connu la légende talmudique. En revanche, une copie du traité de Pasqually circulait à Genève4 à l’époque (1816) où elle y vivait avec son mari Percy et Lord Byron et où elle a eu l’idée de son roman.

Ce qui me paraît également remarquable, c’est que Joseph de Maistre a développé le même genre de concepts pour la Révolution : étant créée par l’intelligence de l’homme, elle est brutale et monstrueuse, artificielle et sans valeur propre ; en effet, disait-il, l’homme par lui-même ne crée rien5. Il ne peut créer qu’à travers la divinité, que si elle agit par lui. Donc, dans la mesure où la Révolution a une existence effective, elle émane de la Providence. Il disait cela pour expliquer qu’elle se fût imposée militairement. Et il pensait qu’elle venait non de l’intention consciente des révolutionnaires, qui n’était que pure fumée, mais de la volonté cachée de Dieu, qui attendait que l’humanité s’en régénère6. En d’autres termes, les idées fallacieuses qui justifiaient la Révolution avaient été placées dans les esprits pour faire agir les hommes dans un sens qu’ils ne soupçonnaient pas. Le modèle en pouvait être les dieux antiques, qui, pour amener les hommes où ils voulaient, suscitaient en eux des passions. Ainsi d’Apollon, cité par Maistre d’après Euripide, et annonçant sur scène que la beauté d’Hélène fut suscitée pour que les Grecs et les Troyens s’affrontassent et que la terre fût purifiée de l’iniquité des hommes par leur sang : raison pour laquelle Hélène même fut placée parmi les astres pour guider les marins7.

Or, le philosophe savoyard était lui-même grand lecteur de Saint-Martin, et l’un de ses disciples par l’intermédiaire de Jean-Baptiste Willermoz, avec lequel il correspondait et qu’il avait sans doute rencontré8.

Le monstre de Frankenstein était donc habité par des puissances élémentaires sauvages et démoniaques, et il n’avait pas de moi supérieur : il n’était pas baptisé, n’avait pas de nom – n’avait rien reçu du Ciel. Il se trouve que Pasqually développe aussi l’idée du nom9 : chaque être doué de raison a un nom secret, et c’est par là que les puissances célestes agissent en lui et qu’il est possesseur d’une âme immortelle. Et plus étonnant encore, Joseph de Maistre développe le même thème dans son Essai sur le principe générateur des constitutions politiques10 :

La théorie des noms est encore un objet de grande importance. Les noms ne sont nullement arbitraires, comme l’ont affirmé tant d’hommes qui avaient perdu leurs noms. […] Le nom d’un être spirituel étant nécessairement relatif à son action, qui est sa qualité distinctive ; de là vient que, parmi les anciens, le plus grand honneur pour une divinité était la polyonymie […].

Joseph de Maistre en tire que la Révolution donne des noms à tort et à travers en croyant créer ainsi des choses, mais que seule la divinité peut nommer préalablement aux choses, et leur donner une puissance d’être. Le nom que n’a pas reçu le monstre ne l’a pas fait sortir du monde des choses. Et si un mortel lui en avait donné un, il serait sans doute resté vide.

Rappelons que Joseph de Maistre, en 1793, émigra vers Lausanne, où il resta jusqu’en 1797, et qu’il se rendait régulièrement à Genève, durant ces années.

Notes :

1. Cf. Martinès DE PASQUALLY, Traité de la réintégration, Paris, Robert Dumas, 1974, l’introduction de Robert AMADOU.

2. Op. cit., p. 528.

3. Voir l’introduction de Robert Amadou (Op. cit., p. 38).

4. Ibid., p. 18.

5. Voir par exemple Essai sur le principe générateur des constitutions politiques suivi de Etude sur la souveraineté, Paris, Emmanuel Vitte, 1924, p. 124 : « Une des grandes erreurs de ce siècle est de croire que la constitution politique des peuples est une œuvre purement humaine ; qu’on peut faire une constitution comme un horloger fait une montre. Rien n’est plus faux ; et ce qui l’est encore plus, c’est que ce grand œuvre puisse être exécuté par une assemblée d’hommes. »

6. Voir par exemple Considérations sur la France, Bruxelles, éditions Complexe, 1988, p. 21 : « On dit fort bien, quand on dit qu’elle [la Révolution] va toute seule. Cette phrase signifie que jamais la Divinité ne s’était montrée d’une manière si claire dans aucun événement humain. Si elle emploie les instruments les plus vils, c’est qu’elle punit pour régénérer. »

7. Ibid., p. 51.

8. Cf. Jean-Marc VIVENZA, Maistre, Puiseaux, Pardès, 2003, p. 50.

9. Voir par exemple op. cit., p. 563 : « Le nom spirituel donné à l’âme impassive t’annonce et te fait encore entendre la jonction d’un être distinct et spirituel ou d’un esprit particulier septénaire que le Créateur a assujetti à la vertu puissance de l’esprit mineur quaternaire […]. » Plus bas, le baptême est caractérisé comme perpétuant « cette opération d’élection ou de nom spirituel, donné à l’âme ou au mineur ».

10. Essai sur le principe générateur des constitutions politiques suivi de Etude sur la souveraineté, Paris, Emmanuel Vitte, 1924, p. 68.

Romantisme royal

Alfred Berthier était un abbé qui, au début du vingtième siècle, a écrit des ouvrages importants sur des auteurs savoyards, notamment Xavier de Maistre et Jean-Pierre Veyrat1. Dans celui sur Veyrat, il raconte que lorsque, vers 1840, il voulut rentrer en Savoie, le jeune poète dut se convertir non seulement au catholicisme (qu’il n’avait qu’à demi quitté), mais aussi au royalisme, qu’il avait clairement renié. Il le fit par un poème adressé au roi, c’est-à-dire à Charles-Albert, à qui il fut transmis par l’évêque de Pignerol André Charvaz, un Savoyard de Tarentaise de la génération des Billiet, des Rendu : hommes d’extraction modeste, mais de grande énergie, de foi profonde, élevés durant la proscription qui avait frappé les prêtres à la Révolution, et rénovateurs du culte à la Restauration.

Charvaz était précepteur des enfants de Charles-Albert, en particulier du futur roi Victor-Emmanuel II.

Berthier dit2 que, lisant le poème de Veyrat, Charles-Albert versa une larme, fut profondément touché. Charvaz avait su le lui présenter, assurément ! Mais notre abbé rappelle, également, que le Roi était lui-même un romantique, qu’il en avait la sensibilité à un point éminent : et de citer une Ode à Dieu qu’il a composée, mais aussi ses édifices néomédiévaux, dont le plus connu est le pont qui porte son nom, à la Caille, entre Annecy et Genève, et sur lequel plusieurs poètes savoisiens, dont Veyrat, firent de beaux éloges.

Pourtant Charles-Albert, homme à paradoxes, tentait de moderniser le royaume. C’est lui qui promulgua un Code albertin inspiré par le Code civil, qui avait été rejeté avec énergie en 1815 par Victor-Emmanuel Ier3. Il établit en 1848 un Statut constitutionnel qui libéralisait le système politique, mais qui se plaçait sous la protection de l’Église : celle-ci était censée approuver le progrès social.

Charles-Albert est remarquable et romantique en ce qu’il s’efforça de concilier l’ancien et le nouveau, l’esthétique gothique et le progrès technique, la religion catholique et l’émancipation sociale4. Tandis que la France se déchirait entre catholiques et laïques, le romantisme savoisien, à l’image de ce qui se produisait en Allemagne5, n’opposa pas de façon nette une bourgeoisie progressiste et un clergé réactionnaire ; il pénétrait jusque les prêtres, jusqu’aux rois, répondant à certaines aspirations populaires et permettant au Trône et à l’Autel de perdurer.

Le catholicisme lui-même s’adaptait au sentiment de la nature : Veyrat a essayé de l’illustrer en animant le paysage, en lui donnant une personnalité6. Il ne résolut pas tous les problèmes que posait la superposition du monde des éléments avec ce dont Joseph de Maistre faisait un panthéon chrétien7, mais il y tendit.

La personne du roi, appartenant en principe aux deux mondes, étant une figure à la fois politique et symbolique, y aidait.

Notes :

1. Par exemple  Le poète savoyard Jean-Pierre Veyrat, Paris, Honoré Champion, 1921.

2. Op. cit., p. 140.

3. Voir à ce sujet Sylvain SOLEIL, Le Modèle juridique français dans le monde, Paris, IRJS, 2014, p. 284-290, sur l’influence du Code civil dans le royaume de Sardaigne après son abandon en 1815 et à travers le Code albertin.

4. Voir l’article d’André PALLUEL-GUILLARD sur la page réservée à Charles-Albert par les Archives de Savoie : http://www.savoie-archives.fr/archives73/dossiers_sabaudia/maisondesavoie/39-charles-albert.php.

5.  Voir l’exemple de l’enseignement avec Jean-Charles DÉTHARRÉ, L’Enseignement en Savoie sous le « Buon Governo » (1814-1847/1848), thèse d’histoire des institutions présentée et soutenue en vue de l’obtention du doctorat d’État, Bonneville, Imprimerie Plancher, 1979, p. 59 : à l’image de ce qui se passait dans les pays germaniques et anglo-saxons, « la question de la présence de membres du clergé au sein du Conseil de la Réforme ne se posa pas en Savoie. On n’eut pas à imposer les personnes de droit, tant il était naturel et quasi inévitable que l’Église fût représentée audit Conseil. Dès lors, l’esprit de l’institution ne fut pas troublé par des problèmes de répartition des sièges entre laïques et ecclésiastiques, ni par des querelles entre eux, ni par des débats doctrinaux sur l’instruction publique. »

6. Notamment dans son roman autobiographique inédit, Raphaël de Montmayeur ; Berthier, p. 14 du livre cité, en donne cet exemple :   « Que dirai-je ?… L’air qui me venait d’elles me semblait aussi parfumé que l’haleine d’une femme aimée ; – les étoiles qui se montraient sur les crêtes avaient de doux regards ; les eaux étaient émues de ma présence. Quand je fus descendu sur ses bords, le lac s’agita et vint se rouler à mes pieds en vagues amoureuses, comme un chien qui revoit son maître après une longue absence. »

7. Dans Du Pape, Genève, éd. Droz, 1966, p. 363 : « Je vois le CHRIST entrer dans le Panthéon, suivi de ses évangélistes, de ses apôtres, de ses docteurs, de ses confesseurs, comme un roi triomphateur entre, suivi des GRANDS de son empire, dans la capitale de son ennemi vaincu et détruit.  […] C’en est fait : […] Dieu règne dans le Panthéon comme il règne dans le ciel,  au milieu DE TOUS LES SAINTS. »