Archives par mot-clé : Christophe Soucques

Christophe Soucques à Puivert

Dans la haute vallée de l’Aude on rencontre beaucoup d’artistes et d’écrivains – des gens mystiques, venus au pied des Pyrénées respirer l’air pur, recevoir la lumière des anges, savourer le souvenir cathare, rêver à l’ailleurs – et profiter des avantages d’une région qui, appauvrie par la désindustrialisation, offre de nombreux logements bon marché. Ce qui est beau, c’est que ces artistes et philosophes assument la quête spirituelle – tandis que, à Paris, on affecte volontiers le matérialisme et l’athéisme. Ce qui parfois l’est moins, c’est la stérilité, le mysticisme se perdant facilement dans les nuées.

J’ai déjà évoqué ma rencontre, il y a deux ans à Alet, avec le peintre John Slavin, et je dois évoquer aujourd’hui celle du peintre Christophe Soucques – à Puivert, dans son atelier, ouvert ce jour-là à la demande de ses mécènes.

Ses tableaux, très professionnels, m’ont surpris par leur qualité. J’avais entendu parler du peintre, mais d’une manière où perçait la jalousie – et sous un angle relativement prosaïque.

Dans des mondes de brume noire ou rouge des formes dorées apparaissent – révélant des êtres mystérieux, insectes sacrés, maisons semblables à des temples, chemins lancés vers l’infini, barques suspendues dans l’espace, hommes et femmes au visage voilé. Monde abstrait, sans traits humains distincts, étrange comme un rêve – inspiré néanmoins par les cultes tibétain, amérindien ou égyptien.

L’attrait des traditions non chrétiennes est que la mythologie y est viscérale, imprécise, non édulcorée par le discours – théologique ou philosophique. L’intellectualisme semble souvent avoir vidé tant la Bible que les poètes antiques de leur substance fondamentale, et détaché leurs figures des profondeurs de l’âme, pour les placer dans les hauteurs sèches du cerveau. Un peintre inspiré, qui cherche en lui-même le reflet des étoiles et de leur vie mystérieuse, répugne à s’appuyer sur le christianisme et le classicisme. Il penche vers les traditions plus enracinées dans l’abîme des cœurs, et Christophe Soucques en donne l’exemple, à l’instar de nombreux artistes de la vallée de l’Aude: car c’est mus par un rejet du classicisme doublé d’une aspiration à l’Esprit, que souvent ils s’y sont installés.

Christophe Soucques crée des cités enchantées suspendues dans les sombres tréfonds – clairement initiatiques. Les regarder et les méditer fait naître en soi l’or qui transperce les peurs, et les surmonte pour gagner le sommet de pyramides inconnues. Il y a de l’alchimie dans les teintes posées sur la toile. Souvent, les figures qu’il y place sont en trois dimensions, ajoutées, collées, statuettes énigmatiques sortant d’une nuée vermeille. On effectue alors une rencontre, faisant surgir en soi le souvenir d’une vie ancienne, au fond prénatale.

Il taille également dans des baguettes des sortes de fétiches abstraits, emmenant l’âme en élans fins et étroits, jalonnés de bandes de couleur. À leurs pieds des hommes-fourmis font presque entendre un grondement sourd, dans leur activité obscure – qui consiste certainement à forger le squelette, et qu’on entend parfois, lorsque le cœur est dans un silence total. Ils font volontiers peur, mais en réalité ils rendent service, et Christophe Soucques nous les rend familiers, presque agréables.

Ils s’apparentent aux gnomes; mais leur forme n’est pas stéréotypée: elle émane chez l’artiste d’un sentiment profond.

Je suis heureux d’avoir découvert son œuvre.