Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 8 : le destin de Sam Gamegee

Dans The Lord of the Rings de J. R. R. Tolkien, Samwise Gamgee est en un sens un dédoublement de son maître Frodo : il représente l’aspect terre-à-terre de sa quête. Comme c’est lui qui achève d’écrire le livre dont The Lord of the Rings est censé être une traduction, son rôle croît en importance à mesure qu’avance l’action. Il semble bien le plus important personnage après Frodo. A son sujet, Tolkien écrivait : “Sam is meant to be lovable and laughable. Some readers he irritates and even infuriates. I can well understand it. All hobbits at times affect me in the same way, though I remain very fond of them.”1 Mais Sam est souvent considéré comme un personnage très attrayant et très sympathique, notamment grâce à sa simplicité, à son naturel, à sa spontanéité. Certes, au premier abord, il ne paraît pas aussi complexe que Frodo ; mais son cheminement personnel n’en offre pas moins de riches sources de réflexion.

Ce qui marque d’abord, c’est sa fascination pour les Elfes et sa conviction, malgré les dénégations de Ted Sandyman, que, tout comme les dragons, ils existent bel et bien : “Of all the legends that he had heard in his early years such fragments of tales and half-remembered stories about the Elves as the hobbits knew, had always moved him most deeply.”2 Tout comme Frodo, il est attiré par les Immortels : il est donc, lui aussi, sujet aux tentations.

Ainsi écoute-t-il la conversation de Gandalf et Frodo à leur insu : “‘I listened because I couldn’t help myself, if you know what I mean'” (77). Bientôt, il sera amené à voir les Elfes, et connaîtra une déception paradoxalement pleine d’instruction. Certes, pour commencer : “Sam walked along at Frodo’s side, as if in a dream, with an expression on his face half of fear and half of astonished joy” (94) ; mais, ensuite il déclare : “‘They are quite different from what I expected – so old and young, and so gay and sad, as it were'” (100). Bref, Sam est plus partagé qu’avant la rencontre, et il semble déjà perdre sa naïveté et son émerveillement puéril : “‘after last night I feel different. . . . I have something to do before the end. I must see it through, sir, if you understand me'” (100). Déjà, il perçoit l’importance de son devoir moral, qui est de servir son maître dans sa quête.

Les Elfes ont sur lui une influence plus spirituelle que matérielle ; en parlant d’eux et de leur nourriture, il dira : “‘Well, sir, if I could grow apples like that, I would call myself a gardener. But it was the singing that went to my heart, if you know what I mean'” (96). Cette rencontre ne lui a pas apporté la vision émerveillée de leur puissance, mais la vision objective de leur sagesse ; il n’admire pas leurs pommes, mais leurs chants. L’émerveillement cesse, pour faire place à un sens presque mystique du devoir.

Pourtant, Sam cèdera bien à la tentation, quoique par excès d’amour pour son maître : parce qu’il donne à son service un caractère sacré, il tendra à s’aveugler, voire à mal remplir ses devoirs par excès de zèle. Son adoration de Frodo est quasi idolâtre. Ainsi commet-il une petite trahison en renseignant Meriadoc Brandybuck et Peregrin Took sur les détails exacts de la quête de Frodo ; mais il le fait pour le bien de celui-ci, afin qu’il ne parte pas seul et sans amis, et il obéit en vérité aux Elfes eux-mêmes : “‘Gildor said you should take them'” (120), dit-il à son maître. Sam a donc la tentation d’obéir à des ordres supérieurs au mépris de sa fidélité absolue à l’égard de Frodo, précisément parce qu’il accorde un caractère si élevé à sa fonction qu’il va à l’encontre de la plus claire volonté de son maître : il lui rend service contre son gré et selon des commandements qu’il estime au-dessus des siens.

De la même façon, il assiste au Concile3 d’Elrond, alors même qu’il n’y est pas invité, par fidélité excessive : et ce faisant, il continue d’obéir à l’injonction des Elfes de ne jamais le quitter, et à donner ainsi à son rôle un caractère sacré, que rien ne peut ébranler. Il le suit partout : il regarde comme lui dans le lac de Mirrormere, puis dans le Miroir de Galadriel, et il est soumis à la tentation de rentrer chez lui, qu’il domine aisément pour honorer son service.

Sa première véritable épreuve advient lorsque Frodo décide de partir seul pour Mordor. Sam le rejoint et refuse de le quitter ; face à cette obstination : “Frodo actually laughed. A sudden warmth and gladness touched his heart” (427). Sam, par sa foi qui va jusqu’à la crédulité, la superstition, par sa fidélité obtuse, redonne vie à Frodo, qui est quant à lui dans le doute : par son manque de compréhension globale des évènements, il apporte le soutien dont son maître a besoin, essentiellement pratique.

Il ne ressent cependant aucune pitié particulière pour Sméagol, ne voyant obstinément que le danger qu’il fait courir à Frodo, et ne comprenant pas les raisons qu’a celui-ci de l’épargner : il ne voit pas, à vrai dire, ce qui se passe chez son maître. “It had always been a notion of his that the kindness of dear Mr. Frodo was of such a high degree that it must imply a fair measure of blindness. Of course, he also firmly held the incompatible belief that Mr. Frodo was the wisest person in the world” (666). Sam demeure à un point de vue purement pratique : l’aspect spirituel de la quête lui échappe. A ses yeux, le Mal est ce qui nuit directement à son maître, et c’est cela qu’il doit combattre, sans s’occuper d’avoir un grand discernement ou un sens mystique de la Providence.

Il est bien à l’origine de l’absence de repentir chez Gollum, et sa dureté privera celui-ci de rédemption, malgré tous les efforts de Frodo :

He plainly did not fully understand Frodo’s motives or his distress in the incident of the Forbidden Pool. If he had understood better what was going on between Frodo and Gollum, things might have turned out differently in the end. For me perhaps the most tragic moment in the Tale comes . . . when Sam fails to note the complete change in Gollum’s tone and aspect. ‘Nothing, nothing,’ said Gollum softly. ‘Nice master!’.4

His repentance is blighted and all Frodo’s pity is (in a sense) wasted. Shelob’s lair become inevitable.5

Ainsi le malheur advient-il à cause des limites de vue de Sam. Sa haine de Gollum, née en partie de sa jalousie, l’aura même conduit à oublier son maître : l’excès de zèle dans son service lui ôte encore la possibilité de servir d’une façon absolument juste.

(A suivre.)

Notes :

1. Tolkien, “To Mrs Eileen Elgar,” The Letters 325-333.

2. Tolkien, The Lord 58.

3. Certains ont traduit “Conseil”, mais l’affaire dont il s’agit nous paraissant autant spirituelle que temporelle, nous avons préféré le terme “Concile” ; au demeurant, cela correspond à la sensibilité de Tolkien qui, fondamentalement catholique, était aussi, par conséquent, un “papiste” : ses positions politiques n’étaient sans doute guère éloignées de celles de Joseph de Maistre (bien qu’il ne l’eût probablement pas lu), qui voulait que tous les rois d’Europe se soumissent à l’autorité du pape.

4. Tolkien, The Lord 742.

5. Tolkien, “To Mrs Eileen Elgar,” The Letters 325-333.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.