Charles-Albert de Savoie ou le « Hamlet italien » (6) : la consécration de Costa de Beauregard

Le plus vibrant hommage qui ait été rendu au roi Charles-Albert, en littérature, fut constitué par les deux tomes de Charles-Albert Costa de Beauregard (1835-1909) racontant sa vie : La Jeunesse du roi Charles-Albert paraît en 1889, Les Dernières Années du roi Charles-Albert en 1890. Dans le premier volume on apprend que le futur roi fut un jeune homme tourmenté, profondément blessé par l’abandon de sa mère, qui l’avait envoyé loin d’elle lorsqu’elle s’était remariée. Dans le second, on l’observe une fois installé sur le trône. L’auteur affirme qu’il cherchait surtout à sauver la religion et la royauté en prenant la tête du mouvement italien. Il le montre versatile, mystique, velléitaire, plein de songes qu’il ne parvient pas à réaliser.

Un passage trouble, tragique, manifeste l’amertume de sa destinée : il le montre à Milan, pourchassé par les insurgés milanais qui lui en veulent d’avoir capitulé devant l’Autriche :

Toutes les troupes piémontaises étaient en retraite, à l’exception du bataillon qui devait faire la remise de la Porte Romaine à l’ennemi.

Quant au Roi, vers deux heures du matin, après avoir sommeillé quelques instants, il repartait à pied, entouré de la même escorte de bersaglieri qui l’avait sauvé.

Des cris furieux retentirent de nouveau, et une hideuse troupe se met à courir vers la Porte Vercellina, en suivant des rues parallèles à celles que prenait le Roi. De tous côtés, les coups de fusil repartent. Les cloches recommencent à sonner le tocsin. Çà et là, quelque incendie rougit encore la nuit.Vraiment la scène est terrible.1

Costa de Beauregard pensait que l’esprit d’un homme se plaçait dans toutes ses actions et que l’histoire par conséquent ne s’éclairait que par la dimension personnelle et humaine donnée aux faits.

Le mystère de l’âme toujours hésitante de Charles-Albert fut percé, selon lui, par ses liens avec une visionnaire savoyarde qu’il avait dotée pour qu’elle entre au couvent et qui, malade, logeait à Cognin. Là, elle écrivait des lettres qui arrivaient jusqu’à Turin, au palais royal, et qui faisaient grande impression sur le roi. En effet :

Une âme, ou plutôt un cœur de femme mystique ne peut s’exalter à demi. Perdue sans cesse dans une prière voisine de l’extase, la Sœur Marie-Thérèse en était venue à confondre dans un même amour séraphique Dieu et le Roi. Bientôt, elle crut voir un symbole dans cette main charitable qui s’était tendue vers elle. Cette même main devait se tendre à tout un peuple opprimé. Et s’exaltant de plus en plus de tous les bruits politiques qui circulaient autour d’elle, les apparitions, pour la voyante, succédèrent aux visions. Le secret de Dieu, qu’elle n’avait que deviné jusque-là, la Sœur Marie-Thérèse crut l’entendre. Dieu appelait le roi Charles-Albert, le bienfaiteur de l’humble religieuse, à jouer un grand rôle dans l’histoire. La Vierge elle-même intervenait pour tracer au libérateur de l’Italie le but à atteindre ; l’heure sonnait, il fallait agir.

L’analogie entre ces sommations mystérieuses et celles de Catherine de Sienne commandant au Pape de revenir à Rome, ou celles de Jeanne d’Arc ordonnant à Charles VII de se faire sacrer à Reims, était trop frappante pour que le Roi n’en fût pas profondément ému.

Le mystique, le méditatif qui, depuis un quart de siècle bientôt, n’attendait qu’un signal d’en haut pour agir, pouvait-il ne pas entendre la voix qui semblait venir du Ciel, quand elle s’accordait si bien avec celles de la terre ?2

Pour Costa de Beauregard, le secret de Charles-Albert est tout entier dans ce mysticisme excessif. Il dessine l’espèce de mythologie intérieure qui l’habitait.

Bientôt néanmoins celle-ci devait précipiter l’armée sarde dans des affres terribles. Car dès le début de la campagne de 1848 contre l’Autriche, le comportement du Roi étonne. On remarque ses incohérences. On décèle que ses variations correspondent à l’arrivée de lettres mystérieuses. On fait des recherches, et leur source est découverte. Sœur Marie-Thérèse, au nom du Ciel, lisant les dépêches qu’on lui mettait sous les yeux, enjoignait au Roi tantôt d’agir, tantôt de rester inactif. Pendant les moments d’inaction qui impatientaient l’état-major, il faisait faire à l’armée des cérémonies expiatoires sous la pluie battante, au lieu de profiter de ses premiers succès. La révolte grondait. La reine Marie-Christine fit directement requérir l’archevêque de Chambéry, Alexis Billiet, de faire cesser immédiatement ce commerce mystique. Monseigneur Billiet s’exécuta, mais on dut s’y prendre à deux fois.3

Pourtant, Charles-Albert montra beaucoup de dignité lorsqu’il dut renoncer à l’étiquette royale pour laisser place à la démocratie. Costa de Beauregard parle à ce sujet d’un « miracle psychologique » qui, comme le font les miracles théologiques, a scandalisé, laissé incrédule, ou du moins étonné. La « monarchie se faisant tout à coup citoyenne » était incomprise de son entourage mais admirée de la bourgeoisie :

Le premier jour où il ouvrit son palais à la bourgeoisie de Turin et à la garde nationale, Charles-Albert se promenait seul parmi ses invités, dont le flot s’ouvrait respectueusement sur son passage. Il s’arrêtait ici et là, pour dire un mot aux gens qu’il pouvait connaître.4

L’historien savoyard peint en majesté le roi de Sardaigne : majesté si grande qu’elle ne s’abaissait en rien dans les temps nouveaux, parmi les gens inférieurs arrivés au pouvoir avec les révolutions. Il demeurait un inébranlable souvenir vivant des temps anciens où les rois guidés par des mystiques accomplissaient les desseins de la Providence !

Costa de Beauregard rapporte encore des paroles significatives : ayant abdiqué et se dirigeant vers le Portugal en passant par la France, il aurait, à Antibes, dit ces mots : « Ma vie a été un roman ; je n’ai point été connu ». L’historien traduit : « il n’y avait dans cette âme royale qu’un regret, regret amer, de n’avoir vécu que de songes et de n’avoir été pour autrui qu’une énigme… »5. Il demeurait irrémédiablement seul avec son rêve, tel un héros romantique. Car il n’en était pas ridicule : il en était tragique.

Il est ici difficile de séparer la littérature de l’histoire, tant Costa de Beauregard est convaincant et semble, tout en parlant de Charles-Albert comme d’un héros de roman, évoquer des faits absolument authentiques, et créer même une histoire plus vraie que l’histoire conventionnelle. Il assure que, parvenu en Espagne, où il avait jadis combattu, le Roi était comparé par le peuple, qui l’acclamait, à ses anciens héros ; et, donnant au fond aux Espagnols, en la matière, un instinct sûr, il construit lui-même un mythe :

Le génie de l’Espagne chevaleresque saluait le Roi chevalier. Celui-ci arrivait avec sa bravoure et son mysticisme comme l’incarnation de toutes les légendes chères à cette foule. Pour elle, Charles-Albert était de la race de ses saints et de ses héros. Parmi ces enthousiastes, plus d’un, sans doute, crut entendre ce grand bruit d’armes qui retentit dans la châsse du bienheureux saint Jacques quand arrive en Espagne un grand événement.6

Cette perception miraculeuse n’est pas forcément attestée : Costa de Bauregard ici peint un chœur à l’antique, et lui attribue des perceptions suprasensibles.

Lorsque Charles-Albert parvient au Portugal, il crée un décor qui, s’appuyant sur la tradition légendaire, ne laisse pas d’instaurer l’image d’un paradis païen, sans doute annonciateur d’un autre :

Bientôt, accompagnée d’un essaim de petits bâtiments accourus à sa rencontre, la barque qui le portait, franchissant les sables et les rochers situés à l’embouchure du fleuve Lima, s’avançait vers l’adorable ville qui s’appelle Viana.

On pourrait dire de Viana qu’elle est une corbeille de verdure et de fleurs jetée sur les bords du fleuve. Heureux fleuve ! voilà quatre mille ans, au dire de Strabon, que ses eaux bleues ont un étrange privilège. Les ombres qui le traversaient perdaient le souvenir des maux et des joies de la vie. Ce petit fleuve qu’allait à son tour passer Charles-Albert s’appelait jadis le Léthé.

Mais hélas ! les morts seuls oublient… Le Roi emportait, où qu’il allât et quoi qu’on fît, vivante, poignante, la torture du souvenir.7

C’est le fleuve chrétien, spirituel, que doit franchir Charles-Albert. La gloire terrestre qu’il obtient dans cet extrême Occident, comme jadis le roi Arthur dans l’île d’Avalon, ne peut plus combler le vide qui s’est fait en lui. Après avoir été semblable aux vieux chevaliers, il devient, au seuil de la mort, comparable aux saints, nous dit l’historien :

Sur son visage émacié, dans l’expression de ses yeux, c’était la ferveur qu’a surnaturellement traduite le Dominiquin dans la Communion de saint Jérôme. Du reste, dans leurs deux existences, dans l’existence du Roi poursuivi par son rêve, dans celle de l’ascète hanté par ses troublants souvenirs, la passion, si différente qu’elle ait été, avait amené une pénitence égale. Les mêmes larmes avaient creusé les mêmes sillons, la même souffrance avait imprimé la même grande ride ;… enfin, la même expiation faisait naître la même immortelle espérance.

[…] Son visage rayonnait de cette joie qu’un poète a prêtée au Juif errant sur la terre lorsque le Christ lui donna pour preuve de son pardon qu’il pouvait enfin mourir. Charles-Albert avait tant cherché la mort ! Enfin elle lui ouvrait ses bras…8

Nous reviendrons sur le style de Costa de Beauregard. Qu’il suffise ici de montrer le romantisme de ce portrait glorieux, dans lequel on a voulu faire de Charles-Albert une survivance d’un temps passé, et l’essence de l’être humain partagé entre la Terre et le Ciel – les vains projets terrestres et les espoirs légitimes placés dans l’au-delà. Il marque à quel point, en Savoie, Charles-Albert fut perçu non comme une abstraction, un souverain lointain, l’incarnation impersonnelle d’une fonction, mais comme un homme à part entière, un héros, un mystique, un chevalier errant. Dans l’esprit des Savoyards, il ressuscitait à lui seul les chevaliers de la Table ronde. Une mythologie s’était créée autour de sa personne, qui alimentait la littérature. Plus tard, Victor Hugo évoquera avec émotion Garibaldi ; mais pour les Savoyards, le roi Charles-Albert restait le seul grand homme, puisqu’il synthétisait le passé et le présent, les symboles médiévaux et les visions du futur.

À vrai dire, il demeurait plus lié au passé et à la monarchie, à la religion, qu’au libéralisme et au mouvement national italien ; sans doute cela l’empêcha-t-il de fédérer autour de lui comme il aurait voulu. En s’effaçant derrière Cavour et Garibaldi, son fils Victor-Emmanuel II réussit là où il avait échoué. Mais dans l’esprit des Savoyards, ce passéisme de principe était justement son côté admirable. Leur conservatisme rejetait le libéralisme turinois, et ils n’étaient pas sensibles au rêve italien. Certes, on ignorait que Charles-Albert suivait les conseils d’une mystique savoyarde ; mais cela manifestait son attachement secret à la Savoie. Le Duché restait cette terre depuis laquelle les princes de Savoie devaient agir, penser, ressentir ; elle était leur point d’appui, leur lien avec leur légitimité – avec le sacré.

Dès lors que la bourgeoisie turinoise est devenue le centre du royaume et de son gouvernement, la Savoie s’est sentie exclue. Elle n’était plus la source légendaire de la dynastie, mais une province excentrée votant majoritairement pour l’opposition. Avec Charles-Albert disparaissait l’image de la Maison de Savoie des yeux des Savoyards ; désormais elle appartenait au passé.

Notes :

1 Charles-Albert Costa de Beauregard, Les Dernières Années du roi Charles-Albert, Paris, Plon, 1895, p. 339.

2 Ibid., p. 133-134.

3 Ibid., p. 261-263.

4 Ibid., p. 423.

5 Ibid., p. 507.

6 Ibid., p. 514.

7 Ibid., p. 516.

8 Ibid., p. 538-539.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *