À propos

Les Lettres du mont-Blanc sont rédigées par Rémi Mogenet, docteur en littérature à l’université de Savoie. Elles évoquent abondamment la littérature de l’ancienne Savoie. Mais elles suivent le parcours de leur auteur, intéressé en outre par les littératures francophones et régionales, le Merveilleux antique, médiéval et moderne, et la poésie contemporaine, thèmes sur lesquels il a rédigé livres, articles, préfaces et mémoires. Le Romantisme, le Classicisme,  les littératures francophones et régionales ainsi que le Merveilleux à travers les âges et les lieux sont ses spécialités. Il publie également des ouvrages littéraires, poésie ou récits.

Titulaire d’une Maîtrise de Littérature comparée portant sur les relations entre la Magie et la Science chez les écrivains Gérard Klein, J. R. R. Tolkien et H. P. Lovecraft, d’un D. E. A. d’Études anglaises portant plus spécifiquement sur The Lord of the Rings de J. R. R. Tolkien, il a rédigé sa thèse sur la question de la dimension mythologique de la littérature de l’ancienne Savoie. Elle a été brillamment soutenue en décembre 2018. Elle portait en particulier sur le Romantisme, mais intégrait une réflexion sur l’esthétique de François de Sales et son influence sur la littérature postérieure.

En quête d’un emploi aux États-Unis, il perfectionne son anglais sous la direction quotidienne de sa fiancée, l’universitaire Maria Ann Noland, et souhaiterait proposer deux Upper Level Classes, correspondant à ses spécialités :

1. Myth-making in French and Francophone Romanticism

According to Karl Wilhelm Friedrich von Schlegel (1772-1829), one the main founders of Romanticism in Germany, poetry finds its secret goal in the elaboration of new myths, then organized into a mythology; and this in turn is the essence of a knowledge deeper than any reason can elaborate. Even if this idea was fruitful mostly in Germany and Great Britain, some French speaking writers also adopted it.
In France, Victor Hugo (1802-1885), Alphonse de Lamartine (1790-1869), Alfred de Vigny (1797-1863), and Gérard de Nerval (1808-1855) made great works of literature grounded on these principles. In Belgium, Charles De Coster (1827-1879) wrote his Ulenspiegel Legend, beautiful local epic. In Quebec, Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) wrote his Legend of a People. In Savoie, Brittany, Franche-Comté, and Provence, local writers did the same. More recently, French-speaking writers in African countries such as Mali and Guinea published their own versions of the Epic of Soundiata, which was transmitted through the griots’ voices for centuries. Thus, Romanticism, in the sense Friedrich von Schlegel understood it, revolutionized French speaking literature, opening it to new horizons, helping it to find at last a global reach through poetry and creativity.
Dr. Rémi Mogenet, PhD, specializes to this question, defended a thesis about mythological inspiration in Savoie, and has written articles and books about mythological inspiration there and elsewhere.

2. Religious Mysticism and the Marvelous in 17th Century France

Catholic mysticism, in 17th century France, conceded an important part of its practices to the imagination of the spiritual world. Not only, in the context of the Counter-Reform (1530), its devotees needed to understand the Gospel, but they also had to vividly imagine all its parts. Moreover, the symbols, the saints in the heavens, the angels, the Christ himself, standing beyond the veil of physical world, had to be intimately represented, in order to increase devotion and wonder before the mysteries of God. But soon the meditation about symbols and miracles appeared to be beyond ordinary reason in its depth, and it was articulated with the rejection of natural reason, about the comprehension of the mysteries themselves. Awe and wonder had to be prevalent.
Women, in particular, developed this type of devotion, influenced by Francis of Sales, whom C. S. Lewis considered to be the best religious writer. The mystic Mrs. Guyon, following in Sales’ footsteps, wrote books and elaborated a way of devotion even more impregnated with awe beyond reason. Fénelon, the author of The Adventures of Telemachus, supported her and wrote tales for royal children, seeing the marvelous as potentially educational: it led souls towards hidden truths, and to God. Soon, also under the influence of the great writers of the time (Pierre Corneille, Jean Racine, Molière, and Jean de La Fontaine), a new genre – the fairy tale – came into its own, full of a child-like spirit that was not concerned with penetrating the mysteries with the brain as much as with the heart. Charles Perrault published his own in 1697, and Mrs. d’Aulnoy hers in 1698. A great literary movement was born that would last until the French Revolution, when, under the influence of Illuminism, it would retreat back into mysticism and esotericism, mostly with Jacques Cazotte and Louis-Claude de Saint-Martin.
Dr. Rémi Mogenet, PhD, offers to teach an upper level course on this movement which was concomittant to French Classicism, since he specializes in the thought and works of St. Francis of Sales and his successors, as well as the marvelous in general.

8 réflexions sur « À propos »

  1. Merci pour la discussion sur J.R.R. Tolkien sur un autre fuseau. Etant moi-même d’origine savoyarde (bien qu’exilé pour raisons professionnelles depuis longtemps), je ne peux qu’apprécier.

    J’espère avoir l’occasion de parcourir le reste de votre carnet, car les noms d’Amédée VI, Sales, Mistral, Maistre, Teilhard de Chardin (et j’en oublie) me parlent également.

    1. Je pense que je me suis intéressé à la littérature savoyarde parce que je lui ai vu des liens forts avec l’oeuvre de Tolkien, que j’adorais. Je le cite d’ailleurs au début de ma thèse, pour soutenir cette tradition littéraire savoyarde, qui avait largement pour caractéristique de concilier, ou tenter de concilier le merveilleux païen et le merveilleux chrétien, ou la morale chrétienne du moins. Il y a par exemple un certain Maurice Dantand, qui dit que les dieux de l’Olympe sont issus d’unions entre les anges terrestres devant s’occuper du règne végétal et les filles d’Adam et Eve : il raconte toute leur histoire, dans L’Olympe disparu, et la mêle à celle des anciens Germains (et au Chablais), mais avec un style imité de Virgile. Amédée VI a fait l’objet d’épopées chrétiennes dans lesquelles on trouve des anges, notamment un qui préside aux tempêtes depuis les montagnes, et obéit à Dieu pour les déclencher. Je m’apprête à rééditer cette épopée particulière, appelée Le Comte Vert de Savoie. J’ai aussi réédité des textes de Jacques Replat qui mêle le merveilleux païen et le merveilleux chrétien. Joseph de Maistre était au fond aussi dans cette perspective, il avait des tendances à ce qu’il appelait lui-même la mythologie chrétienne, et tendait à réhabiliter à la fois le catholicisme et les religions païennes contre le rationalisme des Lumières. Et Mistral encore mêlait le catholicisme à la mythologie gauloise, les anges aux esprits élémentaires. Mais il n’était pas savoyard ! Pas plus que Pierre Teilhard de Chardin, qui néanmoins se réclamait d’un “panthéisme centré” encore curieux à cet égard. François de Sales aimait le merveilleux chrétien, lui aussi, il le disait nécessaire à l’élévation intérieure, je pense qu’il y a un rapport avec Tolkien. C. S. Lewis a fait l’éloge de François de Sales (consacré par les anglicans), il l’aimait beaucoup. Je crois vraiment à un catholicisme savoyard mêlé de paganisme moralisé dans l’esprit de Tolkien.

      1. Je lirais très volontiers cette épopée du _Comte Vert de Savoie_, dont je dois bien admettre que je n’ai jamais entendu parler auparavant. Même chose pour _l’Olympe disparu_, merci pour ces références.

        Quant à l’ange qui commande aux tempêtes, c’est très intriguant. N’est-il cité que dans cette épopée ? Cela m’évoque la divinité ossète Watsilla (Уацилла), dont le nom désigne St Elie, qui gouverne la pluie et l’orage, et protège la moisson. (Bon nombre de personnages divins ossètes ont vu leurs légendes survivre après qu’ils aient christianisé leur nom : ainsi Donbettyr [St Pierre] est-il le maître des eaux, ou Tutyr [St Théodore de Tyr] celui des loups.)

        1. A ma connaissance cet ange des tempêtes n’est cité que dans cette épopée. Mais je pense que dans l’esprit du poète, Antoine Jacquemoud (il était de Moûtiers, de quelle partie de la Savoie êtes-vous ?), il s’agissait, bien sûr, de christianiser les intelligences de la nature, ou les intelligences cosmiques, sur le modèle de Chateaubriand, ou dans la foulée de Chateaubriand, que dans sa préface Jacquemoud cite. A la même époque, où un peu auparavant, un autre auteur savoyard assez romantique, Léon Ménabréa, avait établi dans un article resté célèbre (localement) la hiérarchie des démons, et un rang était l’auteur des tempêtes et orages, regroupé sous le nom de Mérérim. Or il y avait une pensée providentialiste, issue de Joseph de Maistre, qui faisait finalement même des démons les agents de la volonté divine. En tout cas les Savoyards voulaient appréhender les esprits de la nature tout en les christianisant, c’est ce qui chez eux est beau, et rappelle Tolkien. Pour autant, on ne vénérait pas cet ange des tempêtes, on vénérait plutôt les saints thaumaturges réputés calmer les tempêtes, parfois les prêtres étaient réputés commander aux éléments, aussi – pouvoir calmer les tempêtes. Jacques Replat en donne un bel exemple, dans Bois et vallons.

  2. Vous ai-je déjà dit que j’adore vos Lettres du Mont-Blanc, et que chaque fois que je tombe dessus par hasard ou que j’y pioche à escient j’en reste tout éblouie…

Répondre à Elendil Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le carnet de Rémi Mogenet sur la littérature de l'ancienne Savoie

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search