Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 10 : la mort de Boromir

Dans les articles précédents, nous avons étudié les personnages de Frodo Baggins et de Sam Gamegee.

Il est un membre de la Compagnie de l’Anneau qui a été tout à fait corrompu par l’objet, et appartient aussi, tout en étant mortel, à un monde dépassé : Boromir. Son cheminement est relativement simple : dès l’origine orgueilleux et fier, il sait dominer les hommes et les choses. Il se laisse corrompre sans ambiguïté. Ne comprenant pas la nature profonde de cet objet, il ne voit que le profit matériel qu’on peut en tirer, et à mesure que les représentations physiques de l’autorité suprême s’éloignent ou disparaissent, il devient toujours plus hardi dans sa tentative de s’emparer de l’Anneau : d’abord soumis à Elrond, puis à Gandalf, il s’en remet à leur volonté ; mais lorsque Aragorn prend le commandement, et que la Compagnie se rapproche de Gondor, l’appel de l’Anneau se fait en lui plus pressant.

Ainsi, au Concile d’Elrond, il commence par douter du lignage d’Aragorn, et les mots “proud” et “doubt”1 caractérisent son attitude : il n’entend pas aisément se démettre du rang qu’il occupe à Gondor. Dans son amour pour sa patrie, il voit l’Anneau avant tout comme une arme dont on doit se servir contre ses ennemis : “‘Let the Ring be your weapon, if it has such power as you say. Take it and go forth to victory!'” (285). Gandalf et Elrond expliquent la nature mauvaise de l’objet et qu’ils ne l’utiliseront pas comme arme, et : “Boromir looked at them doubtfully, but he bowed his head. ‘So be it,’ he said” (285). Il se soumet à l’autorité, mais il ne croit pas en ses raisons : il n’a pas foi en la parole des Sages. Il est d’une fidélité profonde, mais la perception spirituelle du monde lui fait défaut : il raisonne d’une façon essentiellement matérialiste.

Pour cette raison, il tendra à prendre des choix personnels opposés à ceux de Gandalf, notamment lorsqu’il s’agira de passer par Moria : “‘I will not go,’ said Boromir: ‘not unless the vote of the whole company is against me. . . . The Ring-bearer’s voice surely should be heard ?'” (314). Déjà, Boromir regarde celui qui porte l’Anneau comme le centre de ses propres affaires : il ne le quittera pas, tâchant plus tard de le convaincre de le suivre à Minas Tirith.

Sa chute sera consommée lors de son passage à travers Lothlorien. Comme le dira plus tard Sam au frère de Boromir, Faramir : “‘it’s my opinion that in Lorien he first saw clearly what I guessed sooner : what he wanted. From the moment he first saw it he wanted the Enemy’s Ring !'” (707). En effet, la nature immortelle de Lorien est propre à faire naître les désirs corrupteurs : l’envie s’empare alors clairement de celui la portait inconsciemment en soi. Cette terre tend à révéler le Bien et le Mal. Comme le dit Aragorn : “‘There is (…) in this land no evil, unless a man bring it hither himself'” (377). Boromir est tenté par Galadriel elle-même : “‘almost I should have said that she was tempting us, and offering what she pretended to have the power to give. It need not be said that I refused to listen. The Men of Minas Tirith are true to their word'” (377). Galadriel a révélé en lui le désir de posséder l’Anneau, par la seule promesse, semble-t-il, qu’implique sa beauté. Mais déjà, on peut percevoir ce qui sauvera Boromir au bout du compte : sa fidélité, et sa capacité à tenir sa parole. Boromir possède la haute vertu de la soumission à l’autorité légitime, et il ne basculera donc pas du côté du Mal, représenté effectivement par un usurpateur. Il y a une profonde humilité au delà de son orgueil apparent.

Certes, le désir de posséder l’Anneau l’envahira de façon absolue. Après avoir quitté Lothlorien, Boromir se montrera de plus en plus orgueilleux et acerbe, voire rebelle aux commandements supérieurs. Sa volonté de rentrer à Minas Tirith, qu’il est à la fois de son devoir et de son désir de protéger, est déjà une atteinte à l’intégrité de la Communauté de l’Anneau et à l’autorité d’Aragorn ; il veut convaincre la Compagnie de se rendre à Minas Tirith et réellement, ainsi, prendre la direction des opérations. Mais, toujours fidèle à sa parole : “‘I shall go to Minas Tirith, alone if need be, for it is my duty,’ said Boromir ; and after that he was silent for a while, sitting with his eyes fixed on Frodo, as if he was trying to read the Halfling’s thoughts” (389). Le désir grandira en lui, bien qu’il le dissinmule, voulant donner l’apparence de respecter les commandements des Sages, à commencer par ceux d’Elrond : “Plainly Boromir’s thought was different from his final words. It would be folly to throw away : what ? The Ring of Power ? He had said something like this at the Council, but then he had accepted the correction of Elrond” (389). Il aura bientôt l’occasion d’exprimer plus clairement sa pensée devant Frodo, lors d’un long débat qu’il tiendra avec lui. “‘The Ring would give me the power of Command'” (418), dit-il ; “his talk dwelt on walls and weapons, and the mustering of men ; and he drew plans for great alliances and glorious victories to be ; and he cast down Mordor, and became himself a mighty king, benevolent and wise” (418). Boromir croit qu’il suffit d’avoir de bonnes résolutions et de pouvoir les mettre en œuvre pour accomplir le Bien. Mais l’enfer est pavé de bonnes intentions ; et il est bien possédé par l’orgueil, franchissant le seuil qui sépare la loyauté de son contraire, et voulant contraindre Frodo par la force après n’être pas parvenu à le convaincre par ses raisons : “His fair and pleasant face was hideously changed ; a raging fire was in his eyes” (419).

Mais une fois que Frodo lui a échappé, il se rend compte qu’il a passé les bornes de la loyauté : “‘What I have said ?’ he cried. ‘What I have done ? Frodo, Frodo !’ he called. ‘Come back! A madness took me, but it has passed. Come back !'” (420). Et pourtant, son désarroi peut venir de ce qu’il n’est pas parvenu à se saisir de l’Anneau : il tenterait par sa fausse repentance de ramener Frodo afin de le convaincre. Car Boromir ne sait sans doute pas que son raisonnement vis à vis de l’Anneau est faux : tout ce qu’il voit est qu’il a trahi ses amis, qu’il a désobéi à ses supérieurs et qu’il mérite le blâme selon son propre code de l’honneur ; il a ainsi prouvé que l’Anneau ne serait pas confié à un homme incorruptible si on le lui confiait à lui, puisqu’il est à même d’abuser de son pouvoir et de trahir ses amis au nom d’une juste cause, puisqu’il estime, au fond, que la fin justifie les moyens. Comme le dit T. A. Shippey : “Obviously his original motive is patriotism and love of Gondor, but when this leads him to exalt ‘strength to defend ourselves, strength in a just cause,’ our modern experience of dictators immediately tells us that matters would not stay here.”2 A vrai dire, l’expérience moderne n’a pas grand’chose à voir avec le problème qui nous occupe, car beaucoup d’hommes pourraient, au nom d’une cause juste, imposer leur volonté à autrui sans pour autant passer pour des dictateurs : tout au contraire, nombre d’entre eux passent pour de grands hommes, qu’ils aient existé dans un lointain passé ou qu’ils appartiennent effectivement aux temps modernes.

Boromir peut aisément convaincre de sa bonne foi. Mais en cela, il montre précisément qu’il n’atteint pas à la spiritualité suprême et qu’il est corrompu. Pour autant, certes, il est fidèle à sa parole, ou s’efforce de l’être, et, quoiqu’il ne comprenne pas la nature de l’Anneau, il sait qu’il a commis une erreur, voire une faute : car dans son esprit matérialiste, les deux sont mêlés, ou ne sont qu’une seule et même chose : “‘I tried to take the Ring from Frodo,’ he said. ‘I am sorry. I have paid.'”3 De cette façon, il ne passe pas du côté du Mal : conscient de sa faute fondamentale, il donne sa vie pour sauver Meriadoc et Peregrin, montrant ainsi qu’il sait être fidèle à sa parole au mépris de sa vie et de la gloire de sa patrie, bref qu’il met le langage et le serment au-dessus des choses matérielles. “‘You have conquered'” (434), lui dit Aragorn avant qu’il ne meure. On peut se demander si ce destin est réellement marqué par le déclin.

Boromir s’était désigné pour se rendre à Rivendell au mépris des signes de la Providence, qui avaient d’abord désigné son frère ; comme le dit T.A. Shippey : “In Middle-earth, one may say, Providence (…) sent the dream that took Boromir to Rivendell (I,15923). But they sent it first and most often to Faramir, who would no doubt have been a better choice. It was human decision, or human perversity, which led to Boromir claiming the journey.”4 Cela est en effet assez clairement montré par les paroles mêmes de Faramir : “‘Alas that ever he went on that errand ! I should have been chosen by my father and the elders, but he put himself forward, as being the older and the hardier (both true), and he would not be stayed.'”5 En outre, dans sa tendre enfance, comme s’en souvient son frère : “‘always it displeased him that his father was not king'” (696). Boromir était ambitieux et avait le désir de surpasser les rois de Westernesse précisément parce que leur sang ne coulait pas dans ses veines de façon pure, comme le dit Gandalf6. Il était vicié dans sa chair même ; et les épreuves n’ont fait que le révéler. En se sacrifiant, il s’est soudain élevé, et il a montré sa valeur authentique, sa fidélité absolue. Ainsi peut-on dire que Boromir n’a sombré que pour mieux rejaillir à la lumière; et la vision de Faramir, qui est le corps de son frère reposant au fond d’une barque pleine d’une eau lumineuse7, dévoile l’apothéose qui a eu lieu. Gandalf l’entend bien de cette oreille lorsqu’il parle à Denethor de son fils aîné : “‘He is dead, and died well ; may he sleep in peace !'” (844).

Pourtant, la mort de Boromir signifie aussi la mort de sa maison, comme l’illustre son cor brisé : ce déclin prépare l’avènement d’Aragorn, et ce n’est pas un hasard si Boromir s’adresse à lui en dernier, lui faisant promettre de sauver Gondor, et le reconnaissant en dernière instance comme le roi légitime. Mieux encore, cette mort tragique signifie la mort de l’héroïsme proprement dit. Boromir est en effet fréquemment comparé aux Rohirrim, qui sont cousins des Numenoréens, mais de nature inférieure : il leur manque la spiritualité qui caractérise la lignée de Westernesse. Or, on sait que Tolkien a décrit les Cavaliers de Rohan en s’inspirant des anciens Anglo-Saxons, ou, plus généralement, des Germains. Le dernier son de cor de Boromir ne rappelle pas moins que celui de Roland le dernier son de cor de Heimdall, qui marque la fin des temps dans la mythologie germanique. Cette sonnerie est le glas des gloires héroïques ou chevaleresques.

Ainsi Théoden est-il l’emblème de cette chevalerie païenne déclinante : sombrant d’abord dans le désespoir, il se réveille aux paroles de Gandalf, pour mourir glorieusement sur le champ de bataille, sort désiré par tous les guerriers de jadis. Avant de s’éteindre, il lègue symboliquement la royauté à son neveu Eomer : “‘Hail, King of the Mark!’ he said. ‘Ride now to victory!'” (877). Or, Eomer s’est déclaré dès le début inféodé à Aragorn, et cette passation de pouvoir, là encore, est une façon de se soumettre à ce véritable prêtre-roi. Denethor, le maître de Gondor, sent lui aussi s’achever les jours héroïques, et il sombrera dans le désespoir jusqu’à s’immoler par le feu. Il tentera d’entraîner à sa suite son fils cadet, Faramir, mais celui-ci sera sauvé, encore, par Gandalf, dont il suit tous les conseils, étant autant un sage qu’un guerrier. Lui aussi préparera l’avènement d’Aragorn et se destituera en sa faveur. Ainsi seront sacrifiées les gloires mondaines, ce qu’on ne peut vivre ou lire sans se sentir pris d’une certaine mélancolie ; car le monde des mortels est marqué par un déclin à la fois matériel et humain.

Notes :

1. Cf. Tolkien, The Lord 264.

2. T.A. Shippey, The Road to Middle-Earth (London: Grafton, 1982) 125.

3 .Tolkien, The Lord 434.

4. Shippey, The Road 136-137.

5. Tolkien, The Lord 698.

6. Tolkien The Lord 789.

7. Tolkien, The Lord 692.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.