Archives de catégorie : François Blanc

François Blanc et la mort du jeune poète

Philippe Paillard, dans son article sur la poésie savoyarde à l’époque de la Restauration sarde, voit dans François Blanc le seul poète qui échappe à la platitude de l’ensemble : les autres, affirme-t-il, sont surprenants d’impersonnalité, ne s’adonnant qu’à des œuvres de circonstance, liées aux événements dynastiques. Mais François Blanc constitue une « rafraîchissante découverte »1. En particulier sa Mort du jeune poète, dédiée à Byron, trouve grâce à ses yeux.

Il était né à Saint-Julien-en-Genevois, à une date que ne mentionne pas Jules Philippe ; il dit seulement qu’il est mort très jeune, d’une « maladie cruelle », en 18252. Il se fit surtout connaître par un Chant lyrique sur la Grèce, paru l’année même de sa mort : il était principalement inspiré par Casimir Delavigne, à qui il dédia une Épître le félicitant d’avoir pris fait et cause pour les Hellènes :

O Lavigne ! entends-tu ? pour chanter ses enfants
La Messène chrétienne a réclamé tes chants ;
De Parthénope aux fers, déesse fugitive,
La Vierge d’Ipsara se lève encore plaintive,
De ses habits de sang dépouille les lambeaux
Et retrouve sa gloire au fond de ses tombeaux…

Ce sont des vers pleins d’allant et d’ardeur. L’image de la résurrection d’un peuple est belle. Les noms propres ont quelque chose d’exotique et de suggestif. Mais c’était déjà le cas chez Racine.

Malgré la dédicace à Byron, La Mort du jeune poète, poème élégiaque en trois chants, fait écho aux vers de Lamartine. Avant d’expirer, François Blanc voulut exprimer sa peine de devoir quitter la vie, alors qu’il conservait toutes ses espérances de jeunesse, et dire adieu à tout ce qu’il avait aimé. Il compara la muse à un oiseau :

Au bord de sa couche arrondie

Que le zéphyr vient balancer,
Voyez-vous l’oiseau plein de vie
Qui n’ose encore s’élancer
Parmi les fleurs de la prairie ?

Inquiète, et belle d’amour,
Sa mère, rasant de son aile
Du nid le modeste contour,
L’invite et tendrement l’appelle.

Avec des yeux pleins de douceur,
Ainsi la Muse qui m’inspire
D’une main me guide au bonheur
Et de l’autre me tend sa lyre.

Cette image tirée de la nature pour décrire une divinité, ou au moins un phénomène de l’âme, est bien une sorte de similitude à la mode de François de Sales ; mais elle reste classique.

Face à la mort, il invoqua un « ami » défunt :

Ombre qui m’est toujours si chère,
Descends sourire à ma prière !
Je t’invoque, console-moi !
Et dans ce monde où tout s’efface,
Si l’affreux reptile m’enlace,
Je ne demande que la grâce
D’aimer… de mourir comme toi !

Est-ce un écho des Entretiens spirituels d’Antoine Favre ? Cet ami pourrait bien être le Christ. Mais le style est plus sentimental que celui de Favre. Les exclamatives plus nombreuses. L’image de « l’affreux reptile » plus crue.

Dans un autre passage il se compare à un cygne céleste, à un fils d’immortel tombé d’en haut :

Paix au cygne étranger, exilé sur la Terre,
Né d’un sang immortel, et remontant aux cieux !
Sur les bords inspirés du lac harmonieux,
Longtemps il a chanté plaintif et solitaire ;
Sa voix est douce encore ; écoutez ses adieux !

C’est une image de l’âme du poète. Le « lac harmonieux » fait écho aux vers de Lamartine, qu’il avait dû lire. François Blanc fut poignant dans ses derniers mots :

Adieux ! sœurs que j’aimais ! compagnes du poète,
Vierges du Pinde, adieu ! mes beaux jours vont finir ;
Dites ! le dernier son de ma lyre muette
Doit-il être un soupir ?…

Les métaphores sont antiques. L’expression rappelle André Chénier. Mais elle ne manque pas de sincérité.

Notes :

1 Voir Philippe Paillard, « Poètes et poésies en Savoie à l’époque de la restauration sarde », in Culture et pouvoir en Italie et dans les États de Savoie de 1815 à 1860, Cahiers de civilisation alpine, Universités de Turin et de Savoie, Éditions Slatkine, 2000, p. 86-91.

2 Voir Jules Philippe, Les Poètes de la Savoie, Annecy, Jules Philippe, 1865, p. 127-136.