Charles-Albert de Savoie ou le « Hamlet italien » (3) : le pont de la Caille par Jean-Pierre Veyrat

La semaine dernière, nous avons pu lire le poème consacré par le libéral Antoine Jacquemoud au pont de la Caille créé à l’initiative du roi Charles-Albert. Il était enthousiaste. Quoiqu’il reprenne les mêmes images issues du merveilleux médiéval, antique ou oriental, Jean-Pierre Veyrat, dans ses vers, fut plus ambigu, parce que plus rivé à une morale catholique qui lie volontiers, comme dans les contes, les merveilles de l’industrie à un « pacte infernal » :

Et j’allais devant moi, tout plein de ces doux rêves,
Cueillant des fleurs aux bords, des pierres sur les grèves,
Mon butin de science et mon trésor du jour
Trésor des doux loisirs retrouvés au retour !
Tout-à-coup je m’arrête. À l’horizon sublime,
Un arc démesuré s’élance sur l’abyme,
Et mon œil ébloui se demande comment
S’est posé dans les cieux ce hardi monument ?
Quel habitant de l’air, quel démon, quelle fée
A suspendu si haut ce magique trophée ?
Sur ces pics où l’oiseau qui règne dans les airs
Seul osait habiter parmi les rocs déserts,
À ce séjour des vents battus par la rafale
Qui donc a pu jeter cette arche triomphale ?
Satan a-t-il construit ce pont audacieux
Pour tenter de nouveau l’escalade des cieux ?
Quel charme a pu produire un aussi grand prestige ?
Quel sublime enchanteur ce sublime prodige?
Comme chez nos aïeux, quelque vieux nécroman
L’a-t-il fait d’une nuit avec un talisman ?
S’est-il dressé tout seul aux accords d’une lyre ?
Est-il né de l’abyme ou du ciel en délire ?
Et l’homme sur ce pont qui tremble au moindre vent,
Sans un pacte infernal peut-il passer vivant ?

Non, non, ce n’est point là l’ouvrage de l’abyme ;
L’homme seul a vaincu cette invincible cime !
Son regard descendit dans le gouffre béant
Et remonta vainqueur du gouffre et du néant.
Il s’était dit : Troublant l’aigle au fond de son aire,
Je prendrai son chemin à l’oiseau du tonnerre,
À ces monts révoltés je jetterai mon frein ;
Et le pont s’éleva sur ses câbles d’airain !
L’aigle d’un vol brillant abandonna ce faite,
Le chamois déserta troublé dans sa retraite
Et l’homme ayant conquis ces sommets glorieux,
Sur le pont triomphal passa victorieux !
1

Il termine son poème par une note plus réaliste : il salue l’homme et son œuvre, même s’il le fait troubler une nature innocente, les aigles et les chamois. Mais la suite du poème montrera tout ce qu’avait de prémonitoire l’idée du pacte avec le diable : rencontrant un vieillard au crâne chauve illuminé de la « splendeur première », il l’écoute prononcer, nouvel Homère, des imprécations contre un progrès matériel corrupteur et dangereux. Seul le progrès moral, conclut le poète, importe !

Charles-Albert pensionna Veyrat quand il revint de son exil, lui pardonnant ses vers passés après qu’André Charvaz lui eut présenté l’Épître qu’il lui avait dédiée. On dit même que le Roi à sa lecture fut « ému jusqu’aux larmes » et qu’il se souvint de la rigueur exercée contre lui par Charles-Félix après « l’erreur d’un moment ».2 Cette épître raconte sous forme de parabole l’histoire, prise de Klopstock, de l’ange du repentir, Abadonna, qui a été entraîné avec Lucifer dans les profondeurs de l’abîme mais qui toujours regarde avec nostalgie vers la clarté d’en haut, où se tient son intime ami, un ange resté auprès de Dieu. Veyrat se présente comme semblable à cet ange, exilé et banni par ses erreurs de jeunesse, et aspirant bientôt à regagner les rives de la patrie. Et s’adressant au Roi il lui demande de bien vouloir reverser sur lui l’espérance et « sa douce rosée ». Puis il lui promet que si l’oubli de ses fautes l’absout, il mettra sa plume au service du Roi et de la Maison de Savoie, créera des épopées.3

Charles-Albert put être sensible à cette promesse autant qu’aux protestations de repentance, car il fut, au cours de son règne, continuellement soucieux de culture et d’histoire, s’efforçant de trouver une légitimité dans les références au passé et les symboles dynastiques. Il créa une Deputazione di Storia Patria, une Junte pour les antiquités et les Beaux-Arts, une Académie des Beaux-Arts qui deviendra plus tard l’académie albertine, et une bibliothèque royale, ouverte au public. Il fit restaurer l’abbaye de Saint-Michel de la Cluse en pensant en faire une métropole pour les Carignan qui pût rivaliser avec l’abbaye d’Hautecombe, et entretint une amitié avec l’historien piémontais Cibario, les sculpteurs Marochetti et Pelagi, les intellectuels Cesaro Balbo, Cesare Alfieri de Sostegno et Massimo d’Azeglio.4

En somme, un roi protecteur des arts et des lettres, et soutien des ouvrages d’art. Il voulait justement donner l’image d’un prince surplombant libéralement les abîmes !

Notes :

1 Vers cités par Louis Rendu, « RAPPORT de M. le Chanoine Rendu, Secrétaire perpétuel, sur les différentes pièces de vers adressées à la Société pour le concours de 1840 », in Mémoires de l’Académie royale de Savoie, tome X, Chambéry, Puthod, 1841, p. 20-21.

2 Cf. Alfred Berthier, Le poète savoyard Jean-Pierre Veyrat, Paris, Honoré Champion, 1921, p. 140.

3 Jean-Pierre Veyrat, « A S. M. le roi de Sardaigne », in La Coupe de l’exil, Chambéry, Puthod, 1845, p. 303-314.

4 Voir André Palluel-Guillard, page consacrée à Charles-Albert sur le site Internet de l’Assemblée des Pays de Savoie, www.sabaudia.org/3180-la-maison-de-savoie.htm.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.