Archives de catégorie : J. R. R. Tolkien

Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 13 : histoire de Peregrin Took et de Meriadoc Brandybuck

L’origine de la tentation d’Aragorn, dont nous avons parlé les dernières fois, nous mène vers un autre personnage, un autre membre de la Compagnie de l’Anneau, qui lui aussi a cédé à la tentation exercée sur son esprit par la pierre d’Orthanc : Peregrin Took. L’histoire de Peregrin et celle de son presque inséparable compagnon, Meriadoc Brandybuck, ressemblent beaucoup, dans leurs grands traits, à celle d’Aragorn, notamment parce que leur victoire est au moins autant temporelle que spirituelle, parce qu’ils sont considérés comme des rois lorsqu’ils retrouvent leur contrée, et enfin parce qu’ils meurent en terre du Milieu : leurs tombes sont d’ailleurs placées près de celle d’Aragorn.

Pippin et Merry ne seront en fait séparés que lors de la phase ultime de la guerre de l’Anneau, et on peut les étudier en un seul bloc ; la différence essentielle entre les deux est la plus grande jeunesse et, partant, la plus grande fragilité morale de Pippin. A leur sujet, T. A. Shippey écrit : “However the true vehicle of the ‘theory of laughter’ is the hobbits ; their behaviour is calqued on the traditional English humour in adversity.”1 Mais si cela se vérifie fréquemment, et sera même dit explicitement par Merry à Aragorn, quoique d’une autre façon, on peut se demander dans quelle mesure la vie de Pippin puis celle de Merry inspirent au lecteur une sorte de mélancolie, de sentiment de déclin. Certes, ces personnages ne sont pas centraux : Tolkien ne parle jamais d’eux dans ses lettres ; mais, fidèles sujets du roi, ils en sont l’écho populaire et humble : le règne de l’homme mortel est aussi le leur.

Par la simple amitié, ils sont amenés à suivre Frodo dans son périple, et aussi en partie parce qu’ils désirent vivre des aventures : ils le connaissent mieux qu’il ne le sait, et ils l’aiment davantage, comme cela se voit lors de la “conspiration” qui scelle leurs liens dans l’aventure. Ainsi Pippin dit-il à Frodo : “‘You must go – and therefore we must, too. Merry and I are coming with you (…) ; you will need more than one companion in your dangerous adventure.'”2 En effet, les deux hobbits voient bien comme une “aventure périlleuse” toute cette affaire qui les dépasse.

Par la suite, rien de remarquable ne les distingue jusqu’au Concile d’Elrond : là sont-ils plus clairement mis à l’épreuve, Elrond désirant les renvoyer chez eux. A ce moment, les deux hobbits sont distingués entre eux de façon explicite, Pippin étant celui qui semble le plus désireux d’accompagner Frodo, mais celui qu’Elrond a le plus de réticence à laisser partir. Pourtant, Gandalf insiste : “‘I think, Elrond, that in this matter it would be well to trust rather to their friendship than to great wisdom'” (293). Merry et Pippin représentent les valeurs morales à la fois les plus simples et les plus fondamentales.

Le premier à déchoir est Pippin, qui cède à la tentation de jeter une pierre dans un puits dans les Mines de Moria : “Pippin felt curiously attracted by the well” (330), nous dit-on : “Moved by a sudden impulse he groped for a loose stone, and let it drop” (331). Il s’agit là d’un jeu d’enfant, et que ce soit Pippin qui tombe dans ce travers n’est pas un hasard : comme le lui dit Gandalf : “‘Fool of a Took ! (…) This is a serious journey, not a hobbit walking-party'” (331). Effectivement, les deux hobbits qui accompagnent leur ami Frodo, et tout particulièrement le plus jeune d’entre eux, prennent tout à la légère, et ne saisissent aucunement l’importance des évènements au sein desquels ils sont impliqués : ils sont presque déplacés – et, livrés à eux-mêmes, pour ainsi dire, ils commettent des fautes et ne sont guère qu’une nuisance. Ainsi ce jet de pierre est-il probablement à l’origine du réveil des Orcs de la Moria et du Balrog ; plus tard, la sottise de l’un et de l’autre est la cause indirecte de la mort de Boromir : dès qu’ils ont appris la disparition de Frodo, ils se dispersent en criant son nom, tombent sur une horde d’Orcs, et Boromir meurt en tentant de les sauver.

Alors se situe un premier tournant : capturés par les Orcs, ils saisissent la nature du Mal. Là, Pippin a un rôle prépondérant, puisqu’il se délivre par sa ruse et sa présence d’esprit : il exploite le désir de l’un de ses geôliers de s’emparer de l’Anneau. Le séjour dans la forêt de Fangorn est la première façon dont ils réparent leurs erreurs, amenant providentiellement un nouvel allié dans la guerre contre Saruman et Sauron, Treebeard. La récompense en sera immédiate, puisqu’ils auront l’honneur de boire l’eau des Ents, qui les fera grandir jusqu’à leur donner une apparence royale au sein de leur peuple. Leur rédemption continuera lorsque Aragorn, Legolas et Gimli pourront se restaurer grâce à leurs bons services : ils sont déjà dignes de servir les grands, quoiqu’ils soient encore indignes d’être leurs égaux.

Pourtant, leur spontanéité les en rendra bien dignes : tout soudainement, ils deviennent, comme Aragorn l’était avant eux, l’instrument par lequel s’accomplissent les prophéties et les vieilles légendes. En étant soumis de façon quasi involontaire à leur nature franche et naïve, ils deviennent eux aussi des incarnations du Verbe.

Leur dignité commence peut-être ainsi à partir du moment où Treebeard, qui est l’une des plus anciennes créatures vivantes de la terre du Milieu, décide d’insérer les hobbits dans sa liste exhaustive des espèces animées : “‘and hungry as hunters, the Hobbit children, / the laughing-folk, the little people'” (609). De façon quasi parallèle, le roi Théoden révèle qu’ils font partie des légendes de Rohan : “‘now before my eyes stand yet another of the folk of legend. Are not these the Halflings, that some among us call the Holbytlan ?'” (581). Soudain, les hobbits acquièrent une existence au sein du langage, au sein des mythes, au sein de l’univers du Verbe lui-même. A partir de ce moment, loin d’être une nuisance, ils participent directement et activement à la victoire sur Sauron.

Certes, Pippin, rongé par la tentation, regardera dans la pierre d’Orthanc : la pierre jetée dans le puits est un antécédent, mais, cette fois, Pippin ne le fait pas parce qu’il croit participer à une promenade de divertissement : il est tenté de façon plus profonde par le palantir, voire par ce qui est au dedans de cette boule de verre. Jetée par Grima, elle est tombée aux pieds de Pippin, qui l’a saisie ; ensuite, il ne peut plus en détacher sa pensée : le hasard seul a fait de lui la victime de cette espèce de possession : “The thought of the dark globe seemed to grow stronger as all grew quiet. Pippin felt again its weight in his hands, and saw again the mysterious red depths into which he had looked for a moment” (614). Ce qui le fascine est bien ce qui se trouve au delà de la pierre elle-même : la volonté et la puissance de Sauron tourmentent son esprit et finissent par le posséder.

Mais Gandalf le contraint à se confesser, puis il l’absout : “‘There is no lie in your eyes, as I feared (…). I forgive you'” (617) ; et lui-même peut ainsi saisir la nature du Mal. La leçon n’a pas servi seulement à Pippin : Merry en reçoit les enseignements de la bouche d’Aragorn. Dès lors, les deux hobbits ont compris l’essence de l’univers : ils ont mesuré l’importance du Mot, qu’il soit utilisé pour les faire sortir de l’obscurité, pour dire la vérité et se délivrer de la tentation, ou pour tirer une leçon des évènements. A la suite de cette intime révélation, ils se mettent au service d’un puissant, de manière spontanée, voulant trouver par là une certaine légitimité : ils tiennent leur rôle dans le monde en étant les fidèles vassaux des Hommes qui règnent. Le serment passé auprès d’un Homme, ou même d’un roi parmi les Hommes, est pour les hobbits à l’image de celui qu’on passe avec la Divinité, avec l’autorité suprême.

Pippin, certes, arrivant à minas Tirith, semble sortir du rêve des fils de Denethor, au sein duquel des vers faisaient allusion à un “Halfling” ; mais, mieux encore, il acquiert un nouveau nom, dans la noble langue de Gondor : “Pheriannath”. Puis il se met au service de Denethor, ce qui le fait entrer dans l’univers du langage féodal, puisqu’il le fait par un serment :

‘Here do I swear fealty and service to Gondor, and to the Lord and Steward of the realm, to speak and to be silent, to do and to let be, to come and to go, in need or in plenty, in peace or war, in living or dying, from this hour henceforth, until my lord release me, or death take me, or the world end. So say I, Peregrin son of Paladin of the Shire of the Halflings.’ (786)

répète-t-il après Denethor : ainsi est-il entré dans la légende, ainsi peut-il être à la fois dans le monde physique et dans le monde spirituel, et cela va de pair avec une élévation à la fois matérielle et morale.

Or, au même moment, Meriadoc agit exactement d’une façon similaire avec le roi Théoden :

Filled suddenly with love for this old man, he knelt on his knee, and took his hand and kissed it. ‘May I lay the sword of Meriadoc of the Shire on your lap, Théoden King ?’ he cried. ‘Receive my service, if you will !’

‘Gladly will I take it,’ said the king ; and laying his long old hands upon the brown hair of the hobbit, he blessed him. ‘Rise now, Meriadoc, esquire of Rohan of the household of Meduseld !’ he said. (808-809)

Il est par ailleurs remarquable que quand les deux vieillards auxquels les hobbits ont prêté serment mourront, et que leurs héritiers respectifs, Faramir et Eomer, se soumettront à Aragorn, ils deviendront les hommes-liges de celui-ci par voie de conséquence : cela montre à quel point Pippin et Merry représentent la jeune génération, celle qui monte et qui, supplantant l’ancienne, règnera sur un monde purifié mais abaissé. Ainsi leur propre élévation dans le monde ne tardera pas à faire ses preuves, et tous deux sauveront la vie non de leurs suzerains, mais des héritiers de ceux-ci.

Merry, alors même que sa nature apparemment inférieure le laissera à l’écart des grands batailles, frappera, inaperçu, voire dédaigné, le chef des Nazgûls, sauvant ainsi Eowin, soeur d’Eomer et future épouse de Faramir : le serment de fidélité fera de lui l’égal d’un héros. Grâce à lui peut s’accomplir la prédiction selon laquelle le chef des Nazgûls ne serait pas abattu par un Homme : il l’est par une femme et un hobbit.

Mais Pippin est quant à lui soumis à un dilemme profond, puisqu’en faisant en sorte de sauver Faramir, il trahit la volonté manifeste de Denethor. Sa loyauté ne peut être clairement révélée par cette action : il n’obéit guère qu’à son bon sens et à la raison, et, de façon ultime, à Gandalf lui-même. Certes, il a pris la mesure des évènements, et il est bien entré dans la vérité du langage ; mais il est davantage menacé d’en sortir que Merry par les dilemmes auxquels il est confronté : “‘What are you doing here ?’ said Gandalf. ‘Is it not a law in the City that those who wear the black and silver must stay in the Citadel, unless their lord gives them leave ?'” (884). Gandalf, en s’adressant ainsi à Pippin, touche du doigt le problème qui se pose au jeune hobbit. Mais Denethor lui a permis de se mettre au service de Gandalf : “‘Your service has been short, and now it is drawing to an end. I release you from the little that remains. Go now, and die in what way seems best to you. And with whom you will, even that friend whose folly brought you to this death'” (857). En rentrant dans le service de Gandalf, Pippin n’a pas fait ses preuves auprès du futur roi Aragorn : il ne fait pas encore tout à fait partie de ceux qui doivent s’imposer ; alors que Meriadoc se plaint de ne pas pouvoir partir au combat, Aragorn s’adresse à lui : “‘Do not be ashamed. If you do no more in this war, you have already earned great honour. Peregrin shall go and represent the Shirefolk ; and do not grudge him his chance of peril, for though he has done as well as his fortune allowed him, he has yet to match your deed'” (917). On s’efforce donc d’équilibrer les rôles afin que tous les deux méritent également les honneurs par les services rendus au roi : ainsi Pippin tue-t-il un troll des collines afin de sauver Beregond, qui est le chef de la garde, et donc son supérieur direct, et qui est aussi le fidèle serviteur de Faramir.

La première réaction de Sam, alors qu’il retrouve les deux hobbits, est significative : “‘How they have grown !'” (991), s’écrie-t-il. Peregrin et Meriadoc sont littéralement entrés dans dans la légende, certes; mais ils ont aussi grandi en stature au sein même de l’Histoire : ils sont devenus des personnages historiques, car ils appartiennent autant au monde du mythe et du rêve qu’aux temps historiques qui constituent le règne des Hommes ; que leur taille ait augmenté est peut-être significatif de la nouvelle proximité existant entre les Hobbits et les Hommes : ils sont comme à l’origine d’une partie de l’humanité actuelle, probablement la plus modeste.

La manière dont ils sont adulés lors du retour au pays par les membres de leur race le montre bien : “‘Lordly’ folk called them, meaning nothing but good ; for it warmed all hearts to see them go riding by with their mail-shirts so bright and their shields so splendid, laughing and singing songs of far away ; and if they were now large and magnificent, they were unchanged otherwise, unless they were indeed more fairspoken and more jovial and full of merriment than ever before” (1063). Certes, tient-on à nous préciser, Meriadoc et Peregrin ne sont pas tombés dans le péché d’orgueil ; mais leur gloire a quelque chose d’irritant, en ce que, essentiellement mondaine, elle tend à obscurcir le sacrifice de Frodo. Et puis elle contraste avec le départ des porteurs de l’Anneau vers l’Ouest. Eux se sentent bien dans un monde qui leur appartient, au sein duquel ils ont vaincu leurs adversaires, précisément parce que, parallèlement, ce monde a déchu. On peut même aller jusqu’à dire que Merry et Pippin sont seigneuriaux parce qu’ils ont une nature inférieure à ceux qui font partie de l’ancien monde, à ceux qui s’en vont vers l’Ouest, parmi lesquels se trouvent Sam et Frodo.

Ce n’est donc pas un hasard si Merry et Pippin, nous dit-on dans “The Tale of Years”, sont finalement mis en sépulture à côté d’Aragorn : “It is said that the beds of Meriadoc and Peregrin were set beside the bed of the great king” (1134). Au bout du compte, leur existence dégage également quelque chose de mélancolique : leur gloire est passagère et la mort la fait s’estomper avec plus de célérité que celle de Frodo ou de Sam ; car si ces derniers ont gagné une terre immortelle, si leur mort n’est ainsi pas mentionnée, les deux serviteurs du roi voient leur gloire relativisée par le caractère mondain de leurs succès. Leur mort rappelle que rien ne dure en ce monde, même les plus grands héros : et il y a là une source de tristesse.

La mortalité n’apparaît comme un présent de la Providence que de façon ambiguë. Le caractère immatériel de ce qui se situe en dehors du monde rend le monde mortel moins attrayant que le monde immortel : le désir combat ici la raison.

Notes :

1. Shippey, The Road 142.

2. Tolkien, The Lord 118.

Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 12 : Aragorn fils de l’Atlantide

La dernière fois, nous avons montré que le personnage d’Aragorn avait pour principe de dévoiler l’ancienne gloire cachée, la secrète beauté du monde.

La première occasion qui permettra à Aragorn de dévoiler l’authenticité de son rang adviendra lors de son séjour à Rivendell, lieu de sauvegarde de l’ordre ancien, mais aussi lieu où l’on ne peut mentir, qui ne se paye pas d’apparences. On apprend donc bien vite qu’Aragorn descend de la race supérieure des Numenoréens, puisque Bilbo l’appelle “‘The Dunadan (…) : Man of the West, Numenorean'” (249). Aragorn est bientôt vu en compagnie d’Arwen, la fille d’Elrond dont la beauté fascine Frodo, et son apparence vestimentaire a déjà changé à cette occasion : “To his surprise Frodo saw that Aragorn stood beside her ; his dark cloak was thrown back, and he seemed to be clad in elven-mail, and a star shone on his breast” (254). Symboliquement encore, le manteau sombre s’écarte pour laisser luire la cotte de maille elfique et l’étoile sur la poitrine, comme si le monde se lavait de sa saleté pour reparaître tel qu’il est derrière la croûte, c’est-à-dire brillant et jeune, immortel et glorieux.

Mais le moment ne semble jamais venu pour Aragorn de se révéler. De ce point de vue, il est remarquable qu’il ne réclame jamais ce qui est dû à son rang, et qu’il ne veuille pas contraindre qui que ce soit à admettre son autorité : il ne cherche pas à acquérir le sceptre, s’en remettant plutôt à la Providence. Ainsi, lorsque Boromir doute de l’authenticité de son lignage, il est bien loin de se mettre en colère ; tout au rebours, il lui répond : “‘For my part I forgive your doubt (…). Little do I resemble the figures of Elendil and Isildur as they stand carven in their majesty in the halls of Denethor. I am but the heir of Isildur, not Isildur himself (…). But now the world is changing once again. A new hour comes. Isildur’s Bane is found. Battle is at hand. The Sword shall be reforged'” (265-266). L’humilité est un trait fondamental du personnage ; Aragorn ne resurgit que parce que l’Anneau lui-même a réapparu : non qu’il veuille récupérer son bien, mais qu’il veut réparer le mal qui a été commis par son ancêtre, et qui a causé la ruine de la lignée royale. L’Anneau est lié à Aragorn, car soit il sera détruit et Aragorn pourra remonter sur le trône, soit il sera utilisé par un conquérant, et la chute de la lignée d’Elendil sera totale. La rédemption de la lignée adviendra autant qu’Aragorn pourra favoriser la destruction de l’Anneau.

Cependant, on sait, par diverses allusions, qu’il est vieux et que ses racines s’enfoncent jusqu’à un lointain passé. La moindre de ces allusions n’est pas sa vieille amitié avec Gandalf. Le moment où l’on perçoit le mieux l’ancienneté de cette amitié est peut-être celui où on apprend que Gandalf et lui ont déjà franchi il y a longtemps le seuil des Mines de Moria. Il voit plus clairement l’avenir de Gandalf que Gandalf lui-même : il le prévient de sa chute : “‘It is not of the Ring, nor of us others that I am thinking now, but of you, Gandalf. And I say to you : if you pass the doors of Moria, beware !'” (314).

De la même façon, il connaît bien Lothlorien et Galadriel, et, à son propos, il a de lointains souvenirs qu’il ne révèle pas : “[he] sighed as if some memory stirred in him” (356). Plus loin, on apprend du reste que : “‘The name of Aragorn son of Arathorn is known in Lorien, (…) and he has the favour of the Lady'” (362). Il est lié à tout ce qui est immortel en la terre du Milieu, et il ne manque pas d’une certaine puissance spirituelle qui lui dévoile le monde dans sa totalité, au delà des barrières du temps. Là se situe le caractère authentique de la royauté. Et il se révélera cette fois de façon certaine lorsque Aragorn se trouvera face aux statues de ses ancêtres : “Frodo turned and saw Strider, and yet no Strider ; for the weatherworn Ranger was no longer there. In the stern sat Aragorn son of Arathorn, proud and erect, guiding the boat with skilful strokes ; his hood was cast back, and his dark hair was blowing in the wind, a light was in his eyes : a king returning from exile to his own land” (413). A mesure qu’il entre plus avant dans le pays de ses ancêtres, le caractère royal d’Aragorn se découvre ; mais il apparaît aussi à mesure que le face à face avec Sauron se précise, et que Frodo lui-même s’apprête à détruire l’Anneau.

Là repose le dilemme d’Aragorn : cette destruction est d’une importance capitale pour lui et il ne peut prétendre au trône tant qu’il continuera d’exister ; mais il ne peut rien faire de son côté pour accéder au trône, et il doit laisser agir la Providence. Ainsi ne suivra-t-il pas Frodo vers Mordor, et parcourra-t-il les terres de Rohan à la recherche de ses virtuels sujets, Meriadoc et Peregrin, ce qui est proprement son devoir de roi.

A cette occasion, il s’affirmera comme un roi auprès des Rohirrim. En présence de l’héritier du trône de Rohan, Eomer :

Aragorn threw back his cloak. The elven-sheath glittered as he grasped it, and the bright glade of Anduril shone like a sudden flame as he swept it out. ‘Elendil !’ he cried. ‘I am Aragorn son of Arathorn, and am called Elessar, the Elfstone, Dunadan, the heir of Isildur Elendil’s son of Gondor. Here is the Sword that was Broken and is forged again ! Will you aid me or thwart me ? Choose swiftly !’

Gimli and Legolas looked at their companion in amazement, for they had not seen him in this mood before. He seemed to have grown in stature while Eomer had shrunk ; and in his living face they caught a brief vision of the power and majesty of the kings of stone. For a moment it seemed to the eyes of Legolas that a white flame flickered on the brow of Aragorn like a shining crown.

Eomer stepped back and a look of awe was in his face. He cast down his proud eyes. ‘These are indeed strange days,’ he muttered. ‘Dreams and legends spring to life out of the grass.’ (454)

Eomer a touché du doigt un point majeur : Aragorn est l’accomplissement vivant de la prophétie, c’est-à-dire des rêves et des légendes. Il est avant tout une incarnation de la vérité de l’esprit. Il reste donc très mystérieux, comme s’il n’avait pas d’épaisseur psychologique, ou comme si sa pensée se situait au delà de la perception du narrateur : il ne fait jamais rien de plus que ce que son devoir lui dicte, ni jamais rien de moins. Le monde n’est jamais observé de son point de vue, et s’il l’était, la perception serait probablement quasi omnisciente, car il est un symbole vivant, une image révélée de la Royauté.

Le mythe ne fait pas croître en puissance Aragorn : il fait éclater au grand jour sa véritable nature, et son accession au trône n’est en rien un progrès matériel, mais seulement la victoire du vrai sur le faux, de l’essence sur l’apparence, de la lumière sur l’ombre. Aragorn reste toujours le même : mais à mesure que l’on approche de la fin, les ombres se dissipent autour de lui, il quitte ses vieux habits poudreux, et il se manifeste dans sa royale nudité. C’est dire qu’il est réellement une incarnation du Verbe, dans un monde où celui-ci est occulté par les mensonges et les apparences trompeuses. Mais il ne semble pas avoir de volonté propre. Il s’en remet toujours expressément à Gandalf, qui représente l’autorité suprême, qui est un Envoyé : “‘Let none now reject the counsels of Gandalf (…). But for him all would long ago had been lost'” (914), dit-il.

Et pourtant, il prendra une décision personnelle, la plus importante et peut-être la seule véritable, celle de se servir de la pierre d’Orthanc, ce qui n’est permis qu’aux rois authentiques, et de se révéler ainsi à Sauron. Là peut-être est une faille dans le caractère d’Aragorn. Le palantir exerce sur celui qui le possède une fascination obsédante, liée à la soif de connaissance, car il est relié à la fois au passé le plus reculé et à l’esprit de Sauron. Or, la tentation de l’héritier d’Isildur est tout naturellement de se mesurer avec l’antique ennemi de sa lignée, et de montrer qu’il est son égal pour ce qui est de la force de volonté : il y a là une sorte d’orgueil rappelant Boromir, ou Isildur lui-même, car, quoique l’Anneau ne soit pas ici en cause, il s’agit bien d’imposer sa volonté par le biais d’une science, ou d’une magie venue des anciens âges. Aragorn ne suit d’ailleurs pas, à cette occasion, les conseils de Gandalf : “‘But if I may counsel you in the use of your own, do not use it – yet ! Be wary !’

‘When have I been hasty or unwary, who have waited and prepared for so many long years ?’ said Aragorn.

‘Never yet. Do not then stumble at the end of the road,’ answered Gandalf” (618). Or, Aragorn trébuchera en se révélant à l’Ennemi plus tôt qu’on ne le lui conseillait.

‘I have looked in the stone of Orthanc, my friends.’

‘You have looked in that accursed stone of wizardry !’ exclaimed Gimli with fear and astonishment in his face. ‘Did you say aught to – him ? Even Gandalf feared that encounter.’

‘You forget to whom you speak,’ said Aragorn sternly, and his eyes glinted. ‘Did I not openly proclaim my title before the doors of Edoras ? What do you fear that I should say to him ? Nay, Gimli,’ he said in a softer voice, and the grimness left his face, and he looked like one who has laboured in sleepness pain for many nights. ‘Nay, my friends, I am the lawful master of the stone, and I had both the right and the strength to use it, or so I judged. The right cannot be doubted. The strength was enough – barely.’ (811)

On peut sentir de l’orgueil, dans les paroles d’Aragorn, ou au moins de la fierté. Car il invoque des droits légitimes, et il reconnaît aussi que sa force de volonté était à la limite de chanceler. Afin de se justifier d’un point de vue stratégique, cependant, il dit exactement le contraire de ce qu’a dit Gandalf, qui recommandait la prudence : “‘We must press our Enemy, and no longer wait upon him for the move'” (812). A l’insu de Gandalf, Aragorn entreprend une stratégie destinée à renverser Sauron et à ainsi reprendre son sceptre. Il n’est plus seulement l’instrument du destin : cette fois, il agit en stratège et en général d’armée. Mieux encore, cette stratégie est bien loin d’être l’incarnation de la Vérité, puisqu’il s’agit de tromper Sauron, d’hypnotiser son regard, afin que Frodo puisse atteindre inaperçu le Mont du Destin : bref, il s’agit d’effectuer une ruse, et de se servir, finalement, du mensonge. Si Sauron ne peut être vaincu sans l’aide de la Providence, il ne peut l’être non plus sans ruses stratégiques. On a rejeté l’Anneau, mais la victoire reste impossible sans une certaine tricherie, voire une certaine magie, puisque cette stratégie nouvelle ne prend forme qu’avec l’utilisation du palantir.

Mais cette justification stratégique n’est pas des plus heureuses ; et la réaction de Sauron est plus vive qu’Aragorn ne l’attendait : “‘Though if I had foressen how swift would be his onset in answer, maybe I should not have dared to show myself'” (913), dit-il : mais, précisément, Gandalf l’en avait prévenu. Pour sauver Gondor, qu’il a menacée par son orgueil, il doit emprunter les Chemins des Morts, et appeler à lui des spectres : et il est difficile de ne pas comparer ceux-ci aux Nazgûls, qui sont des Numenoréens déchus, car l’effet que les uns et les autres produisent sur les mortels est identique : il devient de plus en plus difficile de discerner le Bien du Mal.

Si la malice manifeste de Sauron consiste en ses fantômes chevauchant des ptérodactyles, la puissance d’Aragorn est ambiguë, puisqu’il la tire d’autres fantômes. Mais là encore, toute la différence vient de la prophétie, qu’Aragorn réalise :

‘Thus spoke Malbeth the Seer, in the days of Arvedui, last king at Fornost,’ said Aragorn :

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Whose shall the horn be? Who shall call them
from the grey twilight, the forgotten people?
The heir of him to whom the oath they swore
From the North shall he come, need shall drive him.
He shall pass the Door to the Paths of the Dead. (812)

Ainsi Aragorn représente-t-il le Bien avant tout parce qu’il fait en sorte que les mythes deviennent réalité : il donne une chair aux anciens chants.

Mais d’un point de vue humain et personnel, sa position est plus ambiguë. La manière dont il surgit aux Champs de Pelennor l’exprime bien : Eomer voit les navires des Corsaires d’Umbar, qu’il ne sait pas avoir été saisis par Aragorn. “Now he looked on to the River, and hope died in his heart, and the wind that he had blessed he now called accursed” (880) ; et Aragorn ne peut dissiper le malentendu qu’en clamant son titre et en hissant sa bannière, c’est-à-dire en se justifiant par son lignage. Il est ainsi bientôt reconnu pour le roi authentique, malgré sa prudence, car il ne veut pas être considéré comme tel avant la chute complète de Sauron : il accomplit en effet encore les prophéties par ses talents de guérisseur. “Thus spake Ioreth, wise-woman of Gondor : The hands of the king are the hands of a healer, and so shall the rightful king be known” (897).

Mais en quoi le roi légitime peut-il être préférable à un autre, c’est ce qu’on ne pourrait toujours pas voir de façon précise, si Aragorn ne respectait pas la liberté absolue de ses sujets ; ainsi prend-il pitié de ceux qui sont terrorisés par Mordor et les laisse-t-il à leur guise déserter son armée : il montre qu’il s’en remet essentiellement à la Providence, mais aussi à sa stratégie générale, et qu’il n’entend contraindre personne à le suivre : ayant Dieu, pour ainsi dire, avec lui, il ne cherche pas à imposer son point de vue aux hommes.

Malgré ses tentations et son imperfection, il reste le roi légitime des hommes libres. Et, après sa victoire sur Sauron, il est couronné et définitivement révélé au monde :

But when Aragorn arose all that beheld him gazed in silence, for it seemed to them that he was revealed to them now for the first time. Tall as the sea-kings of old, he stood above all that were near ; ancient of days he seemed and yet in the flower of manhood ; and wisdom sat upon his brow, and strength and healing were in his hands, and a light was about him. (1004)

A la fois mortel et immortel, il incarne le point de passage entre le divin et l’humain ; il est donc couronné par Gandalf et par Frodo. Il est ce sens l’instrument du Destin, comme l’était Enée, et l’incarnation du Verbe.

Certes, c’est par amour, non par contrainte, que sa royauté fut révélée ; mais son caractère ambigu va de pair avec sa nature mortelle : en tant qu’homme, il ne saurait être absolument pur, il ne saurait être que l’instrument du destin. Il a lui aussi ses ambitions personnelles et ses faiblesses, et une imperfection propre à tous les hommes. Son avènement est bien que la signification que l’homme, qui est partagé entre le Bien et le Mal, va régner sur un monde renouvelé, au sein duquel le Bien et le Mal n’auront plus d’existence physique, mais seront contenus tout entiers dans la nature profonde des êtres.

La victoire d’Aragorn, en bref, ne signifie pas seulement la victoire du Bien sur le Mal, mais, d’une part, l’accomplissement des prophéties, ce qui est un bien à un niveau spirituel, et, d’autre part, la victoire des mortels sur les immortels, qui est une marque de déclin général à un niveau matériel. On arrive à ce paradoxe qu’à la réalisation des rêves et des mythes correspond le départ des choses de l’autre monde, qui appartiennent elles-mêmes aux rêves des mortels. Or, c’est ce grand sacrifice qui est réalisé par Aragorn, en ce sens autant un chef spirituel qu’un chef temporel, autant, pour ainsi dire, un pape qu’un roi : quand on sait que Tolkien disait que les possessions de Gondor correspondaient géographiquement au Saint Empire romain, on comprend que si Boromir était comparable à Roland, Aragorn rappelle quant à lui Charlemagne. En devenant roi après sa victoire sur Sauron, il inaugure une sorte d’ère chrétienne, essentiellement humaine et tournée vers l’éternité, et il achève l’ère païenne et tragique qui domine The Silmarillion ; une ère qui est aussi celle des Elfes immortels :

And Gandalf said[ to Aragorn] : ‘This is your realm, and the heart of the greater realm that shall be. The Third Age of the world is ended, and the new age is begun ; and it is your task to order its beginning and to preserve what may be preserved. For though much has been saved, much must now pass away ; and the power of the Three Rings also is ended. And all the lands that you see, and those that lie around them, shall be the dwellings of Men. For the time comes of the Dominion of Men, and the Elder Kindred shall fade or depart.’ (1007)

On n’aurait pas fini de parler d’Aragorn si on n’évoquait pas sa mort, rapportée dans l’Appendice A (V) : “Here Follows a Part of the Tale of Aragorn and Arwen”1 ; Aragorn meurt comme doit mourir le mortel qu’il est, mais sa mort ressemble surtout au sommeil, car il l’a choisie librement, acceptant sa destinée, et croyant véritablement à une vie après la mort : “‘Behold ! we are not bound for ever to the circles of the world, and beyond them is more than memory. Farewell !'” (1100). La mortalité triomphante peut donc croire en une résurrection dans l’éternité, hors du monde, contrairement aux immortels, pour lesquels l’éternité ne signifie rien, qui sont prisonniers du monde. C’est bien de ce point de vue qu’Aragorn est un chrétien. Mais la mortalité et l’éternité signifient la chute de l’immortalité : son règne est donc l’avènement d’un monde qui a matériellement décliné, et qui continuera de le faire, malgré l’espoir d’une vie “au delà des cercles du monde”.

Note :

1. Tolkien, The Lord 1094.

 

Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 11 : la légende d’Aragorn

La dernière fois, partant de Boromir, nous avons montré que les héros de jadis, dans Le Seigneur des anneaux de Tolkien, tendaient à la ruine et à la chute.

Mais ce mouvement de déclin est contre-balancé par les succès d’Aragorn et de ses compagnons directs. Au sein de la Communauté de l’Anneau, tous ne sont pas corrompus par l’objet forgé par Sauron, même parmi les mortels. Ainsi, ni Aragorn, ni Meriadoc, ni Peregrin ne semblent tentés par sa malice.

Leurs destinées, au demeurant, se ressemblent, en ce qu’elles ne donnent pas l’impression d’un déclin fondamental. Tout au contraire, malgré les épreuves, on a le sentiment qu’ils vont de victoire en victoire. Mais on peut se demander si les apparences, ici, ne sont pas trompeuses.

Il est remarquable que la nature d’Aragorn soit celle qui ait le plus changé au cours des réécritures successives du manuscrit. Au départ, il ne se nommait même pas Strider, mais Trotter, ce qui diminuait de beaucoup l’étendue de ses pas, et les noms d’Aragorn ou d’Elessar n’étaient pas encore inventés, ou, pour parler comme Tolkien, découverts. Mieux encore, il n’était pas un Homme, mais un Hobbit. En aucun cas ce personnage errant ne dissimulait des ancêtres glorieux.

Dans les premières versions, lorsque Trotter apparaît à Bingo à Bree, il est :

a queer-looking, brown-faced hobbit, sitting in the shadows behind the others. . . . He had an enormous mug (more like a jug) in front of him, and was smoking a broken-stemmed pipe right under his rather long nose. He was dressed in dark rough brown cloth, and had a hood on, in spite of the warmth, – and, very remarquably, he had wooden shoes!1

Ce portrait contraste à plus d’un titre, et c’est peu dire, avec la manière dont Aragorn apparaît à Frodo pour la première fois dans la version définitive :

Suddenly Frodo noticed […] a strange-looking weather-beaten man sitting in the shadows near the wall […]. He had a tall tankard in front of him, and was smoking a long-stemmed pipe curiously carved. His legs were stretched out before him, showing high boots of supple leather that fitted him well, but had seen much wear and were now caked with mud. A travel-stained cloak of heavy dark-green cloth was drawn close about him, and in spite of the heat of the room he wore a hood that overshadowed his face; but the gleam of his eyes could be seen as he watched the hobbits.2

La comparaison qu’on peut faire entre ces deux passages est particulièrement intéressante. “Strange” est sans doute moins rebutant que “queer” ; “weather-beaten” implique une existence longue et difficile, mais “brown-faced” évoque davantage la pauvreté et la simple saleté ; “tall tankard” est sans doute plus noble et moins grotesque que “enormous mug (more like a jug)”, et, d’un point de vue sonore même, la rime de la première version renvoie aux contes traditionnels, tendant à donner au personnage dont il est question un caractère comique et ridicule ; la pipe n’est plus “broken-stemmed”, mais “long-stemmed”, et, de surcroît, “curiously carved”, détail artistique qui ne saurait demeurer inaperçu, puisqu’il donne l’idée d’un certain raffinement ; il paraît inutile de comparer les “very remarkably […] wooden shoes !” aux “high boots of supple leather” : les bottes de cuir souple sont aussi aristocratiques que le sont peu les souliers de bois, voire les sabots ; notons aussi la disparition de l’exclamation, par laquelle le ton comique et familier est remplacé par un langage plus impersonnel, ce qui provoque un ennoblissement de la chose décrite ; enfin, les yeux de Strider brillent déjà du feu de la royauté, remplaçant ainsi favorablement le peu amène “rather long nose” de Trotter.

Mais en s’ennoblissant, le personnage développe une apparence mélancolique : il a l’air d’un homme usé par le temps (non seulement “weather-beaten”, mais “time-beaten”), tout droit sorti du passé, issu d’un monde noble mais déchu : ce qu’il est réellement, comme on l’apprendra par la suite. S’il ne décline pas lui-même, il devient l’expression d’un déclin plus général. Mais il est aussi l’expression de la brève renaissance du monde, car au delà de son apparence de vagabond, il demeure un roi, et en garde la dignité, comme cela est visible dans les grandes occasions. Celles-ci ne manqueront d’ailleurs pas, et tendront à le révéler dans toute sa noblesse. Comme le disent les vers qui le concernent :

All that is gold does not glitter,
Not all those who wander are lost ;
The old that is strong does not wither,
Deep roots are not reached by the frost.
From the ashes a fire shall be woken,
A light from the shadows shall spring ;
Renewed shall be the blade that was broken,
The crownless again shall be king. (186)

Le parcours d’Aragorn sera donc celui d’un homme qui rétablit la vérité en dissipant les ombres, en dispersant les cendres, en retrouvant ce qu’il n’a jamais vraiment perdu, réconciliant l’apparence et l’essence des choses.

(À suivre.)

Notes :

1. Tolkien, The Return 137.

2. Tolkien, The Lord 172.

Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 10 : la mort de Boromir

Dans les articles précédents, nous avons étudié les personnages de Frodo Baggins et de Sam Gamegee.

Il est un membre de la Compagnie de l’Anneau qui a été tout à fait corrompu par l’objet, et appartient aussi, tout en étant mortel, à un monde dépassé : Boromir. Son cheminement est relativement simple : dès l’origine orgueilleux et fier, il sait dominer les hommes et les choses. Il se laisse corrompre sans ambiguïté. Ne comprenant pas la nature profonde de cet objet, il ne voit que le profit matériel qu’on peut en tirer, et à mesure que les représentations physiques de l’autorité suprême s’éloignent ou disparaissent, il devient toujours plus hardi dans sa tentative de s’emparer de l’Anneau : d’abord soumis à Elrond, puis à Gandalf, il s’en remet à leur volonté ; mais lorsque Aragorn prend le commandement, et que la Compagnie se rapproche de Gondor, l’appel de l’Anneau se fait en lui plus pressant.

Ainsi, au Concile d’Elrond, il commence par douter du lignage d’Aragorn, et les mots “proud” et “doubt”1 caractérisent son attitude : il n’entend pas aisément se démettre du rang qu’il occupe à Gondor. Dans son amour pour sa patrie, il voit l’Anneau avant tout comme une arme dont on doit se servir contre ses ennemis : “‘Let the Ring be your weapon, if it has such power as you say. Take it and go forth to victory!'” (285). Gandalf et Elrond expliquent la nature mauvaise de l’objet et qu’ils ne l’utiliseront pas comme arme, et : “Boromir looked at them doubtfully, but he bowed his head. ‘So be it,’ he said” (285). Il se soumet à l’autorité, mais il ne croit pas en ses raisons : il n’a pas foi en la parole des Sages. Il est d’une fidélité profonde, mais la perception spirituelle du monde lui fait défaut : il raisonne d’une façon essentiellement matérialiste.

Pour cette raison, il tendra à prendre des choix personnels opposés à ceux de Gandalf, notamment lorsqu’il s’agira de passer par Moria : “‘I will not go,’ said Boromir: ‘not unless the vote of the whole company is against me. . . . The Ring-bearer’s voice surely should be heard ?'” (314). Déjà, Boromir regarde celui qui porte l’Anneau comme le centre de ses propres affaires : il ne le quittera pas, tâchant plus tard de le convaincre de le suivre à Minas Tirith.

Sa chute sera consommée lors de son passage à travers Lothlorien. Comme le dira plus tard Sam au frère de Boromir, Faramir : “‘it’s my opinion that in Lorien he first saw clearly what I guessed sooner : what he wanted. From the moment he first saw it he wanted the Enemy’s Ring !'” (707). En effet, la nature immortelle de Lorien est propre à faire naître les désirs corrupteurs : l’envie s’empare alors clairement de celui la portait inconsciemment en soi. Cette terre tend à révéler le Bien et le Mal. Comme le dit Aragorn : “‘There is (…) in this land no evil, unless a man bring it hither himself'” (377). Boromir est tenté par Galadriel elle-même : “‘almost I should have said that she was tempting us, and offering what she pretended to have the power to give. It need not be said that I refused to listen. The Men of Minas Tirith are true to their word'” (377). Galadriel a révélé en lui le désir de posséder l’Anneau, par la seule promesse, semble-t-il, qu’implique sa beauté. Mais déjà, on peut percevoir ce qui sauvera Boromir au bout du compte : sa fidélité, et sa capacité à tenir sa parole. Boromir possède la haute vertu de la soumission à l’autorité légitime, et il ne basculera donc pas du côté du Mal, représenté effectivement par un usurpateur. Il y a une profonde humilité au delà de son orgueil apparent.

Certes, le désir de posséder l’Anneau l’envahira de façon absolue. Après avoir quitté Lothlorien, Boromir se montrera de plus en plus orgueilleux et acerbe, voire rebelle aux commandements supérieurs. Sa volonté de rentrer à Minas Tirith, qu’il est à la fois de son devoir et de son désir de protéger, est déjà une atteinte à l’intégrité de la Communauté de l’Anneau et à l’autorité d’Aragorn ; il veut convaincre la Compagnie de se rendre à Minas Tirith et réellement, ainsi, prendre la direction des opérations. Mais, toujours fidèle à sa parole : “‘I shall go to Minas Tirith, alone if need be, for it is my duty,’ said Boromir ; and after that he was silent for a while, sitting with his eyes fixed on Frodo, as if he was trying to read the Halfling’s thoughts” (389). Le désir grandira en lui, bien qu’il le dissinmule, voulant donner l’apparence de respecter les commandements des Sages, à commencer par ceux d’Elrond : “Plainly Boromir’s thought was different from his final words. It would be folly to throw away : what ? The Ring of Power ? He had said something like this at the Council, but then he had accepted the correction of Elrond” (389). Il aura bientôt l’occasion d’exprimer plus clairement sa pensée devant Frodo, lors d’un long débat qu’il tiendra avec lui. “‘The Ring would give me the power of Command'” (418), dit-il ; “his talk dwelt on walls and weapons, and the mustering of men ; and he drew plans for great alliances and glorious victories to be ; and he cast down Mordor, and became himself a mighty king, benevolent and wise” (418). Boromir croit qu’il suffit d’avoir de bonnes résolutions et de pouvoir les mettre en œuvre pour accomplir le Bien. Mais l’enfer est pavé de bonnes intentions ; et il est bien possédé par l’orgueil, franchissant le seuil qui sépare la loyauté de son contraire, et voulant contraindre Frodo par la force après n’être pas parvenu à le convaincre par ses raisons : “His fair and pleasant face was hideously changed ; a raging fire was in his eyes” (419).

Mais une fois que Frodo lui a échappé, il se rend compte qu’il a passé les bornes de la loyauté : “‘What I have said ?’ he cried. ‘What I have done ? Frodo, Frodo !’ he called. ‘Come back! A madness took me, but it has passed. Come back !'” (420). Et pourtant, son désarroi peut venir de ce qu’il n’est pas parvenu à se saisir de l’Anneau : il tenterait par sa fausse repentance de ramener Frodo afin de le convaincre. Car Boromir ne sait sans doute pas que son raisonnement vis à vis de l’Anneau est faux : tout ce qu’il voit est qu’il a trahi ses amis, qu’il a désobéi à ses supérieurs et qu’il mérite le blâme selon son propre code de l’honneur ; il a ainsi prouvé que l’Anneau ne serait pas confié à un homme incorruptible si on le lui confiait à lui, puisqu’il est à même d’abuser de son pouvoir et de trahir ses amis au nom d’une juste cause, puisqu’il estime, au fond, que la fin justifie les moyens. Comme le dit T. A. Shippey : “Obviously his original motive is patriotism and love of Gondor, but when this leads him to exalt ‘strength to defend ourselves, strength in a just cause,’ our modern experience of dictators immediately tells us that matters would not stay here.”2 A vrai dire, l’expérience moderne n’a pas grand’chose à voir avec le problème qui nous occupe, car beaucoup d’hommes pourraient, au nom d’une cause juste, imposer leur volonté à autrui sans pour autant passer pour des dictateurs : tout au contraire, nombre d’entre eux passent pour de grands hommes, qu’ils aient existé dans un lointain passé ou qu’ils appartiennent effectivement aux temps modernes.

Boromir peut aisément convaincre de sa bonne foi. Mais en cela, il montre précisément qu’il n’atteint pas à la spiritualité suprême et qu’il est corrompu. Pour autant, certes, il est fidèle à sa parole, ou s’efforce de l’être, et, quoiqu’il ne comprenne pas la nature de l’Anneau, il sait qu’il a commis une erreur, voire une faute : car dans son esprit matérialiste, les deux sont mêlés, ou ne sont qu’une seule et même chose : “‘I tried to take the Ring from Frodo,’ he said. ‘I am sorry. I have paid.'”3 De cette façon, il ne passe pas du côté du Mal : conscient de sa faute fondamentale, il donne sa vie pour sauver Meriadoc et Peregrin, montrant ainsi qu’il sait être fidèle à sa parole au mépris de sa vie et de la gloire de sa patrie, bref qu’il met le langage et le serment au-dessus des choses matérielles. “‘You have conquered'” (434), lui dit Aragorn avant qu’il ne meure. On peut se demander si ce destin est réellement marqué par le déclin.

Boromir s’était désigné pour se rendre à Rivendell au mépris des signes de la Providence, qui avaient d’abord désigné son frère ; comme le dit T.A. Shippey : “In Middle-earth, one may say, Providence (…) sent the dream that took Boromir to Rivendell (I,15923). But they sent it first and most often to Faramir, who would no doubt have been a better choice. It was human decision, or human perversity, which led to Boromir claiming the journey.”4 Cela est en effet assez clairement montré par les paroles mêmes de Faramir : “‘Alas that ever he went on that errand ! I should have been chosen by my father and the elders, but he put himself forward, as being the older and the hardier (both true), and he would not be stayed.'”5 En outre, dans sa tendre enfance, comme s’en souvient son frère : “‘always it displeased him that his father was not king'” (696). Boromir était ambitieux et avait le désir de surpasser les rois de Westernesse précisément parce que leur sang ne coulait pas dans ses veines de façon pure, comme le dit Gandalf6. Il était vicié dans sa chair même ; et les épreuves n’ont fait que le révéler. En se sacrifiant, il s’est soudain élevé, et il a montré sa valeur authentique, sa fidélité absolue. Ainsi peut-on dire que Boromir n’a sombré que pour mieux rejaillir à la lumière; et la vision de Faramir, qui est le corps de son frère reposant au fond d’une barque pleine d’une eau lumineuse7, dévoile l’apothéose qui a eu lieu. Gandalf l’entend bien de cette oreille lorsqu’il parle à Denethor de son fils aîné : “‘He is dead, and died well ; may he sleep in peace !'” (844).

Pourtant, la mort de Boromir signifie aussi la mort de sa maison, comme l’illustre son cor brisé : ce déclin prépare l’avènement d’Aragorn, et ce n’est pas un hasard si Boromir s’adresse à lui en dernier, lui faisant promettre de sauver Gondor, et le reconnaissant en dernière instance comme le roi légitime. Mieux encore, cette mort tragique signifie la mort de l’héroïsme proprement dit. Boromir est en effet fréquemment comparé aux Rohirrim, qui sont cousins des Numenoréens, mais de nature inférieure : il leur manque la spiritualité qui caractérise la lignée de Westernesse. Or, on sait que Tolkien a décrit les Cavaliers de Rohan en s’inspirant des anciens Anglo-Saxons, ou, plus généralement, des Germains. Le dernier son de cor de Boromir ne rappelle pas moins que celui de Roland le dernier son de cor de Heimdall, qui marque la fin des temps dans la mythologie germanique. Cette sonnerie est le glas des gloires héroïques ou chevaleresques.

Ainsi Théoden est-il l’emblème de cette chevalerie païenne déclinante : sombrant d’abord dans le désespoir, il se réveille aux paroles de Gandalf, pour mourir glorieusement sur le champ de bataille, sort désiré par tous les guerriers de jadis. Avant de s’éteindre, il lègue symboliquement la royauté à son neveu Eomer : “‘Hail, King of the Mark!’ he said. ‘Ride now to victory!'” (877). Or, Eomer s’est déclaré dès le début inféodé à Aragorn, et cette passation de pouvoir, là encore, est une façon de se soumettre à ce véritable prêtre-roi. Denethor, le maître de Gondor, sent lui aussi s’achever les jours héroïques, et il sombrera dans le désespoir jusqu’à s’immoler par le feu. Il tentera d’entraîner à sa suite son fils cadet, Faramir, mais celui-ci sera sauvé, encore, par Gandalf, dont il suit tous les conseils, étant autant un sage qu’un guerrier. Lui aussi préparera l’avènement d’Aragorn et se destituera en sa faveur. Ainsi seront sacrifiées les gloires mondaines, ce qu’on ne peut vivre ou lire sans se sentir pris d’une certaine mélancolie ; car le monde des mortels est marqué par un déclin à la fois matériel et humain.

Notes :

1. Cf. Tolkien, The Lord 264.

2. T.A. Shippey, The Road to Middle-Earth (London: Grafton, 1982) 125.

3 .Tolkien, The Lord 434.

4. Shippey, The Road 136-137.

5. Tolkien, The Lord 698.

6. Tolkien The Lord 789.

7. Tolkien, The Lord 692.

Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 9 : la fin de Sam Gamegee

La dernière fois, nous disions que l’excès de zèle de Sam Gamegee, vis à vis de Frodo Baggins, avait empêché son âme d’être parfaitement pure, et que lui aussi avait eu ses défaillances et ses tentations.

Tandis que Frodo est assailli par Shelob, et après qu’il a mis en fuite Gollum : “For the moment he had forgotten everything else but the red fury in his brain and the desire to kill Gollum.”1 Mais il blesse profondément Shelob l’instant d’après, tant l’amour qu’il voue à son maître parvient à déchaîner ses forces. Puis Sam sombre dans le désespoir parce qu’il croit avoir échoué : “And then black despair came down on him” (758).

Sa fonction de serviteur est pervertie par son ambition excessive : imperceptiblement, peut-être, l’Anneau exerçait sur lui une sorte de fascination, et il vouait un culte à celui qui le portait, Frodo. Sa volonté de posséder celui-ci pour lui tout seul, sa façon de le suivre partout trahissent sa corruption. C’est pour cette raison que dès qu’il croit Frodo mort, il se saisit de l’objet : il a déjà presque oublié les limites de son rôle, et même son maître, et il songe à l’Ennemi et à sa propre mort : “‘it’s sit here till they come and kill me over master’s body, and gets It ; or take It and go.’ He drew a deep breath. ‘Then take It, it is!’ (760) : les majuscules données à l’Anneau ne sauraient rester inaperçues ; pour Sam aussi, cet objet est devenu sacré. Sam n’est pas prêt à se sacrifier : il ne veut pas tenir jusqu’au bout sa parole, songeant davantage à s’emparer de l’Anneau et à sauver le monde.

Mais : “with a dreadful stroke Sam was wakened from his cowering mood” (762) ; et il se souvient de sa véritable mission. Il abandonne toute idée de gloire, dès qu’il a l’Anneau en sa possession, c’est-à-dire dès qu’il a satisfait à son désir le plus secret et le plus obscur : “He know now where his place was and had been : at his master’s side, though what he could do was not clear” (762). Pensant aux Orcs sur le point de transporter le corps de son maître, il demande :

‘How many can I kill before they get me ? They’ll see the flame of the sword, as soon as I draw it, and they’ll get me sooner or later. I wondered if any song will ever mention it : How Samwise fell in the High Pass and made a wall of bodies round his master. No, no song. Of course not, for the Ring’ll be found, and there’ll be no more songs. I can’t help it. My place is by Mr. Frodo’ (762-763).

Sam recherchait la gloire et la renommée ; mais il sait désormais qu’il y a une sorte de chanson sans gloire et sans renommée, mais véritable : celle qui lui montre la voie qu’il doit emprunter, et qui le contraint à tenir sa parole, à ne plus jamais quitter son maître, même dans la mort. Cette raison morale se situe au delà des choses pratiques auxquelles Sam était jusque-là resté attaché ; il ne suit plus son maître par une sorte d’affection exclusive, voire d’adoration, mais parce qu’il l’a promis, parce que tel est son devoir. Il ne suit plus son maître pour l’aider à sauver le monde, mais parce qu’il est son maître.

Les considérations morales deviennent plus fortes que les considérations humaines ; là se situe peut-être une certaine transformation de la nature profonde de Sam. Son service n’est plus la conséquence d’une sorte de culte idolâtre pour un être corporel, ou pour ce qu’il porte, mais celle d’un commandement absolu qu’il ne doit pas chercher à discuter par des raisons extérieures. A ce moment, Sam devient peut-être véritablement le personnage central de l’histoire. Et il est bien récompensé de sa foi, puisqu’il apprend que Frodo n’est pas mort : alors saisit-il la profondeur de sa culpabilité : “‘I got it all wrong!’ he cried. ‘I knew I would. Now they’ve got him, the devils ! the filth ! Never leave your master, never, never: that was my right rule. And I knew it in my heart. May I be forgiven !'” (769). Frodo reprend symboliquement vie après que Sam a repris espoir, après qu’il s’est remis dans le droit chemin : sa fidélité est véritablement la force qui ranime son maître.

Sam va alors sauver son maître par ruse, gagnant un courage et une envergure qu’il n’aurait jamais cru pouvoir acquérir, devenant l’égal d’un “grand guerrier elfique” : lorsqu’il effectue son service, ses forces sont miraculeusement décuplées. Son désintéressement paraît réel : il rend l’Anneau à Frodo lorsqu’il le retrouve. Mais on aurait tort de croire qu’il le lui rend sans effort : déjà, auparavant, Sam s’est trouvé en bute à la tentation :

Already the Ring tempted him, gnawing at his will and reason. Wild fantasies arose in his mind ; and he saw Samwise the Strong, Hero of the Age, striding with a flaming sword across the darkened land, and armies flocking to his call as he marched to the overthrow of Barad-dûr. And then all the clouds rolled away, and the white sun shone, and at his command the vale of Gorgoroth became a garden of flowers and trees and brought forth fruit. (935)

Sam a des rêves de gloire, et il croit qu’il peut faire le Bien grâce à la puissance de l’Anneau ; mais : “In that hour of trial it was the love of his master that helped most to hold him firm” (935). Or, cet amour va, lui aussi, être insidieusement corrompu : “Now it had come to it, Sam felt reluctant to give up the Ring and burden his master with it again” (946). Si l’on prend cette phrase au sens littéral, on comprend que Sam, dans le zèle de son service, ne veut pas charger son maître de ce poids. Mais en vérité, le narrateur ne se présente pas comme omniscient. Tout au contraire, nous savons, par les appendices, que le récit fut établi par Frodo lui-même et achevé par Sam. Il est ainsi clair que la pensée de Sam est ici restituée : lui se dit qu’il ne faut pas charger son maître d’un poids excessif. Mais nous savons aussi qu’il est aveuglé par les limites d’un rôle qui lui tient particulièrement à cœur. On peut en tirer qu’à son insu, tiré par deux tentations apparemment contraires, il a été corrompu par l’Anneau.

Alors qu’il s’apprête à le rendre à son maître, il dit : “‘You’ll find the Ring very dangerous now, and very hard to bear. If it’s too hard a job, I could share it with you, maybe ?'” (946). Là encore, que faut-il penser de l’excès de zèle de Sam, qui va à l’encontre de la volonté manifeste de Frodo ? Il feint de croire qu’il agit pour son bien, mais n’est-il pas lui aussi en partie possédé par l’esprit maléfique ? On n’expliquerait pas l’attitude de Sam si on ne lui imputait pas le vice de vouloir s’approprier les choses : on a vu qu’il veut toujours contraindre son maître à agir pour ce qu’il croit être le mieux ; or, l’origine de ce vice est ici manifeste, puisqu’il s’agit bien de l’Anneau. Plus loin sur la route, il fera encore la même proposition : “Sam knew before he spoke, that it was vain, and that such words might do more harm than good, but in his pity he could not keep silent. ‘Then let me carry it a bit for you, Master,’ he said. ‘You know I would, and gladly, as long as I have any strength'” (972). Si, encore une fois, on fait confiance à ce qui est écrit, on peut croire que seule la pitié anime Sam ; mais il cède à cette pitié tout en sachant que cela fait plus de mal que de bien. Il est comme entraîné malgré lui par un excès de zèle à s’emparer de l’Anneau. Et ce n’est indubitablement pas un hasard s’il fait ces propositions après avoir lui-même porté l’objet, car elles ne lui étaient jamais venues à l’esprit auparavant.

Puis Sam entretient une discussion intérieure, et une voix lui conseille de tout laisser, et de ne pas chercher à se rendre au Mont du Destin, mais le Sam qui sert Frodo dans ses épreuves reprend aisément le dessus : “No more debates disturbed his mind. He knew all the arguments of despair and would not listen to them” (975). A partir du moment où il parvient à séparer clairement le Bien du Mal, il peut commencer à agir sans déchoir. Il a atteint à un semblant de spiritualité qui le rapproche de Frodo ; et parce qu’il choisit cette fois librement d’accomplir son devoir et de se tenir dans les limites de son rôle, il parvient à emmener Frodo sur le volcan. Au lieu de désirer porter l’Anneau, il porte maintenant Frodo, c’est-à-dire celui qui le porte. Il lui est entièrement soumis : “‘Come on Mr. Frodo dear ! Sam will give you a ride. Just tell him where to go, and he’ll go'” (976). Sam remplit au bout du compte son rôle par l’abnégation absolue ; parce qu’il n’a plus aucune volonté personnelle et qu’il s’en remet entièrement à celle de son maître, il parvient à faire son devoir de façon idéale. De son point de vue, la Quête s’achève : il l’a quasiment réussie. A sa demande, il retient la main de Frodo qui s’apprête à se saisir de l’Anneau ; puis il épargne la vie de Gollum, à son tour pris de pitié  : la Providence peut alors intervenir et l’Anneau est jeté au feu.

Le rôle de Sam est moins important que celui de Frodo ; mais on peut avoir l’impression, en fin de compte, qu’il l’a d’autant mieux tenu : pour cette raison, Sam est souvent plus sympathique que son maître, et il est plus typiquement un personnage de conte de fée. Il est ainsi récompensé au sein même de la terre du Milieu, d’abord par les chansons qui l’honorent aux Champs de Kormallen, puis par un printemps miraculeux dans le Shire qu’il a lui-même causé grâce au présent que lui a fait Galadriel, enfin par sa fonction de maire perpétuel et sa situation de père de famille. Mais il est assez significatif que le livre se termine sur une parole de Sam : “‘Well, I’m back,’ he said” (1069). Après le départ de Frodo, Sam a perdu son rôle de serviteur : il a perdu Frodo lui-même, qu’il protégeait et chérissait à l’excès, et il est désormais dans le dénuement. Et on peut penser que lui non plus ne sera jamais guéri d’avoir porté l’Anneau, et d’avoir porté Frodo : lui aussi a subi la corruption, comme on l’a vu, et il est maintenant partagé entre son devoir envers son maître et sa situation familiale : “Sam has to choose between love of master and wife,” nous dit Tolkien lui-même.2 Ce qui le montre parfaitement, c’est la fin que Tolkien aurait voulu donner à son livre et qu’il ne lui a pas donnée parce qu’elle avait été généralement condamnée par ses proches : “An epilogue giving a further glimpse (though of a rather exceptional family) has been so universally condemned that I shall not insert it.” écrit-il à Naomi Mitchinson.3 Mais Christopher Tolkien l’a publiée dans Sauron Defeated : et en la lisant, nous comprenons la profondeur du dilemme de Sam. Ce qui devait finir le livre est la phrase suivante : “[Sam] heard suddenly, deep and unstilled, the sigh and murmur of the Sea upon the shores of Middle-earth.”4 Sam entend l’appel de l’Ouest et il vit son existence comme un poids qui l’empêche de rejoindre son maître : lequel, à ses yeux, est sa véritable raison de vivre. Et lorsqu’à la mort de son épouse il aura l’impression d’avoir rempli tous ses devoirs auprès de sa famille, il partira à son tour. On lit, dans “The Tale of Years” de l’Appendice B :

1482 Death of Mistress Rose, wife of Master Samwise, on Mid-year’s Day. On september 22 Master Samwise rides out from Bag End. He comes to the Tower Hills, and is last seen by Elanor, to whom he gives the Red Book afterwards kept by the Fairbairns. Among them the tradition is handed down from Elanor that Samwise passed the Towers, and went to the Grey Havens, and passed over Sea, last of the Ringbearers.5

Ainsi Sam s’est-il lui aussi sacrifié pour l’accomplissement de la Quête, et doit-il lui aussi rejoindre l’Ouest des Elfes pour se purifier entièrement et gagner probablement l’éternité. Comme Frodo, il appartient à un monde à jamais disparu, celui qui est rempli de l’immortalité des temps où la terre était jeune.

Notes :

1. Tolkien, The Lord 754.

2. Tolkien, Sauron Defeated 129.

3. Tolkien, “To Naomi Mitchinson,” 25 avril 1954, lettre 144 de The Letters 173-181.

4. Tolkien, Sauron 128.

5. Tolkien, The Lord 1134.

Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 8 : le destin de Sam Gamegee

Dans The Lord of the Rings de J. R. R. Tolkien, Samwise Gamgee est en un sens un dédoublement de son maître Frodo : il représente l’aspect terre-à-terre de sa quête. Comme c’est lui qui achève d’écrire le livre dont The Lord of the Rings est censé être une traduction, son rôle croît en importance à mesure qu’avance l’action. Il semble bien le plus important personnage après Frodo. A son sujet, Tolkien écrivait : “Sam is meant to be lovable and laughable. Some readers he irritates and even infuriates. I can well understand it. All hobbits at times affect me in the same way, though I remain very fond of them.”1 Mais Sam est souvent considéré comme un personnage très attrayant et très sympathique, notamment grâce à sa simplicité, à son naturel, à sa spontanéité. Certes, au premier abord, il ne paraît pas aussi complexe que Frodo ; mais son cheminement personnel n’en offre pas moins de riches sources de réflexion.

Ce qui marque d’abord, c’est sa fascination pour les Elfes et sa conviction, malgré les dénégations de Ted Sandyman, que, tout comme les dragons, ils existent bel et bien : “Of all the legends that he had heard in his early years such fragments of tales and half-remembered stories about the Elves as the hobbits knew, had always moved him most deeply.”2 Tout comme Frodo, il est attiré par les Immortels : il est donc, lui aussi, sujet aux tentations.

Ainsi écoute-t-il la conversation de Gandalf et Frodo à leur insu : “‘I listened because I couldn’t help myself, if you know what I mean'” (77). Bientôt, il sera amené à voir les Elfes, et connaîtra une déception paradoxalement pleine d’instruction. Certes, pour commencer : “Sam walked along at Frodo’s side, as if in a dream, with an expression on his face half of fear and half of astonished joy” (94) ; mais, ensuite il déclare : “‘They are quite different from what I expected – so old and young, and so gay and sad, as it were'” (100). Bref, Sam est plus partagé qu’avant la rencontre, et il semble déjà perdre sa naïveté et son émerveillement puéril : “‘after last night I feel different. . . . I have something to do before the end. I must see it through, sir, if you understand me'” (100). Déjà, il perçoit l’importance de son devoir moral, qui est de servir son maître dans sa quête.

Les Elfes ont sur lui une influence plus spirituelle que matérielle ; en parlant d’eux et de leur nourriture, il dira : “‘Well, sir, if I could grow apples like that, I would call myself a gardener. But it was the singing that went to my heart, if you know what I mean'” (96). Cette rencontre ne lui a pas apporté la vision émerveillée de leur puissance, mais la vision objective de leur sagesse ; il n’admire pas leurs pommes, mais leurs chants. L’émerveillement cesse, pour faire place à un sens presque mystique du devoir.

Pourtant, Sam cèdera bien à la tentation, quoique par excès d’amour pour son maître : parce qu’il donne à son service un caractère sacré, il tendra à s’aveugler, voire à mal remplir ses devoirs par excès de zèle. Son adoration de Frodo est quasi idolâtre. Ainsi commet-il une petite trahison en renseignant Meriadoc Brandybuck et Peregrin Took sur les détails exacts de la quête de Frodo ; mais il le fait pour le bien de celui-ci, afin qu’il ne parte pas seul et sans amis, et il obéit en vérité aux Elfes eux-mêmes : “‘Gildor said you should take them'” (120), dit-il à son maître. Sam a donc la tentation d’obéir à des ordres supérieurs au mépris de sa fidélité absolue à l’égard de Frodo, précisément parce qu’il accorde un caractère si élevé à sa fonction qu’il va à l’encontre de la plus claire volonté de son maître : il lui rend service contre son gré et selon des commandements qu’il estime au-dessus des siens.

De la même façon, il assiste au Concile3 d’Elrond, alors même qu’il n’y est pas invité, par fidélité excessive : et ce faisant, il continue d’obéir à l’injonction des Elfes de ne jamais le quitter, et à donner ainsi à son rôle un caractère sacré, que rien ne peut ébranler. Il le suit partout : il regarde comme lui dans le lac de Mirrormere, puis dans le Miroir de Galadriel, et il est soumis à la tentation de rentrer chez lui, qu’il domine aisément pour honorer son service.

Sa première véritable épreuve advient lorsque Frodo décide de partir seul pour Mordor. Sam le rejoint et refuse de le quitter ; face à cette obstination : “Frodo actually laughed. A sudden warmth and gladness touched his heart” (427). Sam, par sa foi qui va jusqu’à la crédulité, la superstition, par sa fidélité obtuse, redonne vie à Frodo, qui est quant à lui dans le doute : par son manque de compréhension globale des évènements, il apporte le soutien dont son maître a besoin, essentiellement pratique.

Il ne ressent cependant aucune pitié particulière pour Sméagol, ne voyant obstinément que le danger qu’il fait courir à Frodo, et ne comprenant pas les raisons qu’a celui-ci de l’épargner : il ne voit pas, à vrai dire, ce qui se passe chez son maître. “It had always been a notion of his that the kindness of dear Mr. Frodo was of such a high degree that it must imply a fair measure of blindness. Of course, he also firmly held the incompatible belief that Mr. Frodo was the wisest person in the world” (666). Sam demeure à un point de vue purement pratique : l’aspect spirituel de la quête lui échappe. A ses yeux, le Mal est ce qui nuit directement à son maître, et c’est cela qu’il doit combattre, sans s’occuper d’avoir un grand discernement ou un sens mystique de la Providence.

Il est bien à l’origine de l’absence de repentir chez Gollum, et sa dureté privera celui-ci de rédemption, malgré tous les efforts de Frodo :

He plainly did not fully understand Frodo’s motives or his distress in the incident of the Forbidden Pool. If he had understood better what was going on between Frodo and Gollum, things might have turned out differently in the end. For me perhaps the most tragic moment in the Tale comes . . . when Sam fails to note the complete change in Gollum’s tone and aspect. ‘Nothing, nothing,’ said Gollum softly. ‘Nice master!’.4

His repentance is blighted and all Frodo’s pity is (in a sense) wasted. Shelob’s lair become inevitable.5

Ainsi le malheur advient-il à cause des limites de vue de Sam. Sa haine de Gollum, née en partie de sa jalousie, l’aura même conduit à oublier son maître : l’excès de zèle dans son service lui ôte encore la possibilité de servir d’une façon absolument juste.

(A suivre.)

Notes :

1. Tolkien, “To Mrs Eileen Elgar,” The Letters 325-333.

2. Tolkien, The Lord 58.

3. Certains ont traduit “Conseil”, mais l’affaire dont il s’agit nous paraissant autant spirituelle que temporelle, nous avons préféré le terme “Concile” ; au demeurant, cela correspond à la sensibilité de Tolkien qui, fondamentalement catholique, était aussi, par conséquent, un “papiste” : ses positions politiques n’étaient sans doute guère éloignées de celles de Joseph de Maistre (bien qu’il ne l’eût probablement pas lu), qui voulait que tous les rois d’Europe se soumissent à l’autorité du pape.

4. Tolkien, The Lord 742.

5. Tolkien, “To Mrs Eileen Elgar,” The Letters 325-333.

Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 7 : Frodo retiré du monde

La dernière fois, nous avons vu que Frodo se trouvait soi-même entre la Voix de l’orgueil personnel et l’Œil scrutateur de Sauron, mais que c’était pour ne rencontrer que la mort, la résignation, la langeur, le lent déclin. Les écritures successives montrent aussi cette tendance, Frodo cessant progressivement d’être le chef des hobbits revenus chez eux, dans la lutte contre Saruman, et personne ne comprenant ses positions décalées, trop morales pour être accessibles au commun.

Ainsi demande-t-il à ses compagnons de ne faire aucune victime dans la bataille : “‘And nobody is to be killed at all, if it can be helped.'” Mais on lui répond : “‘You won’t rescue . . . the Shire just by being shocked and sad, my dear Frodo.'”1 Frodo est bien “shocked and sad” ; il semble ne plus vouloir ou même ne plus pouvoir lutter.

Dès lors, il n’intervient plus guère que pour tenter de sauver des vies et d’apaiser la fougue des Hobbits : il se décharge de la direction du combat sur ses compagnons : “‘You make the arrangements'” (1047). Comme il est dit encore après le combat : “Frodo had been in the battle, but he had not drawn sword, and his chief part had been to prevent the hobbits in their wrath at their losses, from slaying those of their enemies who threw down their weapon” (1054) : il défend avant tout les droits des uns et des autres vis à vis de ce qu’on pourrait nommer les conventions de guerre ; il se préoccupe d’avoir pitié des ennemis vaincus et de respecter la vie humaine ; les principes moraux sont devenus pour lui plus essentiels que la protection du territoire : “‘It is useless to meet revenge with revenge : it will heal nothing” (1056), dit-il encore. Le Mal se situe à ses yeux au delà des personnes elles-mêmes : et on ne peut lutter contre lui par des moyens humains.

Car Frodo ne réside déjà plus dans le monde humain : “Frodo dropped quietly out of all the doings of the Shire, and Sam was pained to notice how little honour he had in his own country” (1063). Les Hobbits sont ingrats, parce que Frodo a défendu davantage des principes abstraits que leur monde proprement dit. Il est ainsi réellement devenu une sorte d’ombre. Il vit au pays des idées incarnées, des fantômes de l’intellect, et c’est bien pourquoi sa blessure ne s’est jamais véritablement refermée : elle tend à le faire physiquement disparaître. Sans l’Anneau, il n’est plus qu’un spectre. Il s’est entièrement sacrifié, et sa défaite fut l’accomplissement de son sacrifice ; mais il n’est pas guéri : “‘I tried to save the Shire, and it has been saved, but not for me. It must often be so, Sam, when things are in danger : some has to give them up, lose them, so that others may keep them'” (1067). Il accepte de décliner pour que d’autres vivent. En ce sens, il prépare sa rédemption.

Puisqu’il n’appartient plus au monde des Hobbits, il lui faut partir dans un autre, et il le fait en empruntant les navires qui rejoignent l’Ouest immortel : là seulement peut-il trouver le repos de l’âme. Il disparaît donc à jamais : “and the light of the glass of Galadriel that Frodo bore glimmered and was lost” (1068). Ainsi Frodo s’estompe-t-il physiquement, comme c’était prévu et inévitable. Il continue seul avec la lumière sainte de la déesse terrestre.

Nous disions au début que son caractère était constitué par un assombrissement constant ; la joie qui pouvait l’habiter était peu de chose en comparaison de son trouble, de ses soucis. Cette tendance se vérifiera jusqu’au bout : elle est même peut-être à l’origine de sa défaite. Mais lorsque le Mal est vaincu, Frodo ne peut plus vivre dans le monde : il appartient à ce qui a été détruit. Et l’existence de ce personnage semble pouvoir se décrire comme une lente progression de l’ombre au détriment de la lumière, voire par une progressive extinction du feu même qui le maintient en vie ; mais, certes, toujours projetée dans l’avenir, et entre les mains de la Providence, se trouvent le salut et le retour à la clarté.

Frodo a perdu ses rêves d’immortalité et d’Elfes ; mais il a pu surmonter sa défaite apparente, notamment grâce à sa compassion : il a vaincu, malgré tout, sinon d’un point de vue matériel, au moins d’un point de vue spirituel, et c’est bien pour cette raison que la Providence l’a aidé au moment où il en avait besoin. Son esprit a grandi, comme le dit Saruman, et une place dans une sorte de paradis l’attend probablement, bien qu’il ne s’agisse pas là de l’Ouest des Elfes ou des Puissances angéliques ; en fait, il s’agirait plutôt du royaume de Dieu : du monde de l’esprit pur. Comme le dit Tolkien lui-même :

Frodo was sent or allowed to pass over the Sea to heal him – if that could be done, before he died. He would have eventually to ‘pass away’: no mortal could, or can, abide for ever on earth, or within Time. So he went both to a purgatory and to a reward, for a while: a period of reflection and peace and a gaining of a truer understanding of his position in littleness and in greatness, spent still in Time amid the natural beauty of ‘Arda Unmarred’, the Earth unspoiled by evil.2

Il ne gagnera pas l’immortalité qu’il espérait secrètement ; mais son abnégation, sa perfection morale et spirituelle, lui permettront au bout du compte de gagner dignement l’éternité.

Notes :

1. Tolkien, The Lord 1043.

2. Tolkien, “To Mrs Eileen Elgar,” The Letters 325-333.

Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 6 : entre la Voix et l’Œil, soi-même sans espoir

La dernière fois, nous disions que Frodo connaissait la tentation du néant, lorsqu’il scrutait le fond sombre de la pupille de Sauron, dans la Lothlorien. Il pourrait devenir le maître du domaine de Galadriel, peut-être…

Mais Frodo doit abandonner le pays d’immortalité, et accepter son destin. Or, parallèlement, il continue de voir croître sa perception, devenant lui-même elfique : “Yet even so, as Ring-bearer and as one that has borne it on finger and seen that which is hidden, your sight is grown keener” (385-386), lui dit Galadriel. Il devient, sans le vouloir, comparable à un elfe ; mais c’est alors qu’il perd sa nature première et qu’il est en quelque sorte exilé du Shire, qu’il tend à s’effacer et à déchoir en tant que mortel. En accédant à l’immortalité, Frodo est peu à peu détruit. La magie n’est pas une illusion : mais ses bienfaits en sont une, car elle chasse Frodo de la vie et le fait entrer dans une certaine sorte, effectivement immortelle, de mort. Le mortel qui refuse la mort ne peut exister dans le monde des vivants : il s’efface, son esprit est détruit, et il devient une ombre errante au pays des songes.

Bientôt, Frodo est contraint de quitter la Communauté de l’Anneau, et de s’en aller seul vers Mordor. Mais le choix est difficile, car, comme il le dit lui-même, s’il sait la route qu’il doit suivre, il ne peut le faire, tout simplement parce qu’il a peur, parce qu’il doute : “‘For I know what I should do, but I am afraid of doing it, Boromir : afraid'” (417). Frodo, encore une fois, ne peut prendre une décision : il ne peut que se soumettre au hasard des circonstances, ou à la Providence, et c’est bien l’attaque de Boromir qui l’amène à se servir de l’Anneau et à partir seul. Sa volonté semble brisée, mais parce qu’il se soumet aux circonstances, il fait partie des humbles : ce qui, pourtant, ne le sauvera pas fondamentalement, le Mal étant l’une des composantes des circonstances, tendant même à les dominer : sa nature profonde est d’imposer une volonté unique au monde entier. Or, Frodo, lui, accepte délibérément de se soumettre à la totalité. Mais cela signifie qu’il accepte sa mort, et qu’il n’y a pour lui pas d’alternative : l’immortalité doit disparaître. C’est bien à la Providence qu’il doit d’être moralement sauvé, puisque, une fois l’Anneau glissé à son doigt, deux voix s’affrontent en lui, mais c’est seulement quand il reprend conscience de lui-même qu’il peut décider de retirer l’Anneau et échapper à l’emprise de Sauron : “Suddenly, he was aware of himself again. Frodo, neither the Voice nor the Eye : free to choose, and with one remaining instant in which to do so. He took the Ring off his finger” (421). Lui-même, volontairement, fait pencher la balance du côté du Bien : parce qu’au delà des forces qui le tourmentent et le possèdent, il peut encore faire des choix, il pourra être sauvé en dernière instance. Non que ses choix lui fassent dominer les évènements, mais qu’ils le conduisent à se soumettre librement au Bien – et à la Providence, à la chance.

Le paradoxe est que le Bien réside dans une soumission absolue mais volontaire, et le Mal, dans le désir d’échapper à cette soumission tout en l’acceptant non par choix, mais par contrainte. La soumission elle-même est une manière de se résigner à son destin, c’est-à-dire au déclin fondamental de la nature mortelle. Le bon choix reste donc dans le domaine spirituel, non matériel, et il ne retourne absolument pas, sinon de façon indirecte, les évènements en faveur de celui qui l’effectue.

Sans espoir de retour, Frodo s’engage dès lors sur la voie qui doit le mener jusqu’à Mordor. Faisant allusion à ses amis et s’adressant à Sam, il dit : “‘I don’t suppose we shall see them again'” (427). Il est convaincu d’aller droit à la mort, et il ne poursuit sa route que parce que tel est son devoir, parce que telle est sa destinée : tel est l’ordre que lui a donné Gandalf, auquel il s’est résolu à obéir : “‘I was going to find a way into Mordor,’ he said faintly. ‘I was going to Gorgoroth. I must find the Mountain of Fire and cast the thing into the gulf of Doom. Gandalf said so. I do not think I shall ever get there'” (708).

Or, à mesure qu’il approche de Mordor, l’Anneau est un fardeau toujours plus pesant ; symboliquement il le tire vers le bas, vers la terre maudite sur laquelle règne Sauron, et il le ralentit dans sa marche, l’empêchant d’accomplir ce qui doit l’en délivrer : “Frodo seemed to be weary, weary to the point of exhaustion. He said nothing, indeed he hardly spoke at all ; and he did not complain, but he walked like one who carries a load, The weight of which is ever increasing ; and he dragged along, slower and slower, so that Sam had often to beg Gollum to wait and not to leave their master behind” (656). Pourtant, Frodo n’est pas vaincu ; tout au contraire, il a acquis une soumission totale aux anciens commandements de Gandalf, et c’est pour cette raison qu’il épargne la vie de Smeagol, pressentant que la créature peut encore avoir un rôle à jouer : “Even the wise cannot see all ends” (640), se souvient-il en songeant à ce que lui disait le Magicien. Sméagol, au fond, n’est qu’un vieux hobbit qui a déchu à cause de l’Anneau, qui se trouvait sans le savoir en face d’une force qui le dépassait. Mais cette pitié devient obsédante, et amène Frodo à tromper Sméagol pour lui sauver la vie : “What else he could do? – to keep faith, as near as might be, with both sides” (715).

Or, si Frodo ne perdra pas la maîtrise de son esprit lorsqu’il se retrouvera de nouveau en présence d’un Nazgûl : “And as he waited, he felt, more urgent than ever before, the command that he should put the Ring. But great as the pressure was, he felt no inclination now to yield to it. He knew that the Ring would only betray him, and that he had not, even if he put it on, the power to face the Morgul – king – not yet” (733-734) – s’il se sauve, c’est grâce à la fiole de Galadriel : “Then his own will stirred; slowly it forced the hand back and set it to find another thing, a thing lying hidden near his breast. Cold and hard it seemed as his grisp closed on it : the phial of Galadriel, so long treasured, and almost forgotten till that hour. As he touched it, for a while all thought of the Ring was banished from his mind” (734). Si, donc, Frodo ne semble plus pouvoir céder à la tentation de l’Anneau, il cédera peut-être à une autre tentation, se sentant libre et puissant grâce à la fiole qui lui permettra d’éloigner Shelob, laquelle aura été prévenue par Smeagol, qui, à ses propres yeux, aura ainsi rendu trahison pour trahison. Victime de sa mansuétude, Frodo perd presque la raison, parce qu’il croit avoir vaincu l’araignée géante. En voyant la sortie : “‘The pass, Sam !’ he cried, not heeding the shrillness of his voice that released from the choking airs of the tunnel rang out now high and wild” (750). Oubliant sa prudence, il est frappé par le dard du monstre. On ne peut qu’y voir une signification morale, dans ce monde où toute idée semble avoir une présence corporelle : Frodo est puni parce qu’il a trahi son serviteur, et surtout parce qu’il s’est laissé corrompre par la puissance qu’il tirait de la fiole, qui devenait ainsi un second Anneau.

Certes, on pourra se demander ce qui n’est pas à le source de la corruption : comme tout semble l’être, la nature de Frodo elle-même l’est dès l’origine, quoique de façon involontaire. Cette idée est confirmée par la réaction de Frodo quand il apprend que Sam a l’Anneau en sa possession : son esprit est bien loin d’en être délivré, malgré l’intervention indirecte et providentielle de Galadriel et Eärendil. En effet, rien ni personne ne semblent pouvoir le sauver. Lorsque Sam le retrouve, il n’est pas désespéré seulement parce qu’il croit que la quête a échoué, mais aussi et surtout parce que l’Anneau lui a été retiré ; en apprenant qu’il est en la possession de son serviteur : “Sam had changed before his very eyes into an orc . . . , leering and pawing at his treasure, a foul little creature with greedy eyes and slobbering mouth” (946). Il dira aussitôt : “It is the horrible power of the Ring” (946). Dès lors, il est bien douteux que Frodo puisse se débarrasser de son Anneau, même s’il parvient au bord du volcan : l’objet est toujours plus obsédant : “‘I begin to see in my mind all the time, like a great wheel of fire'” (954), dit-il. Frodo perd effectivement tout espoir : “‘I can’t manage it, Sam,’ he said. ‘It is such a weight to carry, such a weight. . . . I am almost in its power now'” (972). Ainsi Frodo s’achemine-t-il vers sa défaite finale : et quand il est au bord de l’abîme, son libre arbitre n’existe plus; c’est l’Anneau qui parle à sa place, ou celui qui l’a forgé :

Then Frodo stirred and spoke with a clear voice, indeed with a voice clearer and more powerful than Sam had ever heard him use, and it rose above the throb and turmoil of Mount Doom, ringing in the roof and walls.

‘I have come,’ he said. ‘But I do not choose now to do what I came to do. I will not do this deed. The Ring is mine!’ (981)

Tolkien lui-même, dans une lettre adressée à une lectrice, rappelait que : “Very few (indeed so far as letters go only you and one other) have observed or commented on Frodo’s ‘failure’. It is a very important point.”1

Mais Frodo est encore sauvé par une intervention providentielle, quoique cette fois involontaire, et donc réellement miraculeuse : Gollum lui-même, son plus vieil ennemi, en est à la source. Pourtant, il gardera les marques de sa fondamentale défaite, et il n’apparaîtra jamais comme un grand vainqueur, ni même comme un grand héros. Après la défaite de Sauron, il perd tout espoir d’être sauvé lui-même : “‘Hopes fail'”, dit-il.2

Mais le plus significatif est la façon dont Frodo est reçu par les siens, par les Hobbits eux-mêmes, et celle dont il agit vis à vis de leurs tortionnaires. En effet, comme le dit Christopher Tolkien, il y a une claire évolution dans l’esprit de son père à ce propos, qui rappelle le précédent contraste entre “Bingo” et “Frodo” : alors que dans les premières versions, Frodo prenait la tête de la résistance face à Saruman et à ses sbires, il est bien loin de le faire dans la version définitive : “in [the] original version of the story Frodo played a far more agressive and masterful part in the events than he does in [The] R[eturn of the ]K[ing], even to the slaying of more than one of the ruffians at Bywater and their leader at Bag End.”3 Il y a ainsi une redistribution des dialogues qui n’est en vérité pas tant à l’avantage des compagnons de Frodo qu’au détriment de Frodo lui-même. Dans le livre tel que l’a fait publier Tolkien, Frodo semble atteint d’une langueur profonde, et il ne semble surtout plus guère croire en des solutions humaines, paraissant vouloir s’en remettre entièrement au jugement de la Providence.

(À suivre.)

Notes :

1 J.R.R. Tolkien, “To Mrs Eileen Elgar,” septembre 1963, lettre 246 de The Letters of J.R.R. Tolkien, ed. Humprey Carpenter (London: Allen and Unwin, 1981) 325-333.

2 Tolkien, The Lord 986.

3 J.R.R. Tolkien, Sauron Defeated, ed. Christopher Tolkien (London: Harper Collins Publishers, 1992) 80.

Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 5 : Frodo continue sa chute

La dernière fois, nous disions que Frodo ne cessait de plonger dans le péché, si on peut dire, qu’il cédait de plus en plus profondément aux tentations, et n’était sauvé en dernière instance que par la Providence. Nous évoquions l’épisode de Weathertop et la poursuite commencée des Nazgûls.

Plus tard, il ne sera sauvé que par la rencontre de Glorfindel, qui, lui prêtant son cheval, lui permettra d’échapper aux Cavaliers Noirs, puis par Elrond, qui libérera les eaux de la rivière et soignera sa blessure. Durant ce premier livre, Frodo aura connu un lent déclin, cédant progressivement à la tentation, et, au bout du compte, sa défaite sera complète.

Mais cela constituera sans doute pour lui une sorte de leçon : dès lors, une nouvelle ère commence, et Frodo ne cèdera plus aussi explicitement et manifestement à la tentation, s’acheminant sans plus se détourner de sa route vers Mordor. Pour autant, il ne sera pas tel qu’une machine, comme ses doutes et ses hésitations le montrent suffisamment ; et sa déchéance physique autant que que spirituelle sera bien présente, quoique consciente et acceptée : Frodo se sait ou se croit condamné, et n’espère plus consciemment en la possibilité de l’Immortalité et de la Puissance, mais il n’espère pas non plus être délivré un jour de l’empire de l’Anneau.

Ainsi, au second chapitre du second livre, “The Council of Elrond”, il choisit volontairement de faire ce qu’on attend de lui qu’il fasse, c’est-à-dire de s’en remettre à la Providence : “‘I will take the Ring,’ he said, ‘though I do not know the way'” (288). Frodo, dans l’ignorance du chemin qu’il doit suivre, s’en remet entièrement au sort Mais la logique l’en pousse inexorablement à céder à la tentation et à connaître la défaite, à voir son esprit tout entier asservi. Pourtant, librement, il choisit de se soumettre : “‘But it is a heavy burden. So heavy that none could lay it on another. I do not lay it on you. But if you take it freely, I will say that your choice is right'” (288), lui dit Elrond. Frodo use de son libre arbitre pour tenter d’échapper à la déchéance tout en subissant le mouvement irrésistible du déclin. Frodo est le seul à pouvoir faire cela, car en léguant l’Anneau à un autre, il ne ferait que le corrompre et lui donner la possibilité d’asservir la terre du Milieu : Frodo se sait d’ores et déjà corrompu, et il s’y résigne, mais son esprit demeure libre, et il peut tenter de trouver un chemin vers la délivrance malgré sa corruption.

Dans un premier temps, le rôle de Frodo sera estompé par la présence protectrice de Gandalf et de ses amis : il semble alors ne pas pouvoir tomber, et les tensions ne convergeront plus vers lui durant un certain temps. Il est entièrement soumis à la volonté de l’Envoyé du Ciel qu’est le mage gris : alors que les neuf compagnons sont devant l’entrée des Mines de Moria : “‘I do not wish to go,’ he said; but neither do I wish to refuse the advice of Gandalf'” (314). Ce qui le distingue, c’est l’indécision ; et, finalement, tous sont conduits par les circonstances et par Gandalf à choisir cette voie. Les seuls faits remarquables, avant la chute du Magicien, sont ceux qui montrent de quelle façon Frodo attire à soi le Mal et ses manifestations. D’abord, un monstre reposant au fond du lac qui s’étend devant les portes de Moria le saisit de l’un de ses innombrables tentacules, et Gandalf “did not speak aloud his thought that whatever it was that dwelt in the lake, it has seized on Frodo first among all the Company” (327). Une curieuse répétition de cette prédilection pour Frodo de la part des serviteurs de Sauron est illustrée par un “huge orc-chieftain, almost man-high, clad in black mail from head to foot”, qui surgit brusquement : “Diving under Aragorn’s blow with the speed of a striking snake he charged into the Company and thrust with his spear straight at Frodo” (343). Le Mal converge sur lui de façon quasi délibérée, comme si l’Anneau l’attirait irrésistiblement : et pour cette raison il doit subir sa puissance. Et pourtant, parallèlement, il perçoit ce que les autres ne perçoivent pas, comme s’il disposait d’un sixième sens : il est l’un des seuls à entendre le pas de Gollum : “Yet Frodo began to hear, or to imagine that he heard, something else : like the faint fall of soft bare feet” (329). L’Anneau lui donne cette acuité, comme si sa puissance s’accroissait à mesure que le Mal se saisissait de lui.

L’épisode qui ensuite paraît important dans le périple de Frodo est celui de la traversée de Lothlorien. Il y subit une sorte de tentation, celle de rester dans ce lieu immortel jusqu’à la fin. Mais il n’y succombe pas. Il regarde dans le Miroir de Galadriel, et il y voit l’OEil, qu’il sait être à sa recherche : “But he also knew that it could not see him – not yet, not unless he willed it. The Ring that hung upon its chain about his neck grew heavy, heavier than a great stone, and his head was dragged downwards” (383). L’Anneau lui pèse avec d’autant plus de force qu’il est à proximité de son maître, de celui qui l’a forgé, Sauron. Or, on sait d’ores et déjà que l’objectif de Frodo est de s’approcher de lui le plus possible : c’est le seul moyen de détruire l’Anneau. Le poids sera donc nécessairement toujours plus grand.

Effectivement, l’objet maléfique s’avère une charge de plus en plus lourde à mesure que les évènements s’accomplissent, et Frodo est de plus en plus écrasé par sa puissance : il est comme attiré vers le bas par son poids, et il tend à sombrer toujours davantage dans les profondeurs du Mal ; il tend à tomber dans l’insondable pupille de l’OEil : “The Eye was rimmed with fire, but was itself glazed, yellow as a cat’s, watchful and intent, and the black slit of its pupil opened on a pit, a window into nothing” (383). Vers ce puits sans fond, Frodo est attiré. Là réside la tentation, car il pourrait être le maître de Lothlorien et de Galadriel, s’il le voulait : c’est bien ainsi qu’il offre à cette dernière l’Anneau, ayant peut-être encore la faiblesse de croire en la possibilité d’une immortalité conciliée avec le Bien.

(À suivre.)

Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 4 : de tentation en tentation

La dernière fois, nous parlions de l’écriture du livre de Tolkien en montrant que le personnage principal, Frodo, s’assombrissait au fil des versions successives.

Au début du second chapitre, le narrateur laisse entendre que Frodo acquiert une mauvaise réputation par ses étrangetés, parmi lesquelles sont ses promenades forestières à la clarté des étoiles – et le soupçon naît qu’il rend visite aux Elfes : il semble déjà rejeté de l’univers strictement hobbitien, car il franchit des seuils interdits. Mais l’allusion est ambiguë, car on pourrait penser que ce rejet à la marge se fait pour le mieux : le monde des Elfes n’est-il pas supérieur à celui des Hobbits ? La sensation de déclin dépend ici d’une perception hobbitienne du monde : c’est en se plaçant de ce point de vue qu’on peut avoir l’impression que Frodo se perd en compagnie des Immortels.

Ces périples dans leur pays préparent au fond au voyage que Frodo s’apprête à effectuer : le monde extérieur sera pour lui l’occasion d’une inéluctable déchéance sociale.

Or ses contacts avec le monde elfique pourraient donner l’illusion que Frodo obtient l’immortalité : l’anneau forgé par Sauron donne au mortel qui le possède une extraordinaire longévité. Mais ce cadeau est empoisonné, et si cette longévité est d’abord enviée, les Hobbits la jugent rapidement bizarre (“queer”). Encore une fois, ce qui peut paraître positif est balayé par une humeur négative prépondérante.

Très vite, l’Anneau exerce sur Frodo une véritable fascination ; lorsque Gandalf lui ordonne de le jeter au feu, il ne le peut pas : “‘You see? Already you too, Frodo, cannot easily let it go, nor will to damage it'” (74). Frodo est comme possédé par son désir d’immortalité, comme il l’est par ses visions lointaines et ses rêves. Ce désir le pousse en avant ; mais de lui aussi viendra la ruine : “The gold looked very fair and pure, and Frodo thought how rich and beautiful was its colour, how perfect was its roundness” (74). Frodo croit en la perfection de son objet, et cette littérale idolâtrie le perdra, puisque, comme le dit Gandalf : “‘A mortal, Frodo, who keeps one of the Great Rings, does not die, but he does not grow or obtain more life, he merely continues, until at last every minute is a weariness. And if he often uses the Ring to make himself invisible, he fades'” (60) : l’Anneau ne donne pas la vie, mais il empêche de mourir, il prive le mortel de son éternel repos – voire de sa résurrection ; or, Frodo lui-même tendra à s’estomper, dans le sens où il ne cessera de décliner, précisément parce qu’il tendra à être possédé par l’esprit de l’Anneau : sa vie disparaîtra, mais lui-même demeurera dans le monde, il ne mourra pas.

Bien vite, le souhait de voyager saisit Frodo : il désire intensément Rivendell et le pays des Elfes. Et telle sera sa première étape. Mais de nouveau le départ sera assombri par de mauvais présages, dont le principal est l’absence de Gandalf, puis par de multiples péripéties, comme si le monde extérieur n’était réellement pas plus fait pour le Hobbit que l’immortalité. Frodo connaît alors ses premières chutes : il cède à la tentation d’user de la magie, et il sera puni. Comme Gandalf le fait remarquer au début du second livre, Frodo a commis sottise sur sottise : “‘you are lucky to be here, . . . after all the the absurd things you have done since you left home'” (235).

La première tentation advient à l’apparition des Cavaliers Noirs : “A sudden unreasoning fear of discovery laid hold of Frodo, and he thought of his Ring” (88). L’Anneau lui apparaît comme le moyen de se sauver du péril, mais pour cette fois, il ne cède pas à la tentation, bien que sa main touche “the chain on which it hung,” puisque : “At that moment, the rider sat up, and shook the reins” : l’ennemi s’éloigne. Mais la seconde fois qu’un Cavalier Noir paraît, il n’est pas loin de céder : “Once more the desire to slip on the Ring came over Frodo ; but this time, it was stronger than before” (92). Il est alors providentiellement sauvé par les Elfes, dont la présence chasse le cavalier. Ainsi l’emprise de l’Anneau grandit-elle avec le temps, accrue par la présence du Mal. Le destin de Frodo est semble-t-il de voir son esprit de plus en plus asservi, et son corps même s’estomper de plus en plus, puisque l’on sait d’ores et déjà qu’il doit se rendre dans le royaume du Mal pour espérer s’en délivrer. Ce mouvement personnel de déclin se poursuivra en tout cas tout au long du premier livre, et Frodo ne sera guère sauvé que par l’intervention providentielle de ses amis.

Certes, il a encore la tentation de glisser l’Anneau à son doigt lorsqu’il se trouve prisonnier des spectres : “Then a wild thought of escape came to him. He wondered if he put on the Ring, whether the Barrow-wight would miss him, and he might find some way out” (156). Mais ici, la ligne dramatique vient à être rompue, et Frodo trouve plus aisé de ne pas céder, sans doute parce que les “Barrow-wights” ne sont pas liés directement à Sauron.

À Bree, cependant, Frodo cèdera réellement à la tentation, au moment, peut-être, où il en aura le moins besoin : c’est sous l’emprise de la boisson et du plaisir festif qu’il se rendra invisible. C’est, du reste, symboliquement en tombant qu’il glisse l’Anneau à son doigt ; et cela constituera le début de ses réels ennuis, comme si, après la joie, devait inexorablement venir la déchéance.

À Weathertop adviendra donc la majeure faute de Frodo, et là en sera-t-il aussi le plus puni. Attaqué par les Cavaliers Noirs, “his terror was swallowed up in a sudden temptation to put on the Ring. . . . Not with the hope of escape, or of doing anything, good or bad: he simply felt that he must take the Ring and put it on his finger” (212). Cette fois, la véritable nature de sa chute est quelque peu clarifiée : c’est la logique même des choses qui le pousse à enfiler l’Anneau, comme si la magie était devenue normale et une partie intégrante de la réalité, comme si on devait tout naturellement, et sans raison particulière, être amené à en user face au péril physique : la déchéance est irrationnelle tout en demeurant inéluctable précisément parce qu’elle est insérée dans la succession des faits. Dès lors, Frodo est dans le monde du Mal, et c’est physiquement que les Cavaliers Noirs parviennent à le blesser : le poison entre dans son corps autant que dans son âme et cette blessure le fera souffrir jusqu’au bout.

(À suivre.)

Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 3 : Frodo en marge de son siècle

La dernière fois, nous disions que la manière de décliner variait dans The Lord of the Rings selon la nature des êtres servant de personnages au livre. Nous pensions nécessaire de commencer par étudier de ce point de vue Frodo, personnage principal.

Dès le départ, il nous est présenté comme un être rêveur et mélancolique. Le vieux Hamfast Gamgee, “commonly known as the Gaffer”1, nous dit : “‘A decent respectable hobbit was Mr. Drogo Baggins; there was never much to tell of him, till he was drowned’.

‘Drowned?’ said several voices.” Drogo était le père de Frodo. Or, nous savons déjà que les hobbits ont une peur viscérale de l’eau : “Most Hobbits regarded even rivers and small boats with deep misgivings, and not many of them could swim” (19). Cette peur touche presque à la superstition, et il est évident que la mort par noyade de Mr. Drogo Baggins et de Miss Primula Brandybuck doit frapper particulièrement les esprits : il y a là comme une malédiction pire que la mort, et le mot “drowned” est lourd de sens. “‘There was this Mr. Frodo left an orphan and stranded, as you might say, among these queer bucklanders, being brought up anyhow in Brandy Hall'” (19) : ici, le mot “queer” doit retenir, car il exprime bien l’aspect déplacé et étrange d’un Frodo déraciné tant par la mort de ses parents que parce qu’il appartient à la fois à Hobbiton, où habitent les Baggins, et à Buckland, dont est issue sa mère.

La première apparition de Frodo est en accord avec son caractère mélancolique : après la disparition soudaine de Bilbo, son père adoptif, il est dit que :

Frodo was the only one present who had said nothing. For some time he had sat silent beside Bilbo’s empty chair, and ignored all remarks and questions. He had enjoyed the joke, of course, even though he had been in the know. He had difficulty in keeping from laughter at the indignant surprise of the guests. But at the same time he felt deeply troubled: he realized suddenly that he loved the old hobbit dearly. . . . Frodo did not want to have any more to do with the party. He gave orders for more wine to be served; then he got up and drained his own glass silently to the health of Bilbo, and slipped out of the pavilion (43).

Dans ce passage, il est remarquable que Frodo, malgré les apparences, ne semble pas beaucoup s’amuser. Le “of course”, limitatif, vient bien montrer que la joie n’est qu’une simple évidence, qu’elle n’a pas de fondement dans son caractère ; mieux encore, il est au contraire “troubled”, et par un fait qui devrait plutôt le rendre heureux : il se rend compte qu’il aime son père adoptif. Ses bons sentiments sont pour lui une occasion de souci, de trouble, et cela définit bien sa personnalité : l’aspect positif y est toujours assombri par des nuages incertains.

Plus loin, il est dit : “As master of Bag End Frodo felt it his painful duty to say good-bye to the guests” (49). “Painful” indique encore la nature souffrante et douloureuse de l’âme du personnage ; et plus loin encore : “Frodo was waiting on the step, smiling, but looking rather tired and worried” (49) : une fois de plus, le sourire est noyé dans l’inquiétude et la lassitude, comme si la lumière devait être inexorablement chassée par l’ombre.

Cette sensation, on l’obtient dès la lecture du premier chapitre, “A Long-Expected Party”. Mais le sentiment est renforcé quand on connaît les révisions successives que Tolkien a faites de ce début. Comme le confirme Christopher Tolkien, les premiers chapitres sont, de tout le livre, ceux qui furent les plus abondamment travaillés. Or, à l’origine, Frodo se nommait Bingo, et la seule mention de ce nom laisse entrevoir tout ce qui différencie les deux conceptions du personnage. En fait, Frodo et Bingo vont réellement jusqu’à sembler deux personnages différents, et Bingo est aussi facétieux et truculent que Frodo ne l’est pas : le premier correspond en tout point à la façon dont on imagine généralement les lutins2, qui seraient à l’origine des Hobbits selon certains commentateurs. Grand farceur qui tourne tout à la plaisanterie, il correspond à peu près à ce que Frodo dit, dans la version définitive, de Bilbo : “He always used to joke about serious things” (48). Dans la toute première version, c’était en effet Bilbo qui devait être le héros de la suite de The Hobbit ; mais un fils de Bilbo, Bingo, apparaît dès la troisième version, et il est alors tout à fait comparable à son père : “he at once began to carry on his father’s reputation for oddities”3. Mieux encore, “His parties were sometimes a bit noisy” (30) : c’était un joyeux drille.

De Bingo à Frodo, une évolution a donc eu lieu dans le sens de l’assombrissement. Tolkien a corrigé presque systématiquement l’apparence joviale et la nature facétieuse de Bingo en introduisant des phrases commençant par “but” et se poursuivant par des négations. Or, on verra que l’évolution de la nature du personnage ne se fait pas seulement avec les révisions successives des premiers chapitres, mais avec l’avancée dans le temps du récit lui-même. C’est comme si Tolkien avait commencé par réviser sans fin son texte avant de laisser l’évolution de son esprit influer le cours même des évènements : par la suite, il conservera la plupart de ses premiers jets, et cette attitude est en partie à l’origine de la longueur de l’ensemble. Il est de ce point de vue remarquable que le premier livre semble condenser beaucoup plus d’évènements que chacun des cinq suivants.

(À suivre.)

Notes :

1 J.R.R. Tolkien, The Lord of the Rings (London: George Allen and Unwin, 1968) 34.

2 Un bon échantillon de cette espèce traditionnellement facétieuse de lutins (nommé, de façon plutôt caractéristique, Louis Boivert) se trouve dans le livre de Jean de Pingon, Les Mémoires du roi Bérold (Paris: Buchet / Chastel, 1991).

3 J.R.R. Tolkien, The Return of the Shadow (London: Unwin, 1988) 29.

Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 2 : variété des points de vue, hiérarchisation des êtres

Dans la partie précédente, nous disions que, dans The Lord of the Rings de J. R. R. Tolkien, la terre du Milieu tout entière était un personnage subissant un triste destin. Nous avions fini par l’exemple des Elfes et des Nains.

Les représentants du Mal eux-mêmes sont une partie de ce personnage, un peu comme une tumeur fait partie d’un corps. Chez Tolkien, le Mal n’est pas réellement, ou pas seulement symbolique : il a aussi une existence physique et, quoiqu’il tende à l’unité, il n’y parvient jamais, et reste divers dans ses manifestations, n’étant jamais absolu. On peut s’assimiler aux personnages mauvais précisément parce qu’ils ne sont pas mauvais radicalement, mais parce qu’ils connaissent ou ont connu un déclin moral. Il est, certes, d’abord aisé de sympathiser avec les moins mauvais, ceux qui ont été pervertis récemment ou sont sur le point de se convertir au Bien, tels Sméagol, Saruman et Grima ; mais même ceux qui s’approchent le plus du symbole et qui, manquant de présence physique ou d’apparence humaine, peuvent nous paraître allégoriques, ne sont pas sans histoire et sans personnalité : les Nazgûls sont dans ce cas, tout comme les Numenoréens Noirs, tout comme les Orcs, et tout comme Sauron même : on peut compatir à leur sort. La douleur de Shelob ne laisse pas indifférent non plus. Certes, aucun lecteur ne prendra le parti conscient de ces suppôts de Satan : s’il est plutôt attiré par eux que par leurs ennemis, il y a fort à parier qu’il n’aimera guère le livre, puisque l’une des caractéristiques principales du Mal, aux yeux de Tolkien, est de haïr toute authentique forme d’art !

Plus qu’une opposition entre le Bien et le Mal, on perçoit une diversité des niveaux d’existence. Au premier niveau, il y a les mortels tentés par l’immortalité par le biais de l’Anneau, et qui, dans la Communauté des justes, sont représentés par Frodo, Samwise et Boromir ; or, ces mortels représentent l’ancien monde, et ils s’opposent à Sméagol. Au second niveau, il y a les mortels qui sortent réellement vainqueurs de leurs épreuves, et qui s’imposent au monde nouveau, et représentent en même temps la vieille forme d’héroïsme : parmi eux sont Aragorn, Peregrin et Mériadoc, et ils s’opposent essentiellement aux Nazgûls et aux Numenoréens Noirs, qui ont déchu de leur ancien règne atlantéen. Au troisième niveau, le plus élevé, sont ceux qui représentent des races immortelles ou mythiques, les Magiciens, avec Gandalf et Saruman, les Nains, avec Gimli, et les Elfes, avec Legolas, Elrond, Galadriel, et leur ennemi fondamental, Sauron. Quant à Shelob, elle est au-dessus de Sauron comme Treebeard est au-dessus de Galadriel : ces deux êtres sont, par leur ancienneté, des quasi incarnations de la terre du Milieu.

Tandis que The Silmarillion était fondé sur l’histoire des Elfes et qu’il adoptait leur point de vue, The Lord of the Rings est plus anthropocentrique : l’action y tourne surtout autour de personnages humains, et le point de vue narratif est souvent celui des Hobbits : il n’y a pas, comme dans les textes mythologiques, d’omniscience narrative. On nous dit ainsi que le récit fut établi par Bilbo, Frodo et Sam, et que la version anglaise n’est qu’une traduction, ou une adaptation de la leur. C’est dire que les personnages lié à la Terre y ont une importance fondamentale, et que le sentiment du déclin s’exhalera de leur histoire, de leur nature, de leur psychisme.

Par Frodo Baggins, ainsi, nous paraît-il nécessaire de commencer, car il semble le personnage central, celui sur qui repose le plan général. Dans ses premiers jets, Tolkien en faisait l’axe autour duquel tournait le monde, et ce n’est qu’au cours de son travail que le Hobbit se démultipliera en d’autres Hobbits, puis en Hommes, puis en plusieurs personnages distincts. Au demeurant, même si le lecteur a le sentiment qu’il s’éloigne de lui à mesure que le récit avance, il sait, au moins parce que c’est constamment répété, qu’il est le pilier de l’histoire. Or, c’est bien lui qui est l’une des plus magnifiques illustrations du déclin dans l’univers de Tolkien.

(À suivre.)

Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 1 : le sort mélancolique des peuples anciens

L’étude complète d’une œuvre littéraire comporte inéluctablement un chapitre consacré à son univers, qu’il soit ou non considéré comme “imaginaire”. Dans le cas de The Lord of the Rings, il semble à première vue peu difficile de montrer que la sensation de déclin est fondamentale. L’impression de mélancolie qui se dégage de sa lecture est particulièrement forte. Cela va plus loin que la simple tristesse.

La raison principale pourrait être que le lecteur se met à la place du personnage principal, Frodo, qu’il ressent durement ses épreuves, et qu’il ne laisse pas de se sentir lui-même abîmé par les évènements : de l’existence de ce personnage, il ne sort aucune victoire, aucune joie. Mais on a pu soutenir que Sam était peut-être le véritable personnage principal. Or, il connaît un destin que l’on pourrait somme toute souhaiter, et qui est assez comparable à celui qu’avait Bilbo dans The Hobbit : après bien des aventures qui le dépassent et des problèmes qu’il parvient à résoudre par les moyens modestes de son bon sens, ainsi que par une fidélité absolue à des principes fondamentaux, il rentre chez lui, se marie, et a beaucoup d’enfants. Mais cela encore est dominé par la mélancolie.

Le sort des autres personnages est lui-même ambigu. Les mortels de la nouvelle génération ne sont pas les mortels de l’ancienne : plus sages, peut-être, ils paraissent parfois manquer de force et d’héroïsme. Quant aux races vouées à la disparition, elles sont nettement supérieures à celles qui sont appelées à régner sur la terre : Gandalf, le plus grand des immortels de la terre du Milieu, retourne sans véritable regret dans sa véritable patrie, le séjour des dieux de l’Ouest. L’Elfe Legolas prend avec lui, dans l’Ouest, le Nain Gimli, représentant si l’on peut dire de la plus modeste des races mythiques, et tous deux, quoique avec davantage de regrets, quittent aussi le monde périssable où les mortels évoluent. C’est peut-être avec ces Nains et Elfes que le sentiment de mélancolie touche à l’extrême.

Les Elfes se trouvent en effet dans une situation très particulière, puisqu’ils sont venus de l’Ouest et du séjour des immortels, et qu’ils ont colonisé la terre du Milieu, y imposant les conditions qui sont celles de leur patrie originelle : protégés par leurs sortilèges et leur puissance, ils ont pu faire de la terre du Milieu une nouvelle patrie. Or, la destruction de l’Anneau leur fait perdre cette puissance, et ils ne peuvent plus, après qu’elle est advenue, imposer l’immortalité aux choses mortelles : eux-mêmes sont réduits à l’alternative de mourir ou de partir.

L’Anneau est en effet l’objet qui permet de rendre la terre immortelle, qui permet de la rendre comparable au séjour des dieux : il contient en lui le rayonnement de cette terre divine, ou tout au moins angélique. Mais la volonté de Dieu était de laisser la terre du Milieu aux Hommes, et la présence des Elfes est la conséquence d’une rébellion de leur part. Lorsque l’ordre revient, les Elfes participent en rentrant dans le pays dont ils sont les légitimes propriétaires, et en quittant leurs colonies : leur empire disparaît.

Le sentiment de déclin qui domine le livre est lié à cette situation : il est conséquent à la perte de l’immortalité. C’est au fond une illustration du mythe du paradis perdu. Le lecteur se sent peut-être surtout proche de la terre du Milieu tout entière, car elle est le véritable personnage principal.

(À suivre.)

Bibliographie critique commentée sur J. R. R. Tolkien

Mon mémoire de D.E.A. de 1996 contenait une présentation critique des ouvrages consacrés à J. R. R. Tolkien que j’avais pu lire. Mes deux maîtres avaient surtout trouvé que j’avais eu la dent dure contre les explications psychanalystes de l’inspiration du formidable conteur. Ils pensaient notamment à Françoise Poyet. Je restitue ici cette bibliographie commentée.

  • Barbour, Douglas. “‘The Shadow of the Past’: History in Middle-earth.” University Windsor Review 8.1 (1972): 35-42. Comme beaucoup de critiques, Douglas Barbour laisse entendre qu’il a une opinion meilleure que les autres : son propos est de montrer que l’impression vertigineuse de profondeur naît par l’évocation du passé. Sa conclusion est évaluative : il estime possible que The Lord of the Rings soit réellement de la littérature. La question se posait encore, un an avant la mort de J. R. R. Tolkien.
  • Barfield, Owen. “Poetic Diction and Legal Fiction.” Essays Presented to Charles Williams. By Barfield, et al. Ed. C.S. Lewis. London: Oxford University Press, 1947.  L’œuvre de Barfield nous intéresse tout particulièrement, à cause de l’influence qu’elle a exercée sur la pensée esthétique de Tolkien. Cet ouvrage en particulier fut entièrement approuvé par ce dernier. Il postule une origine du langage dans la métaphore et le mythe, et contredit les tenants d’un âge réaliste du langage originel. D’emblée le langage était poétique parce qu’il embrassait ce que l’homme percevait depuis son intériorité riche et son pressentiment, au fond, du monde spirituel : Barfield était anthroposophe – disciple de Rudolf Steiner.
  • Basney, Lionel. “Tolkien and the Ethical Function of ‘Escape’ Literature.” Mosaic 13.2 (1980): 23-26.
  • Bergier, Jacques. Admirations. Paris: Christian Bourgois Editeur, 1970. Bergier a consacré un chapitre à Tolkien ; d’autres sont consacrés à C. S. Lewis, John Buchan, A. Merrit, Robert E. Howard, auteurs peu connus en France, souvent maîtres de l’imaginaire, et qu’il entend contribuer à faire connaître. Un pionnier.
  • Bergmann, Frank. “The Roots of Tolkien’s Tree: the Influence of George Mac Donald and German Romanticism upon Tolkien’s Essay ‘On Fairy-Stories’.” Mosaic 10.2 (1977): 5-14.
  • Brown, G.R. “Pastoralism and Industrialism in The Lord of the Rings.” English Studies in Africa 19.2 (1976): 83-91. Brown n’aime pas le “pastoralisme” de Tolkien, mais il fait remarquer, de façon intéressante, que, d’une part, malgré tout le déploiement d’énergie dont fait preuve Saruman, son efficacité, en matière de technologie, est extrêmement limitée ; et que, d’autre part, les races condamnées sont représentées par des personnages plus imposants que ceux qui représentent les Hommes, pourtant appelés à régner sur le monde, et que cela renvoie à une certaine nostalgie et à la vision d’une splendeur disparue, bref à des sentiments dont les ressorts sont chrétiens.
  • Carpenter, Humphrey. J.R.R. Tolkien: A Biography. London: George Allen and Unwin, 1977.
  • —. The Inklings. London: George Allen and Unwin, 1978.
  • Crabbe, Katharyn F. J.R.R. Tolkien. New York: Ungar, 1981. Contient une partie très intéressante sur les langages propres à chaque race, voire à chaque personnage.
  • Dubs, Kathleen E. “Providence, Fate and Chance: Boethian Philosophy in The Lord of the Rings.” Twentieth-Century Literature 27 (1981): 34-42. Rend parfaitement compte de la nature du catholicisme de Tolkien et de sa conception de la Providence, nourrie du platonicien chrétien Boèce.
  • Flieger, Verlyn. “Barfield’s Poetic Diction and Splintered Light.” Studies in the Literary Imagination 14.2 (1981): 47-66. Article consacré à l’influence de l’essai d’Owen Barfield sur la pensée de J.R.R. Tolkien : le mot est la chose créée par l’homme et il n’y a pas de différence, à l’origine, entre le sens littéral et le sens métaphorique. C’est The Silmarillion qui fait l’objet essentiel de cette étude.
  • Giddings, Robert, and Elizabeth Holland. J.R.R. Tolkien: the Shores of Middle-Earth. London: Junction Books, 1981. Les auteurs semblent un peu trop croire en l’importance des sources mythologiques, négligeant la part de création de Tolkien.
  • Giddings, Robert, ed. J.R.R. Tolkien: This Far Land. London: Vision Press, 1983. Plusieurs articles intéressants, notamment sur les rapports entre Tolkien et l’industrialisation de l’Angleterre.
  • Hall, Robert A., Jr. “Tolkien’s Hobbit Tetralogy as ‘Anti-Nibelungen’.” Western Humanities Review 32 (1978): 351-359. A le mérite de montrer que Tolkien n’aimait pas Wagner, et qu’il n’aimait pas non plus qu’on voie des affinités entre eux deux.
  • Hammond, Wayne G. J.R.R. Tolkien: a Descriptive Bibliography. Winchester: St. Paul’s Bibliographies, 1993. Comme dans les autres bibliographies descriptives, on remarquera la diversité des opinions, celle, défavorable, d’Edmund Wilson, et une hostilité presque unanime au style de Tolkien. Jalousie ?
  • Hartt, Walter F. “Godly Influences: the Theology of J.R.R. Tolkien and C.S. Lewis.” Studies in the Literary Imagination 14.2 (1981): 21-29. Opposition : alors que Lewis est chrétien parce que ses contes sont écrits dans une vue moralisatrice, Tolkien l’est dans les fondements de son art, dans sa conception du langage lui-même, fondée sur la substance spirituelle de tout verbe.
  • Helms, Randel. Tolkien’s World. London: Thames and Hudson, 1974. Sur les lois internes au monde de Tolkien.
  • —. “All Tales Need not Come True.” Studies in Literary Imagination 14.2 (1981): 31-45. Comparaison entre le christianisme de Lewis et celui de Tolkien, le second assimilant le poète à saint Jean, ce qui choque le premier, pour qui la Bible a un fondement avant tout moral et la littérature une fonction essentiellement esthétique.
  • Herbert, G.B. “Tolkien’s Tom Bombadil and the Platonic Ring of Gyges.” Extrapolation 26.2 (1985): 152-159. Comparaison entre Tom Bombadil et Socrate, qui se situent tous les deux au delà du Bien et du Mal.
  • Johnson, Judith A. J.R.R. Tolkien: Six Decades of Criticism. London: Greenwood Press, 1986.
  • Jourde, Pierre. Géographies imaginaires : de quelques inventeurs de mondes au XXe siècle : Gracq, Borges, Michaux, Tolkien. Paris: José Corti, 1991. Pierre Jourde selon nous néglige la dimension mythologique de Tolkien en la ramenant à une invention personnelle.
  • Lacoste, J.-Y. “Anges et hobbits : le sens des mondes possibles.” Freiburger Zeitschrift für Philosophie und Theologie 36.3 (1989): 341-373. Remarquable démonstration qu’interprétation du monde et production d’un monde sont en fait une seule et même chose.
  • Morse, Robert E. Evocation of Virgil in Tolkien’s Art: Geritol for the Classics. Oak Park: Ill. Bochalzy Carducci, 1986. Malgré l’aspect systématique de la comparaison entre l’Enéide et The Lord of the Rings, ce livre a le mérite de rapprocher deux auteurs qui ont effectivement de nombreux points communs.
  • Nitzsche, Jane Chance. Tolkien’s Art: “a Mythology for England”. London: Mac Millan, 1979. Une tendance trop marquée à l’interprétation allégorique, mais d’intéressantes théories sur le passage du paganisme germanique au christianisme universel.
  • Poyet, Françoise. “Merveilleux et fantastique (?) dans The Lord of the Rings.” Caliban 16 (1979): 41-52. Des explications psychanalytiques assez surprenantes : en quoi la psychologie d’un écrivain connu est-elle en soi plus intéressante que celle de n’importe quel autre individu, on peut se le demander. Cela en tout cas ne dit rien sur l’art lui-même, qui ici nous intéresse seul. Par ailleurs, certaines thèses défendues dans cet article sont plutôt grotesques : on nous dit, notamment, que Shelob traduit chez Tolkien un dégoût pour les organes génitaux de la femme ; mais Tolkien s’est toujours défendu de ne pas aimer les araignées : il les sauvait de la noyade en les sortant du bain. Que faut-il alors penser de ce qu’il éprouvait face aux organes génitaux de sa femme ?
  • Purtill, Richard L. J.R.R. Tolkien: Myth, Morality and Religion. London: Harper and Row, 1984.
  • Reilly, R.J. Romantic Religion. Athens: The University of Georgia Press, 1972. Tolkien vu à travers Barfield : l’œuvre du premier est l’application des principes du second. Ce qui est dit de Barfield est peut-être plus fascinant que ce qui est dit de Tolkien…
  • Ridden, Geoffrey. Notes on The Lord of the Rings. Beirut: Longman York Press, 1984. Ouvrage destiné aux étudiants ne connaissant rien de Tolkien.
  • Rosebury, Brian. Tolkien: a Critical Assessment. New York: St. Martin’s Press, 1992. Tentative de réhabilitation de l’œuvre de Tolkien, qui rivaliserait avec celle de T.S. Eliot ; l’auteur tend excessivement à affirmer que personne avant lui n’a jamais rien écrit de bon sur le sujet, et il passe beaucoup de temps à tenter d’évaluer la qualité de chaque phrase que Tolkien a écrite. L’intention est louable, l’exécution ne convainc pas toujours.
  • Shippey, T.A. The Road to Middle-Earth. London: Grafton, 1982. L’une des plus populaires, des plus utiles et des plus complètes études qui aient été faites sur Tolkien.
  • Ugolnik, Anthony J. “Wordhord Onleac: the Medieval Sources of J.R.R. Tolkien’s Linguistic Aesthetic.” Mosaic 10.2 (1977): 15-31.
  • West, Richard C. Tolkien’s Criticism: an Annotated Checklist. Kent: Kent State University Press, 1981.
  • Wicher, Andrzej. “The Artificial Mythology of The Silmarillion by J.R.R. Tolkien.” Kwartalnik Neofilologiczny 28 (1981): 399-405. Bien que cet article soit consacré à The Silmarillion, il nous intéresse en ce qu’il rend parfaitement compte du caractère déclinant du monde dans la mythologie de Tolkien.

Introduction aux visions du déclin dans « Le Seigneur des anneaux » de J. R. R. Tolkien (mémoire de D. E. A., 1996). Partie 4.

La semaine dernière, nous disions que Tolkien avait une vision du monde mêlant paganisme germanique et christianisme médiéval, et tentant de surmonter le sentiment du Déclin, propre au Ragnarok, et celui de la Résurrection, tirée de l’Évangile, en dénonçant la quête d’immortalité terrestre.

De cette façon, l’immortalité passe à jamais : il ne reste plus, au sein du monde, que la mort. On est donc pris d’une sorte de nostalgie du paradis terrestre, et on assiste au déclin lent, mais constant et progressif, du monde humain. Pourtant, cette déchéance advient pour la plus grande gloire de Dieu, et là se situe l’aspect providentiel de la succession des évènements.

Le langage lui-même est en déclin ; mais le salut advient par le Verbe créateur : et c’est bien ce qui est constitutif de l’Art aux yeux de Tolkien. Car perdre le pouvoir du Verbe, c’est perdre celui de Dieu lui-même, et c’est aussi perdre la capacité de créer un monde selon son désir. L’univers mythique de Tolkien, étant celui des contes de fées, réalise les désirs les plus profonds, il en fait un monde cohérent : tel est bien le sens qui se dégage des rêves qui ont l’intime cohérence de la réalité. En déclinant, le monde devient soudain semblable à la réalité, et n’a plus la nature du rêve : il n’assouvit plus les désirs, et l’on est passé du mythe à l’histoire. Dès lors, le monde proprement humain et le monde du rêve ne se trouveront plus étroitement mêlés, mais au contraire clairement séparés, voire opposés : l’harmonie universelle sera perdue, car le seuil qui est entre les mondes deviendra infranchissable.

Mais il y aura encore une voie d’accès : celle de la “subcreation” – la formation imagée d’un rêve qui, grâce à l’art, prend la substance du réel, notamment en se projetant dans un passé préhistorique. L’Art transporte déjà l’homme hors du monde, lui donnant ainsi un aperçu de l’éternité. La vision du déclin dans The Lord of the Rings peut ainsi dégager un pan de réflexion qui jettera une lumière sur cette œuvre. Que celle-ci soit estimée littéraire ou non n’a pas grande importance : il suffit d’aimer profondément un texte pour qu’on veuille s’y consacrer, et qu’on lui accorde de l’intérêt. Nulle nécessité de se justifier auprès d’instances supérieures, d’autorités fictives qui voudraient imposer leur vision de la littérature. 

Au demeurant, nous avons tenté de montrer que les ouvrages de Tolkien avait une valeur littéraire, de par la position même de l’auteur, qui prétendait s’inscrire dans une lignée à la fois classique et populaire, et qui a toujours rejeté le populisme proprement dit. Trop souvent la critique, tout particulièrement à son sujet, est demeurée une affaire d’évaluation collective ; or, l’un des problèmes fondamentaux est au fond que peu d’intellectuels partagent les conceptions artistiques, philosophiques et religieuses de notre auteur. La question est donc de savoir comment ne pas rabaisser l’œuvre de Tolkien si on ne partage pas son point de vue. Les seuls qui se sentent à l’aise semblent être les théologiens : mais ils ne se préoccupent que de l’aspect théorique des textes, en les rattachant (non sans raison toutefois) à la pensée d’Owen Barfield, proche ami de C. S. Lewis, proche à son tour de Tolkien. Ils se sont côtoyés. Tolkien a aimé son Poetic Diction. Mais ce qui nous intéresse ici, c’est l’étude, non d’une philosophie à travers une œuvre, mais l’œuvre même, à laquelle la philosophie participe sans pour autant la résumer.

Ainsi devrons-nous suivre la voie qu’a suivie Tolkien, en tentant de concilier deux domaines apparemment opposés l’un à l’autre : nous aurons le point de vue des théologiens, mais notre matière sera celle des critiques. Adoptant une manière à la fois théorique et pratique, nous tenterons d’imiter Tolkien dans sa tentative d’harmonisation de deux domaines peut-être arbitrairement opposés. Notre travail se fera donc essentiellement sous l’égide de l’œuvre critique de Tolkien, de ce qu’il a écrit tant au cours de sa vie professionnelle que dans sa correspondance privée, certes éclairé par les pensées d’Owen Barfield : notre désir est de nous rapprocher le plus possible de ce qu’il aurait lui-même fait, s’il avait écrit une thèse sur ses ouvrages.

Cela ne signifie pas que son œuvre sera vue comme parfaite et sans défaut : la question de savoir si elle l’est effectivement ou si elle ne l’est pas du tout est seulement d’autant plus vaine que Tolkien lui-même l’a toujours estimée défectueuse en plusieurs endroits.

Ainsi, afin de découvrir où se situe le sentiment de déclin qui domine The Lord of the Rings, en viendrons-nous à nous consacrer d’abord au langage même de ce livre, c’est-à-dire à son style, à ses structures apparentes et à la façon dont la poésie et les évocations du passé (qui, selon Tolkien, avaient une fonction essentiellement dramatique) sont enchâssées dans le cours du récit même, ainsi qu’à l’impression de profondeur dans le passé, qui débouche sur la vision d’un temps qui n’a pas de source véritable, qui se perd dans l’infini. Ensuite, il nous paraîtra indispensable de nous pencher sur le monde évoqué, c’est-à-dire sur le rêve même de Tolkien : on observera l’importance de l’entrelacement dans la structure narrative, et la vision d’une providence qui ordonne les évènements du point de vue des narrateurs mêmes ; puis, c’est le destin des personnages qui nous intéressera de façon pressante – et, au-delà, le destin du monde tout entier ; enfin, il s’agira de montrer en quoi la providence surmonte le hasard en puissance, et de quelle manière l’éternité s’affirme comme l’accomplissement du monde. Mais notre étude ne serait pas complète sans une nécessaire réflexion sur le langage et sa nature profonde, expliquant pourquoi il est l’illustration d’une certaine élection dans le monde, pourquoi il représente le Bien ; disant ce qu’était exactement l’art pour Tolkien, et parlant de l’influence de sa religion sur ses conceptions ; rendant explicite la manière dont selon lui le Verbe pouvait sauver de l’inéluctable déclin l’humanité et le monde, au delà d’une mort physique obsédante source de douleur.