Archives de catégorie : Antoine Favre

Sources du lyrisme savoisien : Antoine Favre

5611382368_63b7584e6b_oLes quelques lignes que François de Sales put, au cours de sa vie, écrire sur le paysage savoyard, ont eu quelque chose de plus fondateur, peut-être, que cela n’a été décelé par la critique. Le classicisme, en France, ne peignait pas les paysages, ou le faisait peu. François de Sales peignit essentiellement, lui aussi, un paysage mental. Mais par certains traits, il marqua son attachement à la nature alpine. Outre le passage sur les chevreuils et les chamois de Chamonix, déjà cité, il faut évoquer les mots qu’il prononça sur les environs d’Annecy, dont il aimait le lac et ses abords, particulièrement Saint-Germain, au-dessus de Talloires, où s’élevait un monastère dans lequel il déclara désirer prendre sa retraite : « Quel site délicieux ! », s’écria-t-il. « Ici, les grandes et belles pensées nous viennent en tête aussi dru et menu que les neiges y tombent l’hiver »1. Sans revenir sur son goût des comparaisons, qui ici assimilent les pensées à la neige, il faut tirer de ces paroles une marque supplémentaire de sa conviction que la nature a en elle de l’âme, de l’esprit, et que certains lieux sont plus propices que d’autres à l’élévation intérieure. S’ils parlent au cœur, c’est bien que Dieu y est présent. Idée déjà romantique, et qui annonce Jean-Jacques Rousseau, d’ailleurs disciple, nous l’avons dit, de prêtres savoyards qu’il consacra dans sa Profession de foi du vicaire savoyard. On affirme que François de Sales refusa de devenir coadjuteur du cardinal de Retz, à Paris, pour ne pas avoir à quitter son pays, qu’il aimait2.

Pourtant, les premiers poètes lyriques de Savoie n’évoqueront guère celles-ci. Marc-Claude de Buttet, pour l’essentiel, chanta son Amalthée sur le modèle des poètes de la Renaissance et de Pétrarque. On cite péniblement quelques vers où il évoqua les montagnes3, auxquelles du reste il préférait la ville de Chambéry :

Déjà l’hiver qui tout tremblant frissonne,
Des monts tout blancs, droit nous darde ça bas
Une froideur tant âpre qu’elle étonne
Mes champs aimés, mes soulas, mes ébas…

Il parle de la nature alpine essentiellement pour se plaindre qu’elle l’empêche de mener sa vie normale, d’homme civilisé fréquentant les dames. Rien n’est plus classique, à vrai dire. Voltaire, à Ferney, aura des vers comparables.

D’un lyrisme plus vibrant fut peut-être l’ami de François de Sales, Antoine Favre. Né à Bourg-en-Bresse en 1557, il vécut à Annecy puis à Chambéry, où il mourut en 1624 après avoir présidé le Sénat de Savoie durant de longues années. Il composa des vers religieux dans lesquels il créait des métaphores assez saisissantes pour peindre les tourments de son âme : elles étaient inspirées par l’Évangile. Son détournement du sonnet, issu de Pétrarque, au profit d’une mystique chrétienne, est intéressant, et bien dans l’esprit de François de Sales :

Quelles sont, ô bon Dieu, ces cordes qui te lient,
Sinon tant de péchés qui me tiennent captif !
Qui sont ces fiers bourreaux qui t’écorchent tout vif,
Sinon ces vanités, qui te toi me délient !

Quelle colonne à qui tant de cordes s’allient,
Si ce n’est la durté de mon cœur trop rétif !
Quel est ce fleuve de sang qui coule si naïf ?
N’est-ce tant de pardons, dont mes péchés se rient ?

Secours, ô Dieu, secours, las, toujours le péché
Tiendra-t-il mon malheur à l’enfer attaché ?
Si la corde te plaît, les bourreaux , les gendarmes,

La colonne et le sang, rends-moi la Charité
Pour corde, pour bourreaux un remords effronté,
Pour colonne, ta Croix, pour sang, l’eau de mes larmes.4

La poésie est un moyen de perfectionner son âme, car elle peuple l’intériorité humaine de symboles. Mais ces symboles sont ceux de la tradition chrétienne : Favre ne les crée pas. Quoique le style et la langue soient ceux du XVIIe siècle, l’esprit de ce poème rappelle l’allégorie médiévale. Un autre sonnet, moins imagé, plus directement moral, rend mieux compte de l’ensemble de ses Entretiens spirituels (Turin, 1601), recueil poétique d’inspiration religieuse :

C’est grand cas, mais bien peu de l’homme, et de sa vie :
A peine est il eclos de son premier berceau,
Qu’il court au grand galop à son dernier tombeau
Las de vivre, ains qu’avoir de mourir nulle envie !

A peine il sait à quoi il faut qu’il s’étudie,
Que la mort lui soustrait son livre et son flambeau,
Encor de ce peu d’ans faut-il que le plus beau
S’écoule aux vanités d’une longue folie.

Sa vie n’est que mort, encor ne peut-il point
Apprendre la leçon de mourir bien a poinct :
Plus il vit, moins il sait l’heur et l’art de bien vivre.

Par bien vivre il faudrait apprendre à bien mourir,
Mais pour bien vivre, quoi ? Avant coup discourir

Comme on vivrait jà mort, si l’on pouvait revivre.5

Le ton funèbre de ce sonnet, cependant, peut rappeler une veine du romantisme. Le premier quatrain préfigure le désespoir de l’homme face au temps, à l’éternité, qui ne fait de lui qu’un bref songe. L’esprit baroque, peut-être, préside à cette pensée. Le second tercet est particulièrement frappant, puisque les leçons tirées de la vie ne sont de nul profit pour la vie même, à moins que l’on puisse revivre : ce que ne croyait sans doute pas Favre, mais le thème des vies successives, à l’époque romantique, a bien été déployé6. Ici, le salut n’est que dans l’autre monde.

Jean-Pierre Veyrat, après sa conversion, n’eut pas d’autre doctrine. Toutefois, il l’exprima dans des images plus riches, et dans un style plus ardent. Favre est dans une retenue toute classique.

Notes :

1 Cité dans l’ouvrage de J. Prieur et H. Vulliez, Saints et saintes de Savoie, Annecy, Le Vieil Annecy-La Fontaine de Siloé, 1999, p. 129.

2 Voir Louis Terreaux, « Littérature », dans Savoie, Paris, Christine Bonneton, 1978, p. 224.

3 Ibid., p. 220.

4 Cité par Paul Guichard, Anthologie poétique des pays de l’Ain, t. I, Trévoux, Éditions de Trévoux, 1971, p. 62.

5 Ibid., p. 61.

6 En France, par exemple par Gérard de Nerval (dans Fantaisie, in Poésies et souvenirs, Paris, Poésie/Gallimard, 1974, p . 96), Charles Baudelaire (dans La Vie antérieure, in Les Fleurs du mal, Paris, Ganier-Flammarion, 1964, p. 45) ou Lamartine, à travers La Chute d’un ange, qui évoque pour l’ange du titre, sept incarnations, contemporaines de celles de la femme pour laquelle il s’est fait homme.

Aux sources de l’Académie de Savoie : l’Académie florimontane

22303545668_b4d49cb5a5_oEn 1820, l’Académie de Savoie avait certainement pour projet, sous la coupe d’Alexis Billiet, de ramener la science vers la religion1. Or, cela avait déjà été le projet de l’institution qui lui avait servi de modèle, l’Académie florimontane, créée à Annecy par François de Sales et Antoine Favre. Il s’était agi de lier les humanités à la religion catholique : les deux fondateurs, constatant que la science s’écartait de celle-ci, et que ce que Georges Gusdorf2 appelait la révolution galiléenne mettait à mal le dogme traditionnel, avaient eu pour intention de montrer que la vraie science soutenait la foi, au lieu de la miner.

Son nom renvoie aux « muses [qui] fleurissent parmi les montagnes de Savoie », et ses objets principaux sont « l’exercice de toutes les vertus, la souveraine gloire de Dieu, le service des sérénissimes Princes et l’utilité publique »3. Les orateurs seront invités à traiter, sous forme de leçons, des sept sciences médiévales théologie, politique, philosophie, rhétorique, cosmographie, géométrie, arithmétique. Mais toutes les sciences seront convoquées, amenées à s’inscrire de manière plus ou moins explicite dans l’une des catégories séculaires4.

Créée en 1606 ou en 1607, elle devait sans doute aux académies italiennes, François de Sales ayant été étudiant à Padoue et Antoine Favre à Turin5. Elle fut placée sous la protection du duc de Genevois-Nemours, prince de Savoie cousin du duc Charles-Emmanuel, et comme maître d’un apanage autonome rassemblant le Faucigny et le Genevois depuis plusieurs décennies. Si elle ne fonctionna qu’en 1610, année à partir de laquelle Antoine Favre fut nommé à Chambéry, elle n’en demeura pas moins comme un symbole puissant de renouveau des lettres savoisiennes et de la religion catholique.

Alfonse Delbène en était membre, et il avait déjà fait partie, à Paris, de l’Académie du Palais, fondée en 1570 par le poète Jean-Antoine de Baïf avec l’appui de Charles IX, et qui devait se réunir jusqu’en 1584. Beaucoup de parallèles existaient entre les deux académies. Néanmoins Baïf en avait trouvé le modèle en Italie, et la ressemblance peut être due à ce modèle italien commun.

Antoine Favre, lui, appartenait à l’Académie papinienne de Turin, fondée en 1573. Des similarités plus précises existaient avec l’Académie florimontane.6

L’esprit de François de Sales sera imposé au style adopté : « on traitera de l’ornement des langues, et surtout de la françoise […] ; le stile de parler ou de lire sera grave, exquis, plein, et ne ressentira en point de façon la pédanterie »7. L’auteur de l’Introduction à la vie dévote détestait les recherches rhétoriques de la Renaissance. On a pu voir en lui l’initiateur du classicisme, justement avec Honoré d’Urfé. Vaugelas n’était-il pas le propre fils d’Antoine Favre ? L’auteur des Remarques sur la langue française (1647) fut aussi un membre supposé de cette Académie. Il put former son goût en écoutant les hommes éminents invités à prononcer des discours dans l’hôtel Bagnoréa8, où l’Académie se réunissait, et où les Favre ont résidé à partir de 16089.

Officiellement, le « prince » de l’Académie est Henri Ier de Savoie, duc de Genevois-Nemours ; François de Sales et Antoine Favre ne sont que ses deux « assesseurs », mais ils exercent tour à tour la fonction de président effectif. L’amitié profonde qui les lia ne fut pas pour peu dans la construction de la légende de la Florimontane. Comme plus tard dans l’Académie de Savoie, les membres doivent être de bons catholiques, connus pour être des hommes de bien et de fidèles sujets du Prince. À leur entrée, ils doivent présenter par écrit ou paroles un discours prouvant leurs qualités littéraires. Chaque membre reçoit alors un surnom, comme plus tard dans la franc-maçonnerie. Mais il est en français. Les assemblées générales invitent « tous les braves hommes des arts honnêtes » ; les réunions privées sont réservées aux académiciens. Les discours mêlent volontiers les vers et la prose, et peuvent être des hommages rendus au Prince et aux siens10.

Outre les dignitaires, on trouve parmi les membres plusieurs auteurs d’ouvrages littéraires11, tels Louis de Sales (1577-1654), frère cadet de François, qui composa une tragédie et un traité pour l’instruction de la noblesse ; Claude-Etienne Nouvellet (1545-1613) qui, aumônier d’Anne d’Este12, séjourna avec elle à Paris, y devint l’ami de Dorat, père de la Pléiade, traduisit Ovide et des hymnes religieux, et se rendit l’auteur de discours sérieux et facétieux (Le Bracquemart en cent sonnetz) ; René-Favre de la Valbonne (1582-1656), frère de Vaugelas, auteur du Bien public pour le fait de la justice (1647), dénonciation de la mauvaise administration de la justice en Savoie ; Gaspard Schiffordegher (1583-1631), originaire de Breslau, en Silésie, et compilateur de la littérature juridique : il soutint les idées d’Antoine Favre, correspondit avec lui et composa une étude de ses écrits (Ad Anton. Fabrum) ; Alfonse Delbène, nous l’avons dit ; et Pierre Fenouillet (1580-1652), qui fut l’auteur d’oraisons funèbres de deux rois de France (Henri IV, en 1610, et Louis XIII, en 1643).

On pense que, outre Vaugelas et Honoré d’Urfé, Jean-Pierre Camus (1584-1652) fut membre, ainsi que Pierre Baranzano (1590-1622), professeur de physique et d’hébreu au collège chappuisien : il répandit la théorie de Copernic, correspondit avec Galilée et Bacon et rédigea Uranoscopia seu de coelo (1617), ouvrage mal accueilli par la hiérarchie ecclésiastique. Son cours, publié en partie, s’efforçait de concilier l’aristotélisme officiel avec les données de la science de son temps. Il est la marque que l’aspiration à faire se converger la science et la religion existait à Annecy au début du XVIIe siècle. François de Sales la soutenait puisqu’il assista à l’inauguration du cours de Baranzano, en 1615, et le nomma prêtre dans la foulée. Mais les critiques ne devaient pas épargner le téméraire. Sans doute était-il plus simple de rejeter en bloc Galilée et Bacon.

Notes :

1. Voir les mots d’André Palluel-Guillard sur Alexis Billiet, dans Jean-Pierre LEGUAY (dir.), La Savoie de Révolution française à nos jours, XIXe-XXe siècle, t. 4, Evreux, éd. Ouest France, 1986, p. 187 : « Il participe à la fondation de l’Académie de Savoie d’autant plus activement qu’il est persuadé, à la différence d’Auguste Comte, que la science ne peut aboutir qu’à Dieu et la religion. »

2. Cf. Georges GUSDORF, Le Romantisme I, Paris, Payot & Rivages, 2011, p. 184 : « En dépit du tribunal romain, la révolution galiléenne ouvre la voie de la science expérimentale […]. »

3. Cf. Julien COPPIER, La Florimontane et ses académiciens : 400 ans au service de la connaissance, Journal de l’exposition du 7 décembre 2007 au 30 avril 2008, Annecy, Archives départementales de la Haute-Savoie, 2007, p. 8.

4. Ibid., p. 9.

5. Ibid., p. 7.

6. Ibid., p. 6.

7. Ibid., p. 8.

8. Au 18, rue Sainte-Claire, à Annecy.

9. Ibid., p. 9.

10. Ibid., p. 10.

11. Ibid., p. 11-12.

12. Mère de Henri Ier, épouse de Jacques de Savoie, le modèle du héros de La Princesse de Clèves (1678).