Archives par mot-clé : Le Silmarillion

Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 2 : variété des points de vue, hiérarchisation des êtres

Dans la partie précédente, nous disions que, dans The Lord of the Rings de J. R. R. Tolkien, la terre du Milieu tout entière était un personnage subissant un triste destin. Nous avions fini par l’exemple des Elfes et des Nains.

Les représentants du Mal eux-mêmes sont une partie de ce personnage, un peu comme une tumeur fait partie d’un corps. Chez Tolkien, le Mal n’est pas réellement, ou pas seulement symbolique : il a aussi une existence physique et, quoiqu’il tende à l’unité, il n’y parvient jamais, et reste divers dans ses manifestations, n’étant jamais absolu. On peut s’assimiler aux personnages mauvais précisément parce qu’ils ne sont pas mauvais radicalement, mais parce qu’ils connaissent ou ont connu un déclin moral. Il est, certes, d’abord aisé de sympathiser avec les moins mauvais, ceux qui ont été pervertis récemment ou sont sur le point de se convertir au Bien, tels Sméagol, Saruman et Grima ; mais même ceux qui s’approchent le plus du symbole et qui, manquant de présence physique ou d’apparence humaine, peuvent nous paraître allégoriques, ne sont pas sans histoire et sans personnalité : les Nazgûls sont dans ce cas, tout comme les Numenoréens Noirs, tout comme les Orcs, et tout comme Sauron même : on peut compatir à leur sort. La douleur de Shelob ne laisse pas indifférent non plus. Certes, aucun lecteur ne prendra le parti conscient de ces suppôts de Satan : s’il est plutôt attiré par eux que par leurs ennemis, il y a fort à parier qu’il n’aimera guère le livre, puisque l’une des caractéristiques principales du Mal, aux yeux de Tolkien, est de haïr toute authentique forme d’art !

Plus qu’une opposition entre le Bien et le Mal, on perçoit une diversité des niveaux d’existence. Au premier niveau, il y a les mortels tentés par l’immortalité par le biais de l’Anneau, et qui, dans la Communauté des justes, sont représentés par Frodo, Samwise et Boromir ; or, ces mortels représentent l’ancien monde, et ils s’opposent à Sméagol. Au second niveau, il y a les mortels qui sortent réellement vainqueurs de leurs épreuves, et qui s’imposent au monde nouveau, et représentent en même temps la vieille forme d’héroïsme : parmi eux sont Aragorn, Peregrin et Mériadoc, et ils s’opposent essentiellement aux Nazgûls et aux Numenoréens Noirs, qui ont déchu de leur ancien règne atlantéen. Au troisième niveau, le plus élevé, sont ceux qui représentent des races immortelles ou mythiques, les Magiciens, avec Gandalf et Saruman, les Nains, avec Gimli, et les Elfes, avec Legolas, Elrond, Galadriel, et leur ennemi fondamental, Sauron. Quant à Shelob, elle est au-dessus de Sauron comme Treebeard est au-dessus de Galadriel : ces deux êtres sont, par leur ancienneté, des quasi incarnations de la terre du Milieu.

Tandis que The Silmarillion était fondé sur l’histoire des Elfes et qu’il adoptait leur point de vue, The Lord of the Rings est plus anthropocentrique : l’action y tourne surtout autour de personnages humains, et le point de vue narratif est souvent celui des Hobbits : il n’y a pas, comme dans les textes mythologiques, d’omniscience narrative. On nous dit ainsi que le récit fut établi par Bilbo, Frodo et Sam, et que la version anglaise n’est qu’une traduction, ou une adaptation de la leur. C’est dire que les personnages lié à la Terre y ont une importance fondamentale, et que le sentiment du déclin s’exhalera de leur histoire, de leur nature, de leur psychisme.

Par Frodo Baggins, ainsi, nous paraît-il nécessaire de commencer, car il semble le personnage central, celui sur qui repose le plan général. Dans ses premiers jets, Tolkien en faisait l’axe autour duquel tournait le monde, et ce n’est qu’au cours de son travail que le Hobbit se démultipliera en d’autres Hobbits, puis en Hommes, puis en plusieurs personnages distincts. Au demeurant, même si le lecteur a le sentiment qu’il s’éloigne de lui à mesure que le récit avance, il sait, au moins parce que c’est constamment répété, qu’il est le pilier de l’histoire. Or, c’est bien lui qui est l’une des plus magnifiques illustrations du déclin dans l’univers de Tolkien.

(À suivre.)