Charles-Albert de Savoie ou le “Hamlet italien” (4) : l’hommage d’Alfred de Vigny

6152847587_45d249181b_oLe roi Charles-Albert chercha à réformer la système judiciaire et administratif mais, en 1848, sous la pression de la foule et dans le mouvement européen qui à Paris avait instauré la Seconde République, il accorda au royaume une constitution, appelée Statut. Les ministres libéraux issus des élections ne lui laissaient que peu de marge de manœuvre et il tenta de sauver sa suprématie en agissant à l’extérieur et en prenant la tête, contre l’Autriche, du mouvement patriotique italien. Abandonné néanmoins par les Milanais, Charles-Albert ne put se maintenir en Lombardie : sa faible armée et son isolement diplomatique ne lui laissaient aucune ressource. Une succession de défaites, une retraite et un armistice humiliant ne l’empêchèrent pas de rêver un miracle, et il mena en 1849 une campagne militaire encore plus désastreuse que la précédente : l’armée sarde fut écrasée à Novare avant même d’avoir pu mener la moindre offensive. Celui que Costa de Bauregard devait nommer le Hamlet italien1 (autre point de rencontre avec Louis II de Bavière, souvent surnommé « Hamlet-Roi »2) abdiqua, et s’en fut vers l’ouest, vers le Portugal et Oporto, où il mourut la même année. Le romantisme de cette abdication et de cette fuite devait frapper les esprits, et Alfred de Vigny, dans son Journal d’un poète, lui rendit hommage par un « poème à faire » dont il reste la note suivante :

Un mépris profond m’avait saisi. La satire amère sortait de mon cœur et répandait au dehors ses flots verts. Mais j’ai vu ceux dont le sang a coulé, et mon âme a surmonté ce torrent dans lequel elle allait être submergée pour toujours. J’ai vu des choses belles et grandes, des choses d’hier, et je veux les chanter.

Roi Charles-Albert, vous avez combattu comme Sobieski pour des ingrats. Vous avez délivré Milan, Milan a fait feu sur vous ; Gênes a pris les armes pour renverser votre trône. Alors, vous avez crié : « À la rescousse! » comme les chevaliers et comme Amadis de Gaule avec Galaor et Esplandian, quand vous avez chargé les hussards de Hongrie.

Vous êtes revenu couvert du sang des ennemis et du vôtre, laissant vos chevaux morts entre vos éperons, et, comme Roderick le Goth, vous avez quitté la bataille et la couronne en passant à pied sur les corps de vos lanciers. Vous avez préféré la solitude à un trône souillé par le vainqueur tudesque, ou sapé par les condottieri.3

En ces temps de grisaille, soudain Charles-Albert ressuscitait les vieux héros, les chevaliers du Moyen Âge, errants et solitaires, œuvrant pour la gloire et pour la liberté des peuples.

Notes :

1 Cf. Paul Guichonnet, « Charles-Albert Costa de Beauregard », in Louis TERREAUX (dir.), Histoire de la littérature savoyarde, Académie de Savoie, Documents, deuxième série, tome 2, 2010, La Fontaine de Siloé, Montmélian, 2011, p. 726-731

2 Par exemple par Guy de Pourtalès dans le livre qu’il lui a consacré (Louis II de Bavière ou Hamlet Roi, Paris, Gallimard, 1951).

3 Voir op. cit., Paris, Michel Lévy, 1867, p. 268-269.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.