Le Sanglier de la forêt de Lonnes de Jacques Replat

AVL218w_pdfL’année dernière, aux Éditions des Régionalismes, j’ai réédité Le Sanglier de la forêt de Lonnes, roman de Jacques Replat (1807-1866). Il date de 1840 et s’inscrit dans la vogue des romans gothiques, se passant au Moyen Âge et faisant baigner celui-ci de fantastique et d’amour. Il se passe au XIVe siècle et évoque un épisode célèbre et dramatique à la fois de l’histoire de la Savoie, la mort du Comte Rouge, Amédée VII, à Ripaille, à la suite d’un accident de chasse. On a accusé Othon de Grandson, poète vaudois goûté de Geoffrey Chaucer, de l’avoir fait empoisonner par le médecin ; un duel judiciaire s’en est suivi,  et Othon, plus vieux que son adversaire, Gérard d’Estavayer, a été tué. Or, on a estimé que c’était une injustice, et par la suite le duel judiciaire fut interdit en Savoie. Replat présente cet épisode comme le dernier moment des temps chevaleresques, comme la dernière dissolution de la tradition du roi Arthur.

Le fantastique est incarné d’abord par le sanglier, dont l’auteur a fait un symbole : sous la Lune il guette de ses yeux sanglants Othon de Grandson et la femme de Gérard d’Estavayer, lorsqu’ils se rencontrent dans la forêt ; tel est selon lui le vrai ressort de l’accusation, en effet : la jalousie de Gérard, seigneur dont le château est voisin de celui d’Othon. Rappelons qu’à cette époque le Pays de Vaud faisait partie de la Savoie. Replat même l’évoque, dans un avant-propos qui le voit prier dans la cathédrale de Lausanne, regrettant qu’elle ne soit plus vouée à la sainte Vierge, et contemplant le tombeau d’Othon.

Ce sanglier se confond avec celui d’une légende contemporaine, celui des Voirons. Un temple à Vénus délaissé eût donné naissance à un monstre, un sanglier énorme habité par le diable, et dévastant toute la contrée. Le comte de Langin, seigneur chablaisien, l’eût tué, et eût fondé pour commémorer cet événement un ermitage là où s’était érigé le temple : c’était aussi pour l’exorciser. Le sanctuaire existe toujours, quoiqu’il n’y ait plus d’ermite depuis la fin du XIXe siècle, c’est Notre-Dame des Voirons. de nombreux miracles lui sont attribués, notamment pour l’époque de la Réforme.

Jacques Replat ne parle pas de cette légende, mais on peut supposer qu’elle a interféré et qu’il l’a placée en profondeur dans son histoire, afin de donner une importance symbolique au sanglier qui a renversé le cheval d’Amédée VII et l’a amené à se blesser sur la souche d’un arbre brisé : il devient l’instrument du destin, le sombre outil de la Providence pour faire avancer les temps et leur faire abandonner les vieilles superstitions, les vieilles croyances, au profit de la raison, incarnée notamment par Amédée VIII, à la fin du livre.

L’élément fantastique le plus patent est la malédiction dans les dernières pages sur Gérard d’Estavayer, poursuivi par un vengeur fictif, le jeune Aymonet de Menthon, illustre rejeton des comtes de Menthon : car Gérard est ensorcelé, et tourne en rond, revenant toujours au même endroit lorsqu’il fuit. Replat dit clairement que les êtres élémentaires accomplissent ainsi la justice divine. Gérard est contraint de combattre, et le long combat, aperçu de loin, donne la victoire à Aymonet.

C’est une belle fin, pleine de magie et de mélancolie.

Aymonet vit une charmante histoire d’amour avec Marie de Bergen, suissesse blonde appartenant au peuple des Hasli que Replat dit d’origine suédoise. Or, elle est également un personnage féerique. Elle invoque les lutins et, épiant dans une grotte au bord du lac d’Annecy des conjurés qui s’emploient à trahir le comte de Savoie, elle leur apparaît à travers une brume lumineuse à la façon d’une fée, ou du moins d’un oracle antique : car elle est comme en transe, et débite des paroles mystérieuses. Il faut savoir que cette grotte, celle du roc de Chère, donne directement sur le lac : Marie y entre donc par le lac, telle une nymphe étrange. Replat joue sur l’ambiguïté et la scène est inoubliable.

Les scènes d’amour avec Aymonet sont émouvantes, car il l’aime comme un personnage enchanté, et elle l’appelle à lui sous les frondaisons des arbres qui bordent le même lac.

Il faut aussi évoquer le nain, maître Jehan, qui est un bouffon de cour à la mode de Walter Scott, mais est réputé sorcier par beaucoup. Certains affirment l’avoir vu se transformer en géant, au bord du lac Léman, et déchaîner les éléments. Plus ambigu encore, il a disparu à la mort d’Amédée VII : soit il craignait des représailles maintenant que son maître était mort, soit il était comme son bon génie.

Ce roman se situe dans le mouvement savoisien historique, qui tâchait de reconstruire l’image du Moyen Âge, considéré comme l’origine de la nation. L’ami de Jacques Replat Louis Ménabréa (1804-1857) avait ranimé les études historiques après la Restauration, et tâché de montrer que l’âme savoisienne venait des Burgondes. Les historiens piémontais eux aussi s’intéressaient au Moyen Âge : c’était une mode, comme on sait. L’histoire antique apparaissait comme excessivement abstraite, détachée de l’organisme national.

Or cette âme nationale était pleine de croyances, et elles étaient fondatrices pour les institutions : d’où l’intérêt de les évoquer. Même si elles étaient présentées comme des superstitions, elles étaient en elles-mêmes des faits. D’ailleurs, comme Joseph de Maistre, Replat et Ménabréa croyaient à l’action de la Providence, à son rôle dans l’apparition des nations. Or, on l’a vu, la Providence peut aussi s’incarner par le fantastique.

Replat reste donc dans l’ambiguïté, et lorsqu’il évoque des fées vivant dans des rochers ressemblant à un château sur les pentes couvertes de verdure de la Mandallaz, on ne sait s’il restitue des croyances ou s’il donne les siennes, car la nature douée d’âme et pleine d’esprits était une pensée qu’il pouvait avoir : la Providence se manifestait bien de cette façon, jusque dans la nature.

Il fut un poète modeste, mais magnifique, profondément émouvant. Il faisait le portrait d’une Savoie enchantée, et il en ressort toujours une forme de nostalgie, de bonheur triste, de douce mélancolie.

Bibliographie :

Jacques REPLAT, Le Sanglier de la forêt de Lonnes, Cressé, Éditions des Régionalismes, 2015.


Une réflexion sur « Le Sanglier de la forêt de Lonnes de Jacques Replat »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.