Archives par mot-clé : Charles-Félix de Sardaigne

La personnalité de Charles-Félix

La statue de Charles-Félix de Sardaigne, oeuvre de Paul-Émile Barberi, et le Palais Bellevue; Quartier du Port, Nice, Côte d'Azur, France
La statue de Charles-Félix de Sardaigne, oeuvre de Paul-Émile Barberi, et le Palais Bellevue; Quartier du Port, Nice, Côte d’Azur, France

En 1821, le Piémont connut une insurrection qui contraint le roi Victor-Emmanuel Ier à abdiquer. Il est remplacé par son frère Charles-Félix (1765-1831). On a discuté pour savoir si la Savoie avait participé à cette insurrection. Il semble bien que cela n’ait pas été le cas. Le nouveau roi la visite, et les communes rivalisent toutes de zèle pour la saluer, à un tel point que le monarque félicita le peuple du berceau de sa dynastie de lui être resté fidèle1 ; mais il l’entendait aussi sans doute pour ce qui s’était accompli durant l’insurrection – c’est à dire, en Savoie, rien. Il en gardera, aux Savoisiens, une reconnaissance profonde, ainsi que le montrera la restauration d’Hautecombe. Par son autorité, Charles-Félix est particulièrement le roi qui ramena l’ancien régime.

Il s’agissait d’un réactionnaire violent et acharné. Joseph de Maistre avait déjà eu affaire à lui à l’époque où il était gouverneur de la Sardaigne, en 1802. Sous le nom de duc de Genevois, le futur roi en commandait la garnison, et était le vrai gouverneur de l’île. Il imposait sa politique, et le vote des magistrats aux tribunaux ! Maistre s’en plaignit, et officieusement on compatit, mais officiellement, on donna raison au duc de Genevois, qui lui aussi écrivit de longues lettres pour récriminer contre du magistrat-philosophe. Celui-ci fut démis2.

La haine que Charles-Félix vouait à Napoléon se manifesta quand, après 1815, il exprima l’opinion qu’on aurait dû le fusiller : son beau-père,3 son beau-père, disait-il, avait eu bien raison de le faire avec Murat à Naples4.

Il avait néanmoins des goûts simples, parlait patois avec le peuple, lors des fêtes populaires auxquelles il participait5. Il était fait pour plaire aux Savoyards. Mais aux Turinois, moins, leur ville étant selon lui un lieu : « où les mauvais sont tous lettrés et les bons sont tous ignorants6 ». La lecture corrompait les cœurs, et l’intellect en se perfectionnant se détachait de la foi.

Il voyait avant tout l’exercice du pouvoir comme une mission ; il plaçait son honneur et sa conscience dans le devoir de restaurer les anciennes formes de la monarchie, et cela devint l’idée centrale de sa politique. Il écrira que la première obligation d’un citoyen était de se soumettre « de bon cœur à l’autorité de celui qui en a été investi par la souveraine puissance » : la citoyenneté était d’abord religieuse, et la conséquence en était que « nous ne pourrons considérer comme bon citoyen, celui qui se permettra seulement de murmurer contre les mesures que nous jugerons nécessaires. » La dictature en était légitimée ; toute opposition, assimilée à l’impiété. Charles-Félix appliquera scrupuleusement ses principes.7

S’agissait-il d’un despotisme éclairé ? Lui, en tout cas, en jugeait ainsi. Mais cela passait par le rétablissement de la religion catholique. Et, en 1822, après l’insurrection piémontaise, il déclara : « La base d’un gouvernement stable et éclairé est de remettre en place la religion, la moralité et les vrais principes d’honneur, entièrement perdus dans le monde. Tout autre moyen qui n’a pas ce but-là est réprouvé de Dieu et ne réussira jamais. »8 Il croyait à l’action de la providence, pensait qu’elle favorisait les princes soucieux de morale publique. Il était profondément croyant, quoique d’une façon simple. Cela va favoriser, au moins en Savoie, un romantisme profondément catholique.

Mettant en œuvre son programme de réhabilitation de l’Église, Charles-Félix rétablit l’ancienne organisation ecclésiastique, supprimée durant l’intermède français. On restaure le diocèse d’Annecy, alors que sous la Révolution un évêque avait été donné au département du Mont-Blanc, dont Chambéry était le chef-lieu.9 Les évêchés de Maurienne et de Tarentaise sont rétablis en 1825 ; Charles-Félix les proclame « les plus anciens du duché et leur suppression fut un malheur pour les deux provinces10 ». On considère qu’il s’agit d’une consolation pour les populations, après les guerres permanentes de l’Empire, et la disette.

La Savoie, rurale et catholique, souhaitait retrouver un régime respectant la religion ; la Révolution et l’Empire y étaient perçus comme ayant été des facteurs de dissolution morale et sociale. Ses habitants furent donc particulièrement aimés de Charles-Félix11.

C’était réciproque. Sans l’avoir voulu, le nouveau roi se retrouvait avec Joseph de Maistre lorsqu’il tentait de régénérer la monarchie par le retour au premier plan de la religion catholique. Un destin peut-être les liait – eux qui s’étaient si farouchement opposés à Cagliari que le duc de Genevois avait dénoncé, chez le magistrat, les « airs hautains et déplacés, [le] bavardage et [les] imprudences [qui] lui ont gagné le mépris universel12 ». Maintenant, il accomplissait en Savoie la politique dont eût rêvé l’auteur des Soirées de Saint-Pétersbourg. Celui-ci, mort depuis 1821, n’eut pas le temps de le constater ; mais ses disciples, en Savoie, en furent satisfaits.

Notes : 

1 Voir Jean-Henri Viallet, « Charles-Félix et le duché de Savoie », La Revue savoisienne, 2011, p. 150.

2 Le récit en est effectué par Jean-Marc Vivenza, Maistre, Puiseaux, Pardès, 2003, p. 37-39. Charles-Félix y est décrit comme « un homme qui conjugue son inculture crasse à un goût immodéré de l’état militaire » (p. 37).

3 Son épouse, Marie-Christine de Bourbon-Siciles, était fille du roi Ferdinand Ier des Deux-Siciles et de Marie-Caroline d’Autriche.

4 Jean-Henri Viallet, « Charles-Félix et le duché de Savoie », La Revue savoisienne, 2011, p. 147.

5 Ibid., p. 146.

6 Ibid., p. 151.

7 Ibid., p. 146.

8 Ibid.

9Ibid., p. 156.

10 Ibid., p. 157.

11 Ibid., p. 150.

12 Cité par Jean-Marc Vivenza, Maistre, Puiseaux, Pardès, 2003, p. 38.