J. R. R. Tolkien et la langue des Elfes

Les anges parlent-ils ? S’ils vivent sur Terre et y ont un corps, il le faut bien. Il n’est pas vrai que seule une fantaisie gratuite ait poussé J. R. R. Tolkien à inventer des langues arbitraires et à les attribuer à des êtres fantastiques ; un sentiment esthétique puissant l’animait, et l’idée que les langues sont plus ou moins imprégnées de la divinité selon les temps et les lieux.

Selon ses propres dires, il aurait d’ailleurs construit son monde imaginaire seulement après avoir inventé des langages et imaginé des noms. Il aurait éprouvé le désir, alors, de créer les peuples et les terres désignés par ces noms, au sein desquels se fussent parlées ces langues nées de son imagination et de ses connaissances. La lettre du 8 février 1967, adressée aux interviewers Charlotte et Denis Plimmer, fait état d’une affirmation de ceux-ci : « Middle-Earth grew out of Tolkien’s predilection for creating languages… » Ce à quoi l’intéressé répond qu’il serait plus judicieux de dire :

The imaginary histories grew out of Tolkien’s predilection for inventing languages. He discovered, as others have who carry out such inventions to any degree of completion, that a language requires a suitable habitation, and a history in which it can develop.1

Ces langages sont présents dans son univers, quoique de manière succincte. L’érudition philologique de Tolkien fait avant tout apparaître des titres ou quelques phrases en vieil-anglais, non plus sous une forme archaïsante de l’anglais moderne, mais sous un aspect littéral. C’est ce que montre la première version du Silmarillion, The Book of Lost Tales, dans lequel des titres de poèmes ont été rédigés en vieil-anglais. Nous avons ainsi: oet husincel aérran gamenes2 pour « The Cottage of Lost Play », aéra béama on middes3 pour « Kortirion among the Trees », Cuma a Nihtielfas4 (« Goblinfeet »), a gebletsode felda under am steorrum5 pour « The blessed field under the stars », eond fyrne beorgas heonan feor6 pour « Over Old hills and Far Away ».

Mais si ces références philologiques sont déjà fort étranges au profane, les changements qui vont s’opérer vis-à-vis de ces titres sont en dehors de toute philologie historique : le premier titre va être transformé en « Mar Vanwa Tyaliéva », (p. 28) ; le second en « Narquelion la (…) tu y aldalin Kortirionwen » (i.e. Autumn (among) the trees of Kortirion) (p. 32) , des sous-titres au même poème : « Alalminoië (p. 39) , « Narquelion » (p. 41) , « Hrivion (p. 42) , « Mettanyë » (p. 43) ; de la même façon, le troisième sera changé en « Eruman » (« beyond the abode of the Manir ») (p. 91) ; bref, peu à peu, le langage inventé par Tolkien naît. Dans The Lost Road, est contenu un chapitre intitulé The Lhammas7, dans lequel les langues sont détaillées à travers une perspective historique. S’y trouvent même des « Trees of tongues » (p. 170) , arbres généalogiques de ces langages, dessinés par Tolkien lui-même. Nous ne résistons pas au désir de retranscrire quelques vers écrits dans ces langages. Deux d’entre eux sont contenus dans The Lost Road proprement dit.

Ilu Iluvatar en kare eldain a firimoin
Ar antarota mannar Valion : numessier.
Toi aina, mana, meldielto – enga morion :
Talentie. Mardello Melko lende : marie
Eldain en karier Isil, nan hildin Ur – anar.
Toi irimar. Ilquinen antar annar lestanen
Iluvataren. Ilu vanya, fanya, eari,
I – mar, ar ilqa imen. Irima ye Numenor.
Nan uye sére indo – ninya simen, ullume ;
Ten si ye tyelma, yéva tyel ari – narqelion,
Ire ilqa yéva notina, hostainiéva, yallume :
Arianta uva tare farea, ufarea !
Man tare antava nin Iluvatar, Iluvatar
Enyare tar i tyel, ire Anarinya qeluva ?

(The Father made the World for Elves and Mortals, and he gave it into the hands of the Lords. They are in the West. They are holy, blessed, and beloved : gave the dark one. He is fallen. Melko, has gone from Earth : it is good. For Elves they made the Moon, but for men the red Sun ; which are beautiful . To all they gave in measure the gifts of Iluvatar. The world is fair, the sky, the seas, the earth, and all that is in them. Lovely is Numenor. But my heart resteth not here for ever ; for here is ending, and there will be an end and the Fading, when all is counted, and all numbered at last, but yet it will not be enough, not enough. What will the Father, O Father, give me in that day beyond the end when my Sun faileth ?)8

Tous les noms des personnages et les noms de lieux vont être étymologiquement construits à partir de ce langage. Il serait impossible, voire vain, de répertorier tous les noms propres. Christopher Tolkien, dans The Lost Road, a d’ailleurs rédigé un chapitre, « The Etymologies »9, où il tente d’établir ce qu’il peut, même si, comme il le dit au début :

The mode of my father’s linguistic construction, which as is well known was carried on throughout his life and in very close relation to the evolution of the narratives, shows the same unceasing movement as do they : a quality fundamental to the art, in which (as I believe) finality and a system fixed at every point was not its underlying aim.10

Cependant, le sens des noms était généralement bien défini, puique Turambar signifie « Master of fate », construit à partir de « TUR – power, control, mastery, victory »11 et « MBARAT – (…) fate, doom »12. Il s’agit là du surnom que Turin, qui est l’un des personnages majeurs du Silmarillion, s’est lui-même donné. Turin est construit de la même racine TUR – et de « ID – (…) heart, desire, wish »13, son nom étant une corruption renvoyant à une langue plus pure, le Quenya, dans laquelle il se nommait Turindo. Nous ne prendrons que cet exemple parmi les personnages. Parmi les noms de lieux, nous choisirons le royaume du roi Thingol, qui est de grande importance dans le Silmarillion, Doriath. Ce nom est formé de la racine « NDOR – dwell stray, rest, abide »14 et de « GAT(H) – (…) Cavern ; ‘Doriath Land of the Cave’ is Noldorin name for Dor(iathrin) Eglador »15. On pourrait ainsi continuer très longtemps ; car il est manifeste que c’est l’évolution perpétuelle de cette langue imaginaire qui a donné naissance au nombre des « dialectes », si l’on peut dire, qui la divisent, à peu près une douzaine.

Cette attitude paraît assez unique dans la littérature, portée à un tel point. Car non seulement ces langages construisent les noms propres et la toponymie, mais une autre sorte de langage apparaît pour donner encore plus de réalité à cet univers, qui est celui des généalogies de héros et celui des cartes géographiques. Nous en avons d’excellents exemples dans The Book of Lost Tales, Unfinished Tales et The Silmarillion, notamment, dans ce dernier, des pages 369 à 373 en ce qui concerne les cartes. Toutefois seules les cartes contenues dans The Book of Lost Tales, aux pages 81 et 84 (cette dernière représentant le monde comme un navire) sont dessinées par le père, les autres le sont par Christopher. En réalité, on serait dans l’erreur si on disait que J. R. R. Tolkien a, à lui tout seul, fait le travail d’une multitude de poètes mythologiques. Il n’a pas fait que cela, puisqu’il a totalement réinventé le passé, reconstituant des langues imaginaires qu’il présente rhétoriquement comme ayant existé lors d’une époque disparue, en suivant à la fois l’inspiration du moment et les raisonnements philologiques. C’est alors qu’il décrit l’époque en question et ce qui s’y est déroulé.

Or, c’est de nature fondamentalement mythologique, parce que les langues inventées sont angéliques à demi, émanent d’êtres divins vivant sur Terre, d’Elfes !

Notes :

1. J. R. R. Tolkien, The Letters of J. R. R. Tolkien, London, Allen and Unwin, 1977, lettre du 8 février 1967, adressée à Charlotte et Denis Plimmer (294), p. 374-375 : « La terre du milieu se développa à partir de la prédilection éprouvée par Tolkien pour la création de langages… (…) Les histoires imaginaires se développèrent à partir de la prédilection éprouvée par Tolkien pour l’invention de langages. Il découvrit, comme d’autres l’ont fait lorsqu’ils ont porté de telles inventions à un certain degré de perfection, qu’un langage exige un contexte adéquat, et une histoire dans lequel il peut évoluer ».

2. J. R. R. Tolkien, The Book of Lost Tales 1, London, Allen and Unwin, 1983, p. 28.

3. Ibid.

4. Ibid., p. 32.

5. Ibid., p. 91.

6. Ibid., p. 108.

7. J. R. R. Tolkien, The Lost Road, London, Allen and Unwin, 1987, 167-198.

8. « Le Père fit le monde pour les Elfes et les Mortels, et il le donna dans la main des seigneurs. Ils sont dans l’Ouest. Ils sont saints, bénis et bien-aimés: sauf le ténébreux. Il est déchu. Melko est parti de la terre: c’est une chose bonne. Pour les Elfes, ils firent la Lune, mais pour les Hommes le Soleil pourpre; lesquels sont splendides. A tous ils donnèrent dans une certaine mesure les présents d’Iluvatar. Le monde est juste, le ciel, les mers, la terre, et tout ce qui est en eux. Admirable est Numenor. Mais mon coeur ne restera pas ici pour toujours; car cet ici est en train de finir, et il sera une fin et un Déclin, quand il sera fait compte de tout, et quand tous seront dénombrés en dernier lieu, mais cela ne sera pas encore assez, pas assez. Que me donnera le Père, ô Père, en ce jour de par-delà la fin, quand mon Soleil sera tombé ? » Ibid., p. 72.

9. Ibid., 339-400.

10. « La manière dont mon père a effectué sa construction linguistique, qui, comme cela est bien connu, a été poursuivie au travers de sa vie et en relation très proche avec l’évolution des récits montre le même mouvement incessant que ceux-ci : une caractéristique fondamentale de l’art dans lequel (à ce que je crois) la finalité et un système fixe dans tous les compartiments n’étaient pas un objectif sous-jacent. » Ibid., p. 341.

11. Ibid., p. 395.

12. Ibid., p. 372.

13. Ibid., p. 361.

14. Ibid., p. 376.

15. Ibid., p. 358.


9 réflexions sur « J. R. R. Tolkien et la langue des Elfes »

  1. Présentation succincte, mais relativement correcte.

    Pour être précis, vous parlez à un endroit de « ces langages » et un peu après de « ce langage », sans préciser duquel ou desquels il s’agit. Il ne s’agit pas non plus de simples « dialectes », comme vous l’écrivez.

    Les deux principales langues elfiques, nommées quenya et sindarin dans _Le Seigneur des Anneaux_, ne sont pas mutuellement compréhensibles et possèdent une grammaire bien différente l’une de l’autre, que Tolkien a détaillé à loisir dans de nombreux essais grammaticaux, qui ont pour certains été publiés.

    Pour ce qui est de la conclusion, il faudrait ne pas omettre que Tolkien a aussi esquissé plusieurs langues humaines, et que les Elfes de Tolkien ne sont pas précisément des « êtres divins vivant sur Terre », mais plutôt, dans le contexte de sa mythopoïétique, des cousins de l’Homme, simplement dotés de capacités créatives supérieures à celui-ci.

    1. Merci pour ces précisions. Je maintiens que les Elfes sont des êtres divins vivant sur Terre, car ils sont en lien manifeste avec les Dieux, les Valar, qu’ils connaissent personnellement. Tolkien dit qu’ils sont en fait plus apparentés aux Valar qu’aux Hommes, même s’ils ont une apparence humaine. Il faudrait s’interroger sur l’absence de langue propre pour les Hobbits. Au fond les Hobbits sont les seuls simples mortels de la mythologie de Tolkien. Ils parlent donc une langue ordinaire. Les langues inventées par Tolkien rapprochent toujours, plus ou moins, ceux qui les parlent des Valar, des Dieux, relativement aux simples mortels, aux langues ordinaires, communes, réelles. Les langues humaines qu’il invente sont parlées par des Hommes mêlés aux Elfes, des Atlantes. Donc globalement je crois que Tolkien a essayé de décliner d’une façon terrestre le monde spirituel, en le hiérarchisant sur la Terre même, et en poursuivant la hiérarchie dans le ciel, d’une façon moins claire, ou moins connue. Cette hiérarchie n’a bien sûr rien de systématique ni de conçu dans l’abstrait, mais tout son monde se tient évidemment entre le monde connu et celui des Dieux, en tout cas il tire le monde terrestre vers les Dieux.

      1. Je serais curieux que vous m’indiquiez là où Tolkien affirme que les Elfes seraient plus proches des Valar que des Hommes, car il ne cesse dans ses écrits de distinguer soigneusement le mode d’incarnation (optionnel, pourrait-on dire) des Valar et des Maiar, de la notion d’Incarnés, qui regroupe les Elfes et les Hommes ; ainsi dans l’Osanwe-kenta (traduction ici : https://www.tolkiendil.com/langues/langues_elfiques/quenya/osanwe-kenta).

        Par ailleurs, si Tolkien développe considérablement l’occidentalien (westron), comme vous le soulignez, il ne se prive pas d’esquisser les langues de peuples qui ne se mêlent guère (ou plus guère) aux Elfes, voire qui leur sont ouvertement hostiles (parler commun, langue du Peuple de Haleth, des Dunlandais…)

        Cela dit, je vous rejoins lorsque vous dites qu’il existe une certaine forme de hiérarchisation linguistique, avec au sommet le valarin, presque inconnu, immédiatement suivi du quenya classique, et ainsi de suite, avec une valeur diminuée à mesure que les peuples en question se distancient des Valar. Au demeurant, cette hiérarchie ne s’arrête pas aux dieux au pluriel (les Valar), puisqu’elle s’élève jusqu’au Créateur de tout, Eru, dont une seule parole (rapportée en quenya dans l’Anulindalë) suffit pour créer l’Univers.

        1. Oui, tout à fait. Je suis persuadé d’avoir lu dans ses écrits que les Elfes tels qu’il les considère sont en fait, quoique incarnés, de la race des Valar plus que celle des Hommes, mais je vis dans des conditions telles qu’il m’est difficile à présent de vous donner la référence exacte. En d’autres termes, je n’ai pas tous ses livres sous la main. A l’appui de mon idée, je citerai des éléments de récit que vous connaissez certainement: les Elfes au départ vivaient avec les Valar, ce qui n’a jamais été le cas des Hommes, créés indépendamment. Il est dit aussi que les êtres spirituels intermédiaires, dont j’ai oublié le nom mais auxquels si ma mémoire est bonne appartient Sauron, peuvent, lorsqu’ils viennent sur Terre, se créer un corps physique, se condenser en quelque sorte. Pour moi, c’est ce qu’ont fait les Elfes de façon permanente, puisqu’ils vivaient avec les Valar, pouvaient communiquer avec eux, et le fait est que ces Valar eux ne sont pas incarnés. Le mode d’existence au regard de la matière et de la chair n’est pas donc pour Tolkien déterminant pour caractériser la nature des êtres, puisque même Gandalf, c’est dit clairement, appartient à un peuple qui s’est incarné spécialement pour venir en aide aux Hommes, les Istari, déjà vieux quand ils se sont incarnés pour la première fois. Ou quand ils ont été incarnés, peut-être, car Gandalf n’est pas forcément maître de son état incarné, comme l’indique l’épisode de son retour voulu par Eru. Les Elfes peut-être ne l’ont jamais été non plus, ce n’est pas très clair, et pour Tolkien peut-être cela ne l’était pas non plus. Son fils a indiqué qu’il a passé les dernières années de sa vie à se poser la question de la chair immortelle des Elfes, de la façon dont on pouvait l’expliquer. La question ne se pose même pas pour les Hommes, qui sont nés de la terre du Milieu, de sa glaise pour ainsi dire. Mais est-ce le cas des Elfes ? Ce n’est pas clair, je vous le concède, mais je maintiens quand même que quoique incarnés les Elfes ou Gandalf sont pour Tolkien plus proches des Valar non seulement que le sont les Hommes, mais même appartiennent pour lui à la même espèce fondamentale que les Valar, tandis que les Hommes sont plutôt liés aux bêtes, et aux êtres globalement terrestres, dont l’espèce est née dans la terre du Milieu, entièrement matérielle. Evidemment la frontière est floue, elle l’est encore pour les Nains, dont Tolkien je pense était conscient qu’ils étaient chez lui très physiques, tandis qu’ils ne le sont pas franchement dans l’ancienne mythologie germanique – il a dit lui-même qu’ils étaient différents. Car les Nains de l’ancienne mythologie étaient bien apparentés aux Elfes, ou plus généralement aux esprits, aux esprits élémentaires, de nature purement spirituelle, quoique vivant dans l’atmosphère terrestre. Les Elfes de Tolkien ont certainement aussi ce caractère physique qui les rapproche des Hommes, qui les rend plus proches des Hommes que ne l’étaient les Elfes de la mythologie germanique. Mais je pense que dans leur cas Tolkien a continué de les concevoir apparentés aux êtres angéliques, comme ils l’étaient pour les chrétiens médiévaux, qui pour eux parlaient d’anges descendus du ciel et qui s’étaient mêlés (même physiquement) aux Hommes, avaient fait des enfants avec eux (tel Merlin) : c’est ce qu’explique Geoffroy de Monmouth, que Tolkien avait lu. Les Nains sont traditionnellement plus liés à l’élément minéral, les Elfes plus liés à l’air, d’où l’ambiguïté. Je reste donc sur ma position, cher Elendil à l’épée reforgée, mais je concède que chez Tolkien même les Elfes ont un élément physique qui les rend proches des Hommes, plus sans doute qu’ils ne le sont dans l’ancienne mythologie germanique. Donc la question est difficile à trancher, et il est possible que même Tolkien ait hésité durant sa vie. Mais je suis certain que ses Elfes ne sont pas des Hommes qui sont devenus immortels, comme l’est l’Ayesha de H. Rider Haggard, mais bien des sortes de divinités d’un rang modeste qui se sont matérialisées, d’ailleurs sans perdre (significativement) leur immortalité. De façon remarquable, dans un texte de jeunesse, Tolkien dit que la durée de vie d’un elfe peut être évaluée à dix mille ans, or je crois que c’est la durée de vie des nymphes dans la poésie latine qu’il avait beaucoup lue aussi, je pense que le nombre précisé vient de là. Et les nymphes pour les anciens étaient des divinités terrestres et apparentées aux dieux du ciel, plus qu’aux Hommes. Donc je pense que malgré son penchant vers la matière, Tolkien était bien sur cette ligne.

          1. Sur les modes d’incarnation des Valar et des Maiar (auxquels appartient tant Gandalf que Sauron) d’une part, et des Elfes et des Hommes (les deux « Kindreds » sont regroupées sous le terme d’Incarnés, Mirroanwi en quenya, très littéralement « ceux dans la chair »), de l’autre, je me contente de vous inviter à nouveau à lire l’essai de Tolkien susmentionné. Il montre à loisir que ce dernier avait parfaitement conscience des questions que vous évoquez et qu’il les avait tranchées d’une façon différente de celle que vous supposez.

            Les Istari ne sont autres que des Maiar envoyés en Terre du Milieu. L’essai tardif sur Glorfindel (publié dans _The Peoples of Middle-earth_) le dit très clairement. Quant aux Elfes, la nature de leur Eveil est elle-même précisée dans l’Athrabeth Finrod ah Andreth (publié dans _Morgoth’s Ring_).

            Pour la référence à une durée de vie des Elfes de 10 000 ans, là encore, je suis preneur d’une référence. Dans tous les textes dont je me souviens, la vie des Elfes dure tant que dure le Monde. Ce qui est d’ailleurs un point commun avec les Valar et les Maiar. Dans cette mesure seulement, ils diffèrent des Hommes, qui ne sont que de passage, si l’on veut.

            Néanmoins, Tolkien dit explicitement qu’Elfes et Hommes ne forment qu’une seule race : « Elves and Men are evidently in biological terms one race, or they could not breed and produce fertile offspring » (_Letters_, n° 153).

            P.S. : pour Elendil, c’est le qualificatif « à l’épée brisée » qui conviendrait. Narsil n’a été reforgée que 3018 ans après sa mort, soit une plus longue période que celle qui nous sépare de la fondation légendaire de Rome.

          2. Sans vouloir ergoter, cher Elendil, il faut reconnaître que la communauté biologique entre les Hommes et les Maiar existe aussi, dès que les seconds ont pris un corps physique : c’est le cas de l’épouse de Thingol (j’ai oublié son nom), elle s’unit à un elfe qui pourrait s’unir à une mortelle, donc il y a continuité. L’être humain physique est l’être terrestre qui sert de modèle à tous les êtres angéliques qui veulent prendre une forme, et donc les anges prennent sa forme. Ou alors c’est l’Homme qui a pris la leur. On ne sait pas vraiment. On peut très bien dire que la forme de l’Homme a été modelée sur celle des Elfes, donc ils peuvent s’unir entre eux – et, je suppose, un Homme peut aussi faire des enfants avec un Maiar, comme dans la mythologie grecque… Car elle raconte bien que des dieux prenant la forme d’êtres humains s’unissent à des êtres humains et leur font des enfants. Tolkien répond à une question qui rappelle les préoccupations de la science-fiction sur les espèces extraterrestres. Mais dans l’ancienne mythologie on ne se la posait guère.

            C’est vrai que j’ai lu aussi que les Elfes devaient durer autant que la Terre, cela me dit quelque chose. Mais dans la mythologie souvent la Terre dure peu longtemps. Je crois avoir lu les dix mille ans dans The Book of Lost Tales. Mais j’avoue ne pas me souvenir de l’endroit où Tolkien dit qu’en fait les Elfes sont plus proches des Valar que des Hommes, et comme je l’ai dit, la question du lien biologique avec les Hommes ne prouve pas le contraire, puisque les Maiar en prenant forme humaine s’unissent à des Elfes qui peuvent s’unir à des Hommes, et on peut même supposer par conséquent qu’un Valar désireux de se faire un corps pourra aussi s’unir à un Homme, même si Tolkien, je pense, répugnait à ce genre d’idées, parce que dans la tradition chrétienne les anges qui s’unissent à des mortels sont en fait mauvais, déchus. Et il voulait peindre des Valar purs. Et aussi des unions sexuelles pures, à vrai dire. Les termes biologiques englobent forcément les Maiar en tant qu’ils se sont fait un corps, vous l’admettrez, car Gandalf a bien l’air humain, il a bien une constitution humaine.

          3. Bien sûr, la communauté existe aussi avec les Maiar ayant revêtus un corps, mais Tolkien prend soin de distinguer ce qui relève de l’incarnation des Elfes et des Hommes, de ce qui concerne la « vêture » des Valar ou des Maiar (cf. l’Ósanwe-kenta, encore). L’incarnation est une union du corps et de l’âme qui reste normalement indissoluble jusqu’à la mort, ce qui pose le problème des Elfes dont le corps est détruit, car ils ne sont pas faits pour vivre désincarnés, mais n’ont pas le pouvoir de reconstituer leur corps. L’intervention de Mandos, voire d’Eru, est donc nécessaire pour réparer le trouble (cf. The Converse of Manwë and Eru dans _Morgoth’s Ring_). En revanche, les Valar et les Maiar ont le choix de se vêtir ou non d’un corps façonné par eux-mêmes et d’en changer, même s’ils sont soumis à certaines limitations du fait du corps qu’ils ont revêtus (d’où le cas de Morgoth, qui ne pouvait plus changer de corps, ou de Sauron, finalement incapable de reconstituer un nouveau corps…)

            Quant aux questions d’unions entre Ainur et Incarnés, c’est clairement un sujet que Tolkien trouve sensible, sans doute, comme vous l’indiquez, sous l’influence du passage de la Genèse qui impute cela aux anges déchus. Autant citer Tolkien (qui met ce passage dans la bouche de Pengolodh, toujours dans l’Ósanwe-kenta) :

            « Il est dit que plus souvent et plus longtemps un hröa [corps] donné est utilisé [par les Valar ou les Maiar], plus grand est le lien de l’habitude, et moins le “soi-paré” désire le quitter. Ainsi la parure peut bientôt cesser d’être ornement et devient (comme il est dit dans les langues des Elfes et des Hommes) un “habit”, un costume ordinaire. […] Les choses qui créent les plus grands liens sont celles qui chez l’Incarné sont liées à la vie du hröa lui-même, sa subsistance et sa propagation. […] Le lien le plus fort est l’enfantement ou la conception.

            « Nous ne connaissons pas les axani (lois, règles, comme découlant essentiellement d’Eru) imposées aux Valar qui concernent spécifiquement leur état, mais il semble clair qu’il n’y avait aucun axan contre ces faits. Néanmoins il semble être un axan, ou peut-être une conséquence nécessaire, qu’une fois effectués, l’esprit doive alors résider dans le corps dont il usa, et être soumis aux mêmes nécessités que l’Incarné. Le seul cas qui soit connu dans les récits des Eldar est celui de Melian, qui devint l’épouse du Roi Elu-thingol. Cela n’était certainement point maléfique ni contre la volonté d’Eru, et bien que cela ait conduit au chagrin, les Elfes et les Hommes en furent enrichis.

            « Les grands Valar ne font point ces choses : ils n’enfantent point, ni ne mangent et ne boivent, excepté lors des hauts asari, en témoignage de leur suzeraineté et de leur habitation d’Arda, et pour la bénédiction de ce qui donne subsistance aux Enfants. Melkor, seul parmi les Grands, se trouva finalement lié à une forme corporelle, mais ce fut en raison de l’usage qu’il en fit dans son dessein de devenir Seigneur des Incarnés, et des grands méfaits qu’il commit sous forme physique. […] »

          4. On peut en tirer que les Elfes sont enfermés dans la forme biologique de façon héréditaire, mais que les premiers Elfes l’ont voulu, lorsqu’ils sont sortis de la terre des Valar. Tandis que les Hommes sont nés enfermés dans cette forme, sans que la raison en soit dite. Les Elfes sont enfermés dans cette constitution physique collectivement, tandis que les Maiar ne le sont qu’individuellement. L’idée de chute chez les Elfes est bien présente aussi, tandis que chez les Hommes ce qui compte c’est la Mort comme gift. C’est peut-être en ce sens que Tolkien a dit (car je continue à penser que je l’ai bien lu sous sa plume) que les Elfes étaient plus proches des Maiar et Valar que des Hommes… Mais cela n’en fait pas une autre espèce, les Hommes sont comme des esprits enfermés dans un corps dès leur origine, tandis que les autres sont des esprits qui n’ont été enfermés qu’à la suite d’un choix conscient, si même ils sont restés enfermés dans ce corps physique, ce qui n’est pas toujours le cas. Finalement les Hommes appartiennent aussi à la même espèce que les Valar, ce sont des sortes d’anges nés avec un corps dès l’origine, les Hommes restent plus proches des Valar que des ours ou même des singes. Mais les Elfes n’en sont pas moins plus proches des Valar que des Hommes, je continue à penser… C’est leur origine, qui le dit. Les Hommes sont nés de la terre du Milieu, les Elfes y sont venus depuis le pays des Valar.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.