Archives de catégorie : Jean-Baptiste Trésal

L’épopée du Comte Vert dans la Savoie romantique (1) : Trésal

14135524971_c4e4850a03_oL’épopée nationale a tenté une résurrection en France en prose avec Chateaubriand et ses Martyrs (1809), en vers avec François Parseval (1759-1834) et son Philippe-Auguste (1825) – mais ce « poème en douze chants » manquait, assurément, de personnalité, l’auteur s’efforçant surtout d’appliquer des idées sur le Moyen Âge et d’opposer pesamment le féodalisme et la monarchie absolue1, glorifiée. Il est d’ailleurs remarquable que le féodalisme y soit symbolisé par la fée Mélusine2 : car elle est censée habiter les Alpes. Parseval fait du féodalisme une résurgence du paganisme, et de la monarchie absolue l’expression du christianisme3. Principes classiques, plus que romantiques, même si la part importante laissée à Mélusine crée un merveilleux inspiré du Moyen Âge.

Or, en Savoie, l’on s’efforcera également de glorifier en vers les vieux princes, les ancêtres ou les grands hommes, en les mêlant de merveilleux. D’ordinaire, on regarde les épopées de ce temps comme fades et convenues ; mais la lecture de celles de Savoie ne laisse pas de surprendre par l’agrément qu’on y trouve, et des figures plus vivantes qu’on eût pensé. En particulier, l’opposition entre le merveilleux païen et le merveilleux chrétien n’y est généralement pas aussi figée que chez Parseval, et leur mélange subtil rend le second assez vivant. Il était, peut-être, ressenti de façon plus sensuelle, intime, qu’à Paris, où il était aisément assimilé à l’allégorie, où l’on cherchait avant tout à cerner les idées qu’il exprimait : la monarchie unitaire chez Parseval, les vertus et les vices chez Chateaubriand4. Est-ce l’influence de François de Sales et de sa voie imaginative5 ? Ou de l’art baroque, pratiqué jadis dans le Duché ? Les figures des anges et des saints du ciel, dans la poésie épique savoisienne, avaient volontiers une substance propre : elles donnaient au « monde imaginal », cher à Corbin, une épaisseur.

Le prix de poésie de l’Académie de Savoie de 1837 était consacré au « Comte Amédée VI ou le Comte Vert de Savoie » ; le chanoine Turinaz, futur historien du même Comte Vert, effectua le rapport du prix, non publié. Louis Rendu, dans les Mémoires de l’Académie de 18396, évoquera brièvement le résultat : le premier prix fut donné à un poème épique d’Antoine Jacquemoud (1806-1887), le second à une épopée de Jean-Baptiste Trésal (1790-1873).

Plus âgé que Jacquemoud, Trésal appartenait à la génération de Lamartine et de Louis de Vignet, et son poème porte les marques du néoclassicisme. Il l’a nommé, d’une façon typique, l’Amédéide, et lui a donné cinq chants. Le chanoine Turinaz en salua la pureté formelle et doctrinale, un prix spécial lui fut attribué, en dehors de la donation prévue pour le concours, qui ne comptait normalement qu’un seul prix7. Louis Terreaux en a apprécié le style correct et clair, essentiellement descriptif et rehaussé de mythologie, et en a cité quelques vers significatifs8 :

Non loin du panthéon construit par ses aïeux,
Où Charles-Félix dort au rang des demi-dieux,
Où les nymphes du Lac, sous la vague élargie,
Dans leur palais d’azur soupirent l’élégie,
Bords sacrés à mes yeux, où l’on songe en bateau,
Le passant voit encore un antique château […].
Ô mon Roi, si j’osais !… Je vois sur ces décombres
Des héros, vos aïeux, errer les grandes ombres.

Ressusciter la mythologie pour la dynastie de Savoie avait certainement quelque chose de romantique, même si le classicisme a aussi attribué des nymphes à des lieux familiers – Racine à la Seine par exemple. Trésal était dans la lignée d’Alfonse Delbène, dont le poème portait le même nom. Sa démarche respectueuse des traditions et de la « clarté française » a plu à la critique contemporaine, car il est plus souvent cité que Jacquemoud9, dont Louis Terreaux tend à blâmer la « fougue embrouillée10 ».

Notes :

1 Voir notamment F. A. Parseval, Philippe-Auguste, tome premier, Paris, André & Ponthieu, 1826, p. 5 : le roi « sauva les Français des mortels ennemis / Par l’orgueil féodal en ses états vomis ».

2 Ibid., p. 13-15 : « Un funeste génie […] affermit l’union / Des Belges, des Germains, et des fils d’Albion ; / C’est un monstre échappé des rives infernales. / Si l’on croit des vieux temps les poudreuses annales, / Mélusine, autrefois transformée en serpent, / Traîna d’un corps hideux le volume rampant. […] Près des Alpes, aux pieds de ces monts dont les cimes, / En menaçant les cieux, pendent sur des abîmes, / Il est un antre affreux […] / Dont elle a fait longtemps son terrestre séjour. » Or Satan lui ordonne de faire « triompher partout le pouvoir féodal » (p. 14).

3 Si Mélusine la « fée » est le génie du féodalisme, Philippe-Auguste consulte sainte Geneviève, patronne de Paris, qui lui livre un oracle (p. 13).

4 Cela peut être compris à partir d’extraits divers du Génie du christianisme : « Dans toute Epopée, les hommes et leurs passions sont faits pour occuper la première et la plus grande place. Ainsi, tout poème où une religion est employée comme sujet, et non comme accessoire, où le merveilleux est le fond et non l’accident du tableau, pèche essentiellement par la base » (Génie du christianisme I, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, p. 225). Cela ne revient-il pas à faire du merveilleux ce qui exprime les « passions » humaines, et les accompagne comme une figure de rhétorique ? Il reproche à Klopstock d’avoir pris le merveilleux comme sujet (p. 236), et condamne les personnifications de la nature (p. 318), ne voulant permettre « l’allégorie » qu’aux « vices » et aux « vertus » (p. 317). Son christianisme hostile au panthéisme était plus néoclassique que romantique. La Terre, vide de féerie, n’était occupée que par des hommes qui, assez mécaniquement, tenaient au ciel par leurs vertus, aux enfers par leurs vices (p. 324). Même la « magie » est condamnée comme n’étant pas « d’un goût assez pur » parce qu’elle « emprunte quelque chose de son pouvoir aux hommes » (p. 328). Le merveilleux qu’il propose est écarté du monde humain.

5 Cf. l’article « François de Sales et l’imagination créatrice » ci-dessous.

6 Mémoires de l’Académie royale de Savoie, tome IX, Chambéry, Puthod, 1839, p. LXVI-LXVII.

7 Ibid., p. LXVII.

8 Louis TERREAUX (dir.), Histoire de la littérature savoyarde, Académie de Savoie, Documents, deuxième série, tome 2, 2010, La Fontaine de Siloé, Montmélian, 2011, p. 679.

9 Philippe Paillard, évoquant le genre de l’épopée dans la Savoie du temps, ne cite que celle de Trésal, « un des meilleurs et rares exemples ». Cf. « Poètes et poésies en Savoie à l’époque de la restauration sarde » in Culture et pouvoir en Italie et dans les États de Savoie de 1815 à 1860, Cahiers de civilisation alpine, Universités de Turin et de Savoie, Éditions Slatkine, 2000, p. 92

10 Louis TERREAUX (dir.), Histoire de la littérature savoyarde, Académie de Savoie, Documents, deuxième série, tome 2, 2010, La Fontaine de Siloé, Montmélian, 2011, p. 679.