Jean-Alfred Mogenet, poète de Samoëns (5) : hyperboles et métaphores

p-78-79Dans sa poésie, Jean-Alfred Mogenet était chiche d’adjectifs et d’adverbes. Mais il pratiquait l’hyperbole. Les mots « mille », « jamais », tous », reviennent sous sa plume. En l’honneur de la Jaÿsinia, il dira :

On vey sourti mille plantes novales,
Mille boquets qu’on avey jamais vius.
1

Les oratoires perçoivent, eux, « tous les mystères du vieux temps ».

Pour la Lampe à huile, une hyperbole est accompagnée d’une comparaison confirmant sa dimension religieuse :

Pet mais d’ion al y-avey la place
Qu’a la lampa des sacrements,
Al y-avey pet le fare face
Mille reliques du v’ye temps.2

Les comparaisons et métaphores sont assez nombreuses et riches. Les vers comparent les rêves à des « papillons en voyage »3, leur rendant une vie que la psychologie moderne leur a fait perdre. La goutte d’eau dont se sert l’oiseau pour ressusciter une marguerite est dite briller « comme un grain d’argent » : elle en devient magique. Les croix ont semblablement « le brillant verni de l’or » et les dentelles sur lesquelles elles reposent « valent souvent un trésor ». Pour la vieille horloge,

Près du plafond son cadran brille
Et tint solet à la famille ;
[…]

Alignat contre la mouraille,
E dépasse tot de sa taille ;
On crey vi, tant é se tint drey,
On grenadi du temps dés rey.4

La comparaison sert à la fois à glorifier et à personnifier : pour Jam tout être glorieux doit avoir une âme !

Le clocher a un chant « pareil à un coup de tonnerre » et est comparé au « phare sur la grève » qui voit

les vagues en cadence
Creytre et mouri su l’océan5

Le clocher, lui, voit les générations naître et mourir… Le poète se fait philosophe.

Les « temps nouveaux » sont assimilés à un « ouragan » – et implicitement, à de barbares envahisseurs :

Lou temps novés ant des airs mais que sombres ;
Su leu shemin on peshhey que décombres ;
Y massacrant l’uvra é devantis
Man l’ouragan abat lou v’ye noyis.6

Ce sont des destructeurs universels.

Au contraire, quand le soleil brille sur les Vieilles maisons, il y jette de l’or :

Sous rayons rossets, pet les rendre
Sesshes et de de bouna façon.
Ant pas pur d’ey fare détiandre
L’or qui sénant su la meshhon.7

La fontaine traditionnelle est plus belle que des verres à champagne :

Fé u temps des reys de Sardagne
Al a consarvâ sa fréshieu.
Lous verres qu’on bey le champagne
Ant pas l’ensemble pe gracieux.8

Mais les comparaisons peuvent aussi se faire dépréciatives, lorsqu’il s’agit d’objets nouveaux, liés au progrès :

A sa place on bec électrique
Ey peusse man on ran de pey.9

Les objets religieux reflètent, eux, le « paradis », ou montrent le pays des « rêves inconnus » :

Sa purta a z’u pet modèle
La vrai purta du paradi […] ;
Son polet vet le ciel attire
L’ouet vet des réves incougnius […].10

Les images parfois confinent au fantastique et deviennent visions. Après avoir vu la poussière sauter « comme des abeilles » au passage du balai, Jam a soudain peur d’être pris de folie :

La niola que le détérâve
Avey prey le biau tiant rosset
Du rayon de solet qu’entrâve
En shalnant le lan d’on volet.

D’ai cru, tant le pêle étey roje,
Que d’étieu u mêtan d’on for,
Poure me ! d’ai cru que la plioje
Shi nos tombâve en prevets d’or.11

Folie ou non, illusion ou pas, le balai n’en fait pas moins des sortes de miracles : son action transfigure la chambre !

Une image suggestive est également présente pour La Lampe à huile :

A l’vi shalmâ on ar pu crère.
Qu’on rayon du solet ceushant
Courieux de shershi on mystére
S’ir lashhia enfremâ dedian.12

Petit mythe qui accompagne l’idée de lampe magique :

Car pas pe tou qu’al éclairive
A travers le pêle endremi
L’ambra du réve s’alignive
Cota tot çan qu’on povey vi.13

Elle ajoute le monde invisible au monde visible. La métaphore chez Jam a une fonction qui va plus loin que l’ornement : elle se lie, comme chez les meilleurs poètes, au pays intérieur, dont l’extension est mystérieuse.

Notes :

1 « On voit sortir mille plantes nouvelles, / Mille fleurs qu’on n’a jamais vues. »

2 « Pour plus d’un, elle y avait la place / Qu’a la lampe des sacrements, / Il y avait pour lui faire face / Mille reliques du vieux temps. »

Les Moutons blancs.

4 « Près du plafond son cadran brille / Et tient lieu de soleil à la famille. / […] Alignée contre le mur, / Elle dépasse tout de sa taille ; / On croit voir, tant il se tient droit, / Un grenadier du temps des rois. »

5 « les vagues en cadence / Mourir et croître sur l’océan. »

6 « Les temps nouveaux ont des airs plus que sombres ; / Sur leur chemin on ne perçoit que des décombres ; / Ils massacrent l’œuvre des générations précédentes / Comme l’ouragan abat les vieux noyers. »

7 « Ses rayons jaune roux, pour les rendre / Sèches et de belle allure, / N’ont pas peur d’y faire déteindre / L’or qu’ils sèment sur la moisson. »

8 « Faite au temps des rois de Sardaigne / Elle a conservé sa fraîcheur. / Les verres dans lesquels on boit le champagne / N’ont pas un ensemble plus gracieux. »

9 «À sa place un bec électrique / Y pousse comme une rame de haricots. » (Le Bec verseur.)

10 « Sa porte a eu pour modèle / La vraie porte du paradis […] ; / Son coq vers le ciel attire / L’œil vers des rêves inconnus. » (La Chapelle du Bérouze.)

11 « Le nuage qu’il déterrait / Avait pris le beau teint doré / Du rayon de soleil qui entrait / En étincelant le long d’un volet. / J’ai cru, tant la chambre était rouge, / Que j’étais au milieu d’un four. / Pauvre de moi ! J’ai cru que la pluie / Chez nous tombait en grosses poussières d’or. »

12 « À la voir faire des éclairs on aurait pu croire / Qu’un rayon du soleil couchant / Curieux de chercher un mystère / S’était laissé enfermer dedans. »

13 « Car pas plus tôt qu’elle éclairait, / À travers la pièce principale endormie, / L’ombre du rêve s’alignait / À côté de tout ce que l’on pouvait voir. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.