Archives de catégorie : Amédée III

Aux sources de l’épopée savoisienne : la chronique de Cabaret

4915710357_7ee8a01195_o-1La première chronique de Savoie, fondatrice, est celle dite de Cabaret, ou Jean d’Orville, secrétaire du duc Amédée VIII en 1419, selon Daniel Chaubet, qui en a assuré l’édition en 20061. Écrite en français, elle crée les symboles qui seront repris plus tard par les écrivains romantiques, bien qu’ils n’aient pas pu la lire. Comme le confirme Léon Ménabréa2, la première chronique que l’on connaisse n’a pas encore été imprimée en 1839, et « commence à Bérold, et finit au Comte-Rouge, exclusivement ». Il la suppose rédigée sous le Comte Vert (Amédée VI), mais il a été avéré depuis qu’elle l’a été sous un Amédée VIII soucieux de justifier son titre nouveau de duc par de nobles origines.

Jean d’Orville était un Picard sans doute déjà connu pour des chroniques sur les princes français au moment où Amédée VIII le requit pour sa propre légende.

Les historiens se sont beaucoup affrontés pour savoir si Bérold de Saxe, fondateur supposé de la Maison de Savoie, était un être réel ou inventé, soit par Cabaret, soit par l’entourage d’Amédée VIII qui lui aurait soufflé l’inspiration de ce personnage. Il s’agissait de lier la Maison de Savoie organiquement aux empereurs germaniques, et Bérold est présenté comme le neveu d’Othon II.

Mais, à vrai dire, si les membres de l’Académie royale de Savoie ont bien débattu, dès l’origine, de cette question, les romanciers et historiens majeurs n’ont pas beaucoup repris cette figure au XIXe siècle. On se souviendra seulement que Xavier de Vignet, l’un des fondateurs de l’Académie, soutint, contre l’avis majoritaire, l’origine saxonne de la Maison de Savoie en Bérold3. Jacques Replat y fait quelques allusions dans Le Siège de Briançon4. Mais, en Savoie5, il faudra attendre Jean de Pingon (né en 1952 à Annecy) pour que Bérold soit un personnage important d’une sorte d’épopée. Et encore dans son roman, Les Mémoires du roi Bérold6, rien n’est-il repris des anciennes chroniques, le personnage évoluant dans un monde merveilleux mêlé de science-fiction.

Le premier membre avéré de la Maison de Savoie, Humbert aux Blanches Mains, évoqué aussi par Cabaret, a fait l’objet d’une tentative d’épopée d’Honoré d’Urfé (La Savoysiade).

Comme le dit Daniel Chaubet, le grand élément symbolique et merveilleux des chroniques est le don de l’anneau de saint Maurice au comte Pierre II par l’abbé de Saint-Maurice, en 1250 : lié aux rois de Bourgogne, qui l’eurent les premiers, il sacralise la Maison de Savoie7, possédant même des vertus miraculeuses, dont bénéficiera en particulier Amédée VI8.

Auparavant, déjà, un exploit avait justifié les armoiries de Savoie : Cabaret affirme qu’Amédée III, lorsqu’il accompagna Louis VII de France lors de la seconde croisade (1146-1147), l’avait même précédé : mandaté par le Pape et l’Empereur, il aurait effectué un combat en compagnie des Chevaliers de Rhodes, remportant une grande victoire sur la flotte des infidèles et parvenant à ravitailler Acre assiégée. Le Grand Maître de l’ordre ayant été tué dès le début de l’attaque, les Chevaliers eussent alors demandé au comte de Savoie de se mettre à leur tête et de revêtir les armes de ce Grand Maître, qu’il eût gardé le droit d’arborer (auprès de l’empereur Othon III)9.

C’est néanmoins le Comte Vert, Amédée VI, qui fait figure de grand héros, au sein de ces chroniques. Lui seul, on l’a vu, dispose de pouvoirs miraculeux. Au reste, il est peint comme particulièrement fidèle à l’Église catholique. Il n’accepte, dit le texte, d’aider son cousin germain « Alexe » (en fait Jean V Paléologue selon les historiens), emprereur de Constantinople, qu’à la condition que celui-ci vienne rencontrer le Pape à Rome pour mettre fin au grand schisme10. Il l’obtiendra, mais, en retour, l’empereur grec demande au Pape des galères et des armées, pour l’aider contre les Turcs. Ce que les cardinaux refuseront, la dépense étant trop grande :

Pourquoy l’empereur de la Grece prit congié du Pape estre bien correcier, et s’en retourna arriere a Constantinople sans feire obeissance a l’apostolique Eglise romaigne, comme par le conte de Savoye estoit appointyé.11

Un autre grand épisode montre la soumission du Comte Vert à l’Église : il est relatif à la complexe affaire de l’expédition de Naples, mêlée de la rivalité entre deux papes. Amédée VI avait pris le parti de celui d’Avignon, et voulait le placer sur le trône pontifical à la place d’Urbain VI et en même temps aider Louis d’Anjou à saisir une couronne en Italie. Or, ce dernier ne s’occupait que de sa couronne, et Amédée VI se préoccupait surtout du Pape. Le chapitre 291 raconte « comme le conte de Savoye conseilloit au duc d’Anjou de tenir la voye de Romme, non mie sy tost celle de Puillie, et il prinrent la cité de l’Aygle en Puillie12 ». La chronique prête au comte ces paroles :

Sire, j’ay tousjour ouÿ dire que l’on doit premierement commencier a faire les ouvres de Dieu que celles du monde ; pourquoy il me samble que nous doyjons avant commencier a aler a Rome et mectre union en l’Eglise que promptemant aler en Puillie et leissier les faits du Pape derriere.13

Louis d’Anjou refuse de l’écouter, et l’entraîne à sa suite. Un châtiment en vient : le Comte Vert est pris d’une grave maladie, dont il meurt. Or sa fin est édifiante :

Et ses paroles [testamentaires] finees, leva les yeulx a Dieu, joygnyt les mains au ciel soit recommandant a la benoyte Trinité et a la Vierge pucelle Marie, rendit l’âme au creatour en l’an .CCC. octante trois, le second jour de Mars.14

Amédée VI est un guerrier de Dieu, un chevalier à l’ancienne mode, digne de figurer dans une chanson de geste, si on en avait encore fait au XVe siècle : époque à laquelle, plutôt, on transformait les anciennes chansons en récits en prose ; or la chronique de Cabaret appartient à cette lignée de romans épiques.

Le rôle du Comte Vert dans la fondation de l’Ordre de l’Annonciade, qui le rendait similaire aux vieux chevaliers, ou aux vieux croisés, n’est pas oublié. Il est raconté qu’il établit cet ordre de quinze chevaliers « en l’onnour des quinze joyes Notre-Dame ». Dans le même temps, un monastère de chartreux fut fondé pour que des prières soient constamment faites pour les chevaliers portant le collier de l’ordre, représentant l’Annonciation15. Ils étaient les guerriers voués à la sainte Vierge.

Ce symbolisme, cette piété, ce merveilleux devaient forcément faire d’Amédée VI le principal sujet de futures épopées savoisiennes. Il en fut bien ainsi, du début du XVIIe siècle au milieu du XIXe.

Notes :

1. Daniel CHAUBET, La Chronique de Savoye de Cabaret, Chambéry, éditions Comp’act, 2006.

2. Léon MENABREA, De la Marche des études historiques en Savoie et en Piémont, extrait des Mémoires de l’Académie royale de Savoie tome IX, Chambéry, Puthod, 1839, p. 7.

3. Voir Xavier de VIGNET, « Mémoires sur Humbert aux Blanches Mains », dans Mémoires de l’Académie royale de Savoie, tome III, Chambéry, Plattet, 1828, p. 259-398.

4. Voir Jacques REPLAT, Le Siège de Briançon, Samoëns, Le Tour, 2003, p. 67-68 : Replat y place un Chant de Bérold entonné par les chevaliers savoisiens du XIe siècle.

5. Pouchkine (1799-1837), en Russie, aurait eu pour projet de composer une « petite tragédie » appelée Bérald de Savoie ; il a pu connaître son existence grâce à Xavier de Maistre, à qui il était lié.

6. Jean de PINGON, Les Mémoires du roi Bérold, Paris, Buchet-Chastel, 1994.

7. Op. cit., p. 25.

8. Op. cit., p. 27 : « En entrant dans la petite ville de Vimercate, le Comte Vert crut voir son armée anéantie, l’ennemi ayant empoisonné « le pain, le vin et les victuailles » qui s’y trouvaient entreposés. Heureusement prévenu de cette traîtrise, il fit confectionner un breuvage, y trempa son précieux anneau et « tous ceux qu’en bevoyent en garrissoient tantost et ceux qui n’en bevoyent estoient mors » ».

9. Ibid., p. 30-32.

10.  Ibid., p. 210-215.

11. Ibid., p. 215.

12. Ibid., p. 261

13. Ibid., p. 261-262.

14. Ibid., p. 263.

15. Ibid., p. 191-192.