Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 11 : la légende d’Aragorn

La dernière fois, partant de Boromir, nous avons montré que les héros de jadis, dans Le Seigneur des anneaux de Tolkien, tendaient à la ruine et à la chute.

Mais ce mouvement de déclin est contre-balancé par les succès d’Aragorn et de ses compagnons directs. Au sein de la Communauté de l’Anneau, tous ne sont pas corrompus par l’objet forgé par Sauron, même parmi les mortels. Ainsi, ni Aragorn, ni Meriadoc, ni Peregrin ne semblent tentés par sa malice.

Leurs destinées, au demeurant, se ressemblent, en ce qu’elles ne donnent pas l’impression d’un déclin fondamental. Tout au contraire, malgré les épreuves, on a le sentiment qu’ils vont de victoire en victoire. Mais on peut se demander si les apparences, ici, ne sont pas trompeuses.

Il est remarquable que la nature d’Aragorn soit celle qui ait le plus changé au cours des réécritures successives du manuscrit. Au départ, il ne se nommait même pas Strider, mais Trotter, ce qui diminuait de beaucoup l’étendue de ses pas, et les noms d’Aragorn ou d’Elessar n’étaient pas encore inventés, ou, pour parler comme Tolkien, découverts. Mieux encore, il n’était pas un Homme, mais un Hobbit. En aucun cas ce personnage errant ne dissimulait des ancêtres glorieux.

Dans les premières versions, lorsque Trotter apparaît à Bingo à Bree, il est :

a queer-looking, brown-faced hobbit, sitting in the shadows behind the others. . . . He had an enormous mug (more like a jug) in front of him, and was smoking a broken-stemmed pipe right under his rather long nose. He was dressed in dark rough brown cloth, and had a hood on, in spite of the warmth, – and, very remarquably, he had wooden shoes!1

Ce portrait contraste à plus d’un titre, et c’est peu dire, avec la manière dont Aragorn apparaît à Frodo pour la première fois dans la version définitive :

Suddenly Frodo noticed […] a strange-looking weather-beaten man sitting in the shadows near the wall […]. He had a tall tankard in front of him, and was smoking a long-stemmed pipe curiously carved. His legs were stretched out before him, showing high boots of supple leather that fitted him well, but had seen much wear and were now caked with mud. A travel-stained cloak of heavy dark-green cloth was drawn close about him, and in spite of the heat of the room he wore a hood that overshadowed his face; but the gleam of his eyes could be seen as he watched the hobbits.2

La comparaison qu’on peut faire entre ces deux passages est particulièrement intéressante. “Strange” est sans doute moins rebutant que “queer” ; “weather-beaten” implique une existence longue et difficile, mais “brown-faced” évoque davantage la pauvreté et la simple saleté ; “tall tankard” est sans doute plus noble et moins grotesque que “enormous mug (more like a jug)”, et, d’un point de vue sonore même, la rime de la première version renvoie aux contes traditionnels, tendant à donner au personnage dont il est question un caractère comique et ridicule ; la pipe n’est plus “broken-stemmed”, mais “long-stemmed”, et, de surcroît, “curiously carved”, détail artistique qui ne saurait demeurer inaperçu, puisqu’il donne l’idée d’un certain raffinement ; il paraît inutile de comparer les “very remarkably […] wooden shoes !” aux “high boots of supple leather” : les bottes de cuir souple sont aussi aristocratiques que le sont peu les souliers de bois, voire les sabots ; notons aussi la disparition de l’exclamation, par laquelle le ton comique et familier est remplacé par un langage plus impersonnel, ce qui provoque un ennoblissement de la chose décrite ; enfin, les yeux de Strider brillent déjà du feu de la royauté, remplaçant ainsi favorablement le peu amène “rather long nose” de Trotter.

Mais en s’ennoblissant, le personnage développe une apparence mélancolique : il a l’air d’un homme usé par le temps (non seulement “weather-beaten”, mais “time-beaten”), tout droit sorti du passé, issu d’un monde noble mais déchu : ce qu’il est réellement, comme on l’apprendra par la suite. S’il ne décline pas lui-même, il devient l’expression d’un déclin plus général. Mais il est aussi l’expression de la brève renaissance du monde, car au delà de son apparence de vagabond, il demeure un roi, et en garde la dignité, comme cela est visible dans les grandes occasions. Celles-ci ne manqueront d’ailleurs pas, et tendront à le révéler dans toute sa noblesse. Comme le disent les vers qui le concernent :

All that is gold does not glitter,
Not all those who wander are lost ;
The old that is strong does not wither,
Deep roots are not reached by the frost.
From the ashes a fire shall be woken,
A light from the shadows shall spring ;
Renewed shall be the blade that was broken,
The crownless again shall be king. (186)

Le parcours d’Aragorn sera donc celui d’un homme qui rétablit la vérité en dissipant les ombres, en dispersant les cendres, en retrouvant ce qu’il n’a jamais vraiment perdu, réconciliant l’apparence et l’essence des choses.

(À suivre.)

Notes :

1. Tolkien, The Return 137.

2. Tolkien, The Lord 172.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.