Archives par mot-clé : Lamartine

François Blanc et la mort du jeune poète

Philippe Paillard, dans son article sur la poésie savoyarde à l’époque de la Restauration sarde, voit dans François Blanc le seul poète qui échappe à la platitude de l’ensemble : les autres, affirme-t-il, sont surprenants d’impersonnalité, ne s’adonnant qu’à des œuvres de circonstance, liées aux événements dynastiques. Mais François Blanc constitue une « rafraîchissante découverte »1. En particulier sa Mort du jeune poète, dédiée à Byron, trouve grâce à ses yeux.

Il était né à Saint-Julien-en-Genevois, à une date que ne mentionne pas Jules Philippe ; il dit seulement qu’il est mort très jeune, d’une « maladie cruelle », en 18252. Il se fit surtout connaître par un Chant lyrique sur la Grèce, paru l’année même de sa mort : il était principalement inspiré par Casimir Delavigne, à qui il dédia une Épître le félicitant d’avoir pris fait et cause pour les Hellènes :

O Lavigne ! entends-tu ? pour chanter ses enfants
La Messène chrétienne a réclamé tes chants ;
De Parthénope aux fers, déesse fugitive,
La Vierge d’Ipsara se lève encore plaintive,
De ses habits de sang dépouille les lambeaux
Et retrouve sa gloire au fond de ses tombeaux…

Ce sont des vers pleins d’allant et d’ardeur. L’image de la résurrection d’un peuple est belle. Les noms propres ont quelque chose d’exotique et de suggestif. Mais c’était déjà le cas chez Racine.

Malgré la dédicace à Byron, La Mort du jeune poète, poème élégiaque en trois chants, fait écho aux vers de Lamartine. Avant d’expirer, François Blanc voulut exprimer sa peine de devoir quitter la vie, alors qu’il conservait toutes ses espérances de jeunesse, et dire adieu à tout ce qu’il avait aimé. Il compara la muse à un oiseau :

Au bord de sa couche arrondie

Que le zéphyr vient balancer,
Voyez-vous l’oiseau plein de vie
Qui n’ose encore s’élancer
Parmi les fleurs de la prairie ?

Inquiète, et belle d’amour,
Sa mère, rasant de son aile
Du nid le modeste contour,
L’invite et tendrement l’appelle.

Avec des yeux pleins de douceur,
Ainsi la Muse qui m’inspire
D’une main me guide au bonheur
Et de l’autre me tend sa lyre.

Cette image tirée de la nature pour décrire une divinité, ou au moins un phénomène de l’âme, est bien une sorte de similitude à la mode de François de Sales ; mais elle reste classique.

Face à la mort, il invoqua un « ami » défunt :

Ombre qui m’est toujours si chère,
Descends sourire à ma prière !
Je t’invoque, console-moi !
Et dans ce monde où tout s’efface,
Si l’affreux reptile m’enlace,
Je ne demande que la grâce
D’aimer… de mourir comme toi !

Est-ce un écho des Entretiens spirituels d’Antoine Favre ? Cet ami pourrait bien être le Christ. Mais le style est plus sentimental que celui de Favre. Les exclamatives plus nombreuses. L’image de « l’affreux reptile » plus crue.

Dans un autre passage il se compare à un cygne céleste, à un fils d’immortel tombé d’en haut :

Paix au cygne étranger, exilé sur la Terre,
Né d’un sang immortel, et remontant aux cieux !
Sur les bords inspirés du lac harmonieux,
Longtemps il a chanté plaintif et solitaire ;
Sa voix est douce encore ; écoutez ses adieux !

C’est une image de l’âme du poète. Le « lac harmonieux » fait écho aux vers de Lamartine, qu’il avait dû lire. François Blanc fut poignant dans ses derniers mots :

Adieux ! sœurs que j’aimais ! compagnes du poète,
Vierges du Pinde, adieu ! mes beaux jours vont finir ;
Dites ! le dernier son de ma lyre muette
Doit-il être un soupir ?…

Les métaphores sont antiques. L’expression rappelle André Chénier. Mais elle ne manque pas de sincérité.

Notes :

1 Voir Philippe Paillard, « Poètes et poésies en Savoie à l’époque de la restauration sarde », in Culture et pouvoir en Italie et dans les États de Savoie de 1815 à 1860, Cahiers de civilisation alpine, Universités de Turin et de Savoie, Éditions Slatkine, 2000, p. 86-91.

2 Voir Jules Philippe, Les Poètes de la Savoie, Annecy, Jules Philippe, 1865, p. 127-136.

Marguerite Chevron, poétesse des anges

Outre Louis de Vignet et Auguste de Juge, la dette à Lamartine, quoique par des biais indirects, est également avérée chez une poétesse qui étonna la Savoie de son temps, Marguerite Chevron (1818-1862)1.

Née à Barberaz dans une famille nombreuse et modeste de cultivateurs, elle n’apprit à lire que vers l’âge de quinze ans dans un livre d’Heures. Puis, elle pratiqua des ouvrages de piété avant de découvrir, chez une sœur qui tenait un petit commerce à Chambéry, un volume de vers de Lamartine. Ce fut une révélation, et elle s’essaya à la poésie. Elle obtint d’abord, en 1849, une mention honorable au concours de l’Académie de Savoie pour une Épître au roi Charles-Albert, puis, en 1850, le premier prix pour un texte intitulé Corrigez-moi. Le rapporteur était Auguste de Juge, et il fut  dithyrambique.

Sa facilité dans la versification et sa maîtrise des sujets mystiques lui valurent de nombreux éloges des hommes de lettres savoyards. Loin des tourments de maints autres poètes, elle assumait parfaitement son goût pour la poésie et les tableaux du monde supérieur :

Je dédaigne la gloire et n’ai pas la manie
De suer sang et eau pour paraître un génie ;
Mais alors qu’insensible aux charmes du succès,
Je voudrais savourer les douceurs de la paix,
Le foyer de mon cœur, ardent de poésie,
Dessèche dans mon sein la sève de la vie ;
La pensée en déborde en de brûlants accords,
Et mon esprit, saisi d’indicibles transports,
Méprisant ce bas monde et ses biens éphémères,
Plane sur les hauteurs des immortelles sphères.
Son aile peut trahir son vol audacieux,
Mais pour le rappeler des profondeurs des cieux,
C’est en vain qu’un censeur armé de la satire
Sous les coups du mépris voudrait briser ma lyre.

Elle défiait les sceptiques qui eussent voulu se moquer de sa foi et de ses visions. Davantage que Vignet, qui reculait devant le Mystère, elle avait dû aimer, chez Lamartine, les poèmes qui évoquaient dans un style moderne et clair les anges, car elle-même s’employa à son tour à peindre leurs attributs :

Et puisqu’il faut parler un terrestre langage,
Les esprits ont aussi des sens à leur usage,
Des organes divers ainsi que ceux des corps,
Dont Dieu, pour une fin, combina les rapports :
Car il ne jeta pas dans un moule semblable
Les degrés différents de l’échelle admirable
Qui, posant les deux bouts sur les deux infinis,
De l’être et du néant tient les deux pôles unis.
Ainsi, lorsque puisant dans ses trésors immenses,
Il peupla l’univers par des intelligences,
Chaque ange, de sa main s’élançant radieux,
Portait sa destinée en traits mystérieux.
Le séraphin marqué par le sceau du génie
Fut créé pour bénir la sagesse infinie ;
Pure essence d’amour, le tendre chérubin
Fut la source brûlante où boit le cœur divin.
Aux pieds du Tout-Puissant incliné sur ses ailes,
Un autre, s’élançant des voûtes éternelles
Pour porter les décrets de la divinité,
Bien plus prompt que l’oiseau, fendit l’immensité.
Mais l’ange dégradé, digne objet d’anathème,
Sur sa lyre sacrée entonne le blasphème ;
Le cœur ne goûtant plus l’ineffable beauté,
Corrompu dans sa voie, aime l’iniquité ;
Le messager du ciel fit servir sa puissance
A porter contre Dieu la révolte et l’offense ;
Et tout déchu qu’il est, Satan, même en enfer,
Conserve l’attribut, le rang de Lucifer ;
Ainsi qu’aux cieux jadis il fut le premier ange,
Il est encor le roi de la sombre phalange.

Un tableau inspiré par la tradition, déjà présente dans le Nouveau Testament, notamment dans les épîtres de saint Paul (pour les rangs angéliques) et saint Pierre (pour la chute de l’ange rebelle).

Or, ajoute la poétesse,

Ce qui se fait au ciel se reflète ici-bas

L’homme est à l’image du monde spirituel, et son âme est à la fois

Dans la fange ou l’éther, son premier élément

L’esprit humain est lié naturellement et substantiellement au monde divin. C’était la doctrine de François de Sales, qui affirmait que l’âme tenait au Ciel par un cheveu, et que sa source était céleste. Le romantisme tendit à refuser, de la même manière, de couper l’âme humaine de Dieu, et la nature terrestre de la nature céleste, comme l’avaient fait, plus ou moins, les théologiens protestants et gallicans, ou Blaise Pascal. Comme ils plaçaient l’âme essentiellement dans l’intellect, ils ne pouvaient que constater que Dieu n’y était pas ; mais pour François de Sales l’âme était surtout dans le sentiment, dans le cœur, et il pensait que, par l’amour, on pouvait toucher à Dieu, quoique ce fût en franchissant les limites de l’entendement2 – quoique ce fût, donc, au delà de la conscience ordinaire. Marguerite Chevron, par la poésie, se hissait de même jusqu’au monde des anges.

Elle avait fondé à Chambéry une école pour les enfants pauvres. Épuisée par le dénuement et le dévouement, elle mourut juste après avoir donné une dernière leçon.

Notes :

1. Voir Jules PHILIPPE, Les Poètes de la Savoie, Annecy, Jules Philippe, 1865, p. 229-242.

2. Voir par exemple François de SALES, Traité de l’amour de Dieu, Paris, Monastère de la Visitation, 1984, p. 244 : « [saint André de Verceil répète] plusieurs fois que l’amour pénètre où la science extérieure ne saurait atteindre, et dit que plusieurs évêques ont jadis pénétré le mystère de la Trinité, quoiqu’ils ne fussent pas doctes ».

Auguste de Juge de Pieuillet

Outre son beau-frère et ami d’enfance Louis de Vignet, Lamartine en Savoie eut un lien avec un autre poète local : Auguste de Juge de Pieuillet (1797-1862)1.

Né à Serrières, il suivit des études de Droit à Grenoble puis à Turin, où il fut reçu docteur en 1816. Il fut d’abord avocat fiscal à Albertville (1827), puis Juge-Mage à Bonneville (1833) et à Annecy (1837). Il devint membre effectif du Sénat de Savoie en 1840, et fut mis à la retraite en 1860 avec le titre de Président honoraire de la Cour d’Appel de Savoie. Il mourut dans son château de Pieuillet, près de Rumilly, en 1862.

Il dirigea l’Instruction publique dans le Faucigny puis à Chambéry, réclamant alors l’enseignement de l’histoire de la Savoie dans le Duché et le conseillant aux maîtres, et fut un membre éminent de l’Académie de Savoie. Il cultiva toute sa vie la poésie.

Il publia, en 1824, un poème satirique sur Chambéry, et fréquenta alors Lamartine, qui l’encouragea à écrire. Jules Philippe assure qu’ils se promenaient ensemble et admiraient d’un même élan le grand spectacle de la nature alpestre. Plus tard, ils correspondirent. Et comme Lamartine le disait trop modeste et dur avec lui-même, il composa un poème sur le lac Léman qui reçut l’approbation du maître. En voici le début :

Le jour déjà vient de s’éteindre
Sur les aiguilles du mont-Blanc ;
La lune qui commence à poindre,
De sa pâle lueur va teindre
Les flots bleuâtres du Léman.

Le poète se rend alors sur le lac et, depuis l’onde, regarde les coteaux

où les ténèbres
Ne tombent jamais qu’à regret

En effet, bien des noms célèbres ont laissé là un souvenir : « Ici riait, causait Voltaire » et « Rousseau maudissait son destin » en portant

Dans l’âme de sa Julie
Le feu qui dévorait son sein

Byron aussi y vint faire retentir « Sa voix infernale ou divine ».

Auguste de Juge écrivit également un poème sur une source du Salève,

Dont on aime, d’un œil avide,
A suivre les divers destins.

Il la personnifie et l’anime, en la comparant à une vierge farouche qui, sortant d’un monastère, veut échapper aux regards, ou au contraire à une bacchante

Qui, sous le dieu qui la tourmente,
Fait éclater ses chants d’amour

– parce qu’elle est tantôt petite parmi les pierres, tantôt luisante aux feux du jour en passant parmi les champs. Saisi d’émotion le poète s’écrie :

Ô source pure, onde chérie,
Vers cette lointaine prairie,
Garde-toi de hâter ton cours ;
Là-bas est un abîme immense,
Où ta passagère existence
Ira se perdre pour toujours…

On peut reconnaître des idées et des mots de Lamartine ; mais son style est bien différent, et De Juge se fit surtout connaître, par la suite, par des fables plus légères. Il s’était pourtant essayé, en 1834, à des Inspirations religieuses dont le titre seul trahit le modèle lamartinien ; mais peu leur accordèrent une valeur réelle.

Auguste de Juge laissa aussi quelques comptes-rendus du prix de poésie de l’Académie de Savoie, dont il fut le rapporteur. Il consacra en particulier le génie de Jean-Pierre Veyrat, et celui de Marguerite Chevron – sur laquelle nous reviendrons. De Juge appréciait le romantisme, même s’il le trouvait excessif ; il savait reconnaître la grandeur, quand il la voyait.

Notes :

1. Voir Jules PHILIPPE, Les Poètes de la Savoie, Annecy, Jules Philippe, 1865, p. 211-228.

Alphonse de Lamartine et la littérature savoyarde

Durant son séjour en Savoie, Alphonse de Lamartine fréquenta la bonne société locale. Il se lia directement à celle-ci en mariant sa sœur Césarine à Xavier de Vignet, le frère de son ami Louis, avec qui il avait passé des années de collège à Virieu.

Il laissa plusieurs souvenirs écrits sur ce clan qu’il fréquentait, et qui était dominé par la famille de Maistre, où plusieurs écrivains se trouvaient. On se souvient en particulier du texte suivant :

Je connaissais Chambéry depuis mon premier voyage en Italie. J’y avais cet ami de collège dont j’ai parlé, neveu du comte de Maistre alors ambassadeur de Sardaigne en Russie, et dont toute l’aimable famille tenait un rang distingué dans la ville. Cette famille, avec laquelle je devais m’apparenter intimement depuis, se composait alors de quatre frères.

L’un était le chevalier de Maistre, auteur du Lépreux de la cité d’Aoste et du Voyage autour de ma chambre, deux livres inimitables, l’un en sensibilité, l’autre en agrément. Il était encore en Russie ; il s’y était marié à une femme russe riche et distinguée.

Un autre était l’évêque d’Aoste, auteur de sermons estimés, vivant à Chambéry dans sa famille […].

Le troisième, qui était l’aîné selon l’esprit, était le fameux comte de Maistre, ambassadeur à Saint-Pétersbourg. C’était certainement un écrivain de premier ordre, je ne prétends pas le déposséder de ce titre ; mais moi qui les ai tous plus tard beaucoup connus, je lui préfère infiniment ses deux modestes frères, le chevalier et l’évêque, originaux sans travail et produisant des chefs-d’œuvre sans y prétendre, comme la marmotte des Alpes produit sa toison.

Je lui préférais même leu frère, colonel de la brigade de Savoie, qui n’avait rien écrit et qui se bornait à admirer ses frères.

En sorte que, frères et sœurs, neveux et nièces compris, le tout était un génie en plusieurs personnes, qu’il fallait estimer, admirer, aimer en commun et en masse sous peine d’être injuste envers quelqu’un d’entre eux. Une famille d’êtres uniques : tels étaient alors les de Maistre.1

Malgré ses réticences sur l’auteur des Considérations sur la France, Lamartine semble s’être d’abord bien épanoui dans ce milieu. C’était l’époque où il pouvait dédier un poème à Louis de Bonald2 et où il participait de la réaction contre Napoléon et la Révolution.
Mais cela ne devait pas durer. Les Savoyards, en 1815, furent réactionnaires et en appelèrent au retour des traditions. Protégés par leur frontière, gouvernés par leurs évêques et par des rois pieux et sincères dans leur foi, ils restaient campés sur les positions affichées par leur maître à penser, justement ce Joseph de Maistre sur lequel Lamartine avait émis tant de réserves. Le poète du Lac, au contraire, se laissait peu à peu gagner par les idées nouvelles, et commençait à défendre les idées de république et de liberté.

Il en fut, en Savoie, généralement condamné par ses anciens amis. En vain, il proclamait, de nouveau, en 18263, son amour pour Xavier de Maistre. En privé, celui-ci même le blâma4 de se mêler de politique et surtout d’œuvrer dans le mauvais camp. Cela éclata quand le poète publia Jocelyn (1836). Le clan Maistre-Vignet fut outré. Des traces en demeurent dans la lettre que son ami Louis lui envoya alors, et qui fut la dernière5. Il lui reproche d’avoir insinué que les prêtres dussent se marier, et aussi d’avoir défendu l’idée d’une fraternité entre les catholiques et les juifs. À propos du Voyage en Orient, publié l’année précédente, il l’accuse de n’avoir pas appris ce qui comptait vraiment, lorsqu’il a prétendu qu’adorer Dieu ou Allah revenait au même. Dès 1830, le grand homme se plaignait en privé que Louis de Vignet fût complètement asservi au clan Maistre, dangereusement sous la coupe de sa cousine Constance, fidèle à l’enseignement de son père Joseph : ils campaient à ses yeux sur des positions archaïques et dépassées6.

Cela est-il lié aux lignes ambiguës que Lamartine consacra à la littérature savoyarde ?

Les mœurs des familles de gentilshommes sont, d’un côté, simples et rurales comme les paysans au milieu desquels ils vivent ; de l’autre, chevaleresques et militaires comme la cour et l’armée, qu’ils fréquentent pendant leur jeunesse. Le contact avec l’Italie, où ils ont leur gouvernement, leur donne l’élégance et l’urbanité des cours d’au-delà des Alpes ; leur séjour à la campagne leur laisse la cordiale bonhomie des champs ; le voisinage de la France, la communauté de langue laissent infiltrer chez eux nos livres, nos journaux, nos doctrines et nos controverses d’esprit. Cette superficie de littérature française donne aux plus lettrés d’entre eux le goût et parfois l’émulation d’écrire. Mais l’esprit de nation, l’esprit de corps, l’esprit d’Église et l’esprit d’aristocratie, héréditaires et obligés dans leur caste, leur défendent la liberté de penser autrement qu’on ne pense à la cour de Turin, dans le palais de l’évêque ou dans le château du gouverneur de Savoie.

Ceux qui veulent écrire ne peuvent, sous peine de faillir à leur ordre, à leur Église ou à leur trône, écrire qu’une de ces deux choses : des badinages d’esprit ou des traditions du moyen âge. C’est ce qui explique peut-être que les deux écrivains les plus charmants et les plus éloquents de la Savoie, le comte de Maistre et Xavier de Maistre, son frère, ont écrit, l’un de si sublimes platonismes mêlés de contre-vérités, l’autre de si légers et de si pathétiques opuscules de pur sentiment.7

Dans quelle mesure ces deux courants, le néomédiéval et le « badin », constituent-ils effectivement la littérature savoisienne de ce temps, on peut se le demander. Lamartine lui-même servit de modèle aux poètes de la Savoie, et institua en eux un troisième courant, plus lyrique et plus personnel. Son importance mériterait d’être scrutée.

Notons, en outre, que Lamartine participa lui-même à la littérature moyenâgeuse savoisienne. On se souvient, peut-être, qu’il avait pour projet de composer en vers sept vies de l’ange dont il a raconté la première transformation en homme dans La Chute d’un ange. Il devait expier la faute qui l’avait poussé à cette métamorphose, l’amour d’une mortelle, en recommençant à vivre un amour malheureux. Jocelyn n’était autre que l’avant-dernière de ces vies : les amants se rejoignent donc au Ciel, à la fin du récit.

Mais Lamartine a entièrement rédigé l’existence médiévale de cet ange changé en homme. Or, elle se déroule sur les bords du lac du Bourget. Il s’agit de l’histoire d’un fils de paysans placé peu après sa naissance dans une corbeille tirée par des cygnes et recueilli comme un nouveau Moïse par le seigneur local et son épouse. Il tombe amoureux de la fille de ceux-ci, mais la vérité une fois connue le mariage est impossible et les amants se jettent dans le lac depuis la tour du château8. Lamartine a lui aussi nourri l’inspiration moyenâgeuse en Savoie, encourageant indirectement les Savoyards à persévérer dans leur voie propre.

Par ses ouvrages et ses amitiés, il fut à demi un auteur savoisien ; il souhaitait, de son vivant, être reconnu tel, affirmant qu’on est « toujours du pays que l’on aime ». La postérité le lui a accordé – même si Louis Terreaux a préféré ne pas l’évoquer dans son Histoire de la littérature savoyarde9.

Notes :

1. Cité d’après Joseph de Maistre, Lausanne, L’Âge d’Homme, Lausanne, 2005, « Les dossiers H », p. 46.

2. Cf. dans les Méditations poétiques (1820), « Le Génie ».

3. Dans « Le Retour », in Harmonies poétiques et religieuses (livre III), 1830 ; mais le voyage de Xavier de Maistre en France et en Savoie date de 1826.

4. Voir par exemple la lettre adressée à la Comtesse de Marcellus en 1848 : « Que n’avez-vous, non-seulement un roi, mais même un tyran, cela vaut mieux qu’un fou comme Lamartine ! J’espère que l’expérience cruelle qu’il fait maintenant le fera rentrer en lui-même. Voilà, chère amie, où conduit le mépris de la religion. Lamartine est depuis longtemps sorti de l’ornière, et je crains qu’il n’y ait point de remède qui puisse le remettre dans la bonne voie. Voilà, dis-je, où conduit un orgueil démesuré. Je ne puis m’empêcher de t’aimer,c’est un si bon homme, hors de ses chimères ! Mais je pleure ses illusions qui ont fait tant de mal au monde entier. » (Œuvres inédites de Xavier de Maistre, tome second, Paris, Lemerre, 1878, p. 206-207.)

5. Elle fut écrite de Naples le 29 août 1836 ; elle peut être lue dans Correspondance d’Alphonse de Lamartine. Lettres d’Alix de Lamartine. Lettres de Louis de Vignet. Textes réunis, classés et annotés par Christian Croisille, Paris, Honoré Champion, 2008, p. 638 et suivantes.

6. Voir, dans le même ouvrage, les pages 454-456.

7. Cité dans Culture et pouvoir en Italie et dans les États de Savoie de 1815 à 1860, Cahiers de civilisation alpine, Universités de Turin et de Savoie, Éditions Slatkine, 2000, p. 13-14.

8. Voir dans Jocelyn, Paris, Hachette, 1882, « Épisode de la huitième vision », p. 383- 402 ; on y trouve de très beaux vers, notamment lorsque les amants sont dans le lac, au moment où leur amour se déclare.

9. Montmélian, la Fontaine de Siloé, 2011.

 

Mythologie romantique de la Savoie

En 2004, je publiais Portes de la Savoie occulte chez un jeune éditeur courageux, sis à Cran-Gevrier, près d’Annecy, et dont la maison se nommait Agoralp. Je voulais, pour la première fois, que soit présent dans un livre ce que  j’appelais la mythologie cachée de la Savoie ancienne, ce que les vieux poètes, romanciers, historiens, philosophes savoyards avaient imaginativement créé pour donner une profondeur au pays dans lequel ils vivaient. C’était fait d’une littérature essentiellement inconnue, parce que relative à une patrie défunte, effacée par son intégration dans la France et par, il faut l’avouer, le nationalisme qui préside aux choix pédagogiques lorsqu’il s’agit de proposer des programmes d’enseignement ou une liste d’œuvres aux examens et concours.

J’avais découvert cette littérature de l’ancienne Savoie dans la bibliothèque de feu mon grand-père, qui, fils d’un immigré savoyard à Paris, était resté nostalgique du pays de ses ancêtres. Il avait eu, à Samoëns, dans le Faucigny, deux maisons : une bourgeoise, une paysanne (ce qu’on nomme un chalet), et y avait amassé un nombre considérable de livres sur la Savoie ou écrits par des Savoyards. Ses auteurs préférés étaient François de Sales et Joseph de Maistre. Et vers l’âge de dix-huit ans, voulant m’initier à la Philosophie, je suis tombé sur les Soirées de Saint-Pétersbourg, qui m’ont étonné et que j’ai aimées. Puis j’ai connu les autres écrivains du vieux duché, et les ai aimés aussi.

Le nationalisme qui s’oppose à la culture familiale n’est pas légitime, et j’ai voulu, dans ces Portes de la Savoie occulte,  faire part de mon enthousiasme et de mon admiration. Un chapitre est consacré à l’apport de François de Sales et Vaugelas à la France classique, un autre à l’apport des frères de Maistre à la littérature russe, et plusieurs le sont à des écrivains romantiques flamboyants et injustement ignorés : Jean-Pierre Veyrat, dont j’ai parlé la semaine dernière, Jacques Replat, un de mes préférés, Maurice Dantand, un visionnaire de Thonon, Antoine Jacquemoud, un poète épique plein d’imagination, et François Arnollet, le chantre de la nation tarine, si je puis dire. Un chapitre ensuite expose ce qui différencie la tradition cartésienne de la tradition salésienne et l’effet qu’a pu avoir leur rencontre après 1860. Finalement, j’évoque le XXe siècle et l’arrivée des machines dans les montagnes de la Savoie, ce que cela crée comme représentations nouvelles, liées essentiellement à la science-fiction. Mais alors que dans la science-fiction urbaine l’origine folklorique des projections futuristes disparaît sous la profusion des machines et des immeubles, dans celle de Savoie, elle reste manifeste, parce que l’ère industrielle n’a pas pu y changer le paysage  comme en ville.

Ce livre a été peu recensé. Trop abstrait pour le lecteur ordinaire et trop peu scientifique pour le lectorat universitaire, il n’avait pas de place claire ; son public était incertain, diffus. Brice Perrier, dans La Voix des Allobroges, en a fait l’aimable compte-rendu, dans lequel il avouait néanmoins trouver le titre inapproprié : il s’était attendu à ce que je parle de sorcellerie et de franc-maçonnerie. J’aurais pu au moins évoquer les esprits qui président au destin de la Savoie, faire de l’ésotérisme. J’en avais eu le projet, avant d’y renoncer. Pierre Assouline, sur son blog, l’a également évoqué, en termes amusés, ironisant gentiment sur le lien que j’établissais entre Veyrat et Rimbaud, ou entre la technique du fromage et les fées. Car dans le folklore savoyard, c’est en espionnant les fées que les bergers ont découvert comment les fromages se fabriquaient, ce qui a valu à ces bergers le bannissement perpétuel du pays de féerie. Il faut du reste remarquer qu’en Corse, ce sont également des êtres surnaturels, les Orci, qui ont appris aux bergers la recette du brocciu1. Pour Veyrat et Rimbaud, je leur trouvais une exaltation comparable, mêlée à de remarquables facultés de style, et une volonté de percer les mystères du monde. Il est vrai que Veyrat le fait en défense de la tradition et en utilisant des images tirées de la symbolique royale et chrétienne, et que Rimbaud était plus exotique dans son inspiration, plus inattendu. Dans mon livre, j’avais justement voulu relativiser une réputation fondée sur l’originalité extérieure, prétendant que l’inspiration traditionaliste ne disait finalement rien du génie poétique. Pierre Assouline n’a fait qu’en rire. Que Veyrat fût parfaitement inconnu à Paris était suffisant comme argument.

Je suis quand même heureux d’avoir publié ce livre qui le premier a présenté le romantisme savoyard d’un point de vue global. Jusque-là on n’avait parlé que de Veyrat. Ou alors on avait survolé le problème, en ne lisant pas les auteurs pour moi les plus significatifs. On restait tributaire de l’opinion de Lamartine2 selon laquelle les écrivains savoyards de son temps soit faisaient dans la fantaisie légère comme Xavier de Maistre, soit faisaient dans le moyenâgeux et la célébration de la tradition comme son frère Joseph, et on les lisait peu. Mais ils étaient inventifs, imaginatifs, et originaux sinon par leurs qualités formelles, au moins par la richesse de leurs figures, la couleur de leurs images. Ils avaient effectivement quelque chose de néomédiéval en ce qu’ils tiraient du monde des rêves des figures qu’ils plaçaient en relation avec la religion catholique, le symbolisme dynastique et la nature alpine – et auxquelles ils adhéraient avec ferveur, un peu comme dans le romantisme allemand. Ils n’étaient pas de grands adeptes du rationalisme, en revanche, et la forme de leurs écrits est un peu relâchée ; ils ne pratiquaient pas l’art oratoire, n’apprenaient pas à faire des discours, l’éducation savoisienne étant surtout faite pour assumer par l’intelligence les articles de la foi.

Pouvaient-ils plaire à Paris ?

Mais comme le déclara Sainte-Beuve pour Veyrat3, ils pouvaient plaire à leurs compatriotes, ou à ceux qui habitent aujourd’hui leur pays. Car ils sont effectivement inscrits dans le paysage, et leur âme ardente a approfondi celui-ci dans le mythe.

Même si on a exagéré leur traditionalisme, je comprends qu’on puisse ne pas vouloir rester dans les images souvent désuètes de ces auteurs ; on ne saurait se nourrir exclusivement d’elles, et la conscience moderne aspire à une rationalité plus claire. En ce sens, l’intégration à la France de Descartes n’a pas eu de mauvais effets sur la Savoie. Mais, à l’inverse, la rationalité sèche, dénuée d’images belles et fortes, est aussi un défaut, et l’imposer ne va pas dans le bon sens. A cet égard, la littérature de l’ancienne Savoie peut apporter quelque chose d’important, voire de décisif, une sorte de rajeunissement. Elle peut redonner vie à ce qui l’a perdue.

Notes :

1. Voir http://www.graines-voyageurs.fr/les-guides-graines-de-voyageurs/les-destinations/corse/les-l%C3%A9gendes-corses : « On raconte que la région de Santu Petru de Tenda était dominée par un ogre. Tous les bergers étaient effrayés et la région entière vivait dans la peur. La présence de cet orcu (l’ogre) et de sa maman l’orca ne pouvait plus durer. Alors un berger courageux décida de prendre les choses en main et de se débarrasser de ces ogres. Il fabriqua une paire de bottes géantes, à l’intérieur desquelles il passa du pois, une substance collante. Le berger déposa les bottes devant la maison de l’ogre, frappa et partit vite se cacher avec les autres bergers. L’ogre enfila alors les bottes et resta coincé ! Tous les bergers sortirent de leur cachette et ne délivrèrent l’ogre que lorsque sa maman leur donna la recette du brocciu. Ceci fait les deux ogres furent chassés de la région ! Et les bergers se régalèrent de ce fameux fromage ! »

2. Citée dans Culture et pouvoir en Italie et dans les États de Savoie de 1815 à 1860, Cahiers de civilisation alpine, Universités de Turin et de Savoie, Éditions Slatkine, 2000, p. 13-14.

3. Voir SAINTE-BEUVE, Nouveaux Lundis, Paris, Michel Lévy, 1868, p. 157 : « Il a, dans son talent monocorde et dans sa destinée, quelque chose d’essentiellement local ; il gagnera à être pris dans son cadre. »