Archives par mot-clé : Hautecombe

Louis de Vignet et la gloire des vieux comtes

Le premier poète savoisien qui naquit de la poésie de Lamartine ; le premier qui ait cherché à faire des vers à sa suite et sur son modèle, est indéniablement son ami Louis de Vignet (1789-1837). Plus âgé que lui d’un an, il l’avait fréquenté au collège de Virieu ; il reprit plus tard contact avec lui, cherchant à entretenir une correspondance1. Ils s’échangèrent sans tarder des poèmes. Ceux de Vignet étaient marqués par une mélancolie proche du désespoir, à peine tempérée par la religion, et prenaient généralement comme sujets des événements et des objets domestiques. Ceux-ci faisaient naître en lui des réflexions qui accordaient peu à l’Homme et à la Terre. Un exemple typique en est À ma Lampe, qui fut longtemps attribué à tort à Lamartine, et daterait de 1823. On y trouve les vers suivants :

Ah ! ta flamme a toujours étonné ma pensée :
Emblème révéré – bienfait ou châtiment –
Puissance inconcevable entre mes mains laissée,
Sœur de la nuit et du néant !

(…)

Voyez-la s’élancer avec impatience !
C’est un esprit d’en haut parmi nous retenu
Qui nous quitte et s’envole, et, comme l’existence,
Va chercher le but inconnu !

La nature est partout vers son terme entraînée.
Ce qu’on nomme la mort est à peine un sommeil ;
L’insecte aura son jour, la fleur sa destinée,
Notre argile aura son réveil.

Savons-nous les secrets de toute la nature ?
De chaque bruit du soir perdu dans l’horizon,
Du nuage qui passe et flétrit la verdure,
Et des feux errants du vallon ?

Savons-nous le secret du nid de la colombe ?
Avons-nous bien compris la douleur et l’amour,
Le berceau de l’enfant renversé dans la tombe,
Et la nuit qui succède au jour ?

Le murmure des vents n’est-il point un langage ?
La feuille un livre ouvert où s’égarent nos yeux ?
Le torrent qui féconde ou détruit son rivage
N’a-t-il rien de mystérieux ?

N’allons pas soulever ces voiles salutaires.
Jusqu’au moment suprême où nous devrons tout voir,
Il vaut mieux ignorer que sonder les mystères,
Il vaut mieux croire que savoir.2

Cette idée qu’il faut croire aux mystères sans les percer peut être reflétée dans le premier recueil de Lamartine3 ; mais elle s’accorde mal, au fond, avec la suite de l’œuvre du maître, notamment les Visions (publiées en 1853), qui dépeignaient l’avenir lointain, Paris sous la forêt4 – ou La Chute d’un ange (1838), qui livrait quelques secrets du ciel et des temps antédiluviens. Même le présent céleste que vivent les défunts fut évoqué par lui dès les Harmonies poétiques et religieuses (1830)5.

Face à cela, Vignet se contentait, si on peut dire, de ressentir durement les tristesses incompréhensibles de la vie, comme dans ces vers dédiés À ma Fille morte :

On dit, mais ma douleur se refuse à le croire,
Que ces brillants palais de l’éternelle gloire
Auront tout embelli ;
Que la beauté chérie y renaîtra plus belle ;
Que tout ce qui chantait l’existence mortelle
Tombera dans l’oubli.

Félicité du cœur si tôt évanouie ;
Mes trésors de l’exil, amour, beauté, génie,
À jamais disparus !
L’homme, quand il vous perd, vous demande et vous pleure.
Il croit vous retrouver dans une autre demeure.
Il ne vous verra plus !6

La foi n’était pas toujours solide, dans cette âme inquiète qui ne voyait sur Terre et dans le monde que malheurs sans fin.

Son chef-d’œuvre fut peut-être le poème dans lequel il sortit enfin de lui-même pour célébrer la dynastie de Savoie. Il se faisait alors épique, et s’arrachait au modèle de Lamartine pour annoncer La Légende des siècles de Hugo. Il en raconta lui-même la genèse à son ami dans une lettre datée du 24 octobre 18207, évoquant une excursion effectuée parmi les ruines de l’abbaye d’Hautecombe :

Je me sentis alors la tête pleine de poésie, et j’écrivis en courant sur mon album quelques pages d’assez bon goût et tout à fait étrangères. Pour conserver l’impression de tristesse et de rêverie que j’éprouvais au milieu de tant de beautés de la nature […], j’y ajoutais une dizaine de stances, et dans ma fièvre de douleur j’ai écrit le reste comme tu le vois.

Il en est sorti Les Tombeaux de Hautecombe8, dont voici quelques « stances » :

Ils ont connu l’amour, la gloire et la puissance,
Les vertus, les combats, les sublimes efforts ;
Heureux ils dominaient un peuple à son enfance ;
Le chef et les soldats étaient simples et forts.

Des rochers menaçants ils habitaient les cimes ;
Autour de leur palais, comme un rempart sacré,
Une antique forêt étendait ses abîmes ;
Un fleuve sous leurs pieds s’écoulait ignoré.

[…]

Les Alpes s’étonnaient lorsque dans les nuits sombres
Les sentiers des chasseurs devenaient leurs chemins ;
Comme un rapide éclair ils passaient dans les ombres,
Ils brisaient en riant l’écorce des sapins.

Dors-tu, s’écriaient-ils, habitant des nuages ?
Dors-tu, de nos succès antique et cher témoin ?
Et l’aigle réveillé, poussant des cris sauvages,
Jusque sur l’Eridan les conduisait de loin.

Ils sont morts ! leurs vertus furent longtemps pleurées,
Leurs noms longtemps bénis. Ils furent trop heureux.
Et qu’importe la mort ? Des lèvres adorées,
Au retour du combat, essuyaient leurs cheveux.

[…]

Rhôde allait succomber ; Rhode, qui les implore,
Voit le saint étendard sur ses murs rétabli,
Cette croix que les cieux verront briller encore,
Quand les derniers soleils auront déjà pâli !

Des peuples opprimés leur glaive était la joie ;
Byzance dut la paix à leurs fameux travaux ;
Et la Grèce admira les lances de Savoie
Qui brillaient dans les champs de Mycène et d’Argos.

[…]

Jamais dans ses revers une plainte importune
Ne ternit le renom acquis par tant d’exploits ;
Enfants du vieux Bérold, plus grands que la fortune,
Avant que de régner vous étiez déjà rois !

Cette esquisse d’épopée néomédiévale ne manque pas de force. En Louis de Vignet vivait encore la vieille tradition. C’est ce qui le poussa, sans doute, à rejeter Lamartine quand il s’avisa de trouver attrayante la gnose et d’évoquer les anges à sa manière propre, et qu’il crut bon, également, de trouver belle la poésie arabe et musulmane et d’estimer qu’Allah et Dieu n’étaient qu’un même être, dans son Voyage en Orient (1835).

Notes :

1. Cf. Correspondance d’Alphonse de Lamartine. Lettres d’Alix de Lamartine. Lettres de Louis de Vignet. Textes réunis, classés et annotés par Christian Croisille, Paris, Honoré Champion, 2008, p. 464.

2. Poème cité par Victor SÉCHÉ, Les Amitiés de Lamartine, Paris, Le Mercure de France, 1911, p. 33-36.

3. Voir par exemple, dans les Méditations poétiques, le poème L’Homme : « Notre crime est d’être homme et de vouloir connaître : / Ignorer et servir, c’est la loi de notre être. » (V. 43-44.)

4. Voir les Visions dans l’édition de Jocelyn, Paris, Hachette, 1882 : notamment p. 357.

5. Dans le poème Hymne de la mort notamment.

6. Cité par Victor Séché, p. 334.

7. Voir Correspondance d’Alphonse de Lamartine. Lettres d’Alix de Lamartine. Lettres de Louis de Vignet. Textes réunis, classés et annotés par Christian Croisille, Paris, Honoré Champion, 2008, p. 446.

8. Cités par V. Séché, p. 329-333.

Jean-Pierre Veyrat, prince des poètes savoisiens

Sainte-Beuve a fait de Jean-Pierre Veyrat l’un des poètes qui devaient compter pour la Savoie de son temps1 :

son existence, sa destinée, sont bien celles d’un poëte, d’un des blessés du temps dans la lutte des idées, et aujourd’hui que Savoie et France ne font qu’un et que sa patrie est nôtre, il mérite d’être visité et honoré de nous dans sa tombe. […] Veyrat, vu à son rang dans la grande armée des poëtes, n’est pas un de ces chefs qu’on montre de loin et qu’on nomme : il est seulement, et c’est beaucoup déjà, un des premiers entre les seconds.

On a plus tard reproché au grand critique d’avoir mis à l’honneur un inconnu : de sa liste, il avait écarté Baudelaire, et voici qu’il accueillait un Veyrat dont personne n’avait entendu parler ! Cependant, c’est un reproche injuste : il n’avait pas prévu à l’avance, à son panthéon, un nombre particulier de lauréats ; le poète savoisien n’a pris la place de personne.

Il était né à Grésy-sur-Isère en 1810, alors que la Savoie faisait toujours partie de l’Empire. Cinq ans plus tard commençait la période dite de la Restauration sarde, ou Buon Governo : la Savoie, redevenue un duché, était rendue au roi de Sardaigne.

Jeune homme, Veyrat reste fasciné par la figure napoléonienne qui a bercé son enfance. Il se montre d’abord un républicain ardent. Rejetant la Maison de Savoie, banni après sa participation à l’insurrection de 1821, il part à Lyon puis à Paris, tentant de faire carrière dans les lettres. Mais ses ambitions sont rapidement déçues. Ses succès sont limités. Chateaubriand, la grande figure du temps, n’a pas de sympathie pour ses tendances révolutionnaires. Il se fait surtout connaître par ses vêtements verts inspirés par le comte de Savoie Amédée VI.

Se sentant exilé, loin de sa famille et de ses amis, il regarde Paris comme le premier cercle de l’enfer2 :

Quelques jours après j’étais à Paris. Là, une autre vie, si l’on peut appeler ainsi l’incroyable agitation d’esprit et de cœur qui saisit tout homme en arrivant dans cette nouvelle Babylone, une vie pleine de séductions et d’épouvantes s’ouvrit devant moi : Paris est la ville du doute et des luttes éternelles… Le monde est la spirale du Dante ; à mesure que l’on descend dans ses abîmes, il se révèle plus horrible ; les vices se multiplient, les malheurs se condensent à chaque rétrécissement du cône infernal. Descendus au fond, vous ne trouvez plus que cette grande réalisation du malheur par le crime qui a son nom chez tous les peuples, et que les chrétiens appellent Satan. Le monde repose sur ses épaules. Il y a dans cette spirale un entraînement fatal qui sollicite à descendre. Une fois bien engagé sur la route, impossible de revenir ; on est poussé par ceux qui suivent, et l’on arrive tour à tour dans le dernier cercle à se trouver face à face avec le démon, avec le principe même du mal…

Des images fortes, si elles sont excessives, et qui ne laissent pas de rappeler certains passages de Balzac. Mais Veyrat tendait à l’imprécation.

Il médite, en tout cas, sur ce « principe même du mal » et sur sa propre solitude, et traverse une crise qui le mène à la Grande Chartreuse, en Dauphiné, aux portes de sa « petite patrie ». Il passe un séjour tourmenté chez les Chartreux, et décide, frappé par la grâce, de retourner à la foi catholique. Il s’efforce ensuite de se réhabiliter aux yeux du roi Charles-Albert. Il rédige un poème en son honneur, censé lui prouver la sincérité et l’ampleur de son repentir ; il évoque ses sentiments languissants à l’égard de son pays et des siens, et prend pour modèle l’ange du repentir Abbadona (créé par Klospstock et révélé par Chateaubriand3), dans des vers assez beaux4 :

Sire, quand Lucifer, le prince de lumière,
Se lassant de marcher dans sa gloire première,
Ivre d’orgueil, osa, contre celle de Dieu,
Déployer dans le ciel sa bannière de feu,
Parmi les révoltés de la sombre phalange
Un esprit se trouvait, doux et sensible archange,
Qui, découvrant soudain dans le camp des élus
Un ami qu’il aimait et qu’il ne verrait plus,
Pencha son front, brisé d’un désespoir sublime,
Et s’en alla pleurer dans un coin de l’abîme.
Là, comme un prisonnier qui ne doit plus sortir,
Il fut pris dans son cœur d’un amer repentir ;
L’éternelle patrie, à ses yeux pleins de larmes,
Apparaissait alors belle de tous ses charmes ;
Son ami le cherchait, en pleurant, dans les airs,
Et sa place était vide aux célestes concerts !…

Le Roi lui accorde à son tour sa grâce, et il accourt auprès de ses parents, dans la maison de ses pères.

Cependant, il est de nouveau déçu : tout est désert. Les lieux de l’enfance ne vibrent plus comme autrefois de chants et de rires. Son père est mort, sa sœur, compagnon de ses jeux, est partie5 :

Plus loin voilà les murs de la funèbre enceinte
Où dorment nos aïeux dans une terre sainte.
Là sont nos bien-aimés tombés dans le cercueil :
Nos frères et nos sœurs nos amours, notre joie !
Chers trésors dont la mort hélas a fait sa proie
Et dont nos cœurs gardent le deuil.

La Savoie n’est plus le paradis perdu dont il se faisait l’idée à Paris !
Il lui vient alors la révélation que la véritable patrie ne se trouve qu’en Dieu seul6 :

Il est une patrie au-dessus des tempêtes,
Un monde par-delà nos rivages en pleurs,
Où le siècle s’épanche en d’éternelles fêtes,
La vie en d’immortelles fleurs […].

Quand l’exilé revient dans ce lieu de délice,
L’hymne du grand triomphe éclate dans les cieux ;
L’Éternel le reçoit, au sortir de la lice,
Dans ses palais harmonieux ;
Le ciel frémit d’un vœu sublime,
Un cri de bonheur fend l’abîme,
L’univers tout entier tressaille en ce grand jour ;
Le céleste concert ravit toutes les âmes,
Le cantique divin vole en notes de flammes
Dans un chœur de gloire et d’amour.

Il compose un recueil reprenant pas à pas tout le cheminement de ses expériences et de ses pensées, La Coupe de l’exil, qui paraît en 1841. Son succès, en Savoie, est foudroyant7. L’ouvrage fait l’objet de trois rééditions.

Les sentiments y sont souvent excessifs. Veyrat se plaint beaucoup. Mais il a un style fluide, sentant d’instinct les enchaînements sonores harmonieux . Il a aussi une mâle énergie, qui donne à ses vers un rythme plein de vigueur, et les sertit régulièrement d’images fortes. Mais il rejette l’intellectualisme des Lumières, et se plonge avec délices dans des souvenirs brillants et des perspectives sombres. Il s’en exhale une profonde émotion.

Veyrat, réhabilité, célébré, devient journaliste pensionné par le Roi. Mais il entre rapidement en conflit avec le directeur de la presse savoisienne : il refuse d’entrer dans les voies médiocres du journalisme officiel. On lui laisse la pension en lui accordant le droit ne plus écrire d’articles.

Il ne tarde pas, ainsi, à redevenir aussi isolé qu’il l’a été à Paris. Sa santé décline rapidement : il est atteint depuis ses années parisiennes d’une phtisie qui se compliquera bientôt d’un cancer à l’estomac.

En 1842, il participe au concours de poésie de l’Académie de Savoie, dont le sujet est l’abbaye de Haute-Combe, récemment restaurée par le roi Charles-Félix. Il obtient le prix pour les premiers jets de ce qui deviendra, en 1844, l’année de sa mort, Station poétique à l’abbaye de Haute-Combe8.

Publié dans sa version complète en 1847 par son ami Léon Ménabréa, ce poème d’un agonisant a des vertus extraordinaires. Rappelons que l’abbaye de Haute-Combe était la nécropole, au Moyen Âge, de la maison de Savoie, et que Charles-Félix, en 1825, avait décidé de la réhabiliter et prévu d’y avoir sa sépulture, laquelle lui fut effectivement donnée en 1831.  Au cours de sa Station, Veyrat a de véritables visions prophétiques : elles font de l’Histoire un Mythe, dans la tradition romantique la plus pure. Ainsi, Napoléon y est peint comme un nouveau Lucifer9 :

Toi qui disais hier dans ton rêve sublime :
J’étendrai ma puissance au-dessus de l’abîme
J’établirai mon trône aux portes du matin ;
Je m’assoirai plus haut que la nue et l’étoile,
Au front de l’avenir j’arracherai son voile,
Et ma main réglera le pas lourd du destin ;

Enfant de l’aquilon qui parlais aux tempêtes,
Et qui disais hier au glaive des conquêtes :
Va boire et t’enivrer au flanc des nations ;
Et qui disais à Dieu : Je prendrai ton tonnerre,
Je poserai mes pieds aux cimes de la terre
Et mon bras au-dessus des constellations ;

Où donc es-tu passé , fils aîné de la gloire ?
Qui t’a précipité de ton char de victoire ?
Comment es-tu tombé du ciel, ô Lucifer,
Toi devant qui marchaient la mort et l’épouvante,
Qui portais le frisson dans toute chair vivante,
Et qui faisais trembler du ciel jusqu’à l’enfer ?

Quoique moralement blâmée, la figure en est forte. Et le roi de Sardaigne est lui peint comme un Oint du Seigneur10 :

LE GRAND CHŒUR.

Quel est donc le roi de victoire
Qui doit passer par ce chemin ?

LE CORYPHÉE.

C’est le roi qui soutient la veuve et l’orpheline ;
Son pied n’a point foulé l’hysope et le roseau ;
Son cœur est dans les mains de la bonté divine
Qui couvre de fruits la colline
Et donne son grain à l’oiseau.

LE CHŒUR DES VIERGES.

Il rend à l’amour son étoile,
Il rend aux morts le souvenir,
A la sainte pudeur son voile
Et l’espérance à l’avenir.

Pendant l’attaque du Malin, il se réfugie, roi aventureux et légendaire, dans une grotte, en compagnie de ses fidèles, en attendant son grand retour vengeur11 :

LE ROI.

Le milan tourne dans sa rage,
Autour de ce rocher sanglant,
Et son œil fauve, dans l’orage,
Luit comme un glaive étincelant.
Sous ce pan de roche escarpée,
Cachez-vous, ô fils de l’épée !
Et maintenant voici ma tour !
Voici mon dernier héritage :
Une caverne, un mont sauvage
Que me dispute le vautour !
[…]
La lance en nos flancs s’est trempée.
Calmez-vous, ô guerriers vaillants !
Calme-toi, ma fidèle épée,
Ne t’agite pas sur mes flancs !
De quel fiel, ô Dieu, tu m’abreuves !
J’ai combattu sur tous mes fleuves,
Dans la forêt, sur le torrent,
Et je suis comme l’hirondelle
Dont une flèche a brisé l’aile !
Tu l’as voulu. Toi seul es grand !

L’épopée est campée : la chanson de geste, retrouvée dans son essence et sa vivacité. Les clartés et les ombres du monde des esprits se manifestent au sein des événements, dans l’esprit de Joseph de Maistre. Comme le faisait La Chanson de Roland, Veyrat mêle aux faits nationaux les images chrétiennes.

Idéologiquement, cela a pu paraître partial et réactionnaire. Politiquement, l’annexion de la Savoie à la France, en 1860, a pu faire apparaître ce début d’épopée comme sacrilège, puisque le roi de Sardaigne était étranger à la France et non Napoléon… Mais il faut avouer qu’à la lecture, cela ne manque pas de grandeur. Le Mystère est nourri par des symboles puissants, et l’ensemble baigne dans une atmosphère ésotérique qui rappellerait Gérard de Nerval si Veyrat ne se cantonnait pas aux traditions chrétiennes. La forme épique peut rappeler aussi Hugo, même si les points de vue sont opposés et le style plus classique chez notre poète.

Cela n’a pas suffit cependant à placer celui-ci dans le panthéon des grands poètes de France. Sainte-Beuve disait qu’il gagnait à être lu en Savoie ; faut-il en ce cas un panthéon spécial, à Chambéry ? La poésie ne gagnerait-elle pas à ce que le Panthéon soit décentralisé – décliné différemment selon les régions ? L’exemple de Veyrat doit pour nous en convaincre.

Notes :

  1. Cf SAINTE-BEUVE, Nouveaux Lundis, Paris, Michel Lévy frères, 1868, pp. 131 et 157.

2. Extrait de Raphaël de Montmayeur, récit inédit, cité dans Alfred BERTHIER, Le poète savoyard Jean-Pierre Veyrat, Paris, Honoré Champion, 1921, p. 120-121.

3. Cf. CHATEAUBRIAND, Œuvres complètes, Paris, Garnier, 1861, p. 156.

4. Cités par Sainte-Beuve (op. cit., p. 145).

5. La Coupe de l’exil, Paris, Prudhomme, 1840, p. 25.

6. Ibid., p. 258.

7. Cf. dans le livre de Berthier déjà cité, p. 158.

8. Chambéry, Perrin, 1847.

9. Op. cit., p. 129-130.

10. Op. cit., p. 138-139.

11. Op. cit., p. 121-123.