Archives par mot-clé : Sam Gamegee

Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 9 : la fin de Sam Gamegee

La dernière fois, nous disions que l’excès de zèle de Sam Gamegee, vis à vis de Frodo Baggins, avait empêché son âme d’être parfaitement pure, et que lui aussi avait eu ses défaillances et ses tentations.

Tandis que Frodo est assailli par Shelob, et après qu’il a mis en fuite Gollum : “For the moment he had forgotten everything else but the red fury in his brain and the desire to kill Gollum.”1 Mais il blesse profondément Shelob l’instant d’après, tant l’amour qu’il voue à son maître parvient à déchaîner ses forces. Puis Sam sombre dans le désespoir parce qu’il croit avoir échoué : “And then black despair came down on him” (758).

Sa fonction de serviteur est pervertie par son ambition excessive : imperceptiblement, peut-être, l’Anneau exerçait sur lui une sorte de fascination, et il vouait un culte à celui qui le portait, Frodo. Sa volonté de posséder celui-ci pour lui tout seul, sa façon de le suivre partout trahissent sa corruption. C’est pour cette raison que dès qu’il croit Frodo mort, il se saisit de l’objet : il a déjà presque oublié les limites de son rôle, et même son maître, et il songe à l’Ennemi et à sa propre mort : “‘it’s sit here till they come and kill me over master’s body, and gets It ; or take It and go.’ He drew a deep breath. ‘Then take It, it is!’ (760) : les majuscules données à l’Anneau ne sauraient rester inaperçues ; pour Sam aussi, cet objet est devenu sacré. Sam n’est pas prêt à se sacrifier : il ne veut pas tenir jusqu’au bout sa parole, songeant davantage à s’emparer de l’Anneau et à sauver le monde.

Mais : “with a dreadful stroke Sam was wakened from his cowering mood” (762) ; et il se souvient de sa véritable mission. Il abandonne toute idée de gloire, dès qu’il a l’Anneau en sa possession, c’est-à-dire dès qu’il a satisfait à son désir le plus secret et le plus obscur : “He know now where his place was and had been : at his master’s side, though what he could do was not clear” (762). Pensant aux Orcs sur le point de transporter le corps de son maître, il demande :

‘How many can I kill before they get me ? They’ll see the flame of the sword, as soon as I draw it, and they’ll get me sooner or later. I wondered if any song will ever mention it : How Samwise fell in the High Pass and made a wall of bodies round his master. No, no song. Of course not, for the Ring’ll be found, and there’ll be no more songs. I can’t help it. My place is by Mr. Frodo’ (762-763).

Sam recherchait la gloire et la renommée ; mais il sait désormais qu’il y a une sorte de chanson sans gloire et sans renommée, mais véritable : celle qui lui montre la voie qu’il doit emprunter, et qui le contraint à tenir sa parole, à ne plus jamais quitter son maître, même dans la mort. Cette raison morale se situe au delà des choses pratiques auxquelles Sam était jusque-là resté attaché ; il ne suit plus son maître par une sorte d’affection exclusive, voire d’adoration, mais parce qu’il l’a promis, parce que tel est son devoir. Il ne suit plus son maître pour l’aider à sauver le monde, mais parce qu’il est son maître.

Les considérations morales deviennent plus fortes que les considérations humaines ; là se situe peut-être une certaine transformation de la nature profonde de Sam. Son service n’est plus la conséquence d’une sorte de culte idolâtre pour un être corporel, ou pour ce qu’il porte, mais celle d’un commandement absolu qu’il ne doit pas chercher à discuter par des raisons extérieures. A ce moment, Sam devient peut-être véritablement le personnage central de l’histoire. Et il est bien récompensé de sa foi, puisqu’il apprend que Frodo n’est pas mort : alors saisit-il la profondeur de sa culpabilité : “‘I got it all wrong!’ he cried. ‘I knew I would. Now they’ve got him, the devils ! the filth ! Never leave your master, never, never: that was my right rule. And I knew it in my heart. May I be forgiven !'” (769). Frodo reprend symboliquement vie après que Sam a repris espoir, après qu’il s’est remis dans le droit chemin : sa fidélité est véritablement la force qui ranime son maître.

Sam va alors sauver son maître par ruse, gagnant un courage et une envergure qu’il n’aurait jamais cru pouvoir acquérir, devenant l’égal d’un “grand guerrier elfique” : lorsqu’il effectue son service, ses forces sont miraculeusement décuplées. Son désintéressement paraît réel : il rend l’Anneau à Frodo lorsqu’il le retrouve. Mais on aurait tort de croire qu’il le lui rend sans effort : déjà, auparavant, Sam s’est trouvé en bute à la tentation :

Already the Ring tempted him, gnawing at his will and reason. Wild fantasies arose in his mind ; and he saw Samwise the Strong, Hero of the Age, striding with a flaming sword across the darkened land, and armies flocking to his call as he marched to the overthrow of Barad-dûr. And then all the clouds rolled away, and the white sun shone, and at his command the vale of Gorgoroth became a garden of flowers and trees and brought forth fruit. (935)

Sam a des rêves de gloire, et il croit qu’il peut faire le Bien grâce à la puissance de l’Anneau ; mais : “In that hour of trial it was the love of his master that helped most to hold him firm” (935). Or, cet amour va, lui aussi, être insidieusement corrompu : “Now it had come to it, Sam felt reluctant to give up the Ring and burden his master with it again” (946). Si l’on prend cette phrase au sens littéral, on comprend que Sam, dans le zèle de son service, ne veut pas charger son maître de ce poids. Mais en vérité, le narrateur ne se présente pas comme omniscient. Tout au contraire, nous savons, par les appendices, que le récit fut établi par Frodo lui-même et achevé par Sam. Il est ainsi clair que la pensée de Sam est ici restituée : lui se dit qu’il ne faut pas charger son maître d’un poids excessif. Mais nous savons aussi qu’il est aveuglé par les limites d’un rôle qui lui tient particulièrement à cœur. On peut en tirer qu’à son insu, tiré par deux tentations apparemment contraires, il a été corrompu par l’Anneau.

Alors qu’il s’apprête à le rendre à son maître, il dit : “‘You’ll find the Ring very dangerous now, and very hard to bear. If it’s too hard a job, I could share it with you, maybe ?'” (946). Là encore, que faut-il penser de l’excès de zèle de Sam, qui va à l’encontre de la volonté manifeste de Frodo ? Il feint de croire qu’il agit pour son bien, mais n’est-il pas lui aussi en partie possédé par l’esprit maléfique ? On n’expliquerait pas l’attitude de Sam si on ne lui imputait pas le vice de vouloir s’approprier les choses : on a vu qu’il veut toujours contraindre son maître à agir pour ce qu’il croit être le mieux ; or, l’origine de ce vice est ici manifeste, puisqu’il s’agit bien de l’Anneau. Plus loin sur la route, il fera encore la même proposition : “Sam knew before he spoke, that it was vain, and that such words might do more harm than good, but in his pity he could not keep silent. ‘Then let me carry it a bit for you, Master,’ he said. ‘You know I would, and gladly, as long as I have any strength'” (972). Si, encore une fois, on fait confiance à ce qui est écrit, on peut croire que seule la pitié anime Sam ; mais il cède à cette pitié tout en sachant que cela fait plus de mal que de bien. Il est comme entraîné malgré lui par un excès de zèle à s’emparer de l’Anneau. Et ce n’est indubitablement pas un hasard s’il fait ces propositions après avoir lui-même porté l’objet, car elles ne lui étaient jamais venues à l’esprit auparavant.

Puis Sam entretient une discussion intérieure, et une voix lui conseille de tout laisser, et de ne pas chercher à se rendre au Mont du Destin, mais le Sam qui sert Frodo dans ses épreuves reprend aisément le dessus : “No more debates disturbed his mind. He knew all the arguments of despair and would not listen to them” (975). A partir du moment où il parvient à séparer clairement le Bien du Mal, il peut commencer à agir sans déchoir. Il a atteint à un semblant de spiritualité qui le rapproche de Frodo ; et parce qu’il choisit cette fois librement d’accomplir son devoir et de se tenir dans les limites de son rôle, il parvient à emmener Frodo sur le volcan. Au lieu de désirer porter l’Anneau, il porte maintenant Frodo, c’est-à-dire celui qui le porte. Il lui est entièrement soumis : “‘Come on Mr. Frodo dear ! Sam will give you a ride. Just tell him where to go, and he’ll go'” (976). Sam remplit au bout du compte son rôle par l’abnégation absolue ; parce qu’il n’a plus aucune volonté personnelle et qu’il s’en remet entièrement à celle de son maître, il parvient à faire son devoir de façon idéale. De son point de vue, la Quête s’achève : il l’a quasiment réussie. A sa demande, il retient la main de Frodo qui s’apprête à se saisir de l’Anneau ; puis il épargne la vie de Gollum, à son tour pris de pitié  : la Providence peut alors intervenir et l’Anneau est jeté au feu.

Le rôle de Sam est moins important que celui de Frodo ; mais on peut avoir l’impression, en fin de compte, qu’il l’a d’autant mieux tenu : pour cette raison, Sam est souvent plus sympathique que son maître, et il est plus typiquement un personnage de conte de fée. Il est ainsi récompensé au sein même de la terre du Milieu, d’abord par les chansons qui l’honorent aux Champs de Kormallen, puis par un printemps miraculeux dans le Shire qu’il a lui-même causé grâce au présent que lui a fait Galadriel, enfin par sa fonction de maire perpétuel et sa situation de père de famille. Mais il est assez significatif que le livre se termine sur une parole de Sam : “‘Well, I’m back,’ he said” (1069). Après le départ de Frodo, Sam a perdu son rôle de serviteur : il a perdu Frodo lui-même, qu’il protégeait et chérissait à l’excès, et il est désormais dans le dénuement. Et on peut penser que lui non plus ne sera jamais guéri d’avoir porté l’Anneau, et d’avoir porté Frodo : lui aussi a subi la corruption, comme on l’a vu, et il est maintenant partagé entre son devoir envers son maître et sa situation familiale : “Sam has to choose between love of master and wife,” nous dit Tolkien lui-même.2 Ce qui le montre parfaitement, c’est la fin que Tolkien aurait voulu donner à son livre et qu’il ne lui a pas donnée parce qu’elle avait été généralement condamnée par ses proches : “An epilogue giving a further glimpse (though of a rather exceptional family) has been so universally condemned that I shall not insert it.” écrit-il à Naomi Mitchinson.3 Mais Christopher Tolkien l’a publiée dans Sauron Defeated : et en la lisant, nous comprenons la profondeur du dilemme de Sam. Ce qui devait finir le livre est la phrase suivante : “[Sam] heard suddenly, deep and unstilled, the sigh and murmur of the Sea upon the shores of Middle-earth.”4 Sam entend l’appel de l’Ouest et il vit son existence comme un poids qui l’empêche de rejoindre son maître : lequel, à ses yeux, est sa véritable raison de vivre. Et lorsqu’à la mort de son épouse il aura l’impression d’avoir rempli tous ses devoirs auprès de sa famille, il partira à son tour. On lit, dans “The Tale of Years” de l’Appendice B :

1482 Death of Mistress Rose, wife of Master Samwise, on Mid-year’s Day. On september 22 Master Samwise rides out from Bag End. He comes to the Tower Hills, and is last seen by Elanor, to whom he gives the Red Book afterwards kept by the Fairbairns. Among them the tradition is handed down from Elanor that Samwise passed the Towers, and went to the Grey Havens, and passed over Sea, last of the Ringbearers.5

Ainsi Sam s’est-il lui aussi sacrifié pour l’accomplissement de la Quête, et doit-il lui aussi rejoindre l’Ouest des Elfes pour se purifier entièrement et gagner probablement l’éternité. Comme Frodo, il appartient à un monde à jamais disparu, celui qui est rempli de l’immortalité des temps où la terre était jeune.

Notes :

1. Tolkien, The Lord 754.

2. Tolkien, Sauron Defeated 129.

3. Tolkien, “To Naomi Mitchinson,” 25 avril 1954, lettre 144 de The Letters 173-181.

4. Tolkien, Sauron 128.

5. Tolkien, The Lord 1134.

Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 8 : le destin de Sam Gamegee

Dans The Lord of the Rings de J. R. R. Tolkien, Samwise Gamgee est en un sens un dédoublement de son maître Frodo : il représente l’aspect terre-à-terre de sa quête. Comme c’est lui qui achève d’écrire le livre dont The Lord of the Rings est censé être une traduction, son rôle croît en importance à mesure qu’avance l’action. Il semble bien le plus important personnage après Frodo. A son sujet, Tolkien écrivait : “Sam is meant to be lovable and laughable. Some readers he irritates and even infuriates. I can well understand it. All hobbits at times affect me in the same way, though I remain very fond of them.”1 Mais Sam est souvent considéré comme un personnage très attrayant et très sympathique, notamment grâce à sa simplicité, à son naturel, à sa spontanéité. Certes, au premier abord, il ne paraît pas aussi complexe que Frodo ; mais son cheminement personnel n’en offre pas moins de riches sources de réflexion.

Ce qui marque d’abord, c’est sa fascination pour les Elfes et sa conviction, malgré les dénégations de Ted Sandyman, que, tout comme les dragons, ils existent bel et bien : “Of all the legends that he had heard in his early years such fragments of tales and half-remembered stories about the Elves as the hobbits knew, had always moved him most deeply.”2 Tout comme Frodo, il est attiré par les Immortels : il est donc, lui aussi, sujet aux tentations.

Ainsi écoute-t-il la conversation de Gandalf et Frodo à leur insu : “‘I listened because I couldn’t help myself, if you know what I mean'” (77). Bientôt, il sera amené à voir les Elfes, et connaîtra une déception paradoxalement pleine d’instruction. Certes, pour commencer : “Sam walked along at Frodo’s side, as if in a dream, with an expression on his face half of fear and half of astonished joy” (94) ; mais, ensuite il déclare : “‘They are quite different from what I expected – so old and young, and so gay and sad, as it were'” (100). Bref, Sam est plus partagé qu’avant la rencontre, et il semble déjà perdre sa naïveté et son émerveillement puéril : “‘after last night I feel different. . . . I have something to do before the end. I must see it through, sir, if you understand me'” (100). Déjà, il perçoit l’importance de son devoir moral, qui est de servir son maître dans sa quête.

Les Elfes ont sur lui une influence plus spirituelle que matérielle ; en parlant d’eux et de leur nourriture, il dira : “‘Well, sir, if I could grow apples like that, I would call myself a gardener. But it was the singing that went to my heart, if you know what I mean'” (96). Cette rencontre ne lui a pas apporté la vision émerveillée de leur puissance, mais la vision objective de leur sagesse ; il n’admire pas leurs pommes, mais leurs chants. L’émerveillement cesse, pour faire place à un sens presque mystique du devoir.

Pourtant, Sam cèdera bien à la tentation, quoique par excès d’amour pour son maître : parce qu’il donne à son service un caractère sacré, il tendra à s’aveugler, voire à mal remplir ses devoirs par excès de zèle. Son adoration de Frodo est quasi idolâtre. Ainsi commet-il une petite trahison en renseignant Meriadoc Brandybuck et Peregrin Took sur les détails exacts de la quête de Frodo ; mais il le fait pour le bien de celui-ci, afin qu’il ne parte pas seul et sans amis, et il obéit en vérité aux Elfes eux-mêmes : “‘Gildor said you should take them'” (120), dit-il à son maître. Sam a donc la tentation d’obéir à des ordres supérieurs au mépris de sa fidélité absolue à l’égard de Frodo, précisément parce qu’il accorde un caractère si élevé à sa fonction qu’il va à l’encontre de la plus claire volonté de son maître : il lui rend service contre son gré et selon des commandements qu’il estime au-dessus des siens.

De la même façon, il assiste au Concile3 d’Elrond, alors même qu’il n’y est pas invité, par fidélité excessive : et ce faisant, il continue d’obéir à l’injonction des Elfes de ne jamais le quitter, et à donner ainsi à son rôle un caractère sacré, que rien ne peut ébranler. Il le suit partout : il regarde comme lui dans le lac de Mirrormere, puis dans le Miroir de Galadriel, et il est soumis à la tentation de rentrer chez lui, qu’il domine aisément pour honorer son service.

Sa première véritable épreuve advient lorsque Frodo décide de partir seul pour Mordor. Sam le rejoint et refuse de le quitter ; face à cette obstination : “Frodo actually laughed. A sudden warmth and gladness touched his heart” (427). Sam, par sa foi qui va jusqu’à la crédulité, la superstition, par sa fidélité obtuse, redonne vie à Frodo, qui est quant à lui dans le doute : par son manque de compréhension globale des évènements, il apporte le soutien dont son maître a besoin, essentiellement pratique.

Il ne ressent cependant aucune pitié particulière pour Sméagol, ne voyant obstinément que le danger qu’il fait courir à Frodo, et ne comprenant pas les raisons qu’a celui-ci de l’épargner : il ne voit pas, à vrai dire, ce qui se passe chez son maître. “It had always been a notion of his that the kindness of dear Mr. Frodo was of such a high degree that it must imply a fair measure of blindness. Of course, he also firmly held the incompatible belief that Mr. Frodo was the wisest person in the world” (666). Sam demeure à un point de vue purement pratique : l’aspect spirituel de la quête lui échappe. A ses yeux, le Mal est ce qui nuit directement à son maître, et c’est cela qu’il doit combattre, sans s’occuper d’avoir un grand discernement ou un sens mystique de la Providence.

Il est bien à l’origine de l’absence de repentir chez Gollum, et sa dureté privera celui-ci de rédemption, malgré tous les efforts de Frodo :

He plainly did not fully understand Frodo’s motives or his distress in the incident of the Forbidden Pool. If he had understood better what was going on between Frodo and Gollum, things might have turned out differently in the end. For me perhaps the most tragic moment in the Tale comes . . . when Sam fails to note the complete change in Gollum’s tone and aspect. ‘Nothing, nothing,’ said Gollum softly. ‘Nice master!’.4

His repentance is blighted and all Frodo’s pity is (in a sense) wasted. Shelob’s lair become inevitable.5

Ainsi le malheur advient-il à cause des limites de vue de Sam. Sa haine de Gollum, née en partie de sa jalousie, l’aura même conduit à oublier son maître : l’excès de zèle dans son service lui ôte encore la possibilité de servir d’une façon absolument juste.

(A suivre.)

Notes :

1. Tolkien, “To Mrs Eileen Elgar,” The Letters 325-333.

2. Tolkien, The Lord 58.

3. Certains ont traduit “Conseil”, mais l’affaire dont il s’agit nous paraissant autant spirituelle que temporelle, nous avons préféré le terme “Concile” ; au demeurant, cela correspond à la sensibilité de Tolkien qui, fondamentalement catholique, était aussi, par conséquent, un “papiste” : ses positions politiques n’étaient sans doute guère éloignées de celles de Joseph de Maistre (bien qu’il ne l’eût probablement pas lu), qui voulait que tous les rois d’Europe se soumissent à l’autorité du pape.

4. Tolkien, The Lord 742.

5. Tolkien, “To Mrs Eileen Elgar,” The Letters 325-333.