Archives de catégorie : Jean-François Ducis

Jean-François Ducis et la nostalgie de la Savoie

3729294297_ba1c746a52_oJean-François Ducis (1733-1816) fut le premier poète intime de la Savoie. Il eut certainement une influence sur les poètes romantiques savoisiens.

Il était né à Versailles, où son père, un artisan assez pauvre, s’était installé, après être né et avoir vécu à Hauteluce, en Tarentaise. Il composa quelques tragédies, qui pour certaines eurent du succès, notamment celles qui adaptaient Shakespeare. Quoiqu’il l’édulcorât, on trouvait les drames du célèbre Anglais encore trop sauvages sous sa plume. Quelques insuccès l’invitèrent à prendre sa retraite, et c’est là qu’il devint intéressant, non seulement comme poète, mais aussi comme demi-Savoyard.

Il se rendit deux fois en Savoie, dont une pour rencontrer la famille de son père et y régler une succession, et cela avait été pour lui une révélation. La vision des Alpes laissa sur lui une marque indélébile : il eut le sentiment d’avoir trouvé sa vraie patrie. Et que ce fût une illusion ou une réalité, il se mit, à la fin de sa vie, à composer des vers chantant ses origines savoisiennes :

Savoie, ô mon pays, berceau de mes aïeux,
Climat doux à mon cœur, qui vit naître mon père
Sous un modeste toit où la vertu fut chère,
Au pied d’un mont audacieux
Qu’en montant sur son char le soleil radieux
Fait resplendir au loin de sa haute lumière,
Qu’embellit de ses dons le retour du printemps,
Qui mêle avec ses fleurs les trésors renaissants
De mainte plante salutaire,
Au bruit de cent ruisseaux sous les frimas errants,
Qui, seuls, croisés, unis, cachés, reparaissants,
Amoureux de la primevère,
Ruisseaux encor, bientôt torrents,
A travers les rochers et leurs débris roulants
Vont tous avec fracas se jeter dans l’Isère […].1

On pourrait estimer que cette phrase qui n’en finit pas, avec ses propositions relatives toujours relancées, relève d’un manque de goût, et d’une absence de maîtrise de la langue classique ; mais dans ce refus de s’arrêter, ce désir de multiplier les évocations de la nature, peut-être faut-il aussi voir une exaltation qui préfigure le romantisme, ce que tendent à prouver les hyperboles et les énumérations. Plus significative encore est l’élément de merveilleux chrétien qui comme chez François de Sales montre un être saint regardant les hommes depuis le ciel :

Savoie, ô mon pays ! berceau de mes aïeux,
Montre-moi, découvre à mes yeux
Les asiles sacrés, les retraites austères
Où saint Bruno, du haut des cieux,
Vit de ses chers enfants les essaims solitaires
Se poser, colons volontaires,
Dans tes déserts religieux.

La terre même de Savoie semble mystique, bien que saint Bruno, dans les faits, ait plutôt fondé son ordre dans le Dauphiné… Mais c’est dans la Grande Chartreuse que, vingt ou trente ans plus tard, Jean-Pierre Veyrat aura sa crise intérieure et retournera à la foi de ses ancêtres.

Jean-François Ducis tenait-il de son père l’œuvre lue et méditée de François de Sales, ou l’image des abeilles qui suit relève-t-elle de la coïncidence ? On sait que l’évêque de Genève pensait qu’en méditant sur la nature on pouvait saisir les messages de la divinité, et distinguer l’esprit et la vie morale du monde. Or les abeilles de Ducis enseignent les vertus, et le plus étonnant est qu’il fallait qu’elles fussent savoisiennes : celles de Versailles ne parlaient-elles pas ?

Salut, trois fois salut, cellule où Dieu m’attire,
Où mon cœur reste et d’où j’admire
Sous ses hauts monts glacés, dans le ciel suspendus,
Sur ses frimas percés de mille fleurs nouvelles,
Les abeilles cueillir leurs trésors blancs comme elles
Au milieu des parfums dans les airs répandus !
Peuple aimable de sœurs ! oui, vos soins assidus,
Oui, vos travaux semblent me dire :
C’est ici qu’il nous faut produire,
Nous, le doux miel des fleurs, vous, celui des vertus.

Ainsi, dans ce lieu alpin, la nature soudain parle. Elle vibre de vie, d’esprit. Elle est bénie, elle est plus proche du royaume divin :

Désert, heureux désert, quels sont tes privilèges !
De mille appâts, de mille pièges
Tu préserves mon cœur, mes oreilles, mes yeux.
Ton asile est un ciel d’où je m’élève aux cieux ;
Où je change en printemps l’hiver dont tu m’assièges,
Où, parmi les rocs et les neiges,
La nuit entend gémir tes chants mystérieux.
Sois mille fois béni, désert qui me protèges !

À vrai dire, l’influence de Jean-Jacques Rousseau peut être ici sensible. L’idée d’un asile protecteur renvoie à l’auteur des Confessions, dont on se souvient qu’à propos des Charmettes il composa dans sa jeunesse ces vers :

Verger, cher à mon cœur, séjour de l’innocence,
Honneur des plus beaux jours que le ciel me dispense,
Solitude charmante, asile de la paix,
Puissé-je, heureux verger, ne vous quitter jamais !2

La Savoie était une terre à demi céleste depuis que Rousseau l’avait peinte telle ; mais la doctrine de La Profession de foi du vicaire savoyard fut inspirée par des prêtres savoyards réels, d’une part ; et, d’autre part, que Jean-François Ducis ouvrît le recueil de Jules Philippe (1827-1888) sur Les Poètes de la Savoie (1865) manifeste une volonté d’accepter sa naturalisation au nom de ses ancêtres. Certes, les Savoyards lisaient Rousseau, de toute façon ; mais par Ducis, ils pouvaient faire leur cette philosophie qui faisait de leur pays un monde enchanté, plus imprégné de vertu céleste que le reste du monde, ou du moins de l’Europe.

Le poème de Ducis se termine par une prière au « désert » savoisien, de garder ses « soupirs », ses « pas silencieux », son « humble toit religieux », le jardin de sa « jeune abeille », son « doux repos » et, enfin, sa « conscience »

Et la paix de mon âme, et son vol vers les cieux.

La Savoie gardera longtemps cette imagé de piédestal du paradis qui nourrissait le patriotisme local.

D’une façon typique, Ducis attribuait le tempérament qu’on lui avait reproché dans ses tragédies à son origine « allobroge ». Dans son Portrait il écrivait :

Sans le prévoir, Jean-François fut auteur.
La tragédie eut pour lui mille charmes ;
Trop loin peut-être, il porta la terreur,
Et la pitié, douce source des larmes.
De père en fils, Allobroge il était.
Vers ses rochers, poétique héritage,
Un vif instinct, certaine humeur sauvage
Dans ses chagrins fortement l’appelait.
Simple, mais fier, pour lui ce monde étrange
Ou l’attristait, ou n’offrait rien de beau ;
Il se sentait, dans un confus mélange,
Doux ou terrible, ou torrent ou ruisseau.3

Qu’il se nomme par son prénom renvoie sans doute encore à Rousseau. Mais il est étrange qu’il ait lié sa propension à ce qu’on appelait alors le mauvais goût, à son origine savoyarde. Car ce mauvais goût était celui qu’on reprochait à Shakespeare, dont la révélation, en Allemagne et en France, fut la source d’une révolution romantique dans le théâtre. Les excès de Ducis se rapportaient pour lui-même à son penchant pour les « rochers » des Alpes, comme si la Savoie était romantique par essence. Son image était la butée d’une aspiration à s’arracher aux chagrins d’un monde laid. La mythologie de la montagne, commencée avec Rousseau, se poursuivait, mais elle entrait désormais dans le patrimoine savoyard même. Un lien avec le romantisme peut encore être décelé dans cet aveu personnel :

Né pour l’amour et la mélancolie,
Grave et rêveur il fut dès son berceau ;
Il se plaisait à l’aspect d’un tombeau,
Au jour mourant d’un funèbre flambeau ;
Il l’invoquait, et sa mère attendrie,
Craignant son cœur, trembla pour son cerveau.4

Il avait des goûts morbides, était attiré par le monde de la mort, et l’on craignait pour sa raison… Les vers désespérés de Lamartine, les méditations sur la mort, les figures funèbres, étaient déjà en germe chez Ducis, pris comme modèle particulier par ses compatriotes de Savoie. Jules Philippe devait déclarer :

Quant à nous, ses compatriotes, nous avons un dernier hommage à rendre au poète du saule ; nous devons lui payer un juste tribut de reconnaissance pour le souvenir qu’il garda de son pays d’origine, durant sa vie entière. À cet égard, il ne ressembla, point à quelques-uns des nôtres qui, une fois arrivés à l’apogée de leur gloire, renièrent presque leur patrie et rougirent de s’appeler Savoyards, de ce nom qu’on a essayé d’abaisser, mais dont l’histoire a fait le synonyme de loyauté et de courage. Ducis aimait à parler du la Savoie, et dans plusieurs du ses poésies il a chanté ses chères montagnes et ses vallées bien-aimées, où il se reportait si souvent par la pensée.

Né à Versailles, il eût pu aisément cacher son origine, comme tenta de le faire Berthollet et d’autres que nous pourrions citer ; mais la franchise, la loyauté natives, l’en empêchèrent : Ducis resta Savoyard de cœur et d’esprit.5

Pour Jules Philippe, Ducis inaugurait d’une tradition, faite de patriotisme et du sentiment que la Savoie comblait l’âme humaine parce qu’elle était un reflet des vertus.

Notes :

1. Cité par Jules PHILIPPE, Les Poètes de la Savoie, Annecy, Jules Philippe, 1865, p. 62-63.

2. Vers cités par Jean ORIZET, Anthologie de la poésie française, Paris, Larousse, 2007, p. 253.

3. Cf. Jules PHILIPPE, Les Poètes de la Savoie, Annecy, Jules Philippe, 1865, p. 64.

4. Ibid., p. 64-65.

5. Ibid., p. 58-59.