Archives par mot-clé : Amédée VI

L’épopée du Comte Vert dans la Savoie romantique (5) : le prophète Mahomet selon Jacquemoud

6232096894_080d766faf_oSi, dans l’Épopée du Comte Vert d’Antoine Jacquemoud, le comte de Savoie Amédée VI est l’incarnation de l’esprit divin de la montagne et la voie de passage, sur terre, des célestes archanges, le prophète de l’Islam, au nom duquel ses ennemis s’opposent à lui, est différent. Mais Jacquemoud fait preuve d’originalité. Il ne s’abandonne pas à la vaine imprécation à la mode médiévale, ou aux moqueries matérialistes d’un Voltaire : il assimile Mahomet aux esprits trop purs, trop élevés, non assez incarnés pour avoir une vraie influence sur les destinées des peuples. Parmi de charmantes évocations orientales, il le peint comme perdu dans les hauteurs, comme ne pouvant pas répondre aux prières de ses fidèles et intervenir en leur faveur – ou se mettre en colère quand, ne l’ayant pas fait, on lui adresse d’amers reproches  :

Cependant, insensible aux vœux, sourd au blasphème,
Le Prophète, bercé par les houris qu’il aime,
Dort au neuvième ciel.
1

Comme souvent chez Jacquemoud, même si le vers n’est pas absolument fluide, l’image surprend. Elle ne place le prophète de l’Islam ni en enfer, comme le faisait l’ancien catholicisme, ni dans le néant, comme le fait l’athéisme moderne, et veut bien admettre qu’il est au paradis : trait d’ironie voltairienne – ou désir d’entrer dans la logique du mythe ?

Pareil à Merlin l’enchanteur dans sa tour avec la fée Viviane, Mahomet ne peut plus aider les hommes, parce qu’il ne fut pas la divinité incarnée. Il a les traits généraux des divinités orientales, élevées en elles-mêmes, mais trop loin des hommes, et goûtant une forme de volupté mystique qui les rend occupées seulement d’elles-mêmes. Tel, Jupiter, savourant l’amour des nymphes, récompense de ses actes à l’origine bienfaisants pour l’humanité,  finit par ne plus se soucier des hommes, et les laisse aux Furies.

Dans cette forme de merveilleux, dans cette façon d’exprimer des concepts non par des pensées abruptes, de la théologie stérile et imprécatoire, mais par des images chatoyantes, représentant le monde spirituel, peut-être Jacquemoud achève-t-il de montrer son profond romantisme. Il ne laisse pas même transparaître son éventuelle ironie : il est possible, après tout, qu’une partie du Ciel soit bien telle qu’il la décrit, quand il peint le Prophète de l’Islam avec ses houris ; mais cette partie n’est pas celle où vit Jésus-Christ avec ses anges, et elle n’est pas liée à l’humanité, mais fondue dans une lumière trop lointaine, semble-t-il dire. Ainsi le rejet même n’est-il pas l’insulte, mais la réserve.

Pour les chrétiens, depuis saint Augustin, Jésus-Christ est la seule figure fiable, parce qu’elle lie Dieu et l’Homme, la Terre au Ciel ; mais cela ne rend pas les autres figures inexistantes. Augustin, certes, peint les anges invoqués par les théurgistes comme délivrant une science illusoire, participant du démon2 ; Jacquemoud se veut moins sévère  : s’il reprend la doctrine classique, il refuse de tomber dans l’anathème ordinaire. En cela sans doute est-il romantique. Il se montre indulgent : les anges des théurgistes, peut-être, lui eussent paru moins terribles qu’à l’évêque d’Hippone.

On peut aller jusqu’à dire, à travers lui, que si le romantisme savoisien était catholique, il en tempérait les  radicalités par une sympathie évidente pour les figures païennes, les puissances élémentaires et les divinités anciennes, et que cette sympathie englobait aussi les réputés hérétiques. Ce n’est pas qu’elle fût suffisante, comme elle le fut ailleurs, pour détourner les esprits du dogme ; mais elle en atténuait la raideur, et refusait de lui sacrifier la poésie qu’on pouvait tirer de ce qu’il rejetait. Un anathème acerbe contre le prophète de l’Islam eût été de la basse polémique, et François de Sales l’interdisait ; la poésie gagnait davantage à reprendre les images du Coran, et la religion chrétienne, peut-être, à ne pas tomber dans la controverse, mais à se contenter de hiérarchiser les figures pour mettre au sommet celles qui lui sont propres. 

Attitude moins romaine, peut-être, qu’orientale, plus liée au sentiment de ce qui est juste qu’à la certitude de ce qui est vrai. Rappelons-nous Joseph de Maistre, ce qui l’a lié à l’illuminisme, à Saint-Martin, et à la pensée d’Origène – parfois contre Augustin, qu’il accusa d’avoir mal compris celui-ci3.

Notes :

1 Antoine Jacquemoud, Le Comte Vert de Savoie, poëme héroïque, Paris, Prudhomme et Blanchet, 1844, p. 221.

2. Cf. Saint Augustin, Confessions, t. II, Paris, Les Belles-Lettres, 2010, p. 290 (livre X, chap. XLII, § 67) : “Elati enim te querebant doctrinae fastu exserentes potius quam tundentes pectora et adduxerunt sibi per similitudinem cordis sui conspirantes et socias superbiae suae potestates aeris huius, a quibus per potentias magicas deciperentur, quaerentes mediatorem, per quem purgarentur, et non erat. Diabolus enim erat transfigurans se in angelum lucis. Et multum inlexit superbam carnem, quod carneo corpore ipse non esset.”

3. Cf. par exemple Jean-Marc Vivenza, Maistre, Puiseaux, Pardès, 2003, p. 94 : “Saint Augustin (Cité de Dieu, XI, 23-24), fait observer Maistre,  a mal compris Origène quand celui-ci dit que la cause de la matière est, non la bonté de Dieu seul, mais que les âmes ayant péché en s’éloignant de leur créateur, ont mérité d’être enfermées en divers corps comme dans une prison selon la diversité de leurs crimes, et que c’est là le monde […]. L’opinion dont il s’agit n’a rien à voir avec le manichéisme.”