À propos

Les Lettres du mont-Blanc sont envoyées par Rémi Mogenet depuis la Haute-Savoie, où il habite. Elles évoquent essentiellement la littérature de l’ancienne Savoie, qui a été rattachée pour vingt-trois ans à la France en 1792 sous le nom de département du Mont-Blanc.

Rémi Mogenet s’occupe de ce sujet, la littérature dans l’ancienne Savoie, depuis qu’il a découvert la bibliothèque de son grand-père, qui contenait à cet égard des trésors. Il a ouvert un livre, et une lumière a surgi. D’autant plus envoûtante qu’elle était quasi inconnue, et d’une teinte insolite.

Il a ensuite, comme amateur, publié des articles et des livres, produit des conférences sur le sujet, et rédigé un mémoire sur les châteaux de Haute-Savoie dans la littérature pour le Service archéologique du Conseil général de Haute-Savoie. L’idée lui est alors venue de compléter ces travaux par une thèse de doctorat, car il était depuis presque vingt ans titulaire d’un D.E.A. d’Études anglaises dont il n’avait rien fait : il portait sur The Lord of the Rings de J.R.R. Tolkien, et avait été acquis à la Sorbonne avec une très bonne mention.

Il a rencontré dans ce qui était alors l’université de Savoie, à Chambéry, Michael Kohlhauer, spécialiste de Joseph de Maistre, et celui-ci a accepté de diriger un travail sur le romantisme dans l’ancienne Savoie, qui constitue la période à la fois la plus foisonnante et la plus méconnue de la littérature du Duché.

Ce carnet diffuse partiellement les résultats des recherches, et peut-être de temps en temps ce qui reste des recherches effectuées sur J.R.R. Tolkien et les littératures contemporaines de l’imaginaire, voire d’autres sujets encore.

8 réflexions sur « À propos »

  1. Merci pour la discussion sur J.R.R. Tolkien sur un autre fuseau. Etant moi-même d’origine savoyarde (bien qu’exilé pour raisons professionnelles depuis longtemps), je ne peux qu’apprécier.

    J’espère avoir l’occasion de parcourir le reste de votre carnet, car les noms d’Amédée VI, Sales, Mistral, Maistre, Teilhard de Chardin (et j’en oublie) me parlent également.

    1. Je pense que je me suis intéressé à la littérature savoyarde parce que je lui ai vu des liens forts avec l’oeuvre de Tolkien, que j’adorais. Je le cite d’ailleurs au début de ma thèse, pour soutenir cette tradition littéraire savoyarde, qui avait largement pour caractéristique de concilier, ou tenter de concilier le merveilleux païen et le merveilleux chrétien, ou la morale chrétienne du moins. Il y a par exemple un certain Maurice Dantand, qui dit que les dieux de l’Olympe sont issus d’unions entre les anges terrestres devant s’occuper du règne végétal et les filles d’Adam et Eve : il raconte toute leur histoire, dans L’Olympe disparu, et la mêle à celle des anciens Germains (et au Chablais), mais avec un style imité de Virgile. Amédée VI a fait l’objet d’épopées chrétiennes dans lesquelles on trouve des anges, notamment un qui préside aux tempêtes depuis les montagnes, et obéit à Dieu pour les déclencher. Je m’apprête à rééditer cette épopée particulière, appelée Le Comte Vert de Savoie. J’ai aussi réédité des textes de Jacques Replat qui mêle le merveilleux païen et le merveilleux chrétien. Joseph de Maistre était au fond aussi dans cette perspective, il avait des tendances à ce qu’il appelait lui-même la mythologie chrétienne, et tendait à réhabiliter à la fois le catholicisme et les religions païennes contre le rationalisme des Lumières. Et Mistral encore mêlait le catholicisme à la mythologie gauloise, les anges aux esprits élémentaires. Mais il n’était pas savoyard ! Pas plus que Pierre Teilhard de Chardin, qui néanmoins se réclamait d’un “panthéisme centré” encore curieux à cet égard. François de Sales aimait le merveilleux chrétien, lui aussi, il le disait nécessaire à l’élévation intérieure, je pense qu’il y a un rapport avec Tolkien. C. S. Lewis a fait l’éloge de François de Sales (consacré par les anglicans), il l’aimait beaucoup. Je crois vraiment à un catholicisme savoyard mêlé de paganisme moralisé dans l’esprit de Tolkien.

      1. Je lirais très volontiers cette épopée du _Comte Vert de Savoie_, dont je dois bien admettre que je n’ai jamais entendu parler auparavant. Même chose pour _l’Olympe disparu_, merci pour ces références.

        Quant à l’ange qui commande aux tempêtes, c’est très intriguant. N’est-il cité que dans cette épopée ? Cela m’évoque la divinité ossète Watsilla (Уацилла), dont le nom désigne St Elie, qui gouverne la pluie et l’orage, et protège la moisson. (Bon nombre de personnages divins ossètes ont vu leurs légendes survivre après qu’ils aient christianisé leur nom : ainsi Donbettyr [St Pierre] est-il le maître des eaux, ou Tutyr [St Théodore de Tyr] celui des loups.)

        1. A ma connaissance cet ange des tempêtes n’est cité que dans cette épopée. Mais je pense que dans l’esprit du poète, Antoine Jacquemoud (il était de Moûtiers, de quelle partie de la Savoie êtes-vous ?), il s’agissait, bien sûr, de christianiser les intelligences de la nature, ou les intelligences cosmiques, sur le modèle de Chateaubriand, ou dans la foulée de Chateaubriand, que dans sa préface Jacquemoud cite. A la même époque, où un peu auparavant, un autre auteur savoyard assez romantique, Léon Ménabréa, avait établi dans un article resté célèbre (localement) la hiérarchie des démons, et un rang était l’auteur des tempêtes et orages, regroupé sous le nom de Mérérim. Or il y avait une pensée providentialiste, issue de Joseph de Maistre, qui faisait finalement même des démons les agents de la volonté divine. En tout cas les Savoyards voulaient appréhender les esprits de la nature tout en les christianisant, c’est ce qui chez eux est beau, et rappelle Tolkien. Pour autant, on ne vénérait pas cet ange des tempêtes, on vénérait plutôt les saints thaumaturges réputés calmer les tempêtes, parfois les prêtres étaient réputés commander aux éléments, aussi – pouvoir calmer les tempêtes. Jacques Replat en donne un bel exemple, dans Bois et vallons.

  2. Vous ai-je déjà dit que j’adore vos Lettres du Mont-Blanc, et que chaque fois que je tombe dessus par hasard ou que j’y pioche à escient j’en reste tout éblouie…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le carnet de Rémi Mogenet sur la littérature de l'ancienne Savoie

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search