Le thème et le prédicat: une question grammaticale.

La grammaire officielle part du principe qu’une langue est faite d’un thème et d’un prédicat: ce dont on parle, ce qu’on en dit. Le thème est grammaticalement ce qu’on appelle le sujet, et le groupe verbal est le prédicat.

Le principe admis est qu’on commence par parler du thème et qu’ensuite on parle du prédicat, et que cela explique l’ordre des mots. On se souvient en effet qu’en latin celui-ci était libre, et généralement différent de celui du français (ou de l’anglais), parce que le sujet était signalé par sa terminaison: le sujet d’un verbe avait une terminaison spécifique. L’objet aussi. On entendait à la fin du mot quelle fonction il avait dans la phrase.

L’idée admise, pour parler plus clairement, est que si on place le sujet, ou au moins le thème, avant le verbe, c’est qu’il est structurellement plus important. Ce dont on parle est plus important que ce qu’on en dit. On en parle donc pour commencer.

Mais j’ai des doutes. Vraiment, est-ce que dans une phrase le sujet est la chose la plus importante? Souvent en latin le verbe était laissé pour la fin, parce que l’action au contraire était ressentie comme le plus important, et non celui qui la commettait; parce que l’état était considéré comme le plus important, et non celui à qui on l’attribuait. On plaçait donc le plus important à la fin. Et le début n’était pas forcément fait du sujet: loin de là. Donc le thème était l’action, le verbe, et non le sujet. Ce dont on parlait, c’était de l’action, et le prédicat au contraire était fait du reste.

Que disait-on de l’action? Qu’elle avait été faite par Jules César, que les Gaulois l’avaient subie, et l’avaient subie longtemps et durement, ce genre de choses. Le lien établi par la tradition grammaticale entre le thème et le sujet peut apparaître comme arbitraire.

La preuve en est que la proposition la plus courte est seulement faite d’un verbe: c’est le cas dans l’impératif. On dit: Sors! Nul besoin d’un sujet exprimé, la phrase est complète.

On pourra objecter qu’il est sous-entendu, la situation d’énonciation le rendant inutile. Certes, mais en latin le pronom personnel n’était presque jamais exprimé: la terminaison du verbe, audible, suffisant à indiquer la personne, le sujet était peu exprimé. Ce n’était pas l’exception, mais la règle. On ne peut pas croire que le latin était continuellement elliptique et que le français l’a explicité. Il ne peut pas en être ainsi. La réalité est simplement que la langue est fondée sur le verbe, et non sur le sujet, et que le thème du langage n’est pas représenté par la personne ou la chose qui fait une action ou dispose d’un état, mais bien par l’action et l’état eux-mêmes.

La grammaire officielle dit autre chose: pour elle, je l’ai dit, le thème se confond avec le sujet. D’où cela vient-il?

De deux choses. Une est pratique, l’autre est philosophique.

D’abord, les terminaisons verbales ne s’entendant plus (ne s’écrivant plus, même, en anglais), il a bien fallu les remplacer par des pronoms au fond de même valeur: précisant à l’oreille la personne et le nombre du verbe, ils ne se comportent qu’en préfixes, mais créent l’illusion que le sujet est toujours mentionné.

Ensuite, le matérialisme spontané peut isoler aisément, dans l’esprit, une chose, et même une chose animée comme est l’homme; mais une action se faisant dans le temps, dans le devenir – une action s’apparentant en fait à un souffle, une force invisible qui passe –, il est angoissant, pour ce même matérialisme, de le placer comme thème fondamental du langage. L’action, pour le matérialisme, est rendue visible par la matière qui bouge, voire a des états successifs (car même le mouvement, au fond, a quelque chose de magique qui échappe à la pensée matérialiste), ou n’est pas. Donc on aura tendance à croire que le point de départ physique de l’action – le sujet – est plus important que l’action même. Mais à mes yeux il n’en est pas ainsi. Le langage n’est pas une liste de choses qui déclenchent des états évolutifs, ou même successifs, mais bien un réseau d’actions, de verbes – de souffles –, dans lequel les choses n’apparaissent que comme de brefs songes.

Oui, j’oserai dire que le thème, c’est le verbe, et que les sujets ne sont que des prédicats. Les pronoms sujets ne sont là que comme préfixes, les verbes ne peuvent en aucun cas être leurs suffixes. Et leur détachement en français est illusoire, n’est dû qu’à un conservatisme formel. Les noms mêmes servant de sujets leur sont subordonnés, cela ne va en aucun cas dans le sens inverse. L’ordre des mots à cet égard ne doit pas faire illusion.

La phrase reprend l’ordre narratif extérieur: dans le monde manifesté, une action ou un état prend naissance quelque part, dans un point précis: c’est ce qu’on indique par le sujet. Mais au fond le sujet n’est pas le thème principal du discours; c’est bien le verbe, qui est dans ce cas.

Ce qu’on nomme ainsi philosophiquement un sujet apparaît dans le discours lui-même comme une illusion, en ce que cela ne se recoupe jamais avec l’être véritable. L’être n’est pas tant dans le sujet que dans l’action. Je veux dire, chaque action qu’on effectue est un reflet, une facette de soi. L’ensemble des actions qu’on effectue dans sa vie donne un tableau complet du moi profond et réel – et on pourrait dire que l’ensemble des actions effectuées dans le monde donne une image de Dieu!

Le moi qui dit je quand une action est effectuée à la première personne – ce moi est pure fumée. C’est ce que rappelait François de Sales quand il disait qu’après la mort il ne restait de soi que les actions qu’on avait effectuées. Le moi nommé par la fonction sujet n’était donc alors rien. Il n’était qu’un leurre – une accroche par laquelle le véritable moi pouvait s’exprimer, en effectuant une action. Il était le nuage dans lequel le souffle de l’action pouvait apparaître, et se manifester! Mais au bout du compte seul ce souffle – cet esprit – est réel. Ou du moins, il l’est davantage, se situant non dans l’espace, mais dans le temps. Et de fait, c’est dans le temps qui sépare la naissance et la mort, dans le temps qui fait se succéder les actions qu’un moi véritablement s’exprime.

Car les souffles qui constituent les actions du monde sont au fond déjà là, mais le nuage, la vapeur qui constitue l’espace où elles s’expriment et se manifestent sont comme des amorces, des fenêtres par lesquelles donc ces souffles, ces esprits entrent dans le monde. Elles sont en quelque sorte leur captation, grâce à laquelle ils se rendent accessibles à la conscience – permettant au nuage de se mirer. Dans le nuage, les actions tracent des couleurs, et au cours d’une vie, ces couleurs se mettent en place, et bâtissent la forme de l’être.

Or, c’est de toute éternité ce qu’a voulu représenter le langage, et non pas, comme le croient beaucoup de linguistes, des thèmes qui seraient des éléments physiques occupant un espace, et des prédicats qui sont en quelque sorte la mise en mouvement de ces corps. Il en va tout autrement. Les mouvements, sous forme de réseaux de souffles, donc d’actions, sont déjà là – et les corps, simples nuages arrêtant, ou revêtant ces souffles de formes, sont là pour les manifester, pour qu’on les saisisse, pour se rendre accessibles à l’entendement.

Cela achève, pour moi, de prouver que le thème est le verbe, et que le sujet fait partie du prédicat, en grammaire.


2 réflexions sur « Le thème et le prédicat: une question grammaticale. »

  1. Je suis assez d’accord avec cette vision. Mais au fond cela a peu d’importance.. De plus en français nous avons une conjugaison des verbes vraiment très complexe et précise. Cela détermine sans doute une forme de pensée dans le temps. Se placer hors du temps nous est difficile. Cependant cette conjugaison nous permet d’imaginer facilement…. et de rêver sans doute…

    1. Merci pour ces commentaires. Le français est très détaillé pour les temps, cela développe le souvenir ou l’attente. Certaines langues c’est vrai sont davantage dans le présent. Le chinois par exemple, peut-être aussi le coréen? Cela donne le sentiment asiatique de l’éternel présent, sans doute. En Occident nous sommes plus dans une idée dramatique du temps, avec des oppositions entre le passé et le présent, ou entre le présent et l’avenir. Cela crée une dynamique spécifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.