Archives par mot-clé : Le Seigneur des anneaux

Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 14 : Gandalf l’Envoyé

Quoique nous nous sentions moins proche d’eux, les personnages du Seigneur des anneaux qui nous fascinent le plus sont sans doute ceux qui appartiennent fondamentalement au mythe, et qui ainsi sont immortels d’emblée, ou quasi tels : le Magicien, l’Elfe et le Nain, échos de divinités anciennes représentés dans la Compagnie de l’Anneau par Gandalf, Legolas et Gimli. Mis à part le premier, qui supervise les actions menées depuis le côté du Bien, ces personnages ne sont pas centraux ; mais ils sont omniprésents, et ils constituent l’arrière-plan obsédant du livre. L’amitié de Legolas et de Gimli est une source d’émotion profonde, et qui ne prend tout son sens qu’en référence à la légende suggérée des rapports entre leurs deux nations respectives, remontant à des millénaires.

Gandalf est, malgré ses airs simples, en lien direct avec le monde divin ; il est Envoyé, un Ange – comme l’a directement exprimé Tolkien :

G[andalf] is not, of course, a human being (Man or Hobbit). There are naturally no precise modern terms to say what he was. I w[oul]d venture to say that he was an incarnate ‘angel’ – strictly an : that is, with the other Istari, wizards, ‘those who know’, an emissary from the Lords of the West, sent to Middle-earth, as the great crisis of Sauron loomed on the horizon. By ‘incarnate’ I mean they were embodied in physical bodies capable of pain, and weariness, and of being ‘killed’, though supported by the angelic spirit they might endure long, and only show slowly the wearing of the care and labour (…). The ‘wizards’ were not exempt, indeed being incarnate were more likely to stray, or err. Gandalf alone fully passes the tests, on a moral plane anyway (he makes mistakes of judgement).1

Il y a deux Gandalf : celui qui est tourné plutôt vers les circonstances matérielles, et qui semble limité dans ses vues, et qui fait des “erreurs de jugement” ; et celui qui a ressuscité, qui laisse parler sa puissance angélique, et dont la réussite morale préside au succès matériel.

Le premier Gandalf dépend encore de la manière dont il apparaît dans The Hobbit, et on a le sentiment qu’il a beaucoup de temps à perdre à des amusements innocents : il n’est alors pas le premier de son ordre, puisque Saruman est au-dessus de lui, et la tâche d’affronter Sauron ne lui incombe pas de façon principale. C’est bien pour cette raison qu’il apparaît d’abord comme celui qui amuse les hobbits rassemblés au banquet d’anniversaire de Bilbo par ses feux d’artifice et ses illusions :

the old man was Gandalf the Wizard, whose fame in the Shire was due mainly to his skill with fire, smokes, and lights. His real business was far more difficult and dangerous, but the Shire-folk knew nothing about it. To them he was just one of the ‘attractions’ at the Party.2

Effectivement, Gandalf est d’abord et avant tout un amuseur, ou une occasion de s’émerveiller : il représente ce qui est à la fois inhabituel et plaisant, et sa profondeur spirituelle peu mise en avant.

Son aspect de vieil homme vêtu de gris rappelle beaucoup Strider lors de sa première apparition : sa puissance réelle est cachée. Mais c’est en rapport avec l’Anneau qu’il commence à dévoiler sa véritable nature. Lorsque Bilbo l’accuse de vouloir lui voler l’objet : “‘It will be my turn to get angry soon’, he said. (…) ‘Then you will see Gandalf the Grey uncloaked'” (46). On peut se demander ce que cela signifie exactement, quand on sait qu’après sa résurrection, “Gandalf the White” continuera de porter un manteau gris, mais laissera paraître dans les grands occasions son habit blanc : à ce stade du récit, qu’aurait donc montré “Gandalf the Grey uncloaked” ? Jusqu’à sa chute dans l’abîme, c’est-à-dire jusqu’à sa mort, jamais Gandalf ne dévoilera ce qui se trouve au delà de son apparence, malgré ses promesses ou ses menaces de s’en délivrer. Mais Tolkien suggère dans sa correspondance ce qu’il en est : il s’agit d’un ange, d’un être spirituel pur. Sa nudité renvoie à sa puissance, peut-être faite de feu, comme peut l’indiquer sa maîtrise de cet élément.

Mais même si l’apparence de Gandalf emprisonne sa nature angélique, il ne déchoiera jamais moralement. Il est remarquable que sa relation avec les hobbits ne soit pas due à l’Anneau : c’est cela qu’est le premier Gandalf, un Sage qui erre sans but précis et qui n’est pas encore impliqué dans des affaires fondamentales, qui n’a pas encore pris toute la mesure des événements. Mais lorsque Frodo lui propose de se saisir de l’Anneau, il sait déjà qu’il ne doit pas céder à la tentation, car il a deviné sa nature :

‘You are wise and powerful. Will you not take the Ring ?’
‘No !’ cried Gandalf, springing to his feet. ‘With that power I should have power too great and terrible. And over me the Ring would gain a power still greater and more deadly.’ His eyes flashed and his face was lit as by a fire within. ‘Do not tempt me ! For I do not wish to become like the Dark Lord himself. Yet the way of the Ring to my heart is by pity, pity for weakness and the desire of strength to do good. Do not tempt me ! I dare not take it, not even to keep it safe, unused. The wish to wield it would be too great for my strength. I shall have such need of it. Great perils lie before me.’ (75)

Gandalf touche là du doigt un point sur lequel Tolkien lui-même s’est exprimé : il ne s’agit pas seulement de la nature faillible de Gandalf, mais du rôle fondamental qu’il doit jouer en terre du Milieu :

His function as a ‘wizard’ is an angelos or messenger from the Valar or Rulers : to assist the rational creatures of Middle-earth to resist Sauron, a power too great for them unaided. But since in the view of this tale and mythology Power – when it dominates or seeks to dominate other wills and minds (except by the assent of their reason) – is evil, these ‘wizards’ were incarnated in the life-forms of Middle-earth, and so suffered the pains both of mind and body. They were also, for the same reason, thus involved in the peril of the incarnate : the possibility of ‘fall’, of sin, if you will. The chief form this would take with them would be impatience, leading to the desire to force others to their own good ends, and so inevitably at last to mere desire to make their own wills effective by any means. To this evil Saruman succumbed. Gandalf did not.3

Ces conditions d’incarnation rappellent beaucoup celles du Christ, esprit divin dans le corps d’un homme. Tolkien était nourri de cette image. Cela ne veut pas dire qu’il ait consciemment voulu faire de Gandalf une figure christique, même s’il est réel qu’il est ressuscité sous une forme blanche et plus glorieuse après son combat contre le Balrog.

Toutefois, dans les anciennes mythologies, les dieux ou anges incarnés sont plus nombreux que le chrétien pourrait croire, et Tolkien ne l’ignorait pas, la littérature médiévale en parlant : Geoffroy de Monmouth le fait pour le père de Merlin, par exemple. Les résurrections sont également moins exceptionnelles que le christianisme l’a voulu. Esculape ne fut-il pas condamné par les dieux pour avoir ressucité un homme ?

Quoi qu’il en soit, puisqu’il est, comme Jésus, sujet aux tentations,  on doit se demander jusqu’à quel point Gandalf ne se montre pas “impatient”, et jusqu’à quel point il ne connaît pas un excès de confiance en lui-même, s’en remettant davantage à sa puissance mondaine qu’à sa clairvoyance, et ne faisant pas coïncider sa nature extérieure et sa nature intérieure : de cette façon, indubitablement, il se jette imprudemment dans la gueule du loup, en allant voir Saruman et en lui faisant confiance malgré ses soupçons : sa clairvoyance est généralement mise en échec par sa carnalité.

Ainsi ne peut-il se rendre au rendez-vous fixé avec Frodo, ce qui manque d’être désastreux ; il fait confiance à Barliman Butterbur, ce dont celui-ci ne se montrera pas très digne : seul Strider ne le décevra pas. Au Concile d’Elrond, Gandalf le reconnaît lui-même : “‘I was at a fault,’ he said. ‘I was lulled by the words of Saruman the Wise ; but I should have sought the truth sooner, and our peril would now be less.'”4 Sa cécité se situe bien au niveau du raisonnement pratique, car au fond de lui-même, il perçoit la vérité : “‘From the first my heart misgave me, against all reason that I knew,’ said Gandalf” (268) ; mais il continue fondamentalement à s’en remettre à son jugement, et il y a une opposition entre sa raison et son cœur qui ne sera pas surmontée avant sa chute, et qui sera même la source de celle-ci.

(À suivre.)

Notes :

1. Tolkien, “To Robert Murray, S.J.,” 4 novembre 1954, lettre 156 de The Letters 200-207.

2. Tolkien, The Lord 37.

3. Tolkien, “To Michael Straight,” [lettre non datée; probablement janvier ou février 1956,] lettre 181 de The Letters 232-237.

4. Tolkien, The Lord 268.

Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 13 : histoire de Peregrin Took et de Meriadoc Brandybuck

L’origine de la tentation d’Aragorn, dont nous avons parlé les dernières fois, nous mène vers un autre personnage, un autre membre de la Compagnie de l’Anneau, qui lui aussi a cédé à la tentation exercée sur son esprit par la pierre d’Orthanc : Peregrin Took. L’histoire de Peregrin et celle de son presque inséparable compagnon, Meriadoc Brandybuck, ressemblent beaucoup, dans leurs grands traits, à celle d’Aragorn, notamment parce que leur victoire est au moins autant temporelle que spirituelle, parce qu’ils sont considérés comme des rois lorsqu’ils retrouvent leur contrée, et enfin parce qu’ils meurent en terre du Milieu : leurs tombes sont d’ailleurs placées près de celle d’Aragorn.

Pippin et Merry ne seront en fait séparés que lors de la phase ultime de la guerre de l’Anneau, et on peut les étudier en un seul bloc ; la différence essentielle entre les deux est la plus grande jeunesse et, partant, la plus grande fragilité morale de Pippin. A leur sujet, T. A. Shippey écrit : “However the true vehicle of the ‘theory of laughter’ is the hobbits ; their behaviour is calqued on the traditional English humour in adversity.”1 Mais si cela se vérifie fréquemment, et sera même dit explicitement par Merry à Aragorn, quoique d’une autre façon, on peut se demander dans quelle mesure la vie de Pippin puis celle de Merry inspirent au lecteur une sorte de mélancolie, de sentiment de déclin. Certes, ces personnages ne sont pas centraux : Tolkien ne parle jamais d’eux dans ses lettres ; mais, fidèles sujets du roi, ils en sont l’écho populaire et humble : le règne de l’homme mortel est aussi le leur.

Par la simple amitié, ils sont amenés à suivre Frodo dans son périple, et aussi en partie parce qu’ils désirent vivre des aventures : ils le connaissent mieux qu’il ne le sait, et ils l’aiment davantage, comme cela se voit lors de la “conspiration” qui scelle leurs liens dans l’aventure. Ainsi Pippin dit-il à Frodo : “‘You must go – and therefore we must, too. Merry and I are coming with you (…) ; you will need more than one companion in your dangerous adventure.'”2 En effet, les deux hobbits voient bien comme une “aventure périlleuse” toute cette affaire qui les dépasse.

Par la suite, rien de remarquable ne les distingue jusqu’au Concile d’Elrond : là sont-ils plus clairement mis à l’épreuve, Elrond désirant les renvoyer chez eux. A ce moment, les deux hobbits sont distingués entre eux de façon explicite, Pippin étant celui qui semble le plus désireux d’accompagner Frodo, mais celui qu’Elrond a le plus de réticence à laisser partir. Pourtant, Gandalf insiste : “‘I think, Elrond, that in this matter it would be well to trust rather to their friendship than to great wisdom'” (293). Merry et Pippin représentent les valeurs morales à la fois les plus simples et les plus fondamentales.

Le premier à déchoir est Pippin, qui cède à la tentation de jeter une pierre dans un puits dans les Mines de Moria : “Pippin felt curiously attracted by the well” (330), nous dit-on : “Moved by a sudden impulse he groped for a loose stone, and let it drop” (331). Il s’agit là d’un jeu d’enfant, et que ce soit Pippin qui tombe dans ce travers n’est pas un hasard : comme le lui dit Gandalf : “‘Fool of a Took ! (…) This is a serious journey, not a hobbit walking-party'” (331). Effectivement, les deux hobbits qui accompagnent leur ami Frodo, et tout particulièrement le plus jeune d’entre eux, prennent tout à la légère, et ne saisissent aucunement l’importance des évènements au sein desquels ils sont impliqués : ils sont presque déplacés – et, livrés à eux-mêmes, pour ainsi dire, ils commettent des fautes et ne sont guère qu’une nuisance. Ainsi ce jet de pierre est-il probablement à l’origine du réveil des Orcs de la Moria et du Balrog ; plus tard, la sottise de l’un et de l’autre est la cause indirecte de la mort de Boromir : dès qu’ils ont appris la disparition de Frodo, ils se dispersent en criant son nom, tombent sur une horde d’Orcs, et Boromir meurt en tentant de les sauver.

Alors se situe un premier tournant : capturés par les Orcs, ils saisissent la nature du Mal. Là, Pippin a un rôle prépondérant, puisqu’il se délivre par sa ruse et sa présence d’esprit : il exploite le désir de l’un de ses geôliers de s’emparer de l’Anneau. Le séjour dans la forêt de Fangorn est la première façon dont ils réparent leurs erreurs, amenant providentiellement un nouvel allié dans la guerre contre Saruman et Sauron, Treebeard. La récompense en sera immédiate, puisqu’ils auront l’honneur de boire l’eau des Ents, qui les fera grandir jusqu’à leur donner une apparence royale au sein de leur peuple. Leur rédemption continuera lorsque Aragorn, Legolas et Gimli pourront se restaurer grâce à leurs bons services : ils sont déjà dignes de servir les grands, quoiqu’ils soient encore indignes d’être leurs égaux.

Pourtant, leur spontanéité les en rendra bien dignes : tout soudainement, ils deviennent, comme Aragorn l’était avant eux, l’instrument par lequel s’accomplissent les prophéties et les vieilles légendes. En étant soumis de façon quasi involontaire à leur nature franche et naïve, ils deviennent eux aussi des incarnations du Verbe.

Leur dignité commence peut-être ainsi à partir du moment où Treebeard, qui est l’une des plus anciennes créatures vivantes de la terre du Milieu, décide d’insérer les hobbits dans sa liste exhaustive des espèces animées : “‘and hungry as hunters, the Hobbit children, / the laughing-folk, the little people'” (609). De façon quasi parallèle, le roi Théoden révèle qu’ils font partie des légendes de Rohan : “‘now before my eyes stand yet another of the folk of legend. Are not these the Halflings, that some among us call the Holbytlan ?'” (581). Soudain, les hobbits acquièrent une existence au sein du langage, au sein des mythes, au sein de l’univers du Verbe lui-même. A partir de ce moment, loin d’être une nuisance, ils participent directement et activement à la victoire sur Sauron.

Certes, Pippin, rongé par la tentation, regardera dans la pierre d’Orthanc : la pierre jetée dans le puits est un antécédent, mais, cette fois, Pippin ne le fait pas parce qu’il croit participer à une promenade de divertissement : il est tenté de façon plus profonde par le palantir, voire par ce qui est au dedans de cette boule de verre. Jetée par Grima, elle est tombée aux pieds de Pippin, qui l’a saisie ; ensuite, il ne peut plus en détacher sa pensée : le hasard seul a fait de lui la victime de cette espèce de possession : “The thought of the dark globe seemed to grow stronger as all grew quiet. Pippin felt again its weight in his hands, and saw again the mysterious red depths into which he had looked for a moment” (614). Ce qui le fascine est bien ce qui se trouve au delà de la pierre elle-même : la volonté et la puissance de Sauron tourmentent son esprit et finissent par le posséder.

Mais Gandalf le contraint à se confesser, puis il l’absout : “‘There is no lie in your eyes, as I feared (…). I forgive you'” (617) ; et lui-même peut ainsi saisir la nature du Mal. La leçon n’a pas servi seulement à Pippin : Merry en reçoit les enseignements de la bouche d’Aragorn. Dès lors, les deux hobbits ont compris l’essence de l’univers : ils ont mesuré l’importance du Mot, qu’il soit utilisé pour les faire sortir de l’obscurité, pour dire la vérité et se délivrer de la tentation, ou pour tirer une leçon des évènements. A la suite de cette intime révélation, ils se mettent au service d’un puissant, de manière spontanée, voulant trouver par là une certaine légitimité : ils tiennent leur rôle dans le monde en étant les fidèles vassaux des Hommes qui règnent. Le serment passé auprès d’un Homme, ou même d’un roi parmi les Hommes, est pour les hobbits à l’image de celui qu’on passe avec la Divinité, avec l’autorité suprême.

Pippin, certes, arrivant à minas Tirith, semble sortir du rêve des fils de Denethor, au sein duquel des vers faisaient allusion à un “Halfling” ; mais, mieux encore, il acquiert un nouveau nom, dans la noble langue de Gondor : “Pheriannath”. Puis il se met au service de Denethor, ce qui le fait entrer dans l’univers du langage féodal, puisqu’il le fait par un serment :

‘Here do I swear fealty and service to Gondor, and to the Lord and Steward of the realm, to speak and to be silent, to do and to let be, to come and to go, in need or in plenty, in peace or war, in living or dying, from this hour henceforth, until my lord release me, or death take me, or the world end. So say I, Peregrin son of Paladin of the Shire of the Halflings.’ (786)

répète-t-il après Denethor : ainsi est-il entré dans la légende, ainsi peut-il être à la fois dans le monde physique et dans le monde spirituel, et cela va de pair avec une élévation à la fois matérielle et morale.

Or, au même moment, Meriadoc agit exactement d’une façon similaire avec le roi Théoden :

Filled suddenly with love for this old man, he knelt on his knee, and took his hand and kissed it. ‘May I lay the sword of Meriadoc of the Shire on your lap, Théoden King ?’ he cried. ‘Receive my service, if you will !’

‘Gladly will I take it,’ said the king ; and laying his long old hands upon the brown hair of the hobbit, he blessed him. ‘Rise now, Meriadoc, esquire of Rohan of the household of Meduseld !’ he said. (808-809)

Il est par ailleurs remarquable que quand les deux vieillards auxquels les hobbits ont prêté serment mourront, et que leurs héritiers respectifs, Faramir et Eomer, se soumettront à Aragorn, ils deviendront les hommes-liges de celui-ci par voie de conséquence : cela montre à quel point Pippin et Merry représentent la jeune génération, celle qui monte et qui, supplantant l’ancienne, règnera sur un monde purifié mais abaissé. Ainsi leur propre élévation dans le monde ne tardera pas à faire ses preuves, et tous deux sauveront la vie non de leurs suzerains, mais des héritiers de ceux-ci.

Merry, alors même que sa nature apparemment inférieure le laissera à l’écart des grands batailles, frappera, inaperçu, voire dédaigné, le chef des Nazgûls, sauvant ainsi Eowin, soeur d’Eomer et future épouse de Faramir : le serment de fidélité fera de lui l’égal d’un héros. Grâce à lui peut s’accomplir la prédiction selon laquelle le chef des Nazgûls ne serait pas abattu par un Homme : il l’est par une femme et un hobbit.

Mais Pippin est quant à lui soumis à un dilemme profond, puisqu’en faisant en sorte de sauver Faramir, il trahit la volonté manifeste de Denethor. Sa loyauté ne peut être clairement révélée par cette action : il n’obéit guère qu’à son bon sens et à la raison, et, de façon ultime, à Gandalf lui-même. Certes, il a pris la mesure des évènements, et il est bien entré dans la vérité du langage ; mais il est davantage menacé d’en sortir que Merry par les dilemmes auxquels il est confronté : “‘What are you doing here ?’ said Gandalf. ‘Is it not a law in the City that those who wear the black and silver must stay in the Citadel, unless their lord gives them leave ?'” (884). Gandalf, en s’adressant ainsi à Pippin, touche du doigt le problème qui se pose au jeune hobbit. Mais Denethor lui a permis de se mettre au service de Gandalf : “‘Your service has been short, and now it is drawing to an end. I release you from the little that remains. Go now, and die in what way seems best to you. And with whom you will, even that friend whose folly brought you to this death'” (857). En rentrant dans le service de Gandalf, Pippin n’a pas fait ses preuves auprès du futur roi Aragorn : il ne fait pas encore tout à fait partie de ceux qui doivent s’imposer ; alors que Meriadoc se plaint de ne pas pouvoir partir au combat, Aragorn s’adresse à lui : “‘Do not be ashamed. If you do no more in this war, you have already earned great honour. Peregrin shall go and represent the Shirefolk ; and do not grudge him his chance of peril, for though he has done as well as his fortune allowed him, he has yet to match your deed'” (917). On s’efforce donc d’équilibrer les rôles afin que tous les deux méritent également les honneurs par les services rendus au roi : ainsi Pippin tue-t-il un troll des collines afin de sauver Beregond, qui est le chef de la garde, et donc son supérieur direct, et qui est aussi le fidèle serviteur de Faramir.

La première réaction de Sam, alors qu’il retrouve les deux hobbits, est significative : “‘How they have grown !'” (991), s’écrie-t-il. Peregrin et Meriadoc sont littéralement entrés dans dans la légende, certes; mais ils ont aussi grandi en stature au sein même de l’Histoire : ils sont devenus des personnages historiques, car ils appartiennent autant au monde du mythe et du rêve qu’aux temps historiques qui constituent le règne des Hommes ; que leur taille ait augmenté est peut-être significatif de la nouvelle proximité existant entre les Hobbits et les Hommes : ils sont comme à l’origine d’une partie de l’humanité actuelle, probablement la plus modeste.

La manière dont ils sont adulés lors du retour au pays par les membres de leur race le montre bien : “‘Lordly’ folk called them, meaning nothing but good ; for it warmed all hearts to see them go riding by with their mail-shirts so bright and their shields so splendid, laughing and singing songs of far away ; and if they were now large and magnificent, they were unchanged otherwise, unless they were indeed more fairspoken and more jovial and full of merriment than ever before” (1063). Certes, tient-on à nous préciser, Meriadoc et Peregrin ne sont pas tombés dans le péché d’orgueil ; mais leur gloire a quelque chose d’irritant, en ce que, essentiellement mondaine, elle tend à obscurcir le sacrifice de Frodo. Et puis elle contraste avec le départ des porteurs de l’Anneau vers l’Ouest. Eux se sentent bien dans un monde qui leur appartient, au sein duquel ils ont vaincu leurs adversaires, précisément parce que, parallèlement, ce monde a déchu. On peut même aller jusqu’à dire que Merry et Pippin sont seigneuriaux parce qu’ils ont une nature inférieure à ceux qui font partie de l’ancien monde, à ceux qui s’en vont vers l’Ouest, parmi lesquels se trouvent Sam et Frodo.

Ce n’est donc pas un hasard si Merry et Pippin, nous dit-on dans “The Tale of Years”, sont finalement mis en sépulture à côté d’Aragorn : “It is said that the beds of Meriadoc and Peregrin were set beside the bed of the great king” (1134). Au bout du compte, leur existence dégage également quelque chose de mélancolique : leur gloire est passagère et la mort la fait s’estomper avec plus de célérité que celle de Frodo ou de Sam ; car si ces derniers ont gagné une terre immortelle, si leur mort n’est ainsi pas mentionnée, les deux serviteurs du roi voient leur gloire relativisée par le caractère mondain de leurs succès. Leur mort rappelle que rien ne dure en ce monde, même les plus grands héros : et il y a là une source de tristesse.

La mortalité n’apparaît comme un présent de la Providence que de façon ambiguë. Le caractère immatériel de ce qui se situe en dehors du monde rend le monde mortel moins attrayant que le monde immortel : le désir combat ici la raison.

Notes :

1. Shippey, The Road 142.

2. Tolkien, The Lord 118.

Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 12 : Aragorn fils de l’Atlantide

La dernière fois, nous avons montré que le personnage d’Aragorn avait pour principe de dévoiler l’ancienne gloire cachée, la secrète beauté du monde.

La première occasion qui permettra à Aragorn de dévoiler l’authenticité de son rang adviendra lors de son séjour à Rivendell, lieu de sauvegarde de l’ordre ancien, mais aussi lieu où l’on ne peut mentir, qui ne se paye pas d’apparences. On apprend donc bien vite qu’Aragorn descend de la race supérieure des Numenoréens, puisque Bilbo l’appelle “‘The Dunadan (…) : Man of the West, Numenorean'” (249). Aragorn est bientôt vu en compagnie d’Arwen, la fille d’Elrond dont la beauté fascine Frodo, et son apparence vestimentaire a déjà changé à cette occasion : “To his surprise Frodo saw that Aragorn stood beside her ; his dark cloak was thrown back, and he seemed to be clad in elven-mail, and a star shone on his breast” (254). Symboliquement encore, le manteau sombre s’écarte pour laisser luire la cotte de maille elfique et l’étoile sur la poitrine, comme si le monde se lavait de sa saleté pour reparaître tel qu’il est derrière la croûte, c’est-à-dire brillant et jeune, immortel et glorieux.

Mais le moment ne semble jamais venu pour Aragorn de se révéler. De ce point de vue, il est remarquable qu’il ne réclame jamais ce qui est dû à son rang, et qu’il ne veuille pas contraindre qui que ce soit à admettre son autorité : il ne cherche pas à acquérir le sceptre, s’en remettant plutôt à la Providence. Ainsi, lorsque Boromir doute de l’authenticité de son lignage, il est bien loin de se mettre en colère ; tout au rebours, il lui répond : “‘For my part I forgive your doubt (…). Little do I resemble the figures of Elendil and Isildur as they stand carven in their majesty in the halls of Denethor. I am but the heir of Isildur, not Isildur himself (…). But now the world is changing once again. A new hour comes. Isildur’s Bane is found. Battle is at hand. The Sword shall be reforged'” (265-266). L’humilité est un trait fondamental du personnage ; Aragorn ne resurgit que parce que l’Anneau lui-même a réapparu : non qu’il veuille récupérer son bien, mais qu’il veut réparer le mal qui a été commis par son ancêtre, et qui a causé la ruine de la lignée royale. L’Anneau est lié à Aragorn, car soit il sera détruit et Aragorn pourra remonter sur le trône, soit il sera utilisé par un conquérant, et la chute de la lignée d’Elendil sera totale. La rédemption de la lignée adviendra autant qu’Aragorn pourra favoriser la destruction de l’Anneau.

Cependant, on sait, par diverses allusions, qu’il est vieux et que ses racines s’enfoncent jusqu’à un lointain passé. La moindre de ces allusions n’est pas sa vieille amitié avec Gandalf. Le moment où l’on perçoit le mieux l’ancienneté de cette amitié est peut-être celui où on apprend que Gandalf et lui ont déjà franchi il y a longtemps le seuil des Mines de Moria. Il voit plus clairement l’avenir de Gandalf que Gandalf lui-même : il le prévient de sa chute : “‘It is not of the Ring, nor of us others that I am thinking now, but of you, Gandalf. And I say to you : if you pass the doors of Moria, beware !'” (314).

De la même façon, il connaît bien Lothlorien et Galadriel, et, à son propos, il a de lointains souvenirs qu’il ne révèle pas : “[he] sighed as if some memory stirred in him” (356). Plus loin, on apprend du reste que : “‘The name of Aragorn son of Arathorn is known in Lorien, (…) and he has the favour of the Lady'” (362). Il est lié à tout ce qui est immortel en la terre du Milieu, et il ne manque pas d’une certaine puissance spirituelle qui lui dévoile le monde dans sa totalité, au delà des barrières du temps. Là se situe le caractère authentique de la royauté. Et il se révélera cette fois de façon certaine lorsque Aragorn se trouvera face aux statues de ses ancêtres : “Frodo turned and saw Strider, and yet no Strider ; for the weatherworn Ranger was no longer there. In the stern sat Aragorn son of Arathorn, proud and erect, guiding the boat with skilful strokes ; his hood was cast back, and his dark hair was blowing in the wind, a light was in his eyes : a king returning from exile to his own land” (413). A mesure qu’il entre plus avant dans le pays de ses ancêtres, le caractère royal d’Aragorn se découvre ; mais il apparaît aussi à mesure que le face à face avec Sauron se précise, et que Frodo lui-même s’apprête à détruire l’Anneau.

Là repose le dilemme d’Aragorn : cette destruction est d’une importance capitale pour lui et il ne peut prétendre au trône tant qu’il continuera d’exister ; mais il ne peut rien faire de son côté pour accéder au trône, et il doit laisser agir la Providence. Ainsi ne suivra-t-il pas Frodo vers Mordor, et parcourra-t-il les terres de Rohan à la recherche de ses virtuels sujets, Meriadoc et Peregrin, ce qui est proprement son devoir de roi.

A cette occasion, il s’affirmera comme un roi auprès des Rohirrim. En présence de l’héritier du trône de Rohan, Eomer :

Aragorn threw back his cloak. The elven-sheath glittered as he grasped it, and the bright glade of Anduril shone like a sudden flame as he swept it out. ‘Elendil !’ he cried. ‘I am Aragorn son of Arathorn, and am called Elessar, the Elfstone, Dunadan, the heir of Isildur Elendil’s son of Gondor. Here is the Sword that was Broken and is forged again ! Will you aid me or thwart me ? Choose swiftly !’

Gimli and Legolas looked at their companion in amazement, for they had not seen him in this mood before. He seemed to have grown in stature while Eomer had shrunk ; and in his living face they caught a brief vision of the power and majesty of the kings of stone. For a moment it seemed to the eyes of Legolas that a white flame flickered on the brow of Aragorn like a shining crown.

Eomer stepped back and a look of awe was in his face. He cast down his proud eyes. ‘These are indeed strange days,’ he muttered. ‘Dreams and legends spring to life out of the grass.’ (454)

Eomer a touché du doigt un point majeur : Aragorn est l’accomplissement vivant de la prophétie, c’est-à-dire des rêves et des légendes. Il est avant tout une incarnation de la vérité de l’esprit. Il reste donc très mystérieux, comme s’il n’avait pas d’épaisseur psychologique, ou comme si sa pensée se situait au delà de la perception du narrateur : il ne fait jamais rien de plus que ce que son devoir lui dicte, ni jamais rien de moins. Le monde n’est jamais observé de son point de vue, et s’il l’était, la perception serait probablement quasi omnisciente, car il est un symbole vivant, une image révélée de la Royauté.

Le mythe ne fait pas croître en puissance Aragorn : il fait éclater au grand jour sa véritable nature, et son accession au trône n’est en rien un progrès matériel, mais seulement la victoire du vrai sur le faux, de l’essence sur l’apparence, de la lumière sur l’ombre. Aragorn reste toujours le même : mais à mesure que l’on approche de la fin, les ombres se dissipent autour de lui, il quitte ses vieux habits poudreux, et il se manifeste dans sa royale nudité. C’est dire qu’il est réellement une incarnation du Verbe, dans un monde où celui-ci est occulté par les mensonges et les apparences trompeuses. Mais il ne semble pas avoir de volonté propre. Il s’en remet toujours expressément à Gandalf, qui représente l’autorité suprême, qui est un Envoyé : “‘Let none now reject the counsels of Gandalf (…). But for him all would long ago had been lost'” (914), dit-il.

Et pourtant, il prendra une décision personnelle, la plus importante et peut-être la seule véritable, celle de se servir de la pierre d’Orthanc, ce qui n’est permis qu’aux rois authentiques, et de se révéler ainsi à Sauron. Là peut-être est une faille dans le caractère d’Aragorn. Le palantir exerce sur celui qui le possède une fascination obsédante, liée à la soif de connaissance, car il est relié à la fois au passé le plus reculé et à l’esprit de Sauron. Or, la tentation de l’héritier d’Isildur est tout naturellement de se mesurer avec l’antique ennemi de sa lignée, et de montrer qu’il est son égal pour ce qui est de la force de volonté : il y a là une sorte d’orgueil rappelant Boromir, ou Isildur lui-même, car, quoique l’Anneau ne soit pas ici en cause, il s’agit bien d’imposer sa volonté par le biais d’une science, ou d’une magie venue des anciens âges. Aragorn ne suit d’ailleurs pas, à cette occasion, les conseils de Gandalf : “‘But if I may counsel you in the use of your own, do not use it – yet ! Be wary !’

‘When have I been hasty or unwary, who have waited and prepared for so many long years ?’ said Aragorn.

‘Never yet. Do not then stumble at the end of the road,’ answered Gandalf” (618). Or, Aragorn trébuchera en se révélant à l’Ennemi plus tôt qu’on ne le lui conseillait.

‘I have looked in the stone of Orthanc, my friends.’

‘You have looked in that accursed stone of wizardry !’ exclaimed Gimli with fear and astonishment in his face. ‘Did you say aught to – him ? Even Gandalf feared that encounter.’

‘You forget to whom you speak,’ said Aragorn sternly, and his eyes glinted. ‘Did I not openly proclaim my title before the doors of Edoras ? What do you fear that I should say to him ? Nay, Gimli,’ he said in a softer voice, and the grimness left his face, and he looked like one who has laboured in sleepness pain for many nights. ‘Nay, my friends, I am the lawful master of the stone, and I had both the right and the strength to use it, or so I judged. The right cannot be doubted. The strength was enough – barely.’ (811)

On peut sentir de l’orgueil, dans les paroles d’Aragorn, ou au moins de la fierté. Car il invoque des droits légitimes, et il reconnaît aussi que sa force de volonté était à la limite de chanceler. Afin de se justifier d’un point de vue stratégique, cependant, il dit exactement le contraire de ce qu’a dit Gandalf, qui recommandait la prudence : “‘We must press our Enemy, and no longer wait upon him for the move'” (812). A l’insu de Gandalf, Aragorn entreprend une stratégie destinée à renverser Sauron et à ainsi reprendre son sceptre. Il n’est plus seulement l’instrument du destin : cette fois, il agit en stratège et en général d’armée. Mieux encore, cette stratégie est bien loin d’être l’incarnation de la Vérité, puisqu’il s’agit de tromper Sauron, d’hypnotiser son regard, afin que Frodo puisse atteindre inaperçu le Mont du Destin : bref, il s’agit d’effectuer une ruse, et de se servir, finalement, du mensonge. Si Sauron ne peut être vaincu sans l’aide de la Providence, il ne peut l’être non plus sans ruses stratégiques. On a rejeté l’Anneau, mais la victoire reste impossible sans une certaine tricherie, voire une certaine magie, puisque cette stratégie nouvelle ne prend forme qu’avec l’utilisation du palantir.

Mais cette justification stratégique n’est pas des plus heureuses ; et la réaction de Sauron est plus vive qu’Aragorn ne l’attendait : “‘Though if I had foressen how swift would be his onset in answer, maybe I should not have dared to show myself'” (913), dit-il : mais, précisément, Gandalf l’en avait prévenu. Pour sauver Gondor, qu’il a menacée par son orgueil, il doit emprunter les Chemins des Morts, et appeler à lui des spectres : et il est difficile de ne pas comparer ceux-ci aux Nazgûls, qui sont des Numenoréens déchus, car l’effet que les uns et les autres produisent sur les mortels est identique : il devient de plus en plus difficile de discerner le Bien du Mal.

Si la malice manifeste de Sauron consiste en ses fantômes chevauchant des ptérodactyles, la puissance d’Aragorn est ambiguë, puisqu’il la tire d’autres fantômes. Mais là encore, toute la différence vient de la prophétie, qu’Aragorn réalise :

‘Thus spoke Malbeth the Seer, in the days of Arvedui, last king at Fornost,’ said Aragorn :

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Whose shall the horn be? Who shall call them
from the grey twilight, the forgotten people?
The heir of him to whom the oath they swore
From the North shall he come, need shall drive him.
He shall pass the Door to the Paths of the Dead. (812)

Ainsi Aragorn représente-t-il le Bien avant tout parce qu’il fait en sorte que les mythes deviennent réalité : il donne une chair aux anciens chants.

Mais d’un point de vue humain et personnel, sa position est plus ambiguë. La manière dont il surgit aux Champs de Pelennor l’exprime bien : Eomer voit les navires des Corsaires d’Umbar, qu’il ne sait pas avoir été saisis par Aragorn. “Now he looked on to the River, and hope died in his heart, and the wind that he had blessed he now called accursed” (880) ; et Aragorn ne peut dissiper le malentendu qu’en clamant son titre et en hissant sa bannière, c’est-à-dire en se justifiant par son lignage. Il est ainsi bientôt reconnu pour le roi authentique, malgré sa prudence, car il ne veut pas être considéré comme tel avant la chute complète de Sauron : il accomplit en effet encore les prophéties par ses talents de guérisseur. “Thus spake Ioreth, wise-woman of Gondor : The hands of the king are the hands of a healer, and so shall the rightful king be known” (897).

Mais en quoi le roi légitime peut-il être préférable à un autre, c’est ce qu’on ne pourrait toujours pas voir de façon précise, si Aragorn ne respectait pas la liberté absolue de ses sujets ; ainsi prend-il pitié de ceux qui sont terrorisés par Mordor et les laisse-t-il à leur guise déserter son armée : il montre qu’il s’en remet essentiellement à la Providence, mais aussi à sa stratégie générale, et qu’il n’entend contraindre personne à le suivre : ayant Dieu, pour ainsi dire, avec lui, il ne cherche pas à imposer son point de vue aux hommes.

Malgré ses tentations et son imperfection, il reste le roi légitime des hommes libres. Et, après sa victoire sur Sauron, il est couronné et définitivement révélé au monde :

But when Aragorn arose all that beheld him gazed in silence, for it seemed to them that he was revealed to them now for the first time. Tall as the sea-kings of old, he stood above all that were near ; ancient of days he seemed and yet in the flower of manhood ; and wisdom sat upon his brow, and strength and healing were in his hands, and a light was about him. (1004)

A la fois mortel et immortel, il incarne le point de passage entre le divin et l’humain ; il est donc couronné par Gandalf et par Frodo. Il est ce sens l’instrument du Destin, comme l’était Enée, et l’incarnation du Verbe.

Certes, c’est par amour, non par contrainte, que sa royauté fut révélée ; mais son caractère ambigu va de pair avec sa nature mortelle : en tant qu’homme, il ne saurait être absolument pur, il ne saurait être que l’instrument du destin. Il a lui aussi ses ambitions personnelles et ses faiblesses, et une imperfection propre à tous les hommes. Son avènement est bien que la signification que l’homme, qui est partagé entre le Bien et le Mal, va régner sur un monde renouvelé, au sein duquel le Bien et le Mal n’auront plus d’existence physique, mais seront contenus tout entiers dans la nature profonde des êtres.

La victoire d’Aragorn, en bref, ne signifie pas seulement la victoire du Bien sur le Mal, mais, d’une part, l’accomplissement des prophéties, ce qui est un bien à un niveau spirituel, et, d’autre part, la victoire des mortels sur les immortels, qui est une marque de déclin général à un niveau matériel. On arrive à ce paradoxe qu’à la réalisation des rêves et des mythes correspond le départ des choses de l’autre monde, qui appartiennent elles-mêmes aux rêves des mortels. Or, c’est ce grand sacrifice qui est réalisé par Aragorn, en ce sens autant un chef spirituel qu’un chef temporel, autant, pour ainsi dire, un pape qu’un roi : quand on sait que Tolkien disait que les possessions de Gondor correspondaient géographiquement au Saint Empire romain, on comprend que si Boromir était comparable à Roland, Aragorn rappelle quant à lui Charlemagne. En devenant roi après sa victoire sur Sauron, il inaugure une sorte d’ère chrétienne, essentiellement humaine et tournée vers l’éternité, et il achève l’ère païenne et tragique qui domine The Silmarillion ; une ère qui est aussi celle des Elfes immortels :

And Gandalf said[ to Aragorn] : ‘This is your realm, and the heart of the greater realm that shall be. The Third Age of the world is ended, and the new age is begun ; and it is your task to order its beginning and to preserve what may be preserved. For though much has been saved, much must now pass away ; and the power of the Three Rings also is ended. And all the lands that you see, and those that lie around them, shall be the dwellings of Men. For the time comes of the Dominion of Men, and the Elder Kindred shall fade or depart.’ (1007)

On n’aurait pas fini de parler d’Aragorn si on n’évoquait pas sa mort, rapportée dans l’Appendice A (V) : “Here Follows a Part of the Tale of Aragorn and Arwen”1 ; Aragorn meurt comme doit mourir le mortel qu’il est, mais sa mort ressemble surtout au sommeil, car il l’a choisie librement, acceptant sa destinée, et croyant véritablement à une vie après la mort : “‘Behold ! we are not bound for ever to the circles of the world, and beyond them is more than memory. Farewell !'” (1100). La mortalité triomphante peut donc croire en une résurrection dans l’éternité, hors du monde, contrairement aux immortels, pour lesquels l’éternité ne signifie rien, qui sont prisonniers du monde. C’est bien de ce point de vue qu’Aragorn est un chrétien. Mais la mortalité et l’éternité signifient la chute de l’immortalité : son règne est donc l’avènement d’un monde qui a matériellement décliné, et qui continuera de le faire, malgré l’espoir d’une vie “au delà des cercles du monde”.

Note :

1. Tolkien, The Lord 1094.

 

Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 11 : la légende d’Aragorn

La dernière fois, partant de Boromir, nous avons montré que les héros de jadis, dans Le Seigneur des anneaux de Tolkien, tendaient à la ruine et à la chute.

Mais ce mouvement de déclin est contre-balancé par les succès d’Aragorn et de ses compagnons directs. Au sein de la Communauté de l’Anneau, tous ne sont pas corrompus par l’objet forgé par Sauron, même parmi les mortels. Ainsi, ni Aragorn, ni Meriadoc, ni Peregrin ne semblent tentés par sa malice.

Leurs destinées, au demeurant, se ressemblent, en ce qu’elles ne donnent pas l’impression d’un déclin fondamental. Tout au contraire, malgré les épreuves, on a le sentiment qu’ils vont de victoire en victoire. Mais on peut se demander si les apparences, ici, ne sont pas trompeuses.

Il est remarquable que la nature d’Aragorn soit celle qui ait le plus changé au cours des réécritures successives du manuscrit. Au départ, il ne se nommait même pas Strider, mais Trotter, ce qui diminuait de beaucoup l’étendue de ses pas, et les noms d’Aragorn ou d’Elessar n’étaient pas encore inventés, ou, pour parler comme Tolkien, découverts. Mieux encore, il n’était pas un Homme, mais un Hobbit. En aucun cas ce personnage errant ne dissimulait des ancêtres glorieux.

Dans les premières versions, lorsque Trotter apparaît à Bingo à Bree, il est :

a queer-looking, brown-faced hobbit, sitting in the shadows behind the others. . . . He had an enormous mug (more like a jug) in front of him, and was smoking a broken-stemmed pipe right under his rather long nose. He was dressed in dark rough brown cloth, and had a hood on, in spite of the warmth, – and, very remarquably, he had wooden shoes!1

Ce portrait contraste à plus d’un titre, et c’est peu dire, avec la manière dont Aragorn apparaît à Frodo pour la première fois dans la version définitive :

Suddenly Frodo noticed […] a strange-looking weather-beaten man sitting in the shadows near the wall […]. He had a tall tankard in front of him, and was smoking a long-stemmed pipe curiously carved. His legs were stretched out before him, showing high boots of supple leather that fitted him well, but had seen much wear and were now caked with mud. A travel-stained cloak of heavy dark-green cloth was drawn close about him, and in spite of the heat of the room he wore a hood that overshadowed his face; but the gleam of his eyes could be seen as he watched the hobbits.2

La comparaison qu’on peut faire entre ces deux passages est particulièrement intéressante. “Strange” est sans doute moins rebutant que “queer” ; “weather-beaten” implique une existence longue et difficile, mais “brown-faced” évoque davantage la pauvreté et la simple saleté ; “tall tankard” est sans doute plus noble et moins grotesque que “enormous mug (more like a jug)”, et, d’un point de vue sonore même, la rime de la première version renvoie aux contes traditionnels, tendant à donner au personnage dont il est question un caractère comique et ridicule ; la pipe n’est plus “broken-stemmed”, mais “long-stemmed”, et, de surcroît, “curiously carved”, détail artistique qui ne saurait demeurer inaperçu, puisqu’il donne l’idée d’un certain raffinement ; il paraît inutile de comparer les “very remarkably […] wooden shoes !” aux “high boots of supple leather” : les bottes de cuir souple sont aussi aristocratiques que le sont peu les souliers de bois, voire les sabots ; notons aussi la disparition de l’exclamation, par laquelle le ton comique et familier est remplacé par un langage plus impersonnel, ce qui provoque un ennoblissement de la chose décrite ; enfin, les yeux de Strider brillent déjà du feu de la royauté, remplaçant ainsi favorablement le peu amène “rather long nose” de Trotter.

Mais en s’ennoblissant, le personnage développe une apparence mélancolique : il a l’air d’un homme usé par le temps (non seulement “weather-beaten”, mais “time-beaten”), tout droit sorti du passé, issu d’un monde noble mais déchu : ce qu’il est réellement, comme on l’apprendra par la suite. S’il ne décline pas lui-même, il devient l’expression d’un déclin plus général. Mais il est aussi l’expression de la brève renaissance du monde, car au delà de son apparence de vagabond, il demeure un roi, et en garde la dignité, comme cela est visible dans les grandes occasions. Celles-ci ne manqueront d’ailleurs pas, et tendront à le révéler dans toute sa noblesse. Comme le disent les vers qui le concernent :

All that is gold does not glitter,
Not all those who wander are lost ;
The old that is strong does not wither,
Deep roots are not reached by the frost.
From the ashes a fire shall be woken,
A light from the shadows shall spring ;
Renewed shall be the blade that was broken,
The crownless again shall be king. (186)

Le parcours d’Aragorn sera donc celui d’un homme qui rétablit la vérité en dissipant les ombres, en dispersant les cendres, en retrouvant ce qu’il n’a jamais vraiment perdu, réconciliant l’apparence et l’essence des choses.

(À suivre.)

Notes :

1. Tolkien, The Return 137.

2. Tolkien, The Lord 172.

Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 2 : variété des points de vue, hiérarchisation des êtres

Dans la partie précédente, nous disions que, dans The Lord of the Rings de J. R. R. Tolkien, la terre du Milieu tout entière était un personnage subissant un triste destin. Nous avions fini par l’exemple des Elfes et des Nains.

Les représentants du Mal eux-mêmes sont une partie de ce personnage, un peu comme une tumeur fait partie d’un corps. Chez Tolkien, le Mal n’est pas réellement, ou pas seulement symbolique : il a aussi une existence physique et, quoiqu’il tende à l’unité, il n’y parvient jamais, et reste divers dans ses manifestations, n’étant jamais absolu. On peut s’assimiler aux personnages mauvais précisément parce qu’ils ne sont pas mauvais radicalement, mais parce qu’ils connaissent ou ont connu un déclin moral. Il est, certes, d’abord aisé de sympathiser avec les moins mauvais, ceux qui ont été pervertis récemment ou sont sur le point de se convertir au Bien, tels Sméagol, Saruman et Grima ; mais même ceux qui s’approchent le plus du symbole et qui, manquant de présence physique ou d’apparence humaine, peuvent nous paraître allégoriques, ne sont pas sans histoire et sans personnalité : les Nazgûls sont dans ce cas, tout comme les Numenoréens Noirs, tout comme les Orcs, et tout comme Sauron même : on peut compatir à leur sort. La douleur de Shelob ne laisse pas indifférent non plus. Certes, aucun lecteur ne prendra le parti conscient de ces suppôts de Satan : s’il est plutôt attiré par eux que par leurs ennemis, il y a fort à parier qu’il n’aimera guère le livre, puisque l’une des caractéristiques principales du Mal, aux yeux de Tolkien, est de haïr toute authentique forme d’art !

Plus qu’une opposition entre le Bien et le Mal, on perçoit une diversité des niveaux d’existence. Au premier niveau, il y a les mortels tentés par l’immortalité par le biais de l’Anneau, et qui, dans la Communauté des justes, sont représentés par Frodo, Samwise et Boromir ; or, ces mortels représentent l’ancien monde, et ils s’opposent à Sméagol. Au second niveau, il y a les mortels qui sortent réellement vainqueurs de leurs épreuves, et qui s’imposent au monde nouveau, et représentent en même temps la vieille forme d’héroïsme : parmi eux sont Aragorn, Peregrin et Mériadoc, et ils s’opposent essentiellement aux Nazgûls et aux Numenoréens Noirs, qui ont déchu de leur ancien règne atlantéen. Au troisième niveau, le plus élevé, sont ceux qui représentent des races immortelles ou mythiques, les Magiciens, avec Gandalf et Saruman, les Nains, avec Gimli, et les Elfes, avec Legolas, Elrond, Galadriel, et leur ennemi fondamental, Sauron. Quant à Shelob, elle est au-dessus de Sauron comme Treebeard est au-dessus de Galadriel : ces deux êtres sont, par leur ancienneté, des quasi incarnations de la terre du Milieu.

Tandis que The Silmarillion était fondé sur l’histoire des Elfes et qu’il adoptait leur point de vue, The Lord of the Rings est plus anthropocentrique : l’action y tourne surtout autour de personnages humains, et le point de vue narratif est souvent celui des Hobbits : il n’y a pas, comme dans les textes mythologiques, d’omniscience narrative. On nous dit ainsi que le récit fut établi par Bilbo, Frodo et Sam, et que la version anglaise n’est qu’une traduction, ou une adaptation de la leur. C’est dire que les personnages lié à la Terre y ont une importance fondamentale, et que le sentiment du déclin s’exhalera de leur histoire, de leur nature, de leur psychisme.

Par Frodo Baggins, ainsi, nous paraît-il nécessaire de commencer, car il semble le personnage central, celui sur qui repose le plan général. Dans ses premiers jets, Tolkien en faisait l’axe autour duquel tournait le monde, et ce n’est qu’au cours de son travail que le Hobbit se démultipliera en d’autres Hobbits, puis en Hommes, puis en plusieurs personnages distincts. Au demeurant, même si le lecteur a le sentiment qu’il s’éloigne de lui à mesure que le récit avance, il sait, au moins parce que c’est constamment répété, qu’il est le pilier de l’histoire. Or, c’est bien lui qui est l’une des plus magnifiques illustrations du déclin dans l’univers de Tolkien.

(À suivre.)