Jacques-Henri Callies, poète mélancolique

Né à Annecy en 1822, Jacques-Henri Callies1 n’eut pas un destin gai. Après avoir effectué des études chez les Jésuites de Chambéry, il revint dans sa cité natale : il avait rêvé de carrière diplomatique, mais il en était empêché par sa santé fragile. Il s’adonna alors à la poésie. Juste après sa mort, un recueil de ses vers fut publié par l’abbé Grobel.

Ses vers sont intimes, et cités par Philippe Paillard comme l’une des rares expressions émotionnelles et personnelles de la poésie savoisienne du temps2. Ils n’en sont pas moins marqués par sa religiosité. L’influence du néoclassicisme des grands romantiques français énumérés par Georges Gusdorf, en particulier Lamartine, se faisait sur lui encore sentir.

La mélancolie domine, comme dans cette Mélodie d’automne :

Un vent glacé ternit les cieux,
Et les feuilles à la ramure
Exhalent leurs adieux
Dans un murmure.

D’où vient que je répands des pleurs ?
Ô mon Dieu ! d’où vient que ma vue
Poursuit les feuilles et les fleurs
Qui tourbillonnent vers la nue ?

La question de la seconde strophe rappelle des vers célèbres des Harmonies poétiques et religieuses : « D’où me vient, ô mon Dieu ! cette paix qui m’inonde ?3 » Mais Callies est habité par une sourde tristesse, et son style est plus concis.

Le bruissement d’images mêlées intimement à la nature et imprégnant les éléments de sentiments suggérés annonce volontiers Henri-Frédéric Amiel, le grand diariste genevois.

Callies a également fait parler un Pèlerin qui se détourne de ce monde périssable, et n’attend plus que l’éternité. Frappant à la porte d’un monastère, il s’exclame :

Ouvrez ! Ouvrez ! Frères, voici l’orage !
Sur votre seuil mon corps frissonne au vent.
Je suis bien las : j’ai fait un long voyage !
J’ai fui le siècle : ouvrez-moi le couvent !
Du fol amour rejetant l’esclavage,
Pour mon repos je veux l’amour divin.

Quand, finalement, la porte s’ouvre, surgit un air

venu du séjour éternel ;
Mon âme échappe à l’infernal empire,
et mes désirs s’élancent vers le ciel.

Cela fait écho à la poésie de Mouthon et de Veyrat. Calliès se sentait certainement plus fait pour une vie de prière et de méditation que pour une vie sociale bien remplie.

Notes :

1 Cf. Jules Philippe, op. cit., p. 199-209.

2 Philippe Paillard, « Poètes et poésies en Savoie à l’époque de la restauration sarde », in Culture et pouvoir en Italie et dans les États de Savoie de 1815 à 1860, Cahiers de civilisation alpine, Universités de Turin et de Savoie, Éditions Slatkine, 2000, p. 86-91.

3 Bénédiction de Dieu dans la solitude, v. 1.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.