Jean-Alfred Mogenet, poète de Samoëns (4) : la personnification du monde

Le style de Jean-Alfred Mogenet se distingue par un procédé qui relève peut-être de la croyance, tant il est récurrent : la personnification. Tout chez lui a une âme. Et une âme intellective, comme eût dit Thomas d’Aquin : douée d’intentions et de raison. Il en fait l’objet de son espèce d’apologue sur une Goutte d’eau, puisqu’il s’agit d’un oiseau qui, découvrant une fleur fanée, s’en attriste :

Pruva qu’al t’ey pas de la race
D’isés que fant ran que shantâ.1

Il a aussi une conscience ! La peine qu’il éprouve le pousse à courir pour aller chercher une goutte d’eau :

Jamais pet sogni na malâda
On méd’cin a coru ashh fort.
[…]
Al avey la téta penshia

Su liey d’on air de dire : bey.
2

L’oiseau ressent une compassion tout humaine. Or, Jam assure avoir été directement témoin de ce phénomène. La nature était à ses yeux imprégnée d’humanité.

Les animaux domestiques se comportent volontiers comme des hommes : le coq en particulier imite son propriétaire.

Mais le plus étonnant est l’âme que notre poète attribue aux objets. Ils ont une volonté délibérée. Ainsi, la croix du chemin :

Pet casshi son air de misère,
On la vey, en tôte sêyon,
Se crevi de follyes de lière […].

Le béney, u louan dian la planna,
La meshhon, lou shamps, lou fourrés ;
U passant qu’avance avoué panna,
On la vey tendre lou dou brés
.3

Les oratoires pareillement :

Sans répi y-ey montant la garda
Su le passâje é pélérins.
4

Idolâtrie ? Pour l’Église, les objets sacrés sont des signes renvoyant à la divinité ; pour Jam, l’objet lui-même a une âme.

Le clocher est un « penseur triste » qui

contemple en silence
Les générations qui s’en vant.
5

Pour la chapelle du Bérouze :

Mio que lous amis de passâje,
Le vindra pliorâ nutra mort.
6

Il a une confiance profonde dans les symboles religieux ; plus étonnante est l’âme qu’il attribue aux outils. Il concède, à propos du rouet, qu’indubitablement leur vie intérieure émane des vieux qui les ont utilisés : il ne lui donne pas d’autre origine. Les sentiments de ceux qui les possèdent sont transférés sur eux, comme pour la Luge à roues :

L’est tant vilye ! L’a renoncia
Tot de bon à se fare vi7

La lampe à huile tient presque le rôle d’un ange gardien :

Dian l’temps s’est tey fé on affare
Qu’é sey pas zu premi témouan ?
Et, atant qu’al a pu ey fare
A t’é pas aidia mon rir’grand ?

Poué t’ey pas lui qu’a éclairia
Le shemin devant me le jor
Que d’m’engrenâve dian la via
En tâtenant tot alentor ?8

Elle était une aide, un secours. Elle prenait soin des hommes. Le poète s’adresse à elle, la supplie de flamboyer à nouveau :

Ravia-te, moutra me, y presse,
Le shemin de l’Eternitâ.9

Sa fonction religieuse est claire.

La brouette est « ennuyée d’être calomniée » ; le pique-feu s’est « tordu la gueule » (en cherchant à manier les bûches).

Le balai peut nettoyer l’esprit aussi bien que le plancher : il a une fonction psychique, lui aussi. Et que dire de la louche, qui se déplace dans la soupe comme un poisson ?

L’y-est à se n’éye ; le s’ey r’gollye,
L’ey plonje, l’ey bey, l’ey bômey10

Avec ardeur, elle lutte contre les légumes point encore écrasés dans la soupe, malgré leurs supplications :

Lous shus ant biau queriâ « arréta »
Sans pedia l’en fâ na pélâ.11

Trait épique : souvent les héros chez Virgile tuent des hommes qui les prient de n’en faire rien.

Les légumes ne sont pas les seuls végétaux à avoir une pensée et à pouvoir l’exprimer ; l’herbe délibérément entoure les croix :

Près de liey, l’herba vint pe hiauta
Pet l’ufri l’encens des boquets.12

Un sentiment religieux l’anime.

Le nuage se mire et se coiffe dans l’eau du lac. Et les rochers ont des songes que la bergère perçoit :

La berjire vet s’asta pet soprendre
Çan qu’y révant […].
13

La bise, de façon plus classique, chante « en berçant les sapins ».

Le célèbre Gros Tilleul, couvert de neige, ressemble à un prince :

Hablia man çan, biau man on grand d’Espagne,
Le Tlly alors a l’air que le convint,
L’air que convint u rey de la montagne14

Il est même comparé à un géant :

Serjia de ney, é plane su la place
En élanjant sou grous brés vet le ciel,
E fâ l’effet d’on bon géant que passe
Dian na niola et qu’béney lous mortels.15

L’image du géant revient lorsqu’il défie l’orage :

Sûr de lui, y-est per lui na féta
De luttâ aoué la tempétâ
Qu’é semble menashhi de louan
En montrant sou brès de géant.16

C’est un exemple assez rare, chez Jam, d’allusion à la mythologie. Le Gros Tilleul le méritait tout particulièrement. Notons qu’en bénissant il acquiert à son tour une aura religieuse.

Le Criou fait pareillement l’objet d’une célébration, au moyen de différentes images laudatives : il se couvre au lever du soleil « d’épis d’or » mieux que le ne ferait un « diamant » : c’est tout comme si, sautant de leurs « barrières », « les étoiles descendaient en cascade ». Il ressemble à un « bloc de cristal », et la « gloire » le couvre : le mot est à prendre dans son sens religieux. Et il est tel qu’un « drapeau planté sur le monde » – l’emblème de l’univers. Jam aura été difficilement plus grandiose, dans ses éloges : le Criou suscite en lui une vraie dévotion.

Des bois, il crée un tableau fabuleux :

Quand per dessus on biau solet épanshe
Sous prevets d’or et le tiant des canons,
Et qu’on lous vey, man çan, pet moué, en ranshe,
On a l’idée qu’y-est bin des bataillons.

Des bataillons que semblant voley prendre
On grou élan pet fare assaut u ciel,
Çan qu’ey dit preux et qu’ey baille à comprendre
Y’est que, lé-bas, Giffre bat le rappel.17

L’appel du torrent semble confirmer qu’un mythe est en train de se créer, que Jam veut forger une image de légende. Mais le rapport peut-être manque d’évidence : s’il avait évoqué des esprits infraterrestres habitant les arbres pour les pousser effectivement à attaquer le ciel, on aurait plus cru à de la mythologie. Il ne va pas jusque-là : il ne s’embarrassait d’aucune idée ésotérique. Même les croyances propres au folklore, qu’on trouve chez Amélie Gex, n’ont pas chez lui d’entrée significative. Il ne fait que créer des images pour traduire un sentiment. On doit néanmoins reconnaître qu’elles lui sont propres : il a une originalité appréciable. Moins imprégné de merveilleux que l’auteur du Dit de la couleuvre, il ne laisse pas de surprendre par son inventivité.

Ce qui tendrait à faire croire qu’il accordait sincèrement une âme aux choses, cependant, est qu’il allait jusqu’à attribuer des intentions au temps et aux saisons.

Ainsi, dans La Lampe à huile :

Le temps, tot le lan su la rota,
S’en va d’l’avant sans se rev’ri :
Tant pis se quâqu’ran dey sa l’hotta
S’pérd et vint à shèdre dérri.18

Le temps est ici un personnage à figure humaine ; il doit d’ailleurs se cacher pour jeter un objet non obsolète : il a des vices.

Le printemps est personnifié à la manière antique :

Son soffle tant que dian les tannes
Passe en déjalant les fontannes
Et l’éd’ye ey coule à son signal
Man du cristal.19

Divinité qui crée de la merveille, elle est bien aidée par le rejet en fin de strophe d’un vers plus court instaurant une heureuse comparaison…

L’hiver est plus inquiétant :

Perdian lous prâs et les revenes
L’hiver remonte son trosset
Volor é va dian les épenes
Robâ é mèrles leu sebliet.20

Un peu plus loin, dans le poème consacré à la même saison, le soleil a les yeux en colère…

De façon plus conventionnelle, le hasard rappelle la déesse Fortune des anciens Romains :

Maître du shemin, est pas tendre
Pet cé que vit pas à l’écart.
21

Si la personnification la plus belle est peut-être celle du printemps, la plus originale est sans doute celle de l’ombre :

L’ambra y-a pur, l’ey fâ la mourta
Dérri lous moubles vermolus.22

La peur qu’elle inspire soudain est celle qu’elle possède ! Mais elle peut aussi agir :

Coup su coup quand yena se pensshe
Se n’ambra saute tant qu’u tey.
23

L’opposition dans les mouvements la rend particulièrement vivace.

Il est clair que ces personnifications ont pour but d’ennoblir un environnement. Pourtant, il doit s’y mêler une forme d’animisme, car les hyperboles ne sont pas excessivement nombreuses.

Nous les étudierons la semaine prochaine.

Notes :

1 « Preuve qu’il n’était pas de la race / Des oiseaux qui ne font rien que chanter ». (Cette traduction, et celles qui suivent en note, sont généralement de Marc Bron.)

2 « Jamais pour soigner une malade / Un médecin n’a couru aussi vite […] ; / Il avait la tête penchée / Vers elle d’un air de dire : bois. »

3 « Pour cacher son air misérable, / On la voit, en toute saison, / Se couvrir de feuilles de lierre […]. / Elle bénit, au loin dans la plaine, / La moisson, les champs, les fourrés ; / Au passant qui avance avec peine, / On la voit tendre les deux bras. »

4 « Sans répit ils montent la garde / Sur le passage des pèlerins. »

5 « vont ».

6 « Mieux que les amis de passage, / Elle viendra pleurer notre mort. »

7 « Elle est si vieille ! Elle a renoncé / Pour de bon à se faire voir. »

8 «  Autrefois, s’est-il fait une affaire / Dont elle ne fût le premier témoin ? / Et autant qu’elle a pu le faire,  / N’a-t-elle pas aidé mon arrière-grand-père ? / Puis n’est-ce pas elle qui a éclairé / Le chemin devant moi le jour / Où je m’engageais dans la vie / En tâtonnant tout alentour ? »

9 « Rallume-toi, montre-moi, cela presse, / Le chemin de l’Éternité. »

10 « Elle y est à son aise, elle s’y ébroue, / Elle y plonge, elle y boit, elle y vomit. »

11 « Les choux ont beau crier : « Arrête », / Sans pitié elle en fait une bouillie. »

12 « Près d’elle, l’herbe pousse plus haut / Pour lui offrir l’encens des fleurs. »

13 « La bergère va s’asseoir pour surprendre / Ce qu’ils rêvent » (La Bourgeoise)

14 « Habillé comme cela, beau comme un grand d’Espagne, / Le Tilleul alors a l’air qui lui convient, / L’air qui convient au roi de la montagne. »

15 « Chargé de neige, il plane sur la place / En allongeant ses gros bras vers le ciel, / Il fait l’effet d’un bon géant qui passe / Dans un nuage et qui bénit les mortels. »

16 « Sûr de lui, c’est pour lui une fête / De lutter avec la tempête / Qu’il semble menacer de loin / En montrant ses bras de géant. »

17 « Quand par-dessus un beau soleil épanche / Ses grosses poussières d’or et le teint des canons / Et qu’on les voit, comme cela, par tas, en rang, / On a l’idée que ce sont bien des bataillons. / Des bataillons qui semblent vouloir prendre / Un gros élan pour prendre d’assaut le ciel. / Ce qui le dit bien et qui le donne à comprendre / C’est que là-bas, le Giffre bat le rappel. »

18 « Le temps, tout au long de sa route, / S’en va de l’avant sans se retourner : / Tant pis si quelque chose de sa hotte / Se perd et vient à tomber derrière. »

19 « Son souffle, jusque dans les grottes / Passe en dégelant les fontaines / Et l’eau y coule à son signal / Comme du cristal. »

20 « À travers les prés et les ravines / L’hiver remonte son trousseau ; / Voleur, il va dans les fourrés / Dérober aux merles leur sifflet. »

21 La Lampe à huile. (« Maître du chemin, [il] n’est pas tendre / Pour celui qui ne vit pas à l’écart. »)

22 « L’ombre a peur, elle fait la morte / Derrière les meubles vermoulus. »

23 La Veillée. (« Coup sur coup, quand une se penche, / Son ombre saute jusqu’au toit. »)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *