Le destin du monde dans « Le Seigneur des anneaux » de J. R. R. Tolkien, partie 16 : Gandalf récompensé

La dernière fois, nous disions que Gandalf ressuscité avait l’âme davantage tournée vers le monde divin – l’Être suprême.

Désormais, Gandalf restera inaccessible, et son caractère sera plus élevé qu’il ne l’aura jamais été. Mais le Destin s’appesantit aussi sur lui, et il ne peut plus entrer dans le Shire : sa nature est trop élevée : « ‘I am not coming to the Shire. You must settle its affairs yourselves ; that is what you have been trained for. Do you not yet understand ? My time is over : it is no longer my task to set things to rights, nor to help folk to do so' » (1033). Le sacrifice de Gandalf ne s’est pas achevé : en vainquant Sauron, il a accepté de se retirer d’un monde dont il ne peut plus faire partie. En faisant jeter l’Anneau dans le feu, il s’est sacrifié aussi, car il lui faut retourner à l’endroit dont il est venu, une fois ce travail accompli.

Ainsi la vie de Gandalf en tant qu’Envoyé, ou en tant qu’Ange incarné, n’est-elle qu’une longue suite de sacrifices effectués dans l’abnégation. Mais ce n’est que lors de son premier sacrifice qu’il en a pris pleinement conscience et qu’il est devenu Gandalf le Blanc. Or, paradoxalement, la terre du Milieu, rendue universellement mortelle par son action, peut d’autant moins tolérer sa présence qu’auparavant, qu’il a grandi en puissance. En se rangeant du côté du Bien absolu, c’est-à-dire à la fois temporel et spirituel, il est sorti d’un monde plus partagé, et ce monde en a décliné d’autant. La perte de Gandalf rend le monde plus obscur, plus périssable encore : le Bien n’y a plus d’existence physique, il n’est plus visible et palpable ; il est dissimulé au sein même de la conscience des mortels. L’Anneau détruit, ce qui faisait subsister la présence physique du Bien et du Mal a disparu; et Gandalf possédant l’un des trois anneaux elfiens, il ne peut plus subsister en tant qu’ange incarné sur la terre du Milieu.

Dès lors, il lui faut partir, et revenir vers la terre dont il est issu, celle des Seigneurs de l’Ouest, s’il ne veut pas, en quelque sorte, tomber en poussière, et voir son esprit dissipé par un vent d’Occident, comme cela advient à Saruman après qu’il a été frappé à mort par son serviteur, Grima :

To the dismay of those that stood by, about the body of Saruman a grey mist gathered, and rising slowly to a great height like smoke from a fire, as a pale shrouded figure it loomed over the Hill. For a moment it wavered, looking to the West ; but out of the West came a cold wind, and it bent away, and with a sigh dissolved into nothing. (1058)

Horrible destin – châtiment réservé aux traîtres. Après Judas, Saruman. Les siens ne veulent plus de lui, il est réduit à néant. Il n’a plus de corps sur terre, mais son existence comme ange est également achevée.

Or, en restant sur la terre du Milieu, Gandalf désobéirait, outrepasserait ses droits, et finirait par subir un sort semblable. Ainsi accompagne-t-il Frodo lors de son dernier voyage :

As he turned and came towards them Frodo saw that Gandalf now wore openly upon his hand the Third Ring, Narya the Great, and the stone upon it was red as fire. Then those who were to go were glad, for they knew that Gandalf also would take ship with them. (1088)

Les Trois Anneaux doivent retourner dans le royaume dont ils tiraient leur puissance afin que tout soit rétabli ; mais c’est aussi la fin du pouvoir d’immortalité en une terre mortelle à l’origine.

L’immortalité, cependant, n’est pas seulement représentée par Gandalf au sein même de la Compagnie, puisque Legolas est le membre d’une race immortelle. C’est ce que nous verrons la prochaine fois.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.