Archives de catégorie : Marguerite Chevron

Marguerite Chevron, poétesse des anges

Outre Louis de Vignet et Auguste de Juge, la dette à Lamartine, quoique par des biais indirects, est également avérée chez une poétesse qui étonna la Savoie de son temps, Marguerite Chevron (1818-1862)1.

Née à Barberaz dans une famille nombreuse et modeste de cultivateurs, elle n’apprit à lire que vers l’âge de quinze ans dans un livre d’Heures. Puis, elle pratiqua des ouvrages de piété avant de découvrir, chez une sœur qui tenait un petit commerce à Chambéry, un volume de vers de Lamartine. Ce fut une révélation, et elle s’essaya à la poésie. Elle obtint d’abord, en 1849, une mention honorable au concours de l’Académie de Savoie pour une Épître au roi Charles-Albert, puis, en 1850, le premier prix pour un texte intitulé Corrigez-moi. Le rapporteur était Auguste de Juge, et il fut  dithyrambique.

Sa facilité dans la versification et sa maîtrise des sujets mystiques lui valurent de nombreux éloges des hommes de lettres savoyards. Loin des tourments de maints autres poètes, elle assumait parfaitement son goût pour la poésie et les tableaux du monde supérieur :

Je dédaigne la gloire et n’ai pas la manie
De suer sang et eau pour paraître un génie ;
Mais alors qu’insensible aux charmes du succès,
Je voudrais savourer les douceurs de la paix,
Le foyer de mon cœur, ardent de poésie,
Dessèche dans mon sein la sève de la vie ;
La pensée en déborde en de brûlants accords,
Et mon esprit, saisi d’indicibles transports,
Méprisant ce bas monde et ses biens éphémères,
Plane sur les hauteurs des immortelles sphères.
Son aile peut trahir son vol audacieux,
Mais pour le rappeler des profondeurs des cieux,
C’est en vain qu’un censeur armé de la satire
Sous les coups du mépris voudrait briser ma lyre.

Elle défiait les sceptiques qui eussent voulu se moquer de sa foi et de ses visions. Davantage que Vignet, qui reculait devant le Mystère, elle avait dû aimer, chez Lamartine, les poèmes qui évoquaient dans un style moderne et clair les anges, car elle-même s’employa à son tour à peindre leurs attributs :

Et puisqu’il faut parler un terrestre langage,
Les esprits ont aussi des sens à leur usage,
Des organes divers ainsi que ceux des corps,
Dont Dieu, pour une fin, combina les rapports :
Car il ne jeta pas dans un moule semblable
Les degrés différents de l’échelle admirable
Qui, posant les deux bouts sur les deux infinis,
De l’être et du néant tient les deux pôles unis.
Ainsi, lorsque puisant dans ses trésors immenses,
Il peupla l’univers par des intelligences,
Chaque ange, de sa main s’élançant radieux,
Portait sa destinée en traits mystérieux.
Le séraphin marqué par le sceau du génie
Fut créé pour bénir la sagesse infinie ;
Pure essence d’amour, le tendre chérubin
Fut la source brûlante où boit le cœur divin.
Aux pieds du Tout-Puissant incliné sur ses ailes,
Un autre, s’élançant des voûtes éternelles
Pour porter les décrets de la divinité,
Bien plus prompt que l’oiseau, fendit l’immensité.
Mais l’ange dégradé, digne objet d’anathème,
Sur sa lyre sacrée entonne le blasphème ;
Le cœur ne goûtant plus l’ineffable beauté,
Corrompu dans sa voie, aime l’iniquité ;
Le messager du ciel fit servir sa puissance
A porter contre Dieu la révolte et l’offense ;
Et tout déchu qu’il est, Satan, même en enfer,
Conserve l’attribut, le rang de Lucifer ;
Ainsi qu’aux cieux jadis il fut le premier ange,
Il est encor le roi de la sombre phalange.

Un tableau inspiré par la tradition, déjà présente dans le Nouveau Testament, notamment dans les épîtres de saint Paul (pour les rangs angéliques) et saint Pierre (pour la chute de l’ange rebelle).

Or, ajoute la poétesse,

Ce qui se fait au ciel se reflète ici-bas

L’homme est à l’image du monde spirituel, et son âme est à la fois

Dans la fange ou l’éther, son premier élément

L’esprit humain est lié naturellement et substantiellement au monde divin. C’était la doctrine de François de Sales, qui affirmait que l’âme tenait au Ciel par un cheveu, et que sa source était céleste. Le romantisme tendit à refuser, de la même manière, de couper l’âme humaine de Dieu, et la nature terrestre de la nature céleste, comme l’avaient fait, plus ou moins, les théologiens protestants et gallicans, ou Blaise Pascal. Comme ils plaçaient l’âme essentiellement dans l’intellect, ils ne pouvaient que constater que Dieu n’y était pas ; mais pour François de Sales l’âme était surtout dans le sentiment, dans le cœur, et il pensait que, par l’amour, on pouvait toucher à Dieu, quoique ce fût en franchissant les limites de l’entendement2 – quoique ce fût, donc, au delà de la conscience ordinaire. Marguerite Chevron, par la poésie, se hissait de même jusqu’au monde des anges.

Elle avait fondé à Chambéry une école pour les enfants pauvres. Épuisée par le dénuement et le dévouement, elle mourut juste après avoir donné une dernière leçon.

Notes :

1. Voir Jules PHILIPPE, Les Poètes de la Savoie, Annecy, Jules Philippe, 1865, p. 229-242.

2. Voir par exemple François de SALES, Traité de l’amour de Dieu, Paris, Monastère de la Visitation, 1984, p. 244 : « [saint André de Verceil répète] plusieurs fois que l’amour pénètre où la science extérieure ne saurait atteindre, et dit que plusieurs évêques ont jadis pénétré le mystère de la Trinité, quoiqu’ils ne fussent pas doctes ».