Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 6 : entre la Voix et l’Œil, soi-même sans espoir

La dernière fois, nous disions que Frodo connaissait la tentation du néant, lorsqu’il scrutait le fond sombre de la pupille de Sauron, dans la Lothlorien. Il pourrait devenir le maître du domaine de Galadriel, peut-être…

Mais Frodo doit abandonner le pays d’immortalité, et accepter son destin. Or, parallèlement, il continue de voir croître sa perception, devenant lui-même elfique : “Yet even so, as Ring-bearer and as one that has borne it on finger and seen that which is hidden, your sight is grown keener” (385-386), lui dit Galadriel. Il devient, sans le vouloir, comparable à un elfe ; mais c’est alors qu’il perd sa nature première et qu’il est en quelque sorte exilé du Shire, qu’il tend à s’effacer et à déchoir en tant que mortel. En accédant à l’immortalité, Frodo est peu à peu détruit. La magie n’est pas une illusion : mais ses bienfaits en sont une, car elle chasse Frodo de la vie et le fait entrer dans une certaine sorte, effectivement immortelle, de mort. Le mortel qui refuse la mort ne peut exister dans le monde des vivants : il s’efface, son esprit est détruit, et il devient une ombre errante au pays des songes.

Bientôt, Frodo est contraint de quitter la Communauté de l’Anneau, et de s’en aller seul vers Mordor. Mais le choix est difficile, car, comme il le dit lui-même, s’il sait la route qu’il doit suivre, il ne peut le faire, tout simplement parce qu’il a peur, parce qu’il doute : “‘For I know what I should do, but I am afraid of doing it, Boromir : afraid'” (417). Frodo, encore une fois, ne peut prendre une décision : il ne peut que se soumettre au hasard des circonstances, ou à la Providence, et c’est bien l’attaque de Boromir qui l’amène à se servir de l’Anneau et à partir seul. Sa volonté semble brisée, mais parce qu’il se soumet aux circonstances, il fait partie des humbles : ce qui, pourtant, ne le sauvera pas fondamentalement, le Mal étant l’une des composantes des circonstances, tendant même à les dominer : sa nature profonde est d’imposer une volonté unique au monde entier. Or, Frodo, lui, accepte délibérément de se soumettre à la totalité. Mais cela signifie qu’il accepte sa mort, et qu’il n’y a pour lui pas d’alternative : l’immortalité doit disparaître. C’est bien à la Providence qu’il doit d’être moralement sauvé, puisque, une fois l’Anneau glissé à son doigt, deux voix s’affrontent en lui, mais c’est seulement quand il reprend conscience de lui-même qu’il peut décider de retirer l’Anneau et échapper à l’emprise de Sauron : “Suddenly, he was aware of himself again. Frodo, neither the Voice nor the Eye : free to choose, and with one remaining instant in which to do so. He took the Ring off his finger” (421). Lui-même, volontairement, fait pencher la balance du côté du Bien : parce qu’au delà des forces qui le tourmentent et le possèdent, il peut encore faire des choix, il pourra être sauvé en dernière instance. Non que ses choix lui fassent dominer les évènements, mais qu’ils le conduisent à se soumettre librement au Bien – et à la Providence, à la chance.

Le paradoxe est que le Bien réside dans une soumission absolue mais volontaire, et le Mal, dans le désir d’échapper à cette soumission tout en l’acceptant non par choix, mais par contrainte. La soumission elle-même est une manière de se résigner à son destin, c’est-à-dire au déclin fondamental de la nature mortelle. Le bon choix reste donc dans le domaine spirituel, non matériel, et il ne retourne absolument pas, sinon de façon indirecte, les évènements en faveur de celui qui l’effectue.

Sans espoir de retour, Frodo s’engage dès lors sur la voie qui doit le mener jusqu’à Mordor. Faisant allusion à ses amis et s’adressant à Sam, il dit : “‘I don’t suppose we shall see them again'” (427). Il est convaincu d’aller droit à la mort, et il ne poursuit sa route que parce que tel est son devoir, parce que telle est sa destinée : tel est l’ordre que lui a donné Gandalf, auquel il s’est résolu à obéir : “‘I was going to find a way into Mordor,’ he said faintly. ‘I was going to Gorgoroth. I must find the Mountain of Fire and cast the thing into the gulf of Doom. Gandalf said so. I do not think I shall ever get there'” (708).

Or, à mesure qu’il approche de Mordor, l’Anneau est un fardeau toujours plus pesant ; symboliquement il le tire vers le bas, vers la terre maudite sur laquelle règne Sauron, et il le ralentit dans sa marche, l’empêchant d’accomplir ce qui doit l’en délivrer : “Frodo seemed to be weary, weary to the point of exhaustion. He said nothing, indeed he hardly spoke at all ; and he did not complain, but he walked like one who carries a load, The weight of which is ever increasing ; and he dragged along, slower and slower, so that Sam had often to beg Gollum to wait and not to leave their master behind” (656). Pourtant, Frodo n’est pas vaincu ; tout au contraire, il a acquis une soumission totale aux anciens commandements de Gandalf, et c’est pour cette raison qu’il épargne la vie de Smeagol, pressentant que la créature peut encore avoir un rôle à jouer : “Even the wise cannot see all ends” (640), se souvient-il en songeant à ce que lui disait le Magicien. Sméagol, au fond, n’est qu’un vieux hobbit qui a déchu à cause de l’Anneau, qui se trouvait sans le savoir en face d’une force qui le dépassait. Mais cette pitié devient obsédante, et amène Frodo à tromper Sméagol pour lui sauver la vie : “What else he could do? – to keep faith, as near as might be, with both sides” (715).

Or, si Frodo ne perdra pas la maîtrise de son esprit lorsqu’il se retrouvera de nouveau en présence d’un Nazgûl : “And as he waited, he felt, more urgent than ever before, the command that he should put the Ring. But great as the pressure was, he felt no inclination now to yield to it. He knew that the Ring would only betray him, and that he had not, even if he put it on, the power to face the Morgul – king – not yet” (733-734) – s’il se sauve, c’est grâce à la fiole de Galadriel : “Then his own will stirred; slowly it forced the hand back and set it to find another thing, a thing lying hidden near his breast. Cold and hard it seemed as his grisp closed on it : the phial of Galadriel, so long treasured, and almost forgotten till that hour. As he touched it, for a while all thought of the Ring was banished from his mind” (734). Si, donc, Frodo ne semble plus pouvoir céder à la tentation de l’Anneau, il cédera peut-être à une autre tentation, se sentant libre et puissant grâce à la fiole qui lui permettra d’éloigner Shelob, laquelle aura été prévenue par Smeagol, qui, à ses propres yeux, aura ainsi rendu trahison pour trahison. Victime de sa mansuétude, Frodo perd presque la raison, parce qu’il croit avoir vaincu l’araignée géante. En voyant la sortie : “‘The pass, Sam !’ he cried, not heeding the shrillness of his voice that released from the choking airs of the tunnel rang out now high and wild” (750). Oubliant sa prudence, il est frappé par le dard du monstre. On ne peut qu’y voir une signification morale, dans ce monde où toute idée semble avoir une présence corporelle : Frodo est puni parce qu’il a trahi son serviteur, et surtout parce qu’il s’est laissé corrompre par la puissance qu’il tirait de la fiole, qui devenait ainsi un second Anneau.

Certes, on pourra se demander ce qui n’est pas à le source de la corruption : comme tout semble l’être, la nature de Frodo elle-même l’est dès l’origine, quoique de façon involontaire. Cette idée est confirmée par la réaction de Frodo quand il apprend que Sam a l’Anneau en sa possession : son esprit est bien loin d’en être délivré, malgré l’intervention indirecte et providentielle de Galadriel et Eärendil. En effet, rien ni personne ne semblent pouvoir le sauver. Lorsque Sam le retrouve, il n’est pas désespéré seulement parce qu’il croit que la quête a échoué, mais aussi et surtout parce que l’Anneau lui a été retiré ; en apprenant qu’il est en la possession de son serviteur : “Sam had changed before his very eyes into an orc . . . , leering and pawing at his treasure, a foul little creature with greedy eyes and slobbering mouth” (946). Il dira aussitôt : “It is the horrible power of the Ring” (946). Dès lors, il est bien douteux que Frodo puisse se débarrasser de son Anneau, même s’il parvient au bord du volcan : l’objet est toujours plus obsédant : “‘I begin to see in my mind all the time, like a great wheel of fire'” (954), dit-il. Frodo perd effectivement tout espoir : “‘I can’t manage it, Sam,’ he said. ‘It is such a weight to carry, such a weight. . . . I am almost in its power now'” (972). Ainsi Frodo s’achemine-t-il vers sa défaite finale : et quand il est au bord de l’abîme, son libre arbitre n’existe plus; c’est l’Anneau qui parle à sa place, ou celui qui l’a forgé :

Then Frodo stirred and spoke with a clear voice, indeed with a voice clearer and more powerful than Sam had ever heard him use, and it rose above the throb and turmoil of Mount Doom, ringing in the roof and walls.

‘I have come,’ he said. ‘But I do not choose now to do what I came to do. I will not do this deed. The Ring is mine!’ (981)

Tolkien lui-même, dans une lettre adressée à une lectrice, rappelait que : “Very few (indeed so far as letters go only you and one other) have observed or commented on Frodo’s ‘failure’. It is a very important point.”1

Mais Frodo est encore sauvé par une intervention providentielle, quoique cette fois involontaire, et donc réellement miraculeuse : Gollum lui-même, son plus vieil ennemi, en est à la source. Pourtant, il gardera les marques de sa fondamentale défaite, et il n’apparaîtra jamais comme un grand vainqueur, ni même comme un grand héros. Après la défaite de Sauron, il perd tout espoir d’être sauvé lui-même : “‘Hopes fail'”, dit-il.2

Mais le plus significatif est la façon dont Frodo est reçu par les siens, par les Hobbits eux-mêmes, et celle dont il agit vis à vis de leurs tortionnaires. En effet, comme le dit Christopher Tolkien, il y a une claire évolution dans l’esprit de son père à ce propos, qui rappelle le précédent contraste entre “Bingo” et “Frodo” : alors que dans les premières versions, Frodo prenait la tête de la résistance face à Saruman et à ses sbires, il est bien loin de le faire dans la version définitive : “in [the] original version of the story Frodo played a far more agressive and masterful part in the events than he does in [The] R[eturn of the ]K[ing], even to the slaying of more than one of the ruffians at Bywater and their leader at Bag End.”3 Il y a ainsi une redistribution des dialogues qui n’est en vérité pas tant à l’avantage des compagnons de Frodo qu’au détriment de Frodo lui-même. Dans le livre tel que l’a fait publier Tolkien, Frodo semble atteint d’une langueur profonde, et il ne semble surtout plus guère croire en des solutions humaines, paraissant vouloir s’en remettre entièrement au jugement de la Providence.

(À suivre.)

Notes :

1 J.R.R. Tolkien, “To Mrs Eileen Elgar,” septembre 1963, lettre 246 de The Letters of J.R.R. Tolkien, ed. Humprey Carpenter (London: Allen and Unwin, 1981) 325-333.

2 Tolkien, The Lord 986.

3 J.R.R. Tolkien, Sauron Defeated, ed. Christopher Tolkien (London: Harper Collins Publishers, 1992) 80.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.