Archives par mot-clé : François Gallix

La représentation de l’histoire dans “A History of the World in 10 1/2 Chapters” de Julian Barnes : introduction

[Texte d’une conférence de séminaire donnée en janvier 1996 ; le séminaire, dirigé, à la Sorbonne, par François Gallix, portait sur le roman contemporain anglais.]

Salman Rushdie, dans ses Imaginary Homelands (1992), a consacré un chapitre à A History of the World in 10 1/2 Chapters (1989)1, de Julian Barnes, dans lequel il énonce2 :

it is not a history but a fiction about what history might be. . . . Overlapping stories, strangely linked, is what we’re given : a post-modern, post-Christian series of variations on the theme of Noah’s Ark. . . . This is fiction as critique, which is its limitation as well as its strength, because for all its high intelligence and formal elegance it proceeds (except for one brief, redeeming parenthesis) from the brain rather than the heart.

L’art du romancier Julian Barnes serait donc essentiellement intellectuel, et il s’agirait pour lui avant tout d’appliquer de façon presque formaliste des théories préconçues. C’est sans doute le propre de beaucoup d’auteurs contemporains, peut-être en grande partie parce que la littérature critique a fini par devenir plus importante que l’art de la parole lui-même. Comme le disait Michel Butor, la littérature ne se fait (plus) jamais qu’à l’intérieur de la littérature ; mais en anglais, le mot “literature” renvoie autant à des œuvres d’art qu’à l’ensemble des commentaires sur un sujet particulier : l’affirmation de Butor prend donc ici un sens tout à fait étrange, puisqu’il semblerait plutôt que la “littérature” se fasse après coup et à l’extérieur de l’autre “littérature” ; or Rushdie reproche précisément à Barnes d’être trop extérieur à son sujet, d’être un critique plus qu’un artiste. On se doute que Barnes eût préféré l’opinion de Butor : il tient à son caractère ambivalent d’artiste et de critique.

Tandis que Rushdie présentait, notamment dans Midnight’s Children (1981), une version nouvelle et cependant relativement cohérente de l’Histoire, l’entreprise de Barnes vise plutôt à discréditer l’Histoire par divers moyens. Son but semble au moins tout autant de dénoncer le caractère foncièrement illusoire de toute convention. Le grand roman historique du XIXe siècle était déjà une sorte de variation sur l’Histoire : même le roman traditionnel est proprement l’espace de liberté qui se situe dans une sorte de monde parallèle; mais le post-modernisme dénonce le caractère artificiel de toute construction littéraire. Le caractère alternatif du roman, somme toute traditionnel, viendra donc être chargé par Barnes d’une véritable déconstruction du récit historique et s’orientera vers un post-modernisme presque intégral dans le traitement du langage ; mais à partir de là, une nouvelle source de cohérence artistique surgira.

(À suivre.)

Notes :

1. Julian Barnes, A History of the World in 10 1/2 Chapters, London: Picador, 1989.

2. Salman Rushdie, Imaginary Homelands, London: Viking Penguin, 1992, p. 241.

Soutenance de thèse

J’ai, durant cinq années, rédigé une thèse de doctorat sur la dimension mythologique de la littérature de l’ancienne Savoie, et j’ai la joie de vous annoncer que je dois la soutenir le 20 décembre prochain à l’université Savoie Mont Blanc, sur le site de Jacob-Bellecombette (bâtiment 10, salle 10011 à 14 h). C’est un sujet qui vient de loin, mais inattendu, car, à l’origine, je me destinais à faire une thèse sur J. R. R. Tolkien – ayant commis, à la Sorbonne, un D.E.A. sur le sujet dans les années 1990. Mon directeur de recherche, lassé par Tolkien, a cependant préféré me renvoyer à Montpellier, dont j’étais venu pour faire ce D.E.A. Découragé, j’ai simplement pris mon poste de professeur de Collège.

Plus tard, j’ai recontacté François Gallix dans le but d’effectuer un travail sur Owen Barfield, philosophe disciple de Rudolf Steiner et ami de J. R. R. Tolkien et C. S. Lewis. Il a été intéressé, mais cela n’a pas abouti, car je voulais surtout publier une traduction de son meilleur essai, Saving the Appearances (1957), et la faire valider comme thèse de doctorat, mais bien sûr il fallait aussi faire un commentaire.

Entretemps, j’avais découvert, en piochant dans la bibliothèque de feu mon grand-père, la littérature de l’ancienne Savoie, au catholicisme si proche de celui de Tolkien – avec en tête Joseph de Maistre et François de Sales: le second, agréé par les Anglicans, a d’ailleurs été proclamé meilleur auteur religieux chrétien par C. S. Lewis. J’explorai les auteurs romantiques savoyards, pour découvrir que, comme les anglophones que je chérissais, ils avaient mêlé le merveilleux au christianisme, l’inspiration populaire à la tradition religieuse – et, comme j’habitais en Savoie, je sautai sur l’occasion pour faire découvrir leur littérature au public par des articles dans la presse locale, puis des livres, puis des blogs – dont celui-ci -, et en rééditant d’anciens ouvrages de cette ligne. Le couronnement vint quand le Conseil du Département m’eut commandé un rapport sur les châteaux de Haute-Savoie dans la littérature. L’ayant rédigé, et ayant touché plus d’argent que jamais je ne l’avais fait pour un travail littéraire, je me demandais quelle suite donner à cette belle entreprise, quand il me vint l’idée d’en faire une thèse de doctorat, de faire entrer ce sujet dans la sphère universitaire – dont il était resté globalement exclu. J’écrivis à l’école doctorale de Chambéry, et Michael Kohlhauer, spécialiste des frères Maistre et directeur des Cahiers d’études maistriennes, répondit à l’appel, acceptant de diriger mes efforts.

Je délivrai, au bout de quelque temps, une première mouture, qui ne faisait qu’ajouter des notes précises à mes différents articles et ouvrages d’amateur, et mon guide dut m’indiquer les nombreuses corrections à faire, réclamant plus de problématisation et de théorisation. Craignant que si je m’orientais clairement vers la dimension mythologique qui réellement m’intéressait, je fusse plus ou moins sanctionné parce qu’elle est contraire au dogme rationaliste, j’hésitai, mais Michael Kohlhauer m’encouragea à procéder comme je l’entendais, et, après m’être creusé la cervelle et avoir rendu mon ouvrage plus philosophique, je le délivrai une seconde fois – et il fut approuvé. Je n’ai pas suivi un chemin sur lequel un tapis rouge, comme on dit, avait été mis; mais on se fait son propre chemin dans les fourrés, si on en a la patience.