Le destin du monde dans “Le Seigneur des anneaux” de J. R. R. Tolkien, partie 7 : Frodo retiré du monde

La dernière fois, nous avons vu que Frodo se trouvait soi-même entre la Voix de l’orgueil personnel et l’Œil scrutateur de Sauron, mais que c’était pour ne rencontrer que la mort, la résignation, la langeur, le lent déclin. Les écritures successives montrent aussi cette tendance, Frodo cessant progressivement d’être le chef des hobbits revenus chez eux, dans la lutte contre Saruman, et personne ne comprenant ses positions décalées, trop morales pour être accessibles au commun.

Ainsi demande-t-il à ses compagnons de ne faire aucune victime dans la bataille : “‘And nobody is to be killed at all, if it can be helped.'” Mais on lui répond : “‘You won’t rescue . . . the Shire just by being shocked and sad, my dear Frodo.'”1 Frodo est bien “shocked and sad” ; il semble ne plus vouloir ou même ne plus pouvoir lutter.

Dès lors, il n’intervient plus guère que pour tenter de sauver des vies et d’apaiser la fougue des Hobbits : il se décharge de la direction du combat sur ses compagnons : “‘You make the arrangements'” (1047). Comme il est dit encore après le combat : “Frodo had been in the battle, but he had not drawn sword, and his chief part had been to prevent the hobbits in their wrath at their losses, from slaying those of their enemies who threw down their weapon” (1054) : il défend avant tout les droits des uns et des autres vis à vis de ce qu’on pourrait nommer les conventions de guerre ; il se préoccupe d’avoir pitié des ennemis vaincus et de respecter la vie humaine ; les principes moraux sont devenus pour lui plus essentiels que la protection du territoire : “‘It is useless to meet revenge with revenge : it will heal nothing” (1056), dit-il encore. Le Mal se situe à ses yeux au delà des personnes elles-mêmes : et on ne peut lutter contre lui par des moyens humains.

Car Frodo ne réside déjà plus dans le monde humain : “Frodo dropped quietly out of all the doings of the Shire, and Sam was pained to notice how little honour he had in his own country” (1063). Les Hobbits sont ingrats, parce que Frodo a défendu davantage des principes abstraits que leur monde proprement dit. Il est ainsi réellement devenu une sorte d’ombre. Il vit au pays des idées incarnées, des fantômes de l’intellect, et c’est bien pourquoi sa blessure ne s’est jamais véritablement refermée : elle tend à le faire physiquement disparaître. Sans l’Anneau, il n’est plus qu’un spectre. Il s’est entièrement sacrifié, et sa défaite fut l’accomplissement de son sacrifice ; mais il n’est pas guéri : “‘I tried to save the Shire, and it has been saved, but not for me. It must often be so, Sam, when things are in danger : some has to give them up, lose them, so that others may keep them'” (1067). Il accepte de décliner pour que d’autres vivent. En ce sens, il prépare sa rédemption.

Puisqu’il n’appartient plus au monde des Hobbits, il lui faut partir dans un autre, et il le fait en empruntant les navires qui rejoignent l’Ouest immortel : là seulement peut-il trouver le repos de l’âme. Il disparaît donc à jamais : “and the light of the glass of Galadriel that Frodo bore glimmered and was lost” (1068). Ainsi Frodo s’estompe-t-il physiquement, comme c’était prévu et inévitable. Il continue seul avec la lumière sainte de la déesse terrestre.

Nous disions au début que son caractère était constitué par un assombrissement constant ; la joie qui pouvait l’habiter était peu de chose en comparaison de son trouble, de ses soucis. Cette tendance se vérifiera jusqu’au bout : elle est même peut-être à l’origine de sa défaite. Mais lorsque le Mal est vaincu, Frodo ne peut plus vivre dans le monde : il appartient à ce qui a été détruit. Et l’existence de ce personnage semble pouvoir se décrire comme une lente progression de l’ombre au détriment de la lumière, voire par une progressive extinction du feu même qui le maintient en vie ; mais, certes, toujours projetée dans l’avenir, et entre les mains de la Providence, se trouvent le salut et le retour à la clarté.

Frodo a perdu ses rêves d’immortalité et d’Elfes ; mais il a pu surmonter sa défaite apparente, notamment grâce à sa compassion : il a vaincu, malgré tout, sinon d’un point de vue matériel, au moins d’un point de vue spirituel, et c’est bien pour cette raison que la Providence l’a aidé au moment où il en avait besoin. Son esprit a grandi, comme le dit Saruman, et une place dans une sorte de paradis l’attend probablement, bien qu’il ne s’agisse pas là de l’Ouest des Elfes ou des Puissances angéliques ; en fait, il s’agirait plutôt du royaume de Dieu : du monde de l’esprit pur. Comme le dit Tolkien lui-même :

Frodo was sent or allowed to pass over the Sea to heal him – if that could be done, before he died. He would have eventually to ‘pass away’: no mortal could, or can, abide for ever on earth, or within Time. So he went both to a purgatory and to a reward, for a while: a period of reflection and peace and a gaining of a truer understanding of his position in littleness and in greatness, spent still in Time amid the natural beauty of ‘Arda Unmarred’, the Earth unspoiled by evil.2

Il ne gagnera pas l’immortalité qu’il espérait secrètement ; mais son abnégation, sa perfection morale et spirituelle, lui permettront au bout du compte de gagner dignement l’éternité.

Notes :

1. Tolkien, The Lord 1043.

2. Tolkien, “To Mrs Eileen Elgar,” The Letters 325-333.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.