Savoyard et savoisien à l’université

Je me souviens que, durant ma soutenance de thèse – plutôt à la fin, comme pour conclure sur le fond du problème que posait mon travail –, on m’a reproché de ne pas poser la question politique impliquée par l’emploi du mot savoisien. Il semblait presque qu’on m’avait inventé des défauts pour justifier qu’on s’en prît à moi à cause de mon indifférence à cette question. Ce n’est pas qu’on m’accusait d’être indépendantiste, on me reprochait de ne pas avoir parlé contre les indépendantistes. Cela démontrait que j’étais de leur côté. Si je les laissais naturellement croître sans m’opposer à eux, si je laissais la nature séparatiste du peuple se déployer librement, c’est que je n’étais pas républicain. La République, c’est d’imposer la nation rationaliste, peut-être!

Je répondais que j’avais utilisé les deux mots, savoyard et savoisien, sans connotation, sans implication particulière, simplement pour éviter les répétitions, ou alors pour me replacer dans le contexte de l’ancienne Savoie – où, dans l’aristocratie, qui effectivement croyait à la nationalité savoisienne, on utilisait le mot savoisien. Le fond du problème était que, aux yeux des universitaires, ce mot était dangereux et fallacieux, puisque le peuple se sentait français avant tout. Il fallait donc utiliser le mot savoyard. Mais le peuple ne se sentait pas forcément français avant tout, ce n’est pas vrai, on ne peut pas l’affirmer.

Cela rappelle le jour où le footballeur Zinédine Zidane a accepté l’hommage officiel de l’État algérien. Mais vous, en tant que Kabyle, vous n’avez pas de rapport avec cet État, vous préférez la France qui a libéré la Kabylie, lui disait-on. Il répondait qu’il recevait cet hommage avec bienveillance, que l’État algérien représentait aussi les Kabyles. Le colonialisme français avait toujours le même argumentaire. L’État turinois représentait bien les Savoyards avant 1860, cela ne fait aucun doute, les rois de Sardaigne étaient bien les rois des Savoyards.

Pour me défendre, encore, je disais avoir utilisé « savoisien » comme Paul Guichonnet avait utilisé « Hexagone » pour France, pour varier les mots. Bruno Berthier me dit que ça n’a rien à voir, que Hexagone ne porte pas en lui de connotation politique. Bien sûr que si, je réplique, il renvoie à la perfection mathématique dont les historiens patriotes veulent nimber la France, il désigne une forme idéale qu’il est interdit de changer. Chez Paul Guichonnet, grand patriote hexagonal, c’était patent, c’était évident.

Bruno Berthier a bien été obligé d’en convenir.

Mais cette forme de la France républicaine, justement, est le prétexte pour me faire des reproches vides de sens. Il y a une sorte d’idolâtrie, à son endroit, qui empêche simplement d’avoir des vues lucides sur la question – calmes et intelligentes, sages et pures. On en revient toujours à la politique, au lieu de regarder les faits.


4 réflexions sur « Savoyard et savoisien à l’université »

  1. Merci Rémi Mogenet pour cet excellent texte, qui remet l’église sabaudienne au milieu de son village.
    «Je suis essentiellement Savoisien, et moi, et tous les miens; et je ne saurais jamais être autre chose.» https://francoisdesales.wordpress.com/2016/10/21/lidentite-savoisienne-de-francois-de-sales/
    «Bruno Berthier – Né le 26 mars 1964 à Chambéry. D’une famille de Savoyards de l’avant-pays. Historien du droit. A déjà participé au volume collectif Savoie Baroque (sous la direction de Dominique Peyre), chez le même éditeur. Au fil de ses travaux universitaires, il s’est penché sur l’histoire des Alpes (jamais vraiment réalisée) et sur l’histoire de la Savoie, mais pensées à partir de l’espace et des territoires. Une forme de reconnaissance et de fidélité au terroir qui l’a vu naître.»
    https://www.payot.ch/Detail/pierres_fortes_de_savoie-bruno_berthier-9782842061791
    C’est étonnant qu’un Savoyard, Bruno Berthier, qui a plongé son nez dans l’histoire de la Savoie, n’ait pas croisé tous ces Savoisiens, de l’élite ou non, qui ont forgé la Savoie avant son annexion, et qui étaient fiers d’être Savoisiens, sans se préoccuper d’être aussi Savoyards. Il y a de l’anachronisme dans la position de Bruno Berthier, ou bien était-il soucieux de connaître la tendance politique de Rémi Mogenet ?

  2. Comment peut-on être fier du républicanisme français quand on sait tous le mal qu’à fait la révolution française en Europe et particulièrement en Savoie et en Vendée, révolution qui a donné naissance à cette république centralisée, jacobine devenue bien obsolète et que peu nous envie.
    Non, tous les Savoyards ne se sentent pas Français, si ils le sont c’est par ruse et fraude, ils le sont uniquement de papier.
    Ces procès que font les Français, incapables d »enlever leurs ouillières républicaines afin d’agrandir leur vision du monde, à ceux qui justement ont eu l’intelligence de s’en débarrasser, sont très déplacés et me conforte dans mon ressentiment de ne pas être Français mais bien Savoisien et ouvert sur le monde.

  3. Ce qui est factuel c’est que la Savoie n’est pas la France mais un état annexé (annexion dont la légitimité reste malgré tout à prouver).
    La Savoie faisait précédemment partie des états de la Maison de Savoie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.