Archives par mot-clé : Considérations sur la France

François Blanc et la mort du jeune poète

Philippe Paillard, dans son article sur la poésie savoyarde à l’époque de la Restauration sarde, voit dans François Blanc le seul poète qui échappe à la platitude de l’ensemble : les autres, affirme-t-il, sont surprenants d’impersonnalité, ne s’adonnant qu’à des œuvres de circonstance, liées aux événements dynastiques. Mais François Blanc constitue une « rafraîchissante découverte »1. En particulier sa Mort du jeune poète, dédiée à Byron, trouve grâce à ses yeux.

Il était né à Saint-Julien-en-Genevois, à une date que ne mentionne pas Jules Philippe ; il dit seulement qu’il est mort très jeune, d’une « maladie cruelle », en 18252. Il se fit surtout connaître par un Chant lyrique sur la Grèce, paru l’année même de sa mort : il était principalement inspiré par Casimir Delavigne, à qui il dédia une Épître le félicitant d’avoir pris fait et cause pour les Hellènes :

O Lavigne ! entends-tu ? pour chanter ses enfants
La Messène chrétienne a réclamé tes chants ;
De Parthénope aux fers, déesse fugitive,
La Vierge d’Ipsara se lève encore plaintive,
De ses habits de sang dépouille les lambeaux
Et retrouve sa gloire au fond de ses tombeaux…

Ce sont des vers pleins d’allant et d’ardeur. L’image de la résurrection d’un peuple est belle. Les noms propres ont quelque chose d’exotique et de suggestif. Mais c’était déjà le cas chez Racine.

Malgré la dédicace à Byron, La Mort du jeune poète, poème élégiaque en trois chants, fait écho aux vers de Lamartine. Avant d’expirer, François Blanc voulut exprimer sa peine de devoir quitter la vie, alors qu’il conservait toutes ses espérances de jeunesse, et dire adieu à tout ce qu’il avait aimé. Il compara la muse à un oiseau :

Au bord de sa couche arrondie

Que le zéphyr vient balancer,
Voyez-vous l’oiseau plein de vie
Qui n’ose encore s’élancer
Parmi les fleurs de la prairie ?

Inquiète, et belle d’amour,
Sa mère, rasant de son aile
Du nid le modeste contour,
L’invite et tendrement l’appelle.

Avec des yeux pleins de douceur,
Ainsi la Muse qui m’inspire
D’une main me guide au bonheur
Et de l’autre me tend sa lyre.

Cette image tirée de la nature pour décrire une divinité, ou au moins un phénomène de l’âme, est bien une sorte de similitude à la mode de François de Sales ; mais elle reste classique.

Face à la mort, il invoqua un « ami » défunt :

Ombre qui m’est toujours si chère,
Descends sourire à ma prière !
Je t’invoque, console-moi !
Et dans ce monde où tout s’efface,
Si l’affreux reptile m’enlace,
Je ne demande que la grâce
D’aimer… de mourir comme toi !

Est-ce un écho des Entretiens spirituels d’Antoine Favre ? Cet ami pourrait bien être le Christ. Mais le style est plus sentimental que celui de Favre. Les exclamatives plus nombreuses. L’image de « l’affreux reptile » plus crue.

Dans un autre passage il se compare à un cygne céleste, à un fils d’immortel tombé d’en haut :

Paix au cygne étranger, exilé sur la Terre,
Né d’un sang immortel, et remontant aux cieux !
Sur les bords inspirés du lac harmonieux,
Longtemps il a chanté plaintif et solitaire ;
Sa voix est douce encore ; écoutez ses adieux !

C’est une image de l’âme du poète. Le « lac harmonieux » fait écho aux vers de Lamartine, qu’il avait dû lire. François Blanc fut poignant dans ses derniers mots :

Adieux ! sœurs que j’aimais ! compagnes du poète,
Vierges du Pinde, adieu ! mes beaux jours vont finir ;
Dites ! le dernier son de ma lyre muette
Doit-il être un soupir ?…

Les métaphores sont antiques. L’expression rappelle André Chénier. Mais elle ne manque pas de sincérité.

Notes :

1 Voir Philippe Paillard, « Poètes et poésies en Savoie à l’époque de la restauration sarde », in Culture et pouvoir en Italie et dans les États de Savoie de 1815 à 1860, Cahiers de civilisation alpine, Universités de Turin et de Savoie, Éditions Slatkine, 2000, p. 86-91.

2 Voir Jules Philippe, Les Poètes de la Savoie, Annecy, Jules Philippe, 1865, p. 127-136.

Martinès de Pasqually, Joseph de Maistre, Frankenstein

Martinès de Pasqually (1727-1774) est le fondateur du courant illuministe martinésiste, animé par Louis-Claude de Saint-Martin (1743-1803) son disciple. Il est connu essentiellement par un Traité de la Réintégration qu’il aurait écrit en mauvais français vers 1770 et que Saint-Martin aurait corrigé pour que la langue en fût plus nette1. Il commente l’Ancien Testament, de la Genèse à l’Exode, en entrant dans des détails inconnus permettant de saisir la portée morale et ésotérique des textes. Il est un des meilleurs textes français du genre.

On y trouve des passages qui peut-être sont à l’origine des idées les plus marquantes du romantisme. En particulier, la théorie, si on peut dire, du monstre de Frankenstein semble être exposée par les mots suivants, adressés à Israël par Moïse2 :

pour procréer ta ressemblance corporelle, tu n’as pas d’autre recours à d’autres principes d’essences spiritueuses que ceux qui sont innés en toi ; et si tu voulais, de ton chef, employer des principes opposés à ta substance d’action et d’opération spirituelle divine et temporelle, il n’en proviendrait pas de reproduction, ou, s’il en provenait une, elle resterait sans participation d’opération divine, elle serait mise au rang des brutes ; elle y serait même regardée comme un être surnaturel, et elle y répugnerait à tous les habitants de la nature temporelle.

Un être créé par l’intelligence de l’homme, et sans que la divinité ou la nature assume sa création, serait un monstre qui épouvanterait le monde, et qui aurait l’âme d’une bête.

Cela renvoie aussi au Golem, et l’on pense que Pasqually connaissait l’ésotérisme juif ; certains disent qu’il l’aurait connu à Alicante, dont il était originaire3. Mais le roman de Meyrink date de 1915 et je ne sais pas si Mary W. Shelley (1797-1851) a connu la légende talmudique. En revanche, une copie du traité de Pasqually circulait à Genève4 à l’époque (1816) où elle y vivait avec son mari Percy et Lord Byron et où elle a eu l’idée de son roman.

Ce qui me paraît également remarquable, c’est que Joseph de Maistre a développé le même genre de concepts pour la Révolution : étant créée par l’intelligence de l’homme, elle est brutale et monstrueuse, artificielle et sans valeur propre ; en effet, disait-il, l’homme par lui-même ne crée rien5. Il ne peut créer qu’à travers la divinité, que si elle agit par lui. Donc, dans la mesure où la Révolution a une existence effective, elle émane de la Providence. Il disait cela pour expliquer qu’elle se fût imposée militairement. Et il pensait qu’elle venait non de l’intention consciente des révolutionnaires, qui n’était que pure fumée, mais de la volonté cachée de Dieu, qui attendait que l’humanité s’en régénère6. En d’autres termes, les idées fallacieuses qui justifiaient la Révolution avaient été placées dans les esprits pour faire agir les hommes dans un sens qu’ils ne soupçonnaient pas. Le modèle en pouvait être les dieux antiques, qui, pour amener les hommes où ils voulaient, suscitaient en eux des passions. Ainsi d’Apollon, cité par Maistre d’après Euripide, et annonçant sur scène que la beauté d’Hélène fut suscitée pour que les Grecs et les Troyens s’affrontassent et que la terre fût purifiée de l’iniquité des hommes par leur sang : raison pour laquelle Hélène même fut placée parmi les astres pour guider les marins7.

Or, le philosophe savoyard était lui-même grand lecteur de Saint-Martin, et l’un de ses disciples par l’intermédiaire de Jean-Baptiste Willermoz, avec lequel il correspondait et qu’il avait sans doute rencontré8.

Le monstre de Frankenstein était donc habité par des puissances élémentaires sauvages et démoniaques, et il n’avait pas de moi supérieur : il n’était pas baptisé, n’avait pas de nom – n’avait rien reçu du Ciel. Il se trouve que Pasqually développe aussi l’idée du nom9 : chaque être doué de raison a un nom secret, et c’est par là que les puissances célestes agissent en lui et qu’il est possesseur d’une âme immortelle. Et plus étonnant encore, Joseph de Maistre développe le même thème dans son Essai sur le principe générateur des constitutions politiques10 :

La théorie des noms est encore un objet de grande importance. Les noms ne sont nullement arbitraires, comme l’ont affirmé tant d’hommes qui avaient perdu leurs noms. […] Le nom d’un être spirituel étant nécessairement relatif à son action, qui est sa qualité distinctive ; de là vient que, parmi les anciens, le plus grand honneur pour une divinité était la polyonymie […].

Joseph de Maistre en tire que la Révolution donne des noms à tort et à travers en croyant créer ainsi des choses, mais que seule la divinité peut nommer préalablement aux choses, et leur donner une puissance d’être. Le nom que n’a pas reçu le monstre ne l’a pas fait sortir du monde des choses. Et si un mortel lui en avait donné un, il serait sans doute resté vide.

Rappelons que Joseph de Maistre, en 1793, émigra vers Lausanne, où il resta jusqu’en 1797, et qu’il se rendait régulièrement à Genève, durant ces années.

Notes :

1. Cf. Martinès DE PASQUALLY, Traité de la réintégration, Paris, Robert Dumas, 1974, l’introduction de Robert AMADOU.

2. Op. cit., p. 528.

3. Voir l’introduction de Robert Amadou (Op. cit., p. 38).

4. Ibid., p. 18.

5. Voir par exemple Essai sur le principe générateur des constitutions politiques suivi de Etude sur la souveraineté, Paris, Emmanuel Vitte, 1924, p. 124 : “Une des grandes erreurs de ce siècle est de croire que la constitution politique des peuples est une œuvre purement humaine ; qu’on peut faire une constitution comme un horloger fait une montre. Rien n’est plus faux ; et ce qui l’est encore plus, c’est que ce grand œuvre puisse être exécuté par une assemblée d’hommes.”

6. Voir par exemple Considérations sur la France, Bruxelles, éditions Complexe, 1988, p. 21 : “On dit fort bien, quand on dit qu’elle [la Révolution] va toute seule. Cette phrase signifie que jamais la Divinité ne s’était montrée d’une manière si claire dans aucun événement humain. Si elle emploie les instruments les plus vils, c’est qu’elle punit pour régénérer.”

7. Ibid., p. 51.

8. Cf. Jean-Marc VIVENZA, Maistre, Puiseaux, Pardès, 2003, p. 50.

9. Voir par exemple op. cit., p. 563 : “Le nom spirituel donné à l’âme impassive t’annonce et te fait encore entendre la jonction d’un être distinct et spirituel ou d’un esprit particulier septénaire que le Créateur a assujetti à la vertu puissance de l’esprit mineur quaternaire […].” Plus bas, le baptême est caractérisé comme perpétuant “cette opération d’élection ou de nom spirituel, donné à l’âme ou au mineur”.

10. Essai sur le principe générateur des constitutions politiques suivi de Etude sur la souveraineté, Paris, Emmanuel Vitte, 1924, p. 68.