Jean Richel et les Indiens chez Le Tour Livres

Un Genevois nommé Jean Richel a choisi de publier son dernier ouvrage dans la maison Le Tour Livres, que je dirige avec mon père. Il s’intitule Ma Parole est un acte et est un hommage rendu aux Indiens d’Amérique, à leur philosophie de la vie, à leur résistance face à l’envahisseur blanc, aux victimes qu’ils ont été de toutes les trahisons! De belles photographies des Indiens d’Amérique du Nord les plus réputés, comme Crazy Horse ou Sitting Bull, Cochise ou Black Elk, sont mises en regard de vives citations accusatrices. On trouve aussi de belles reproductions en couleurs de vieilles peintures de la vie amérindienne – comme la chasse au bison, ou l’installation de wigwams. Le papier est beau, luxueux, et la sagesse délivrée est douce au cœur, puisque les hommes rouges étaient en communion avec la nature, bougeaient sur terre avec le vent et l’eau, et ne s’inquiétaient pas de posséder, cultiver, conquérir. Comme les oiseaux de la Bible, ils recevaient sans angoisse leur pain quotidien, et priaient simplement les dieux que cela continue.

Jean Richel semble avoir avec ces Sioux un lien intime et particulier, comme s’il avait été l’un d’eux dans une autre vie. Il raconte la bataille de Little Big Horn, la seule que les Indiens aient gagnée, et montre qu’ils méritaient cette victoire, le gouvernement américain ayant refusé de prendre les mesures nécessaires à l’arrêt de l’invasion de leur réserve par des chercheurs d’or. L’armée, sans doute, a agi ainsi par lâcheté, et la collusion entre Blancs a prévalu sur le droit, apparu dès lors comme théorique, et simple beau discours destiné à endormir la méfiance de l’ennemi.

Encore aujourd’hui, les Indiens trahis refusent le moindre dédommagement, ne voulant pas qu’on puisse dire qu’ils ont accepté le vol de leurs terres. Cela me rappelle les Savoyards de la grande zone franche qui, eux, ont accepté le dédommagement de sa suppression. Je crois que le mont-Blanc, montagne sacrée (un peu comme les Black Hills), en faisait partie. Et ensuite on y a creusé un tunnel qui rapporte beaucoup d’argent, sacrilège! Le puissant esprit qui veille, dans ce sommet (et dont le poète Shelley a fait à juste titre une figure du divin Créateur), en a été gravement dérangé, je suppose. Mais les Savoyards ont été assez cupides pour se laisser acheter…

Antoine Martinet, qui vivait au dix-neuvième siècle, affirmait qu’on ne les paierait jamais assez pour qu’ils oublient leur nationalité, leur âme, leurs dieux – le mont-Blanc personnifié, par exemple! Mais les Sioux ont fait mieux, ils ont refusé l’argent. Chateaubriand aussi disait que les Indiens étaient plus impressionnants que les Savoyards, les tipis plus beaux que les chalets. 

Voire…

Je plaisante. Car Jean Richel, dans une magnifique postface, raconte comment, dans les Voirons, il a à son tour communié avec la Nature, honorant la Vierge noire du monastère – campant, aventureux, dans les forêts ténébreuses du massif annemassien, dominant de son regard la Vallée Verte et contemplant l’infini de l’Horizon méridional. Il est sous les étoiles avec tant de cœur qu’il finit par se sentir parmi elles, renouant avec le Grand Manitou, le dieu de la Nature qu’il a peut-être vénéré et adoré dans sa précédente vie…

Un joli livre d’une centaine de pages, avec une belle couverture cartonnée, au prix exclusif de 19,99 € – et qu’on peut acheter en ligne sur BoD, ou Amazon.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.