Archives de catégorie : Antoine Jacquemoud

L’épopée du Comte Vert dans la Savoie romantique (2) : conceptions de Jacquemoud

Entre Trésal et Jacquemoud, tous deux auteurs d’une épopée sur le comte Amédée VI, le plus romantique était le second. Son poème en douze chants se nommait simplement Le Comte Vert de Savoie, et Turinaz, le rapporteur du prix de l’Académie de Savoie, en a sans doute apprécié le côté moins scolaire que celui de Trésal. Résumant ses propos, Rendu en loue non seulement la pureté, mais aussi l’élévation et le mouvement, « et tout ce qui caractérise la poésie1 ».

Dans son édition de de 18442, Jacquemoud l’a fait précéder d’une abondante préface qui est pour la Savoie l’équivalent, toute proportion gardée, de celle donnée à Cromwell (1827) par Victor Hugo ou à Mademoiselle de Maupin (1835) par Théophile Gautier. Aucun autre manifeste littéraire, en effet, n’a vu le jour dans le duché à cette époque ; les autres discours qui abordaient le sujet étaient destinés à blâmer le style romantique3. Seul ce texte de vingt-sept pages a proclamé la nécessité de renouveler les genres et le style.

Jacquemoud, en opposition à Trésal ou Parseval, annonce qu’« il ne s’agit ici de rien qui ressemble à une épopée taillée sur le patron antique4 ». D’abord il reconnaît n’avoir pas la talent du « divin vieillard » (Homère) et n’avoir pas la faculté de créer une mythologie ; ensuite, « les merveilles de la machine épique demeurent désormais en dehors de nos habitudes littéraires5 ». La forme antique de l’épopée avait un sens que le monde chrétien et moderne ne saisit plus, et l’imitation en est forcément artificelle6. Jacquemoud rejette les œuvres plus récentes qui mêlent l’histoire moderne, le merveilleux païen et le merveilleux chrétien, ainsi que l’allégorie morale, dont la « création manque de principe de vie7 ». Les genres figés lui déplaisent et il n’entend pas attribuer à son texte d’autre genre que le « poème historique8 », et affirme que ce « cachet littéraire lui était de rigueur imposé par la nature foncière du sujet choisi9 » : en d’autres termes, loin que la forme imitée des anciens doive pouvoir s’emparer de n’importe quel sujet, c’est au contraire le sujet qui dicte une forme au poète. Pensée remarquable, à l’opposé du classicisme.

Son but est de représenter de façon « vraie » une « individualité héroïque10 » : il s’agit, essentiellement, d’une « biographie d’un héros écrite en vers11 ». Conception neuve, et étrange, puisqu’elle a pour corollaire que l’héroïsme n’est pas une fiction poétique, mais une réalité historique, qu’en tout cas Amédée VI l’a effectivement incarné : cela n’est pas un mythe.

Le récit suivra donc la vie du héros, du berceau à la tombe, et l’intérêt littéraire n’émane que de la « personnalité unique12 » représentée dans le poème. Amédée VI matérialisait, en effet, la « grande pensée où il a puisé son héroïsme13 » : contrairement aux héros antiques, habités par des pensées divines qui les dépassaient et faisaient d’eux des instruments du destin, le Comte Vert est déjà pleinement un individu au sens moderne, conscient de la pensée qui l’habite et l’ayant pour ainsi dire choisie. Il a intériorisé le divin, à travers la vivante morale qui l’imprègne.

Certains, rappelle Jacquemoud, affirment que parce que l’épopée mythologique est devenue impossible à l’époque moderne, l’héroïsme en poésie l’est aussi : l’histoire se fait à présent différemment, à travers les masses, les peuples14.

Il s’inscrit en faux contre une telle idée. Il craint que la poésie ne soit, à cause d’elle, envahie par la politique15. D’ailleurs l’exaltation de la somme des petites individualités, loin d’être un aboutissement humain, prélude au chaos, est un retour de la barbarie16. La poésie « étroitement personnelle17 » apparue récemment en est une marque que Jacquemoud désapprouve. Par là où le romantisme nourrissait l’égoïsme, il était mauvais. Ce n’est pas le petit moi que le poète doit chanter. Les poètes s’érigeant en héros ou en martyrs étaient factices18. Il est difficile de ne pas songer à Veyrat, près de sa mort quand Jacquemoud écrit ces lignes.

En outre, l’idée d’un progrès humain global, le concept d’une « Humanité » abstraite, dans lequel la pensée moderne prétend voir les sources de l’évolution historique, est inopérant et fallacieux : le « génie national » reste une réalité aussi entière que la spécificité d’un lieu, d’un espace physique au sein du globe terrestre19. Ici Jacquemoud se fait, à la suite de Joseph de Maistre, l’ennemi des Lumières.

Les puissantes individualités restent des sujets pleinement valables parce qu’elles n’ont pas été seulement des instruments physiques de l’élaboration des peuples : leurs vertus aussi leur ont donné une influence sur le monde. Or, c’est justement par là qu’elles touchent à la poésie20. Du reste l’époque a encore besoin de ces grands guides, suggère notre poète21.

L’âme d’un peuple s’incarne dans ses grands hommes et chaque peuple a encore besoin de se pencher sur ses figures emblématiques22. Le sujet d’Amédée VI demeure pleinement légitime. Et si l’épopée doit effectivement se renouveler, et être passée au crible des progrès de l’intelligence humaine, son essence ne saurait être reniée, ou abandonnée23.

La Savoie en particulier lui reste fondamentalement propice, poursuit-il24. Si elle s’est modernisée, si elle a socialement progressé, elle est demeurée pure dans ses mœurs, soumise aux modèles du passé, active dans le « culte commémoratif des aïeux » : son isolement « des grands centres de dépravation25 » a permis ce miracle. L’épopée étant liée à l’esprit national et les Savoisiens ne s’étant pas écartés de leurs traditions séculaires, elle peut leur être singulièrement appropriée. Les réticences de Lamartine ici étaient renversées : c’est parce que la Savoie est fidèle à elle-même qu’elle peut honorer les grandes figures de son passé ; il ne s’agissait pas de contrainte extérieure, mais d’une vitalité intérieure conservée intacte dans « les grandes lignes des rochers éternels qui l’encadrent26 » : elle était une nation à l’ancienne, non dissolue – aux sens propre et figuré. Encore médiévale de caractère, elle cultivait spontanément l’héroïsme dans sa littérature.

On peut ajouter que, en ce cas, elle était d’instinct romantique. Le classicisme et, surtout, la philosophie des Lumières ne l’avaient pas pénétrée. Elle vivait toujours, intérieurement, dans le décor baroque qui glorifiait la dynastie à travers Amédée IX, dont la statue ornait des églises.

Il est donc nécessaire de créer une poésie patriotique, pouvant contribuer à résister au « souffle aride du scepticisme27 » :

avant d’être, dans nos études, Grecs, Romains, Français, voire même Anglais byroniens, et je ne sais quoi tant encore, il ne nous siérait pas mal, à nous hommes de la Savoie, d’être un peu Savoisiens, qu’au lieu de nous laisser toujours imposer les idées, les goûts, les émotions et les enthousiasmes des autres, il serait plus rationnel, plus digne peut-être, de juger et de sentir par nous-mêmes, de descendre jusqu’au cœur de notre nationalité.28

Le ressourcement spirituel passe par l’appréhension du génie national, à travers la poésie héroïque et patriotique, la biographie versifiée des grands hommes du passé. En ce sens, l’histoire est aussi un mythe, le héros une incarnation de principes supérieurs. Et en ce sens aussi, la poésie, parce qu’elle descend dans ce mystère, est « la meilleure histoire, l’histoire vraiment propre à nationaliser un grand nom, à le faire […] monter jusqu’à l’attention de la foule et vivre dans la mémoire populaire29 ». Elle crée une histoire légendaire, dont le ressort est moral, et non mécanique. Il s’agit, pour le poème, de résumer « complètement notre nationalité30 ». Il illustre le Volksgeist.

La démarche sincère, authentique, interdisait, ainsi, l’imitation servile des modèles épiques traditionnels. Le genre de la « poésie biographique » étant nouveau, Jacquemoud n’a pas pu suivre les traités de rhétorique ; il n’a suivi que son propre sentiment31. Il aimait du reste mieux livrer une poésie modeste mais enracinée dans le sol de la patrie – et « suintant, bien qu’un peu trouble, de la veine avare de mon rocher solitaire32 ». Quant à la route qui suivait l’exemple des grands poètes antérieurs, « le dernier venu peut [la] fréquenter33 ».

On sent percer un mépris pour la tradition classique que Lamartine n’eût pas cru possible en Savoie, bien que Jacquemoud confirmât son idée qu’on y chantait surtout le Moyen Âge. Car l’important, pour Jacquemoud, est de vouer un culte aux ancêtres.

Il avoue, néanmoins, être sensible aux écrivains modernes :

Aujourd’hui […], il règne un nouveau courant d’air intellectuel ; on dirait une sorte d’atmosphère poétique rafraîchie, où les âmes respirent plus amplement, où chacune d’elles puise avec un surcroît d’activité, pour se les approprier et assimiler ensuite selon sa nature individuelle, les molécules du nouveau fluide vital universellement flottantes.34

Jacquemoud ose dire que, mû par le souffle du temps, il s’est attaché « à mettre en œuvre certains éléments poétiques auxquels […] je ne connais pas de précédents en littérature35 » : le désir d’originalité passe avant celui de la reconnaissance. Il s’agissait de trouver, dans l’air plus vif de la littérature contemporaine, les moyens de toucher au cœur du pays natal à travers un homme qui l’avait senti battre dans sa poitrine. D’une certaine manière, le poète devait revivre de l’intérieur cette individualité, pour accéder à sa splendeur intime.

Le résultat est-il à la hauteur des attentes ? Sent-on revivre en soi, à la lecture du poème, le génie de la Savoie ? Louis Terreaux n’a pas été sensible au style de Jacquemoud, dont il critique les phrases compliquées et les « allégories artificielles36 » ; bien qu’il admette chez lui une grande facilité de versification, il conteste la « valeur littéraire » de ses images et « l’accumulation de ses hyperboles37 ». Sans préjuger des qualités objectives de notre poète, cela ressemble à des reproches qu’on eût pu faire à Victor Hugo.

Notes :

1 Mémoires de l’Académie royale de Savoie, tome IX, Chambéry, Puthod, 1839, p. LXVI.

2 Antoine Jacquemoud, Le Comte Vert de Savoie, poëme héroïque, Paris, Prudhomme et Blanchet, 1844.

3 Voir par exemple « Réflexions morales sur le Romantisme, par M. le comte Marin », in Mémoires de l’Académie royale de Savoie, tome IX, Chambéry, Puthod, 1839, p. 239 et suivantes.

4 Op. cit., p. VIII.

5 Ibid.

6 Ibid., p. IX.

7 Ibid.

8 Ibid., p. X.

9 Ibid.

10 Ibid.

11 Ibid., p. XI.

12 Ibid.

13 Ibid., p. XII.

14 Ibid., p. XVII.

15 Ibid., p. XVIII.

16 Ibid., p. XIX.

17 Ibid.

18 Ibid.

19 Ibid., p. XX.

20 Ibid.

21 Ibid., p. XXI.

22 Ibid.

23 Ibid., p. XXIII.

24 Ibid., p. XXIV.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 Ibid., p. XXV.

28 Ibid., p. XXVI.

29 Ibid.

30 Ibid., p. XXVII.

31 Ibid., p. XIII.

32 Ibid., p. XIV.

33 Ibid.

34 Ibid.

35 Ibid., p. XV.

36 Louis TERREAUX (dir.), Histoire de la littérature savoyarde, Académie de Savoie, Documents, deuxième série, tome 2, 2010, La Fontaine de Siloé, Montmélian, 2011, p. 682.

37 Louis TERREAUX (dir.), Histoire de la littérature savoyarde, Académie de Savoie, Documents, deuxième série, tome 2, 2010, La Fontaine de Siloé, Montmélian, 2011, p. 683.

L’épopée du Comte Vert dans la Savoie romantique (1) : Trésal

14135524971_c4e4850a03_oL’épopée nationale a tenté une résurrection en France en prose avec Chateaubriand et ses Martyrs (1809), en vers avec François Parseval (1759-1834) et son Philippe-Auguste (1825) – mais ce « poème en douze chants » manquait, assurément, de personnalité, l’auteur s’efforçant surtout d’appliquer des idées sur le Moyen Âge et d’opposer pesamment le féodalisme et la monarchie absolue1, glorifiée. Il est d’ailleurs remarquable que le féodalisme y soit symbolisé par la fée Mélusine2 : car elle est censée habiter les Alpes. Parseval fait du féodalisme une résurgence du paganisme, et de la monarchie absolue l’expression du christianisme3. Principes classiques, plus que romantiques, même si la part importante laissée à Mélusine crée un merveilleux inspiré du Moyen Âge.

Or, en Savoie, l’on s’efforcera également de glorifier en vers les vieux princes, les ancêtres ou les grands hommes, en les mêlant de merveilleux. D’ordinaire, on regarde les épopées de ce temps comme fades et convenues ; mais la lecture de celles de Savoie ne laisse pas de surprendre par l’agrément qu’on y trouve, et des figures plus vivantes qu’on eût pensé. En particulier, l’opposition entre le merveilleux païen et le merveilleux chrétien n’y est généralement pas aussi figée que chez Parseval, et leur mélange subtil rend le second assez vivant. Il était, peut-être, ressenti de façon plus sensuelle, intime, qu’à Paris, où il était aisément assimilé à l’allégorie, où l’on cherchait avant tout à cerner les idées qu’il exprimait : la monarchie unitaire chez Parseval, les vertus et les vices chez Chateaubriand4. Est-ce l’influence de François de Sales et de sa voie imaginative5 ? Ou de l’art baroque, pratiqué jadis dans le Duché ? Les figures des anges et des saints du ciel, dans la poésie épique savoisienne, avaient volontiers une substance propre : elles donnaient au « monde imaginal », cher à Corbin, une épaisseur.

Le prix de poésie de l’Académie de Savoie de 1837 était consacré au « Comte Amédée VI ou le Comte Vert de Savoie » ; le chanoine Turinaz, futur historien du même Comte Vert, effectua le rapport du prix, non publié. Louis Rendu, dans les Mémoires de l’Académie de 18396, évoquera brièvement le résultat : le premier prix fut donné à un poème épique d’Antoine Jacquemoud (1806-1887), le second à une épopée de Jean-Baptiste Trésal (1790-1873).

Plus âgé que Jacquemoud, Trésal appartenait à la génération de Lamartine et de Louis de Vignet, et son poème porte les marques du néoclassicisme. Il l’a nommé, d’une façon typique, l’Amédéide, et lui a donné cinq chants. Le chanoine Turinaz en salua la pureté formelle et doctrinale, un prix spécial lui fut attribué, en dehors de la donation prévue pour le concours, qui ne comptait normalement qu’un seul prix7. Louis Terreaux en a apprécié le style correct et clair, essentiellement descriptif et rehaussé de mythologie, et en a cité quelques vers significatifs8 :

Non loin du panthéon construit par ses aïeux,
Où Charles-Félix dort au rang des demi-dieux,
Où les nymphes du Lac, sous la vague élargie,
Dans leur palais d’azur soupirent l’élégie,
Bords sacrés à mes yeux, où l’on songe en bateau,
Le passant voit encore un antique château […].
Ô mon Roi, si j’osais !… Je vois sur ces décombres
Des héros, vos aïeux, errer les grandes ombres.

Ressusciter la mythologie pour la dynastie de Savoie avait certainement quelque chose de romantique, même si le classicisme a aussi attribué des nymphes à des lieux familiers – Racine à la Seine par exemple. Trésal était dans la lignée d’Alfonse Delbène, dont le poème portait le même nom. Sa démarche respectueuse des traditions et de la « clarté française » a plu à la critique contemporaine, car il est plus souvent cité que Jacquemoud9, dont Louis Terreaux tend à blâmer la « fougue embrouillée10 ».

Notes :

1 Voir notamment F. A. Parseval, Philippe-Auguste, tome premier, Paris, André & Ponthieu, 1826, p. 5 : le roi « sauva les Français des mortels ennemis / Par l’orgueil féodal en ses états vomis ».

2 Ibid., p. 13-15 : « Un funeste génie […] affermit l’union / Des Belges, des Germains, et des fils d’Albion ; / C’est un monstre échappé des rives infernales. / Si l’on croit des vieux temps les poudreuses annales, / Mélusine, autrefois transformée en serpent, / Traîna d’un corps hideux le volume rampant. […] Près des Alpes, aux pieds de ces monts dont les cimes, / En menaçant les cieux, pendent sur des abîmes, / Il est un antre affreux […] / Dont elle a fait longtemps son terrestre séjour. » Or Satan lui ordonne de faire « triompher partout le pouvoir féodal » (p. 14).

3 Si Mélusine la « fée » est le génie du féodalisme, Philippe-Auguste consulte sainte Geneviève, patronne de Paris, qui lui livre un oracle (p. 13).

4 Cela peut être compris à partir d’extraits divers du Génie du christianisme : « Dans toute Epopée, les hommes et leurs passions sont faits pour occuper la première et la plus grande place. Ainsi, tout poème où une religion est employée comme sujet, et non comme accessoire, où le merveilleux est le fond et non l’accident du tableau, pèche essentiellement par la base » (Génie du christianisme I, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, p. 225). Cela ne revient-il pas à faire du merveilleux ce qui exprime les « passions » humaines, et les accompagne comme une figure de rhétorique ? Il reproche à Klopstock d’avoir pris le merveilleux comme sujet (p. 236), et condamne les personnifications de la nature (p. 318), ne voulant permettre « l’allégorie » qu’aux « vices » et aux « vertus » (p. 317). Son christianisme hostile au panthéisme était plus néoclassique que romantique. La Terre, vide de féerie, n’était occupée que par des hommes qui, assez mécaniquement, tenaient au ciel par leurs vertus, aux enfers par leurs vices (p. 324). Même la « magie » est condamnée comme n’étant pas « d’un goût assez pur » parce qu’elle « emprunte quelque chose de son pouvoir aux hommes » (p. 328). Le merveilleux qu’il propose est écarté du monde humain.

5 Cf. l’article « François de Sales et l’imagination créatrice » ci-dessous.

6 Mémoires de l’Académie royale de Savoie, tome IX, Chambéry, Puthod, 1839, p. LXVI-LXVII.

7 Ibid., p. LXVII.

8 Louis TERREAUX (dir.), Histoire de la littérature savoyarde, Académie de Savoie, Documents, deuxième série, tome 2, 2010, La Fontaine de Siloé, Montmélian, 2011, p. 679.

9 Philippe Paillard, évoquant le genre de l’épopée dans la Savoie du temps, ne cite que celle de Trésal, « un des meilleurs et rares exemples ». Cf. « Poètes et poésies en Savoie à l’époque de la restauration sarde » in Culture et pouvoir en Italie et dans les États de Savoie de 1815 à 1860, Cahiers de civilisation alpine, Universités de Turin et de Savoie, Éditions Slatkine, 2000, p. 92

10 Louis TERREAUX (dir.), Histoire de la littérature savoyarde, Académie de Savoie, Documents, deuxième série, tome 2, 2010, La Fontaine de Siloé, Montmélian, 2011, p. 679.

Tarentaise des songes

Souvent, on fait des voyages culturels dans des lieux prestigieux, consacrés par la tradition : on se rend en Grèce, accomplissant le pèlerinage des hauts lieux de la vie spirituelle antique – ou même à Paris. On peut aussi effectuer des parcours spécifiquement littéraires, et j’ai essayé d’en formaliser un avec mon livre De Bonneville au mont Blanc1, qui reprend les textes des écrivains qui ont remonté le cours de l’Arve pour contempler ce pilier du monde qu’est le mont Blanc – et parlé, bien sûr, de ce qu’ils ont vu.

Je suis allé il y a quelque temps à Bourg-Saint-Maurice, en Tarentaise, pour dédicacer mes Muses contemporaines de Savoie2, livre consacré aux écrivains contemporains de Savoie et de Haute-Savoie. Sur le chemin, mille noms pour moi sacrés me sont apparus : car on le sait peu, mais la Tarentaise fut une terre riche en auteurs qui glorifiaient tantôt leur vallée, tantôt la Savoie en général, et écrivaient des choses fabuleuses.

Ainsi, le nom de Hauteluce me rappela instantanément Jean-François Ducis (1733-1816), le dramaturge qui à Paris adapta Shakespeare et puis chanta ce village de ses ancêtres en vers assez élégants et purs3. Un peu plus loin, Saint-Paul-sur-Isère fit renaître le souvenir en moi de Louis Dimier (1865-1943), le critique d’art qui, magnifiquement, rejetait l’inspiration nationale, n’admettant pour inspirateur que le Saint-Esprit se liant individuellement aux artistes4, et qui passa les dernières années de sa vie à Saint-Paul : il écrivit une histoire de la Savoie qui insistait sur les particularités remarquables de l’ancien Duché5.

Notre-Dame de Briançon et la haute cascade de Napelouze me rappela la forteresse de Briançon que Jacques Replat (1807-1866) peint de façon sublime dans son Siège de Briançon6.

Pour Moûtiers, capitale historique de la Tarentaise, j’y ai vu l’ombre de deux écrivains qui y sont nés et que je trouve sublimes : Antoine Jacquemoud (1806-1887), auteur d’une épopée en alexandrins sur le Comte Vert, qui bien sûr le glorifiait, le faisant bénir par les anges7 ! Et François Arnollet, qui, né en 1862,  composa un drame barbare mais flamboyant sur le peuple antique de la Tarentaise, les Keutrons8, les montrant invoquant leurs dieux et combattant des Romains animés par des entités monstrueuses de l’ombre, cherchant à faire tomber sur ceux-ci des blocs de roche de hauteurs que je pouvais moi-même, alors, contempler. Il leur fit même prononcer maintes prophéties devant immanquablement s’accomplir !

A mesure que je progressais dans la vallée, mon esprit ramenait du souvenir ces fabuleuses images, arrachées jadis aux profondeurs du rêve. La Tarentaise a sa mythologie propre. Arnollet a même donné à l’Isère un créateur sacré : l’archange Mikaël, dans un poème imité de Hugo : abattant Lucifer, il fit sortir la divine rivière de sa plaie9 !

Cela a plus de valeur qu’on ne l’admet en général.

Notes :

1. Samoëns, Le Tour, 2009.

2. Samoëns, Le Tour, 2010.

3. Voir Jules PHILIPPE, Les Poètes de Savoie, Annecy, Jules Philippe, 1865, p. 53-71 .

4. Voir Louis DIMIER, Le Nationalisme littéraire et ses méfaits chez les Français, Paris, Corrêa, 1935.

5. Louis DIMIER, Histoire de Savoie, des origines à l’annexion, Paris, Nouvelle Librairie nationale, 1913.

6. Jacques REPLAT, Le Siège de Briançon, Samoëns, Le Tour, 2003 (réédition).

7. Antoine JACQUEMOUD, L’Épopée du Comte Vert, Paris, Prudhomme et Blanchet, 1844.

8. François ARNOLLET, Les Keutrons, Moûtiers, Darentasia, 1889.

9. François ARNOLLET, La Chanson de l’Isère, Moûtiers, Ducloz, 1890.